AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Beauty and the Beast {Pv}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: The Beauty and the Beast {Pv}   Dim 10 Nov - 23:28







The Beauty and the Beast



C. Rosie Macready & Thobias S. E. Bjargarson









Halloween bat son plein dans les rues de La Nouvelle Orléans. Les bonbons remplissent des sacs déjà plein à craquer et les rires des gamins se mêlent aux hurlements préenregistrés diffusés dans les haut-parleurs. Il est grand temps pour vous d’enfiler votre plus beau costume et de vous mêler aux monstres et fantômes errant déjà dans la ville. Vous avez oublié de réserver un costume ? N’ayez crainte cette année, le cimetière du coin de la rue et les anciens mythes s’invitent à la fête et vous réservent bien des surprises. Pour vous prouver à quel point ils meurent d’envie de s’amuser, ils vous offrent le temps d’une soirée, un aperçu de leur existence et de leurs pensées. Prêt à vous embarquer dans une partie de jeu de rôles grandeur nature ?

{ Une balade dans le sud de la ville, là où la nature prospère, vous a conduits jusque dans ce lieu majestueux mais étrangement désert, à l'allure de château d'un ancien temps. Un brin imprudents, vous entrez, visitez les pièces... Avant de vous faire posséder par deux esprits qui hantent les lieux, deux esprits qui ont nourri les mythes et légendes durant des siècles à travers leur romance aussi tourmentée qu'enchanteresse. Il était une fois, la Belle (Rosie) & la Bête (Thobias). Pour cette nuit et cette nuit seulement, vos véritables vous n'existent plus, effacés par l'histoire et le caractère de ces deux amants maudits. }

Cette soirée sera certainement inoubliable et vos hôtes feront tout leur possible pour se montrer à la hauteur de leur réputation.



Ordre de Passage:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast {Pv}   Mar 12 Nov - 9:09

Through The Never

- Halloween. Journée ténébreuse où le portail entre les esprits et le monde humain est le plus faible. Dans la tradition, il est nécessaire de se déguiser en monstre afin d'effrayer ces esprits. Ce que personne ne comprend encore, c'est que grâce à ces déguisements, les véritables monstres peuvent se faufiler bien plus facilement dans les rues de la Nouvelle-Orléans et profité de la vulnérabilité des enfants sonnant à notre porte afin de récupérer quelques bonbons, espérant passer une bonne soirée avec leurs amis. Étrangement, personne n'est venu frapper à ma porte. De toute façon, je n'avais pas prévu de friandises, certain que personne n'oserait s'aventurer dans les ruelles sombres qui menaient à mon appartement. Seul les plus courageux le ferais, il semblerait qu'aucun enfant de la Nouvelle Orléans ne soit assez courageux ce soir. J'en profitais pour sortir dans les rues afin de vagabonder comme je le faisais si souvent. La ville était plus vivante que jamais. La musique y régnait, j'avais presque l'impression d'avoir cette vision de la Nouvelle Orléans à son apogée, lorsque le jazz se trouvait à tout les coins de rues. Des hauts parleurs crachait de la musique, on entendait des cris, des rugissements démoniaques, des rires et des enfants couraient les rues. On en trouvait de toute sorte, passant du costume peut travailler comme un vulgaire draps blanc et deux trous pour les yeux afin de ressembler à un fantôme jusqu'au costume presque effrayant avec un maquillage zombifié impressionnant. Je n'avais pas manqué à la règle du costume, enfilant une veste empire bleu marine, ceci étant surtout pour me fondre dans le paysage de ces nombreux déguisement. J'esquissais un sourire lorsque je vis ces femmes d'une vingtaine d'année, se promenant presque nue dans un costume de lapin, pensant que Halloween n'était qu'une excuse pour s'habiller comme des traînées au moins une fois dans l'année. Ce n'était même pas attirant, j'avais de la peine pour ces femmes qui pensaient avoir l'air attirante ainsi, le maquillage frôlait l'excès. Je passais malencontreusement à côté de ces dernières, je sentais qu'on attrapait mon bras, un parfum beaucoup trop fort vint s'inviter dans mes narines « Hé mon beau, serais-tu par hasard le prince charmant que je cherche pour ce soir ? » Je posais mes yeux sur une rousse au maquillage outrageux, je crois qu'elle avait essayé de zombifier son déguisement de Blanche-Neige beaucoup trop court pour une princesse. « Pas intéressé, non merci » fis-je avec une mine dégoûtée. Je partais sous son regard ahurie, je ne serais pas l'imbécile qui tomberait dans ce piège à homme. Je laissais la place au premier obsédé qui fantasmerais sur une princesse Disney à la robe beaucoup trop courte. Je passais mes mains dans mes poches, agacé par de telles abomination de l'humanité. C'est alors que je vis cette chevelure brune et cette silhouette que je ne connaissais que trop bien. Mon cœur s'emballait dès l'instant que je la vis « Rosie ! » appelais-je, l'intéressée se retournait et je m'approchais d'elle, retrouvant ce sourire que je lui réservais. Ma main passait dans mes cheveux blonds et enfin, elle vint se poser sur sa joue légèrement rose. « Comment vas-tu ? » nous nous faisions un chemin à travers la foule, cherchant à échapper à la sensation d'étouffement que provoquais cette dernière « Allons plus loin, enfin, si tu n'as pas trop peur... » je la provoquais avec un sourire malicieux.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast {Pv}   Mar 12 Nov - 19:00

The beauty and the beast
FEAT.THOBIAS


Je déteste totalement cette ambiance glauque, je ne connaissais pas les rituels d'Halloween et je les trouve vraiment flippant. Je ne comprend pas que l'on puisse se faire peur juste pour s'amuser, je trouve cela terriblement malsain. Je regarde les gens passer à travers la librairie, les rues sont pleines. Je ne sais pas comment je dois réagir, certain entre de me réclament des friandises.. Daisy me fait à chaque fois un oui de la tête, elle a prévu un saladier rempli pour cette période. J'en donne donc à chaque fois une poignée. Généralement ce sont des enfants qui demandent des bonbons. Je reste derrière le comptoir et je tente de ne pas penser que les gens monstrueux sont dehors. Alors que la nuit tombe Daisy sort de la réserve et je tend une liste. Je l'implore presque du regard vu le monde qu'il y a dehors. Alors je prend le papier et je monte prend mes affaires avant de faire sonner la clochette de la porte d'entrée. Je soupire, et je prend le trajet de la supérette. Je me sens totalement oppressée par le monde qu'il y a dans la rue, les gens sont déchaînés, je reçois de confettis d'un peu partout. Je tente d'éviter les gens un peu trop excentrique, je souris quand même, je rase légèrement les murs. Je ne peux pas mêler à eux, je ne peux pas parce que je n'ai pas été habituée. Je me sens un peu mal.. oppressée lorsqu'il y a trop de monde. Je tente d'accélérer le pas, mais je suis souvent interrompue. Un homme se plante devant moi et ouvre son peignoir .. Je détourne le regard et je le contourne et je l'avance. J'ai l'impression que les personnes sont surtout ivres. Je me faufile dans la supérette et je prend ce que veux Daisy et je passe à la caisse. Je paye et je range dans mon grand sac. Je me sens totalement paumée, déjà que lorsque les rues sont vides je me perd, mais là.. Je prend une direction.. Une voix m'interpelle, je sursaute presque.. je me retourne et je trouve un blondinet que je n'avais pas vu depuis quelques jours. Je souris, il avance vers moi. " Oh Thobias ! " Je suis contente de le revoir.. je repense alors à l'homme qui est venu me voir à la boutique pour avoir des informations sur ce garçon qui me fait rêver et que je dessine trop souvent. Il pose sa main sur ma joue, je me pince les lèvres.. Je n'ose pas bouger. Je le regarde, je le dévisage presque, il me fait toujours le même effet. " Je vais bien.. je ne comprend pas trop l'intérêt de votre fête Halloween.. je ne faisais pas ça.. et je trouve cela flippant..et toi ? " Je déglutis en voyant un peu monstrueux.. un déguisement certes, avec des cicatrices partout etc. Je me décale vers Thobias instinctivement. Il me propose d'aller plus loin en se frayant un chemin à travers toutes ses personnes. J'attrape sa main pour ne pas le perdre sans même le lui demander. Une fois que nous sommes un peu à l'écart on peut marcher dans un parc.. Je n'avais jamais vu qu'il y avait un château au fond de celui ci. Je n'étais d'ailleurs jamais venue ici. Je lâche la main du blondinet. " Un homme est venu me voir pour savoir où on pouvait te trouver. " Je le regarde en marchant inconsciemment vers le château. " Rassure toi, j'ai rien dis sur toi.. enfin je ne sais pas grand chose, juste que tu enfin tu sais.. " Je détourne le regard. Le château semble désert, les fenêtres sont cassées.. la porte barricadée mais on peut se faufiler à travers les planches de bois. Je suis curieuse. " On entre ? Je suis sûre que ça peut-être drôle . " Ou pas.. mais on sera tous les deux, voilà ceux à quoi je pense. Je me glisse à l'intérieur.. Prise d'un coup de folie, d'une envie de rire, je me met à courir alors qu'il se faufile à son tour. Je me fige rapidement en voyant deux ombres passer dans le couloir.. Merde.. Je me retourne et je reste à coté de Thobias. On ne sait jamais. J'ai l'impression d'être Anya qui découvre le palais de St Petersbourg. J'avance jusqu'au grand escalier qui mène à une grande salle.. comme une salle de balle. Je suis émerveillée, tout est sombre mais la lumière de dehors éclaire assez pour qu'on apprécie. Je me penche en m'appuyant sur le vieux bois de la balustrade qui doit être à 5 mètres à tout casser. Mauvaise idée. Le bois pourri craque et je chute en avant en criant.. Je fais littéralement un plat dans sur une estrade qui m'évite les 5 mètres, je tombe de 3 mètres peut-être, mais avec la poussière et le choc, j'en ai le souffle couper. " AIE.. Merde.. "

codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast {Pv}   Mar 12 Nov - 22:00

Through The Never

- Je n’ai jamais vraiment fêté Halloween, tout d’abord, cette fête semblait être typiquement issue de la culture américaine, de ce fait, en Islande, ce n’était pas si répandu que cela pendant mon enfance. Certes, il y avait toujours quelques enfants qui venaient demander des bonbons dans les grandes rues. Notre maison n’avait jamais reçu de visite, l’immense portail qui entourait la propriété de mes parents devait sûrement dissuader tout enfant de venir sonner à notre porte. J’ai été riche, une fois, un jeune garçon issu d’une des familles les plus riches de Reykjavik. J’avais l’impression que cette époque faisait à présent partie d’un rêve étant donné le taudis dans lequel je vivais à présent. Le petit garçon était si loin, j’étais à présent la moitié d’une bête, condamné à prendre une forme animale presque incontrôlable. Cette forme était à la fois une force, mais aussi une faiblesse. Le puma en moi rendait mes enjambées presque souple et légère. J’étais devenu capable de la plus grande discrétion, mais je doute pouvoir vivre encore longtemps si on découvrait mon secret. Rosie était au courant de cela, elle l’avait découvert malgré elle et surtout malgré moi, j’ai voulu la défendre et la bête avait surgit de nulle part. A présent, ce n’était plus un secret pour elle, bien que je faisais de mon possible afin de la préserver de tout ce qu’il se passait autour de moi. Je n’osais imaginer les atrocités qu’on lui ferait si on cherchait à obtenir des informations sur moi et sur le réseau de résistance… Ce n’était pas bon pour elle de fréquenter une personne comme moi. Mais lorsque je la vis au milieu de cette foule, je ne pouvais m’empêcher de l’appeler. Elle n’était pas déguisée, je lisais d’ailleurs dans son regard une certaine inquiétude au milieu de toute cette ivresse d’Halloween. Mes lèvres embrassèrent son front et alors, je caressais tendrement sa joue. Elle ne semblait pas comprendre l’intérêt de ce genre de fête et elle semblait avoir besoin de mon avis. Je haussais les épaules « Ce n’est pas aussi populaire en Islande, mais j’aime bien cette fête ». Soudain, je la vis littéralement se tendre devant moi, ses yeux s’agrandissaient tel des soucoupes, je ne savais pas ce qu’il lui arrivait jusqu’à ce que je vis un homme au maquillage impressionnant, elle se collait contre moi et je la serrais afin de la rassurer, lui montrant que j’étais là. Sur ce, je lui proposais d’aller dans un endroit un peu moins bondé, ne désirant pas la voir faire une crise cardiaque à la vue de tous ces costumes. Elle n’était pas habituée à ce genre de fête, elle ne devait pas comprendre pourquoi tout le monde faisait cela. Je ne me suis pas rendu compte qu’elle avait pris ma main pendant que nous traversions la foule, c’est lorsque nous entrions dans ce parc que je me rendais enfin compte que nos doigts étaient entrelacés. Soudain, elle lâchait une véritable bombe. Un homme était venu la voir pour savoir où il pouvait me trouver. « Quoi ? Il était comment ? Il t’a dit son nom ?! » J’avalais ma salive, j’avais déjà l’impression que mon pire cauchemars « Rosie, promet moi que si on te pose des questions sur moi, dis leur que tu ne me connais pas, protège toi et livre moi, promet le moi Rosie ! » J’avais pris ses épaules entre mes mains, les serrant plutôt fort. Je murmurais des excuses et alors, notre attention fut portée vers un château porté presque en ruine. « Allons-y oui ! » Nous nous lancions à l’intérieur, en quête de découvertes. Mais soudain, dans un excès de folie, Rosie se mit à courir en riant, je la suivais suivant son humeur. Soudain, elle s’arrêtait et se figeait soudainement, comme si elle avait vu des fantômes, je ne vis absolument rien, je me contentais de lui frotter tendrement le dos. Nous nous lancions dans notre découverte, j’aimais l’esprit que renfermait ses murs, je sentais cette vie d’avant, j’entendais presque la musique faire écho sur les murs de la salle de balle dans laquelle nous entrions. Mon cœur tambourinait contre ma poitrine par l’excitation des lieux, l’envie d’en savoir encore plus. Mais soudain, tout se passa beaucoup trop vite. Un bruit de craquement, je n’ai pas le temps de la rattraper « BON SANG ROSIE !!! » criais-je, elle fut rattrapée par une estrade. Je me pressais de descendre à toute vitesse pour la rejoindre sans me rendre compte que mon esprit semblait s’éteindre.
- Belle, qu’as-tu fais ? Tu es si maladroite… Je m’approchais de son corps frêle et m’agenouillait à ses côtés « Belle ? Belle tu n’as rien ? » je me hâtais d’épousseter ses vêtement et enfin, je passais ma main sur son visage. « Oh Belle, tu es si maladroite ». L’état de choc de ce garçon m’avait laissé l’occasion d’occuper son corps, de l’occuper au moins une nuit afin de partager un moment avec cette créature brune à la peau de porcelaine qui m’avait volé mon cœur.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast {Pv}   Mar 12 Nov - 23:04

The beauty and the beast
FEAT.THOBIAS


Je ne comprend vraiment pas cette lubie de se faire peur, je suis restée à guetter les personne qui entraient et sortaient déguisées ou non. Parfois je sursautais de l'autre coté de la vitrine lorsqu'on tambourinait dessus avec des masques effrayants. Cette fête ne me plait décemment pas. Je déteste avoir peur, c'est une sensation des plus frustrante et je ne peux pas la ressentir, j'ai déjà assez peur pour mes parents, pas la peine d'en rajouter pour rien. Ce sont des frayeurs inutiles. Lorsqu'on vivait ensemble à l'écart de la ville, mes parents et moi nous ne fêtions que noël où j'avais le droit à un cadeau, on fêtait aussi mon anniversaire bien entendu. Seulement les anniversaires et noël et on s'en portait parfaitement, je crois que je préférais largement ma petite vie bien tranquille, certes parfois ennuyeuse, mais au moins je n'avais pas tout ce genre de truc, créatures magiques. Je ne serais pas obligée de me méfier de tout le monde. Je n'arrive à faire confiance qu'en très peu de gens et je ne trouve pas cela normal, j'aimerais pouvoir parler à n'importe qui sans risquer de me faire éjecter de manière impolie. Je ne parle qu'à trop peu de personne, deux enfaîte, Daisy qui me loge et m'emploie pour une durée indéterminée, et quelque chose me dit qu'au fond elle est ravie de m'avoir, cela lui fait de la compagnie, elle m'aime bien, elle a beaucoup de respect pour ma mère, elle l'a elle-même élevée, mais Daisy se fait âgée et je sais qu'elle ne sera pas toujours près de moi pour me surveiller ou me guider et je pense que cela me fera un gros vide si un jour elle devait disparaître. Je me suis profondément attachée à cette grand-mère de Louisiane avec ses origines polynésiennes.. sont accent légèrement français tropical..Ses petites manies.. L'odeur de son parfum.. l'engin qu'elle fait brûler dans la boutique pour éloigner soit disant les mauvais esprits. Et j'en passe, certaine chose qu'elle fait ma mère le faisait et je souris en la voyant par exemple chantonner la même chanson lorsqu'elle est énervée, c'est son remède à elle pour se calmer. Je suis rarement en colère, elle ne me l'a jamais chanté à moi, mais je l'entend tellement que je connais déjà les parole par coeur, elles me viennent en tête des fois sans que je ne demande rien. Elle sort parfois les mêmes brides de phrases que ma mère en prenant exemple a dû copier. Daisy par alliance c'est ma grand mère. Elle était la nurse de ma mère et maintenant c'est un peu la mienne.. La deuxième personne à qui le parle c'est Thobias. J'ai l'impression que nous étions amenés à nous rencontrer tous les deux. Deux voir trois fois il me sauve la mise. L'ultime fois je découvre qui il est. J'aurais pu penser qu'il ne s'agissait que d'une bête sauvage, mais je connaissais les mythe sur les métamorphes, Daisy m'a mis en garde, elle se méfie de Thobias, enfin surtout de sa nature. Je comprend mieux, j'ai vu en lui, ses yeux, sa façon de me regarder reste la même aussi bien bête qu'un humain. Ce qui m'a surement le plus frappé. Je savais qu'il ne me ferait rien. Il ne m'a jamais rien fait. J'avoue que je me pose des questions sur lui depuis que j'ai reçu la visite d'un homme voulant savoir où le trouver, mais je ne l'ai pas trahis. Une part de moi lui donnerait ma vie.. je lui fais confiance. Il m'a sauvé trois fois, je lui devais bien cela. C'est pour cela que je ne m'attendais pas à le croiser dans la rue, Daisy voulait que j'aille faire des courses. Elle me laisse assez vaquer comme je souhaite mais j'ai obligation d'aider. Je suis un peu soulagée de le voir ici parmi la foule. Je me sens moins seule. Je lui fais pars de mes états d'âme sur cette ambiance morbide qui ne fait que m'angoisser plus. Lui semble apprécier.. je ne sais pas comment il fait.. Un homme déguisé de manière outrageuse passe près de nous, je me colle presque à Thobias, je sens que je ne vais pas bien dormir moi cette nuit. Je déglutis.. Je sens les bras de Thobias me serrer un peu, j'aurais voulu qu'il me serre d'avantage. Je finis par le suivre pour trouver un endroit plus calme que cette grande avenue. On tombe dans un grand parc. Désert, c'est un peu bizarre de nuit mais jolie avec les jeux d'ombres. J'avoue alors à Thobias que je me suis faîte interrogée à son sujet. Je me rend aussi compte qu'à part sa condition, son origine et son prénom, je ne sais rien de lui. Je me sens d'un coup frustrée, je veux le connaître. En tout cas Thobias s'inquiète. Voulant savoir nom et physique de cet homme. " Je ne connais pas son nom, hum Blond, baraqué.. il ne te ressemble pas.. " Il refuse que je me mette en danger pour lui, je hausse un sourcil étonnée. " Hé.. je sais me défendre et je ne vais pas te balancer, ne compte pas là dessus, tu m'as sauvé plusieurs fois. Je ne peux pas te le promettre .. ! " Non, vraiment pas, je déteste lancer des promesses en l'air de plus. Pas mon genre, on m'a toujours appris que ne pas les tenir se répercuter sur le menteur un jour ou l'autre. Je découvre alors un château à l'abandon. Je me croit immédiatement dans un dessin animé de princesse.. oui à 19 ans. Thobias semble pour entrer alors je me faufile dedans. Je voulais m'amuser en courant.. seulement deux ombres me coupent le passage.. je flippe immédiatement.. ce n'est pas la première fois que je vois des choses comme cela.. Je me fige et Thobias s'avance en frottant mon dos. Je dois paraître folle je suppose. On avance pour tomber sur une immense salle.. On tombe sur le balcon d'un salle de bal je crois.. il surplombe tout, et les lumières de la ville éclairent et c'est magnifique. Je m'avance du bord en m'appuyant sur la balustrade pour y avoir la hauteur pas très haute de ce balcon. Je me retrouve 3 mètres plus bas.. le souffle coupé, mal au ventre avec le plat. J'entend Thobias jurer.. Il descend, je me redresse lourdement sonnée mais je n'ai rien de cassé. C'est là qu'il devient totalement bizarre. Il m'appelle Belle. Je fronce les sourcils. Il retire la poussière de mon jean.. frotte mon visage. Il ne cesse de continuer.. " Arrête de m'appeler comme ça.. Thobias ça va ? Je m'appelle Rosie, pas euh Belle.. " Je le repousse un peu effrayée. Ce n'est plus son regard habituel.. " Vous n'êtes pas Thobias.. " Voilà, là, je suis morte de trouille, je recule et je trébuche de l'estrade, bon sang, raz le bol de me casser la gueule, aie mes fesses ! Je suis trop abasourdie pour parler. Je me redresse difficilement lorsqu'une ombre me fonce dessus, j'hurle.

Je ne comprend pas pourquoi la vision de mon hôte est floue. Elle pleure.. J'essuie rapidement ce qui reste de larmes. Je souris en voyant l'image de l'homme que j'aime. Adam. Je souris, je remets mes cheveux.. enfin, non pas les miens, peu importe. Je me sens chez moi.. tout revit. la magie de l'autre monde. Je ris.. Il est sur l'estrade et j'avance vers lui à grande enjambée, j'y monte et je me hisse sur la pointe des pieds pour lui déposer un véritable baiser. " Mon adoré.. cette nuit nous appartient. Adam tu es si beau.. tu m'as manqué ! " Je le serre contre moi, le laissant me soulever.. je ris de bonheur.
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast {Pv}   Mer 13 Nov - 19:48

Through The Never

Rosie semblait être la pureté incarnée dans un seul et même corps… Je me demandais pourquoi elle continuait d’accepter de m’adresser la parole malgré mes premières mises en garde. Je n’étais pas une personne fréquentable pour une personne comme elle. Je faisais partie des personnes peu fréquentables de cette ville. Comme avec le gouvernement précédent, ce dernier se chargeait de la cause rebelle. Ce qui était assez contradictoire étant donné que ces personnes qui étaient à présent au pouvoir ont été auparavant des rebelles. C’est ce qui les rendait encore plus dangereux. Ils savaient comment on fonctionnait, ils connaissaient nos ressources, ils avaient des noms, des oreilles dans chaque rues et il était impossible d’avoir ce genre de conversation qui pouvait être tout à fait normale quant à l’actualité, sans être soupçonné d’être de cette communauté. J’en faisais partie, mon travail se résumait à cela, je participais aux réunions, divulguait des informations par le biais d’une radio pirate, j’enchainais avec des groupes de discussion. Bien sûr, je savais me protéger, j’utilisais toujours un nom de code et lors des réunions, j’utilisais toujours un faux prénom. Tout était calculé afin que je ne me fasse pas avoir. J’évitais d’avoir des personnes très proches de moi, car je refusais de les faire souffrir à cause de mes penchants politiques. J’imaginais déjà Rosie se faire attraper et interroger, on l’utiliserait afin que je me livre et elle serait considérée comme rebelle malgré elle. Je n’étais pas la personne qu’il lui fallait. Elle n’avait pourtant pas fui en découvrant malgré moi, ma véritable nature et pourtant, je ne lui avouerais jamais que j’avais déjà tué, que je ne contrôlais pas toujours l’animal. Peut-être qu’un jour m’attaquerais-je à elle sans même m’en rendre compte, dompté par le puma… C’était ma pire crainte, faire souffrir Rosie, la voir perdre son innocence et presque sa naïveté adorable. Ses parents l’avaient protégé de ce monde et je savais très bien pourquoi. Epicure disait peut-être que le bonheur était le savoir. Je crois que l’ignorance est le bonheur, car dès l’instant qu’on en sait beaucoup trop sur le monde dans lequel on vit, on ne veut plus être heureux, on se demande à quoi ça sert. Pourquoi faisons-nous des efforts alors que l’humanité courait à sa perte ? Je n’avais aucune foi en l’humanité, elle était vile. Nous étions arrivés dans un tel égocentrisme, je ne dis pas que nous devrions sans cesse nous tourner vers l’autre, favoriser le partage et retourner à une dictature communisme. Mais les valeurs Kantienne devraient être reprise dans le savoir-vivre de l’homme.

Je trouvais Rosie par hasard au milieu de cette foule d’énergumène fêtant dignement Halloween. Je remarquais que certaines personnes semblaient presque ivre et je notais que Rosie ne semblait pas très à l’aise dans cet environnement. Un rien semblait lui faire peur. Elle m’avouait qu’elle ne comprenait pas tellement le but de cette fête et surtout, qu’elle n’y était pas habituée. Ce n’était pas étonnant étant donné qu’elle avait été coupée du monde presque toute sa vie. Elle semblait se tendre dès l’instant qu’un homme au maquillage impressionnant marchait vers nous, elle se serrait contre moi. Je n’étais pas vraiment habitué à ce genre de geste. Je n’ai jamais été habitué à la tendresse, aux sentiments positifs, toute ma vie, je n’ai été animé que par une seule chose : la haine et l’espoir. Je ne connaissais rien aux autres sentiments, mais j’essayais de la serrer maladroitement contre moi. Nous nous lancions dans un endroit un peu plus éloigné afin que cette jolie Rosie ne me fasse pas une crise cardiaque avant de sortir de cette rue. En arrivant dans ce parc, je n’avais même pas remarqué que nos doigts s’étaient entrelacés. J’essayais de montrer que cela ne me faisait rien, mais je sentais ma peau crépiter à son contact. C’était nouveau pour moi. Je n’étais pas habitué à ce genre de contact avec les autres personnes, après ces années de servitude auprès d’un homme qui ne vous aimait pas, qui vous traitais comme son animal de compagnie, celui qui cédais à ses caprices de peur de voir sa famille tuée… Rosie était comme une bouffée d’air frais à mes yeux, mais lorsqu’elle m’annonçait qu’un homme était venu lui poser des questions sur moi, je cédais aussitôt à la panique, voyant déjà le pire des scénarios défiler sous mes yeux. Elle me donnait des détails physique, je cherchais dans ma mémoire, je ne crois pas avoir déjà croisé cet homme… « Si tu le feras Rosie. Si on te demande, ne cherche pas les ennuis, donne les indications qu’ils te demandent, ne fais pas d’histoire et ils ne te feront aucun mal… Ce n’est pas un endroit pour discuter de ce genre de choses ». C’est alors que nous découvrions ces vieilles ruines et la soudaine envie de les visiter nous prenait. C’était un ancien château abandonné, mais dès l’instant que nous étions entrés, je sentais encore toute la vie qui a pu avoir. Rosie courait comme une folle en riant, je la suivais, sa bonne humeur était vraiment contagieuse, mais soudain, elle se stoppait net comme si elle avait vu un fantôme. Je n’avais rien vu, je la rassurais du mieux que je pouvais et nous entrions dans ce qui devait être auparavant la salle de balle. Nous étions sur un des balcons. Mon cœur bondissait dans ma poitrine tandis que je contemplais les lieux, imaginant ce que cette pièce devait être pendant ces grands jours. Je fermais les yeux, cela devait être magnifique. A cause de tout cela, je n’eus pas le temps de rattraper Rosie. Tout se passait trop vite, j’étais en état de choc, mort de peur et alors, c’était le néant.

Mon hôte avait céder à la panique, c’est à ce moment-là où il avait été le plus faible, je me suis senti obligé d’en profiter… Il devait vraiment aimer cette fille, car il était prêt à sauter afin de la récupérer. Je pris le contrôle de ce nouveau corps, descendant jusqu’à ma belle, prononçant son prénom, je m’agenouillais vers elle, époussetant ses vêtements et passait ma main sur sa joue. Elle ne comprenait pas… Belle dépêche-toi… Elle cédait presque à la panique lorsque l’ombre de ma bien aimée se ruait vers elle pour prendre son corps. Et alors, ce regard apeuré se transformait « Oh Belle, tu m’as tant manqué aussi ». Je l’embrassais tendrement tandis qu’elle se hissait dans mes bras. Je riais de bonheur, la faisant tourner comme si je l’entrainais dans une danse « Chut… Tu entends ? » J’entendais presque un air de valse résonner dans cette grande salle. « Danse avec moi ». Je lui adressais un sourire et alors, je me penchais légèrement pour lui donner ma main, attendant qu’elle la prenne pour nous lancer dans une valse. « Tu es si belle dans cette lumière… »
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Beauty and the Beast {Pv}   Jeu 14 Nov - 12:02

The beauty and the beast
FEAT.THOBIAS



Il est dur de s'habituer à ce genre de ville lorsqu'on a toujours vécu isolée. Mes parents pensaient que c'était mieux pour moi de grandir ailleurs que dans une ville pleine de monstres, pleine de chose qu'une gamine n'a pas besoin de savoir. Apparemment je n'avais pas besoin de savoir que tout cela existait. J'aurais préféré connaître la vérité, je me retrouve totalement paumée au milieu de millier de personne, vivant au croché d'une dame que je ne connais pas plus que cela, elle a beau être proche de ma mère, je ne sais pas toujours comment je dois me comporter avec elle. Daisy est un peu une grand mère pour moi, mais elle est très stricte, je dois l'aider et travailler pour elle, ce qui me semble logique, après je peux faire un peu près tout ce que je veux. Lorsque je ne fais pas les courses, je suis en train de lire, si je ne lis pas, je dessine. Je ne pensais pas rencontrer des personnes ici, je pensais que j'allais rester ici et devenir comme ma logeuse. Je me faisais sûrement des idée. Il ne m'a pas fallut longtemps pour tomber sur une personne. Et l'expression tomber sur, est plutôt bonne puisqu'il m'est arrivé de nul part pour m'aider. Je n'aurais jamais pensé qu'un jour je serais dans cette situation. Il a débarqué et m'a aidé. Trois fois, une fois il a récupéré l'argent de Daisy, la deuxième fois, il m'a guidé dans la ville, j'étais sérieusement paumée et en plus il commençait à faire nuit. Puis il est apparut alors que deux types me cherchaient des ennuies. J'ai l'impression que depuis que je suis ici j'attire la malchance, les embrouilles et qu'il est toujours là pour rectifier. Je e sens en sécurité avec lui malgré sa nature non humaine. Thobias dégage quelque chose qui me rassure et je suis toujours mieux avec lui, je ne saurais pas l'expliquer, peut-être parce qu'il est plus âgé voir sûrement parce qu'il est la seule personne que je connaisse ici capable de m'aider un peu à me sentir bien. Enfin, je ne suis pas bien, j'aimerais retourner chez moi, retrouver mes parents mais ce n'est juste pas possible. Je ne sais, ils sont probablement morts à l'heure qu'il est.. ou enfermés en raison, je ne sais pas si un jour je pourrais les revoir. Je tente de ne pas y penser Daisy me fait souvent penser à ma mère, ou alors elle fait des réflexions sur moi qui lui rappelle ma mère. Physiquement il paraît que je suis son portrait craché ce qui me perturbe toujours plus ou moins. Si je ne dois plus les revoir, je préfère ne plus parler d'eux, peut-être les oublier un peu pour ne pas souffrir, je déteste être mal. Je ne veux pas souffrir.

Alors lorsque je me retrouve dans les rues de la Nouvelle Orléans qui sont blindés de monde je me sens mal, oppressée. Je n'ai pas l'habitude de ce voir de festivité, je déteste Halloween et les costumes d'horreur que je vois un peu partout, je flippe oui, c'est minable, mais je sursaute à chaque personne qui me frôle. Je détourne les yeux mal à l'aise lorsqu'un mec totalement ivre déguisé.. non même pas déguisé je crois, juste en peignoir, l'ouvre devant moi. Je me sens totalement pathétique.. je rase les murs, je tente d'aller vite jusqu'à ce qu'une fois m'interpelle. Je me retourne et je suis juste rassurée. Je le vois lui toujours lui qui vient à ma rescousse. Je souris, il s'approche embrassant mon front d'un geste protecteur. Je me sens un peu gamine lorsqu'il fait cela mais j'apprécie quand même, totalement paradoxale. Je glisse ma main dans la sienne lorsqu'il me tire dans la foule, pour pouvoir le suivre, il marche vite, je suis presque obligée de courir derrière lui. Je tente de ne pas regarder les costumes sanglants que je croise. Il m'emmène dans un parc. Bizarrement il est totalement vide, à deux trois exceptions peut-être. Je lâche sa main et on marche doucement cette fois. Je lui annonce que j'ai eu la visite d'un homme. Grand, blond, assez froid qui voulait des informations sur lui. Je ne pouvais pas tellement répondre puisque je ne sais pas où vit Thobias, il reste un personnage mystérieux qui ne semble pas décider à me faire confiance. Je le laisse faire, après tout, il ne faut pas brusquer les choses. En tout cas sa réponse m'effraie presque. Il préfère que je le balance plutôt à ce qu'il m'arrive des trucs. Je ne suis pas d'accord, il n'est pas question que je fasse quelque chose contre lui, je ne suis pas comme ça. Et qu'il insiste ou pas ne changera strictement rien, je ne le ferais pas. Il peut me faire peur quoi ne plus vouloir m'approcher je ne ferais strictement rien. «  Je ne ferais rien Thobias cherche pas, je ne suis pas comme ça et je ne le serais jamais. Je ne te balancerais sûrement pas et je suis assez grande pour savoir ce que oui ou non je peux faire. Daisy non plus ne te balancerait pas j'en suis sûre, peut-être que je suis nouvelle mais là.. j'ai compris que si on ne se soutient pas, on est plutôt dans la merde, pas questions que je fasse un truc pareil. «  Je m'énerve un peu, il me prend pour qui ? Sérieusement, je ne suis pas une personne comme ça, mes parents sont partis à cause de ça, ils ont voulu m'éviter un gouvernement traître et je n'ai pas l'intention de les aider. Je ne pourrais pas me rebeller mais je ne pourrais pas non plus trahir une personne qui commence à compter pour moi. Non. On avance vers un château. Il semble totalement désert. Je meurs d'envie de m'y faufiler pour voir ce que l'on trouve à l'intérieur. J'ai l'impression de me retrouver dans le conte d'Anastasia. Ma mère me le racontait souvent lorsque j'étais petit. Il ne me manque plus qu'un petit chien, je crois qu'il s'appelle Pouka dans l'histoire, mais je sais que cette histoire est idéalisée, la vraie a été beaucoup plus dure. La Russie devait être un si beau pays. J'aurais bien aimé pouvoir visiter le monde avant que tout n'arrive. Je me faufile avec Thobias à l'intérieur, tout est sombre, les lumières de la fête éclairent un peu à travers les grands grands vitraux. Je vois deux ombres traverser un couloir, je me fige, ce n'est pas la première fois que je vois une telle chose, mais je flippe toujours autant, je n'arrive pas à comprendre ce que c'est, j'espère qu'il n'y a rien de glauque encore dedans. Je n'aimerais pas voir Thobias devoir se changer en bête encore une fois. Surtout que c'est l'impression qu'il ne retrouve pas ses vêtements après et je ne me sens pas de le voir nu encore.. Je serais totalement gênée. On avance l'un près de l'autre. On tombe sur cette immense salle. Le parquet grince sous nos pieds.. ils semblent abîmé. Je m'approche du balcon sûrement où un seigneur ou je ne sais pas trop quoi, regarder ses convives danser, j'essaie d'imaginer ce genre de choses. Je me penche un peu trop puisque le bois cède et je me retrouve en bas, le souffle coupé. Je me reprend, Thobias accourt.. mais en l'espace de deux secondes j'ai l'impression qu'il y a un truc qui cloche, il ne m'appelle plus comme il devrait, mon nom est Rosie pas Belle et là, je me sens totalement submergée par la peur, comment cela est-il possible ? M'at-t-il caché des choses ? Je ne le pense pas bipolaire ou quoique se soit. Je remarque alors son regard, la seule chose que je connais bien, il me regarde toujours d'une certaine manière, une façon qui me trouble toujours beaucoup. Je commence à comprendre qu'il y a bien un truc étrange. Je suis morte de peur, pourquoi c'est toujours sur moi qu'il se passe des trucs glauques comme ça ? Je hurle.. morte de trouille.. une ombre jaillit de nul part et s'enfonce en moi. Je perd pied, je ne suis plus ce que je devrais être, je ne suis plus.

Ce corps ressemble un peu au mien. Petit, mince, frêle. Je me sens tout bonnement bien.. bonne hôte, je ne regrette pas ce choix et de toute manière les deux formaient sûrement un couple pour être ensemble ici. Alors je ne pense pas que ce que nous avons fait est mal. Je vois alors Adam, j'ai l'impression que tout est pareil notre esprits sont là, l'amour intact. Je fonce sur lui, j'ai du mal à réaliser, nous nous retrouvons enfin après tant d'année sans avoir pu le toucher, le caresser.. l'embrasser surtout. J'ai l'impression que l'éternité c'est écoulé avant que deux êtres s'aimant entre ici pour que nous puissions profiter de cet amour, certes naissant pour nous retrouver. Je retrouve ses lèvres et le corps de mon hôte semble aimer. Je ris lorsqu'il me fait tourner, admirant une beauté parfaite. Adam est parfait, je l'ai toujours trouvé parfait à mes yeux. Je souris il me demande d'écouter. Je me stoppe, guettant ce que je dois entendre. Un léger air de valse résonne, comme un souvenir lointain. Je souris pleinement. Il veut danser comme nous l'avons si souvent fait. Je saisis sans hésiter sa main et je me laisse rieuse entraîner dans la valse. Nous dansons un moment, je ris. Puis je lui échappe, je cours dans la salle, je cherche la porte qui mène aux couloirs de nos appartements. Je me retourne en riant sans cesser de courir pour voir s'il me suit. « ADAM ! Viens ! ». Il me suit, je bifurque dans la première chambre, c'était la sienne, elle est à l'abandon, mais mes souvenirs sont intactes, elle redevient aussi somptueuse. Je m'allonge sur ce lit en riant en attendant mon prétendant, heureuse.. «  Adam .. ! » Je l'appelle pour qu'il me trouve, je veux qu'il me trouve, que nous profitions.
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
 

The Beauty and the Beast {Pv}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Beauty and the Beast {Pv}
» [17/03/2017] Beauty and the Beast
» monter des bandes à partir des boites plastiques Gripping Beast
» eliane (beauty) ma presentation
» Gripping beast pourquoi ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-