AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hard power of Love (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Hard power of Love (pv)   Mar 17 Déc - 14:44

Hard Power Of Love
Regrets collect like old friends. Here to relive your darkest moments. I can see no way, I can see no way. And all of the ghouls come out to play. And every demon wants his pound of flesh. But I like to keep some things to myself. I like to keep my issues strong. It's always darkest before the dawn. And I've been a fool and I've been blind. I can never leave the past behind. I can see no way, I can see no way. I'm always dragging that horse around. And our love is pastured such a mournful sound. Tonight I'm gonna bury that horse in the ground. So I like to keep my issues strong. But it's always darkest before the dawn. Shake it out.

████████████████████████████████████████████


Malfamé, le quartier grouillait de gens paumés. D'esprits errants sans but, des âmes en peine cherchant désespérément à sortir de leur torpeur quotidienne au profit d'un soulagement éphémère. Avant que leurs déboires ne reprennent vie, plus forts encore, et toujours plus nombreux. Comme un cérémonial sans fin, ils ne pensent qu'à retarder leur échéance, essayant tant bien que mal d'échapper à leur fatalité. Dans un monde où tout semble être fait pour réduire leurs espoirs à néant. Leurs vies de débauche leur colle à la peau. Ils paraissent épuisés, les traits usés par le temps et les regrets. Ils ne parviennent à rien, si ce n'est à marcher. Marcher pour aller retrouver leur première dose de la journée, celle qui leur donnera la force de tenir encore un peu, ou les détruira, une bonne fois pour toutes. La drogue est devenue leur meilleure alliée, leur pire ennemie aussi. Réduisant leurs esprits en poussière et ramenant même certains d'entre eux à leur état le plus primitif. La drogue, cette chienne, qui les enferme dans son propre univers de débâcle incessante et leur arrache le cœur à coup de dépendance quotidienne, sans ne jamais leur accorder un moment de répit. Ne leur laissant même pas l'occasion de fuir, d'abandonner. Perdus au fond d'eux mêmes. Impuissants. Leur rituel est devenu leur seul moyen de se raccrocher à la triste réalité. Le seul moyen de se sentir vivants. Leur dernier recours pour survivre. Et eux, c'est un peu elle aussi.
Prisonnière de cet Enfer depuis trop longtemps, incapable de se mouvoir librement. Elle perd pieds jusqu'à se retrouver de l'autre côté du miroir. Devenant même la source des désagréments de tout ces gens. Se laissant elle-même aller dans la brume épaisse de son activité, et retrouvant peu à peu une certaine contenance face à ses clients. Des clients dont le nombre n'avait de cesse d'accroître, avant de s'effondrer inlassablement.

La transaction fut rapide. Elle, postée devant la façade délabrée du bâtiment avait attendu quelque minutes que l'un de ses clients du jour fasse son apparition. Les néons rouges du Seven Deadly Sins donnaient à son visage des reflets morbides. Lorsque l'homme se présenta, il parut surpris de voir une femme au rendez-vous. Il n'était pas le premier à réagir de cette manière mais elle n'y faisait même plus attention. Elle préférait rester concentrée sur ce qu'elle devait faire. Peu de mots furent échangés entre la trafiquante et son client. L'homme, grand, affublé d'un horrible manteau à trois boutons portait une barbe généreusement garnie. Cette allure ne lui allait pas du tout au teint, lui qui semblait masquer des yeux somptueux d'un bleu perçant. Elle lui tendit trois petits sachets transparents dans lesquels reposaient une poudre blanche, immaculée. Le client vérifia la marchandise et porta la main à une des poches intérieures de son pardessus en laine sombre. Il y déposa son précieux butin et tira de sa seconde poche une enveloppe blanche qu'il tendit à la sorcière. Elle l'ouvrit, compta les billets et les enfouis prestement dans le sac qu'elle portait en bandoulière en ajoutant « Le compte y est. Bonne journée ». L'homme ne répondit pas, il se contenta d'un hochement de tête des plus poli et s'éloigna, quittant le quartier sans demander son reste. Elle, rajusta la lanière de son sac sur son épaule, s'apprêtant à partir afin de faire prospérer son trafic.

Mais quelque chose restait tapi dans l'ombre de la rue. Elle l'avait remarqué depuis quelques secondes seulement. Quelque chose, quelqu'un, dont le regard pesait lourdement sur la sorcière. Ses yeux passèrent au crible les environs, toutes ses capacités mobilisées quand l'ombre se mit à bouger. Sans plus attendre, elle quitta son poste et se dirigea vers l'entrée du bâtiment, l'ombre toujours plus proche. Une odeur étrange s'en dégageait, un nectar qui lui était familier, et pourtant lui paraissait si lointain qu'elle ne parvenait pas à l'identifier. Apeurée, craignant des représailles d'une quelconque connaissance, elle poussa la porte d'entrée et se réfugia au sein de l'édifice miteux. Mais la porte claqua une seconde fois derrière elle. Faisant volte face, elle n'eut le temps de rien que son image revenait déjà la hanter. Belle, ténébreuse, la métamorphe se trouvait là, sa moue agacée peinte sur son visage de poupée. Elle lâcha un soupir de soulagement teinté d'un léger goût amer avant de poser des yeux tout à fait étonnés sur son aînée. « Aurora... Tu m'espionnes maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Hard power of Love (pv)   Jeu 19 Déc - 16:39


Le délicieux nectar lui carbonisa la trachée. Le liquide arriva dans son estomac comme une charge de dynamite, qui reflua en lui brûlant l’œsophage. La douleur qu'elle ressentit s'exprima en une hideuse grimace, lui volant quelques injures dans sa langue maternelle. La jolie serveuse lui adressa un sourire complice auquel la métamorphe ne répondit pas, abusée par les murmures inaudibles de ses voisins. La mélodie féroce d'une musique tentatrice se répandait dans la pièce comme une fumée abrutissante. Dissimulant en son sein les formes généreuses de ces âmes échouées. Leurs essences souillées par des regards terreux. La panthère laissa échapper un soupir, observant discrètement la sorcière qui dirigeait le club. Susanna avait une main de fer dans un gant de velours. Des rumeurs indignes couraient sur le patron, encore un vaseux dénué de bon sens. Le temps s'écoulait, menaçant, apportant avec lui les présages d'une affliction se traduisant dans son cerveau en ébullition. Le crâne cuisant, la skinchanger persista dans son aliénation, avalant le contenu des verres d'un trait. Elle se surprit à rire aux éclats, la voix stridente camouflée par un fond sonore toujours plus envahissant. Des mains baladeuses vinrent s'inviter à son état d'hystérie, profitant de sa déraison pour y voler quelques caresses. Alcoolisée, mais maîtresse de son corps, ses doigts agrippèrent avec furie l'arme déguisée sous son jean. La névrotique pointa le flingue dans sa direction, un sourire sanguinaire déchirant ses lippes pulpeuses. L'homme l'a dévisagea, une expression sinistre abîmant l'aspect déjà cadavérique de son visage. Une muse exotique vint s'interposer entre les deux adversaires, saisissant le félin avec une impulsion qui humilia l'intéressée. La traînée à la peau laiteuse jeta avec une sévère détermination la pauvre carcasse de cette cliente inhabituelle. « Dehors, médiocre vermine ! » Mortifiée, Azaria poursuivit son délire, ses railleries couvrant la sérénité d'un jour naissant. Pendant un instant, elle put lire de la pitié dans les sphères émeraudes de son interlocutrice. Bafouée par tant de compassion, l'Italienne se remit debout, vacillant sur le talon vertigineux de ses bottes en cuir. « Vaffenculo ! » cracha-t-elle dans sa langue natale. Scandalisée, sans même comprendre le sens de ces paroles acerbes, la charmante strip-teaseuse disparut dans l'obscurité du célèbre Little Darlings.

La brune quitta les lieux, un goût âpre l'a partageant entre l'envie de faire sauter leurs cervelles ou de se laisser glisser dans l'incommodité de son pitoyable appartement. Chancelante, sa main droite vint rencontrer le mur glacial de ces maisons lugubres. Le halo de lumière submergea son esprit dans une quiétude sans fin. Ignorant la défectueuse réputation du quartier, elle s'immisça dans les ténèbres, frissonnante. Son cœur palpitait dans sa poitrine, effrayé par les ombres dansantes sur la façade des bâtisses en ruines. Le regard fuyant, la panthère avançait à un rythme régulier. Au loin, les lettres rougeâtres du Seven Deadly Sins se détachaient dans la limpidité. Un spasme secoua son échine. L'arôme méphitique de substances illicites vint s'insinuer dans ses narines. Le timbre d'une voix mélodieuse caressa ses tympans. La silhouette de sa cadette était revenue la hanter, apportant avec elle toutes les objurgations de son comportement indigne. Un rugissement de rage explosa dans sa gorge lorsque les tréfonds de sa sœur éclatèrent comme une évidence. Taciturne, l'aînée se glissa discrètement derrière la jeune femme, la suivant dans la noirceur du bâtiment. La détresse prit possession de son être, agrippant le bras d'un inconnu, Aurora l'attira contre elle. « Donne moi ça. » ordonna-t-elle dans un murmure presque inaudible. L'étrange pilule vint rencontrer les papilles de la féline. Elle se sentit comme anesthésiée. Tout lui semblait à présent que des miséreux mirages. Le félin s'inséra à l'intérieur de l'établissement, claquant la porte avec agressivité. Les poings serrés et le visage défiguré par l'impétuosité, elle eut envie de régurgiter toutes les offenses du monde. « Espionner dis-tu ? » l'interrogea-t-elle indignée. « Toutes ces années de calvaire parties en fumée pour quelques billets ? Tu me fais honte. » Ses reproches sonnaient faux. Sous les hallucinations de l'alcool et de la drogue, l'Italienne hostile, avança  en direction de la benjamine. La paume de sa main vint se plaquer sur la joue rosée de Natascia. L'impact eut l'effet d'une bombe. Horrifiée par son propre geste, Aurora saisit son propre poignet. Pénétrant les ongles dans celui-ci, jusqu'à ce qu'un filet vermeil vienne harmoniser la blancheur de son épiderme. Un châtiment qu'elle voulut s'infliger à elle-même, esquivant le regard accusateur de sa petite sœur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Hard power of Love (pv)   Mar 24 Déc - 16:34

Au fil des reproches de son aînée, la colère montait peu à peu dans ses artères.  Elle pouvait sentir son cœur battre de plus en plus fort dans sa poitrine, comme si la simple vue de cette sœur inespérée la rendait à la fois vivante et terriblement irascible. L'expression indignée de la féline la laissait pourtant de marbre. Tout sonnait faux chez elle. Jusque dans ses pupilles imbibées d'alcool. Elle, son modèle, qui l'avait abandonnée se permettait sans gêne de la juger. La sorcière voyait trouble dans le jeu de la métamorphe. Tellement trouble qu'elle n'avait pas vu son geste arriver. Lorsque la paume d'Aurora, fragile et froide, vint frapper sa joue, sa haine, enfouie depuis si longtemps éclata. Déferlant dans la pièces aux quatre vents, comme une tornade de sentiments et de rancœurs terrés au fond d'elle même depuis l'enfance. Elle jeta à sa sœur un regard qui en disait long sur son état d'exaspération. L'impact la laissait sous le choc. Jamais elle n'aurait cru que son aînée oserait en arriver là, qu'elle oserait lever la main sur elle. Peut importe les conditions.
Avant que la panthère n'ait le temps de prendre ses jambes à son cou, et de s'enfuir encore une fois, elle s'approcha d'elle, luttant pour ne pas totalement se laisser aller à ses démons. Des démons qui pourtant, ne demandaient qu'à hurler leur indignation. Faisant face à son aînée, le visage emprunt d'aigreur et de rage, elle lui saisit les poignets sans ménagement et plaqua violemment le dos de sa cher et tendre sœur sur le mur de briques froides et hostiles de l'établissement. « C'est moi qui te fait honte ? », lui jeta-t-elle à la figure. « Tu m'as abandonnée ! Tu m'as laissée aux mains de notre père pendant que tu te faisais la belle ! Et c'est moi qui te fais honte ? », continua la sorcière, complètement bouleversée. Ses souvenirs remontaient douloureusement à la surface alors qu'elle faisait tout pour les chasser de sa mémoire et ses yeux, embués de larmes s'adoucirent. Alors la sorcière lâcha brusquement sa prise et détourna le regard.

« Tu pues l'alcool », lui lança-t-elle sèchement, lui tournant toujours le dos en signe de protestation. Reprenant ses esprits peu à peu. Le visage marqué de la sorcière se décrispa légèrement mais la rancune ne parvenait pas à s'échapper de son subconscient. Elle gardait le souvenir de cette sœur bienfaitrice au possible qui lui avait promis de toujours la protéger, lui jurant qu'elle ne l'abandonnerait jamais, qu'elle ne la laisserait jamais tomber. Des mots d'enfants, des serments futiles qu'elle n'avait absolument pas tenus. Et cela, plus que tout autre chose, Natascia ne parvenait pas à l'oublier.
« Et je ne pense pas me tromper en disant que ce n'est pas la seule chose que tu ais avalé ces dernières heures ». La raillerie était fondée, elle pouvait le sentir. Il n'y avait pas que l'alcool. Tout chez la métamorphe pouvait prouver qu'elle s'était droguée. Son comportement incohérent, son équilibre défaillant, ses pupilles dilatées. De plus en plus agacée par l'attitude adolescente de son aînée, la sorcière se retourna brusquement, impatiente, venimeuse et irritée. Elle alla se planter devant sa sœur. Elle ne cherchait pas à aggraver la situation. Faire comprendre à Aurora qu'elle ne lui devait rien, qu'elle n'avait aucun droit sur elle lui suffisait, bien qu'elle aurait préféré le contraire. Ses yeux s'assombrirent, comme si une force s'emparait d'elle, de sa chair et de son sang. Les regrets. Alors, elle planta son regard dans celui de la skinchanger avant d'ajouter « Fais-moi plaisir. Regarde-toi avant de me juger ».

La sentence était tombée. Infaillible. Irréfutable. Comme un couperet, elle ne pouvait la contester. Elle n'en avait pas le choix. Elle regrettait. Déjà. Son geste avait été violent. Ses paroles aussi. Et bien qu'elle ait été honnête, elle aurait aimé ne jamais prononcer ces mots. Sa langue brûlait du venin qu'elle avait craché mais son amour propre lui dictait qu'elle avait eu raison de mordre. Une bipolarité spirituelle qui la rendait vulnérable, fragile. Sensible. Beaucoup trop à son goût, même si son adversaire actuel était sa propre sœur. Elle ne savait pas quoi faire pour retrouver celle qu'elle avait perdue. Malgré la rancœur, la colère et la déception qu'Aurora engendrait chez elle, la sorcière ne désirait qu'une chose. Retrouver son aînée, ne plus être seule.
Un soupir agacé vint troubler ses pensées noircies par le passé. Elle était persuadée d'avoir été trop excessive, mais sentait que cela avait été nécessaire de l'être cette fois-ci. Inquiète de connaître la réaction de sa sœur, elle recula pour la laisser respirer. Que pouvait-elle bien lui dire maintenant ? Que pouvait-elle faire pour que son aînée ne lui en veuille pas démesurément ? Rien, pensait la sorcière. Natascia en avait assez de jouer avec la métamorphe. Épuisée de lutter contre le poids qui pesait sur elles et leurs retrouvailles inespérées. Elle ne se remémorait pas cette difficulté apparente de se comprendre mutuellement. Elles semblaient pourtant toutes les deux très bien se débrouiller lorsqu'elles étaient enfants. Et même si aujourd'hui tout avait changé, elle espérait encore pouvoir compter sur Aurora.
Revenir en haut Aller en bas
 

Hard power of Love (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kari ; i love you too new york city.
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» Vampire Love
» Seven.power-hébergement.com
» Tainted love.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-