AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Ven 20 Déc - 3:39


Je t'ai conquis, aimé et tué.

Étendu à même ce lit vide, la veuve n'arrivait plus à rien. Sa tête lui tournait. La solitude la surprenait plus que la douleur qui s'emparait de chacun de ses membres. Furieuse de sa faiblesse et de son plan, qui n'aurait jamais lieu d'être, la femme maintenant puissante tremblait. Un corps ne cessait de lui revenir en mémoire, un visage aussi. Elle pouvait pratiquement sentir les lèvres de cette personne, qui l'embrassait avec une chaleur que la sorcière n'avait plus sentie depuis de bien longs siècles. Les émotions, de cet homme, l'avaient prise au piège de l'attachement. Elle l'aimait. Comme Lilya pouvait aimer. Son ambition devançant cette émotion dérisoire. Pourtant, le mois passé à l'ignorer, à le repousser et à avoir obtenu ce qu'elle cherchait ne lui plaisait définitivement pas.
Sans cesse, chaque fois qu’elle fermait les yeux, les images de cet instant magique où il l’avait laissé gagner, où il l’avait encerclé de ses bras, où elle avait reprit goût à sa chaire, l’agressait de nouveau. Comme un remord, un dernier sursaut de sa conscience depuis longtemps enterré. Furieuse. C’était le seul sentiment qu’elle pouvait détecter.

Elle avait su l’instant qui lui avait assuré la victoire auprès de Maximilian. Elle n’avait simplement pas compris que son propre cœur lui jouerait ce tour. Trouvant en lui sa nouvelle faiblesse. Il avait déchiqueté son époux violent et lui avait offert, sans le savoir, la chance de devenir l’une, si ce n’est la femme la plus puissante du gouvernement. La libérant aussi de sa laisse si étroitement accrocher à son cou depuis la Nouvelle-Orléans. Elle lui devait beaucoup, mais lui en voulait d’avoir été aussi résistant à sa manipulation. Un étrangement mélange qui la rendait nauséeuse à cet instant précis.

Toujours aussi furieuse, elle quitta cet ancien matelas de débauche pour mieux enfiler une chemise de nuit coquine et des talons hauts. Une légère veste sur les épaules, elle attrapa son téléphone décidé à en finir de cette relation qui risquait de la faire chavirer avant sa mort. Chose, qu'elle refusait de s'accorder. La sonnerie retentit quelques coups, avant qu'on laisse la boite de messagerie vocale prendre la suite. « Viens me rejoindre sur les îles vénitiennes. » Sa voix avait été sec, distante. Elle ne demandait pas, ni même exigeait. Elle savait qu'il viendrait. Il recherchait depuis de trop longues semaines son contact pour qu'il ne se jette pas à sa rencontre. Peut-être dans le but de la tuer. Ce qui l'amuserait fortement, au vu de son état de morte en sursis.

Elle s’y rendit sans regarder derrière elle. Prête à toute éventualité, mais surtout en enfilant son visage de garce sans conscience. Lilya, la femme la plus glaciale, la descendante de la reine des neiges. Au cœur de ce lieu inhabité, elle l’attendait. Certaine d’être une fois encore, la gagnante de son propre petit jeu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Ven 3 Jan - 15:55

Il lui avait fallu du temps mais Lilya avait finalement réussi à faire tomber les barrières que Maximilian dressait toujours entre lui et ceux qu'il protège... A force de patience et de finesse elle avait su l'apprivoiser, entrer dans son monde et lui donner envie de ne plus la laisser repartir. L'attachement qu'il éprouvait pour cette femme était allé crescendo, jusqu'à ce que des sentiments fassent leur apparition et c'est là que tout avait basculé. La conquête n'avait pas été aussi simple qu'à l'ordinaire pour la sorcière, mais le métamorphe avait fini par devenir dépendant de sa personne. Désireux de la voir, insatiable dès qu'ils se retrouvaient dans l'intimité elle faisait de lui son jouet et il ne voyait rien venir. Méfiant de nature il avait longtemps été dans la retenue, mais soulagé de pouvoir être lui même sans risquer de la choquer avait déverrouillé quelque chose de sa personnalité qu'il bridait jusque là.
Max se sentait plus heureux, plus épanoui et se voyait beaucoup moins comme un monstre depuis qu'il était devenu l'amant de cette femme mariée. L'éloigner de son mari violent ne suscitait aucun regret chez le garde du corps, mais ce mariage demeurait un frein de taille à leur relation. Mais il n'avait aucune idée de ce qui se tramait dans l'esprit machiavélique de Lilya, et encore moins le rôle qu'il allait jouer dans son plan fort bien réfléchis. Enrôlé, confiant, il ne vit rien venir... Son dévouement pour la dangereuse sorcière allait bientôt avoir de lourdes conséquences.

Il suffit d'une nuit de pleine lune pour que tout bascule, nuit durant laquelle sa forme animale démontra toute l'étendu de sa force dévastatrice, de sa violence. L'époux de Lilya fût la victime des crocs acérés du crocodile furieux qu'était devenu Maximilian. L'homme de pouvoir n'était plus qu'une pathétique bouille ensanglanté quand l’œuvre du métamorphe fût terminée. Le poids de la culpabilité était alors tombé lourdement sur les épaules de l'humain qu'il était, et ceci allait le conduire à sa perte.
Dans un premier temps il avait cru au malheureux concours de circonstances, mais tout était trop bien orchestré pour que se soit l’œuvre du hasard. Manipulé par sa maîtresse, par cette femme en qui il avait eu confiance, la douleur qu'il ressenti en faisant se constat l'abattait encore un peu plus. Se sentant trahi la colère l'avait envahi, il ne se reconnaissait plus et se sentait rongé de l'intérieur par un mal qu'il n'arrivait pas à faire taire.

Voulant mettre un terme à cette incompréhension, se libéré du poids de ces actes qu'il avait fait pour elle. Max avait cherché à contacter Lilya à plusieurs reprises, elle jouait parfaitement bien le fantôme ne faisant qu'exacerbé la colère du métamorphe. Pourtant au fond de lui il voulait aussi la revoir parce que son absence lui causait une sensation de manque, renforçant son sentiment de culpabilité. Comment pouvait-il encore l'aimer après ce qu'elle avait fait ? Il se dégoûtait de plus en plus. Il cherchait à tout prix un moyen de la voir, de pouvoir régler ses comptes avec elle peu importe ce qu'il adviendrait car il n'avait plus rien à perdre. Désespéré il lui venait des idées stupides et irréalisables, devenu inefficace dans son travail son employeur l'avait mis en congé forcé en soupçonnant un burn out imminent...
Coupé du monde, immergé dans sa piscine intérieure sous sa forme animale, Maximilian tentait de trouver l'apaisement en s'éloignant de cette réalité trop dure à affrontée. Des heures durant il restait immobile tapit dans ce monde aquatique qui lui semblait moins hostile. Arrivait toujours un moment où il lui fallait sortir ne serait-ce que pour se nourrir plus pour une nécessité vitale qu'autre chose. Sortant de l'eau, totalement nu il attrapait une serviette qu'il enroulait autour de sa taille. Dégoulinant en laissant de nombreuses traces d'eau sur le planché il partait en quête de quelque chose à se mettre sous la dent.

L'espoir d'avoir un signe de la part de Lilya l'avait quitté et pourtant il continuait de contrôlé son téléphone au cas où... Sa surprise fût de taille quand il constata qu'elle l'avait appelé, il s'empressa d'écouter le message bref qu'elle avait daigné lui laisser. Enfin il aurait cette confrontation tant attendue, enfin il allait pouvoir comprendre... La questionner sur ses sentiments, sur toute cette histoire qui l'avait fait tant souffrir. En moins d'une demi-heure il était sortit de chez lui et rejoignait les îles vénitiennes où elle lui avait donné rendez-vous.
Le pas décidé, la tête haute il s'avançait vers elle en sentant à la fois de la rage, de l'excitation et une certaine angoisse. Elle était dos à lui, il s'arrêtait à quelques mètres sûr qu'elle avait capté sa présence « Ton nouveau statut de femme puissante te rend difficile à trouver et à contacter. » lâchait-il avec amertume « Est-ce que tu as enfin décidé de ne plus m'éviter ? D'assumer tes actes ? » leur histoire si courte fût elle, sa manipulation, l'effet destructeur qu'elle avait eu sur lui... Voilà ce qu'elle avait à assumer et il était déterminé à ce que ça soit le cas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Ven 3 Jan - 18:14


Je t'ai conquis, aimé et tué.

Fière, femme et sadique. Hautaine, sensuelle et détestable. Psychopathe, femme de puissance et salope de première. C'est ce qui se dégageait de sa peau, de ses manières et de son physique. Elle n'avait plus rien de la pauvre petite femme mariée à une brute. Disparu celle qui avait séduit un garde du corps difficile. Envolé la sorcière au bon cœur. Elle avait abandonné ses masques, s'affichant dans toute sa gloire. Elle voulait qu'il la déteste, pour être en mesure de le haïr à son tour. De ne le voir que comme le jouet qu'il avait été et qu'il serait encore. Elle n’avait aucune raison de prendre les émotions de l’homme en considération. Aucune. Si ce n’était une certaine forme d’attachement à celui-ci. Ce qui la rendait d’autant plus agressive vis-à-vis de Maximilian.
Au centre des îles, elle l'attendit. Réfléchissant à comment elle pourrait le manipuler de nouveau, s'assurer une prise sur cet instrument si parfait. Contrairement à ses expériences en la matière, cet exercice ne lui accorda nullement de la satisfaction. L'avait-elle à ce point humanisé? Grimaçant sous cette prise de conscience, elle n'en resta pas moins de marbre en percevant sa présence. « Ton nouveau statut de femme puissante te rend difficile à trouver et à contacter. Est-ce que tu as enfin décidé de ne plus m'éviter ? D'assumer tes actes ? » L’amertume qu’il avait dans la voix était aussi subtil qu’un éléphant entourer de souris. C’est, d’ailleurs, cette émotion qui lui permit de se rendre compte d’une chose très importante. Elle ne regrettait aucune de ses paroles, encore moins ses actes. Elle s’était quelque peu éprise de l’homme, n’en finirait pas moins avec cette histoire ridicule.

Se retournant pour constater à quel point il était beau, tout en haussant un sourcil étonné, la sorcière lui adressa un sourire qu'il ne connaissait point. Son sourire contenait sa méchanceté, son charisme et surtout, une touche d'ironie. « Que veux-tu entendre petit, que j'ai manigancé toute cette relation selon mes envies. Que je t'ai fait croire à ma faiblesse, que j'ai poussé mon époux à me battre après, qu'il ait décidé que je devais lui obéir. Que je t'ai choisi pour que tu puisses le dévorer et me libérer de cette cage en m'offrant davantage de pouvoir? » Son expression était celle d'une femme qui a conscience de ce qu'elle dit et qui ne s'en soucie pas. « Alors, soit! J'assume pleinement mes actes. » Avançant de cette démarche qui la caractérisait, elle vient aussi proche qu’elle le pouvait. Venant déposer son souffle près de son cou, déposant sa tête contre cette épaule qui l’avait consolé et protégé. Son corps se souvenait mieux de ce qu’elle avait apprécié chez cet homme et qui l’avait séduite. « Que vas-tu faire maintenant? Me briser l’échine pour te venger. Me promette qu’un jour tu me regarderas tomber dans la déchéance ou simplement disparaître? À moins que tu n’ais trouvé autre chose pour me torturer ? »

Son regard se troubla, camouflé à celui de Maximilian. Une douleur prit d'assaut sa tête. Rappelant à la femme, cette maladie mortelle qui coulait dans ses veines. Elle n'avait pas le temps de se laisser troubler par lui. Laissant ses mains se balade sur le torse de l'animal, elle se recula, une fois son visage redevenu impassible. « Dit moi, tu n'as pas l'intention de me faire du chantage? Pour obtenir richesse ou quoi que ce soit n'est-ce pas? Ce serait si... Peu toi. » Sur ce, elle lui tourna de nouveau le dos, allant s'asseoir sur une branche d'arbre qui avait atterrit un peu plus loin. L'espace d'une fraction de seconde, elle eut envie de se montrer gentille avec lui, mais son orgueil ne lui permettait point une telle faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Sam 11 Jan - 14:57

Depuis la mort du mari de Lilya le métamorphe se détestait. Son identité de monstre qu'il avait réussir à enfouir, son côté animal qu'il avait fini par accepter en parti grâce à la sorcière, lui était désormais encore plus insupportable que ça ne l'avait jamais été. Pourtant l'homme était violent, irrespectueux et sans doute un pion important pour le Gouvernement. Le déchiqueter comme il l'avait fait pourrait même passer pour un acte d'héroïsme aux yeux des détracteurs des puissants de ce monde. Mais Maximilian n'arrivait plus à se sortir de la tête l'image d'horreur qui l'avait envahie lorsqu'il avait retrouvé forme humaine, les informations dévoilant sans censure aucune des images sanglantes dont il était le responsable.
La macabre mise en scène était le résultat du plan machiavélique de cette femme pour qui il avait ressenti un réel attachement, à qui il avait donné sa confiance... A tort. Trahi par sa cruelle maîtresse il se sentait vide, sombrant peu à peu dans le dégoût total de tout son être. Parce qu'il est un monstre, parce qu'il a été trop faible, parce qu'il n'a pas su rester méfiant et voir clair dans le jeu de cette femme à présent perdu. Qu'est-ce qui était le plus douloureux après tout ?

Espérant peut-être alléger sa culpabilité, Max voulait entendre de sa bouche qu'elle était la responsable de tout ce qui c'était passé. Cerveau d'une manigance servant ses intérêts, qui à présent apparaissaient clairement au métamorphe. Simple pion sur un échiquier il souffrait d'avoir eu l'illusion de se sentir comme étant plus que cela. Mais avait-elle eu ne serait-ce qu'un peu de considération pour lui ou était-ce un rôle joué de A à Z ? Trop de questions sans réponses, trop de flou et de noirceur qui ne faisaient que l'enfoncer un peu plus vers les ténèbres de la destruction.
Il écoutait chaque mot, elle endossait la faute sans aucun remord, sans même une quelconque émotion si ce n'est de la satisfaction. Il ne l'avait pas connu si froide et calculatrice, c'était donc là son vrai visage... Il était déçu.
Le garde du corps n'eut même pas la force de reculer, la laissant poser sa tête contre son épaule. Le geste n'avait rien d'exceptionnel avec la relation qu'ils avaient entretenu mais il n'avait désormais plus le même sens... Plus aucun sens du tout à vrai dire. Ou peut-être celui de la provocation de la part de cette femme qui à nouveau voulait lui montrer qu'il était à sa merci. Elle le questionna sur ses intentions, et il n'avait nul besoin de sa suggestion de lui briser l'échine puisqu'il y avait déjà pensé de lui même. Or il n'était pas un meurtrier, finalement c'était elle qui l'avait utilisé comme une arme. Instrumentalisé par cette froide tueuse sans scrupule, il n'allait pas tomber si bas. « C'est là toute la différence entre nous... Je ne tue pas pour obtenir ce que je veux. La violence est l'arme des faibles. » répliquait-il, ce qu'il voulait c'était qu'elle disparaisse de sa vie... Retrouver son existence simple de cette vie où il n'était pas à moitié une bête. Une époque lointaine où il avait au moins eu le bonheur de connaître un amour sincère. A croire qu'il n'était tout simplement pas fait pour être heureux ou du moins entouré, puisque chacune de ses histoires finissaient mal.

Lilya reculait, il baissait sur elle un regard vide alors qu'elle le questionnait à nouveau sur ses intentions. Il n'y avait décidément que ça qui l'intéressait, ce qu'il pourrait faire pour lui nuire et l'atteindre. Qu'elle fasse mine de le connaître l'agaça, certes il s'était un peu livré mais il était tellement plus complexe qu'elle ne pouvait l'imaginer. Son attitude à la limite de la désinvolture le répugnait. De nouveau elle lui tournait le dos, comme si ça ne méritait pas plus de son attention. S'asseyant sur le bois d'une branche arrachée à son arbre d'origine elle faisait presque peine à voir. Comment pouvait elle être en réalité si insensible, cruelle et manipulatrice en ayant cet air fragile ? Maximilian n'y avait peut-être jamais porté attention jusque là mais elle avait une mine terrible, ses traits étaient ceux d'une femme fatigué... Sans doute le contre coup de ce pouvoir récemment obtenu.
Poussant un profond soupir il s'approchait dans le dos de la brune, posait les mains sur ses épaules les massant légèrement comme il en avait eu l'habitude il y a de ça pas si longtemps finalement « J'étais donc juste l'arme, c'est ça ? » une main remontait dans son cou qu'il caressait du bout des doigts « Ma présence, nos étreintes... Tout ça c'était du vent. » lâchait-il avec un air blasé. « J'aurais espéré avoir ne serait-ce qu'un peu éveillé ce bloc de glace qui te sert de cœur. » sa main glissait sans gêne aucune jusque sur l'emplacement du palpitant organe vital. « Tes mots... Tes caresses... N'était-ce vraiment qu'un rôle ? » son instinct ne pouvait pas l'avoir trompé à ce point, il n'avait pas été si stupide c'était impossible... A un moment ou un autre il aurait dû déceler le faux, la seule explication plausible était qu'elle n'avait pas été si détachée... « Je ne demande qu'un peu vérité dans toute cette histoire. Tu n'as rien à perdre à être sincère pour une fois. » il se foutait du pouvoir ou de la richesse, son existence n'avait plus vraiment de sens car il était devenu trop difficile pour lui de se regarder dans un miroir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Jeu 16 Jan - 2:52

Bloody conversation
Ton sang coule sur mes mains et je vivrai pour toi. Pour le sacrifice que tu m'as demandé... Bien, que j'aurais vécu d'une façon ou d'une autre.


« C'est là toute la différence entre nous... Je ne tue pas pour obtenir ce que je veux. La violence est l'arme des faibles. » Un soupir d'exaspération. Ce fut tout ce qu'elle pu répondre sur le coup. Oui, elle connaissait cette différence monumentale. Elle était un monstre d'égoïsme prête à faire éliminer toutes les personnes ayant compté pour elle. Et lui le pauvre manipulé et maudit par le passé. Bref, elle n'avait pas le beau rôle de cette comédie dramatique. Les yeux au ciel, la sorcière lui lança un regard calme, serein et honnête. En cet instant, elle avait choisi de ne plus lui mentir. Pour les prochaines, cinq secondes, en tout cas. « Tu as raison. C'est la plus grande différence entre nous. Tu es quelqu'un de bien et moi la salope capable de tout faire pour obtenir du Chaos et du pouvoir. J'aime la violence, j'en raffole. Elle est réussie même à prendre le déçu sur les orgasmes à mes yeux. » Elle laissa filer un léger rire. Maximilian semblait plus mal en point qu’à leur dernière rencontre et secrètement, elle se sentait coupable. Mais, de là à s’en vouloir… La route serait longue. « Oh! Et je ne suis pas faible, ni même colérique. Je suis dérangé. »

Assise sur sa branche, elle le fixait. Faisant le vide dans son esprit, combattant la douleur qui martelait maintenant sa nuque. Le souvenir de cette fameuse nuit où attrapant le cœur encore vivant du président, elle avait signé son arrêt de mort, réussi à lui faire aborder une expression de colère. Déconcentré, elle se raidit lorsqu'il entreprit de frôler sa peau. La laissant légèrement haletante. Elle se souvenait, des heures passées entre ses bras. Sereine et tristement consciente que tout cela aurait une fin. « J'étais donc juste l'arme, c'est ça ? Ma présence, nos étreintes... Tout ça c'était du vent. J'aurais espéré avoir ne serait-ce qu'un peu éveillé ce bloc de glace qui te sert de cœur. » La pression d'une de ses mains, la massant comme autrefois, lui faisait mal. Quelques secondes auparavant, elle aurait apprécié, mais c'était avant cette sensation brûlante se rependant à l'intérieur de son corps.  

La main sur son sein ne l'intimidait point. N'importe qui d'autre, aurait eu sa main séparée de son poignet, mais Maximilian avait le droit de se montrer aussi... Enfin, elle lui devait bien de lui laisser la maltraiter un peu. Après tout, il était cruel de fausser les jeux de l'amour. « Tes mots... Tes caresses... N'était-ce vraiment qu'un rôle ? Je ne demande qu'un peu vérité dans toute cette histoire. Tu n'as rien à perdre à être sincère pour une fois. » Enfonçant ses ongles dans la peau tendre de sa main, la sorcière réussie à refouler la douleur. Retrouvant un peu de son aplomb. Un sourire, léger, s'installa, tandis qu'elle venait caresser la main qui semblait indécente.

Avec toute la grâce qui l'habitait, elle se releva. Se tournant vers l'homme avec qui, elle avait partagé plus qu'on pouvait imaginer. Un mois auparavant, elle était moins amaigrie par la vie et lui moins déprimé. C'est ce qu'elle voyait en observant la scène. Contournant la branche qui les séparait et le repoussant légèrement plus violent vers le tronc de l'arbre le plus proche, Lilya se glissa sensuellement le long du corps de Maximilian. Avant de venir chatouiller son cou de ses dents. « Mes mots ne sont pas fiable, je dois l'avouer. Je t'ai souvent menti, quoi que... Pas autant que tu pourrais t'imaginer. Mes caresses, on ne peut plus réel. Je t'ai toujours désiré et ce n'est pas sur le point de changer. Je pourrais bien me laisser prendre ici même, alors, que tu me détestes de tout ton être. » Sans scrupule, elle frôla sa mâchoire de ses doigts. « Tu as eu ton importance. Mais, peu importe à quel point tu es essentiel à mon corps, je ne pourrais jamais abandonner ma vie pour toi. Ni mes vieilles habitudes. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Mer 22 Jan - 14:52

Trahi et manipulé, se sentant stupide d'avoir foncé tête baissée dans les manigances de la sorcière, Maximilian souhaitait un peu de sincérité. Une vérité brute et douloureuse même, peu importe pour peu que cela soit vrai et pas encore une fois des paroles tissées dans le mensonge. Sans une once de retenu Lilya lui donnait cette vérité ou du moins ce qu'il voulait entendre. Confirmant ses hypothèses sans même une pointe de culpabilité, elle confirmait ce qu'il avait fini par comprendre, cette amante diabolique était trop puissante pour lui. Il faisait figure de dégât collatéral, constat qui le rabaissait encore d'avantage alors qu'il se dégouttait déjà bien assez.
Et puis il eut un énième sursaut d'orgueil qui lui permit de ne pas s'affaler aux pieds de la sorcière en réclamant des coups physiques qui viendraient compléter la torture psychologique qu'il s'infligeait déjà seul. Max voulait plus, plus de vérité, comme si l'entendre de sa bouche allait pouvoir le libérer de sa culpabilité. Mais c'était aussi pour son égo, n'avoir été qu'un pion le frustrait terriblement alors qu'il avait pourtant senti dans ces moments passé avec la manipulatrice, des émotions réelles. Sauf qu'elle avait tellement bien berné qu'il n'était plus sûr de rien... Il jouait quitte ou double sur ce coup là, mais peu importe puisque de toute façon il était déjà au fond du gouffre.

S'autorisant des gestes qu'il n'aurait jamais pris la liberté d'avoir avec quiconque d'autre, il sentait un changement dans l'attitude de sa tortionnaire. Signe probant qu'il n'avait pas totalement tort d'avoir ne serait-ce qu'un peu cru avoir obtenu une sorte de place privilégiée pour l'insensible centenaire. Mais tant qu'elle ne confirmait pas, il vivrait dans ces doutes qu'il ne supportait déjà plus. Chaque nouvelle question lui donnait la migraine quand ça n'était pas ses souvenirs qui lui donnaient la nausée. Impuissant sous le poids du dégoût et de la culpabilité, il espérait une ultime lueur d'espoir en attendant des mots venant de celle qui l'avait plus trompé en quelques mois que ce qu'il n'aurait pu l'être en une existence entière s'il n'avait jamais croisé sa route. Parfois, le garde du corps rêvait d'un retour en arrière où il ne connaissait pas Lilya et où il prendrait soin de l'éviter... Mais la réalité était tout autre et elle l'avait brisé.
Il l'aurait presque supplié pour quelques mots vrais, sincères entendait-elle cette requête ? Il restait pendu à cet espoir, fixant son regard d'homme blessé sur elle si dure et pourtant pathétique avec cette nouvelle allure qui manquait de panache pour sa puissance nouvellement acquise. N'opposant aucune résistance il se laissait bousculer, n'étant de toute façon plus à ça près de la part de la brune. Comme elle aurait pu le faire il y a encore peu de temps auparavant son corps se glissait lascivement contre le sien, et malgré sa haine il arrivait encore à ne pas y être indifférent. Pourquoi était-il attiré par un tel monstre ? Encore une raison de se dégoûter. Elle arrivait même à lui arracher un frisson en titillant la peau sensible de son cou. Max fermait les yeux, laissant les mots s'inscrire dans son esprit. Attendant de sentir ce poids s'envoler, son estomac se dénouer. Mais rien. Le vide, une sensation intense de ne plus pouvoir être heureux un jour. Ça, ce qu'il était serait ce qu'il serait à tout jamais et rien ne pourrai l'en guérir.

Ses aveux sonnaient comme authentiques, telle une faveur qu'elle venait de lui faire en acceptant de lui dire la vérité. Il avait pensé que ça suffirait mais c'était peut-être pire encore. Son esprit s'embrumait dans des ténèbres avec qui il avait eu le temps de sympathiser depuis quelques jours « Je comprends. » lâchait-il dans un souffle. Son existence était dédiée à semer le chaos, elle ne pouvait s'encombrer de sentiments à son égard quelque soit l'effet qu'il produisait sur son être. Rouvrant les yeux il glissait une main sur le cou de Lilya « J'ai eu envie de te tuer... Tu n'imagine pas à quel point. Je croyais que tes aveux me libéreraient. » il la fit reculer pour pouvoir fixer son regard dans le sien, elle y lirait aisément sa souffrance et son désespoir « Mais ça ne change rien... Je ne peux plus être ce que je suis. Je ne veux plus l'être. Ni un pion, ni ce monstre. Pourtant je pourrais tous vous tuer, un par un. » il caressait sa joue « Te déchiqueter là sur cette île. » il prit une profonde inspiration et serrait les mâchoires « Sauf que je ne supporte plus cette culpabilité que je traîne depuis trop longtemps déjà. Et si tes mots n'ont pas suffit alors je veux que tu me libères définitivement. ». Pour cette ultime requête il tenait à garder son aplomb, aussi il se redressait et la regardait avec détermination « Puisque tu as commencer à me détruire, va jusqu'au bout. Tues moi. » c'était la dette qu'il lui demandait de payer « Offres moi au moins ça.».
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.   Lun 27 Jan - 21:05

Bloody conversation
Ton sang coule sur mes mains et je vivrai pour toi. Pour le sacrifice que tu m'as demandé... Bien, que j'aurais vécu d'une façon ou d'une autre.


« Je comprends. » Une réponse simple, à la fin de ses phrases cruelles. Mais, la sorcière restait là, paraissant détendu et lui lançant une œillade fortement désagréable. La vérité pouvait blesser, elle en avait conscience, sans pour autant s’être tempéré dans ses propos. Sa main sur sa nuque lui rappela la douceur, ainsi que la brutalité, de certains de leurs ébats. Le laissant la manipuler, pour mieux fixer son regard au sien, Lilya prit le temps de vraiment regarder son visage. Il semblait troublé, en détresse. Elle pouvait le ressentir dans sa façon de la tenir, de lui parler. L’avait-elle à ce point brisé? Avait-elle eu autant d’influence sur lui? « J'ai eu envie de te tuer... Tu n'imagine pas à quel point. Je croyais que tes aveux me libéreraient. Mais ça ne change rien... Je ne peux plus être ce que je suis. Je ne veux plus l'être. Ni un pion, ni ce monstre. Pourtant je pourrais tous vous tuer, un par un. Te déchiqueter là sur cette île. » Que de mots doux, il lui susurrait, en échauffant sa peau de sa caresse innocente. Elle semblait en avoir été happé par tout ce qui émanait de sa victime, oubliant l’espace de quelques secondes ce qui la rongeait de l’intérieur.
« Sauf que je ne supporte plus cette culpabilité que je traîne depuis trop longtemps déjà. Et si tes mots n'ont pas suffi alors je veux que tu me libères définitivement. » Un électrochoc traversa sa colonne vertébrale, tandis que la demande frappait l'instant de sa détermination. Avait-elle entendu cette supplique aussi ferme qu'il l'avait été en la prenant contre son lit? Un étrange sentiment d'envie et de peur s'installa au creux du ventre de la sorcière. Lui quémandait-on un suicide assisté? Quelque part, le peu de sang qui lui restait à glacer se changea en glace. De toutes les personnes rencontrées, allait-elle regretté celui-ci? « Puisque tu as commencer à me détruire, va jusqu'au bout. Tues moi. »

« Offres moi au moins ça.» Son regard se fit brillant de sentiments mitigé. Elle savait, qu'elle accéderait à cette requête, qui la libèrerait pas la même occasion des sentiments que Lilya s'efforçait de refluer au plus profond de son inconscient. Elle le savait et pourtant, sa faiblesse fut évidente, l'espace de quelques secondes. Reculant pour s'éloigner de sa présence et de son contact, la femme ferma les yeux. Un vertige la surprise, elle ne pourrait pas rester éveillé encore bien longtemps. Un tremblement s'infiltra délicatement dans chacun de ses muscles, tandis qu'elle se rapprochait de nouveau de Maximilian. Posant délicatement ses mains sur son visage, lorsqu'elle le regarde de nouveau une nouvelle force la maintenait en vie, celle de la colère. Elle était en colère contre la seule personne à l'avoir troublé depuis des années.
De ses lèvres, elle vient lui murmurer ses dernières paroles à l'oreille. « Sache que la mort est une délivrance pour ceux ne supportant plus la vie, mais qu'elle ne t'apportera qu'un repos au goût amer... Mais, je considère te la devoir. En cela, je te l'accorde. » Déposant sur sa mâchoire un baiser plus tendre qu'elle ne l'avait jamais été, Lilya passa ses ongles le long de son bras, murmurant des mots disparus depuis de longues années. Ses mouvements étaient instinctifs, dessinant un symbole, qui représentait la mort empoisonné. Elle se voyait mal, ne pas profiter de l'instant pour se procurer un nectar rare.

Délicatement, elle sortit une dague de rituel, qu’elle avait en permanence camouflé autour de sa cuisse. La lame ne produit aucune brillance, étant aussi noir que la nuit. À mesure, qu’elle continuait de murmurer ses mots d’antan, la douleur à l’intérieur de sa tête s’amplifia, mais elle tient bon, jusqu’à poignarder l’homme en plein cœur. Laissant couler une larme, en l’observant s’écrouler et agoniser. La lame était d’argent, il n’avait aucune chance de s’en sortir. Ses yeux se firent inexpressifs, lorsqu’elle pencha légèrement la tête en observant le dernier souffle de cet homme qu’elle pleurait. Par pleurer, elle savait vouloir dire que cette unique larme serait sa dernière pour lui. Bien trop occupé à chercher un moyen de ne pas s’effacer.
Essoufflé de l’effort et peut-être de l’émotion qu’elle venait de détruire, elle se laissa tomber au sol et caressa les traits maintenant inerte de ce qui avait été son amant. L’instant suivant, elle ouvrait une entaille sur cette peau parfaite, dévoilant un sang devenu légèrement rosé. Il était là, son poison si efficace qui demandait un sacrifice énorme à sa conceptrice. Il ne pouvait être créé qu’à la mort d’un être auquel on tenait. Mais, elle n’eut nullement le temps de remplir un quelconque flacon, l’air lui manqua, sa gorge se noua. La douleur qu’elle supportait depuis des mois était soudain insoutenable et son unique œil valide défailli.

La panique submergea la moindre fibre de son être. Quelque chose la brûlait au plus profond de son cerveau. Qu'avait-elle fait en ouvrant les portes de Darkness Falls? À part se condamner? Les visages fatiguer de ceux qui affrontaient les conséquences de son geste lui revint en mémoire, ainsi que chaque seconde de sa vie depuis l'instant où elle avait tenu le cœur encore battant du président. Qu'avait-elle fait? Si ce n'est, atteindre le paroxysme du bonheur en causant la mort et la désolation? Un rire voulu naître, mais ne fit que l'étouffer, ses forces la quittait, l'abandonna après des siècles et des siècles de torture. Elle allait mourir auprès de sa dernière victime. De la dernière personne à l'avoir apprécié au point de s'en détruire. Quelle ironie... Que lirait-on dans les journaux lorsqu'on les trouverait? Qu'on l'avait retrouvé, comme un couple maudit par un amour impossible? Quelle triste fin. Elle ne pouvait pas se laisser détruire ainsi, elle le refusait! Elle n'en avait aucun droit! Elle ne pouvait pas! Mais, pour la première fois de sa vie, son corps ne pu suivre sa volonté.

Rp Terminé.
Revenir en haut Aller en bas
 

Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je t'ai conquis, aimé et tué. Pv. Maximilian.
» Pink Floyd - Qui les ont connus et aimés :)
» widget "les messages aimés par les membres"
» Celui qui lie l'amour et la beauté n'a jamais connu l'amour. Celui qui lie l'amour et l'horreur a déjà aimé.
» [terminé] Rouge Comme la colère d'un homme quand il voit s'en aller tout ce qu'il a construit, tout ce qu'il a aimé... [pv Stain Greyjoy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-