AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sound Of Madness {Andreas/Maxime}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Sound Of Madness {Andreas/Maxime}   Sam 21 Déc - 15:28







❈ Sound Of Madness ❈



Andreas M. Wallander & Maxime S. Ross








Loterie du RP




« I Created The Sound Of Madness
Wrote The Book On Pain
Somehow I'm Still Here,
To Explain,
That The Darkest Hour Never Comes In The Night
You Can Sleep With A Gun
When You Gonna Wake Up And Fight... For Yourself?
»

La tombée de la nuit, une usine déserte. Digne d'un scénario de film d'horreur pour adolescents en mal de sensations fortes n'est ce pas ? Ce soir l'ambiance est particulière. Ce soir, l'air n'est pas seulement chargé d'électricité... il est surtout chargé d'hallucinogènes. Soumis à des illusions créées par des sorciers malveillants sans même vous en apercevoir, soumis aux mêmes fantaisies macabres. Au point de croire même vos blessures physiques réelles, et inguérissables. Les portes se verrouillent, vous êtes pris au piège. Quand on vous disait que la curiosité était un vilain défaut... Ne tentez pas de briser les vitres teintées, ce serait vous fatiguer inutilement. La Grande Faucheuse vous poursuit entre les dédales des couloirs, les machines offrant des cachettes plus ou moins salvatrices. Entendez-vous les aboiements dans les dédales de la bâtisse ? Des dizaines de Cerbères imaginaires vous pistent, avides de dévorer votre chair et de ronger vos os, histoire de faire de vous leur diner infernal. Vous en sortirez-vous ? N'ayez crainte, les illusions sont à durée limitée, elles finiront bien par s'évaporer...

Ordre de Passage:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sound Of Madness {Andreas/Maxime}   Lun 23 Déc - 22:50


Pourquoi était-il venu la ?  Il arrivait, rarement mais ca arrivait tout de même, qu’il fasse quelque chose qu’il ne comprenait pas sur le moment et qu’il ne comprendrait très certainement jamais. La première fois que cela lui était arrivé, il était encore jeune, très jeune, c’était encore durant sa première vie. Il avait commencé a fumé de l’opium. Sur le coup, il pensait se rapprocher de son art, se rapprocher de sa magie et de tout ce qui l’entourait. Ca allait dans ses croyances de l’époque effectivement, mais en réalité, le nuage qui passait et restait dans son esprit ne l’aidait a rien. A par peut-être a le tuer, oui ca n’avait réussi que ca. La, c’était plus ou moins la même chose, il faisait quelque chose, mais la raison du pourquoi était obscure, voire introuvable. Il s’était dirigé dans un quartier qu’il évitait en général le plus possible sauf quand il n’en avait pas le choix. Et pourtant, il y marchait ce soir, après avoir fait un immense détour de son travail jusqu'à chez lui, a vrai dire, ce n’était absolument pas sur le chemin, mais lorsqu’il avait franchi la sortie, il s’était dit que passer par la serait une bonne idée. Maintenant que la nuit tombait, il se disait qu’il s’était bien trompé. C’était moche, pas forcément excitant, et ca le retardait dans son programme de la soirée, bref, jusqu'à présent son idée géniale se retrouvait à être plus moisie que les affaires qui devaient encore trainer dans le manoir familiale en Allemagne, si jamais il existait encore…
Il avançait donc, les mains dans les poches de sa veste en cuir, pas qu’il faisait froid mais quand même. Il regardait distraitement autours de lui, la tête ailleurs et en même temps concentrée sur ce qu’il se passait autours de lui : rien. Et puis tout s’éclaira dans sa tête lorsqu’il passa prêt de l’usine. Il avait un lu un dossier il y a quelque jours a ce sujet. L’endroit n’était pas surveillé, mais ca n’empêchait pas pour autant le gouvernement de vouloir garder un œil dessus. La mission n’avait pas été confiée à Andreas, dieu merci, mais par curiosité, il avait pensé venir y jeter un œil avant de bien vite oublier l’histoire. Où tout du moins pensait-il avoir oublié. La preuve que non. Alors il s’approcha de l’endroit, il aurait bien pris la peine de trouver une porte d’entrée, mais ce n’était pas vraiment nécessaire, entre les fenêtres brisées et les pans de murs manquants, il était tout sauf difficile d’y entrer. D’ailleurs, il ne voulait pas y rentrer, juste y jeter un rapide coup d’œil. S’il avait eut plus de temps, il serait très probablement rentré par réelle curiosité. Le décors était digne de ceux qu’il avait pu voir a la…. Télévision ? Il n’était jamais trop sur du nom, il ne s’était plongé dans la culture moderne qu’il y a peu, il avait été bien trop occupé a rattraper son retard dans la littérature pour se pencher plus tôt sur l’art audio-visuel, qu’il commençait réellement a adorer. Sans surprise, il était friand de tout ce qui contenait de l’action, du mystère et de la violence. Les films et les séries d’horreur faisaient donc parti de ses préférés. Oui vraiment, avec la nuit qui tombait, l’usine qui ne ressemblait plus qu’a un tas de ruine et les odeurs, qu’il respirait a plein nez, de pourriture et de vieux, il se croyait plongé en plein milieu d’un de ses trucs qu’il avait vu. Il adorait. C’était d’ailleurs surement pourquoi il avait pris la peine de s’arrêter et de se rapprocher d’aussi prêt.

    A l’aide. Le jeune homme releva la tête et tendit l’oreille. Il aurait juré avoir entendu quelque chose. Ou peut-être n’était-ce que le vent qui lui jouait des tours.A l’aide!


Et bien non, ce n’était pas le vent. Quelqu’un appelait a l’aide, de l’intérieur de la bâtisse. Autant l’ignorer. Ou pas. Il n’en savait rien. Il devrait l’ignorer, il ignorait toujours les choses comme celle-ci, mais pas cette fois, non, il fallait qu’il rentre. Il devait rentrer. Non il ne voulait pas rentrer. Si. Non… Oh regardez ! Il y a des flèches lumineuses sur le sol qui clignotent de partout ! Qu’est-ce qu’il se passait ? Andreas se mit a tourner sur lui même, essayant de se repérer. Il ne savait pas ou il était. Il y a deux secondes, il était encore  devant une fenêtre, et maintenant, il était au milieu de nulle part. Au milieu d’un milieu d’araignées ? Il se mit a sauter partout, essayant d’écraser tout ce qu’il y avait sous ses pieds. Et puis il éclata de rire, pas son rire habituel, non quelque chose de plus intense, plus profond, quelque chose qui le prenait aux tripes et qui lui donna envie de pleurer. Alors il pleura. Il pleura toutes les larmes de son corps. Il pleura tellement que ses larmes se transformèrent en gouttes, et les gouttes se transformèrent en vagues et le tout forma un océan. Un océan dans lequel il se noyait. Un cri s’échappa de quelque part, un cri qui lui fit arrêté immédiatement de pleurer et tout disparut autours de lui. Il ne se noyait plus, les araignées avaient disparu, mais il était toujours dans cette usine, et rien, absolument rien autours de lui n’indiquait de sorti. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait. Il perdait la tête, il devait fou, fou a lier, a moins que ce ne soit quelqu’un d’autre…. D’ailleurs, il y avait quelqu’un d’autre, il n’était pas seul.

    Je sais que tu es la ! Il venait de sortir son couteau, celui qui ne le quittait jamais. Viens, montre-toi ! Je ne vais rien te faire…. Rien de faire de tout… Il souriait, de ce sourire du fou. Et son regard se posa sur sa main, il saignait. Il ne savait pas d’où mais il saignait. MONTRE-TOI QUE JE T’ARRACHE LES TRIPES !


Il n’était pas seul. Et l’autre personne était en train de jouer avec son esprit, et s’il y avait une chose a laquelle on ne pouvait pas toucher, c’était bien son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
 

Sound Of Madness {Andreas/Maxime}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sound Of Madness {Faith/Pirro}
» San Andreas Modding - Nom de Domaine
» FS- Creative Sound Blaster Audigy SE PCI Sound Card
» B.Sound: Piloter sa musique partout depuis votre PC,Tablette et smartphone
» Animation flash: Madness Combat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-