AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Mar 14 Jan - 23:20

Une main bourrue serrait celle du jeune métamorphe avec à la fois jovialité et reconnaissance. Parce que les créatures, comme tout homme, devaient aussi gagner leur pain, Soren avait su captiver l'intérêt d'un journal du coin pour son travail photographique. On lui avait confié la vilaine tâche d'immortaliser la cathédrale alors qu'il n'éprouvait pas la moindre sympathie pour la religion qui, vieille comme le temps, avait été oubliée dans le chaos, parfois totalement reniée voire justement abhorrée. Aussi, afin de rappeler au monde l'importance qu'elle avait eu jadis, une collègue attachée au passé avait décider de lui dédier un petit article. Soren avait espéré échapper à cette tâche, en vain. Il s'était donc attelé à la tâche lorsqu'un homme qui lui était étranger s'était permis de l'interrompre. Il avait désiré obtenir du jeune homme quelques clichés du monument et, pour se faire, lui avait offert une contre partie financière. Après une prise de rendez-vous au bas de son lieu de travail, l'inconnu bien satisfait laissa de nouveau au skinchanger toute sa tranquillité et il se remit au travail.

Il optimisait les réglages de son appareil et appuyait sans aucune concentration sur le déclencheur jusqu'à ce que ses photos apparaissent nettes sur le petit écran numérique qui, à cette époque, était un luxe de part sa rareté. C'était un cadeau de départ qu'il avait su conserver malgré les dernières tourmentes que l'objet avait dû traverser. Il jugeait de la qualité des images lorsqu'il vit sur l'une d'elles le portrait de l'ignominie qui l'avait transformé et de ce fait anéanti sa vie. Il redressa la tête vers la pénombre de la cathédrale et la vit, à moitié dissimulée derrière une des grandes portes à peine ouverte, discrète et silencieuse, patiente, attendant qu'on la découvre. Elle le fixait d'un regard qu'il ne parvint à lire et, dans ses yeux d'homme, la rancoeur devint noirceur. Ils brillaient d'un intense désir de vengeance, la fusillaient dangereusement. Sans ciller, il rangea son appareil et se dirigea avec franchise vers l'objet de cette haine qui n'allait pas tarder à le submerger. Elle se faufila dans le monument désert et sa création foula ses pas avant de clore la porte derrière son passage. Foule de questions se bousculaient et donc foule de réponses elle lui devrait...

Il attrapa sa créatrice par le bras et la plaqua contre une poutre de bois avec brusquerie et malveillance. Certes, touché par une balle d'argent, elle l'avait sauvé, mais Soren ne se sentait nullement redevable et lui rendre la pareille ne ferait jamais partie de ses prérogatives. Ses doigts épousèrent sa gorge, non pas pour la priver d'air malgré l'envie qui l'assaillait mais simplement pour la maintenir. Puis, d'une voix autoritaire, s'exprima. " Pourquoi me suis-tu ? ".

Des souvenirs revinrent le hanter. Il se rappelait ce bar où cette délicieuse créature avait osé l'aborder, enjôleuse et diablement séduisante dans sa somptueuse robe décolletée. La suite n'était qu'une brume dont il n'avait jamais pu extirper la moindre mémoire. Trou noir. Il se retrouvait simplement sur le plancher de sa demeure, conscient d'un changement qu'il ne comprenait pas, choqué par des clichés de canidé blanc sur lesquels figuraient des traces de rouge à lèvres et une note qu'il n'avait su comprendre. Aussi, il s'était toujours demandé ce qui avait pu conduire la sorcière à jeter son dévolu sur l'homme sans intérêt qu'il était à l'époque. Profondément bon et sans histoire, il n'était pas le meilleur des candidats pour postuler chez Satan. Assouvir les faveurs des Enfers ne lui avait jamais effleuré l'esprit, le mal le répugnait...
Investi d'une force bestiale, il affermit son emprise. " Tu as brisé ma vie ! Pourquoi moi ? ". La réponse qu'elle lui offrirait peut-être n'ôterait rien de son mal et ne le ramènerait pas plus vers la lumière convoitée, mais elle apaiserait au moins cette curiosité qui l'avait toujours rongé et qui ne cesserait de le torturer jusqu'à ce qu'on accepte de l'assouvir. Pourquoi lui ? Le hasard ? La destinée ? Pourquoi s'était-on permis de le briser en mille ? Dans quel but ? Son regard s'assombrit d'avantage. " Si je ne me contrôlais pas, je serais fortement tenté de t'arracher la gorge pour ce que tu m'as fait et au diable les réponses attendues !" .Soren ignorait tout de son état, de sa créatrice et du lien qui l'unissait à celle-ci...
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Jeu 16 Jan - 1:28




Avez-vous déjà entendu le proverbe ivoirien : « Même à un chien qui n’aboie pas il ne faut pas retirer un os sans précaution » ? Ces propos prenaient enfin sens.  La sorcière, dans cette furtivité avec laquelle elle avait jadis observé le berger blanc, s’adonnait à des œillettes discrètes, camouflée là dans les pénombres d’une porte colossale entrouverte, ne laissant probablement comme seule vue ce regard aux teintes de café, luisant dans cette ombre, brillant de cet éclat de sournoiserie qui la décrivait si bien, de cette salacité dont elle était affublée de part et d’autre. Elle était découverte, mais ça ne l’irritait aucunement. Cordelia voyait là un signe qu’il était fin temps que ces deux-là se rencontrent à nouveau, tous les deux pleinement conscients cette fois-ci, un pré-requis dont n’avait pas réellement bénéficié Soren la dernière fois qu’elle l’avait aperçue, blessé et aux bords de l’inconscience.

Fuyant ainsi le décor, d’un pas désinvolte et lascif, à l’image de sa personne, elle était loin d’être pressée. Si le chien tenait tant à revêtir le rôle du chat, elle agréait à jouer celui de la souris avec une complaisance bien singulière.  Tout l’opposé du beau brun en sorte qui, impératif et pressé, foula le pas dans le but ultime d’agripper pour de bon celle qui avait toujours été à ses côtés d’une manière ou d’une autre. Il ne l’avait pas toujours su, il s’en doutait parfois, bref, cela dépendait des jours. Mais aujourd’hui, il avait enfin la possibilité de remettre des traits fins et clairs sur ce visage embrumé, part importante de son passé, de leur passé commun. Il comptait probablement aussi obtenir des réponses à ses questions, mais la sorcière n’était pas aussi généreuse. Si elle l’avait affublée de sa présence – ce qui en soit était un présent pour lequel Soren devrait être reconnaissant – elle ne comptait absolument pas lui faire cadeau des réponses aux questions qui trottaient sa tête. Bien qu’elle se doutait que le chien ne manquait probablement pas d’idées pour lui faire avouer tout ce dont il avait besoin d’attendre. Encore fallait-il qu’elle lui concède ce qu’il avait besoin d’attendre. Dieu sait qu’elle était douée pour mentir, tourner autour du pot, ou offrir des mots acerbes, qui nul doute, ratifieraient l’amertume du canidé. La démone n’avait point décidé de comment allait se dérouler leur confrontation, mais elle savait qu’elle arriverait à lui imposer ses règlement avant qu’il ne le fasse, ne lui laissant que le choix de se plier à une partie du jeu. Un jeu de manipulation, de mauvaises intentions.

S’étant fait agrippée le bras et ensuite plaquée contre une poutre de bois de la Cathédrale, la brunette fût pris d’un rire qu’elle étouffa dans un pouffement espiègle, voire malicieux, une habitude chez la sorcière. « Heureuse de te revoir aussi, Milou – » murmura-t-elle, avant que son souffle ne soit coupé par l’emprise de la main du canidé contre sa tendre gorge, frêle, mais dont le teint hâlé lui donnait forcément une allure saine. Une référence à ce célèbre fox-terrier. Elle aurait pu choisir ‘Scooby Doo’, ‘Snoopy’ voire peut-être ‘Fido’, ça n’avait pas d’importance, n’importe quoi pour renforcer l’idée que Soren n’était plus qu’un sale sac à puce, son sac à puce à elle. La colère épousant follement les iris du beau brun, elle ne tenta même pas de se défaire de cette poignée virile, la force du jeune homme dépassant la sienne qu’elle ne le veuille ou pas. Au contraire, dans cette désinvolture habituelle, ce visage lisse, mais pas nécessairement froid, elle sembla s’enthousiasmer d’une espièglerie cocasse, alors que ses mains s’aventurèrent dans des terrains dangereux : le torse du jeune homme. Caressant du bout de ses doigts cet épiderme imposant, et bien malheureusement revêtu, elle sembla tracer lascivement des signes sans signifiance réelle. « Tu sais que tu es encore plus irrésistible quand tu es en colère? » Jamais ne se laissait-elle touchée émotionnellement, que ce soit par des insultes ou même une violence comme celle dont faisait preuve le jeune homme. Il lui faudrait bien plus que cela pour espérer soutirer d’elle quoique ce soit.

Mais cette emprise dont il était le maître semblait se raffermir plus les secondes passaient, laissant la sorcière dans une disposition inconfortable. Lorsqu’il affirma qu’elle avait brisé sa vie, elle roula les yeux dans un dédain et une présomption bien propre à elle-même. Elle avait horreur de ce genre de discours, et son regard las des foutaises que lui affluaient Soren en disait long sur ces sentiments. « Pauvre petit Soren, toujours la victime. » cracha-t-elle d’abord, acerbe et irritée par ce comportement de gamin gâté, de pauvre innocent, se mettant au centre du monde, se pensant le sujet le plus important, alors que c’était loin d’être le cas. Ces doigts se serrèrent de plus en plus, mais elle arriva quand même à souffler quelques mots en haussant à la fois les épaules et les sourcils, désinvolte à souhait. « Je ne sais pas, l’ennui, je suppose. Ça aurait pu être toi ou un autre, mais tes yeux bleus ont scellé l’affaire, je crois. » Elle marqua une pause, fixant le regard forcené du beau brun, et murmura d’un ton sensuel. « J’ai toujours eu un faible pour les regards azuré. » Un rictus accompagna ses lèvres discrètement teintes d’un rosé peu accablant, alors qu’elle repensait à ce qu’elle venait de dire. Bien évidemment que ce n’était pas la raison derrière ses actes. Jamais n’avait-elle fait quelque chose seulement par ennui. Tout était calculé et réfléchi, ses actes avaient d’ailleurs tous un motif. Survie, vengeance, rancune, peu importe, ça n’avait pas d’importance.

Le ténébreux ne tarda pas à l’assouvir de menaces quelconques et sans saveur, ne faisant qu’accroître ce sourire en coin qu’arborait la sorcière, complètement indifférente à ce genre de discours.  « Crois-moi, si tu venais à me tuer, tu ferais face à un destin bien plus sombre que celui-ci. » souffla-t-elle d’une voix brisée par l’emprise contre sa gorge, roulant les yeux au ciel, blasée plus qu’autre chose. Ce n’est qu’une fois l’incompréhension décernée dans le regard de Soren qu’elle comprit qu’il n’avait aucune idée du lien qui les unissait. C’était beaucoup plus compliqué qu’un seul titre de ‘créatrice’ et de ‘création’. Ils étaient réellement liés l’un à l’autre. Même qu’elle décida de pouffer un autre rire, question de bien lui faire comprendre que, premièrement, elle ne le prenait pas au sérieux, et deuxièmement, qu’il était vraiment à côté de la plaque. « Tu ne sais toujours pas? » laissa-t-elle flotter dans l’air, question de piquer sa curiosité. « Pardon, pardon, je ne devrais vraiment pas me moquer. C’est beaucoup plus pathétique que c’en est drôle. » Dit-elle avec dédain et mépris, question de le fouetter avec l’acerbité de ses mots cruels.



_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Jeu 16 Jan - 15:15

La sorcière déchaînait la tempête. Provocante et railleuse elle mettait à mal le contrôle de son pantin qui se devait de consumer toute sa patience pour ne pas lui offrir la jouissance de le voir céder à ses pulsions assassines. Elle ne semblait attendre que cela, qu'il se perdre dans une sombre colère sans fond, qu'il réplique avec rage à toutes ces tentations acerbes qu'elle lui livrait avec un amusement noir. Ses nerfs étaient devenus la proie d'un jeu sournois auquel il ne souhaitait pas participer, parce que la créatrice tentait de faire d'un pion sa création. Le changeur de peau redonna donc à la vilaine oratrice toute la complaisance de sa liberté sans prononcer la moindre réplique. Il laissa filer toutes ces provocations et ses doigts glissèrent le long de sa peau de pêche, effleurant les veines de cette fine gorge qu'il imaginait en sang. Puis, il brisa le contact en la repoussant avec violence. Il fit quelques pas en arrière, nullement apeuré mais désireux de mettre une distance apaisante entre son corps qu'elle parcourait tantôt et ses doigts d'enjôleuse. Son coeur battait à tout rompre pendant qu'il la contemplait d'un air perplexe et l'esprit se perdait dans son discours qui lui était jusque là dénué de sens.

Il prit place sur un banc de bois sombre de la cathédrale sans la lâcher du regard. Croisant les jambes, étalant ses bras le long du dossier, il se voulait désinvolte et totalement serein. Son vis à vis n'admirerait point le torrent de sentiments qui déchaînait chez le skinchanger et luttait pour le submerger. Son faciès était de glace, comme ce long pelage que cette sorcière lui avait conférer, figé, sans nuance. Ses yeux d'un azur profond miraient la brune de feu sans ciller. Ils étaient deux reflets d'arrogance, assiégeaient l'atmosphère d'une assurance absolument feinte qui avait pourtant l'air tout à fait réelle. Il laissa le silence s'installer dans le grand monument. Il prenait rigoureusement contenance et s'offrait le temps de réfléchir avec grand soin à la mesure de ces paroles peintes de menaces. Un plus sombre destin lui avait-elle assuré. Il avait pourtant du mal à imaginer que son existence puisse se révéler pire encore. La noirceur qui l'embrasait avait depuis longtemps atteint son apogée. Et la mort, le dit ultime châtiment, serait pour lui une somptueuse et convoitée délivrance. Aussi, qu'avait-elle à lui annoncer de plus noir ? Soren en venait à questionner sur la franchise de sa créatrice. Elle fabulait certainement, peut-être pour épargner sa misérable existence luciférienne. Néanmoins elle avait su piquer sa curiosité et il était prêt à lui laisser le bénéfice du doute. Il voulait entendre la suite, mais demeurerait sur la défensive. Aussi, prudent, des sons franchirent enfin le seuil de ses lèvres. Sa voix grave, profonde et placide résonna dans la cathédrale. " Tu fabules sorcière. Tu n'es qu'une provocante langue de vipère qui chercher à planter ses crochets là ou ça fait mal, c'est ta seule défense pour garder contenance. Je ne sais pas qui est le plus pathétique des deux... ". Ca y est, les mots étaient posés. Soren exprimait à l'interlocutrice qu'il n'accordait aucune valeur à l'acidité de ses paroles.

Il se redressa quelque peu sur son banc et décroisa les jambes, se mettant ainsi dans une position plus confortable et décontractée. Le regard toujours pointé sur la sorcière il esquissa un rictus amusé qui en disait long sur l'absurdité qu'il rattachait à son discours. " Un destin pire que celui que tu m'as offert ? ". Le rictus devint un franc sourire. " J'en doute... Que pourrais-tu me promettre de pire si je débarrassai le monde de ton ignoble personne ? ". Il marqua une pause brève puis repris avec sérénité. " La mort ? C'est ce qui nous attend tous... ". Son sourire s'évanouit et ses yeux la foudroyèrent. " Puis qui me dit que toutes ces paroles ne sont pas que des conneries qui ont pour but de te sauver la mise ? ". Il ne savait pas s'il touchait un point sensible ou s'il sautait à pieds joints dans un grand plat. Un métamorphe possédait-il suffisamment de capacités pour tuer un créateur ou ce dernier s'avérait-il beaucoup trop puissant pour espérer ne serait-ce que le frôler ? Quels pouvoirs détenaient-ils avec exactitude ? Il n'était pas certain d'avoir découvert la totalité de ses propres dons, comment donc considérer ceux des autres ? Ce monde était nouveau pour lui et il avait encore tout à y découvrir, bien qu'il n'était pas sûr d'y avoir envie... Parfois, l'ignorance était une douce consolation.

Ses pensées se dérobèrent et son esprit revint à la réalité. La sorcière était toujours là, dressée dans une robe de désinvolture, sûre d'elle et sans la moindre frayeur. Lui la dévisageait toujours avec aigreur, mais n'avait de cesse de ne laisser rien d'autre paraître sur son jeune faciès. Sans émotion, il mit fin à son discours, faisant savoir à la créatrice qu'il était toutefois disposé à entendre ce quelle avait à lui apprendre, car elle en agonisait d'envie... " Mais dis toujours, je te laisse le bénéfice du doute puis je suis du genre curieux ". Ses yeux pétillèrent soudain. " Donc... Que m'arriverait-il si je t'arrachais la gorge ? ". Ses traits devinrent hostiles et laissaient entrevoir un profond désir d'assouvissement. " Mis à part un soulagement ? ". La vengeance se dégustait ! La tuer ne briserait certainement pas le sortilège, ce fait serait bien trop aisé, mais lui offrirait l'apaisement d'un devoir accompli.

Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Ven 17 Jan - 22:01




Le voilà qu’il pensait qu’elle était en train de fabuler. En revanche, la simple idée que cette infime part d’honnêteté et de vérité soit considérée comme une fabulation de sa part esquissa un fin sourire sur le coin de ses lippes rosées. Chaque mensonge, chaque feinte, chaque sournoiserie qui sortirait de ses lèvres seraient éventuellement considérés comme sincères, alors que la vérité en elle-même sera régressée au poste de calomnie quelconque. Quelle ironie, n’est-ce pas? Ne vous méprenez pas, elle y trouvait là une véritable satisfaction. C’était avec une certaine complaisance qu’elle l’observait nier cette possibilité, parce que c’était la seule qu’il ne voulait pas envisager. Mais là était toute la beauté des choses. Un métamorphe, un changeur de peau lié à jamais à sa maîtresse, une sorcière, une mage. Un lien que la mort ne détruirait même pas totalement. Elle entraînerait Soren dans sa chute si elle venait à en arriver là. Il n’était qu’un chien en laisse, laisse sur laquelle la brunette pouvait tirer à n’importe quel moment, au plus grand désarroi du jeune homme. Il se pensait peut-être libre, tout du moins aussi libre un homme puisse-t-il être à cette époque, il se pensait peut-être maître de ses choix et de sa vie, mais il ne pouvait pas se tromper davantage. Il pouvait se berner aussi longtemps qu’il le souhaitait, mais pour son bien, il serait plus judicieux d’accepter ce tragique destin. Il lui appartient, sa vie, son future, tout. Elle est sa créatrice, et elle sera la raison derrière sa destruction.

La démone l’écouta tergiverser sur comment le monde serait meilleur sans elle. Dieu sait qu’on lui avait sorti bien souvent celle-là. Elle en serait presque vexée. Elle qui tenait tant en estime sa présence qu’elle offrait tant généreusement dans la vie pitoyable et misérable des gens qu’elle rencontrait. Mais Soren s’était démontré ingrat, alors elle ne s’attendait aucunement à ce qu’il lui montre une once de reconnaissance. Tout cela lui donnait envie de rouler les yeux et d’aller faire claquer ses talons ailleurs, mais elle n’avait définitivement pas fini avec le beau brun. Elle éclata d’un rire narquois, ce visage à la fois espiègle et sournois prenant des airs railleurs, avant que la demoiselle ne finisse par lever un sourcil, un air perplexe et amusé par ce qu’il venait de lui sortir. « La mort? » Elle marqua une brève pause, troquant ces airs railleurs pour une froideur cruelle. « La mort serait un sort bien trop doux, crois-moi.» Lorsqu’il lui demanda si ce n’était pas des foutaises racontées dans le but de se sauver la mise, Cordelia ne put s’empêcher de sourire. Un rictus malicieux, mais discret tout de même. Parce que c’était son genre, tout simplement. Mentir pour mieux rebondir ailleurs, pour prendre la fuite, faire diversion, ce que vous voulez. C’était un art complexe, mais un art qu’elle maitrisait. En réponse, elle se contenta d’hausser les épaules, nonchalante, valsant avec cette désinvolte habituelle, quelques mots soufflés tendrement, une citation bien connue : « That's for me to know and for you to find out. » Collant ses deux lèvres ensembles, elle se tût suite à ce bref discours.

Cordelia jeta un regard séducteur au beau brun aux jambes croisées, le bras étalé le long du dossier sur le banc sur lequel il s’était assis plus tôt, bien qu’elle se doutait que cela ne mènerait nulle part. Elle faisait ça, d’abord, par habitude, mais surtout parce qu’elle savait que ça l’irriterait, que ça lui rappellerait la nuit où elle l’a séduite et qu’il est naïvement tombé dans le panneau, la nuit où il est devenu sa création à elle. Cette position lui donnait presque l’allure d’un alpha mâle, berçant dans une froideur désinvolte, sa posture désintéressée, mais ses yeux, eux, pétillaient de pleins feux. Lorsqu’il se décrit curieux, un sourire s’ébaucha sur les lèvres de la sorcière, satisfaite de son coup. « Du soulagement à m’arracher la gorge, dis-tu? » Elle l’interrogea en levant un sourcil, jouant les ingénues, les demoiselles innocentes, une feinte qu’elle maîtrisait parfaitement, mais il suffisait que de dix minutes en sa présence pour se rendre compte qu’elle est loin d’être innocente. S’apprêtant à tourner autour du pot, de ne lui sortir une demi-réponse, une demi-vérité, n’importe quoi pour faire passer le temps. « J’oubliais… Tu es un meurtrier maintenant. » Dit-elle lentement, pesant les mots qu’elle lui soufflait. « Je suppose que tu adores ça. C’est comme ça que tu prends ton pied? Enfin, oublions les croquettes quelques secondes, je suis certaine que tu jubiles juste à l’idée de sauter à la gorge des gens afin de le leur arracher, n'est-ce pas? » Cracha-t-elle, insolente, peste à souhait. Elle marqua une pause, prenant une allumette d’un paquet qui se trouvait à ses côtés et étincela quelques bougies parfumées que l’on pouvait retrouver dans probablement toutes les Cathédrales…enfin, celles qui demeuraient, tout du moins. « Tu peux toujours essayer, tu sais. De me sauter à la gorge. Mais toi et moi savons pertinemment que je pourrais te réduire en poussière tout en me procurant moi-même une manucure. C’est peu dire. » conclu-t-elle en roulant les yeux, blasée de cet élan de prétention de la part de son sac à puce. Décidément, elle allait devoir tirer sur la laisse avec celui-là.

La sorcière s’approcha alors de lui, réduisant cette distance qu’ils avaient tous les deux installés entre eux en raison des quelques dérivations passées. La violence de Soren, la séduction incessante de Cordelia. Chacun son truc. Mais elle était prête à goûter à la rage du beau brun si ça lui donnait l’occasion de s’amuser avec lui, de l’embêter comme elle savait si bien le faire. « Tu me laisses perplexe, Milou. Une sorcière te transforme du jour au lendemain en un animal, et tu ne te poses même pas de questions? Comment y est-elle arrivée? Que se passe-t-il si tu meurs? Que se passe-t-il si je meurs? Quels sont le reste de mes pouvoirs? Tu n’as fais aucune recherche?» Laissa-t-elle suspendre en l’air, tentant à nouveau de piquer sa curiosité. L’allumette, à présent éteinte, mais toujours dans sa main, vint se balader contre le torse du jeune homme. La brunette déposa ainsi son regard caféiné dans les iris bleutés du changeur de peau, question de soutenir son regard, mais surtout de lui faire part d’un de ses talents de sorcière : une illusion. Quelque chose de simple, mais d’effrayant : un corps prenant en feu. Elle ne fit pas durer longtemps ce petit manège immature. Cordelia ne souhaitait en venir qu’à une seule conclusion : l’alpha, c’était elle, pas lui. « Pour quelqu’un qui se dit curieux, tu sembles surtout très con. » laissa-t-elle sortir de ses tendres lippes, désinvolte à souhait, broussant chemin et s’éloignant du métamorphe qui se remettait de ce tour de magie.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Sam 18 Jan - 17:51

La désinvolture et gausseries de cette hautaine créatrice laissaient le jeune métamorphe indifférent. Ce comportement n'était qu'une armure connue et reconnue de tous que revêtait la plupart des âmes désireuses de se voiler. Il était une machination menant à la conquête, celui qui déstabiliserait la création pour laisser au maître d'oeuvre tout le loisir de la soumettre. Soren ne savait rien de cet esprit sorcier qui le provoquait, ses desseins lui étaient impénétrables et c'était cette incompréhension qui l'avait toujours poussé à fuir cette présence surnaturelle qui le guettait parfois. Sans jamais en avoir réellement conscience, il avait souvent ressenti cette aura d'un autre monde qui voltigeait dans l'ombre. Cette enchanteresse du diable, comme elle l'avait écrit sur cette photographie laissant admirer le beau portrait du berger, n'avait pas renoncé à veiller sur son invention. Cette constatation engendrait une frayeur qui avait jusque là poussé ses pas à le mener dans une direction toute opposée à cette créature méprisable. Il avait peur de se retrouver piégé dans les méandres d'une destinée plus sombre encore qu'il rejetterait avec d'avantage d'aversion. Celle qu'on lui avait imposée était suffisamment difficile à assujettir. Néanmoins, les choses furent différentes, parce que l'aura insaisissable était devenue présence tangible qu'un cliché avait immortalisé. L'obscurité dans laquelle elle se confondait s'était estompée pour laisser à l'observé l'opportunité de mettre enfin un visage sur l'entité qui le contemplait terrée dans les ténèbres. Et quel visage... celui de sa plus grande répugnance, le dernier faciès qui lui fut donné de voir lors de son dernier souffle d'humanité et qu'il espérait redécouvrir un jour...

Un fin rictus anima son beau visage et ses sourcils se arquèrent sous un front légèrement plissé. Lui aussi interrogeait son vis à vis d'un regard narquois. Du soulagement à lui arracher la gorge... A contempler sa feinte candeur et ce sourire qu'il méprisait, il n'était pas bien difficile de comprendre que bon nombre de personnages avaient dû lui offrir cette répartie avant lui. Le mal était l'objet d'une foule de persécutions mais ces dernières demeuraient malheureusement de bien dérisoires menaces, il était périlleux de s'aventurer à décrocher de l'arbre les fruits de Lucifer qui y étaient souvent trop accrochés. Vaincre l'obscurité était une finalité accessible à peu. Preuve en était, cette sorcière perdurait. " Je ne crois pas blesser ta fierté en évoquant les réjouissances que ta mort provoquerait, tu dois sûrement être accoutumée à ce genre de discours. Ton joli minois ne suffit pas à charmer tous les coeurs ". Cependant, il attirait avec aisance dans ses filets. Soren en avait été la parfaite victime et s'était maissé apprivoiser par celui-ci tel un poisson avide de se délecter du ver sur l'hameçon. S'en était pathétique et cette vérité le rendait mal à l'aise. Qu'il avait été naïf, et il s'en voulait énormément pour cette dérive." En fait, il n'attire que les corps, tu n'es qu'une pute de luxe qui se sert de ses airbags pour parvenir à ses fins. Tu es tout aussi pathétique que le dindon de la farce ".

Meurtrier... Les provocations continuèrent de fuser en ce lieu sacré qui n'avait guère su taire les rancoeurs. La sorcière en venait à pointer la faille du doigt. Soren dût se contenir pour ne pas se lever de son banc et ordonner au berger de laisser ses crocs tailler la chair jusqu'à ce que la détentrice en devienne totalement méconnaissable. Au diable ce qu'elle avait à lui apprendre et cette perspective de funeste destin qui l'attendait au bout du chemin, il était prêt à courir ce risque, la récompense était trop alléchante pour accorder l'importance à la prudence. Néanmoins, il n'en fit rien. La diablesse ne profiterait guère de cette faiblesse de l'homme qu'elle cherchait à exhumer. Pour le moment, ce spectacle sanglant demeurerait un songe. " Dis moi sorcière, n'as-tu rien de mieux à faire de ton temps que de m'observer dans l'ombre pour venir me rapporter des faits dont je suis déjà au courant ? Petite lâche qui se cache en attendant je ne sais quel moment pour se dévoiler enfin... ta vie me semble trépidante ". Meurtrier... Ce mot résonnait et éveillait la douleur, mais il gardait le masque. La souffrance ne s'esquisserait pas sur son visage. La culpabilité ne serait point transparente. Puis, soudain, une évidence le heurta. " C'est pour cette raison que vous nous transformez ? Pour nous mettre au service du malfaisant ? ". Une profonde noirceur jaillissait de ses iris d'azur. S'il avait raison, il était encore plus manipulé qu'il l'avait imaginé. Cette révélation le frappa violemment avant qu'un franc sourire ne vienne apporter quelque contraste surprenant. " Il va donc falloir que je travaille à changer ce point... Tu devras te trouver une autre distraction ". Cette mission improvisée serait difficile à exécuter, il ne savait même pas s'il avait la moindre once de capacité afin de parvenir à un semblant de réussite, mais il ne délivrait pas à la créatrice le message qu'elle attendait.

Des flammes saisirent les cierges et une petite lueur orangée vint peindre l'ombre de la diablesse sur un haut mur de pierres blanches. Cette silhouette dansante avait quelque chose d'effrayant. Tout comme les menaces qu'elle proféra à la suite de son geste. Réduire notre pauvre métamorphe en poussières... rien que ça ! Soren avait du mal à croire à celles-ci, ce pouvoir lui paraissait trop commun et cinématique pour être vrai. Puis si la sorcière se révélait si puissante, pourquoi s'être laissée ainsi malmener ? Il se contenta de passer outre cette possibilité qu'il jugeait peu probable." Quant à tes précieux dons ma chère, je ne sais rien à leur sujet. Mais mon petit doigt me dit que tu as tendance à en rajouter, toi que j'ai retenue contre un mur comme une futile brindille ".

La distance fut brisée et le discours de la brune aguicheuse prit enfin de l'importance. Elle touchait un point tout à fait réel qui conférait à Soren une grande stupidité. Effectivement, il n'avait jamais cherché la moindre réponse à toutes ces interrogations. Le changeur de peau n'avait pas fait preuve de curiosité à l'encontre de son propre sujet, parce qu'il jugeait la méconnaissance plus réconfortante que le savoir. Puis, très franchement, il avait toujours soigneusement évité le genre monstrueux, préférant côtoyer soit le genre humain soit maîtresse solitude. Il s'était replié sur lui-même et n'avait pas voulu daigner comprendre tous les aléas de sa nouvelle nature, parce que la connaissance ne lui rendrait de toutes façons pas sa vie d'antan et pourrait accabler d'avantage son quotidien. Il avait suffisamment à digérer. Se mouvant un tantinet sur son bois, il s'apprêtait à lui répondre lorsque son corps prit feu après quelques caresses d'une allumette sur son torse noué. Nulle souffrance. Pourtant les flammes valsaient et le transformaient en torche humaine. Ses mains vinrent tenter de les éteindre pendant qu'il se redressait d'un bond, la panique dans les yeux, le sang pulsant contre ses tempes. Puis soudain les flammes moururent sans laisser la moindre trace de leur bref passage. Une illusion. Il adressa à sa créatrice un regard perplexe. " Très impressionnant quand on ne s'y attend pas, mais au final tu m'as plus l'air d'une magicienne de bas étage qui fait mumuse avec des illusions sans conséquences qu'une grande prêtresse luciférienne. C'était plutôt puéril comme tour de passe-passe. Ca ne donne pas envie de s'échiner à faire des recherches afin de découvrir le reste, ça m'a plus l'air d'une perte de temps que d'une trouvaille surprenante et existentielle. Puis, ne m'en veux pas, mais je n'avais pas en tête de te revoir un jour, alors pourquoi me serais-je intéressé à ta petite personne ? Et peu importe ce qu'il s'est passé cette nuit là, ça ne changera plus rien à mon destin. Le savoir ne me parait pas indispensable..."
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Lun 20 Jan - 0:24




‘Sorcière’, cette simple interpellation la rendait railleuse. C’était si formel, si froid. L’acerbité du jeune homme n’était que plus observable de par ce surnom, approprié certes, mais tellement peu accommodé au lien qui les unissait l’un à l’autre. Soren la détestait, probablement plus que n’importe qui d’autre, probablement plus qu’il ne se détestait lui-même, et pourtant, leur lien ne demeurait pas pour le moins fort. Bien évidemment que cela devait l’irriter plus qu’autre chose, mais la démone, de son côté, y prenait là un plaisir vicieux à extraire tant d’haine et d’agressivité chez quelqu’un sans pour autant le lui donner l’occasion d’assouvir cette exacerbation furieuse et brûlante au fin fond de son âme. Les attaques du métamorphe la laissèrent indifférente, valsant toujours dans cette désinvolture pour laquelle Soren devait bien la connaître à présent. Haussant les épaules, satisfaite et nonchalante, elle ne prit qu’une bonne inspiration, un air narquois accroché au visage, en disant gros sur l’importance qu’elle accordait à l’avis du brun, que cela soit sur elle et lâcheté, ou bien sur sa vie en général.

Le changeur de peau sembla pris de plein fouet par une révélation et ne tarda pas pour la vérifier auprès de sa créatrice en posant la question. La sorcière, elle, se contenta de sourire discrètement, bien que cette furtivité fût vaine puisqu’elle trahissait vraisemblablement la réponse que cachait la sorcière. Pour y laisser une certaine part d’ambigüité, mais aussi pour ne pas tout révéler au changeur de peau. Son petit jeu n’aurait plus vraiment de sens si elle confessait toutes les réponses à ses interrogations. Baissant le regard vers le sol de la Cathédrale, plus précisément sur ses talons hauts – auxquels elle accorderait vraisemblablement plus d’importance qu’elle en accorderait à ses propres créations, Soren compris – ce geste en disait long tout comme il en disait peu. Relevant ses iris marrons vers le jeune homme, toujours d’humeur taquine, ce sourire espiègle collé à son visage de démone, la belle plante admira un sourire franc sur le visage du bel apollon, contrastant ironiquement avec les circonstances actuelles. Il semblait avoir trouvé sa réponse malgré le silence de la sorcière qui, en tant que tel, n’en disait pas réellement long sur le sujet.

Revêtant toujours cette cape de désinvolture, la sorcière laissait les pics du jeune homme fuser, ne demeurant pas pour le moins offusquée par ces mots acerbes. Dieu sait qu’en sept siècles, de nombreux malheureux avaient prononcés de pire discours à son égard avec une verve bien plus humiliante et insultante que celle de Soren. Le beau brun était mignon, mais il ne faisait que jouer dans la cour des petits pour l’instant.  Ainsi, Cordelia ne tarda pas à lui faire comprendre ce qu’elle pensait réellement de cette prétendue curiosité qu’il s’était inventé, faisant l’usage de sa répartie comme elle savait si bien le faire. Or, elle comprit aussi que ce n’était jamais bien suffisant, d’où cette illusion qu’elle força contre le changeur de peau. Une certaine frayeur pouvait être observable dans ses iris azurés, une frayeur que délectait la démone, mais qui ne dura pas plus que quelques secondes avant qu’elle mette elle-même fin à ce manège. Tronquant la colère pour un air plus perplexe, Soren qui semblait enfin prendre un rôle confortable dans cette joute verbale contre-attaqua. Si elle fût d’abord amusée, ces traits prirent rapidement des tournures blasées. Voulait-il réellement jouer à ce jeu? Des discours du genre, elle pouvait lui en servir elle aussi. « Donc, si je comprends, et sens-toi libre de me corriger Milou, tu es le bon-à-rien qui a été assez pathétique et misérable pour tomber sous le charme vulgaire d’une pute de luxe quelconque qui n’a rien d’autre à offrir que ses airbags, pour ensuite avoir été assez imbécile et faible pour la laisser te transformer en un sac à puce, ingrat qui plus est, alors qu’elle n’est qu’une magicienne de bas étage calibrée en puérils tours de passe-passe? » Marquant une pause, elle feint une expression songeuse, réfléchissant aux quelques mots qu’elle venait de dire, rappliquant immédiatement. « Sincèrement, je crois que ça en dit plus long sur toi que sur moi. » Puis elle pouffa un rire narquois, se moquant de sa pauvre petite personne. Cette victime qui tentait tant bien que mal de démontrer que ce qu’elle lui avait fait ne le dérangeait pas plus que ça, qu’elle n’était absolument rien à ses yeux, qu’elle ne méritait même pas une seconde de son temps. Ce genre de comportement l’amusait, bien qu’elle trouvait cela stupide et pitoyable. Elle y trouvait malgré tout une certaine ironie, et c’est tout ce qui lui suffisait pour qu’elle prenne un malin plaisir.

« Soyons francs l’un envers l’autre. Tu es un bon-à-rien, Soren. Une petite merde que j’ai malencontreusement piétinée parce qu’elle se trouvait dans mon chemin. Tu peux te dire tout ce que tu veux, tu sais, mais tu demeures et demeureras toujours dans le déni. Regardes-toi, pitoyable et misérable, à renier le fait que tu as été si faible cette nuit où je t’ai transformé, à renier ta nouvelle nature. Tu es un monstre maintenant. Peut-être que tu en valais la peine quand tu étais encore qu’un simple Homme, mais à présent que tu n’es plus que l’ombre de celui que tu étais jadis, tu ne vaux plus rien. Tu peux te débattre contre ta nature autant que tu le souhaites, ça ne changera rien. Tu as tué et tu tueras à nouveau, encore et encore. Ton âme est pervertie à jamais. » Son discours n’était pas sincère. Mais l’avait-elle déjà été plus que de quelques secondes? Disons que la brunette savait pertinemment que son venin entamerait son chemin là où ça fait mal. Il y avait vraisemblablement une certaine rancune dans le discours de la sorcière. La victime de cette verve empoisonnée n’était pourtant pas du tout au courant de ce qui l’avait réellement motivé. Il n’avait en tête que l’idée qu’elle l’avait fait par ennui, ou par cruauté, peut-être les deux. Alors qu’en réalité,  il y avait bien plus derrière cette histoire. « Tu as peut-être négligé ce fait, mais n’oublies pas que je t’ai sauvé la vie une fois, aussi lâche puis-je être. Tu as eu le droit à une deuxième chance. Tu étais à deux doigts de la mort, je t’ai sauvé la vie et donné, involontairement certes, la chance de te rattraper, de trouver rédemption… Qu’est-ce que tu as fais? Tu es allé tuer de pauvres et innocentes personnes, une fois de plus. » Elle marqua une pause, s’assurant que le beau brun l’écoutait toujours et qu’il la suivait bien, car il était primordial que les mots qu’elle lui crachait à la figure soient bien gravés dans tout son être. « Tu vois où je veux en venir? Tu ne peux pas retourner en arrière, Soren. Tu es un meurtrier, un monstre, et tu le resteras à jamais. »

Cordelia s’assura de garder une certaine distance avec le jeune homme, ne souhaitant pas réellement être plaquée de nouveau contre une poutre de bois, à moins que cela soit dans des conditions fortement plus agréables que les précédentes. Ceci dit, elle n’en avait toujours pas fini avec lui. Il manquait encore une chose, pourtant essentielle pour s’assurer qu’elle ait bien fait son boulot. « Puis, évites de me faire la morale sur la lâcheté. Aux dernières nouvelles, tu ne t’es toujours pas occupé de ce chasseur qui veut ta tête sur un plateau. » Elle plissa les yeux, amusée par une révélation qui venait de la frapper à l’instant même. « Tu es pire que moi, en fait. » Parce qu’elle savait à quel point ces mots trancheraient plus qu’une lame ne l’aurait fait dans sa chaire.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Mar 21 Jan - 22:01

La glace recouvrait les traits du monstre changeur de peau qui ne se laisserait décontenancer pour rien au monde par les joutes acerbes de cette créature des Enfers. Tel était son but, la colère de l'homme, l'effusion de sa fureur, et il comptait pour l'instant la maintenir en échec. Aussi, nonchalant, il se releva et heurta le sol religieux de ses pas mesurés. Le sourire sur le visage, les iris pétillantes, la démarche pleine d'assurance, il ne cessa guère son désinvolte manège lorsqu'il répondit à la sorcière. " Donc, si je ne suis pas dans le déni, je peux t'assurer que je suis effectivement le bon-à-rien qui complètement bourré a été assez con pour se laisser séduire par une dame qu'il jugeait à l'époque tout à fait classe et honorable. La pute de luxe à la magie de bas étage ne s'est révélée qu'une fois sa petite affaire dans le sac. Si j'avais connu ses petits " défauts ", crois moi que je ne l'aurais jamais approchée, je valais bien mieux que ça, aussi luxueuse soit-elle. Euh, en toute modestie bien sûr. Mais cette pauvre magicienne devait se vêtir d'une fausse parure pour qu'un homme puisse se résoudre à la laisser le séduire, sans ça elle ne devait connaître que le rejet, elle était tellement abjecte au final... Aujourd'hui, j'ai presque pitié pour elle. Misérable créature, condamnée à camoufler sa laideur pour séduire et à se prostituer pour obtenir ce qu'elle désire... Mais je la comprends, qui voudrait d'un monstre après tout ? Quant à la suite des événements survenus cette terrible nuit, on ne m'a pas vraiment laissé le choix... Mais ça c'est une autre histoire, un peu longuette à raconter. Cependant je te livre quand même la fin, elle est intéressante. Cette pauvre sorcière, si vilaine et répugnante, se sentait tellement déboussolée par ce monde qui sans doute la rejetait sans cesse et devait lui prendre depuis bien longtemps tout ce à quoi elle tenait qu'elle transforma le con en chien en espérant enfin détenir un ami fidèle qui lui lécherait le cul avec envie plutôt que sous la contrainte ou la tromperie". Un bien long discours prononcé sur le même ton que cette créatrice qu'il calquait à la perfection. Se gaussant de son attitude et de ses ripostes, il alla jusqu'au bout de sa mise en scène et rit d'un air tout aussi narquois.

Et soudain, le jour devint la nuit et le métamorphe se jeta sur son ennemie. Il la saisit très brutalement par le poignet puis, au moyen d'une force tempétueuse, l'attrapa par le cou pour la jeter avec violence contre le mur rugueux façonné derrière elle. Le choc fut tel qu'il aurait pu la briser, peut-être même l'avait-il fait. Le coeur rapide, le regard sombre, le souffle court, l'ouragan avait fini par dompter ses résolutions placides et l'homme s'était déchaîné. La démone était allée trop loin, titillant le point faible de sa création, lui rappelant avec un plaisir hautain et insatiable son penchant pour les ténèbres. Meurtrier, monstre. Ces qualificatifs qu'il ne pouvait renier résonnaient douloureusement dans son crâne prêt à exploser sous le joug des cruelles vérités. Elle avait raison, il n'était qu'une ombre errante et ténébreuse, un assassin, une ignominie en puissance qui se délectait du mal qu'elle causait. Un rejeté contraint de se dissimuler, de se doter d'un masque à la manière de sa créatrice pour approcher le monde et ne plus craindre son courroux, sa peur, son indifférence... Pantin du diable. Certes. Mais elle était celle qui l'avait conduit à cette déchéance ! Elle était responsable de cette perversion qui le submergeait depuis sa transformation, puisqu'elle était celle qui lui avait donné naissance. De ce fait, elle n'avait pas le droit de lui exposer de telles constatations avec autant de répugnance. Puis elle était certainement la plus mal placée pour cela. Aussi, la soutenant de ses yeux noirs, il lui renvoya la balle. " Ma descente aux enfers est la conséquence de tes actes ! C'est toi qui m'a transformé, toi qui m'a poussé à sombrer ! ". Il s'approcha de la brune démoniaque, menaçant, la voix glaciale. " Et si je ne suis qu'une petite merde, si je n'en vaux vraiment pas la peine, alors pourquoi t'accrocher à mes basques comme une sangsue, à m'observer dans l'ombre, à perdre ton temps à t'impliquer dans une joute verbale sans fin et, surtout, pourquoi m'avoir déjà sauvé la mise ? Pour me repentir ? Je n'y crois pas un seconde, un monstre n'attend pas d'un autre qu'il déniche le pardon. Tu n'es pas très cohérente et ta langue peu habile avec le mensonge" .

La colère retombait pendant que le silence prenait un bref instant possession de la grande cathédrale. Surplombant la sorcière, le changeur de peau ne cillait pas et laissait l'accalmie trôner de nouveau. Son coeur s'apaisa, son souffle redevint silencieux, mais ses yeux demeurèrent foudroyants. Dominant, puissant, l'homme combla d'avantage la distance qui les séparait. Les faiblesses apparentes de sa créatrice qu'il avait pu croire par le passé si grandiose et redoutable lui offrait un aplomb de fer et des ailes couleur de jais lui poussaient, somptueuses et dangereuses. Un rictus maléfique sur les lèvres, il lui fit savoir qu'elle était, certes, capable d'extérioriser sa haine, mais qu'elle ne l'intimiderait guère. Prenant son frêle menton entre son pouce et son index, utilisant sa force d'homme pour qu'elle ne puisse ni se défaire ni se détourner de sa captivité, il lui souffla dans un murmure " Puis fais bien attention vilaine petite sorcière de pacotille, je suis un meurtrier incapable de maîtriser son avidité assassine et tu ne m'as toujours pas convaincu de sauver ton petit cul de prostituée pour qu'il retourne courir les rues ". La démone s'échinait à vouloir tourner autour du pot et évitait avec soin de satisfaire la curiosité de son hostile création. La patience du skinchanger s'amenuisait...

Ses doigts glissèrent avec mépris sur la gorge de la sorcière. Il caressait avec délicatesse cette peau de pêche si fragile que ses crocs pénétreraient avec aisance. Les flammes de Lucifer valsant dans ses pupilles, il songeait derechef à tâcher ce lieu sacré d'un sang souillé qu'il contemplerait couler avec délice. L'outrage valait la peine d'être commis, puis Dieu avait déjà fait son jugement, peu importait qu'il exécute son crime en sa demeure, sous son regard accusateur dont il n'avait réellement que faire. En toute franchise, il ne croyait même pas en lui. " Tu commences à sérieusement m'ennuyer à tout esquiver et plus l'ennui me gagne, moins j'ai envie de te laisser le temps de me convaincre... ". Les caresses devinrent un nouvel étau qu'il relâcha presque aussitôt. Menace à peine dissimulée qu'il espérait suffisante pour permettre l'accélération des révélations. Et pour dissuader la démone de continuer à se complaire dans ce petit jeu dont elle ne ressortirait peut-être pas triomphante. " N'oublie pas l'ingratitude du sac à puces qui ne prendra pas une seconde en considération le fait que tu lui aies sauvé la peau lorsque trop enragé il te confondra avec ses croquettes préférées ". Sur ce, il laissa à l'agressée le temps de valoriser ou non l'importance de ce dernier avertissement.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Dim 26 Jan - 1:40





Contrefaisant cet air désinvolte bien singulier à la sorcière, Soren arborait une nonchalance bien similaire alors qu’il renchérissait sur l’acerbité des propos que lui avait craché Cordelia au visage. Rien de bien étonnant, elle n’en attendait pas moins de lui à vrai dire. Elle croisa ainsi les bras et prétendu porté une quelconque attention à ce qui lui persiflait le jeune homme. En toute honnêteté, elle n’était pas comme Soren. Elle avouait pleinement qu’elle n’était pas intègre, ou dotée d’une gentillesse quelconque, qu’elle avait tué des gens dans le passé. Elle avait aussi sept siècles derrière elle, et dont la majorité s’était déroulé dans ce que le commun des mortels pourrait décrire « d’Enfer ». Elle ne se trouvait pas d’excuses, mais les raisons de sa personnalité aussi vicieuse étaient bel et bien existantes. Mais ça, Soren n’avait aucunement besoin de le savoir. Parce qu’elle se fichait de ce qu’il pensait d’elle. Il pouvait la rabaisser autant qu’il le voulait, elle en savait toujours plus sur elle qu’il ne pouvait lui-même espérer. ‘Monstre’, ‘misérable créature’, ‘laideur’, ‘vilaine’, ‘répugnante’, les mots ne manquèrent pas de fuser, et pourtant aucun n’atteignirent la sorcière. Au contraire, Cordelia, dans toute sa lisseur habituelle, demeura nonchalante, un fin sourire naissant sur le coin de ses douces lippes. Un sourire sincère, qui plus est. Car, au fond, ça changeait tellement des hommes qui avaient l’habitude de lui manger dans la main et de la voir pour autre chose qu’elle l’était. Si elle savait que ce genre de discours – qu’elle avait elle-même employé juste avant lui – marchait très bien sur le beau ténébreux, ce dernier n’avait pas encore compris que ce genre de venin ne l’atteignait pas. S’il avait été né à son époque, peut-être aurait-il de la matière pour la blesser, mais pour l’instant, il se contentait de patauger dans des eaux pas très tourmentées. La brunette, dont la chevelure bouclée valsait aux quelques pas qu’elle faisait en écoutant le changeur de peau s’acharner sur elle, se contenta d’adopter un air plus ou moins ingénu. Jouant les demoiselles qui ne voyait pas vraiment où voulait en venir le jeune homme, elle lui répondit : « Mon cul, comme tu le dis si gracieusement, n’était pas vraiment ce que j’avais en tête en cette matière… mais je suppose que ça fera l’affaire. » Elle haussa les épaules, indifférente, mais réfléchissant quand même à ce qu’elle venait de dire, parodiant le tout. Si elle était parfaitement au courant de cette expression anodine, elle ne pouvait s'empêcher de souligner le double sens. Certaines aimaient ça, mais disons que lorsqu'il était question de 'langue', Cordelia demeurait beaucoup plus traditionnelle.

Mais le beau brun ne connait définitivement pas les termes ‘pacifisme’ ou ‘calme’ et ce dernier se jeta immédiatement sur la sorcière qui ne s’était définitivement pas réellement pliée à son venin. Son propre poignet empoigné par la grippe animale du beau ténébreux, elle n’eût pas réellement le temps de réagir qu’elle fût plaquée à nouveau contre un mur de bois, plus violemment que la première fois. Soutirant à la sorcière un grognement feint, cette dernière plissa les yeux en regardant le changeur de peau droit dans les yeux. Elle n’avait que faire de la rage qui se trouvait dans ces iris azurés, elle était surtout vexée d’être aussi malmenée pour si peu – tout du moins, c’était son opinion à elle. Le bel homme ne tarda pas à déposer la faute de ses actions sur son dos à elle comme certains avaient si souvent l’habitude de faire. Tout était de sa faute, jamais la leur. C’était elle qui avait arraché la gorge de ces pauvres victimes, jamais eux. C’en était ridicule. Elle en avait horreur, mais Cordelia connaissait de nombreux changeurs de peau qui n’optait pas pour des vies aussi ténébreuses. Si Soren, quant à lui, avait choisi ce style de vie, c’est parce qu’il devait y trouver là une certaine complaisance, une satisfaction à errer dans l’ombre, un plaisir malin à se positionner du côté des ténèbres…et ça, elle n’était aucunement la raison derrière. Soren pouvait la traiter de sangsue, de mauvaise menteuse, son jeu n’en demeurait pas moins consistant. Sourire en coin sur ses tendres lippes rosées, un regard espiègle et vicieux, une mollesse embêtante. Rien n’avait changé malgré la bestialité qu’elle subissait. Il ne manqua pas de la traiter une énième fois de prostituée, sans oublier de la menacer de la tuer, faisant rouler les yeux de la sorcière, complètement blasée par ce discours répétitif. Le menton coincé entre les doigts du jeune homme, son regard défiait ces deux lapis-lazuli. Il était impossible de se défaire de cette emprise, alors autant renchérir. « Tu ne cesses de me traiter de prostituée. Écoutes, n’importe quoi pour t'aider à mieux dormir la nuit, mais si c’est réellement le cas,  j’aimerais bien avoir mon dû. » Ne fallait-il pas oublier qu’elle était aussi une pute de luxe, à notez. Elle chargeait définitivement mieux que la moyenne, pensa-t-elle, avec beaucoup d’ironie. Bien évidemment, un sourire malicieux se dessina sur ce visage impassible, désinvolte et amusé malgré tout.

Immédiatement les doigts de la bête glissèrent sur le cou de la belle, caressant, à la grande surprise de la démone, cette peau de façon très délicate. La sorcière pouvait voir le feu de la colère s’attiser dans les pupilles du jeune homme, vibrant de vengeance, fébrile de colère, mais la sorcière continuait de regarder ce visage, sans broncher, froide et lisse à souhait. Évoquant l’ennui de la situation, la sorcière fût prise d’un pouffement qui s’étouffa dans sa gorge encore caressée par les sales pattes du molosse. « À vrai dire, tu m’ennuies déjà depuis un moment, alors je ne t’en tiendrais pas rigueur. » Elle en avait marre d’être jetée à droite et à gauche. Ce n’était tellement pas la meilleure méthode à utiliser avec elle. Ceci dit, elle ne manqua quand même pas de grogner un peu plus lorsqu’il resserra cet étau sur sa gorge. Doublant les menaces qu’il lui avait précédemment dicté, il sembla laisser un temps de répit à la sorcière, probablement pour qu’elle commence à parler. « D’accord, d’accord, bas les pattes, Milou. » dit-elle d’abord en poussant férocement les sales pattes du changeur de peau qui avait relâché son emprise. « J’aurais du te faire vacciner contre la rage. Mais ne te méprends pas, je prends tout le blâme quant à ce petit oubli. » Cracha-t-elle, caressant son cou drapé d’une certaine teinte rosée, voir même rougeâtre, de par la pression que n’avait cessé Soren d’imposer contre sa pauvre nuque.  

Elle replaça sa veste de cuir légèrement froissé par les dernières violences, puis s’accota plus confortablement contre le mur de bois derrière elle, les bras croisés sous cette poitrine légèrement dévoilée, mais pas autant que l’on pourrait le penser d’une – elle cite – ‘pute de luxe’. « Que veux-tu savoir précisément? Ce qu’il va se passer si tu venais à m’apporter ma mort si méritée? » L’interrogea-t-elle, levant les sourcils, imitant les airs d’une bimbo, tournant en dérision encore ce désir de vouloir la tuer pour tout ce qu’elle avait pu faire.  « Si je meurs, tu seras débarrassé de cette malédiction à jamais, tu retrouveras ta vie d’avant. Tout ne sera qu’un souvenir amer enfoui au fin fond de ta mémoire. » Souffla-t-elle, feintant une ingénuité et une sincérité qui furent trahies par un sourire plein de malice qui suivit. Un énième pouffement perpétua ces brefs mots avant qu’elle ne poursuit dans son aveu. « Désolée, je tenais juste voir la tronche que tu allais faire. » Elle reprit cependant un certain sérieux. « À vrai dire, comme les premiers sorciers sont à la base de ce sort, tu te doutes qu’ils n’auraient jamais été assez généreux pour redonner à leurs victimes leur liberté. Les sorciers, tous des égoïstes, mais ça je crois que tu l’as compris? » Dit-elle, faisant clairement allusion à sa propre personne. Cordelia n’avait aucun mal à s’insulter elle-même, de se traiter des qualitatifs les plus mal connotés ; voilà pourquoi le venin de Soren ne lui faisait aucun effet. « Ce qui leur arrive vraiment à ces victimes, c’est qu’elles finissent par être coincées sous leur forme animale, peu importe quelle qu’elle soit. Les premiers mois, ce n’est pas vraiment traumatique, je suppose. Cependant, ces mois deviennent ensuite des années, puis des décennies, et rapidement des siècles. » Dit-elle lentement, pesant ses mots, tentant de faire comprendre la gravité des choses à Soren. « Les personnes en question finissent par ne plus faire face à leurs sentiments d’Homme, et adopte entièrement et ultimement la nature de leur animal. Plus aucun remord, rien que le meurtre, sans tous ces sentiments d’amertume… » Elle marqua une pause et s’approcha de lui. « Peut-être que c’est ce que tu souhaites, en fait? » Levant un sourcil, son visage prit des tournures salaces. La tuer, céder, ça serait être faible, ça serait se refuser cette rédemption qu'il prise tant, ça n'en valait pas la peine, ce n'était tout simplement pas son genre, malgré ce qu'elle avait pu lui craché à la figure précédemment.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Lun 3 Mar - 15:30

Les mains du jeune homme se portèrent derrière son crâne pendant qu'il réfléchissait aux aveux de la sorcière, qu'il en prenait toute l'horrible mesure. Quoi que horrible n'était peut-être pas le qualificatif qui seyait le mieux à l'hypothétique existence d'éternel animal. Comme elle l'avait décrite, cette vie serait sans conscience, sans amertume, sans guère de remord, sans plus aucune once de l'homme qu'il fut, du monstre qu'il devint. Il tourna le dos à la vilaine pendant qu'il s'acheminait jusqu'à son banc, installant ainsi une distance tout à fait confortable pour la martyre qu'il malmenait et condamnait à juste titre, il saurait avaler promptement ces pas qui les séparait si jamais elle tentait derechef de provoquer des nerfs qu'il parvenait à peine à contrôler. L'esprit du skinchanger était en ébullition, surchargé d'émotions et de réflexions, abasourdi par le poids d'un dilemme qui lui paraissait alors impossible à résoudre. Il avait passé sa vie de créature à fuir la vérité, à se soustraire à la réalité de sa condition, à se complaire dans une ignorance qui venait d'être violemment balayée sous l'oeil d'un tout puissant qui devait bien se gausser de cette tournure. Mais pourquoi diable avait-elle décidé de refaire surface ce jour, d'ôter le voile et de torturer l'âme de sa création d'avantage. Si seulement elle avait pu se contenter de l'ombre dans laquelle elle avait jusqu'ici secrètement dansé... Le savoir était un fardeau parfois.

Il contempla la magicienne d'un regard vide, égaré dans foule de questionnements. Devait-il l'anéantir et se glisser dans la peau du chien tueur, offrir enfin un adieu à son tourment de skinchanger et délaisser le peu d'humanité qu'il lui semblait rester en son sein pour épouser la torpeur que lui livrerait sa bête immaculée ? Ou la laisser vivre malgré son ardent désir de vengeance et continuer de combattre sa face obscure avec la fausse conviction qu'il y avait encore de l'espoir pour son être abject qui tuait sans maîtrise ? S'il optait pour la première solution, sa vie serait peut-être plus aisée mais foule de corps enchevêtrés serait alors l'empreinte sur son chemin, une foule plus abondante qu'en ce jour... Puis l'homme avait beau tout particulièrement apprécier ses moments dans la peau du berger, il n'en demeurait pas moins qu'un instant n'était pas comparable à l'éternité et l'éternité serait peut-être pire damnation que son actuelle torture.

Il délaissa toutes ses intenses pensées pour se concentrer sur de nouvelles. Son regard d'azur se posa sur les perles noisettes de son vis-à-vis et les transperça avec de sombres nuances dans les iris. Avec tous ces discours, toutes ces révélations et ce beau tissage, la sorcière avait su détourner une nouvelle fois l'attention de sa créature de quelques questions qui semblaient également existentielles. Les clés de sa présence n'étaient toujours pas en possession du jeune homme qui commençait à se persuader qu'il n'avait pas été un pion choisi au hasard dans la horde de desseins de son habile créatrice. Sa présence avait un sens qui lui échappait, un but certainement bien précis dont il ne parvenait même pas à saisir une bribe d'esquisse et ce fâcheux mystère le rendait un tantinet fiévreux. Il se pencha légèrement, posa ses avant bras sur ses cuisses et noua ses doigts à la manière d'un grand sage à l'esprit trop savant pour se laisser berner par l'esquive. Sa voix rauque ne tarda pas emplir derechef l'immense espace de la somptueuse cathédrale de Saint Louis. " Pour l'instant peu importe ce que je souhaite, je me demande plutôt ce que tu cherches toi. Tu t'esquives sans cesse sorcière, pourquoi me guettes-tu dans l'ombre ? Pourquoi cet intérêt pour moi ? ". Pas la moindre grossièreté, plus de haine dans son timbre, l'emportement s'était envolé et la placidité régnait en ce lieu sain, voilà qui lui était plus approprié. Soren en avait assez de cette querelle incessante, la frénésie n'apporterait rien de plus à cet échange belliqueux. " J'en ai plus que marre de cette joute qui ne mène à rien... Contente toi simplement de me dire enfin ce que tu peux bien me vouloir et chacun retournera à ses petites affaires tant qu'il le peut encore... ". Cette dernière parole avait tout d'une menace. Le skinchanger offrait à la magicienne l'opportunité d'échapper à son courroux et de mettre un terme à cette lutte dont elle ne ressortirait certainement pas vainqueur. Ses pouvoirs n'avaient, en somme, rien d'exceptionnels et leur inaptitude à lui sauver la mise n'avait pas échapper à l'homme qui aurait pu la briser à plusieurs reprises. Un simple étau sur sa frêle gorge suffirait à la renvoyer dans les draps satinés de Lucifer, là où semblait d'avantage se trouver sa place. Elle était faible, plus qu'il ne l'avait imaginé.

Il se redressa soudain et, de marbre, vint surplomber la sorcière de toute sa hauteur. Il plaqua l'une de ses mains sur la face du monument, juste derrière elle, frôlant sa peau dans cette foulée, puis approcha son visage du sien avec l'oeil nullement dupé emprunt d'une sérénité malveillante. Un silence s'installa et dura le temps de quelques battements de coeur. Soren détaillait la belle des Enfers, la voilait de toute sa froideur, la dévorait. Un rictus prit forme sur son visage prépondérant. Sa voix de glace s'échappa. " Tu as quelque chose de bien précis en tête me concernant, sinon tu ne perdrais pas ton temps à observer mes faits et gestes en prenant la peine de masquer ta présence. Tu ne salirais pas tes jolies petites mains de mon sang pour me sauver d'une balle d'argent. Tu ne me sembles pas du genre à accorder de l'importance aux futilités, alors qu'ais-je fait qui mérite autant d'efforts et d'attention de la part d'une sorcière qui à mon sens aurait certainement mieux à faire si je ne représentais rien pour elle ? ".
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren   Sam 15 Mar - 23:56




Dire qu’elle n’était pas partagée serait un vilain mensonge de la part de la sorcière. Elle l’était. Divisée entre l’envie de garder un œil sur lui, sur ce descendant d’une lignée putride et corrompue, de s’assurer que son futur soit tout aussi sombre que son passé à elle et l’envie de se débarrasser de lui, de trouver le moyen de ne plus l’avoir dans les pattes littéralement. Comment elle détestait le fait qu’il n’était pas déjà à ses pieds, en train de lui baiser ses dernières bottines à talons. Ils étaient loin d’en arriver là tous les deux, malheureusement. Soren paraissait exécrer la sorcière comme personne d’autre, et quant à elle, les connexions entre son passé et les ancêtres de la famille des Blake ne faisait qu’attiser ce certains mépris. La différence était que la sorcière éprouvait un certain dédain pour toutes les personnes qu’elle croisait, n’estimant pas leurs vies à quoique ce soit. Le sac à puces, quant à lui, se laissait fondre dans les draps de la solitude, dans un lit duquel – intérieurement – il voudrait bien sauter. En quelque sorte, Cordelia était la créature qui le lui empêchait, celle guettant sur l’autre côté du lit, nue, et couverte de ces draps de soie, observant son grouillot qui n’en était malheureusement pas vraiment un. Si ce n’est que c’était au tour du grouillot de l’observer. Son regard d’azur, aussi beau, aussi meurtrier était-il, ne sembla avoir aucun incident sur la sorcière. Nonchalante jusqu’au bout des pieds, elle n’était, d’une part, loin d’être impressionnée par le courroux du métamorphe, et d’autre part, elle était bien trop insolente elle-même pour être offusquée par quoique ce soit. D’ailleurs, sa posture d’un grand sage ne faisait qu’esquisser davantage ces beaux airs railleurs sur le visage de la succube. Comment elle pouvait le trouver pathétique, se disait-elle. Les yeux du skinchanger arboraient un certain questionnement. Vraisemblablement, à présent qu’il avait les morceaux du puzzle en main, il tentait de le remettre en place, de placer les bons morceaux aux bons endroits. Or, Soren n’était plus un gamin et seuls les gamins nécessitent de l’aide pour ce genre de petit jeu. Cordelia ne comptait pas lui accorder les réponses que ces prunelles semblaient chercher prestement.

Quelle surprise ; aucune grossièreté, aucune haine. C’est à croire qu’elle était arrivée à l’amadouer d’une manière ou d’une autre. Dans les rêves de la sorcière, probablement. Tellement de ‘pourquoi’, si peu de ‘parce que’. La brunette ne savait pas réellement à quoi s’attendait le sombre apollon? S’attendait-il à ce que, soudainement, elle crache tous les morceaux? Qu’elle se trouve un semblant d’honnêteté, tout droit sorti de son décolleté? Elle le trouvait naïf. Intimidant, un peu, certes, mais il était naïf de croire que cela suffirait, et il était naïf de croire qu’elle n’était pas meilleure actrice qu’elle ne le paraissait.
« Ce que je cherche? » Elle marqua une pause, semblant réfléchir à la question que lui avait posée Soren et qu’elle se posait elle-même à présent. « Qu’est-ce qui te fait croire que je cherche quoique ce soit? » lui dit-elle, levant un sourcil, ces iris bruns défiant le métamorphe dans toute son insolence habituelle. Si elle voulait bien laisser son venin acerbe de côté, son insolence faisait parti à part entière de son personnage, et aucun jolis mots de la part du beau brun ne pourrait changer cette triste réalité. « Je sais que tu n'y croiras pas, mais je n’ai que de bonnes intentions. » dit-elle en croisant les bras sous sa poitrine, penchant légèrement la tête, ses airs séducteurs toujours présent sur son visage de démone, mais elle semblait sincère. Elle ne l’était pas. Pas du tout. Mais elle paraissait convaincante, sans forcer ou pousser quoique ce soit, elle avait au moins cette crédibilité dans la poche. Cependant il ne tarda pas à lui avouer qu’il détestait cette petite joute entre eux, et ne manqua surtout pas de la menacer une dernière fois. « Serait-ce des menaces, Milou? Tu souhaites encore mettre fin à mes jours? On a vu et revu le sujet des centaines de fois. Que n’as-tu donc pas compris? Tu voudrais peut-être que j’aboie comme une chienne pour que tu comprennes? » Sans conserve, elle gloussa en roulant cette fois-ci la tête, faisant tomber l’une de ses longues boucles brunes sur son visage. L’instant qu’elle replace celle-ci, il s’était déjà redressé et l’a plaqua presque à nouveau contre le mur de la Cathédrale, esquissant un sourire railleur sur le visage de la brunette. Ce petit jeu l’amusait, et ce n’était pas les airs les plus sombres du jeune homme qui allaient la menacer elle. Le sale cabot ne perdit pas de temps et lui fit par de ses pensées.

« Ces yeux bleus pourraient presque me faire fondre. Presque. » Avoua-t-elle d’un air enjôleur, comme si elle avouerait toutes les réponses aux questions de Soren s’il venait à la caresser dans le sens du poil plutôt que de la menacer de mettre sa tête sur un pic…Ou peut-être que c’était le cas. Connor en était définitivement l’exemple parfait, mais elle ne savait pas vraiment si elle serait tentée de la sorte par le beau brun ténébreux. Cordelia roula donc les yeux, agacée par le manque de coopération du jeune homme ; ironique d’ailleurs venant d’elle. « Ne te flattes pas. » dit-elle en pouffant devant tant de prétention, voulue ou non. « Je t’ai transformé. La moindre des choses est de garder un œil sur toi. Ne crois surtout pas que tu es d’un quelconque intérêt ou que tu as une quelconque valeur. Tu n’es pas le seul, tu ne seras pas le dernier non plus. » La sorcière s’arrêta deux secondes, réfléchissant. « D’ailleurs, je vous présenterais bien les uns aux autres si je ne croyais pas dur comme fer que vous tenteriez un coup d’état contre ma personne. » dit-elle en penchant la tête, nonchalante, un peu blasée par l’idée qu’elle proposait. Son petit doigt vint caresser ce torse bombé par la rage. Il pouvait se cacher derrière ses apparences froides, sa voix glaciale, son regard assassin, son souffle calme, rien de tout ça ne pouvait cacher son rythme cardiaque effréné et contrôlé par la haine qu’il lui portait. « Tu ne le sais probablement pas, mais on dit que les métamorphes et les sorciers qui les ont transformé partagent... une certaine connexion. Je suppose que ceci explique le tout. » Une de ses mains de démones remontèrent jusqu’à son visage qu’elle caressa avec une tendresse paradoxale, qu’on ne pouvait associer à des créatures si viles. « Enfin, la nôtre est clairement défectueuse. Je me demande pourquoi d’ailleurs... Peut-être que j’ai sacrifié une vierge de trop. » dit-elle en haussant les épaules, désinvolte et insolente comme jamais. Bien évidemment qu’elle n’avait sacrifié aucune vierge, mais ironiser ce petit manège ridiculiserait probablement la situation de Soren. Bien heureusement, elle n’avait pas besoin de trouver de vierge pour réaliser le rituel, car Dieu sait comment il est dur de mettre la main sur l’une d’entre elles.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dangereuse intention || Pv Cordy & Soren
» Alerte au sujet d'une personne dangereuse
» Réinstallation du Zumo 550 après backup
» Mise à jour Nuvi 3790
» nuvi 50 pour moi ou non ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-