AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « power and control » ㄨ cordelia&aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Dim 26 Jan - 10:07




L’ouest de la Nouvelle-Orléans était définitivement un endroit que fréquentait peu souvent la démone. Pourtant, ce n’est pas de beauté et de luxe qu’il manquait à cet endroit prisé. Disons tout simplement que la demoiselle n’appréciait pas réellement mettre les pieds là où le gouvernement et leurs nombreux chiens mettaient leurs sales pattes. Mais après ces dernières mésaventures au Nord et à l’Est de la ville, elle avait besoin d’un changement de décor. Puis, elle savait être prudente, et suivant cette logique, elle pouvait se permettre de s’aventurer dans ce genre de territoires sans à avoir à subir les nombreux effets de sa paranoïa. Le changement de décor n’était pas le seul changement dont elle avait besoin, entre autre. Connor s’était dévoilé être une source fiable et délicieuse de distraction, mais ne pouvant lui accorder entièrement son attention, sept jours sur sept, la sorcière se sentait presque obligée de trouver d’autres jouets. Elle connaissait d’ailleurs un barman dont elle espérait soutirer quelques verres gratuits ce soir, car à vrai dire, elle manquait terriblement de fric pour ne pas dire qu’elle n’en avait aucun. Ainsi, rentrant dans l’établissement, elle se dirigea vers cette nouvelle connaissance qui si, certes, ne représentait absolument rien aux yeux de la sorcière, pensait tout de même qu’elle avait une certaine importance. La naïveté, elle n’allait quand même pas s’en plaindre, n’est-ce pas? Son verre ne tarda pas à arriver, bien qu’elle ne manqua pas de s’étouffer lorsqu’un visage familier apparu dans  son champ de vision. La démone ne savait pas s’il valait mieux rire, vomir ou déguerpir. Un autre homme qu’elle connaissait que trop bien, un énième qui ne lui apportait pas grand amour.

Aiden. Un prénom, court, cinq simples lettres, pourtant porteuses de bien de rancœur quant à la sorcière. Cordelia ne méprisait ce spécimen, mais Dieu sait qu’il savait l’irriter. Elle n’était pas particulièrement innocente dans cette histoire, elle l’avoue. Le poussant constamment à bout, prenant un malin plaisir à le voir souffrir, à le voir se peiner en se remémorant de la tragique mort de sa défunte femme – sujet sur lequel Cordelia n’hésitait bien évidemment pas à plaisanter, dans toute sa cruauté et son manque de cœur, ou de tact à vrai dire. Encore mieux, cette femme – que la sorcière n’a jamais réellement rencontrée – semblait arborer une certaine ressemblance avec la démone. Le pauvre, il devait lui arriver de faire des cauchemars rien qu’en pensant à elle. Mais encore là, elle prenait un plaisir vicieux à savoir qu’elle foutait en l’air les heures de sommeil du jeune homme. N’importe quoi pour l’embêter, n’importe quoi pour le rabaisser, n’importe quoi pour le blesser. Tout était permis, car il s’offrait sans cesse le luxe de faire pareil, si ce n’est même parfois débuter lui-même l’attaque. L’univers semblait aimer mettre le blâme sur le dos de la sorcière, mais pour une fois, elle partageait réellement cette responsabilité avec le beau brun. Parce que ça, pour être beau, il l’était. Mais dieu sait qu’il était aussi un enfoiré, un bel enfoiré en somme. Enfin, disons que c’était compliqué avec lui. Deux extrêmes. Une bipolarité, une schizophrénie, peu importe. Elle n’avait jamais vraiment porté attention à ce détail, non pas parce qu’il n’était pas important, mais plutôt parce qu’Aiden lui-même n’était pas important à ses yeux. Si elle prenait un certain plaisir à perdre son temps sur lui, pour l’embêter, pour jouer sur cette ressemblance entre elle et cette défunte demoiselle, elle ne pensait aucunement à lui si elle ne l’avait pas sous les yeux.

Ce qui était le cas, cette fois-ci. La plante sulfureuse n’était pas particulièrement surprise de le voir, d’ailleurs. Un bar – un parmi de nombreux – il ne pouvait décidément pas se passer d’un bon verre de Bourbon ou de Whisky. Mais elle ne lui en voulait pas trop sur ce point ; après tout, elle n’était pas bien différente. D’ailleurs, elle sirotait elle-même un verre de Bourbon, question de réanimer cette gorge sèche, assoiffée d’un élixir ardant qu’elle retrouvait justement dans cet alcool or cuivré.  Le bar était pratiquement vide. Des employés – dont l’ennui avait gagné, quelques clients, dispersés à travers le bar. Le beau brun, lui, était assis seul à une table, alors que la sorcière, elle, se trouvait au comptoir du bar. Calant ce venin doré, le laissant raviver chaque parcelle de son corps, c’était la flamme qu’elle avait besoin en elle pour se donner la motivation nécessaire. Quittant ainsi le barre dans sa démarche habituelle, désinvolte et lente, elle s’approcha furtivement de lui, dans son dos. Encore incognito, profitant justement de ce statut, elle passa lascivement une main dans la crinière foncée du bel apollon, caressant ces fins cheveux, courts et de couleur ébène, avant justement de se révéler, salace et espiègle comme elle pouvait si bien l’être en tout temps. « Aiden Northwild, seul à sa table. Pourquoi cela ne me surprend-t-il pas? » Elle attrapa le verre à moitié rempli et dans lequel le bel homme avait vraisemblablement déjà bu, et penchant légèrement la tête, elle souffla dans un murmure presque inaudible : « Laisses-moi deviner, ta compagnie est-elle aussi aller se suicider… » Qui voudrait passer toute une soirée en sa compagnie, après tout? Elle vida ainsi le verre, laissant l’alcool coulé au fin fond de sa gorge d’une traite. C’était définitivement plus fort que le verre qu’elle précédemment prit, elle fût ainsi prise d’une légère toux qui ne dura à peine deux secondes. Levant le verre, elle ne s'empêcha pas d'en faire trop. « Cheers. » Et la voilà qu’elle reprenait déjà la forme. Désinvolte, nonchalante, ne fondant dans la chaise dans laquelle elle s’était assise. « Alors, dis-moi, tu t’es ennuyé de moi, Northwild? » tenta-t-elle de dire aussi innocemment que possible, bien que l’alcool l’empêchait un peu de profiter de ses talents de fine actrice.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Lun 3 Fév - 16:53

Le liquide ambré coulait dans sa gorge déjà bien échauffée, Aiden y décelait des arômes surprenants qu'il s'amusait à détailler un à un. L'alcool était le seul bien de consommation humain dont il pouvait profiter du goût ce dont il ne se privait pas. Sa préférence allait vers le whisky, le bourbon enfin ce type d'alcool fort qui pouvait raviver ses papilles. Peu importe le taux d'alcool qu'il pouvait avoir dans le sang cela n'avait pas de conséquences et c'était bien là un bel avantage sur la condition humaine. Le daybreaker éprouvait un profond mépris pour les ivrognes et se faisait toujours une joie de jeter dehors la viande saoule qui pouvait traîner au Masquerade. Les déjections humaines le dégoûtaient et la vu d'un homme ou d'une femme gerbant ses tripes l'indisposait. Contre partie négative d'avoir des sens sur-développés l'odeur âcre de la bile était d'autant plus déplaisante pour lui.
Pensif, ruminant les événements de ces derniers jours, Aiden n'était pas de la plus belle humeur qui soit. Il appréciait plus que tout sa présente solitude et le fait que ce bar soit presque vide, c'était d'ailleurs pour cela qu'il l'avait choisi. Parti en quête de talents musicaux dans un premier temps il s'était rendu compte que son esprit était trop encombré pour se montrer objectif, il avait alors renoncé et s'était offert un simple moment de tranquillité. Du moins autant que ce qu'il est possible d'avoir quand deux personnalités s'affrontent sans cesse, causant des montagnes russes d'émotions diverses et variées. En tête de liste la culpabilité, la colère voir la haine, la tristesse aussi, une palette plutôt sombre d'un être qui l'étant tout autant. Son troisième verre se vidait lentement, l'énergivore s'abreuvant par de petites gorgées entre deux flots de pensées.

Perdu dans un dédale de souvenirs le brun fût tiré de sa rêverie par des doigts fins se glissant dans ses cheveux avec une familiarité inattendue. Ses sourcils se froncèrent alors que les effluves d'un parfum connu lui parvenait. Avant même qu'elle n'eut ouvert la bouche Aiden savait déjà que celle qui se tenait derrière lui était la dernière personne qu'il aurait souhaité voir, même la présence de Ruby l'aurait moins dérangé, c'est dire. De Cordelia Hopkins il n'appréciait rien, de son attitude qu'il exécrait jusqu'à sa simple présence, ses traits, sa voix... En cause ? Sa ressemblance avec sa défunte femme, une image qui le ramenait inexorablement vers sa culpabilité et mettait en branle toutes son armada de démons qui le suivaient jour et nuit. Pourquoi le destin s'acharnait-il ? Sa punition n'était donc pas assez grande que de devoir encore foulée cette terre alors qu'il aurait simplement voulu rejoindre la seule femme qu'il ai aimé et dont il était responsable de la mort ? Porter cette faute sur ses épaules ne représentait pas un supplice suffisamment difficile à endurer pour qu'en plus de ça on lui colle cette abominable emmerdeuse dans les pattes ?
Les mâchoires d'Aiden se serrèrent à peine eut-elle lancé les hostilités, la sorcière connaissait son point faible et appuyait toujours là où ça faisait mal. Jusqu'ici il s'était montré complaisant... Ou plutôt il avait céder à la folie et n'avait pas pu la contrer à sa juste mesure. Cependant son état actuel était tout autre, sa fébrilité se transformait d'avantage en rage et sa personnalité la plus sombre prenait le dessus bien plus souvent. « Un malheur n'arrive jamais seul.. La preuve... Ma solitude s'en va et l'ennui rapplique aussitôt. » lâchait-il platement, il n'allait pas en plus lui donner de l'importance en s'énervant déjà. Il ne lui adressait pas même un regard, cependant il lâchait un soupire alors que la brune prenait son verre sans aucune gêne. Si ça n'avait été que cela à la rigueur il pouvait s'armer de patience, sauf qu'elle s'installait sur la chaise en face de lui et ça n'augurait rien de bon. « Il ne me semble pas que tu ai été invité à t'asseoir. » son regard de glace venait croiser celui plein d'arrogance de la sorcière. Dommage que l'inquisition n’œuvrait plus, il aurait été ravi de la voir brûler sur un bûcher. « Pour que je m'ennuie de toi encore aurait il fallu que tu ai un quelconque intérêt. » un petit rictus en coin tordait ses lèvres mais il restait toujours aussi froid.

Sa nonchalance, cet air de ne pas y toucher lui donnait juste envie de l'étrangler. Elle était un vrai parasite, qu'elle assume ! Mais Cordelia agissait toujours avec fourberie dans la dissimulation de son vrai tempérament par cette image qu'elle se donnait. Aiden rêvait de faire écrouler l'édifice, briser cette façade puis pourquoi pas le reste, et il comptait bien jouer ses cartes en ce sens. « Tu ne devrais pas être en quête de trouver un nouveau pigeon ? » questionnait-il en feignant de s'intéresser à la réponse. Il tendit le bras pour reprendre son verre, vide, mais c'était tout de même le sien. Désignant la salle d'un geste de la main il lâchait un soupir « Il y a de la place ailleurs. Dégage de là Hopkins. ». Ça faisait quoi ? Trois minutes qu'elle était là... Et déjà il n'en pouvait plus de la voir. Pour résister à la faiblesse il se concentrait d'avantage sur la colère qu'elle lui inspirait ce qui donnait un caractère bien plus risqué au fait de vouloir absolument tenir compagnie au Daybreaker. Il lui offrait, de bonne grâce, l'opportunité de s'en aller et espérait qu'elle aurait l'intelligence de la saisir. Rien n'était moins sûr mais une fois hors de contrôle il ne répondrait plus de ses actes...
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Lun 24 Fév - 1:27




La mâchoire du jeune homme se serrant au son de la voix de la sorcière, cette dernière ne pût s’empêcher de glousser, la simple vision du beau brun s’indignant dans l’exaspération qu’elle lui apportait venait justement aviver la brunette. Il souligna platement l’ennui qu’elle représentait à ses yeux. Cordelia ne broncha pas vraiment au son de ces mots aigres, mais étant donné qu’elle avait la répartie nécessaire, elle souffla tout de même une réponse : « Tu peux bien causer. Tu en connais un rayon sur le sujet. » Aiden était un drôle de spécimen. Il pouvait se révéler à la fois terriblement excitant et intriguant, tout comme il pouvait se démontrer très ennuyant et lassant. Il baignait dans la deuxième catégorie pour l’instant, mais si la sorcière avait bien appris un truc quand il était question du beau ténébreux, c’était de ne pas faire une croix sur sa personne d’emblée. Il fallait lui donner un peu de temps, le laisser s’échauffer si l’on veut. Elle attrapa le verre du jeune homme, sans la moindre honte, avec une insolence désinvolte bien propre à la sorcière et s’installa sur la chaise en face de Northwild, le laissant plus exaspéré que jamais. Le brun ne tarda pas à lui faire comprendre qu’il ne l’avait pas invité à s’asseoir et qu’accessoirement il ne voulait pas voir sa gueule. Ça ne lui donnait que plus envie de gâcher la soirée du co-patron du Masquerade. « Et j’en ai rien à foutre. » dit-elle calmement, haussant en suite les épaules d’un air satisfait et loin d’être désolé par sa grossièreté flagrante. La succube se laissa ainsi fondre dans le dossier de sa chaise, les bras croisés sous sa poitrine, observant le bel apollon d’un regard présomptueux, alors que les iris azurés du jeune homme ne traduisait que de sa froideur habituelle. « Tu t’es ennuyé de moi, Northwild? » demanda-t-elle innocemment, bien qu’Aiden pouvait absolument voir à travers ce petit jeu d’actrice.

Le jeune homme ne manqua pas de lui faire comprendre qu’elle était sans intérêt à ses yeux, ce qui la fit sourire. Elle était consciente de l’effet qu’elle avait sur lui. Ce n’était peut-être pas charnel comme elle avait si l’habitude avec la gente masculine, mais ce n’était pas pour le moins agréable. Savoir qu’elle lui rappelait sa défunte épouse et le drame qui entourait leur relation et la mort de cette femme avait un goût sucré, délicieux, une exquisité dont elle savourait pleinement. « Oh s’il te plait, je croyais que nous étions au-delà de tous ces petits mensonges. » Ironique puisqu’elle était probablement la plus grosse menteuse qu’il y avait à la Nouvelle-Orléans. Malheureusement, c’était probablement la vérité : elle n’avait probablement aucun intérêt aux yeux du jeune homme, mais elle n’allait quand même pas se laisser abattre par ce genre de futilités. Il l’interrogea sur sa quête de pigeon à embêter, ce qui ne manqua pas d’esquisser un rictus sur les lèvres teintées de la démone. Elle avait tendance à partir à la chasse de petits imbéciles qu’elle pourrait embêter, séduire et accessoirement pour vider leurs poches – si possible. Mais, à cet instant présent, elle ne voyait pas pourquoi elle irait voir ailleurs. Pour faire plaisir à Aiden? La blague. « Pourquoi me lasser à trouver un nouveau pigeon alors que j’en ai un tout bête sous mes yeux présentement? » dit-elle comme guise de pique ou d’attaque – appelez cela comme vous voulez. Aux yeux de Cordelia, c’était des mots comme les autres, sans réelle aigreur pour l’instant.

S’accaparant du verre qu’elle lui avait dépouillé précédemment, il laissa sortir un soupire entre ses lippes bourrues, un soupire qui ne soutira que satisfaction chez la sorcière. Irrité, il ne tarderait pas à exploser, elle le savait bien. Lui faisant constater qu’il y avait de la place ailleurs, Cordelia ne daigna même pas jeter un regard aux places qui pouvaient se révéler libres dans le bar. Elle était assisse à la seule place qui l’intéressait, et elle n’était pas prête à déguerpir d’aussitôt. « Où sont passées tes manières, Northwild? » dit-elle, prétextant être vexée par les propos du monstre. La brunette ne tarda pas à se ressaisir et le dos à présent droit de nouveau, elle se lança dans une deuxième attaque. « Dis-moi exactement pourquoi voudrais-je t’accorder la satisfaction de passer une soirée paisible alors que te pourrir la vie est tellement plus…satisfaisant. » dit-elle lentement, faisant peser ses mots de sa présomption habituelle et singulière. Elle badina un peu, nonchalante à souhait. Haussant un sourcil, défiant son interlocuteur, elle se désintéressa de sa personne l’instant de quelques secondes pour interpeller un serveur d’un geste de la main subtile. Il lui apporta un verre et tenait dans ses mains une bouteille d’un Bourbon dont elle ne doutait pas de l’exquisité. Il en versa dans leurs verres respectifs, bien qu’elle intervînt lorsque ce fût le tour de son partenaire. « N’hésitez surtout pas, Monsieur a besoin de se décoincer un peu. » dit-elle en fronçant le nez un peu, un air de malice s’emparant de son visage alors qu’elle regardait le serveur doubler la dose. « Allez, Aiden, ne fais pas cette tête. Considère-moi comme…curieuse. J’ai seulement quelques interrogations quant à cette tragique histoire entre toi et ta défunte épouse. Peux-tu vraiment m’en vouloir de m’intéresser un peu à ta piètre personne? » Dit-elle innocemment, ingurgitant une gorgée de cette liquide de marbre.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Lun 3 Mar - 11:23

Peste n'était pas un mot assez fort pour qualifier Cordelia Hopkins, emmerdeuse non plus d'ailleurs car ces deux qualificatifs laissait encore un soupçon d'espoir que l'on puisse la trouver attachante malgré tout. Cependant Aiden était très loin de cela, bouillonnant déjà d'impatience de ne plus l'avoir dans son champ de vision et hors de porté de son périmètre olfactif. Il en était à ce point de détester la jolie brune, nourrissant une colère violente à son égard. Et la raison se trouvait être d'une simplicité déconcertante, elle représentait que trop bien sa plus grande faiblesse, donnait une image concrète à sa culpabilité pour le rôle qu'il avait joué dans le suicide de son épouse. Ses traits lui rappelaient sa métisse adorée, la ressemblance n'était pas exacte mais suffisante pour le troubler et en cela la sorcière posait un énorme problème au Daybreaker. Et il aurait pu n'en avoir rien à foutre si elle c'était montré moins joueuse, moins provocante. Elle jouait de ses talents, éveillant les démons qu'il abritait depuis trop longtemps déjà le mettant dans des situations plus qu'inconfortables.
Pas surprenant donc que l'énergivore n'eut pas sauté de joie lorsqu'elle s'était approchée de lui, mais qu'au contraire il dressait déjà un mur de glace entre eux. Technique qui ne s'avérait pas la plus efficace pour contrer la ténacité insupportable de la brune, mais au moins ça lui donnait une vague idée de ce vers quoi elle s'aventurait. Avait-il ne serait-ce qu'un semblant d'instinct de survie à cet instant ? S'estimait-elle infaillible pour jouer ainsi avec le feu ? Aiden ne souhaitait pas plus que ça avoir une mort de plus sur la conscience, mais dans le cas d' Hopkins il pourrait peut-être se voir traité en héros. Nombreux devaient être ceux qui en voulait à cette infecte sangsue, ce parasite vivant aux dépens des autres. Cette manipulatrice le dégoûtait malgré sa plastique attrayante, dans l'idéale il aurait fallu qu'elle soit encore plus stupide qu'il ne pouvait la trouver, assez en tout cas pour jouer les dociles potiches juste bonne à se faire tringler quand l'envie lui en aurait pris. Malheureusement son comportement entier venait gâcher l'écrin chatoyant dont la nature l'avait doté.

L'emmerdeuse se foutait qu'il ne veuille pas la voir comme elle se foutait de tout le reste d'ailleurs. Tant de désinvolture causerait sa perte, le beau brun en était convaincu, tellement d'ailleurs que pour ne pas avoir tort il était prêt à y veiller lui même. Mais il y avait encore un peu trop de monde dans le bar pour déclencher réellement les hostilités. Alors il se contentait de la froideur, comme une mise en garde et même une sorte de bonté d'âme en lui offrant un échappatoire, la possibilité d'être intelligente pour une fois et de le laisser siroter de l'alcool sans l'emmerder d'avantage. Suggérant qu'elle pouvait bien vaquer à son activité favorite qu'était la chasse au pigeon, Aiden n'obtint en retour que des répliques visant à l'agacer d'avantage. « Tu te trompe d'espèce de volatile. » répondait-il platement pour essayer de lui faire intégrer qu'il n'était pas un pigeon mais quelque chose de bien plus dangereux que cela. C'était peine perdue que de tenter de la dissuader ou de la repousser ainsi, la méthode était sans doute trop douce mais pour l'instant il s'efforçait de garder le contrôle. Mais combien de temps cela durait-il ?
Sa tranquillité était définitivement remise en cause, ou plus exactement réduite à néant. Constat dont le Daybreaker se serait bien passé mais c'était sans compter sur le sens de l'humour du destin qui cherchait sans doute encore à lui faire un pied de nez en mettant Cordelia sur son passage. « Tu ne mérites certainement pas que je fasse des manières. Je te traite simplement à ta juste valeur, c'est à dire pas grand chose si ce n'est rien. » elle aurait voulue qu'il se montre poli peut-être ? Courtois voir accueillant ? Rêver éveillée ne lui apporterait que des ennuis, elle récoltait ce qu'elle avait semé et pour l'instant ça n'était pas cher payé en comparaison à ce qu'elle provoquait chez lui. Et ignorant l'échappatoire qu'il lui avait donné elle surenchérissait en affirmant clairement ses intentions de lui pourrir la vie. C'était un jeu pour la sorcière, il était le chien méchant que l'on vient provoquer tant qu'il est derrière le grillage du lieu qu'il garde, elle riait de le voir montrer les crocs ou se jeter sur la ferraille le maintenant captif... Mais quand la barrière céderait, que le chien aurait le champ libre il lui faudra courir vite, très vite pour lui échapper. « Je sais que tu aime jouer à la plus maline. » lâchait-il simplement, toujours aussi froid.

S'il avait pu la tuer d'un simple regard elle serait déjà en train d'agonir sur le sol poussiéreux du bar et cette image, qui venait de s'inviter dans son esprit, le fit légèrement sourire. Alors qu'elle s'occupait de leur commander à boire, fanfaronnant auprès du barman qu'il pouvait y aller de bon cœur pour remplir le verre du Daybreaker. Se décoincer ? Elle ne savait pas à quoi elle souhaitait s'exposer, et cela Aiden le ruminait toujours pour le moment. En fait il était presque étonné d'avoir en lui cette ressource de self-control, car toutes ses petites étincelles qu'elle faisait n'avaient pas encore suffit à mettre le feu aux poudres. Cela dit ça allait sans doute bientôt sentir le roussi pour elle... Wait and see.
Le whisky qui venait de leur être servi n'était pas son favoris mais il s'en contenterait, ça serait peut-être suffisant pour qu'il puisse se raccrocher à quelque chose afin de ne pas exploser tout de suite. Il trouvait refuge dans la boisson, sur la caresse chaude du liquide dans sa gorge et il se concentrait sur les arômes le parfumant. Occupé à déceler et nommer mentalement chaque saveur qu'il arrivait à reconnaître ou imaginé, Aiden failli recracher tout la gorgée qu'il avait en bouche, sur le visage de l'insolente brune. Voilà qu'elle recommençait, qu'elle osait évoquer impunément son amour perdu avec cette nonchalance qui salissait toute l'importance de cette histoire. Dans la bouche de Cordelia cela sonnait comme un fait divers, une rumeur de village, un cancan de coiffeuse. Avalant sa boisson avec difficulté le beau brun du se faire violence pour ne pas faire exploser le verre entre ses doigts « Ta curiosité est malsaine. » répondait-il en conservant son calme malgré la rage qui commençait à lui vriller les tripes. « Je ne sais même pas comment tu as pu connaître cette histoire. Mais en fouille merde que tu es ça ne m'étonne pas tant que cela. Cependant rends toi service et contente toi de ce que tu sais déjà. » second avertissement, peut-être le dernier qu'il se donnait la peine de lui offrir. « Tu l'as bien dit, je suis ennuyeux à mourir. Utilise ton temps à meilleur escient... » il laissait sa phrase en suspend puis la terminait sur un ton qui ne laissait nul doute sur le caractère menaçant du sous-entendus « ...ou plutôt fais en sorte d'en bénéficier encore un peu. ». Il bu une nouvelle gorgée, gardant le maigre espoir qu'un éclair de lucidité traverserait le cerveau dérangé de la sorcière et qu'elle se désintéresserait de vouloir le titiller sur l'aspect le plus douloureux et donc le plus dangereux de sa personne.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Jeu 6 Mar - 1:11




Le plaisir qu’elle prenait à voir ce calme froid, cette prétendue impassibilité, cette placidité sans égale s’effilocher sur le visage du Daybreaker était ce qui était réellement malsain dans cette histoire. Le beau jeune homme, malgré une répartie peut-être aux épreuves du venin de la sorcière, n’avait décidemment pas la même indifférence nonchalante qu’elle. Chaque coup laissait une marque flagrante, une cicatrice sur ce visage qui perdait de ces couleurs plus la sorcière s’adonnait à son acerbité verbale. Il lui avoua, sans grandes surprises, qu’elle ne méritait pas qu’il fasse des manières pour sa petite personne et qu’il ne faisait que la traiter à sa juste valeur. Une réponse pas étonnante en soi puisqu’elle représentait tout ce que pouvait bien détester Aiden. Ironique puisqu’elle représentait tout ce dont pouvait apprécier certains hommes. Elle n’allait certainement pas se ruiner dans la tragédie qu’était la réalité : elle était qu’une merde en putréfaction aux yeux du beau ténébreux, et toute franchise, elle n’en avait absolument rien à foutre. Par contre, Cordelia ne s’empêcha certainement pas de pouffer un rire présomptueux, quoique bien amusé malgré les circonstances. En guise de réponse, elle se contenta d’un : « Ouch. » bien qu’il y avait tout si ce n’est de la douleur sur son visage, plus railleur que jamais. Égayée par cette joute verbale comme elle l’était toujours avec n’importe quel homme, elle était définitivement d’humeur malicieuse si ce n’est sournoise. Par la suite, la brunette ne tarda donc pas à lui faire comprendre que la satisfaction de lui gâcher sa soirée allait compenser pour tout le mal qu’il pourrait bien dire d’elle. Chacun sa façon de prendre son pied, non? Si Cordelia était définitivement du genre à prendre son pied dans les séduisants abysses des étreintes charnelles, elle se refusait vaillamment ce genre d’ardeur avec le beau brun. Aussi ténébreux et attrayant était-il, il n’inspirait à la sorcière que dédain, mépris, voire même peut-être un certain dégoût prononcé. Paradoxal puisqu’elle avouerait sans détour qu’il était probablement l’un des hommes les plus plaisant à regarder de la Nouvelle-Orléans, et pourtant, il arrivait quand même à lui donner envie de dégueuler, ce qui en soi, malgré le manque flagrant de classe du geste, serait probablement un énième moyen de s’assurer de bien l’embêter.

Ainsi, Aiden, dans sa froideur habituelle, se satisfit de souligner qu’elle aimait jouer la maline, sous-entendant cependant de manière plus implicite qu’elle ne l’était pas. La sorcière gloussa à nouveau et les traits de son visage en disaient long sur l’évidence qu’elle s’apprêtait à glisser dans la conversation : « Ce n’est pas un jeu. Je suis la plus maline. Nuance. » Prétention ; tout ce qu’on pouvait entendre dans le timbre pourtant si agréable de sa voix. Il était suave, plein d’assurance, léger, mais mémorable, et pourtant ce qui se démarquait le plus, c’était de cette présomption dont elle puait à des kilomètres. Suite à ces mots pleins de sagesse, elle n’hésita pas à ingurgiter une gorgée de cet élixir de vie qu’était le whisky. La brunette manqua d’ailleurs d’être éclaboussé de cet alcool pourtant si précieux lorsqu’Aiden sembla déglutir au son de sa remarque ; un énième propos aigre aux propos d’un sujet délicat – Dieu sait qu’ils étaient nombreux avec Northwild. Pensez ce que vous voulez de son impitoyable personne, mais la succube prenait un malin plaisir à souligner, observer, voire admirer, le mal que la simple mention de sa défunte épouse pouvait causer au pauvre Daybreaker. Tendu, comme un chien de garde dont le coulis de bave pendait presque hors de ses lippes bourrues, il tenta à nouveau de prendre une gorgée de whisky, pas en vain cette fois-ci. La démone, de son côté, paraissait admirer ce spectacle avec toute la moquerie du monde drapé sur son beau visage. Ses airs railleurs, présomptueux et espiègles – bref sa cape habituelle – ne délaissèrent pas ce dernier.

Ruminant, tentant désespérément de garder son calme, bien qu’il bernait pas la magicienne d’un jeu d’acteur aussi dérisoire, il en vint à qualifier la curiosité de la plante de ‘malsaine’, ce qui en soit alla soutirer une certaine entente chez la brunette qui acquiesçait sans soucis. La sorcière n’avait franchement aucun mal à avouer ses torts, tant bien qu’elle n’était pas trop occupée à jouer les ingénues pour une quelconque raison. Gardant sur ce visage aux traits parfaits cette nonchalance impassible que détestait plus que tout le beau brun, la demoiselle jugea opportun de répondre. « Pas que la curiosité, pour être honnête. » avoua-t-elle de prime abord. Elle s’approcha cependant un peu, comme pour lui susurrer un secret, lequel il n’avait probablement pas envie d’écouter. « Mais une curiosité malsaine pour un secret malsain, ça me semble être en parfaite adéquation, non? » Elle l’interrogeait, mais sa réponse ne l’importait pas pour le moins du monde, un peu comme sa propre personne. Bien qu’en soi, cela était un peu contradictoire étant donné le temps qu’elle lui accordait. Mais Cordelia avait toujours été contradictoire.  

Parlant de secret, le jeune homme semblait bien décidé à ne pas lui raconter l’histoire de son insignifiante vie dont le seul élément perturbateur était l’intérêt même de la sorcière. Erreur de la part du Daybreaker de lui refuser cet aveu. Cela ne faisait que piquer davantage la curiosité de Cordelia, qui malgré la vulgarité de tels mots, était réellement une fouille merde. Rapace, littéralement, elle avalait tout ce qui se présentait sur son chemin. L’alcool, la bouffe, les cancans et les bruits qui courent. Dans un sens, elle était aussi un gouffre pour tous piques et attaques que l’on lui lançait sans cesse à la figure. « Serait-ce des menaces, Northwild? Oh allez, mon sucre d’orge. Au risque de me répéter, je croyais vraiment qu’on était au dessus de ce genre de sottises. » Dit-elle d’abord, un timbre de voix blasé accordé à ces mots. « Puis, as-tu vraiment envie de donner l’impression à nos amis ici présent que nous sommes en train de nous disputer en bon couple qui se respecte? » Comme elle savait pertinemment que l’image même d’elle et Aiden formant un couple allait susciter chez le bel apollon de l’aversion dans toute sa splendeur! Elle prit quelques secondes pour réfléchir à ce qu’elle venait de dire, glissant quelques derniers propos, ne manquant pas de glousser avant tout : « Hmm. Les mots : l’histoire qui se répète n’ont jamais eu une tournure aussi ironique, si tu veux mon avis. » Cordelia marqua cependant une pause, feignant une certaine indignation, ou tout au moins, une surprise. « Est-ce que cela signifie que je devrais aller me pendre? » La brunette pointa alors une porte, probablement celle des toilettes – ça n’avait pas beaucoup d’importance, l'idée était celle de se trouver une salle pour commettre l'ultime acte. L’essentiel était de lui rappeler cet acte tragique ; le suicide de sa chère et tendre épouse, défunte et bel et bien morte pour son plus grand malheur – ou bonheur, va savoir. « Tu vois la différence entre toi et moi, Aiden, mise à part le fait que je ne sois pas aussi médiocre que toi bien entendu, c’est que je ne date pas du dernier siècle. Crois-tu vraiment que durant ces sept longs derniers siècles, un idiot de la dernière classe comme toi n’a pas tenté de mettre fin à mes jours? Je survis toujours. D’une manière ou d’une autre, je gagne toujours. » Elle pesa ces derniers mots comme pour bien insérer ces trois petits mots, pourtant de nature si simple, dans sa petite tête de pigeon. Un certain mépris s’était retrouvé sur son visage alors qu’elle discutait des derniers siècles qu’elle avait passé à fuir, parfois même tué, ses ennemis. Cordelia croisa les bras sous sa poitrine, se calant plus profondément dans le dossier de sa chaise. « Alors s’il te plait, épargnes-moi tes menaces à deux balles et commence à causer. Quel était son prénom déjà?» Nonchalance, indifférence, coquinerie ; décidément elle faisait absolument tout pour qu'il lui saute au cou et lui arrache la tête.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Lun 24 Mar - 11:35

Chaque réponse, chaque réplique glissait sur la sorcière qui ne se séparait jamais de son agaçante nonchalance. Qu'elle joue les désinvolte cela avantageait Aiden, plus elle le penserait médiocre dans ce combat moins elle était vigilante et donc vulnérable. Son haute estime d'elle et de ses capacités la conduiraient à sa perte, elle se croyait bien trop au dessus de tout et de tout le monde. Alors certes jusqu'à présent les siècles avaient passés en lui offrant la clémence basique de sa survie et elle s'en pavanait sous le nez du Daybreaker mais il se promettait que le dernier souffle de ce parasite serait évacué sous ses yeux de glace. Plus maline ou non, c'était bien cette manière zélé qu'avait Cordelia de jouer avec le dangereux brun qui deviendrait un problème. Malsaine elle l'était du bout de sa permanente jusqu'aux bouts de ses ongles, son esprit et sa moelle infectés aussi tout son être n'inspirait que la révulsion à Aiden. L'homme lui trouvait des attraits libidineux dans une considération basique d'atouts physiques répondant à ses critères de la beauté, les similitudes entre ses traits et ceux de sa défunte épouse pouvaient être dérangeant sauf que cette pourriture sur talon haut était trop nauséabonde pour lui soutirer un semblant d'érection.
Le secret de l'énergivore n'avait rien de malsain, il était tragique et sombre une douleur dont il ne se relèverait jamais totalement et son état mental se dégradant n'y arrangeait rien. Et le danger venait de là, il sentait sa par d'ombre s'éveiller, sa violence s'exacerber et finalement c'était un élan de bonté de sa part que de mettre en garde la Hopkins. Il n'espérait rien de sa part si ce n'est qu'elle traîne son cul bien rentabilisé jusqu'à un autre siège histoire d'emmerder un autre individu que lui. Mais elle persistait à le provoquer, le piquant encore et encore par ces répliques fielleuses dont elle usait avec habileté. De quoi faire grincer des dents le Daybreaker qui pourtant se montrait droit et impassible, dissimulant sa véritable envie de voir le visage de Cordelia à plusieurs mètres de son propre corps. La comparaison à un couple lui arrachait un air dégoûté « Ils comprendraient bien vite que cette discussion n'a rien de conjugale... » en tout cas lui s'y appliquerait « Tu n'as rien d'une femme avec qui on voudrait s'associer de manière stable. Et ton manège de séductrice ne fait pas illusion sauf peut-être à toi même. En vrai ratée que tu es tu n'arrive à rien sans ta minauderie et tes postures aguicheuses... Tu te sens dominatrice mais tu n'es qu'un trou parmi d'autres, c'est ainsi que tous te voient ils te mangent dans la main l'espace d'un instant mais comme tu sais reconnaître quand le vent tourne tu prends les devants et fuis avant même qu'ils ne puissent se désintéresser de toi. » il lâchait un soupire en levant les yeux avec un air blasé « Venir m'emmerder ne retirera rien de ta propre médiocrité. ».

Et voilà qu'elle lui sortait la tirade de la survivante comme si elle avait été une de ces amazones, ces guerrières qui s'étaient battu pour leur survie en arrivant même à faire trembler les hommes. Cordelia se pensait être une vainqueur dans l'âme, soit qu'elle garde cela en tête il serait sa plus cuisante défaite ! Et ses mots prononcés avec tant de conviction, tel un numéro bien rodé qu'elle servait à qui souhaitait se dresser devant elle, ça le fit sourire sans qu'il ne puisse s'en empêcher. Un large sourire amusé, égayé par tant d'aplomb et d'absence de doutes. Aiden se mordait l'intérieure des joues mais il était malgré lui prit de sursaut dû au rire qui s'élevait en lui. Authentique, incontrôlable et inquiétant il était prit d'un véritable fou rire qu'il tentait de garder silencieux mais qui ne le restait pas bien longtemps quand toujours aussi sûre d'elle la sorcière l'invitait à se montrer docile et de répondre à ses questions.
Le Daybreaker ne devait rien à personne, jamais et surtout pas à cette pétasse. Et puisqu'elle avait émis l'idée d'aller se pendre peut-être bien qu'il allait l'y encourager... Mieux, la pendre lui même haut et court, pour sûr qu'il prendrait du plaisir à la regarder se tortiller comme un ver au bout d'un fil de pêche avant que son visage ne devienne bouffi et cyanosé là elle n'aurait plus aucun sex appeal. Conscient du caractère funeste et meurtrier de ses pensées Aiden songeait à se lever et simplement partir en n'accordant aucune importance à la peste qui était venu troubler sa réflexion. Oui après tout elle ne méritait rien de plus que de l'ignorance, la faire passer pour transparente serait sans doute son plus grand malheur mais malheureusement il sentait que c'était déjà trop tard.

Cordelia l'avait bien comprit, en salle devant les autres clients il était exclu de provoquer une quelconque esclandre et encore moins de désolidariser la tête de son corps à la vue de tous. Il avait déjà fait assez de connerie en jouant au plus malin avec Ruby et en risquant de perdre de la clientèle pour le Cabaret, ça n'était pas pour s'afficher clairement en meurtrier violent et salir définitivement l'image du Masquerade. Cependant l'idée qu'il pouvait être un simple couple, bien qu'elle le rebute, lui avait donné la clé pour se délester de ce problème qu'était leur public involontaire. Aussi il se levait en empruntant un peu de nonchalance à la sorcière, sa main se posant sur l'épaule de la brune alors qu'il était tout à côté d'elle et baissait son regard sur sa carcasse d'allumeuse « Je crois que tu as besoin de te repoudrer le nez très chère. ». Vicieusement sa main glissait rapidement vers sa nuque y agrippant ses cheveux qu'il serrait avec force pour pouvoir s'assurer une prise l'engageant à le suivre. En apparence le geste n'avait rien de violent si l'on y prêtait pas trop attention, alors affichant sa mine la plus enjouée et son sourire le plus malicieux il entraînait sa vile emmerdeuse attitrée jusqu'aux toilettes des dames. Pas de cliente féminine dans l'établissement si ce n'était elle, ils seraient tranquilles.
Aiden avait ouvert la porte et désormais à l'abri des regards avait propulsé Cordelia vers le mur le plus proche histoire de la bousculer un peu et qu'elle se fasse une idée de l'erreur commise de le pousser à bout. Oh ça n'était qu'un début et il regorgeait de pensées forts créatives qu'il aurait sans aucun doute plaisir à expérimenter. Il avait entre ses doigts quelques mèches brunes, agitant ses phalanges en tendant la main devant lui il les fit tomber au sol en affichant clairement son dégoût « Et c'est là une de tes fiertés ? Tes cheveux ? » il grimaçait « On dirait du crin de mule.. C'est dégueulasse. » définitivement la part sensible et emprunte de culpabilité de sa personnalité avait laissé sa place à cet autre qui ne ressentait pas le moindre remord à infliger la honte, la douleur, la souffrance à autrui. Quelques pas vers la brune suffirent à l'en rapprocher suffisamment pour qu'il puisse se saisir de sa gorge, collant son corps au sien alors que son autre main venait se poser à l'emplacement de son cœur « J'arracherais ta tête, et je m'adonnerais aux joies de l'autopsie... Tu sais il y a eu un moment où petit je voulais être chirurgien. Sauver des vies, aider mon prochain. » un sourire malsain étirait ses lèvres et il baissait le ton jusqu'à ce qu'il devienne un chuchotement « La vue du sang, découper de la chair, sentir le liquide visqueux et chaud juste là aux creux de mes mains et savoir que l'existence d'une personne est entre mes mains... ». Son regard se plantait dans celui de la sorcière et il entendit cette petite voix dans sa tête, celle de sa défunte épouse « Pourquoi Judas ? Pourquoi est-ce que tu me fais mal comme ça ? » sachant qu'en face de lui il avait affaire à une sorcière il luttait contre ces murmures perturbants, pensant qu'elle était à leur origine. Sa prise se resserrait sur la peau halée de Cordelia « Ferme la ! » lui criait-il en s'adressant à la voix dans sa tête plutôt qu'à la séductrice elle même.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Sam 29 Mar - 10:26





Le voilà qu’il crachait son venin de piètre qualité sur elle, ce poison acerbe et sans saveur, un défilé de mots, pire encore, que de simples sons. Totalement indifférente à ce que Northwild pouvait bien penser d’elle, de ses relations et de ses façons de faire, il valait de soi qu’elle gardait un sourire pendu aux lippes. Les insultes ne manquèrent pas à l’appel, mais elle en était heureuse. Elle se complaisait dans ses joutes verbales, aussi puériles pouvaient-elles paraître aux yeux de certains. Aux yeux de la brunette, c’était un moyen de mettre en œuvre sa répartie, et surtout, de progresse dans le domaine. Aiden, vraisemblablement, n’était pas aussi enthousiaste qu’elle à l’idée, mais il s’y contraignait quand même. Elle vous mentirait si elle vous disait que l’entendre la traiter ‘de trou parmi tant d’autres’ lui esquissa un sourire encore plus railleur. C’est qu’il pouvait presqu’être hilarant, pour quelqu’un de coincer. « À mes yeux, cela me semble être un atout fort admirable Ce n’est pas tout le monde qui sait reconnaître quand le vent tourne… Regarde ta femme. » Elle était bien trop fière de mentionner ces quelques mots. Elle savait combien ces mots, pourtant si simples et basiques, pouvaient attiser chez l’énergivore du désespoir, du regret, voire même de l’affliction et, bien entendu, Cordelia se régalait de ce chaos immisçant de la personne du beau brun ténébreux. Il ne tarda pas à répliquer, laissant la sorcière avec réponse un froncement de nez et de yeux, avant qu’elles ne poursuivent d’un timbre de voix qui se voulait aguicheur, malgré la situation. « Peut-être, mais te pourrir la vie est trop jubilant pour ne pas en profiter. » dit-elle en lui accordant un clin d’œil. Elle se savait loin d’être médiocre ; n’était-ce pas tout ce qui importait? Après tout, elle qui ne vivait que pour elle-même, pourquoi se soucierait-elle de ce qu’avait à dire les autres, pire encore, ce qu’avait à dire le sombre dégénéré qu’était Aïden Northwild? Un petit bâtard, un connard de service, un mari dérisoire, un homme faible. Elle aurait cracher volontiers sur lui si elle ne pensait pas que sa salive méritait bien mieux que d’atterrir sur la pauvre personne du Daybreaker. Ce n’est pas faute d’y avoir pensé deux fois, mais cela aurait été lui donner bien trop d’importance, surtout à présent qu’il jouait sur les mots et les menaces. Perdre ce tempérament qui faisait d’elle une reine de glace n’était pas exactement le meilleur moyen d’arriver à ses fins.

Or, son petit discours de survivante ne suscita qu’un fou rire chez Aiden. Elle avait au moins le mérite d’être capable de le faire rire à éclats. Ah, si elle pouvait en dire autant de lui! Elle leva un sourcil, mais son air nonchalant ne la délaissa pas, pas dans ce genre de situations où elle en avait tant besoin. Le levant se lever et s’approcher d’elle, elle eût par réflexe de se reculer un peu et de se caler au fond du dossier de sa chaise, les bras toujours croisés sous sa poitrine, alors qu’elle observait du mieux qu’elle pouvait le brun se placer à ses côtés, bien qu’il se trouvait plus derrière elle qu’autre chose. Perplexe, elle attendait de voir ce qu’il avait en tête, et elle fût prise d’un léger pouffement de rire qui s’écrasa dans sa gorge, formant un ensemble encore plus moqueur. Se poudrer le nez? Et puis quoi encore. Sa prise semblait présager qu’il souhaitait la rejoindre pour l’aider à se poudrer le nez, ne manquant pas de ne laisser la sorcière plus désorientée que jamais. « Hmmm, comment dire…Non. » dit-elle, moqueuse, mais surtout ne voyant pas réellement où voulait en venir Aiden qui paraissait ridicule plus qu’autre chose. À quoi jouait-il? Ceci dit, lorsque cette prise devint violente et qu’il agrippa avec culot les chevelure caféiné de la succube, celle-ci fût prise d’un léger grognement, bien qu’elle fût contrainte à caricaturer l’esquisse d’un sourire quelconque pour ne pas attirer les regards indiscrets sur eux. « Tu sais, mon amour, je peux me poudrer le nez sans ton » pas le temps de finir, le voilà qu’il la tirait subtilement vers des territoires hostiles, mais surtout à l’abri des regards. Cela n’inaugurait rien de bon, mais la sorcière n’avait pas pour autant peur pour l’instant. Il ne fallut pas plus deux secondes à la pourriture qu’était Aïden pour l’envoyer valser contre un mur. Le choc soutira, sans réelle surprise, un certain grognement à la sorcière, mais en sept siècles, elle avait été victime de bien pire. « Sérieusement? C’est au moins la 19e fois ce mois-ci. » Pesta-t-elle en se frottant le cou, légèrement engourdi du choc. D’ici la fin du mois, elle serait définitivement cassée en deux. Non pas que ça déplairait à l’autre enfoiré.

Cordelia pouvait observer quelques minces mèches de cheveux sombrer vers le sol. La brunette, dans cette grande facette qu’était Cordelia Hopkins, ce personnage dans toutes ses manières, jouait ainsi souvent les capricieuses, voire les superficielles, cela dit, après des siècles de fuite et de fuite constante, perdre quelques mèches de cheveux était le dernier de ces soucis. Ceci dit, elle se doutait bien que ce n’était qu’un avant-goût de ce que le Daybreaker souhaitait lui faire subir. On arrache les cheveux en premier, ensuite la tête. Typique. Au moins, ça avait le mérite de changer des habits constamment arrachés dans une hâte sexuelle. Comparant ses cheveux à du crin de mule, la sorcière gloussa légèrement, avant d’acquiescer de la tête, attribuant si l’on veut quelques points à son adversaire pour une répartie qui était définitivement en progrès. « Écoute, j’en ferais part à mon coiffeur. » Elle prétexta une réflexion avant de poursuivre, balançant les bras en l’air : « Ou bien tu pourrais me donner le numéro du tien, toi semble si bien t’y connaître en la matière. » dit-elle en roulant des yeux, dédaigneuse et pleine de mépris pour cet être abject. Ceci dit, la réciproque se valait et en moins de temps qu’il ne fallait à la sorcière pour sortir une énième vanne, le brun lui attrapa la gorge de sa main virile et imposante, allant même jusqu’à coller son corps de façon indécente contre elle, bien qu’elle était parfaitement consciente que les intentions derrière les actes du psychopathe n’avait rien de charnelle. Pourtant sa main s’aventura dans des territoires sur lesquels Aïden n’avait pas le droit de mettre les pieds – ou plutôt ici les mains – bien que, tout comme la succube, il n’avait pas besoin de permission pour se permettre de telles choses. Semblant ouvert aux confessions, il lui avoua – à sa manière sordide et glauque bien personnelle – qu’il avait jadis rêvé de devenir chirurgien. Roulant les yeux, la sorcière glissa d’un ton on ne peut plus blasé, démontrant explicitement comment elle n’en avait rien à foutre : « Quel magnifique souvenir d’enfance, Northwild. S’il te plait, ne t’arrête surtout pas. » Et bien entendu, il n’arrêta pas…de resserrer l’étroit sur sa pauvre gorge. La démone tenta une dernière vanne, bien trop orgueilleuse pour perdre face, bien que sa voix semblait trembler d’un certain manque d’air. « Après sept siècles, un petit coup de botox ne me fera probablement aucun mal. » dit-elle, parodiant cette menace glauque de la faire passer sous le bistouri pour un stéréotype couramment joint au métier de chirurgien. Mais voilà que l’emprise se faisait définitivement mortelle, aucun son n’arrivait à sortir de sa bouche, seul ses talons semblaient taquer contre le sol froid de la toilette. Les murmures du psychopathe longeant ses lobes d’oreille, la sorcière se sentit presque offusquée qu’il lui demandait de se taire alors qu’elle ne pouvait plus émettre de son depuis quelques secondes.

Instinctivement, la sorcière dont l’instinct de survie dépassait tout autre trait chez elle, pensa à la meilleure des solutions dans une situation comme celle-ci : une illusion. Immédiatement les traits de la sorcière prirent l’apparence de ceux de la défunte épouse de l’énergivore, démontrant ainsi à ce-dernier la vision de cette femme qu’il avait jadis aimé étranglée par ses propres mains. L’étroit autour de la nuque de la démone sembla afin se desserrer et si la sorcière était ravie de pouvoir enfin prendre une bouffée d’air, elle ne demeurait pas moins furieuse de ce qu’elle venait de subir. Prenant toute ses forces qu’il lui restait, elle assailli un coup de genou bien placée dans les sales couilles du psychopathe, suffisamment pour donner à la sorcière la possibilité de le pousser férocement, tête première contre le miroir de la toilette, fracassant ainsi ce dernier. « Tu es gâté dis-donc. Sept ans de malheur, la vue sur du sang, de la chaire coupée... Tu as tout pour prendre ton pied. » Malheureusement, cette blessure, à la base déjà minime car il n’avait pas foncé face première contre une pièce de vitre fraîchement découpée, mais plutôt seulement fracassé un miroir, semblait déjà guérir. « J’ai toujours trouvé ce petit tour de régénération injuste. Enfin, vois le bon côté des choses, si tu apprécies tant la vue du sang, tu peux toujours te couper les veines. Tu n’en mourras pas de toute manière. » Dit-elle nonchalante. Le beau brun reprenant de ses forces plus vite qu’elle ne l’avait prévu attrapa une serpillère qu’un concierge avait laissé trainé. Cassant le manche – qui était plutôt fin – contre le comptoir de la toilette, elle observa le bout à présent pointu et écorché un instant avant de reposer ses iris noisettes sur Northwild. Ce n’était pas aussi aiguisé qu’une lame, et il y avait des fortes chances que le manche se brise à nouveau si elle tentait quoique ce soit, mais au moins, ça lui offrait une arme, chose qu’elle n’avait pas quelques secondes plus tôt. « Allons, chou à la crème. Je voulais seulement discuter, partager des secrets, tout ça. Je ne crois pas que ça soit trop demandé. Après tout, tu semblais plutôt ouvert aux confessions quand tu t’apprêtais à m’arracher la tête. » Dit-elle en levant un sourcil, tronquant l’ingénuité qu’elle avait emprunté pour le début de son discours pour une outrecuidance bien personnelle. « Je sais ce qu’il te faut, je crois… » Et de nouveau, le visage de la sorcière prit les traits de cette femme défunte dont Cordelia ne connaissait même pas le nom.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Lun 21 Avr - 20:21

Comment Cordelia Hopkins arrivait-elle à être aussi détestable ? Une essence putride dans un joli flacon, le meilleur moyen de tromper l'ennemi. Mais l'odorat d'Aiden était suffisamment affûté pour qu'il n'ai jamais été pris à ce piège. La sorcière lui inspirait le dégoût, la colère, la haine, mais pas franchement le désir et cela bien qu'elle eu des traits ressemblants à ceux de sa défunte épouse. Source même du problème à vrai dire puisque le Daybreaker ne tolérait pas franchement qu'une telle plaie puisse avoir une ressemblance avec sa douce bien aimée. Une erreur grossière commise par la nature, une parmi tant d'autres certes mais celle-ci le touchait directement. La dite erreur prenait un malin plaisir à lui mener la vie dure, le pousser à bout en se sentant en total contrôle de la situation... Oh oui ça la brunette se pensait au dessus de lui, tout son être le criait. Son regard, son attitude, ses mimiques insupportables et tout cela donnaient à l'énergivore des envies de violences, de coups, de sang, de cris. S'adonner à ses pulsions directement dans la salle du bar, bien que l'idée d'écraser la tête de la sorcière sur la table l'eut séduit, n'était pas vraiment envisageable s'il voulait s'éviter quelques désagréments de réputation qui se répercuteraient sur le Cabaret dont il était le patron.
La délocalisation vers un endroit plus intimiste s'imposait comme la solution parfaite. Le moyen d'y entraîner Cordelia ne fût pas bien compliqué à trouver et ils furent rapidement face à face dans ce huis clos tant attendu par Aiden. Allait-elle se sentir si maline à présent ? Pas sûr à en croire ses répliques qu'elle lui servait avec toujours autant de nonchalance alors qu'il insultait clairement sa chevelure. Des considérations féminines sur lesquelles il aurait espéré que la sorcière s'offusquerait au moins un petit peu. Mais le vice étant tellement ancré dans sa personne, nul doute qu'elle n'allait rien en laisser paraître. « Je vais lui épargner ça. » répondait-il en faisant référence à son coiffeur, il ne souhaitait pas autant de mal à ce pauvre homme pour lui envoyer cette insupportable individu. Mais surtout il avait bien d'autres choses en tête qu'une discussion autour de la capillarité de la brune. Des intentions qu'il mit fort peu de temps à ramener sur le devant de la scène par ses gestes brutaux, qu'il associait à un récit sanglant à propos de ses ambitions de bambin et du plaisir qu'il allait retirer à jouer les apprentis chirurgien sur sa carcasse.

Le manque d'oxygène qu'il lui imposait en resserrant sa prise sur son cou la réduirait au silence, un bon début en soi dont il se réjouissait dores et déjà. Mais comme toute mauvaise herbe la sorcière s'avérait coriace et résistait. Il voyait l'étourdissement poindre, bientôt elle perdrait conscience, une bonne raison pour le Daybreaker de lutter contre cette voix dans sa tête qui aurait tôt fait de le rendre vulnérable. Le souvenir de sa femme demeurait trop douloureux et l'effet qu'il avait sur Aiden trop puissant pour qu'il puisse s'en défaire. Il s'était plus ou moins accommodé de cette bataille interne dont il était souvent la victime, mais entendre Billie lui parler relevait d'un niveau supérieur dans son trouble. Il lui hurlait de se taire, invectivant indirectement Cordelia qui profitait de ce moment de faiblesse pour jouer la carte de l'illusion. L'énergivore savait de quoi les sorcières étaient capable mais se répéter mentalement que cela n'était en rien réel ne suffisait pas à ce qu'il résiste. Alors face à l'image de son épouse et de sa propre main lui serrant le cou avec force Aiden eu un moment de flottement, un quart de seconde qui suffit à la sorcière pour se dégager de son emprise, lui asséner un coup de genou dans l'entre jambe fort heureusement guérit depuis l'altercation avec Ruby, et de l'envoyer valser contre le miroir qui se brisait dans l'impact.
Le geste eu au moins l'effet positif de le ramener à la réalité et vers ses pulsions meurtrières. Le Daybreaker entendait le bourdonnement agaçant de la voix de son adversaire lui notifier combien il était chanceux en énumérant toutes ces choses qui pourraient le ravir. De ses mains il palpait sa peau tailladée par le verre, rien de profond ça cicatriserait très rapidement. Cette entaille sur son bras mettrait peut-être plus de temps en revanche mais c'était le dernier de ses soucis. Relevant la tête et s’époussetant un peu se débarrassait des éclats de verres brisés « Que tu comprennes m'aurait étonné, tout le monde à sa limite la tienne arrive rapidement. » le plaisir de la vue du sang, de la chair découpée n'avait d'intérêt que lorsqu'il s'agissait d'elle « Toi qui aime être le centre de l'attention tu devrais être flattée que je m'intéresse à ce point à ton organisme. ». Un sourire amusé apparaissait sur le visage d'Aiden quand il eu remarqué que la sorcière s'était dégoté une arme. « Besoin d'une arme Buffy ? » raillait-il trouvant la brune parfaitement ridicule, pourquoi ne pas assumer jusqu'au bout de l'avoir provoquer plus que de raison ? « C'est déloyal... Enfin ça te ressemble, je ne suis pas surpris. » ajoutait-il sur le ton de l'évidence, la sorcière ne pouvait de toute façon pas jouer dans les règles, plus lâche que fière elle préférait s'assurer de tenir quelques minutes de plus grâce à son arme, plutôt que de perdre dignement.

Discuter ? Qu'est-ce qui pouvait faire penser une seule seconde à Cordelia Hopkins que le co-patron du Masquerade souhaitait discuter, évoquer des souvenirs avec elle ? Son ton doucereux suffisant à lui rappeler combien cette femme pouvait être vicieuse et néfaste. Et elle ne mit que quelques secondes à confirmer cela en reprenant les traits de Billie. Grimaçant, les mâchoires serrées, Aiden la haïssait de lui faire endurer pareille épreuve. C'était là la pire des souffrances que de se confronter à ce visage qu'il avait chérit avant de ne devenir la cause de sa perte. La culpabilité lui vrillait les entrailles, il revoyait par flash l'image de l'amour de sa vie pendu à une corde, le visage déformé par la mort. Et si cela aurait pu le rendre fébrile dans d'autres circonstances, présentement ça ne faisait qu'amplifier la rage qui se chargeait de faire bouillir son sang noirâtre d'énergivore. Déterminé, posant son regard de prédateur sur la supercherie qu'était la sorcière, il fondait sur elle avec rapidité « Tu veux des confidences ? » il lui arrachait son bâton des mains, le balançant plus loin. Sa main puissante s'accrochait de nouveau à sa chevelure brune dans une prise plus violente que précédemment puisqu'il n'avait plus besoin d'être discret. Tirant sa tête en arrière pour dégager l'accès à son cou le Daybreaker y passait ses lèvres « Nos jeux interdits... Le désir, l'embrasement de deux êtres... » sa main libre saisissait le bas du visage de la brune avec autorité et il reculait pour planter son regard dans le sien. « Une passion impossible à retrouver ! » il déglutissait difficilement tant il se crispait de rage « Arrêtes d'afficher ce visage ! Arrêtes ! » criait-il en sentant la perte de contrôle imminente « Cesse de la salir ! Tu ne mérites pas ce déguisement ! Tu crache sur son image en imitant ses traits ! » poursuivait-il alors que ses prises sur la sorcière se raffermissaient encore. Les jointures de ses doigts palissaient à mesure qu'il serrait ses dix pinces qu'il voulait douloureuses pour son interlocutrice.
Comment la faire taire ? Effacer cette image ? Une photo il suffit de la déchirer, mais un visage ? L'idée lui apparue alors comme une évidence. Puisque Cordelia persistait à vouloir ressembler à sa défunte femme et que cette image lui était insoutenable, il lui suffisait de la défigurer pour ne plus avoir à subir cet affront. « Moi aussi je sais ce qu'il te faut. » chuchotait-il dans une tonalité malsaine. Le regard fou, ses muscles raidis par le trop plein de haine il entraînait Cordelia vers les débris de miroir « Tu proposais le botox... Je t'offre un lifting ! » trop enjoué pour ce que cela signifiait dans cette situation, Aiden laissait sa folie s'exprimer plus de retenue puisque la sorcière n'en avait aucune. Agrippant toujours la tignasse de la succube le Daybreaker se saisissait un morceau du miroir, le plus grand. « Faute de matériel adéquate je suppose que ça fera l'affaire. » néanmoins le brun s'arrêtait dans son élan, fronçant les sourcils il lâchait un soupire, forcément elle allait se débattre et il n'avait que deux mains... Il pourrait l'attacher, encore fallait-il qu'il puisse le faire. Posant son arme sur le bord du lavabo il arquait un sourcil en reposant son attention sur la sorcière « C'est l'heure d'une petite sieste. » à peine eut-il fini sa phrase qu'il assénait une droite digne d'un boxeur à l'insupportable Hopkins espérant réussir le K.O.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Mar 29 Avr - 23:30




La vue du sang ne l’excitait pas réellement, mais elle mentirait si elle disait que la vision du jeune homme ensanglanté et meurtri par quelques débris de verre ne la faisait pas jubiler un tant soit peu. Il fallait dire qu’ils arrivaient tous les deux à faire ressortir le pire l’un chez l’autre, peut-être Cordelia plus qu’Aiden…mais franchement, n’était-ce pas le cas avec littéralement tout le monde? Mais elle ne s’attendait pas à ce qu’Aiden ait autant de patience que ses habituels souffre-douleurs et il lui donnait clairement raison. La brunette avait bel et bien compris ce qu’avait insinué le jeune homme, mais décidément il n’avait compris la dérision qu’utilisait la sorcière lorsqu’elle prenait les propos du jeune homme au pied de la lettre. Désinvolte, elle continua d’observer la scène, tout en tentant d’envisager les possibilités qui s’offraient à elle. Encore une fois, elle avait réveillé le grand méchant loup et ce dernier souhaitait à présent lui arracher la gorge de ses dents, probablement le plus lentement possible. Pouvait-on encore être surpris que la sorcière préférait les chatons? Le patron du Masquerade renchérit de nouveau et il fallut à la succube quelques secondes pour se remémorer de cette série télévisée dont elle avait vaguement entendu parler au cours des deux dernières années. Manque de temps, ou ne jugeant pas cela comme une priorité, disons que la sorcière n’avait jamais réellement estimé regarder la chose comme étant impératif. Malgré tout, un fin rictus se logea sur ses lippes rosées, démontrant furtivement son appréciation pour une verve aussi similaire à la sienne. L’idée la dégoutait un peu, mais en réalité, ils avaient quelques points communs tous les deux. L’horreur, oui. « Non. » dit-elle en haussant les épaules de prime abord, comme elle savait si bien le faire. « C’est pour mieux récurer tes beaux petits yeux. » ajouta-t-elle, mauvaise et sournoise comme elle pouvait l’être, peut-être parfois plus qu’elle ne pouvait être nonchalante. Lorsqu’il fit une remarque sur sa lâcheté, la sorcière ne pût s’empêcher de railler avec moquerie. Il n’était pas sérieux tout de même? Non seulement était-il terriblement placé pour parler, mais demeurait-il encore à savoir si la droiture et la loyauté avait mené quiconque quelque part. C’était des vertus sans valeur, des idées préconçues dépourvues de sens, c’était des idéologies pour les faibles et pour les cons. Reine des changements de sujet, ou tout du moins de la fuite, autant physique que verbale, la sorcière ne tarda pas à lui faire part qu’elle ne tenait qu’à discuter avec lui et qu’autant de futilité se révélait pour le moins futile. Bien entendu, elle ne pouvait pas être plus railleuse, malgré cette ingénuité feinte qu’elle arborait constamment dans ces discours acerbes, parfois même perfides.

S’empêtrant, de nature, davantage dans ce merdier, elle emprunta les airs négligés de cette défunte épouse, malmenée autant par la vie que par cet époux en carton qu’était Aiden. Décidément, Cordelia partageait avec Billie plus que les apparences. Elle partageait avec cette défunte femme aussi cette relation violente avec le beau ténébreux, moins l’amour et les bonnes intentions vraisemblablement. C’était pour le meilleur des mondes, probablement. Un visage dépeignant mille et un souvenirs, tous malheureusement plus douloureux les uns que les autres. Les reproches fusant dans le regard du patron du Masquerade ; ce n’était pas seulement la sorcière qu’il haïssait, c’était lui aussi et ça, elle pouvait le lire comme noir sur blanc. Embrassant cette acerbe culpabilité, Aiden sembla perdre le pied et parallèlement, Cordelia paraissait prendre son pied, arrogance étreignant ses lippes sournoises.  Outrecuidance qui la rendit trop sure d’elle, lui faisant perdre l’avantage immédiatement. En moins de temps qu’il ne fallait pour réagir, le beau brun lui avait dérobé cette nouvelle arme dépouillée. Le temps d’un soupir, la main sévère et sauvage du Daybreaker s’hissa dans ces cheveux, sans la moindre délicatesse, pour en tirer le visage de la sorcière, libérant ainsi l’accès à son long cou dont la peau hâlée était décidément beaucoup plus frêle que la raideur caractérielle de Cordelia ne pouvait le présager. Cœur de pierre, caractère de glace, mais peau de pêche, il n’y avait pas à dire. Les lèvres du jeune homme se longeant le long de son cou, elle eût presqu’envie de régurgiter, mais déglutit toute aversion, la pression contre sa tignasse lui permettant de porter son attention sur autre chose que ce contact physique qu’elle aurait apprécié avec n’importe quel autre homme… sauf lui. Une hystérie la prit de fouet, alors qu’un rire, peut-être jaune, peut-être mauvais, elle-même n’en avait aucune idée, se décoinça du fin fond de sa gorge et s’immisça à plein éclats aux oreilles du brun. La brunette n’avait aucune considération pour Aïden, encore moins de respect pour cette défunte épouse ; elle n’avait que faire du courroux dément de cet aliéné et la violence exercée, si désagréable, ne faisait qu’attiser cette hystérie au creux de tout son être, le canevas lui paraissant plus amusant qu’autre chose.

La traînant avec lui un peu plus loin, la sorcière comprit rapidement les intentions du brun lorsqu’il joint le geste à la parole et elle mentirait si elle disait qu’elle ne  fût pas prise d’un frisson qui eut le temps de parcourir son échine plus vite qu’elle ne l’aurait voulu. Ces iris chocolatés s’alarmant, ces yeux tout comme son fin esprit cherchèrent en vain une solution à son problème. « Non, vraiment, j’insiste sur le botox. » railla-t-elle, sa voix un peu fébrile dans son discours qui se voulait insolent comme à sa grande habitude, mais la façade de la grande Cordelia Hopkins s’érodait et ne tarderait plus à s’effondrer lamentablement. Mais grande orgueilleuse qu’elle était, elle se refusait de démontrer si ce n’est la moindre once de frayeur, bien que son visage traduisait tout de même une subtile détresse qui, elle n’avait nul doute, serait exquise aux yeux d’Aiden. Faute d’être à côté des débris de verre, elle tenta de s’accaparer d’un morceau, mais l’énergivore avait déjà attrapé le plus gros d’entre eux. Ses doigts se cramponnant grossièrement contre les bribes de glace, tentant vainement et désespérément de saisir un piètre fragment qui lui permettrait de ne pas être si inoffensive, en fière survivante qu’elle était. « Une autre fois peut-être, Lecter. » déglutit-elle, se sourire moqueur et perfide toujours accroché au visage. S’harponnant enfin à un débris de verre, elle sentit l’adrénaline croître et dérailler en elle, lui donnant la force nécessaire pour assaillir le coup dans la main du jeune homme qui lui retenait la crinière. Dételée de cette emprise barbare, cette liberté fût amère et de courte durée. À peine eut-elle observée ce sourcil haussé qu’il lui assaillait déjà une droite en pleine figure, cassant en effet cette image de Billie qu’il semblait tant mépriser à l’instant présent.

[…]

La lumière des néons assiégeant ces pauvres yeux caféinés, la succube fronça à la fois ces derniers et son petit nez. Une douleur l’accabla d’aussitôt. Il n’était pas brisé – tout au moins, elle n’en avait pas l’impression, mais elle pouvait sentir une douleur se longer de son nez jusqu’à sa joue, comme si les quelques vaisseaux sanguins se trouvant sous cette frêle peau de pêche avait explosé sous le coup. Cet enfoiré l’avait frappé ; ça lui revenait. Mais quel fils de pute. Un soupir, cloué entre l’exaspération et la douleur, se délogea de ses lèvres, alors qu’elle tenta de se mouvoir rien qu’un peu, pour constater qu’elle était à présent attachée, les mains derrière le dos, probablement à une poutre quelconque. Ce soupir ambigu se transforma lentement en un rire essoufflé et scandé. « Qui de nous deux est déloyal à présent? ...Enfoiré. » déglutit-elle d’un timbre de voix plutôt faible, le mouvement de ses muscles faciales intensifiant la douleur qu’elle avait. « Je savais que tu étais pathétique, mais tu te dépasses, je dois l'avouer. » cracha-t-elle, presque littéralement, puisqu’elle cracha en effet par la suite un coulis écarlate au sol. Dédaigneuse, la démone roula des yeux, pestant sans surprise : « Superbe… » Reposant ses yeux sur Aïden qui s’approchait d’elle, définitivement plus prêt que jamais à la défigurer, elle fut tentée de ravaler un peu son orgueil pour laisser place à une autre solution, peut-être plus avantageuse dans sa situation. Égoïste et malsaine, la succube n’avait pas réellement grand-chose pour elle si ce n’est ce que la Nature lui avait offert. La brunette n’avait donc aucunement besoin que le dernier des timbrés désemparé depuis des lustres par la mort de sa femme ne lui enlève sa seule possession de valeur. « Aiden, calmons-nous. » dit-elle d’abord, tentant de le ralentir un peu, alors qu’elle tentait de défaire le lien – probablement la ceinture du Daybreaker - qui joignait ses mains. « Discutons calmement entre les deux adultes que nous sommes, veux-tu? Il n’y a nul besoin d’en arriver là. » La détresse s’attisant de plus en plus en elle, cette flamme ne brûlait pas que de frayeur, elle brûlait aussi de résolution. Elle n’allait pas le laisser toucher une fois de plus son visage et ce n’était pas de volonté dont elle pouvait manquer lorsqu’elle tenait absolument à accomplir ce qu’elle voulait.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Mer 7 Mai - 15:10

Les petits tours de passe-passe verbaux de la sorcière ne prenaient pas, elle avait voulu jouer et bien Aiden était désormais lancé. Sa provocation avait abouti pourquoi ne s'en réjouissait-elle pas autant que le Daybreaker l'aurait cru ? Son arme de fortune était tout aussi inutile et inefficace que ses mots, et si son but avait effectivement été de récurer ses petits yeux comme l'emmerdeuse le fanfaronnait alors c'était tout bonnement raté. Les perspectives du schizophrène étaient bien plus séduisantes selon lui. Puisque changer de visage l'amusait tant, bon seigneur il allait exaucer son souhait et pérenniser sur ses traits quelques changements. N'ayant aucune formation en la matière Aiden laisserait parler son côté artiste, exprimer sa créativité il paraît que c'est très positif ! Preuve de son étroitesse d'esprit Cordelia campait sur sa position à propos du botox un petit rire échappait à son chirurgien improvisé « Oh ne sois pas si réfractaire, je t'offre la découpe au même prix qu'une petite injection chimique. » n'était-ce pas généreux de sa part ? « Et pour ta culture personnelle, Lecter bouffe ses victimes, ce que je ne ferais certainement pas avec toi ni quiconque d'autre d'ailleurs. Mais te concernant j'aurais trop peur de l'indigestion voir de l'empoisonnement. ».
L'improvisation a ses avantages et ses inconvénients, là c'était l'anesthésie qui faisait défaut alors il fallait bien trouver un moyen pour que la succube se tienne tranquille. Il serait bête de la rater pour un petit mouvement parasite. Aussi l'énergivore perdait patience, ce flot de créativité, cette inspiration n'allait pas durer éternellement et c'était le moment d'en profiter. Pas franchement motivé à devoir s'embarrasser de la brune se débattant comme une furie quand il voudrait l'attacher, Aiden choisissait une technique simple, efficace et gratuite. Une bonne vieille droite, puissante et bien placée, ça marquerait un peu la chair mais au moins la Hopkins se tiendrait tranquille pendant un moment. Le Daybreaker eu un sourire satisfait quand la brune flanchait après le coup, son corps ramolli par l'inconscience. Il ne s'aperçut du morceau de miroir planté dans sa main que lorsqu'il lâchait les cheveux de la sorcière pour la laisser glisser au sol, tomber plus exactement.

« Ah enfin un peu de silence, c'est quand même pas beaucoup demandé... La tranquillité va finir par devenir une denrée rare dans ce monde de taré. » un peu plus et il finirait presque par se mettre à philosopher mais il n'en avait pas franchement le temps. Retirant sa ceinture, retournait la brune sur le ventre comme si elle avait été un tapis qu'il roulait. Attachant ses mains l'une et l'autre à l'autre il relevait ensuite ce poids mort qu'était devenu la succube pour la lier à un tuyau de canalisation solidement fixé au mur. Une tâche qui lui demandait de s'y reprendre à deux fois étant donné qu'il devait soutenir le corps de la brune pendant qu'il l'attachait « Tu pèse plutôt lourd pour un tréteaux, Hopkins. » raillait-il en finalisant le lien avant de recule, satisfait d'avoir réussi. Croisant les bras il contemplait son ennemi totalement à sa merci et riait « Putain y a pas à dire, à choisir je te préfère comme ça. » silencieuse et inanimée...
Il n'y était pas allé de main morte et le K.O durait mais Aiden appréciait ce répit à sa juste valeur, en profitant pour récupérer son bistouri de fortune il s'approchait de sa patiente mais se stoppait dans son élan. A quoi bon commencer ? La douleur la sortirait sans doute de l'inconscience mais il avait terriblement envie de voir ses yeux pleins de craintes quand la lame flirterait avec l'épiderme de son visage. Oh ouais ça il voulait vraiment le voir ! Ce moment où elle aurait peut-être l'audace de penser qu'il reculerait, est-ce qu'elle allait l'implorer ? Rien n'était moins sûr, ça n'était pas son genre elle était définitivement trop conne pour cela. Reculant d'un pas il décidait finalement d'attendre quelques minutes, si dans ce temps imparti elle ne renouait pas avec la réalité il se chargerait de l'y ramener.

Chance pour elle mais dommage pour lui, Cordelia revenait à elle. Aiden observait son réveil avec un rictus malsain étirant ses lèvres, ce petit moment de calme n'avait certainement pas suffit à calmer ses pulsions violentes et meurtrières mais au moins il était un peu plus lucide, moins impulsif... Pas sûr que ce fût une bonne chose pour celle qui se retrouvait désormais attachée. Il aimait la façon dont elle reconnectait son esprit avec la réalité, prenait conscience de tout ce qui pouvait être désormais douloureux chez elle, il jubilait de savoir qu'elle avait mal. Lèvres tuméfiées, arcade fendue et coquard en préparation, l’œuvre était déjà jolie dans son genre mais le Daybreaker n'en avait pas fini. Ah voilà qu'elle se remettait à parler, peut-être aurait-il dû lui enfoncer une de ses chaussette dans la bouche ? C'était un traitement peu honorable pour la dite chaussette mais il se serait offert un silence plaisant. Il gardait l'idée pour plus tard si jamais elle l'agaçait plus que ce qu'il ne pouvait accepter dans ces circonstances. « Tu pense être en position de me faire une leçon de loyauté ? » il fit une moue réprobatrice « En fait ça n'a même rien à voir avec la position, c'est juste une affaire de personne. De ta part ça sonne terriblement faux... » qu'elle le traite d'enfoiré en revanche sonnait presque comme un compliment.
Aiden fut dégoûté de voir l'hémoglobine de la sorcière atterrir sur le sol, disons que ça aurait pu lui faire plaisir s'il n'avait pas été un caillot dégueulasse comme tout ce qui pouvait provenir de ce parasite fait femme. « Gardes tes miasmes, tu veux ? » il secouait la tête en grimaçant « Superbe ? Non rouge vermillon superbe... ça ? » il pointait du doigt le liquide visqueux qu'elle avait cracher « Pourri ça ! » il se mit à rire, finalement ça pouvait aussi être drôle de discuter avec Cordelia. Sauf qu'ils n'étaient pas là pour ça et que lui, Docteur Nortwild avait du pain sur la place ou plutôt de la chair à trancher. « Bon trêve de blabla, je sais que tu adores ça mais il est plus que temps que je me mette au travail. » il arquait un sourcil puis souriait « Tu noteras que j'ai fait l'effort de t'attendre pour commencer, c'est plutôt sympa, non ? » il se foutait de son avis tout comme il se foutait d'elle, de son image, de sa vie.

Morceau de miroir tranchant en main, il s'approchait à nouveau de son cobaye car cela tiendrait finalement plus de l'expérience que de l'opération chirurgicale à proprement parlé puisqu'il n'avait jamais fait ça avant. « 1,2,3 nous irons au bar... » chantonnait-il en approchant la pointe de son bistouri improvisé de la peau douce mais déjà un peu meurtrie de la sorcière « ...4,5,6 j'aime les cicatrices... » il affichait un large sourire et posait le verre juste sous l'oreille de la brune prêt à y tailler un sillon. Ses iris glacées cherchaient la peur dans celle de Cordelia et il se sentit terriblement puissant en voyant que malgré son panache dont elle essayait de ne pas se défaire, au fond elle flanchait et laissait la panique la gagner. C'est le moment qu'elle choisit pour essayer de négocier une trêve, arrachant un profond soupir à Aiden « Discuter ? Je t'ai déjà dis que je ne veux pas discuter avec toi. Tu pensais t'en tirer impunément ? Salir l'image de Billie et n'avoir aucune représailles ? » il ricanait « Mais tu vis dans quel monde au juste ? ». Empoignant son visage douloureux avec force en sachant combien elle allait en souffrir il tournait brutalement sa tête sur le côté pour s'offrir un bien meilleur accès à ce qu'il avait choisi comme le point de départ de son œuvre « J'ai toutes les raisons d'en arriver là. » elle jouait avec le feu à présent les flammes lui léchaient le corps et elle devait assumer « Je t'avais mise en garde, c'était même déjà plus que ce que tu méritais. » sur ce coup là il s'était trouvé de bonne composition mais elle n'en avait fait qu'à sa tête... Tant pis pour elle.
Pressant la pointe de miroir brisé contre la peau de la sorcière, il incisait sa chair sur quelques centimètres et regardait le sang perler avant qu'il ne se mette à couler. Son regard suivit le chemin de l'hémoglobine le long du cou de Cordelia, et dans la tête du Daybreaker il y eu un flash. Il revoyait les marques violacées sur le cou de son épouse, les traces laissées par cette corde qu'elle avait noué autour de sa gorge, qui avec son propre poids avait écrasé son œsophage jusqu'à ce qu'elle meurt. Et pourquoi avait-elle fait ça ? Parce qu'il l'aimait... Trop, bien trop. Qu'il avait si peur de la perdre, si peur du regard des autres sur elle, sa beauté, qu'il l'avait contrainte à une vie recluse et que ça l'avait tué. Mâchoires serrées Aiden tenait si fermement le verre brisé dans sa main qu'il vit son propre sang apparaître, cette foutue salope de Cordelia Hopkins méritait sa punition pour l'avoir provoquer, alors pourquoi s'arrêtait-il ? Parce qu'en lui il entendait la voix de Billie le dissuader d'en venir là. Grimaçant il se ravisait mais il fallait qu'il trouve à prétexte à ce retour en arrière « En fait je viens de penser à un truc. Ça t'arrangerait trop que je change ta petite gueule de connasse en Picasso version US. Tes ennemis ne te reconnaîtraient plus... Alors certes t'aurais beaucoup plus de mal à te faire sauter par tout les mecs que tu embobines mais au final je sais pas en terme de gains et de pertes si le ratio est si avantageux que ça. ». Lâchant le visage de la brune qu'il avait jusque là maintenu avec force dans cette position peu confortable, il lui mettait une claque un peu sèche pour le principe et surtout parce que ses nerfs en avaient besoin.

L'énergivore se relevait jetant son instrument de torture au sol, loin de la succube évidemment, et s'avançait vers le seul lavabo encore intact pour se rincer les mains. « Je crois que t'es attachée à la tuyauterie d'eau chaude, ça va peut-être brûler un peu... » disait-il tout en tournant les robinets pour se laver les mains avec un zèle tout particulier « J'avais de ton sang sur les mains, j'ai pas envie d'attraper une maladie de sorcière. » fermant seulement le robinet d'eau froide il laissait le second couler comme un oubli qui n'en était de toute façon pas un. Éclaboussant Cordelia avec ses mains mouillées il la regardait avec dédain « Du temps perdu pour un parasite comme toi... heureusement que je suis mon propre patron et que c'était mon jour de repos. » il la pointait du doigt « Que tu as gâché d'ailleurs ! ». Aiden croisait les bras sur son torse la fixant toujours « Tu risque d'être un peu surprise en te regardant dans une glace. » il haussait les sourcils « D'ailleurs je viens de penser qu'il y a comme une vilaine dissymétrie sur ton visage. ». Un côté commençait à se coloré sous l'effet du coup qu'il lui avait asséné un peu plus tôt, alors que de l'autre il n'y avait que cette entaille sous son oreille et la coulée de sang qui en avait résulté. « J'aime les choses plutôt carrées tu vois ? » il fit une moue contrariée « Et puis t'as clairement pas été cool, plutôt insultante et ça m'énerve encore. Mon sang bout là. » fermant le poing gauche il jugeait de la distance le séparant de la brune et s'avançait d'un pas « Pas de jalouse... » ses joues, il parlait de ses joues et joignant le geste à la parole il lui donnait un nouveau coup de poing mais de l'autre côté cette foi-ci. Pas assez fort cependant pour qu'elle perde conscience encore une fois. Aiden eu un soupir de soulagement « Ça fait du bien ! » il haussait les épaules « Et puis t'as de la chance c'est pas mon bon côté. » étant droitier de nature il frappait moins fort de la main gauche, logique. « A présent il me semble que nous avons plus rien à nous dire. Je te laisse le soin de te détacher seule ou d'espérer que quelqu'un arrive si jamais tu n'y arrives pas. Et si je peux me permettre un conseil, débarbouille toi un peu avant de sortir... C'est maintenant le moment de te repoudrer le nez. » rictus moqueur sur le visage, puant la satisfaction Aiden lui fit un petit signe de la main pour dire au revoir, il sait aussi être poli.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « power and control » ㄨ cordelia&aiden   Lun 19 Mai - 0:23




Cordelia fût presque tentée de lui retourner la remarque et de sustenter sa piètre culture personnelle en lui racontant les fameux récits de Lecter et Graham et comment ce dernier avait été défiguré par ce dernier. Ou tout du moins, c’est ce qu’elle avait lu. Il fallait l’avouer, en deux années seulement, dure fût la réappropriation de toute cette culture populaire et la dernière chose qu’elle avait besoin en ce moment c’est Aiden en train d’imaginer la sorcière lire tous ces bouquins et articles de presse, tentant bêtement de comprendre ce qu’elle avait manqué en…sept siècles. Parfois, elle-même se trouvait bête de donner autant d’importance étant donné la longueur de cette absence, mais elle ne voyait pas comment elle pouvait  s’adapter à cette nouvelle société sans en connaître les bases? « Quelle honte ça serait que tu meurs empoisonné. » dit-elle un sourire condescendant accroché aux lèvres, trouvant que le tout avait tout de même une certaine ironie. Cependant, il ne prit pas plus d’une seconde pour lui retirer ce sourire du visage en lui encaissant une droite au visage, une vraie, une droite qui fait mal, une droite qui assomme.

[…]

Leçons de loyauté à la bouche, il était plutôt ironique d’entendre Cordelia parler de la sorte d’une vertu qu’elle ne possédait pas, et n’avait jamais vraiment posséder pour être honnête, même sept siècles plus tôt. Elle ne fût donc pas un tant soit peu étonnée d’écouter Aïden tergiverser comment elle était la dernière personne qui pouvait se permettre de lui donner une leçon sur le sujet. La réalité, c’est qu’ils n’étaient pas bien différents sur ce point ; la seule différence, c’est qu’elle n’avait aucunement à admettre ses défauts, contrairement au jeune homme.  « Tout ce qui sort de ma bouche sonne faux, Aïden. C’est là tout le but... » Un autre sourire s’éprit de ses lèvres. Il ne comprenait décidément rien à son caractère, à son personnage, à cette façade et à vrai dire, elle s’y attendait. Aïden était déjà bien trop torturé mentalement pour arborer une telle façade. Miasme écarlate jonchant le sol, tout droit sorti de sa gorge asséchée, elle fût presque découragée de l’état dans lequel elle se trouvait. Lorsqu’il se mit à rire face à ce qu’il qualifiait de pourriture, la sorcière ne pût s’empêcher de le suivre dans un rire tout aussi narquois, quoique beaucoup  essoufflé et saccadé. « La seule chose pourrie ici, c’est toi Northwild. Ta cervelle, plus précisément. » Elle se demandait s’il entendait des voix présentement ou non? Ce pauvre homme était perdu. « Quoique le reste doit l’être aussi. Tu es mort depuis combien de temps déjà? » Pouffa-elle d’une moue naïve qui ne faisait qu’exprimer à quel point elle le trouvait pathétique et bête. Un homme mort, mordu par des créatures mortes et pourries et dont le corps ne fonctionnait déjà plus comme un humain avait l’audace de venir qualifier quoique ce soit de pourriture? Il fallait vraiment être Aïden Northwild pour en arriver là, pensa-t-elle. Le voilà qu’il osait, dans tout ce sarcasme qu’il maîtrisait si bien, qualifier cette prétendue patience, qu’il s’était inventé, d’une forme de sympathie quelconque. Vous vous doutez bien que la succube ne manqua pas de pouffer un rire tellement elle trouvait les discours du jeune homme ridicule. « Il n'y a pas à dire, tu es le paroxysme même de la générosité. » persifla-t-elle, sarcastique et fière, décidément toujours pas prête à échanger ses airs de fierté pour des airs apeurés. Elle n’était pas prête à faire un tel cadeau au beau brun.

… Ou peut-être l’était-elle après tout?  Bribe de miroir cassé dans la main, elle pouvait déjà sentir le tranchant de ce morceau de verre sans même qu’il ne l’est encore approché d’elle. Orgueilleuse, elle gardait cet air fier, mais au fond d’elle, elle tremblait. Elle tremblait de peur parce qu’elle avait peut-être sous-estimé Aïden, malgré tout. Et quelle erreur naïve et stupide. Il n’y avait pas à dire, elle se laissait aller dernièrement. Mais ce large sourire sur la gueule de cet enfoiré ne faisait bouillir en elle qu’une certaine amertume. La succube se refusait de paraitre encore plus faible qu’elle en avait l’air, présentement attachée et dépourvue de toute liberté. Alors, ne jetant pas son orgueil de côté, elle répondit à la petite cantine du daybreaker avec ce même sourire condescendant qu’elle arborait depuis quelques secondes. « 7, 8, 9 tu chantes comme un bœuf.» Elle marquait une pause et poursuivit, décidément suicidaire : « Ou bien, 7, 8, 9, tu n’es rien qu’un veuf. Les possibilités ne manquent pas. » Dit-elle, lui faisant un clin d’œil, enfonçant la lame dans la plaie jusqu’au dernier moment décidément. Or, la brunette perdit toute allure fière, tout sarcasme et la peur la gagna dans un frisson qui sembla presque lui déchirer l’échine. Le morceau de verre à deux doigts de sa peau, peut-être même moins, la réalité la frappait à présent. Elle tentait de se débattre, de se détacher, et elle savait pertinemment qu’elle pouvait se défaire des liens seulement si elle arrivait à gagner du temps, mais y arriverait-elle? L’idée semblait pathétique après lui avoir tenu tête de la sorte. Il n’avait probablement qu’envie de lui refaire le portrait, encore plus que jamais elle n’en doutait pas. Alors, aussi pathétique cela pouvait-il sonner, la sorcière tenta de gagner du temps en traquant ses railleries pour un discours plus calme, visant à calmer ses pulsions, bien qu’elle voyait bien que ça avait l’effet contraire. Incisant contre sa peau, tout juste derrière son oreille, elle crut pendant quelques secondes à la possibilité qu’il ne la lui prive de ce membre. Un certain cri de couleur lui échappa malgré les efforts qu’elle avait fourni pour l’étouffer. Encore un peu tremblotante, bien que le tout était bien dissimulée par ses gigotements. Cependant, elle pouvait constater qu’il avait arrêté, comme épris à nouveau d’un ces éternels combats intérieurs qui semblaient se dérouler constamment dans sa petite tête. C’était l’occasion idéale pour tenter de se défaire entièrement du nœud qui les liait ses mains.

Bien qu’elle semblait avancer dans son objectif, Aïden revint à ses esprits plutôt qu’elle ne l’aurait imaginé, à son plus grand désarroi. Cordelia l’écouta alors balbultier des excuses sans queue ni tête, ne venant que sustenter l’opinion qu’elle avait de lui : il était réellement pathétique. Si elle se comptait bel et bien fortunée de ne pas avoir été défiguré, elle ne pouvait s’empêcher d’apprécier à quel point l’énergivore était ridicule. Elle fit un signe de tête vers la porte des toilettes puis elle souffla aussi bien qu’elle le pouvait étant donné l’éreintement qui la prenait d’assaut. « Tu vois, ce sont tes couilles qui fuient en même temps que ta dignité. » Petit sourire narquois se logeant à nouveau sur son visage, elle était plus fière que jamais, car, une fois de plus, elle avait survécu. D’une manière ou d’une autre, elle avait réussi à se sauver des griffes de ses ennemis…enfin plus ou moins. « Une maladie de sorcière? La blague. Dois-je te rappeler que tu es l’œuvre d’un putain de mort vivant en putréfaction. » Elle n’avait  aucune idée que Billie était celle qui avait mordu le brun ténébreux ; quelle excellent manière de lui donner envie, à nouveau, de lui trancher la gorge. Mais naïve qu’elle était de penser qu’elle s’était sauvé des griffes du monstre. Car, après tout, elle était toujours attachée, et Dieu sait que sa torture n’était pas tout à fait achevée. Le tuyau à lequel il l’avait attaché semblait s’embraser soudainement. Ce n’était pas terriblement brûlant, mais suffisamment pour que la sorcière gigote du mieux qu’elle pouvait pour éviter que son épiderme entre en contact direct avec le tuyau. Pourtant, c’était le dernier de ses soucis. En effet, l’autre enfoiré ne tarda pas à le menacer subtilement à nouveau, et elle était toujours impuissante face à lui. Alors vous vous doutez bien qu’elle ne pût esquiver la deuxième droite qu’il assaillit à son visage. Les moqueries fusant toujours, elle cracha de nouveau un dernier miasme. Elle le méprisait tellement et lui et ses yeux qui semblaient toujours sortir de leur orbite dès lors qu’il était épris de ses moments de folie. Il quitta donc les lieux restant fidèle à son caractère. Le pire c’est qu’il ne lui fallut qu’une trentaine de secondes pour enfin se défaire du nœud. Trente secondes, c’est tout ce dont elle aurait eu besoin pour empêcher le tout d’arriver. Se relevant avec difficulté, c’est avec une certaine appréhension qu’elle se regarda dans l’un des miroirs qui n’était pas brisé. Suivant les conseils du jeune homme, malgré elle, elle se débarbouilla hâtivement le visage, bien que toute pression qu’elle déposait sur son visage, aussi minime soit-elle, lui soutirait un grognement de douleur. Quel enfoiré. Elle se jurait qu’elle aurait sa peau un jour. Éprise d’une certaine hargne, elle enfonça son poing dans la glace qui reflétait cette image désuète de sa beauté. « Fils de pute. » grogna-t-elle, avant de quitter les lieux.

TOPIC TERMINÉ


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

« power and control » ㄨ cordelia&aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Metal-Control
» Control Z, le jeu !
» Seven.power-hébergement.com
» Rapide présentation de Windows Firewall Control
» Match the Power - Forum RPG Harry Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-