AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre du troisième type ✝ Pv Lorenzo ✝

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Rencontre du troisième type ✝ Pv Lorenzo ✝   Sam 15 Sep - 0:41


    Il fallait que je trouve ma place… Pour l’instant, rien ne tournait rond, je risquais de me perdre à tout instant, de tomber d’un côté ou de l’autre, de perdre le fil. Ce jeu était dangereux, de plus en plus dangereux… Mais il fallait que je le fasse, que je le surpasse. Trouver le bon équilibre aller-être le plus important et pour le moment, c’est ce qui allait être le plus difficile. On pouvait constater que la situation actuelle était dès plus désespérante. Roxanne ne me laissait aucune ouverture, Lorenzo était de plus en plus exigeant, quant à moi j’avais de plus en plus de mal à exécuter ses ordres, ce qui était en soit un assez gros problème… Le gouvernement était extrêmement présent dans ma vie ces derniers temps, j’avais peur de basculer et de devenir comme Lorenzo, oui voilà ce dont j’avais peur… Basculer dans ce monde où le lavage de cerveaux semble de mise. Lorsque j’écoutais mon « mentor» parler, j’avais l’impression de me retrouver devant une vidéo de propagande ! C’en était désarmant, rien ni aucun des doutes que je pouvais émettre ne semblait détériorer sa… Sa croyance.
    Dans des moments tel que celui-ci je préférais mettre mes propres idéaux de côté de manière à ne pas risquer d’être démasqué. Un conflit ou une polémique avec Lorenzo n’était vraiment pas une chose dont j’avais besoin en ces temps si incertains. Néanmoins heureusement que mes convictions étaient particulièrement bien ancrées dans mon âme, sans quoi j’aurais déjà plongé dans les abysses progouvernementaux.

    La nuit aller bientôt tomber, et le Bronx n’était pas un quartier dès plus conseiller avec une nuit noire comme celle qui était prévue. Aussi je décidais d’accélérer le pas, jetant régulièrement un coup d’œil rapide derrière moi. Puis, je me rendis compte du comble de la situation, j’étais une métamorphe, super entraîné, et une apprentie tueuse à gage. Où était le risque pour une fille comme moi ? Même le plus aguerri des voyous aurait du mal, ne serait-ce qu’à me toucher. Rigolant de ma propre stupidité, je continuais mon chemin, plus sereine mais toujours aux aguets. La prudence était tout de même de mise dans un lieu tel que celui-ci et après tout je n’avais que 19ans.

    Les souterrains n’étaient plus très loin, je les apercevais d’ici. Ces nouvelles capacités étaient des plus appréciables. Une vue perçante de jour comme de nuit, quoi de plus utile pour fureter comme une ombre dans la nuit. Et cet odorat ! Exquis ! Bien que la tout de suite, j’aurais beaucoup donné pour avoir le nez bouché. Des souterrains sortait une odeur infecte, mélange d’égouts et d’odeurs animal, les rats sans doute. Puis il y avait cette odeur de mort, sûrement ramenée par la morgue, et celle plus écoeurant encore de la boisson, des alcools forts qui semblaient provenir des maisons alentour. Ce mélange avait pour seul effet de me donner une nausée épouvantable. Mais il allait falloir que je surmonte cet enfantillage. Une mission bien plus importante était en marche pour cette nuit, et je comptais bien la mener jusqu’au bout !

    Les multiples rebuffades de Roxanne, ne changeait rien à mon envie d’intégrer la résistance, et ce soir j’étais bien décidée à le lui prouver ! Si j’avais bien compris, il devait y avoir une petite réunion cette nuit dans les sous-sols de la ville, mais rien n’était moins sûr. Cependant, je ne pouvais louper une opportunité pareille sous prétexte que je n’étais pas sur de l’information… J’avais donc pris mon courage à deux mains. L’occasion ne se représenterait pas d’ici un bon moment, et devant une assemblée de plusieurs personnes importantes, Roxanne n’aurait pas d’autre choix que d’écouter mes arguments ! Et pour en avoir, j’en avais des arguments !
    Entrer dans la résistance me permettrait d’avoir enfin le point de repère qu’il me manquait en ce moment. Le besoin se faisait de plus en plus ressentir, je faiblissais, mes convictions se faisaient moins ferventes ces derniers temps. Je perdais un peu espoir, et cela il ne le fallait surtout pas ! Ou je deviendrais à mon tour, un robot de propagande comme l’était mon si cher mentor… Oui, la résistance m’aiderait en cela. Il fallait que Roxanne comprenne cela, qu’elle ait foi en moi.

    J’entrais maintenant dans ces sous-sols, lugubres, parodie des rues que nous arpentions le jour. En un sens, ces souterrains avec quelque chose de plus joyeux que la vie extérieure, ici on ne voyait pas la misère, ni la désolation. Ici tout était froid, humide, uniforme. Ici, il y avait comme un monde à part, un monde d’ombre où la lumière n’avait pas sa place. La lumière, une bien petite chose face à la grandeur de ces ombres. Le froid s’insinuait tout doucement sous mes multiples couches de vêtement, un délicat frisson me parcouru l’échine. Non, je n’étais pas si faible, je n’avais pas peur de cet endroit, ni de ce qu’il recelait. J’avais plutôt peur de ce qu’il me privait… Les allées étaient spacieuses pourtant il y avait cette claustrophobie qui lentement prenait place dans ma tête, un lion en cage, enfermé, voilà ce qu’il me faisait peur, être enfermé.
    Pendant quelques instants, j’hésitais à me transformer, j’étais plus à l’aise en panthère, plus téméraire, plus intrépide. Il n’y avait pas toutes ces peurs stupide qui refaisaient surface… Mais la transformation n’était pas une bonne idée. Me retrouver nue devant une assemblée de rebelles pour prendre la parole, ne me semblait pas une idée très ingénieuse. Il fallait que je sois forte. Et moins impulsive aussi la prochaine fois. Reprenant ma mauvaise habitude, j’accélérais de nouveau le pas. Sauf que cette fois-ci, il y avait autre chose. Il n’y avait pas que ces peurs ridicules… Il y avait un autre sentiment, plus profond. Ce malaise, cette tension. Elle ne venait pas de mes peurs. Il y avait autre chose ici. Quelque chose qui ne souhaitait pas être vu et surtout pas entendu. Je me retournais, m’arrêtant nette, tendant l’oreille et laissant ma douce panthère prendre légèrement les commandes. Un frisson couru le long de ma nuque, et mes poils se hérissèrent. Oui, je sentais. Pas de doute, il y avait bien un intrus ici. Ami ou ennemi, il ne restait plus qu’à le découvrir. Je laissais ma voix se poser en y enlevant toute trace de tremblant ou de doute et d’une voix qui se voulait forte, je dis

    Kathlyn : Qui que vous soyez montrez-vous ! Au jeu du chat et de la souris, je pense avoir gagné !

    Écoutant l’écho de ma phrase se répercuter dans le sous-sol, je laissais ma vue s’accoutumer à la semi obscurité qui me faisait face. Bien décidé à attendre et à connaître mon nouvel invité.


    HS: desoule pas tiptop, je ferais mieux après :)


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type ✝ Pv Lorenzo ✝   Dim 16 Sep - 18:05



La solitude n'a jamais fait peur au jeune homme, bien au contraire, cela entrait dans son quotidien de tous les jours, il n'était question que d'habitude, il s'était très vite fait à l'idée qu'il ne pouvait compter sur personne, qu'il ne pouvait faire confiance à quiconque si ce n'est lui-même. Son passé en avait été la première cause, père ivrogne et mère battue, sur qui pouvait-il compter si ces propres géniteurs ne pouvaient le faire pour eux-même ? " Soit proche de tes amis, mais encore plus de tes ennemis " c'était sans cesse ce que lui répétait sa mère d'autan, encore adolescent Lorenzo ne comprenait pas réellement la signification de cette phrase, pourquoi faudrait-il être plus proche de ce que l'on déteste à ce que l'on aime par-dessus tout ? Mais avec toutes les années passées à vivre, survivre, combattre, lutter il s'était fait à l'idée que tout ces mots avaient un réel sens, le jeune homme n'a jamais vraiment eu d'amis, inabordable à première vue, discret et confiné ce n'était pas le genre de personne à qui l'on voulait parler et peut-être était-ce mieux ainsi, le beau brun n'avait pas de compte à rendre, pas d'explication à donner sur ses faits et gestes. Il a très vite mûri dès lors où il a quitté le cocon familial pour parfaire sa propre destiné, devenu rapidement mendiant il a fini par se sortir de cette galère lorsqu'il a rencontré La seule et unique personne pour qui il était capable de tout et même du pire, tuer n'était pas ce qui le gênait, il était prêt à tuer pour protéger sa bien-aimée au péril de sa vie et même si leur amour a été des plus grands jadis il y a des siècles, il a toujours perduré, malgré sa disparition soudaine, il eut des années à parfaire sa vie dans les airs, volant inlassablement, migrant ci et là dans le monde, pleurant son amour perdu et ce manque incontestable qui le meurtrisait de l'intérieur. Le fait d'être devenu métamorphe lui avait déplaît dans les premières années, mais il avait fini par se faire à l'idée qu'il n'était plus qu'un rapace et non un humain. Les regrets d'un passé douloureux refaisaient souvent surface dès lors qu'il se sentait bien, sa folle tuerie à l'encontre des soeurs d'Aurora, toujours il le regretterait, c'était indéniable et avoir caché ceci à cette dernière, avoir menti constamment, l'avoir trahi était la chose la plus dur qu'il ait pu faire. Désormais, il vivait avec ce crime sur la conscience, avec sa trahison même s'il continuait à tuer, puisque travaillant quotidiennement pour le Gouvernement en tant que tueur à gage, il ne cessait jamais de s'imaginer ses deux soeurs à chaque fois qu'il tuait une cible.

Le Bronx était sans doute l'endroit le plus malfamé de la Capitale, de part les gangs et les violences vis-à-vis, principalement de trafics d'armes, de drogues.. Surtout la nuit, il était rare de trouver des réverbères encore en fonctionnement et il était donc encore plus rare de savoir où se diriger et dans quelle direction aller, cela dit, malgré ces désagréments, ce quartier n'était pas pour déplaire au jeune Lorenzo, bien au contraire, il ne craignait pas d'être attaqué et même si cela se produisait il avait l'art de combattre d'une telle sérénité et d'une telle amabilité que cela pouvait déstabiliser ses adversaires et les plus courageux d'entre eux finissait avachi au sol, recouvert de sang, littéralement effondré. D'autant plus que le jeune homme était métamorphe depuis des siècles, il pouvait, en cas de danger extrême se transformer à volonté et disparaître dans les airs. S'il se trouvait hors de sa zone à cet instant précis c'était pour la simple et bonne raison qu'il suivait aussi discrètement que possible une jeune femme, d'âgé de 19 ans à peine, loin dans l'idée de la traquer afin de la tuer, non, mais cette dernière n'était autre que son élève au sein du Gouvernement, il se devait donc de lui enseigner l'art de combattre, de se défendre et de tuer, aussi bien que lui, seulement, Lorenzo étant méfiant, son instinct lui disait que quelque chose se tramait dans l'esprit de son disciple, il ne savait pas encore quoi mais il avait bien l'intention d'en connaître la raison. Expert dans l'art de la dissimulation, ce pourquoi le Gouvernement même l'avait engagé, il ne laissa aucun bruit, aucun son qui puisse le trahir, suivant subtilement Kathlyn. L'Appolon pouvait ressentir la crainte qu'elle éprouvait dans ce genre de quartier et même si elle ne démontrait rien, elle restait soupçonneuse, prête à n'importe quelle attaque.

Le jeune homme ne savait pas ce que complotait Kathlyn, la seule chose qu'il se doutait était qu'elle s'apprêtait à entrer dans les sous-sols de la ville. Sa constation s'averrait être vrai, lorsqu'elle pénétra dans les souterrains, afin de ne pas la perdre de vue, il se précipita vers ces derniers, attendant tout de même quelques instants, elle ne devait en aucun cas savoir qu'il était là, prêt à la prendre en traitre. Entrant à son tour, bien que ce ne fut pas la première fois, il horrpilait ce genre d’égout, aussi lugubre que morbide, la lumière était beaucoup trop tamisée à son goût et cela lui rappelait sans cesse sa vie de mendiant, sa vie de débauché, lorsqu'il avait froid, lorsqu'il était affamé. Qu'allait-elle donc faire dans cette endroit détérioré ? Petit à petit, cela lui semblait être un piège, peut-être savait-elle depuis le début qu'il la suivait et était entré. Cela dit, c'était peu probable que Kathlyn puisse arriver à se battre avec Lorenzo, étant son mentor et était beaucoup plus expérimenté, il était impossible pour cette fille de mettre à terre notre beau brun. Lorenzo aurait voulu se transformer, le sol étant légèrement humide cela provoquait un gloussement de l'eau contre ses pieds, montrant ainsi une présence, mais se transformer dans ces sous-sol n'était pas une bonne idée, quoi qu'il advienne, il était livré à lui-même et était capable de se sortir d'une galère. Le jeune homme acceléra doucement le pas, afin de s'approcher de plus en plus de la demoiselle et ainsi la coincer, la prendre au piège. Il devait savoir ce qu'elle faisait dans ces souterrains. Sans savoir pourquoi, un rictus sarcastique s'afficha sur le visage de Lorenzo, lorsqu'il ressentait davantage la peur et la panique que ressantait Kathlyn et son sourire s'élargissa encore à ces mots. « Qui que vous soyez montrez-vous ! Au jeu du chat et de la souris, je pense avoir gagné ! » Pensait-elle réellement pouvoir gagné, il était le seul capable d'y jouer, rusé au plus haut point il était maître dans le domaine de la dissimulation. Bien évidemment il ne réponda rien à ces paroles, il voulait encore jouer un peu, sentir la frayeur de son élève, et l'agitation dans son esprit. C'était en quelque sorte un exercice, exercice qui plaisait beaucoup à Lorenzo, cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas mis à traquer, à s'amuser bien qu'il ne tuera pas ce soir, il pourrait agir comme s'il allait le faire, sans pour autant y aller jusqu'au bout. Ainsi laissant ses pieds le guidait il s'approcha le plus lentement possible de sa cible, avant de s'arrêter de laisser le silence être le seul bruit entre eux, la partie ne faisait que commencer, et ce jeu était l'un des plus trépidant qu'il soit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type ✝ Pv Lorenzo ✝   Mar 18 Sep - 15:40


    La peur insidieuse, ennemie mortelle qui vous paralyse. S’infiltrant partout, vous clouant sur place, rendant la réflexion la plus imparable complètement ridicule. L’ennemi numéro 1, la peur. Pourquoi ne parvenais-je pas à la maintenir à distance, sinuant elle revenait toujours plus forte, toujours plus puissante. J’avais peur… Peur de tout, peur de rien. Elle me tenait fermement. Telle une perle dans son coquillage, je ne pouvais m’enfuir, elle m’accompagnait partout, elle ne me laisserait jamais seule… Mais ne faut-il jamais dire jamais ?... Peut-être qu’il fallait que je m’en serve. Peut-être que cette peur pouvait être une force. Oui, une force. La force de survivre, d’être plus forte que cette peur. Plus forte que tout.
    Le lieu, la crainte, tout semblait se mélanger en moi, plus rien n’était pareille. Je ne craignais pas grand-chose ici, les lieux étaient un environnement propice à une transformation, et dans un cas comme dans l’autre même sous ma forme humaine, je pouvais être étonnante lorsque ma vie était en jeu. Mais cette crainte qui était née dans mon ventre ne m’était pas destinée, elle craignait plutôt pour la vie de Roxanne et de ses compères qui se situaient à l’autre bout du tunnel. Eux n’auraient pas la possibilité de fuir ou de se battre aussi aisément que moi. Il fallait que je pense principalement à eux, et pour cela il fallait que j’éloigne mon inconnu d’ici, et ce le plus vite possible. L’affrontement serait une solution efficace, mais ici la discrétion était primordiale. Oui, la discrétion avant tout ! Je pouvais donc éliminer la possibilité d’un quelconque combat pour l’instant. Il y avait alors la discussion, mais la encore, l’incertitude était de mise… Le plus destabilisant, c’était de ne pas savoir quel genre de créature se trouvait en face. L’idée du gang pouvait être oublié, il n’y avait qu’une seule personne avec moi dans ce tunnel. Mais j’aurais préféré avoir affaire à un gang plutôt qu’à… Cela. Il y avait pire qu’un Skinchanger en liberté, et cela je l’avais appris il y a bien longtemps à mes dépens.

    Vu la tournure que la situation avait prise, je décidais de me mettre en situation de combat. Il vaut mieux prévenir que guérir, voilà une chose dont j’étais sure. Je me laissais donc imprégner par le lieu, par tout ce qui m’entourait. Fermant les yeux, je me calmais intérieurement, bien décidé à ne pas paniquer. Si Lorenzo m’avait bien appris une chose, c’était de toujours rester froid. Quelle que soit la situation, il fallait que je laisse mes préoccupations, mes émotions de côté où elles risquaient de prendre le dessus à un moment ou un autre. Mon invité ne devait percevoir que ce que je désirais et rien d’autre. J’avais depuis peu appris à manipuler ces émotions. Et j’allais pouvoir essayer ces nouvelles aptitudes. Triant les sentiments que je souhaitais voir rester et ce qui était voué à disparaître, je me sortais de la lumière et reculais dans les profondeurs plus sombres des souterrains. Personnes n’aimaient le noir, quoi qu’on en dise, la lumière est toujours plus rassurante. Néanmoins, aujourd’hui, cette ombre si tenace serait mon allié. J’allais jouer avec elle et m’en amuser. Il fallait que je m’amuse avec elle et mon invité.
    Je réfléchissais encore quelques instants, évidemment l’intrus n’avait rien répondu, à quoi bon me faciliter la tâche. J’entendais l’eau bougeait, il se déplaçait donc. Apparemment je n’étais pas la seule à mettre au point une stratégie. Volontairement, le laissais la panique pointer son nez, je la laissais se développer en moi, néanmoins je la maîtrisais suffisamment pour qu’elle ne m’atteigne pas, enfin pas réellement. Tout était dans le mental. Mon esprit était calme pour le moment, je pensais à beaucoup de choses Dans ces choses, il y avait Rafael, ma panthère, un couché de soleil, toutes ces petites choses que j’appréciais et qui me calmaient. Après la panique, je décidai de jouer un peu avec ma peur, cependant je ne lui laissais pas autant de prises sur moi, qu’à la panique. Il était bien plus facile de céder à la peur, surtout dans un lieu comme celui-ci. Je laissai ces deux émotions jouer leur rôle pendant un temps, si mon inconnu les ressentait, il se ferait une idée de moi, une idée préconçue. Et alors il ne s’attendrait pas à avoir une battante froide et implacable lorsqu’il se déciderait à se montrer.

    J’apprenais à apprécier cette obscurité, elle avait quelque chose de réconfortant, elle vous dissimulait de tout ce que vous désirez, elle se mettait dans les moindres replis, vous englobant, vous dévorant, jusqu'à ce qu’il ne reste plus rien de vous, juste une odeur, une vague présence, indéfinissable et perdue dans son immensité. Il y avait quelque de reposant à être dans l’ombre. On pouvait ne plus exister et simplement se laisser aller dans sa simplicité et sa grandeur. Elle vous emplissait, vous protégeait de ses grandes ailes. Mais le réconfort était une chose dont je ne pouvais pas me permettre, en tout cas pas maintenant, pas avec cette personne en face. Plus tard peut-être. Oui… Plus tard.
    Pour le moment, il fallait surtout que je me sorte de cette situation. La chose en elle-même semblait plutôt simple, il m’aurait simplement suffit de prendre mon courage à deux mains et de traverser ce No men land qui me séparait de l’inconnu et de poursuivre ma route quel qu’il soit. Mais il y avait encore cet instinct… Ce doute qui me tenaillait et qui persistait. Celui-ci même qui m’empêchait de bouger, d’esquisser le moindre mouvement vers la lumière. Je repensais à mes paroles… Elles avaient peut-être étaient un rapide. Le jeu du chat et de la souris, voilà une chose qui semblait amuser mon invité surprise. N’aillant pas répondu, il laissait ce suspense s’installer, il préférait se dissimuler de tout. Se tapissant lui aussi dans les ténèbres. Il était bien plus effrayant de suggérer sa présence plutôt que de l’afficher clairement. Cela aussi Lorenzo me l’avait appris. Néanmoins je n’avais pas su l’appliquer. J’avais affiché clairement pas présence, il allait être d’autant plus dur maintenant de l’effacer. De plus il avait entendu ma voix. Une chose bien précieuse que le son d’une voix… Voilà peut-être la raison de son absence de réponse. Je connaissais sa voix… Mais une fois encore il ne s’agissait que de suppositions, et je ne pouvais pas me baser sur des suppositions. Cela était beaucoup trop dangereux.

    Je laisserai donc les suppositions de côté pour me baser sur les faits. J’avais remarqué sa présence assez tardivement, bien qu’il dû être présent bien auparavant, dans la rue si je me souviens bien, ce frisson qui avait couru le long de mon échine, les poils de mon cou qui se hérissent, voilà l’explication. Ainsi, il avait vu mon physique, ma silhouette d’apparence fragile, ma jeunesse, … Petites informations qui avaient leurs importances. Il savait se dissimuler, ça aucun doute. Je ne savais même pas si il était toujours présent. Il y avait bien eu ces bruits d’eau tout a l’heure mais depuis plus rien… La situation était beaucoup trop obscure pour prendre la moindre décision. Il me fallait connaître plus d’infos et pour cela j’avais l’outil adéquat.
    Laissant mon ouïe se déployer, mes pupilles se transformant en deux fentes d’un noir d’encre, ma perception des alentours se métamorphosa. Il n’y avait aucune comparaison entre une vue humaine et ce que je pouvais observer à cette instant. Les Hommes avaient tout à apprendre de l’animal, tout cela était absolument fabuleux… Maintenant que les yeux captaient les moindres particules de lumière et ce même dans l’obscurité la plus profonde, je pouvais observer, je découvrais un nouveau monde… De ma position, je parvenais à distinguer une vague silhouette, qui tout comme moi ce jouait des ténèbres. Et elle y arrivait plutôt bien. Même avec ces yeux perçant je ne faisais que deviner cet inconnu. Rien ne le distinguer de la normale, je savais néanmoins qu’il s’agissait d’un homme. Un homme doué, cela je n’en doutais plus. Il avait une idée derrière la tête, c’était sur cela que je devais me concentrer, quelle idée un homme comme celui-là pouvait-il bien avoir derrière la tête ?
    Il allait falloir que je sois plus rusée que lui à mon tour, et que le félin reste à sa place au sommet de la chaîne ! Que les jeux commencent…


Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre du troisième type ✝ Pv Lorenzo ✝

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrêt en gare suivant type de train
» Récupérer le type du lecteur sélèctionné .
» Quel type de garmin ?
» Type de véhicule en supplément sur la carte
» choix du type de route avec nuvi 1440

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-