AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Resquiecate In Pace... [Closed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Resquiecate In Pace... [Closed]   Sam 15 Fév - 19:16

Ce monticule verdoyant, si l’on considérait l’herbe brunie par les effets calorifères du soleil comme de la verdure, offrit au Mage Noir une vue imprenable sur un nouveau décor. Après tant de temps, une marche longue et parfois ardue, Jonas Crane venait d’arriver enfin à destination. Si les péripéties n’avaient pas manqué durant son voyage, comme cette étonnante rencontre avec l’homme-loup, le trajet qui prenait fin désormais avait été certes usant mais profitable pour le sorcier. Les régions plus chaudes avaient permis à son corps de guérir avec une meilleure efficacité, aidé par les quantités inestimables d’eau claire en fioles qu’il avait ingurgité, le scandinave venait de retrouver cette civilisation qu’il cherchait depuis sa libération des Falls et ses cercles infernaux.
Il s’était bien mieux adapté à ce monde qu’il ne connaissait que sous sa forme antique, et avait troqué ses frusques d’hiver contre des tenues plus légères et bien plus confortables. Un pantalon bardé de multiples poches et ample en coupe et d’une couleur argileuse, une chemise fine et tissée dans de la soie de moyenne qualité aux tons sombres, mais assurant un confort incomparable et ce long pardessus de toile fine noire qui le protégeait de la poussière. Toujours  en main, son bâton était désormais muni d’une garde en tissu serré pour assurer une prise en main redoutable pour la marche et dans son dos, le petit sac de toile avait été remplacé par un exemplaire bien plus volumineux, agrémenté d’une arme complexe évoquant un arc à poulies de combat en partie détruit. Crane plongea sa main dans sa poche et en ressortit un emballage dont il se gava du contenu. A ses pieds s’étendait la fameuse Nouvelle Orléans, ou plutôt la foulait-il déjà des pieds. Les cadavres découverts de temps à autres sur la route avait permis au mage de tenir une route précise pour le mener en ces lieux, se servant des corps et des informations récoltées par la machine nécromancienne comme d’une boussole.

Restant très modéré dans sa satisfaction concernant la fin du voyage, le mage préférait ne pas bondir de joie trop vite, car rien devant lui ne permettait de penser que la vie battait son plein dans les rues de la cité qui s’étalait tout autour de son promontoire. Un bruissement de plumes et le claquement d’ailes fit comprendre au sorcier que son compagnon le rejoignait. Le bâton trembla lorsque la vingtaine de kilogrammes du rapace se posa sur le pommeau, et tout en silence, l’oiseau gigantesque scruta chaque recoin de la scène en oscillant son cou de manière vive. Il s’étira le bec  et le fit claquer deux fois en secouant ses ailes, faisant vibrer son perchoir dans la poigne serrée du mage.

-Un jour il me faudra comprendre quelle manie pousse les gens de cette contrée à nommer leur ville avec la particule Nouveau ou Nouvelle… Toi qui en est natif, pourquoi ne me l’apprends tu pas ?

Parole bien ridicule que celle adressée à un aigle plus avide de nourriture que de savoir et surtout dénué de la faculté de langage. Le rapace se contenta de secouer son cou, sans aucun rapport avec une éventuelle réponse, et le mage laissa échapper un gloussement. Il concentra son regard sur les lieux les plus immédiats, dont les aspects lugubres devaient être plus importants  à la nuit tombée, ce qui ne devait plus tarder désormais, vu l’heure avancée de la soirée. Pourtant il n’était en aucun cas effrayé de devoir traverser ce cimetière, car cela aurait été un comble pour un nécromancien que de craindre la mort ou même arpenter un tel endroit.  Sans perdre de temps, il reprit sa marche et le rapace le précéda en allant se poser sur le muret d’enceinte. La zone était vaste, et le mage n’avait guère envie de faire le tour pour éviter ce lieu, la ligne droite l’approcherait davantage de sa destination, et de surcroit, il était pressé de trouver un lieu pour se reposer
Après quelques minutes d’une courte escalade chaotique, Crane posa ses pieds sur le sol de la nécropole à l’air libre et commença à remonter les allées pour se rapprocher de l’entrée, fermée par une grille gigantesque faite d’un fer forgé de très mauvais goût. Il ne fallait pas être idiot pour se rendre compte que certains endroits avaient été fraichement retournés, des enfouissements avaient eu lieu très récemment, ce qui signifiait indubitablement qu’une activité était envisageable dans la région

-S’il y’a des tombes nouvelles, il y’a des gens à enterrer et des gens qui enterrent. Qu’en dis-tu, mon bel emplumé ravageur, avons-nous trouvé notre eden ?


Dernière édition par Jonas Marcus Crane le Sam 8 Mar - 10:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Dim 16 Fév - 0:05


    On pourrait dire qu'en revenant ici, j'avais bouclé définitivement la boucle, n'est ce pas ? J'étais née ici, mais j'étais ensuite partie. Puis, ayant pris mon indépendance vis à vis de mes parents, avec tout ce qui nous était tombé sur la tête, j'étais donc revenue ici. Je n'y avais pas passé plus de 15% de ma vie, jusqu'à présent. Les deux ou trois premières années de ma vie, puis j'étais revenue récemment à cause des évènements. Pourtant, j'avais bien plus d'attache dans cette ville que n'importe où ailleurs. En effet, les Whitefield en tout cas, une branche de ma famille a toujours vécu ici, du moins mes ancêtres. Je ne les connaissais pas vraiment à vrai dire, je savais simplement qu'ils se trouvaient enterrés ici dans une des nombreuses allées du cimetière. Je ne savais pas vraiment ce qu'ils pourraient m'apprendre, mais je pourrais peut être me faire une idée de leur vie en regardant simplement leur date de naissance. Peut être qu'il y avait de nombreuses indications sur leurs pierres tombales, je ne savais pas trop. Disons que le cimetière n'est pas vraiment un lieu où je me rends très souvent mais ce soir cela serait une bonne occasion de m'y rendre. Je ne connaissais pas vraiment les emplacements des tombes, mais cela n'avait pas guère d'importance. Je tournerais un peu dans le cimetière avant de trouver le caveau. Mais avant cela, je devais me rendre au Masquerade, j'avais quelque chose à récupérer. Je ne devais pas travailler ce soir-là, mais ce lieu était presque comme ma maison, j'y passais le plus clair de mon temps, et hier soir, en partant, enfin, ce matin au vue de l'heure, j'avais oublié mon chapeau, je voulais le récupérer. Oui, il m'arrivait parfois de porter un chapeau, cela m'allait plutôt bien d'ailleurs. Une fois qu'il fut récupéré, je me rendais donc en direction du cimetière, alors quel la nuit commençait à tomber. Mais pour autant, cela ne me faisait nullement peur. Avais-je des raisons d'avoir peur ? Oui, sans doute, mais je n'étais plus à cela près. Après quelques minutes de marche, coiffée de mon chapeau blanc avec un petit liseré noir, j'arrivais à hauteur du cimetière. Il ne faisait pas si chaud que ça, j'avais bien fait de prendre ma petite veste de laine violette, par dessus mon pull blanc. Malheureusement, le cimetière me paraissait plus grand que je ne l'avais imaginée. Autant chercher une aiguille dans une motte de beurre, à moins que ce ne soit une botte de foin. L'expression m'échappait, ce devait être un peu de fatigue, rien de plus. Alors que je m'avançais dans une allée avec ma lampe torche, la lumière se faisant trop faible, j'entendis une voix, ainsi qu'un croassement d'oiseau. Qui était là ? Je ne savais pas, mais le croassement de l'oiseau ne me rassurait pas vraiment. S'il y avait quelqu'un il verrait sans doute le faisceau de ma lampe, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Dim 16 Fév - 10:49

L'heure avait tourné et le soleil avait déjà quasiment disparu derrière l'horizon, laissant les sombres lueurs du soir inonder le cimetière, rendant les lieux de plus en plus ténébreux. Malgré son envie pressante de rejoindre le coeur de la ville et ses éventuelles promesses de trouver une couche convenable pour se reposer de son long voyage, Crane s'était un peu attardé dans certaines allées de la nécropole, non pas par nostalgie ou acte touristique, mais s'étant rendu compte de l'existence de tombes fraiches, si l'on pouvait utiliser une telle expression, par curiosité, ce dernier avait décidé de les localiser toutes. Etait-ce là un jeu pour lui, il était fort probable que lui-même l'ignorait, poussé par son instinct curieux, à moins que de cette enquête étrange pouvait-il en tirer certaines informations.
En réalité, il se contentait de lire les noms disposés sur les tombes, cherchant parmi eux des nominations connues, notamment celles de mages noirs, car il était évident que si une société avait pris quartiers dans cette région, tout comme lui, les membres de sa caste atypique ne devaient guère se tenir éloignés de celle-ci. Mais selon toute vraisemblance, aucun de ses confrères ne possédaient de tombes à son nom, du moins parmi ceux dont il connaissait l'existence.

De son côté, Altesse n'avait pas souvent bougé, perchée sur une sorte de petit mausolée, observant son compagnon évoluer dans les allées, silencieux, comme un touriste dans une cathédrale. Le rapace, diurne, ne semblait guère intéressé par la scène mais manifestait, régulièrement, son mécontentement par des vociférations plus proche des cris de corbeaux que les sifflements caractéristiques de son espèce. Un grincement sinistre brisa la monotonie des lieux et du mage, un bruit que n'importe quel individu pouvait identifier aisément, celui du mouvement d'une grille sur ses gonds mal huilés. Il n'y eut que ce bruit, rapide, suivi par une série de pas étouffés par la texture du sol, des pas tantôt hésitants, tantôt véloces, alors que le halo d'une lumière aux rayons très rapprochés attirèrent le regard du sorcier, ainsi que celui du rapace qui ne broncha pas. Quelqu'un venait d'entrer dans le cimetière, le premier contact humain vivant dans ces lieux depuis l'arrivée de Crane qui délaissa bien évidemment son étude des tombes pour se rapprocher de la scène et observer l'individu nouvellement arrivé.

C'était une femme, une jeune femme, portant en son poing un objet étrange, source de cette lumière concentrée, dont le mage avait déja vu quelques exemplaires le long de sa route, mais ne s'en était pas procuré, ces instruments n'avaient pas tous les avantages que pouvait offrir un feu de bois à la nuit tombée. L'inconnue se servait de la torche sans feu pour se déplacer dans l'obscurité qui devenait de plus en plus opaque, si bien que Crane commençait à ne plus pouvoir distinguer les traits du visage de la visiteuse, qui de toutes évidences entrait dans des critères de beauté que le scandinave n'avait guère souvent pu apprécier. Cela dit, il n'était guère question d'admirer la jeune femme, l'important désormais allait être d'approcher la dite personne afin qu'elle parle notamment de sa provenance et de la direction qu'il était bon de suivre désormais pour rejoindre ses semblables.

Il se moquait de ce qu'elle faisait ici, de ce qu'elle pouvait éventuellement rechercher, car il était somme toute logique que tout être qui entrait dans une nécropole ne le faisait pas simplement pour le plaisir ou les sensations, à moins d'avoir un but précis... Quoique dans certaines situations, il était possible de se retrouver dans un tel lieu sans but précis, juste parce que l'endroit se trouvait sur une route à suivre, comme c'était le cas pour le scandinave. Maintenant, il fallait agir avec prudence, approcher la jeune femme sans trop la terrifier afin qu'elle puisse parler. En réfléchissant vite pour trouver la solution évidente à cette situation, Crane oublia qu'il n'était pas seul, et qu'un certain animal, très peu adepte de la refléxion comme lui, pourrait fort bien ruiner les efforts du Mage pour ne pas faire fuir l'inconnue. L'idée fut rapide à trouver et le sorcier se déplaça vers une tombe proche et planta son bâton dans le sol, dont le bruit pourrait fort bien être perçu, avant de s'assoir sur le grès d'ornement de la sépulture choisie.

Le claquement caractéristique du briquet retentit dans la nuit tombante et la flamme jaillit, d'une luminosité limitée en comparaison de la torche brandie par la jeune femme, mais au pouvoir calorifère suffisant pour allumer ces batons sombres que le mage avait découvert quelques jours plus tôt dans une petite bourgade en ruine au nord de cet endroit. Des cigares, ces étranges choses dont la combustion dégageait une fumée lourde et âcre, que le scandinave appréciait à inspirer et recracher, réchauffant la gorge à son passage, une trouvaille fortuite dont il avait fait grande réserve au fond de son sac. Le long cylindre brun s'enflamma au contact de la flamme du briquet et les premières volutes de fumées se dissipèrent dans les airs. De quoi alerter l'inconnue de sa présence tout en la forcant à s'approcher, ne serait-ce que par simple curiosité. Toute la question était désormais de savoir s'il devait parler ou garder le silence, mais savourant son cigare, il préféra se taire et laisser faire.

C'était malheureusement sans compter sur Altesse qui trépignait au sommet de sa grande tombe, ayant entendu le planter du bâton. Le rapace, évidemment plus préoccupé par son point de repos que par les tentatives du mage pour alerter calmement l'inconnu, brailla soudainement avant de se lancer dans les airs pour se poser sur le pommeau en obsidienne, émettant tout une série de sifflements modulés, ainsi que ces étranges vociférations à l'adresse du mage

-Bravo ma belle, tu es parfaite. Il est évident que la discrétion n'entre pas tant que ca dans ta petite tête de prédateur. Sombre idiote, si elle s'enfuit, je te tords le cou!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Dim 16 Fév - 23:54

    Quelle idée aussi de venir ici alors que le jour est en train de véritablement décliné ? Je ne savais pas trop ce qui m'avait pris, mais j'étais là, et je ne reculerais pas devant l'ennemi. Si ennemi il y avait car peut être n'était ce qu'un oiseau, rien de plus. Je pouvais m'attendre à tout de toute façon, n'est ce pas ? Dans un cimetière, je m'attendrais même à trouver des zombies mais je ne crois pas qu'ils soient arrivés jusqu'à nous. Tout du moins, je n'en avais pas spécialement entendu parler autour de la Nouvelle-Orléans. Mais peut être que j'avais simplement à faire à un fantôme, dans un cimetière ce ne serait guère étonnant. En tout cas, je ne prenais pas peur, pas encore, prenant quand même une grosse pierre dans la paume de ma main. Les hypothèses étaient nombreuses, et toutes étaient plausibles. Peut être que j'avais simplement à faire à un gamin qui voulait s'amuser, ou une personne venant se recueillir sur une tombe. Je m'avançais donc de plus en plus dans le cimetière en direction du croassement de l'oiseau et des bruits qui l'avaient accompagné. J'avais cru distinguer une voix, mais peut être que mon imagination fertile me jouait des tours, ce ne serait pas la première fois. Pourtant, j'étais persuadée de la présence de quelqu'un, ou de quelque chose. D'une main je tenais donc ma lampe torche qui me servait de plus en plus vu la pénombre et de l'autre côté, la grosse pierre que je lancerais sur mon potentiel assaillant. Si je me retrouvais face à un rôdeur, je lui balancerais le projectile directement au niveau de la tête. J'entendais toujours des bruits d'oiseau mais pas seulement. J'eus l'impression qu'on donnait un coup sur quelque chose sans pouvoir préciser quoi. Je tendais l'oreille, la personne était proche de moi, puis j'entendis un bruit de briquet. Je vis l'étincelle non loin de moi, ainsi qu'un peu de fumée. J'avais clairement à faire à un homme dont j'ignorais la corpulence, mais je l'avais localisé à présent. L'oiseau en profita alors pour faire tout un tas de bruit. Suivait-il l'homme au cigare ? Possible, je n'en savais rien. Alors que l'homme semblait parler à son oiseau, je lui pointais le faisceau lumineux sur la tête. Il ne semblait pas très bavard, pas avec moi en tout cas. Il était sur une tombe dont je ne pouvais lire le nom. Je me montrais assez méfiante, on ne sait jamais.

    " C'est un beau cigare que vous avez là. Drôle d'endroit pour en fumer un, non ? " Oui, je ne m'adressais pas directement à lui, je parlais de son cigare, histoire d'embrayer la conversation. Me répondrait-il ? Choisirait-il de m'ignorer ? Je ne savais pas trop, mais je sentais que la réponse viendrait bien vite.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Lun 17 Fév - 17:16

Voilà donc qui officialisait les choses, l'inconnue était bel et bien une jeune femme, le timbre de sa voix en était une indication d'une grande fiabilité. Cependant, toujours en silence, le Mage se laissa surprendre par la tenue quelque peu désinvolte de ses propos. Ainsi donc, l'attention de cette personne à l'égard d'un inconnu dans une quasi-complète obscurité se résumait à se focaliser sur le cigare qu'elle fumait... Bien saugrenue était une telle situation. Au moins, Crane pouvait se satisfaire de la douceur de son approche, car elle avait été couronnée de succès, la cible ne s'était point enfuie comme il aurait pu le craindre, et ce bien malgré le vacarme causé par son rapace de compagnon, qui, désormais, gardait le silence. Ce ne fut cependant que de courte durée, car le halo de la torche tenue par la jeune femme pointé dans sa direction et celle du mage en fut pas au goût du volatile géant.
La vue éblouie, l'orfraie manifesta sa colère par une nouvelle série de cris vocifères et s'envola de son perchoir pour quitter la zone inconfortable. Il disparut du champ de vision des deux personnages désormais réduit au seul halo de la lampe, la luminosité environnante était désormais en proie aux ténèbres les plus opaques. Toutefois, le bruissement caractéristique des ailes du pygargue en mouvement se fit entendre à une proximité évidente, suivi rapidement du cliquetis des serres acérées sur la pierre d'une stèle funéraire qu'il avait choisi comme nouveau perchoir. Pour Crane, l'oiseau se trouvait à une distance suffisamment proche de l'inconnue, mais il ne pouvait discerner Altesse, sa vue inondée par la torche manutentionnée.

Il se leva de son siège improvisé, dont la pierre froide était assez inconfortable,tout en tirant quelques bouffées de son cigare, les volutes dansants dans le rayonnement de la lumière artificielle. Certes, il était impressionné par le ton de son interlocutrice, mais il n'était pas assez dupe, il ressentait tout autour de la jeune présence un manque évident de pleine assurance, un sorte de pointe d'appréhension, malgré le courage qu'il lui fallait reconnaître dans son attitude. Lorsque la proie était ferrée, il fallait agir rapidement avant qu'elle ne fuit trop aisément. Le terme proie était un peu exagéré, le scandinave n'avait rien à reprocher à cette personne et n'avait, jusqu'à présent, aucun grief spécifique contre elle. Mais, il n'avait pas traversé la moitié d'un continent uniquement pour parler de cigare avec une inconnue, même si celui-ci était fort agréable à fumer.

-Ne te focalises pas sur mon compagnon. Il est certes exhubérant et peu avare en cri, mais il est évident qu'il n'aime guère être ébloui de la sorte, surtout en cette heure tardive. C'est un animal diurne après tout... tout comme moi à dire vrai. Cette lueur que tu tiens a le don de perturber mon confort visuel.

Tout en parlant, il tourna légèrement la tête pour se soustraire à l'aveuglante clarté, tout en tirant continuellement sur le cigare, et par prudence, garda bien ses mains en évidence. Quelques temps auparavant, il eut la désagréable surprise de faire connaissance avec la vélocité et la puissance des armes à projectiles que les gens aimaient à employer, et en souvenir de ces instants guère amusant, il n'était pas anormal de sentir sa hardiesse quelque peu avortée et son courage refroidi. Il se contenta donc de caler le rouleau de tabac dans un coin de sa bouche et attrapa une fiole d'eau de son sac et en vida une succinte gorgée. Les cigares étaient agréables, mais avaient la détestable habitude d'assécher son palais. Les gestes toujours millimétrés, le Mage tapota la pointe du tabac enflammé pour faire tomber le paquet de cendres qui y était encore accroché.

-Alors jeune fille, l'heure n'est-elle donc pas innapropriée pour se promener dans une nécropole? demanda-t-il finalement

Question pertinente il était vrai, d'autant qu'elle démangeait les lèvres de Jonas depuis qu'il s'était rendu compte de la présence de l'inconnue.

-Après tout, ajouta-t-il aussitôt, on ne vient guère en ces lieux dans l'obscurité, à moins d'avoir de spécifiques intentions. Quelles pourraient être les tiennes? Serait-tu l'une de ces sorcières mortelles adeptes de charlatan, traçant des cercles idiots sur le sol avec des bougies et des cailloux? Ridicule...

Une courte pause suivit

-A moins que ce ne fut pour glorifier un quelconque culte à l'encontre de Ba'al le terrifiant. Non, grotesque, ses adeptes aimaient principalement voler et sacrifier des enfants, parfois en abusaient... Et dans la mesure ou je les ai tous exterminé autrefois, il est fort peu probable que des survivants aient pu en réchapper. D'autant plus que nous avons brûlé Babylone...

Il ne parlait plus vraiment à l'inconnue désormais, il se laissait aller à ses souvenirs, une petite pointe d'égocentrisme qui revenait de temps à autre, après tout, il ne fallait pas avoir énormément d'expérience pour comprendre que Crane n'était pas réellement un saint

-Ah, oui cela pourrait être cela. Une pilleuse de tombe. Pathétique s'il en est... Quoique, cela représenterait bien plus une félonnerie d'homme et non de jeune femme, trop indigne pour une jeune fille.

Il émit un gloussement qui se modifia en un léger ricanement éraillé. De toutes évidence, en discussion avec lui-même et très absorbé par cette conversation à sens unique, il semblait très satisfait de sa déduction, très approximative en terme de logique, mais parfaite pour flatter un ego tel que le sien.

-Il ne reste donc que la sorcière comme possibilité...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mar 18 Fév - 17:56

    Je ne savais pas vraiment à qui j'avais à faire la maintenant, tout de suite. Je n'aurais pas du venir si tard par ici, je me rendais compte à présent que c'était une mauvaise idée. Pourquoi venir si tard pour essayé de trouver la tombe de certains de mes ancêtres. J'aurais pu venir demain, ou plus tôt dans la journée, mais non, j'avais choisi la tombée de la nuit, tellement logique. Bref, maintenant que je m'étais suffisamment approchée et que j'avais pour ainsi dire lancée la conversation, je ne pouvais pas fuir, non ? Non, je devais me montrer courageuse, et s'il le fallait, je lui donnerais un coup de lampe torche pour essayer de me débarrasser de cette homme étrange qui fumait un cigare dans un cimetière. Je n'étais pas une froussarde, loin de là, enfin, pas comme au début. Je suis sortie de ma cage il y a maintenant suffisamment longtemps pour savoir faire part au danger. Même si on ne me cerne pas facilement, que je suis encore dans mon univers, j'ai pris mon indépendance vis à vis de mes parents, je sais ce que je dois faire mais cet homme était particulièrement étrange pour une raison qui m'échappait royalement. Il me parla de son oiseau comme je comprenais qui semblait donc lui appartenir puis, il décrit ma lampe torche de façon bien étrange. D'où sortait-il ce type ? Je n'en avais pas la moindre idée, mais il était évident qu'il n'était pas du coin, le cigare, sa posture, son attitude, son oiseau, son langage, tout montrait qu'il n'était pas d'ici. D'où venait-il ? Impossible à savoir, mais il ne semblait pas habitué à la civilisation. Serait-il un de ces hommes ayant essayé de survivre dans de terribles conditions, mais devant trop de rôdeur, se serait rapproché de la ville ? En tout cas, sa réflexion me fit baisser la lampe torche un peu plus bas que son visage, pour moins l'aveugler. J'espérais qu'il apprécierait le geste, mais je gardais la lumière sur lui, je ne voulais pas avoir de mauvaise surprise. Il pourrait décocher un couteau et me planter sans soucis vu sa carrure. Enfin, il semblait être là plutôt tranquillement avec son cigare. Pour le moment, il n'y avait pas de raisons de voir en lui un ennemi. Je dis bien pour le moment, car ces paroles suivantes ressemblèrent à du chinois ou presque pour moi. Oui, je n'étais qu'une simple humaine, je ne connaissais pas vraiment tout ce qui m'entourait. Il me demanda dans un premier temps ce que je faisais dans cette nécropole. Le terme était vieilli, on appelait cela un cimetière de nos jours, ce qui me fit penser qu'il venait d'une autre époque. Carrément impensable me disais-je mais plus il parlait, plus je le pensais. Comment étais-ce possible ? Avais-je rater un épisode ? Les bons dans le temps étaient-ils possibles ? Je ne comprenais rien, je n'étais pas une pilleuse de tombes, ni une adoratrice de Baal et encore moins une sorcière quoi, mais où allait-il chercher tout ça ? Il ne m'avait pas laissé le temps de répondre, faisant la réponse à ma place. Qu'est ce que je devais faire moi ? Il parlait tout seul, il parlait de moi comme si je n'étais pas là mais plutôt qu'il était en discussion avec son oiseau. La situation était absolument hors norme pour ma petite personne.

    " Vous faites fausse route malheureusement, je ne rentre dans aucun des moules que vous avez pu dire. Ma présence ici n'a guère d'importance. Mais je me demande bien d'où est ce que vous venez pour parler de cette façon ... "

    Ce n'était même pas une question, enfin un peu, mais je ne savais pas trop quoi en dire. Son raisonnement me paraissait tellement saugrenu, venu d'ailleurs, d'une autre époque, d'une époque trop lointaine pour qu'il puisse véritablement venir de celle-ci. Peut être que c'était juste un fou sortie d'un asile psychiatrique. Cette idée là m'effleura l'esprit. Elle semblait cohérente au vue de son discours totalement incohérent. Je restais sur mes gardes avant qu'il ne me dise quelques choses d'autres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mar 18 Fév - 19:08

Un petit moment de détente dans cette conversation quelque peu particulière. Crane pouvait presque imaginer la jeune femme reprendre des couleurs, à condition qu'elle en eut perdu en croisant le sorcier. La torche fut baisser et le Mage put à nouveau observer son étrange interlocutrice, même si l'utilisation d'un tel mot pouvait paraître désuette, car jusque là, il avait été le plus loquace des deux, emporté dans une verve totalement libérée et essentiellement insensée. Quel idiot pouvait-il faire donc, à croire qu'une enfant s'amuserait à prier les démons et autres forces maléfiques. Il lui fallait revoir ses standards ainsi que ses critères de jugement, c'était un autre monde que le sien qu'il arpentait désormais. De plus, la juger comme une enfant était déplacée, après tout, elle semblait suffisamment âgée pour être mariée et même régente d'une tribu, il en avait bien croisé des plus jeunes qu'elles occupant de telles fonctions. Mais les femmes n'étaient pas la force du sorcier,il en avait guère fréquenté durant sa jeunesse et les quelques unes avec lesquelles il put établir des relations ne furent pas nombreuses, la plupart ayant partagé sa couche sans autre forme de procès et certaines même d'entre elles n'y étaient pas venu par plaisir. Réminiscence d'un passé qu'il cherchait à fuir quelque part.

Il se contenta de tirer sur son cigare, reprenant ses esprits après de telles élucubrations de sa part. Il n'était pas ici pour divaguer, il avait un but, il devait s'y tenir. Mais la jeune femme n'avait pas dit son dernier mot, et parvint, peut être sans le vouloir, à bloquer le mage dans sa refléxion. Il fallait être honnête avec lui-même, lui qui aimait faire croire ou montrer qu'il pouvait tout savoir, son égo avait à plusieurs reprises été mis sur une balance déséquilibrée depuis qu'il avait été libéré des Falls. Des inventions inconnues, des langages incompréhensibles, une civilisation biscornue, autant de choses qui ramenait le scandinave à une brutale réalité. Pour l'heure, il n'était pas à sa place en ces lieux, que ce fut dans ce cimetière ou dans les rues dévastées de New-York, rien ne lui permettait de se retrouver, ou même de briller en terme de déduction. C'était bel et bien là le contraste qui secouait son esprit, car autant pouvait-il se trouver perdu ici bas, autant cela semblait lui plaire et en tirait-il une certaine satisfaction.

-Des moules? Que veut-tu dire par là? demanda Jonas, surprit par les propos étonnants de la jeune femme. Allons donc, te jouerais-tu de moi en me faisant croire que cette nécropole est une place normale pour une pêcheuse de mollusques dans cette région?

Crane n'en croyait pas ses oreilles. Une fois de plus, il se retrouvait confronté à une incompréhension totale des usages modernes. Il devait y avoir quelque chose à comprendre de précis dans les dires de son interlocutrice, mais il avait beau chercher, il n'en trouvait pas.  Mais de toute évidence l'incompréhension était plus que réciproque. Elle semblait, à son instar, éprouver quelques difficultés à le comprendre lui, qui pourtant se croyait parfaitement clair et explicite dans ses propos. Il devait absolument se familiariser avec les us et coutumes de ces nouveaux contemporains. Peut-être que cette jeune femme saurait les lui apprendre en partie, et ne pas simplement lui servir de guide. Il secoua la tête et lâcha son cigare sur le sol. Cette chose était peut-être agréable, mais pouvait très bien ne pas assécher uniquement son palais, mais aussi ses facultés intellectuelles.

-Veuilles donc pardonner mon empressement et mes manières quelques peu délicates. Je viens d'un endroit appelé Nouvelle York, et c'est un long chemin qui m'a mené jusqu'ici, à Nouvelle Orléans.

Il lui fallait également absolument comprendre pourquoi ces Nouvelle par-ci et Nouvelle par-là. C'était très perturbant de croiser toutes ces cités et bourgades portant ces adjectifs, surtout lorsque la majorité de ces villes ressemblaient surtout à des capharnaüms sans noms.

-Quel est ton nom jeune fille? Et que fais-tu ici à cette heure de la nuit?

Certes, le ton était assez sec, mais pour lui c'était un essai. Il était fort rare pour lui de s'exprimer en considérant les autres d'égal à égal, et plus encore quand il ne le pensait pas. Mais pour s'intégrer dans un monde étranger, il fallait faire des concessions.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mer 19 Fév - 18:25

    Mais d'où sortait cet homme ? Non, mais il me faisait un mauvais jeu de mots là, non ? Le pire c'était qu'il semblait être plus que sérieux en me parlant des moules, cousines des huîtres, que des moules à gâteaux. Je retenais un gloussement qui aurait pu être mal interprété mais s'il vous plait, là, c'était quand même grave, comme si les moules à gâteaux n'avaient pas été inventé dans l'époque où il vivait. Enfin, c'était simplement incompréhensible pour ma petite personne d'essayer de le décrypter, il y avait tellement de choses qui n'allaient pas. Je n'étais pas non plus une chasseuse de mollusques donc, décidément, il avait vraiment tout faux. Je lui demandais donc d'où il venait et sa réponse fut pour une fois plausible. Il s'était donc retrouvé à New York, et avait fait le chemin à pied, jusqu'ici, autrement dit, cela avait du lui prendre des jours et des jours. Pour selon, il ne semblait pas être si fatigué que ça, ces vêtements semblaient être encore en état. Comment cela se faisait-il qu'il était encore sur New York alors que nous sommes depuis de nombreux mois, ici ? Il y avait tout un tas de questions que je me posais à son sujet. Mais il semblerait que la réciproque soit aussi vrai. Il voulais savoir mon nom et ce que je faisais là. Bon, j'allais me dévoiler, mais ces informations ne seraient pas gratuites, il devait bien le comprendre.

    " Je ne crois que nous parlons des mêmes moules monsieur. Mais ce n'est pas très grave. Vous devez être fatigué si vous avez fait un voyage aussi long. Moi, je m'appelle Isis et vous ? J'étais venu voir mes ancêtres, vous les avez peut être connus ? "

    Voilà, j'avais lancé la question, de savoir s'il était aussi vieux que mes ancêtres, ou pas. S'il me regardait avec de grands yeux, alors l’incompréhension serait encore plus grande que ce qu'elle n'était déjà. J'allais aussi pouvoir mettre un nom sur ce visage, ce ne serait pas plus mal, parce que monsieur, ça le fait moyen, enfin, je trouve. Je n'aime pas qu'on m'appelle serveuse ou pianiste dans mon travail, Isis c'est mieux, et c'est surtout bien suffisant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mer 19 Fév - 19:16

Jonas resta dubitatif devant la désinvolture de plus en plus marquée de la jeune femme. Sa langue se déliait avec une certaine facilité, une facilité dont le mage n'avait guère l'habitude, mais ayant trop souvent affronté le silence, quelque part, un peu de fraîcheur et de simplicité n'étaient pas pour lui déplaire. Isis était son nom, un nom si rare dans les souvenirs du mage qu'il ne fut guère difficile de faire un rapprochement avec une certaine légende du passé.

-Tu portes là un nom auquel il faut inspirer le respect ma jeune amie. Autrefois, des légions d'hommes, des fragments de peuples entiers pliaient l'échine en l'entendant.

Le mage ne releva en revanche pas la répartie sur les moules, il n'en avait toujours pas compris la subtilité, et n'attendait guère d'explications plus poussées sur la question. Crane se sentait pris au dépourvu par cette jeune personne aux allures candides. Malgré tout ceci, elle n'était pas dupe, même s'il essayait de mettre de côté ses habitudes, il semblait encore bien trop déphasé dans son allure personnelle pour tromper son monde, et la jeune femme semblait avoir déjà compris qu'il n'était pas de l'endroit, et pire encore, semblait-elle avoir pris la mesure de son âge. Il ignorait encore si elle était représentative de la civilisation moderne, mais si tel était le cas, alors il faudrait au sorcier tenir en compte que la naïveté de ces gens contemporains n'était pas aussi expressive que par le passé. L'adaptation allait donc être tout naturellement longue, difficile, et peut-être même impossible parfois. Fallait-il cependant continuer à tenter de duper cette personne ou bien passer outre son esprit désinvolte, il ne le savait pas réellement
Non, la duper était désormais impossible, il s'était trop enfoncé dans sa tentative manquée, et tout retour en arrière était improbable. Passer outre était l'idée restante la plus valable, et qu'importe ce que pouvait penser cette ingénue, après rien ne dit qu'il aurait à la cotoyer longtemps. Ainsi, cet endroit servait non seulement à disposer des morts, mais aussi à se recueillir sur leurs stèles et elle se trouvait là non pas pour d'obscurs desseins, mais uniquement pour faire hommage à ses ancêtres? Lui aussi, dans ses souvenirs, se remémorait l'importance qu'avaient les ancêtres dans sa culture natale, ainsi que dans beaucoup d'autres, et de toutes évidences, encore des dizaines de siècles plus tard, on honorait les ancêtres. Peut-être était-ce la un moyen de s'affranchir de la loyauté de cette Isis, s'il venait à réveiller pour quelques minutes l'esprit des ancêtres de la jeune femme et... Non, grosse erreur, à quoi pouvait-il donc penser de facon aussi stupide? Pour l'heure il n'était à ses yeux qu'un voyageur égaré et fatigué, ayant un âge avancé, et c'était là sans doute déjà bien trop d'éléments révélés.

-Prier les anciens... noble attention. Je n'ai guère connu les miens, comment voudrais-tu donc que je puisse connaître les tiens? Il est vrai que la fatigue altère ma réflexion, jeune Isis. Mon compagnon lui-même ne saurait me contredire je pense, du moins si de la parole il était pourvu. Connais-tu en ces lieux une auberge pour me restaurer et disposer d'une couche?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Ven 21 Fév - 2:12

    Je savais pas tellement comment je devais agir. Honnêtement, j'étais un peu décontenancée devant ce qu'il me racontait. Il n'avait rien compris concernant les moules dont je parlais. Et là, je lui disais donc que je m'appelais Isis et il me fit un discours sur le respect à avoir par rapport à ce prénom. Ne me dites pas qu'il me parlait comme si j'étais cette déesse égytienne ? Mais il sortait d'où ce type ? On aurait dit que c'était une momie qui venait de sortir de son sarcophage après plusieurs siècles. Il parlait de façon tellement vieillie, il n'était pas de notre époque, cela ne faisait aucun doute. Comment cela était-il possible ? je n'en avais pas la moindre idée, à part s'il avait réussi à trouver une faille spatio-temporelle. Mais nous étions dans la réalité, et dans celle-ci ce genre de chose n'existait pas. Pourtant, j'avais toutes les raisons de croire que cette homme venait d'une autre époque, ou alors il faisait comme ci et il était simplement fou, c'était une solution également, mais je ne savais sur quel pied danser.

    " Isis est aujourd'hui un prénom usuel, vous n'avez pas l'obligation de vous prosterner devant moi. "

    Est ce que la phrase était bien sentie ? Je n'en avais pas l'impression mais étais-ce bien important ? Non, je ne le pensais pas vraiment, et puis ce type était cinglé, c'était bien là toute la solution. Je lui demandais toutefois s'il n'avait pas pu connaître mes ancêtres, histoire de voir s'il allait me dire qu'il venait d'une autre époque, mais il esquiva gracieusement et malicieusement la question. Sa réponse ne m'avançait guère. Il n'avait pas connu les siens, comment pourrait-il connaître les miens ? Ouais, je n'en étais pas bien convaincue mais pour le moment, il n'y avait rien à en tirer, j'en étais persuadée. Il me demande alors s'il y avait une auberge dans le coin pour qu'il puisse se restaurer et disposer d'une couche. J'hallucinais simplement tellement sa façon de parler n'était plus d'actualité. On parlait de la sorte, il y a si longtemps, 100 ans, 200 ans, 500 ans ? Peut être même plus, je ne saurais le dire. En tout cas, si je devais être son guide dans la Nouvelle-Orléans, alors je me chargerais de ceci. Après tout, même si je le pensais fou, peut être n'était qu'un vieille homme sortis d'un long sommeil ? Plus je l'observais, plus je l'entendais parler, plus cette hypothèse semblait plausible. Il ne m'avait pas dit son prénom par contre, ça m'embêtait un peu.

    " Vous n'avez pas envie de me dire votre prénom, n'est ce pas ? Le trajet jusqu'à l'auberge la plus proche prendra quelques minutes supplémentaire, ce serait bien que nous puissions un peu nous connaître, si cela vous convient à vrai dire. Par contre, je ne suis pas certaine que votre oiseau sera accepté, il faudra peut être le laisser sur le pas de la porte. "

    Le pas de la porte ? Comprendrait-il cette expression ? Je ne le savais même pas. J'avais pourtant essayé de me mettre à son niveau, à parler de façon plus vieillotte afin qu'il puisse me comprendre plus aisément, mais ce n'était pas gagner d'avance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Ven 21 Fév - 7:14

Non, Jonas n'était pas homme à se prosterner devant quiconque, pas même devant une divinité quelconque uniquement représentée sur de bas-reliefs. Il pouvait cependant saluer la hardiesse de la jeune femme qui lui tenait tête, même s'il était évident qu'entre les deux interlocuteurs, aucune tension n'était palpable, uniquement une certaine incompréhension, problème majeure de rencontre entre deux cultures ou deux époques, comme c'était le cas en cet instant. La méfiance était le ressenti qui primait sur tout autour de la jeune Isis, Crane le distinguait nettement, l'appréhension même qu'elle avait pu avoir au début s'était légèrement dissipée. Après tout, malgré les difficultés qu'il avait avec le langage dont se servait son interlocutrice, Jonas gardait un ton calme et une articulation marquée, renforçant sans doute l'idée qu'il ne devait pas être une menace pour elle. Toutefois, il était encore un inconnu, sorti de nulle part, et en déphasage complet avec cette ère. Pourtant, cela n'empêchait aucunement les deux humains d'échanger une conversation, certes biscornue, mais il y'avait un minimum de compréhension. Cette rencontre n'avait rien de commun avec ce qu'il connut jusque là, même sur les dernières journées passées, sans doute était-ce là l'évidente raison de son manque d'assurance vis à vis d'une simple jeune femme. Lui avait uniquement l'habitude de tenir des discours pour prendre le contrôle ou l'ascendant sur des gens.

-Mène-moi donc auprès de cette auberge jeune fille, et je te laisserais disposer de ton temps. Tu as ma gratitude pour la dévotion dont tu me témoignes. Je saurais en tenir rigueur le moment venu.

Oui, il devait être reconnaissant envers cette Isis. Elle ne le connaissait pas, elle l'avait surpris dans un cimetière et pourtant, malgré ses doutes et sa méfiance, elle restait serviable. Jonas avait l'habitude de ce genre de comportement, même si d'ordinaire il avait tendance à l'exiger des autres. Mais pour une fois, ceci était spontané, il n'avait fait qu'une simple requête et la jeune femme s'empressait de lui rendre ce service, anodin, sans rien demander en retour. Peut-être qu'en réalité, ne l'ayant pas encore revélé, attendait elle quelque chose du Mage, mais ne réclama que son nom, autrement dit un banal détail qu'il avait encore omis cependant.

-Jonas Marcus Crane, se présenta-t-il afin de réparer cette petite erreur de sa part. N'aie crainte pour mon compagnon, il saura se contenter d'un endroit qu'il trouvera dans les environs. Peut-être pourrions nous partager ce repas vers lequel tu nous amènes, sans doute as-tu des choses à me révéler concernant cette ville, ce monde et vos usages.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Ven 21 Fév - 15:15

    C'était quand même une situation bien inédite pour moi. Entre la femme chat, ou un animal ressemblant qui m'aimait bien parce que je sentais bon, je tombais à présent sur cet homme fou ou alors venant véritablement d'une autre époque. Il n'y avait pas de doutes, beaucoup de choses m'échappaient dans ce monde depuis les évènements qui avaient tout bouleversé voilà presque 2 ans maintenant. Les choses ne semblaient pas être aussi simple, mais moi, simple mortelle ne connaissait pas toute la vérité, je commençais à en prendre véritablement conscience. Les rencontres hautes en couleur et complètement décalées de ce genre ne faisait peut que simple débuter. Le problème, c'est que je ne savais pas vraiment où me renseigner pour en savoir plus, et puis c'était bien le cadet de mes soucis. Je lui disais donc qu'il n'était pas la peine qu'il se prosterne devant moi, même si je doutais qu'il le fasse, mais on ne sait jamais, des fois qu'il pense que je suis une réincarnation de cette déesse. En tout cas, il ne fit pas d'autres remarques concernant mon prénom, ce qui ne me dérangeait pas vraiment. Il voulait donc que je le mène à cette auberge, comme s'il me donnait un ordre, mais je pensais que c'était sa façon de faire. Il me laisserait ensuite disposer de mon temps comme si j'étais en quelques sortes son esclave, mais il était reconnaissant, c'était déjà ça au moins. Il ne m'avait toujours pas dit son nom, et je lui faisais la remarque. Il se présenta enfin, il s'appelait donc Jonas Marcus Crane. Cela ne me disait rien, mais j'essayerais de faire quelques recherches sur ce nom, peut être que j'en découvrirais plus sur lui. Est ce qu'il était originaire de la Nouvelle-Orléans ? Sans doute que non, ainsi je ne pourrais pas chercher dans les registres de la ville, peut être dans les livres d'histoire, je n'en savais trop rien. Il me dit donc que son oiseau trouverait sans doute un endroit tranquille non loin de là où il serait. Soit, tant mieux pour lui.

    " Et bien, veuillez me suivre Monsieur Crane, je vais vous mener à cette auberge afin que vous puissiez prendre un peu de repos. Pour votre oiseau, il y a des fenêtres, je pense que vous pourrez le nourrir de cette façon. Allons-y. "

    Je ne savais même pas s'il connaissait les fenêtres. Oui, je doutais de pas mal de choses du coup, sur ce qu'il pouvait potentiellement savoir mais cela n'avait guère d'importance. Le faisceau de ma lampe torche montra alors le chemin. Je passais devant puisque j'allais servir de guide. Je viendrais prier mes ancêtres une autre fois, à un moment moins lugubre que la tombée de la nuit.

    " Mais dites moi. De quel coin êtes vous originaire Monsieur Crane ? "

    Est ce qu'il me répondrait, je ne savais pas du tout. Peut être que la ville dont il était originaire n'existait plus qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Ven 21 Fév - 17:48

La jeune femme avait accédé à sa requête, du moins semblait-elle disposée à le guider, comme en témoignait son départ, à la lueur de cette lumière artificielle qui n'aveuglait plus, mais qui illuminait le trajet à suivre. Crane se félicita de cette initiative d'Isis et n'attendit pas pour lui emboiter le pas. Non loin d'eux, dans une obscurité tenace, le battement des ailes du rapace se fit entendre. Altesse prenait son envol pour les suivre et Jonas pouvait l'entendre passer et repasser au-dessus d'eux. Elle restait à proximité, se servant sans doute du halo lumineux de la jeune femme comme d'une sorte de repère visuel, car c'était un rapace diurne, peu adapté au vol de nuit. Le mage chercha des yeux partout autour de lui pour visualiser l'animal, mais ce fut en vain, il était parfaitement impossible de voir quoique ce soit dans cette opacité.

Il se reconcentra sur le chemin à suivre, derrière sa jeune guide. Il n'avait toujours pas eu l'opportunité de voir à quoi elle pouvait ressembler, mais pouvait sentir l'odeur de son parfum et la légereté de ses pas. Elle ne devait pas être de grande taille et guère lourde sur le sol. Il se contentait de la suivre, sans trop réfléchir, intéressé uniquement par la promesse du repas et du lit vers lesquels elle le menait. Elle poursuivit la conversation tout en marchant d'un pas assuré, et le sorcier vint à penser qu'elle semblait bien trop assurée pour avancer suivie par un homme dont elle ne savait rien, sans le voir derrière elle. Il haussa les épaules et l'écouta d'une oreille distraite alors qu'ils se rapprochaient de la grille par laquelle elle était arrivée quelques minutes plus tôt. Il ne releva pas la remarque sur les possibilités pour nourrir Altesse, après tout quelle importance, le pygargue n'avait nullement besoin de quiconque pour se nourrir. Elle poursuivit alors, versatile, en posant une question qui ne manqua pas d'interpeller son compagnon de route. D'où était-il originaire?

Crane mit quelques instants avant de se décider à répondre. Bien évidemment, il connaissait parfaitement l'endroit ou il avait été mis au monde, il se souvenait de ces terres blanchies par le froid et la neige, la glace et le soleil quasi-permanent. Il se souvenait de son village, régit par la main de fer de son père, le roi Deacalf, un barbare d'une cruauté dont il n'avait jamais encore rencontré de semblable. FjordBalsen était le nom de la vallée dans lequel son village se dressait tout au fond du fjord. Mais il ne connaissait pas l'équivalent moderne de sa région natale, ni même ou elle pouvait se trouver par rapport à Nouvelle Orléans. Il pouvait dire, en comparaison de climat, que Nouvelle York ne devait pas être très éloignée du village, mais à quoi bon, il savait dans quel état s'était retrouvé le village la dernière fois qu'il l'avait vu. Des ruines fumantes, restes d'un incendie de vengeance allumé à son encontre après sa défection de la confrérie des mages noirs qu'il fréquentait alors. Et cela s'était produit il y'a si longtemps déjà... Il préféra mentir, ou plutôt dans la situation présente, énoncer une vérité plus plausible, surtout en présence de la jeune femme.

-Je proviens d'un endroit situé non loin de Nouvelle-York. Peut-être la connait-tu? C'est une vaste cité dans le nord de cette région immense...

Mensonge oui, vérité détournée...oui c'était bien le cas. Après tout, sur un certain point de vue, c'est près de cette cité qu'il avait retrouvé le monde qu'il foulait aujourd'hui, et son nom était originaire de cette ville également. Et puis, était-ce vraiment nécessaire pour la jeune femme de tout savoir, surtout certaines choses le concernant, son passé, ses capacités...

-... un choix très étrange d'appeler vos villes Nouvelle York ou Orléans. Y'a t-il une raison à cela?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Sam 22 Fév - 3:07

    Bien, j'allais donc faire office de guide à Jonas Marcus Crane, que je ne connaissais pas du tout mais qui ne semblait pas être hostile envers moi bien que sa façon de parler était un peu alambiquée, d'une autre époque. J'essayais donc de me mettre à son niveau, en parlant un peu différemment qu'à mon habitude, afin qu'il ne soit pas trop déphasé. Ce n'était pas une simple affaire, mais j'y arriverais sans trop de mal. Je discutais donc avec lui, alors que j'étais à peine devant, ma lampe torche montrant le chemin à suivre. Très vite, nous arrivions aux grilles du cimetière. Si ce dernier n'était pas éclairé, les rues de la ville l'étaient bien mieux, je n'aurais plus besoin de ma lampe, et nous pourrions plus pleinement découvrir nos visages. Sur le chemin, nous menant jusqu'à son auberge tant désirée, je ne voulais pas que nous restions comme ça, j'avais envie d'en savoir un peu plus sur lui, enfin, s'il le voulait car il mit quelques secondes pour me répondre, comme si cette réponse n'était pas évidente à trouver. Je lui demandais simplement d'où il était. Ainsi, il venait de New York, enfin d'à côté. Il me demandait si je connaissais bien la ville, et je fis un petit signe positif de la tête même s'il n'y fit pas forcément attention. Il trouvait étrange que nous appelions nos ville avec le mot "Nouveau" ou "Nouvelle" devant un autre nom. Il me demandait la raison ce qui me fit sourire. Sans s'en rendre compte, il me donnait une idée un peu plus précise de son âge et je me rendais compte qu'il était très vieux puisqu'il n'avait pas connu New York qui était là depuis des décennies. Heureusement, il avait devant lui quelqu'un qui en savait beaucoup, la faute à mes parents, du moins, si on peut dire ça. J'allais lui faire un petit cours d'histoire du coup.

    " Je ne pense pas que ce choix soit si étrange que ça Monsieur Crane. New York fut dans un premier temps appelé Nouvelle-Angoulême car ce sont justement les français qui sont arrivé les premiers en 1524. Ils étaient originaires d'Angoulême, du coup, ils ont baptisé la ville comme celle qu'ils connaissaient. Les hollandais sont ensuite arrivé en provenance d'Amsterdam, la ville s'est alors appelé Nouvelle-Amsterdam. Puis, en 1664, les anglais sont arrivé pour renommer la ville qui gardera ce nom de New York. Là, ils le firent pour rendre hommage à un certains Jacques duc d'York, qui était frère du roi Charles II. Pour la ville où nous nous trouvons, ce sont les français qui l'ont baptisé ainsi car ils venaient simplement d'Orléans. Alors plutôt que de trouver un nouveau nom inventé, ils ont simple ajouté le mot Nouveau ou Nouvelle devant leur ville d'origine. "

    Beau discours qui ne servait à rien, mais bon, pour une fois que je pouvais ressortir cela à quelqu'un. Peut être que Jonas en serait impressionné, je ne savais pas, en tout cas, je pouvais lui en dire encore beaucoup car j'ai étudié l'histoire de chaque ville où je suis passé, comme un rite de passage. Nous avancions donc tranquillement. La pénombre était là, mais l'éclairage des rues permettait d'y voir plus clair. J'éteignais donc ma lampe torche. L'auberge qu'il voulait était encore à quelques pâtés de maison.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Sam 22 Fév - 7:55

Derrière les grilles de la nécropole, la cité s'élevait enfin, moins baignée dans l'obscurité que le lieu d'où ils provenaient tous deux. Enfin, il pouvait voir le visage de la jeune femme, voir avec qui il parlait. C'était bel et bien une jeune femme, fort ravissante s'il en était, mais jeune, très jeune. A première vue, le Mage estima qu'elle ne devait pas avoir plus de vingt cinq printemps, et encore doutait-il de cette estimation qui lui parraissait un peu surfaite. Son ton et son allure d'ingénue allaient parfaitement de pair avec son apparence physique, mais sur le fond, Jonas n'en avait que faire. Elle le guidait dans un endroit qui lui était étranger, et c'était là le plus essentiel.

Ce qui fut remarquable en revanche, c'est la perfection de son savoir. Avec une aisance d'une grande efficacité, elle put répondre aisément à sa question sur les noms de villes qui avaient jusque là fortement intrigué le sorcier, mais si la réponse fut éloquente et d'une précision respectable, elle n'en fut pas moins décevante. Non pas du fait de la jeune femme, après tout elle n'avait fait qu'évoquer l'histoire, mais du fait du manque évident de créativité des créateurs de ces cités. Reprendre le nom de leur ancienne cité en ne la modifiant que par l'ajout d'un adjectif de nouveauté. Voila qui était des plus effarants. Mais Crane ne s'en offusqua pas. Il y'avait dans cette réponse de quoi contenter son interrogation.

Anglais, Francais et Hollandais...Non, même en fouillant sa mémoire, Jonas ne parvenait pas à se souvenir de ces tribus ou peuplades. Il n'en avait jamais entendu parler. Dans son esprit, il n'y avait que des réminiscences des Egyptiens, des Akkadiens, des Mesopotamiens, des Assyriens, des Grecs, des Hittites, des Hébreux, des Romains, des Goths, des Gaulois, et bien d'autres encore. Les dates qu'elle avaient évoqué ne lui disait pas grand chose non plus. Il ne se souvenait pas vraiment du nombres d'années qu'il avait traversé, d'autant plus qu'une partie de son existence s'était déroulée dans les Falls. Après tout, il était parfaitement incapable de savoir en quelle année il pouvait se trouver. Par déduction, en se servant du savoir d'Isis, il ne pouvait se trouver qu'au sein d'une période supérieure à l'année 1664 qu'elle avait évoqué. Il se frotta le menton pour réfléchir et faire le point sur ces informations

-Voilà qui s'appelle une réponse en bonne et due forme ma jeune amie. Tes connaissances en la matière forcent le respect. Est-tu historienne?

Une simple question, simple curiosité. Pendant qu'il laissait la jeune femme se préparer à répondre, quelque chose sur le sol attira son attention. C'etait un morceau de papyrus, comme ceux qu'il avait déjà vu ca et là sur sa route, plein de lettres identiques au latin, mais rédigés en une langue qu'il ne connaissait pas encore, et tracés de facons très régulière. Les rédacteurs de ces écrits devaient faire partie d'une élite, la régularité de leur traits étant d'une perfection stupéfiante. Il ramassa le morceau et chercha à le lire, sans succès. Les mots ne lui disaient rien, il n'en trouvait aucun équivalent dans les langues qu'il connaissait, pourtant étrangement, il était parfaitement capable de comprendre ce que disait la jeune femme. Pourquoi donc ces gens parlaient ils une langue qu'il comprenait et écrivaient des mots qui lui étaient impossible à déchiffrer... Les Falls, le retour des Falls avait sans doute une raison à cela. Il préféra ne pas chercher à comprendre davantage, cela viendrait avec le temps sans doute. D'ici là aurait-il le temps d'apprendre à lire ces nouvelles expressions ecrites. Il allait fourrer le papier dans sa poche pour l'étudier plus tard lorsque des chiffres attirèrent son attention. "December 12 2013" était-il inscrit. Qu'était-ce donc? Il fronca les sourcils. 1664? 2013? Etait-ce là l'année ou il se trouvait? 2013... cela signifierait donc que Nouvelle York existerait depuis près de 350ans? Non il ne pouvait poser cette question à la jeune femme, cela eveillerait davantage ses soupcons. Seul le loup saurait y répondre. Il lui faudrait poser la question à sa prochaine entrevue

-C'est très intriguant ces papyrus qui trainent un peu partout. Est-ce une coutume dans votre région que de jeter des parchemins de la sorte. D'ordinaire ne les conserve-t-on pas dans des bibliothèques?

Jonas commençait à se rendre compte que comprendre le monde moderne allait lui demander énormément d'efforts.
Revenir en haut Aller en bas
 

Resquiecate In Pace... [Closed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sorry, we're closed...or not ♥
» [CLOSED] Parrain
» Gif sivouplé ^_^ | CLOSED |
» [Closed] Kim Do Hoon ♥
» - Atelier d'Ini ♥ [CLOSED]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-