AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Resquiecate In Pace... [Closed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Sam 22 Fév - 14:24

    Je ne savais pas d'où il sortait, mais plus je lui parlais, plus il me parlait, plus je regardais son visage, plus il me semblait perdu dans ce que je lui disais. Venait-il d'un temps encore plus reculer que je ne le pensais ? Quand il me parla des papyrus, cela me fit penser aux égyptiens, autrement dit à une époque bien plus lointaine que celle dont je venais de lui parler. Il ne devait donc pas connaitre les anglais, les français, ou les hollandais. Mes connaissances en histoire étaient assez large, mais je ne me souvenais plus tout à fait depuis quand nous ne nous servions plus des papyrus, depuis fort longtemps certes, avant la découverte de l'Amérique sans doute même. Ainsi, je me demandais s'il était bien d'origine de New York, il semblait plutôt venir du vieux continent. Mais je ne notais pas, ce type était suffisamment étrange, j'allais peut être son guide, mais aussi celle qui allait lui apprendre de nombreuses choses sur notre civilisation. Si j'étais surprise au début d'avoir à faire à une personne aussi vieille dans un corps de quarantenaire, voir la petite cinquantaine, je crois que je m'étais fait à l'idée qu'il ne soit pas fou mais vienne belle et bien de cette époque. Combien d'année avait-il exactement ? 600 ans ? Les dates que j'avais évoquée ne semblait pas lui dire grand chose, il était donc forcément né avant celles-ci, cela me semblait fort logique. On m'a toujours dit que j'étais douée dans tout ce que je faisais, même si c'était dans l'art que j'excellais, je n'étais pas mauvaise en déduction, même si là, je ne pouvais absolument rien affirmer. Je ne le connaissais pas encore assez pour lui poser la question de façon explicite. J'avais essayé en lui demandant s'il pouvait peut être connaître mes ancêtres mais sa réponse ne m'avait pas vraiment avancée sur son âge. Il n'y avait que ces propres propos qui me donnaient des indices. J'essayais d'assembler les pièces du puzzle afin de résoudre l'énigme qui était devant moi en la personne de Jonas Marcus Crane. Il me demanda alors si j'étais historienne.

    " Je ne le suis pas, mais j'ai eu le temps d'apprendre énormément de choses, l'histoire des villes où j'ai pu résider fait partie de ces choses là. "

    Je disais cela avec un naturel qui me fit presque peur comme si c'était finalement normal de savoir tout cela alors que bon nombre de personnes n'en avait sans doute aucune idée, même si ce n'était pas si compliqué que ça quand on y réfléchit bien. Pourtant, s'il montrait des signes d'admiration, j'avais pu sentir que son visage montrait également des signes d'étonnements, comme depuis le début. J'avais essayé d'être la plus simple possible dans mes propos, mais quelques choses étaient encore passé de travers, sans doute le nom des peuplades. Puis, Crane ramassa un journal un peu chiffonné sur le sol. Il l'observa attentivement mais il ne semblait pas vraiment comprendre ce qu'il y avait marqué dessus. Il parlait notre langue, même si c'était un peu vieilli mais il n'arrivait pas à la lire ? Cela devenait de plus en plus étrange à vrai dire. Sans doute que beaucoup de tournure avait changée avec le temps, la langue avait évolué, c'était un fait, mais elle n'avait pas changé tant que ça depuis de nombreux siècles. La seule hypothèse était donc qu'il était encore plus vieux cela. Il me parla de papyrus, ce qui m'étonna davantage. Il était aussi vieux qu'une momie ou quoi ? Il s'étonnait de ce journal, mais je ne savais pas ce qui l'étonnait le plus dans tout ça, beaucoup de choses sans doute. Je ne lui demandais pas ce qui l'était le plus sur ce bout de papier mais il me posa cependant une nouvelle question qui me fit sourire.

    " Et bien non ce n'est pas une coutume Monsieur Crane, mais les gens qui vivent ici, enfin certains, n'ont pas de respect pour les écrits qui sont imprimés. Ils les jettent dans la rue au lieu de les conserver chez eux. "

    Et je me rendais compte encore qu'il n'avait pas du me comprendre. Si mes déductions étaient bonnes, l'imprimerie n'avait encore été inventée à son époque, il ne pouvait comprendre le mot. J'avais évité de lui parler de poubelle, sans doute qu'il ne connaissait pas le mot ainsi, je ne savais même pas si de tels ustensiles existaient à son époque. Il me demanderait peut être, ou alors il ne poserait pas plus de questions, je ne savais pas. Nous marchions relativement lentement, mais petit à petit nous nous approchions de la fameuse auberge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Sam 22 Fév - 17:18

Jonas observait avec attention les décors qui l'entourait. Il y'avait beaucoup de similitudes avec les endroits qu'il avait traversé ces derniers temps, même si celui-ci était encore habité. Il n'y avait que très peu de ces grandes contructions qui jalonnaient la ville de New York, il aurait aimé voir à quoi pouvait ressembler ces bâtiments en état et occupés, simplement par curiosité. Plus il passait de temps en cette époque, plus il s'émerveillait de la grandeur des ingénieries contemporaines. Sa jeune guide se déplaçait avec une aisance certaine dans le dédale des rues qu'ils traversaient depuis quelques minutes. Contrairement aux rues de New York, celles ci étaient étroites, glauques et en piteux état, drôle de contraste avec celles de la grande cité dévastée. A cette heure tardive, il aurait été difficile de dire si cette ville avait des habitants, on n'entendait que les pas de la jeune femme, les coups sourds des bottes du mage ainsi que les battements d'ailes puissants d'Altesse qui les survolait. Il pouvait d'ailleurs la voir passer et repasser entre les toits.

Isis n'était donc pas historienne, simplement une jeune femme ayant des connaissances poussée sur l'histoire de sa résidence. Qu'a cela ne tenait, pour Jonas, ca n'avait pas d'importance. Le mage sentait dans le regard de son interlocutrice, ainsi que dans son ton, des parcelles de sourires à chacune de ses prises de paroles ou certains de ces gestes. Ce n'était pas des moqueries, c'était simplement de l'amusement, comme si chaque action du mage avec un effet comique qu'il ne controlait pas. Son égo en prit un coup, mais il mit cela sur le compte de la différence notable qui existait entre eux, ou plutot entre lui et cette époque. Quoi de plus normal sans doute, si les roles avaient été inversés, sans doute aurait-il ri aussi.

La rue dans laquelle ils débouchèrent désormais était bien plus large, les passages pour la marche plus étroits, mais toujours désertés. Pour l'heure, ils n'avaient pas encore croisé la moindre trace de vie directe, pas de passants, pas de véhicules, rien de rien. Pendant quelques instants, le sorcier vint à se demander si la jeune femme était de toute bonne foi, après tout il ne la connaissait pas et pouvait très bien le mener droit à un quelconque traquenard. Mais dans quel intérêt? Elle n'aurait pas feint la surprise dans ce cas et si ca avait été le cas, Jonas l'aurait senti. La méfiance et l'appréhension n'était pas des ressentiments faciles à simuler, même totalement impossible.

-Il n'y a guère âme qui vive ici. Pour une ville ou une civilisation s'est établie, cela ressemble à un désert. J'ai traversé Nouvelle York , quand on remarque la taille de cette cité, il devait y en avoir du monde qui y vivait. Que fais tu dans cet endroit si tu n'es pas historienne?

Jonas sentait monter en lui la faim. Il n'avait quasiment rien avalé depuis de nombreuses heures, et ce n'était pas les quelques gorgées d'eau ingurgitées ca et là qui changeraient quelques choses aux tortures de son estomac. Il espérait pouvoir compter sur un repas digne de ce nom afin de palier également au manque de saveur de ses repas depuis un nombre incalculables d'années. Et se délecter d'un peu de vin ou d'hydromel savoureux. Il se demandait si en cette époque la nourriture était aussi gouteuse que celle de sa jeunesse, tout en sachant qu'il ne souvenait que très peu des la saveur de certains aliments. La seule chose évidente était qu'il avait une faim de loup.

-Lorsque le soleil sera haut, il me faudra explorer tout ça, marmonna le sorcier, sans même se préoccuper de ce que pouvait entendre Isis
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Dim 23 Fév - 0:38

    Jonas remarqua le manque de personnes dans les rues. Il faut dire qu'à l'heure actuelle, dans ces petites rues, il n'y a jamais grand monde, pour ainsi dire personne, mais là où je l’emmenais, il y aurait encore du monde à cette heure-ci. Il pourrait manger et loué une chambre pour la nuit, je pourrais lui faire l'avance s'il n'avait pas de quoi payer, ce n'était pas cela qui ma ruinerait de toute façon, et puis j'avais l'habitude de venir ici, alors ça ne dérangeait pas. L'endroit était un peu glauque par moment, mais cela devrait parfaitement lui convenir. Nous nous rendions à l'hôtel Overlook. J'y étais resté quelques semaines en revenant ici avant de me trouver mon appartement actuel, non loin du Masquerade. Je gardais ainsi un bon souvenir des propriétaires. Enfin, l'hôtel était quand même bien mystérieux, mais si Marcus avait fait un si long voyage, il devrait s'en remettre. Je ne le connaissais pas mais bon, il me paraissait être un solide gaillard. Il n'aurait pas peur de quelques soit disant fantôme dans cet hôtel qui avait un prix, tout ce qu'il y avait de plus abordable. En tout cas, le vieil homme me fit la remarque qu'il n'y avait pas grand monde. Pourtant, ces paroles semblaient être plus contemporaines. Il me parlait de New York qui était devenu un véritable désert. Et c'est vrai, j'aimais beaucoup cette ville mais les conditions de vies sont devenus trop mauvaises pour que nous puissions y rester. Alors nous sommes descendus dans le sud, ici à la Nouvelle-Orléans. Il me demanda alors que ce je faisais ici, si je n'étais pas historienne.

    " Il y avait énormément de monde à New York, mais les conditions de vie sont devenues trop difficile pour que nous puissions y rester. Nous sommes venus ici pour la plupart. Je travaille au Masquerade, c'est un cabaret où je joue de la musique sur un piano, et où je sers à boire aux gens. "

    Je ne savais pas s'il savait ce qu'était un cabaret, et encore moins si le piano existait déjà à son époque mais bon, je ne pouvais pas donner d'autres mots pour cela, il devrait faire avec. Au pire, je lui trouverais un dictionnaire et il le regardera pour connaître tout les mots nouveaux qui ne faisaient pas partis de son vocabulaire. Nous arrivions enfin devant l'Hotel Overlook.

    " Voilà, nous y sommes, entrons à l'intérieur, il y a un peu de monde, nous pourrons déguster un bon repas, je suppose que vous en avez envie Monsieur Crane. "

    Il avait dit quelques choses avant mes propos mais il n'avait pas bien articulé, du coup, comme je n'avais pas bien compris, je préférais ne pas réagir à ceux-ci. Il semblait vouloir explorer quelques choses, la ville sans doute dès demain. S'il le désirait, je pourrais lui servir de guide comme ce soir, mais nous n'aurons pas besoin d'éclairage factices pour cela, l'astre solaire brillera dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Dim 23 Fév - 9:54

Ils arrivèrent enfin à destination. L'auberge en question était un bâtiment coincé au milieu des autres, fondu dans la masse de facades hétéroclites. Une enseigne lumineuse dansait au dessus de la devanture, instrument qui fascina le mage un bref instant tant les couleurs étaient chatoyantes. Il ne resta pourtant pas bloqué devant cette vision enchanteresse, et suivit sa jeune guide qui s'engouffrait dans l'auberge.

Du monde, il y'en avait un peu à l'intérieur. Des hommes et des femmes, en groupes, tantôt à trois ou quatre, tantôt en couples, certains étaient assis autour des tablées, d'autres se tenaient derrière le comptoir au fond de la salle, servis en boissons par une jeune personne qui évoluait devant un mur de gobelets de verre et de fioles aux couleurs diverses. Jonas laissa son regard dériver sur la décoration de la salle, sobre, mais bien plus éclairée et grande que le genre de point de restauration qu'il avait pu connaître autrefois. Un fond musical s'élevait dans l'ambiance, au milieu des bruits de conversations et de rires, et le mage remarqua quelque chose dont il n'avait guère l'habitude. A son entrée, personne ne leva la tête, personne ne le scruta d'aucune façon, tout ce petit monde continuait ses occupations comme si de rien était. Lui qui avait connu les fuites et les messes basses lors de ses entrées, lui qui avait connu les regards craintifs et parfois même terrifiés, il ne se passait rien cette fois ci. Il en fut surprit, mais s'en contenta. Plutôt même en était-il ravi, ici il était un inconnu, et pour ces quelques heures, cela lui convenait.

Il avisa non loin de l'entrée une tablée un peu isolée, ceinturée par une sorte de banc matelassé et s'en approcha pour s'y assoir. L'assise était étrangement molle mais très confortable et il reposa son dos contre la partie haute, tout aussi moelleuse et savoura cet instant avec un délice particulier. Branches, troncs, cailloux et même tombes lui avaient servit de point de repos jusque là, et il n'était pas nécessaire vraiment d'imaginer qu'un tel confort puisse être savouré de la sorte. La table était vide, hormis un petit plateau rempli de divers fioles que le Mage s'empressa de goûter, intrigué par le contenu. Il n'y reconnut que du sel, en grains des plus fins, les autres condiments étaient essentiellement liquides ou visqueux, tantôt légèrement sucrés, tantôt piquants.

-Voilà un lieu intéressant. Il y'a un certain confort qui me sied particulièrement. J'imagine alors que la nourriture doit y être copieuse et savoureuse, si autant de monde s'y trouve. Que la viande soit tendre et que le vin coule à flots dans ce cas!

Il se souvint à cet instant que la jeune femme avait expliqué ce qu'elle faisait dans cette ville. Elle servait à boire et jouait de la musique. Jonas avait connu des endroits ou l'on pratiquait ce genre d'activité, dans des palais royaux ou dans des demeures de grandes gens. Il y' en avait dans les liesses populaires auquelles il s'était invité. Par ailleurs, il cherchait dans la pièce qui l'entourait actuellement les musiciens, mais ils ne devaient pas être visible de là ou il se trouvait. Son estomac en revanche criait famine, mais il se heurta à un probleme de taille. Il ne connaissait pas le genre de plat et de victuailles que l'on servait en cette époque.

-Ainsi, c'est dans un endroit tel que celui-ci que tu exerces ton devoir... situation fort honorable, toute cité se doit d'avoir une auberge pour se restaurer et se divertir. Comment fonctionne donc votre ville? Est-elle régit par un monarque, une assemblée comme chez les romains ou les grecs?

Alors qu'il parlait, une jeune femme s'approcha de leur table, dans une tenue qui interpella le sorcier tant certaines coupes étaient courtes. Elle était très jeune, davantage qu'Isis, mais comme son allure n'interpellait visiblement personne, il préféra garder le silence sur la question, non sans avoir pu observer sa gorge et la majeure partie de ses cuisses mises à nu.

-Bonsoir, c'est pour diner ou simplement consommer?

Une voix fluette, une certaine politesse et une question des plus saugrenues. Pourquoi une telle interrogation? Le Mage intrigué observa les alentours et vit que les autres gens attablés ne mangeaient pas nécessairement. Certains jouaient avec des petits blocs colorés qu'ils abattaient en riant ou dans le silence, d'autres riaient en groupe, avalant à outrance des gorgées de liquides divers. Il revint alors sur la jeune femme qui attendait avec une patience démesurée.

-Bien le bonsoir ma jeune amie. Nous sommes là pour la ripaille. Apportez-nous votre meilleure viande et de bons pichets de vins!

La jeune femme écarquilla les yeux et le regarda avec un air hébété. Une moue d'incompréhension se dessina sur ses traits et Jonas comprit qu'il n'avait pas choisi les bonnes formules pour s'exprimer.

-Heuu... Okayyyyy! lâcha la jeune femme avec un air dubitatif tandis qu'elle se tournait vers Isis
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Lun 24 Fév - 17:13

    Nous arrivions donc à l’hôtel. Je ne savais pas s'il avait l'habitude de manger dans ce genre d'endroits, ni comment ce genre d'endroits pouvait être à son époque, différent sans doute, mais au final, très ressemblant. Notre arrivée dans la salle de restaurant se fit tout en douceur, les personnes déjà présentes étaient en train de manger et de parler entre elles sans prêté attention à Crane ou moi-même comme s'était le cas habituellement. Pourtant, je le laissais prendre les devants, il devait bien découvrir certaines choses par lui-même, n'est ce pas ? Et directement ou presque une fois avoir observé la pièce, il choisit cette table, non loin de l'entrée qui était vide et propre. Alors qu'il était assis, et que je prenais place en face de lui, il s'empressa de goûter les condiments présents : sel, poivre, moutard et ketchup. Est ce que tout cela existait déjà à son époque ? Le sel était un condiment très ancien, pour les autres, je doutais qu'il connaisse. Sa remarque me fit alors sourire, il semblait apprécié le confort, et semble-t-il, avait hâte de manger.

    " Ne vous en faites pas, la nourriture est excellente et à un prix abordable. Je vous offre le repas. "

    Oui, je doutais qu'il avait un sou en poche, même s'il ne voulait pas profiter de ma gentillesse, je préférais prendre les devants. Peut être qu'il voudra me rendre la pareille mais cela n'avait guère d'importance, nos chemins se croiseraient sans doute plusieurs fois encore dans cette ville. Il se souvint alors ce que je lui avais dit en ce qui concernait mon métier. C'était en effet dans un lieu ressemblant à celui-ci même si l'ambiance était bien différente que j'exerçais mon métier. Puis, il me posa une question qui me donna d'autres précisions sur la possibilités de son âge. Il semblait avoir en réalité plus de 2000 ans puisqu'il me parlait des grecs et des romains.

    " Nous avons un maire à la tête de la ville. Ce n'est pas vraiment un monarque, mais ça y ressemble. Et il a des conseillers pour l'aider dans sa tâche. "

    Il ne devait pas connaître la signification du mot maire, mais avec mon explication, il comprendrait sans doute le rôle du dit personnage. La serveuse, que je ne connaissais pas vint alors nous voir, nous demandant si c'était pour manger ou simplement boire que nous étions ici. La question parut bizarre aux yeux de Crane. Il observa autour de nous, tout le monde ne semblait pas être là pour manger, mais lui, c'était bien ce qu'il voulait. Et comme depuis le début de notre rencontre, il parla de façon vieillie et la serveuse ne comprit rien à ce qu'il lui racontait. Elle se tourna alors immédiatement vers moi, comme si elle sentait que j'allais pouvoir lui répondre de façon moins archaïque.

    " Nous allons manger avec mon ami. Pouvez-vous nous donnez la carte ? "

    Et aussitôt la serveuse nous donna les menus, un pour Marcus et un pour moi avant de nous demander si nous allions prendre un apéritif. Je lui dis que ce ne serait pas nécessaire. Et elle s'en alla avant de revenir d'ici quelques instants. Crane ne comprendrait sans doute pas vraiment ce qu'il y avait sur le menu, mais au vue de ce qu'il avait pu dire juste avant, je lui commanderais une belle entrecôte.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mar 25 Fév - 17:53

Jonas foudroya du regard la jeune serveuse du regard tandis qu'elle disposait devant eux la fameuse carte réclamée par Isis. Cette dernière prenait le contrôle des opérations, comblant ainsi les lacunes du mage vis à vis de la situation présente. Il laissa la servante faire, non sans plonger son regard dans son corsage tandis qu'elle effectuait des mouvements permettant à la vue d'un homme d'apprécier les courbes de sa jeune gorge généreuse.Il se demanda comment elle pouvait se promener de la sorte avec si peu de pudeur. Certes la vision de cette nymphe avait de quoi satisfaire le regard d'un homme, Jonas même ne pouvait que la contempler avec délices. Pourtant, en comparaison, aussi séduisante et un peu plus âgée que la servante, sa voisine de tablée, sans pour autant masquer les courbes de sa féminité, ne portait aucune tenue aussi vulgaire, aussi provocante. Lorsqu'elle eut fini de leur préparer la table, la jeune serveuse s'éloigna et le mage put alors contempler d'autres parties de sa féminité à peine voilées. Il secoua la tête pour chasser ce genre de pensée, non pas qu'il les considéra comme mauvaises, mais plutôt qu'elles ne constituaient en rien une priorité dans ses desseins. L'heure n'était pas encore aux batifolles, d'autant plus que son estomac martelait sa faim avec véhémence.

Isis lui avait annonçé qu'elle prenait en charge les dispositions du repas, notamment le paiement de la curée. Jonas fit une légère moue, n'ayant que guère conscience de l'importance de la chose. Il laissa sa curiosité de côté en cet instant sur cette question, et chercha à lire la feuille de papyrus emprisonnée dans une gangue de matière translucide lisse. Il la tournait et retournait entre ses mains, testant tous les sens possibles afin de chercher un moyen de la lire, mais presque en vain. Presque? Oui, car au bout d'un moment, un mot vint à frapper son esprit avec clarté, un mot qu'il comprenait enfin. "Menu" car cette carte, ainsi nommée par Isis, était une présentation des plats servis par l'auberge à ses convives. Surpris de pouvoir lire et surtout comprendre le mot en question, Jonas haussa un sourcil et continua sa lecture. Avec persévérance, d'autres mots ressortirent du lot, comme eau, vin, côte ou encore civet. Ces mots il les connaissaient bien, et pourtant dans une langue qu'il ne connaissait à priori pas du tout, petit à petit son esprit s'éclairait et lui permettait de saisir l'essentiel des traductions. Attitude étrange? Non, car en réalité, Crane avait toujours eu cette disposition, elle lui avait été des plus utiles durant ses périples avant de finir dans les Falls, mais il avait oublié l'existence de cette aptitude particulière. Avec un peu de temps, le Mage finirait par assimiler entièrement la langue et les écrits associés, lui assurant ainsi une meilleure intégration dans cette nouvelle société. Il attrapa alors le morceau de journal qu'il avait ramassé tantôt dans la rue et le glissa devant son regard. Là ou auparavant il ne voyait qu'une succession de caractère sans logique, désormais, par endroit, des mots étaient apparus, comme violence, quartiers et quelques autres. La proximité avec Isis lui permettait depuis quelques moments d'apprendre quelques informations linguistiques des plus intéressantes, et aussi quelques unes offrant une vision du fonctionnement de cette société. Il enfourna le papier dans une poche et reporta son attention sur la tablée." Nous nous occuperons de ca plus tard" pensa-t-il en l'instant.

Les révélations d'Isis avaient elles aussi leur intérêt. Elle avait évoqué la hiérarchie de la ville, information o combien essentielle pour le mage. Par ailleurs Jonas ne pouvait que saluer le désintéressement de sa voisine de table qui dilapidait des réponses aux questions du mage sans la moindre forme de contrepartie. Ainsi, aucun monarque ne résidait en ces lieux et au ton employé par sa compagne nocturne, ce fameux maire avait une fonction similaire à celui d'un gouverneur d'autrefois et qu'il semblait surtout représenter le membre le plus influent de la communauté.

-Voilà qui est fort intéressant. Ce serait une forme de régent de province, mais bien mal avisé s'il est entouré de conseillers. Ce genre d'individus dans de telles sphères complotent, trahissent, intriguent. Ils sont souvent aussi criminels que les hommes qu'ils se permettent de juger. Il est très intéressant de savoir que votre société ne diffère guère des anciennes. Seuls les noms ont changé, et les usages...

La jeune serveuse revint, offrant à nouveau à la vue du mage ses courbes, coupant ainsi son discours. Elle déposa sur la table un broc translucide rempli d'un liquide vermillon que le sorcier n'eut aucune peine à reconnaitre. Du vin. Sans attendre, il remplit les deux verres devant lui et agrippa le sien pour le porter à son nez. Il en huma le bouquet et les arômes avant de l'ingurgiter d'un trait.

-Par tous les diables, qu'est ce donc cela? On sert du vin qui conviendrait à un roi dans une simple auberge?

Il était visiblement des plus étonné. Le vin de table qui se trouvait devant lui n'était pas un grand cru, pourtant parfaitement à son goût. Il délaissa soudainement son régal en voyant la jeune serveuse qui le regardait avec un air ahuri.

-Eh bien jeune fille, n'as tu donc jamais vu d'homme apprécier le vin que tu sers dans cette taverne? Peut-être serait-il plus avisé de ta part te couvrir ton corps avant de déambuler de la sorte au milieu de tes clients avinés

Puis il se détourna d'elle afin de se prévenir d'une nouvelle plongée du regard vertigineuse dans son décolleté ou même ailleurs. Il revint donc sur Isis et leva son verre vide en guise de salut.

-Ma chère, le vin est somptueux. Mais je te laisse le choix des armes, tu connais sans doute mieux que moi le genre de repas que l'on sert en ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mer 26 Fév - 23:35

    Je ne savais pas d'où il venait, je ne connaissais pas l'époque non plus, mais il allait devoir changer des choses pour passer incognito dans notre monde. Et encore, il avait de la chance d'être tombé sur une serveuse ayant de l'humour, car certaines auraient agit autrement à ces quelques paroles. Nous étions donc à table, le repas n'était pas encore commandé, mais cela ne saurait tardé. Il est vrai que la serveuse était habillée bien légèrement mais cela ne me choquait plus vraiment, j'avais l'habitude à force de venir ici, ou même ailleurs. Le sexy, le glamour est à la mode, même si je dois avouée que là, c'était un peu trop plongeant à mon goût, et un peu court également, mais sans doute n'avait-elle pas trop le choix. Je n'étais pas danseuse au Masquerade, alors je pouvais m'habiller dans l'ambiance, mais un peu comme je le désirais, je n'avais pas à être trop sexy quand je chantais, mon physique contribuait au spectacle mais c'était surtout le son de l'instrument et de ma voix qui était le plus important. Quand je servais les clients, je pouvais me montrer plus aguicheuse mais je restais en général assez sobre. Je n'étais pas la plus moche du monde, mais je n'aimais pas me mettre trop en valeur, sans doute des restes de l'éducation de mes parents. En tout cas Jonas ne se privait pas de regarder. Apparemment, les hommes n'ont pas vraiment changé à travers les âges, mais je le comprenais.

    Je ne baissais jamais le regard devant un bel homme ou une belle femme, même si là, je me concentrais surtout sur lui, sur ces faits et gestes, ainsi que sur ces paroles, car, mine de rien, il était assez bavard. Cela ne me dérangeait pas, au contraire, j'apprenais à mieux le connaître de la sorte et ces expressions très anciennes me faisaient sourires. Je le comprenais parfaitement, mais lui ne me comprenait pas forcément. J'essayais de me montrer assez simple pour qu'il puisse me comprendre. C'était pour cela que je lui avais dit que je lui offrais le repas. Il ne semblait pas avoir apprécié cela mais n'en dit rien. Il observa alors le menu, et contre toute attente, il sembla reconnaître des mots, si bien, qu'il essaya de relire le morceau de journal qu'il avait récupéré dans la rue. Au vue de sa concentration, il devait arrivé à déchiffrer quelques petites choses. Il me dit alors que nous nous occuperons de payer le repas plus tard. Oui, nous payerons à la fin, mais je ne disais rien de plus à ce sujet. Je lui expliquais donc qu'il y avait un maire à la tête de la ville aidé par des conseillers. Son commentaire me fit à nouveau sourire. Si à son époque les conseillers agissaient de la sorte, de nos jours cela était quand même bien différent. Ils étaient là pour aider, et non pour prendre la place de celui qui était le chef. Mais je n'eus pas le temps de faire de commentaire que la serveuse revenait déjà. Elle apportait un pichet de vin. Jonas semblait l'avoir reconnu et remplit immédiatement nos deux verres. Il en bu une gorgée, tout le verre en fait et fut fort satisfait. Sa réaction était bien démesurée alors que nous avions droit à du vin ordinaire. Je me demandais comment il réagirait face à un meilleur cru. La serveuse était cependant toujours aussi surprise des réactions de monsieur Crane. Et elle ne serait pas au bout de ces surprises, c'était une évidence. Il lui dit d'aller se rhabiller, carrément, mais je me retenais de rire, je fis simplement un sourire. J'aimais cet homme, il était vraiment franc, naturel, comme on n'en fait plus. Il ne semblait pas calculé ces paroles, comme si cela était normal qu'il dise tout ceci, même si en l'occurrence, il aurait dû s'abstenir. La serveuse se retenait de rire aussi, je pouvais le voir, mais elle ne fit rien. Jonas leva son verre et me demanda alors de commander à manger. La serveuse sembla soulager de s'adresser à moi.

    " Et bien, nous allons prendre deux entrecôtes accompagnées de leurs légumes de saison. Et aussi apportez-nous un autre quart de vin. Merci à vous. "

    Et je lui servais un beau sourire, histoire de lui dire de ne pas faire cas des propos de mon compagnon du soir. Cela devrait ravir les papilles de Marcus, en plus de remplir son estomac.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Jeu 27 Fév - 18:03

Des entrecôtes? Jonas connaissait ce mot, il lui semblait déjà l'avoir entendu. Le filet d'entre les côtes était une appellation qu'il lui parlait bien mieux, mais de toutes évidences, les termes étaient les même mais simplifiés. Alors que la jeune serveuse notait la commande d'Isis sur un petit carnet, le Mage se figea un bref instant. Dans l'air ambiant de nouvelles effluves avaient perçé l'esprit du sorcier. Il ne s'agissait nullement d'odeurs mais de sensations, son instinct était en alerte car ce qu'il ressentit soudainement de la violence, de la suffisance, ainsi qu'une forme de détermination peu rassurante. Ces sensations étaient suffisamment inquiétantes pour que le Mage concentre son instinct, car il savait qu'une telle association était synonyme de hardiesse lâche, d'individus peu recommandables, de personnes que la Mage haissait plus que tout. Jonas délaissa alors la table du regard ainsi que sa compagne de repas et la serveuse pour fouiller des yeux la salle de l'auberge. Il ne lui fallut guère de temps pour repérer ses proies, les sources de ces émotions qui emplissaient l'air avec une lourdeur démesurée, presque obsédante pour le sorcier. Ils étaient trois, trois hommes de taille et d'allure diverses, mais tous trois vêtus de costume de très bonne facture, des personnes issus d'une certaine classe sociale de toute évidence, s'il fallait les comparer avec le reste des convives de la taverne. Riant et braillant à tue-tête, les nouveaux venus se dirigèrent vers le bar et s'y installèrent. Aux premiers abords, ils ne présentaient rien de mauvais, si ce n'est le bruit qu'ils faisaient, pourtant le mage était plus que dérangé par leur présence à proximité de lui et dans son champ de vision de surcroît.

Il en avait tant connu de ces gens-là, prompts à la violence et aux excès en tout genre, emplis de suffisance et égocentriques à souhait, enfermés dans une spirale de bassesses qui les amusaient, qu'ils recherchaient sans cesse. Il les avaient cotoyé toute sa vie, lui-même parfois en avait abusé de ces travers, mais cette part là de lui-même ou des gens, il la haissait plus que tout autre chose. Il jeta un dernier coup d'oeil à ses proies puis revint vers Isis, tout en s'enfonçant dans le banc moelleux. La jeune serveuse avait repris les cartes et s'était éloignée.

-Ma chère, dit Jonas à sa voisine de table en prenant son verre qu'il emplit de nouveau de vin, je crains fort que ce repas ne puisse être aussi savoureux et calme qu'il pouvait prétendre l'être. Il serait fort judicieux que tu ne quittes pas cette partie de la salle.

Il avala une gorgée de vin, laissant son regard dériver une nouvelle fois vers le comptoir. Les idiots en costumes piaillaient sans cesse en avalant de multiples verres remplis d'une substance que Crane ne connaissait probablement pas, mais qui de toute évidence n'avaient rien à voir avec de l'eau. Ils fumaient des cigares de petites tailles et blancs, faisaient toutes sortes de grands gestes ou d'actions loufoques, attardant également leur regard sur certaines parties du corps de la serveuse qui passait de temps en temps devant eux.

-Ce qui est très étrange à voir, c'est que malgré le fait que vos coutumes me soient quelque peu étrangère, il y'a beaucoup de similitudes. Monarques et maires, les tavernes qui servent de lieux de divertissements et surtout plus encore, des porcs et insolents qui s'avinent dans ce même genre d'endroits. Etrangement toutefois, il semblerait que la femme ne soit plus perçue de la même façon. Grand bien fasse à notre espèce que cette idée là.

Il vida son verre et fit de même avec le broc en remplissant le verre de sa compagne et le sien une dernière fois. Il posa alors le récipient au bord le plus extrème de la table. Il appela alors la serveuse avec un petit geste et cette dernière vint rapidement avec un regard interrogateur

-Amène nous encore de ce vin jeune fille

Subtilement, il attendit qu'elle prenne le broc de sa main fine et comme il l'avait préparé, le broc perdit son équilibre et commença à chuter. Sans attendre qu'elle réagisse, le sorcier fit glisser sa main sur la sienne pour la refermer et assurer sa prise sur l'anse du récipient et empêcher ainsi sa chute. La serveuse, surprise, le remercia d'un bref sourire et repartit aussitôt vers le bar. Puis il reprit sa conversation, ou plutôt son monologue.

-Alors chère Isis, quelles sont tes ambitions dans cette Nouvelle Orléans? Qu'as-tu comme projets d'avenir?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Ven 28 Fév - 1:29

    Une fois que la commande fut passer, la serveuse s'en alla pour envoyer la commande en cuisine afin qu'elle puisse être préparer. Je ne remarquais cependant pas le regard de Jonas sur un petit groupe d'individus qui venait d'arriver. Ces trois jeunes personnes étaient bien habillées, et ne reflétaient à mon sens rien de spécifique, pourtant, l'homme en face de moi ne les appréciait pas le moins du monde. La raison m'échappait, mais il semblait être tout à fait sérieux quand il parla d'eux. Je ne devais pas les approcher. J'acquiesçais simplement de la tête. Je regardais ces personnes et pour moi, elles n'étaient pas aussi mauvaises que Crane le laissait dire, mais il semblait s'y connaître, alors je n'irais pas m'aventurer trop loin. Il les avait dans son champs de vision, peut être voudrait-il leur tourner le dos ?

    " Peut être voulez-vous prendre ma place pour ne pas voir ces pauvres types au comptoir là-bas ? Enfin, je dis ça pour que vous puissiez peut être mieux ce bon repas que nous allons prendre. "

    Il avait pris un autre verre de vin, je ne savais pas si ma proposition lui ferrait plaisir, mais s'il la déclinait, je n'insisterais pas le moins du monde. Je pensais qu'il n'était pas un homme à contrarier, vraiment, mais peut être que je me trompais, je ne saurais vraiment le dire. Je commençais en tout cas à l'apprécier il était de bonne compagnie, il voulait même prendre soin de moi, c'était une attention qui avait de la valeur pour moi, plus qu'il ne le pensait sans doute. Il me fit part de son ressentis vis à vis de ce qu'il pouvait voir, que finalement les choses n'avaient guère évoluée, à part la place de la femme dans la société.

    " Oui, les choses ne changent pas tellement avec le temps. La place de la femme a beaucoup changé c'est certains. Elles ne sont plus cantonnées aux tâches ménagères, et à l'éducation des enfants. Elles peuvent faire bien plus de choses qu'avant. Mais n'est ce pas mieux ainsi ? "

    Et là, il pensait le contraire, que la femme devrait restée dans ces fourneaux à servir l'homme. Je ne voulais pas le blesser moralement en tout cas, ce serait dommage mais les paroles étaient parties, j'aurais peut être dû y réfléchir un tout petit peu plus. Il interpella la serveuse pour avoir plus de vin. Elle arriva et pris note de la requête, manquant de faire tomber le pichet de vin vide sur le sol mais Crane joua les sauveurs. Avait-il fait exprès de le mettre sur le bord de la table ? Peut être, je ne savais pas trop, et ça m'était un peu égal. Il me posa alors une question bien atypique, mais ne l'était-il pas entièrement ? Mes ambitions ? Mes projets d'avenir ? Le monde était tellement incertain et instable que je ne savais pas quoi dire.

    " Le monde est instable Jonas, alors je préfère ne pas faire de plans sur la comète. Je préfère ne pas regarder trop loin dans mon avenir. Je suis pianiste et serveuse au Masquerade et cela me convient très bien. La seule chose que je voudrais le plus au monde, c'est pouvoir me promener avec ma soeur, mais ce n'est pas possible malheureusement vu qu'elle est dans un profond sommeil et que rien ne semble pouvoir la réveiller. "

    Je lui disais d'un coup quelques choses de très personnel, mais je ne sais pas, je sentais qu'il pourrait peut être faire quelques choses lui qui venait d'une époque lointaine. La serveuse nous apporta alors un nouveau pichet de vin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Ven 28 Fév - 17:25

Toujours bruyants et de plus en plus avinés, les trois individus focalisaient de plus en plus l'attention du Mage alors que les minutes passaient. Dans l'air, la sensation de violence s'alourdissait de plus en plus et par moment, des élans de lubricités lui faisait écho, les rires gras et les gestes de plus en plus éloquents en étaient les témoins visuels. Jonas ne cessait de les observer du coin de l'oeil, manie qui interpella Isis. La jeune femme se proposa alors d'échanger sa place avec le Mage, attention que ce dernier salua d'un signe de la tête mais déclina par la parole

-De dos ou de face, leur nature est ainsi faite. Ils représentent une élite et pensent être supérieurs, que tout leur est permis et que la crainte les épargnent. Que je les vois ou non n'a guère d'importance, leur existence même me dérange.

Il attrapa alors un de ces cigares d'une de ses poches et l'alluma à l'aide de la flamme portable. Une longue bouffée de fumée s'éleva dans les airs tandis que le mage observait ses proies avec un regard avisé. La sympathie de sa compagne du soir était honorable, mais en cet instant manquait d'une certaine lucidité. Non en réalité, elle ne possédait pas les facultés du sorcier, et ne pouvait donc mesurer le danger émanant de ces trois loufoques. Pire encore, si elle avait fait face à eux, avec le temps, la menace aurait été plus grande car l'attention des brigands ne se serait pas arrêté à la jeune serveuse, mais également à Isis. Si cela devait se produire, Jonas aurait alors à intervenir, ce qui pourrait ruiner sa discrétion. Il ne tenait pas à être démasqué trop vite, surtout de la sorte, et sans l'avoir planifié au départ.

Isis détourna la conversation et focalisa l'attention du Mage sur ses propres interrogations. Ainsi, malgré sa gentillesse évidente, la jeune femme restait candide. Pas d'ambitions, pas d'avenir désiré? Comment cela pouvait il se faire? Etre musicienne et au service dans une auberge semblait lui convenir selon ses dires. Non elle avait un désir, un désir que Jonas peina à comprendre, car il n'avait jamais connu cette sensation. Il n'avait ni soeur ni frère, il n'en avait jamais eu, la seule famille qu'il gardait en mémoire était son père, un être cruel et malfaisant, apôtre du massacre et de la violence absolue, icone d'une barbarie que Jonas peinait à oublier.
Un nouveau broc fut apporté et déposé sur la table par la jeune serveuse. Fait nouveau depuis la précédente fois, elle avait les mains tremblantes, peinant à déposer le récipient sur la table d'un main alors qu'elle en tenait un autre, vide celui-ci, le long de son corps. Le Mage la débarassa et d'un geste délicat de la main, l'invita à repartir. Mais elle semblait hésitante et une nouvelle fois, le sorcier glissa sa main sur la sienne, un peu plus longtemps. Lorsqu'il la délaissa, les tremblements cessèrent et le visage de la serveuse sembla reprendre des couleurs. Il esquissa un rapide sourire puis revint sur Isis.

-Il ne me serait en aucun cas possible de nier la grandeur des femmes dans certaines situations. Autrefois, j'ai vu des femmes de pouvoir accomplir bien plus de choses que les hommes. Il existait des reines émérites dont les empires avaient de quoi faire trembler le Grand Alexandre, j'ai vu des Pharaons plier le genou face à la volonté de femmes. Qu'elles puissent désormais acquérir des droits ou des fonctions supérieures est un aboutissement nécessaire.

Il tira sur son cigare une nouvelle fois.

-Ainsi, il serait bien mal avisé de ta part de ne pas développer d'ambition plus étoffée qu'une vie de saltimbanque, tout autant qu'il serait mal avisé de ma part de juger de tes choix. Tu as cependant ma sympathie vis à vis de ta situation. Ta soeur serait-elle donc atteinte d'un mal?

A peine sa question posée, un grand fracas de verre brisé résonna dans toute la salle en même temps qu'un cri de douleur fut poussé accompagné de bois éclaté. Au niveau du comptoir, la jeune serveuse se tenait hébétée devant les trois individus dont l'un d'eux gisait à terre, affalé au milieu des débris de son tabouret cassé et de multiples fragments provenant du broc dont l'anse était enserrée dans les doigts de la serveuse. Un long silence s'installa et Jonas ricana en douceur

-Cela a été plus rapide que je l'aurais escompté... dit-il simplement, sans vraiment prendre conscience qu'Isis pouvait l'entendre et même s'interroger sur son petit jeu sournois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Sam 1 Mar - 22:43

    Je ne comprenais pas pourquoi Crane se focalisait tant sur ces trois individus. Certes, ils étaient un peu bruyant mais dans l'ensemble, ils ne dérangeaient pas vraiment les autres, puisque tous parlaient dans leur coin, non ? Vu qu'il les avait dans son champs de vision, je lui proposais donc de prendre ma place. Mais il semblerait que cela ne change rien pour lui, comme s'il arrivait à lire dans leur coeur, à percevoir à distance qu'ils étaient de mauvaises personnes. Peut être qu'il réussissait à reconnaître les personnes qui lui ressemblaient ? Peut être, ou pas, je n'en savais strictement rien, pourtant, je ne pouvais qu'être intriguée par cela. En tout cas, je trouvais bizarre qu'il soit tant attiré par eux s'il ne les aimait pas. Bref, Jonas ne bougerait pas, il tira alors un cigare de sa poche pour l'allumer. Je lui disais donc que je n'avais pas tellement d'ambitions dans ce monde devenu complètement fou il y a de cela deux ans à peu près. Cela semblait néanmoins l'étonner, mais ma situation me convenait à merveille. Je ne voulais pas voir au delà de tout ceci mais mes dernières rencontres étaient un peu étrange, je dois l'admettre. Slobodan, Jezebel et maintenant Jonas. Ces trois personnes ne semblaient pas être totalement humaines. Slobodan était plus ou moins fou, Jezebel était une femme animale et Jonas avait plus de 2000 ans alors que physiquement il avait la cinquantaine. Dans mon esprit, il y avait donc de nombreuses équations à résoudre, pourtant, je restais assez logique avec moi-même. Je me disais que si le monde était devenu fou depuis quelques temps, les humains aussi pouvait devenir pour ainsi dire bizarre et j'avais croisé de parfaits exemples. La seule chose que je désirais le plus au monde était de pouvoir revoir ma soeur à mes côtés et non pas à l'hôpital. Mais Crane ne pouvait rien y faire, je ne savais même pas pourquoi je lui disais cela. La Serveuse revint alors avec une nouvelle carafe de vin. Elle ne semblait pas être au mieux, peut être qu'elle était malade, à moins que ce ne soit les individus que Marcus avait précédemment repérés qui lui faisait cet effet. En tout cas, mon invité réussit à la calmer un peu, enfin, j'en avais l'impression, il lui avait pris la main plus longuement que précédemment, comme s'il agissait sur elle. Voulait-il vraiment la calmer ou faisait-il autre chose ? Je n'en savais rien, mais plus rien ne m'étonnerait avec lui. Pas qu'il soit si surprenant que ça, mais vu ses connaissances, il n'était pas un simple humain, sinon, il n'aurait pas pu faire ce bon dans le temps. Enfin, peut être que ce n'était pas sa faute après tout, je ne savais rien sur ce type après tout. Les indices convergeaient vers la théorie qu'il avait fait un bond dans le temps pour arriver à notre époque, mais peut être que ce n'était pas encore ça. Bref, il reprit la parole. Il semblait approuvé que la femme puisse jouir de plus de pouvoir dans la société. Ceci semblait même être un aboutissement logique. Il savait de quoi il parlait, ça se sentait. Puis tirant à nouveau sur son cigare, il me dit que je devrais avoir plus d'ambitions, mais qu'il respectait le choix que je faisais. Bien, c'était un type bien, même si au fond, dans une autre situation, ce ne serait peut être pas la même chose. Il me demanda alors si ma soeur était atteinte d'un quelconque mal.

    " Ma soeur est dans le coma, c'est un sommeil très profond. Elle est dans cet état depuis un accident très grave, elle n'est pas morte, mais elle est maintenue en vie grâce à des machines fabriquées pour cela. "

    J'avais essayé de bien lui expliquer les choses le plus simplement possible. Je ne savais pas à quoi cela l'avançait mais il connaissait à présent la situation de ma soeur. Alors que je venais de lui répondre, un bruit se fit entendre dans la pièce. Que se passait-il ? Un des trois types venait de se casser la figure par terre, son tabouret ayant semble-t-il céder, mais aussi le pichet de vin que la serveuse tenait était au sol. Étrange situation qui semblait ravir Crane. En était-il à l'origine ?

    " Je me demande ce qui est le plus marrant. Le type qui se vautre par terre à cause du tabouret, ou le pichet de vin qui s'éclate par terre ... "

    Et je souriais à ces propos. Il prendrait ça comme il voulait. Je ne me doutais pas une seule seconde qu'il pouvait être à l'origine de ceci cependant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Dim 2 Mar - 7:57

Jonas ricanait en regardant le spectacle qui se produisait près du bar. Toute la salle avait les yeux rivés sur la serveuse et les deux individus encore valides, qui tous trois, hébétés, se regardaient et observaient le troisième larron inconscient sur le sol. Bien évidemment, seules cinq personnes dans l'assistance étaient au fait de ce qui s'était produit réellement, mais l'une d'elle ne pouvait le témoigner, deux autres essayaient encore d'analyser la situation et la quatrième cherchait encore à savoir ce qui l'avait poussé à agir ainsi. Crane était donc le seul à connaitre l'ensemble de la vérité, ce qui bien entendu n'était pas pour lui déplaire et s'en délectait par le biais de son égo. Ce qui le flattait moins en revanche c'est de comprendre qu'Isis et la majeure partie de l'assemblée n'avaient rien vu et se demandaient ce qui avait bien pu se produire. Mais dans le fond, ce n'était pas si mauvais que ça, ainsi Jonas pouvait s'amuser tout en restant un minimum discret.

-Ce qui est amusant en réalité ma chère, c'est que l'individu au sol est le seul à pouvoir comprendre que se permettre est un choix et que tout choix à ses conséquences... Je crains fort que le pichet ait été brisé en premier, sur le crâne de ce mécréant et que dans sa chute, le siège se soit rompu. Maintenant il reste à savoir ce que vont faire les deux idiots restants. S'ils le sont, la serveuse va se retrouver dans une bien mauvaise posture...

Qu'Isis ne comprenne ou pas ses paroles n'avait que très peu d'importance. Il surveillait du coin de l'oeil ses deux proies et se rendit compte que pendant ce divertissement que lui seul pouvait réellement apprécier comme tel, le repas n'avait toujours pas été servi. Et la faim devenait presque insupportable. Le pain il n'en restait plus un seul morceau et quand au vin, si bon pouvait-il être, ne nourrissait pas son homme. Les cartes étaient donc dans les doigts des deux individus restant au bar. S'il s'en prenait à la serveuse en représailles, l'attente du repas s'allongerait encore davantage dans le temps

Jonas laissa faire les choses comme elles devaient se produire, après tout de là ou il se trouvait, il ne pouvait rien faire. Il repensa alors à ce qu'Isis lui avait révélé sur sa soeur et sur son incapacité à se réveiller. Le Mage ne connaissait guère ce genre de chose, il avait beau fouiller dans sa mémoire, il ne se souvenait pas d'une situation similaire ou une personne se trouvait enfoncée dans un sommeil profond suite à une blessure. La seule chose dont il était certain, c'est que sa compagne de table en était affectée de toutes évidences. Que pouvait-il dire dans cette situation, il peinait à trouver la réponse. Après tout, dans le fond, il n'en avait que faire, cette jeune femme lui servait essentiellement de guide pour s'introduire dans cette cité, et une fois qu'il l'aurait quitté, il ne s'en soucierait pas davantage. Pourtant, certaines choses qu'elle avait dite à propos d'elle la rendait encore plus ou moins utile pour le mage. Après tout, ne travaillait-elle pas dans un endroit de loisirs, le genre d'endroit ou beaucoup de monde se rend pour passer du bon temps, peut-être même des personnes d'une certaine influence? Dans un cas comme celui-là, ne serait-il pas avisé pour le Mage d'avoir une entrée quelque peu privilégiée dans ce genre de milieu afin de pouvoir être au centre des choses, et d'agir à sa guise? Selon toutes vraisemblances, il n'était pas nécessaire de passer de nombreuses heures à se poser une telle question. La réponse venait d'elle-même. Isis était une charmante jeune femme sympathique, qui sans conditions avait cherché à aider un inconnu quelque peu perdu dans un univers qui n'était pas le sien, un peu de compassion, même si elle n'était pas d'une grande véracité, ne représentait qu'un investissement lucide qui saurait être profitable dans le temps.

-Un coma m'as tu donc dit? C'est un mal qui m'est inconnu...Des machines qui la maintiennent en vie, ca c'est fascinant. Si de telles choses existent, dans ce cas, n'y a-t'il pas une once d'espoir pour qu'elle puisse se réveiller?

Jonas ne savait guère si ce genre de parole pouvait réconforter, mais après tout, il n'était pas vraiment des plus doués pour ce genre de compassion. De plus, s'il était sorcier, il était aussi bien piètre guérisseur, capable tout au plus de soigner de faibles blessures. Ce pouvoir là, ne pouvant en user pour lui-même, il n'avait eu utilité pour pour prolonger des tortures autrefois. Mais il existait des Mages dont les facultés de guérisons dépassaient l'entendement, cependant, Jonas ne pouvait le révéler à cette mortelle, car s'il le faisait, il risquait fort de se démasquer lui-même. Et puis, que pouvait-donc lui apporter cette soeur blessée si ce n'est absolument rien de particulier.
De l'autre côté de la salle, les choses commençèrent à changer. Les deux trublions avinés semblaient avoir repris leur esprit et être sortis de leur torpeur. La violence emplissait nettement l'air ambiant, ce qui indiquait qu'ils avaient pris conscience de l'acte de la serveuse qui n'en menait pas large. Jonas avait faim, il fallait donc intervenir. Malheureusement, si sa petite manipulation sur la serveuse avait fait mouche sans altérer sa discrétion, intervenir manu militari sur les deux individus restant impliquait une augmentation des risques d'être découvert, ou plutôt certaines aptitudes. Que devait-il faire exactement, il ne pouvait le dire. Tuer les marauds? Non c'était exclu, cela attirerait bien trop l'intention sur lui, tout autant que les petites supercheries mentales qu'il aimait à usiter. Sans même fournir la moindre explication à Isis sur ses intentions, le Mage se redressa et marcha droit vers le comptoir

Avant que les agresseurs se décident à agir contre la serveuse qui reculait devant leur évidente hostilité, Jonas s'interposa entre eux, tournant le dos aux assaillants, les ignorant ouvertement.

-Ma jeune amie, il me semble que nous ayons une requête alimentaire qui n'a toujours pas été satisfaite. Serait-il nécessaire d'exiger de vous qu'elle soit honorée, cette requête. La faim me saisit, et je n'aime guère attendre!

Ahurie, la jeune femme le toisa mais ne répondit pas. En réalité, le Mage savait qu'elle serait fort heureuse d'acquiéscer à sa demande, surtout si elle lui permettait de se soustraire à la colère des deux hommes qui se trouvaient derrière le sorcier. Sans demander son reste, la jeune femme disparut dans les cuisines, ce qui donna des ailes à la colère de ses agresseurs. Jonas, sans se retourner, fit légèrement basculer sa tête sur le côté pour s'adresser à eux

-Quand à vous deux, prenez votre compagnon et partez de cette taverne sur le champ, avant que je n'oblige cette femme à user d'une autre arme plus fatale qu'une cruche pour se défendre. Votre temps est compté marauds et je vous prie de croire que si vous me faites attendre, ces verres que vous avez bu auront été les derniers que vous aurez vu.

La dessus, Jonas revint vers la table et reprit place. Il vissa son cigare dans la bouche et en tira une bouffée, tout en maintenant un regard dur et froid à l'adresse des deux hommes au comptoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Lun 3 Mar - 23:39

    J'avais du mal à comprendre pourquoi ces types l'intéressaient autant que ça. Ainsi la serveuse avait fracassé le pichet de vin vide sur la tête du type qui était là, gisant sur le sol. Cette même serveuse qui était venue chercher le pichet, et celle-là même que Jonas avait pris pour ainsi dire par la main. Est ce qu'il était à l'origine de cela ? Je ne voyais pas comment ceci était possible mais il semblait se délecter de cette situation. Tout le monde, plus ou moins avait les yeux rivés sur ce qui était en train de se passer près du bar. Personnellement, je m'en fichais pas mal, enfin, un peu, même s'il était intéressant de savoir ce qui allait se passer par la suite. Les deux jeunes gens qui étaient encore debout allaient-ils s'en prendre à la serveuse ? Possible, mais ce serait quand même mal vu s'ils s'amusaient à la draguer ou à carrément la harceler.

    " Vous pensez que les deux autres vont s'en prendre à la serveuse ? "

    Ma question semblait être un peu naïve, mais je n'y croyais pas. Je n'attendais pas vraiment de réponses même si j'étais persuadé que Crane allait y répondre. En tout cas, ce remue ménage avait considérablement ralenti le service. Enfin, pour moi cela n'avait guère d'importance, mais pour Jonas cela devait en avoir une, vu qu'il avait parcouru de nombreux kilomètres. Il revint alors sur ma soeur. Il ne connaissait donc pas le mal qui l'avait atteint, même s'il trouvait cela fascinant que des machines la maintiennent en vie de façon artificielle. Il me dit alors qu'il était possible qu'elle se réveille un jour, peut être. L'espoir était bien présent, oui, mais depuis le temps, il était plus maigre de jour en jour.

    " Si bien sur, l'espoir est là, mais il est chaque jour de plus en plus faible, mais on ne sait jamais. Enfin bon, c'est comme ça. "

    J'étais presque gênée de parler de ça devant lui alors que c'était moi-même qui avait lancée cela dans la conversation. Il ne pouvait rien y faire quoiqu'il arrive alors. C'est alors qu'il se leva d'un coup sans prévenir. Qu'est ce qu'il allait faire ? Il semblait se diriger vers les deux jeunes personnes qui étaient au tour de la serveuse. Il voulait se mêler de la bagarre ? Ou peut être simplement l'éviter ? Rien de tout cela, il demanda simplement à être servi le plus rapidement possible car il avait faim. Étrange, cet homme était de plus en plus étrange, mais que pouvais-je faire face à lui ? Pas grand chose, j'en avais bien peur. Puis il parla avec les jeunes gens. Je ne distinguais pas clairement ce qu'il pouvait leur dire, mais il semblerait qu'il les menace, leur demandant de partir. Puis il revint vers moi, et reprit son cigare. Il regardait les deux hommes au comptoir avec un air mauvais, comme s'il allait les foudroyer s'ils ne partaient pas. Et comme par enchantement, ramassant leur compagnon, ils s'en allèrent le regard mauvais à l'encontre de Jonas. Qu'avait-il bien pu leur dire ? Je voulais lui demander, mais à quoi cela m'avancerait ?

    " Il semblerait que la petite attraction de la soirée s'en aille. Vous pourrez déguster votre repas tranquillement ainsi. "

    Alors qu'ils sortaient dehors pour ne plus revenir semble-t-il la serveuse arriva avec nos plats. Nous allions pouvoir manger, enfin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Mar 4 Mar - 20:40

Sur la table, deux assiettes garnies furent déposées par une jeune femme en proie à un visible malaise. Elle tremblotait, encore victime des afflux nerveux et des dépenses d'adrénaline que la situation avait déclenché chez elle. Son visage était blême et son regard vacillait entre Jonas et Isis. Elle resta là, immobile, alors même que les plats qu'elle avait apporté avaient été disposés devant les convives. Il y'avait à la fois de l'appréhension et de l'hésitation dans son attitude, et tirant sur son cigare, Jonas l'ignora et maintint son regard sur Isis. Il avait obtenu ce qu'il voulait, le sort de la serveuse ne représentait désormais plus le moindre intérêt. Ainsi était Jonas, protéger l'opprimé était un jeu qui devait valoir la chandelle, et dans la situation présente, la chandelle n'était ni plus ni moins que l'assiette qui se trouvait à portée de ses doigts. L'assiette étant posée sur la table, prête à être dégustée, la chandelle n'avait plus aucune raison de bruler, et de ce fait, de la serveuse il n'en avait plus besoin et n'en avait cure. En proie à un stress nerveux intense, la jeune femme s'effondra en larmes sans que Jonas ne détourne, ne serait-ce qu'un simple instant, son regard vers elle.

-Merci, finit-elle par dire avant de s'éloigner d'une traite

Elle tentait de masquer ses larmes dans son torchon qu'elle promenait sans cesse sur son épaule pendant son service et disparut dans la pièce attenante à la salle derrière le comptoir. Débarassé de la présence de la jeune femme, Jonas lâcha son cigare dans le cendrier et reporta toute son attention sur l'assiette.
La pièce de viande était honorable, grillée comme il le fallait, même si la taille de cette dernière n'en menait pas large avec les souvenirs de ripalle qui trainaient dans un coin de son esprit. Mais Jonas se souvenait également qu'il n'avait rien mangé d'aussi digne depuis qu'il s'était retrouvé prisonnier des Falls, et cracher sur cette auge était un luxe qu'il ne s'offrirait pas ce soir. L'entrecôte partageait son espace de présentation avec un petit fagot de légumes verts en pointes ainsi qu'une poignée d'obélisques blondes et dorées. Si les pointes lui rappelaient vaguement quelque chose, les obélisques quand à elles ne signifiaient absolument rien et excitaient sa curiosité. Malgré tout, ce fut la viande qui eut le droit aux premières faveurs du Mage. A un petit détail cependant, Jonas dut observer Isis prendre les petits outils d'alimentation pour comprendre leur fonctionnement. Par chance, si leur forme était quelque peu inconnue pour le mage, enfin surtout en ce qui concerne la petite fourche multipointes, il connaissait déjà la façon de s'en servir, car il n'y avait guère de différence avec ce qu'il avait pu connaître. Hormis le fait qu'à la place d'une fourche, on se servait de ses doigts. Simple détail auquel le sorcier remédia sans peine puisqu'il placa son doigts sur un coté de la belle tranche de gibier et agrippa sa dague a la ceinture. Les vingt cinq centimètres de la lame tranchèrent vivement la pièce de chair grillée et en détachèrent un morceau de belle taille qui n'eut guère le temps d'apprécier l'air ambiant. Sitôt arraché, sitôt ingurgité. Les dents du sorcier déchiquetèrent la viande avec un certain régal, un évident délice. C'était parfait, agréable en bouche, doux avec le palais et tendre comme jamais. La satisfaction que dégageait la mastication de cette viande aurait pu défaire n'importe quelle dépression nerveuse tant le réjouissement qu'elle provoquait était immense. Les légumes, certes moins attrayants, eurent cependant à un traitement de régal quasiment similaires à ceux de la viande, mais sur une durée beaucoup plus réduite. Ce n'était que des légumes, il n'y avait la pas de quoi s'extasier non plus, meme si la bouchée était agréable. Par contre, la surprise vint irrémédiablement des obélisques. Ces choses étaient craquantes et en même temps fondantes, et le gout qu'elles laissaient sur la langue et sur les papilles eut vite fait de mettre à mal les tendances discrètes du mage sur ses émotions.

-Par tous les diables des cercles infernaux, voila donc une taverne qu'il ne me faut pas perdre de vue. Comment pouvez vous donc avoir autant de coutumes si étranges et disposer d'aliments aussi prodigieux?Du vin pour les rois, de la viande pour des empires et ces choses croustillantes... Aussi saugrenue que soit cette contrée, je commence à m'y plaire

Il laissa apparaitre sur son visage un bref sourire à l'encontre de la jeune femme qui se tenait face à lui

-Il semble que tu ne te sois point moquée de moi en m'emmenant dans ce pitoyable endroit. L'apparence ne fait pas le guerrier. Grâce te soit rendue mon enfant, que de m'avoir permis de gouter de telles merveilles. Mais dis moi, maintenant que je sais ce que tu fais dans cette cité, peut être me faudra-t-il te demander de me renseigner sur les personnes d'influences de cette civilisation qui est tienne.

Jonas mettait désormais le pied à l'étrier. Il n'était point là pour compter fleurette ou autres simagrées, c'était un mage, un sorcier des ombres, et sa nature reprenait petit à petit ses droits, malgré la gentillesse de sa compagne de tablée, il avait d'autres priorité, et cette femme pouvait probablement lui apporter ce qu'il désirait. Nul besoin de la brusquer, mais il ne fallait pas non plus oublier que tôt ou tard, elle ne représenterait probablement plus grand chose pour le sombre individu qui lui faisait face
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Resquiecate In Pace... [Closed]   Jeu 6 Mar - 18:04

    La requête de Jonas concernant nos plats fut donc rapidement entendue. La serveuse nous les apporta dans les minutes qui suivirent, visiblement encore bien chamboulée par tout ce qui venait de se passer. Même si ce n'était pas véritablement commun, cela ne me choquait plus. Je n'avais jamais fracassée de pichets de vin sur la tête d'un client, mais bien souvent, certains le méritait amplement, je vous le promet. Mais là, je n'étais pas dans mes conditions de travail, simplement de cliente sympathique qui n'en demandait pas trop. Crane était un peu plus exigent, mais je pouvais le comprendre, pas les mêmes habitudes, et puis, il avait fait un long voyage. Pourtant, la serveuse resta là quelques instants devant nous, le regardant, me regardant, comme si elle avait quelques choses à se faire pardonner, ou simplement à nous dire. Marcus ne semblait pas la voir, il m'observait, tirant sur son cigare. Ce serait bien qu'il le finisse ou qu'il l'éteigne, car fumer durant le repas, ce n'est pas le top. La serveuse qui était là depuis quelques instants se mit à pleurer avant de lâcher un petit merci pour l'homme qui l'avait pour ainsi dire sauver de ces malfrats et elle s'en alla. Il l'avait pourtant bien ignoré, et pour cause, il avait eu ce qu'il voulait. S'il avait chassé ces types, c'était assurément pour avoir son assiette. Je ne le connaissais pas encore vraiment, mais je commençais à cerner celui qu'il était. Son ignorance vis à vis de la serveuse à l'instant m'avait appris plus de choses que durant les minutes qui avait précédées. Jonas était donc un homme qui avait facilement 2000 ans, du moins, il venait de cette époque là, ces habitudes et les coutumes qu'il connait ne sont plus vraiment les même. Ceci, je l'avais appris sur le chemin, en l'écoutant parler. Là, avec ce fait presque anodin, j'avais cru voir un homme plus perfide, qui s'était servi de ces trois bonhommes pour arriver à une fin imminente, à une faim tout court. La serveuse ne lui servait donc plus à rien. Pour le moment donc, j'avais encore une utilité pour cet homme qui cachait bien des choses, j'en étais persuadée. Il ne devait pas venir de New York, tout du moins à l'origine, il était du vieux continent. Mais son retour à notre époque avait du se faire à New York ou ces alentours. Une fois la serveuse hors de sa vue, il posa son cigare dans le cendrier et contempla son assiette avec une certaine délectation. J'avais déjà commencer à manger, le repas était très bon, comme toujours. Il semblait m'observer, peut être n'avait-il pas l'habitude de manger avec un couteau et une fourchette, peut être qu'il mangeait avec ces doigts. Quoiqu'il en soit, je ne l'attendais pas, et je ne lui expliquais rien à ce propos et il s'en sortit très honorablement. Il dégusta bien rapidement le contenu de son assiette et s'en extasia presque aussitôt. Pour la première un véritable sourire semblait trôner sur ces lèvres. Il était heureux de savoir que je ne l'avais pas mené dans un traquenard. Puis, vint dans sa bouche une requête bien étrange mais qui au vue de tout ce que j'avais pu observé le concernant me paraissait logique.

    " Chaque chose en son temps Jonas. Chaque chose en son temps. Finissons de manger tranquillement, avant de poursuivre votre exploration de la cité. Ne serait-il pas judicieux d'aller dormir un peu après ce bon repas ? Demain est un autre jour, profitez un peu voulez-vous, cela ne peut pas vous faire de mal. "

    Et je lui servais un magnifique sourire, levant mon verre de vin devant moi comme pour porter un toast, faisant un léger signe de tête. Il aurait toujours besoin d'une Isis Whitefield dans ces relations, quoiqu'il advienne, je pourrais toujours lui être utile, mais ça il le découvrirait bien assez tôt.
Revenir en haut Aller en bas
 

Resquiecate In Pace... [Closed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sorry, we're closed...or not ♥
» [CLOSED] Parrain
» Gif sivouplé ^_^ | CLOSED |
» [Closed] Kim Do Hoon ♥
» - Atelier d'Ini ♥ [CLOSED]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-