AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (pv) something always brings me back to you ft. théodore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: (pv) something always brings me back to you ft. théodore   Lun 10 Mar - 1:10

something always brings me back to you
ft. Théodore & Séraphina
Son regard glissait sur les traits de son visage qui se reflétait devant ses yeux. Dans cette glace. Elle s'observait, laissant ses iris passe sur le moindre de ses traits. Il allait la rejoindre. Doux possesseur de ses envies volages, de ses pensées volatiles. Depuis longtemps un homme n'avait habité ses pensées de la sorte, sauf son bien-aimé qui s'était laissé mourir après avoir entendu la vraie version de ce qui était arrivé. Théodore. Un homme qui la détesterait surement s'il apprenait ce qu'elle avait pu faire à sa tendre et douce bohème. Séraphina n'attirait qu'une haine dévastatrice, incapable de faire ressentir le moindre sentiment positif. Surement parce que la blonde n'aspirait rien de saint et de doucereux. C'était plutôt le contraire. Sa maladive jalousie l'avait transformé en ce monstre qu'elle était, qu'elle assumait. Elle s'approcha de la glace, retouchant le rouge contre ses lèvres, passant une main dans le doré de sa chevelure avant de repasser ses mains sur le satin rouge vif de sa robe. Ce soir, elle le rencontrait. Celui qui hantait le moindre de ses songes. Plus le temps filait, plus elle se sentait incapable de l'extirper de sa vie. La dépendance se faisait de plus en plus forte. Incapable de se défaire des moments, des contacts, du mal qui la rongeait quand elle se trouvait devant lui.

Elle poussa la porte de la salle de bain pour laisser cette ambiance sulfureuse reprendre place autour d'elle. En avance. Elle était arrivée avant l'heure convenue et elle attendait de voir les traits de Théodore se dessiner devant elle. Ses iris céruléens le cherchaient. Avide de le retrouver pour combler ce manque qui se faisait de plus en plus présent. Ce vide a même de lui transpercer le ventre sans qu'elle puisse le combler d'une façon quelconque. Ses yeux s'attardèrent à quelques silhouettes avant qu'elle ne tombe sur lui. Ce charme sombre qui lui était particulier. Cette fossette qui naissait contre sa peau quand un sourire faisait son apparition sur ses traits. La blonde se fondit dans la foule, ses yeux rivés sur lui. Elle allait à sa rencontre, elle s'approchait sans le moindre bruit pour venir se glisser dans son dos. Il put sentir sa présence. Cette présence qu'il commençait à connaître. Ils n'en étaient plus à cette première fois. La première fois qu'elle avait rencontré celui qui la faisait brûler lentement de l'intérieur, alors qu'il lui dictait une histoire qu'elle connaissait trop bien. La mort de celle qu'il aimait. Le mensonge la connaissait trop bien, elle n'avait fait que jouer ce foutu jeu, restant la séductrice qu'elle était, la bête sauvage.

Le souffle de la daybreaker qui se perdit sur sa nuque alors qu'elle s'approcha dangereusement de lui, laissant ses mains parcourir la peau de ses bras en une caresse bien lascive. Elle n'aimait pas entendre, surtout quand il était question de lui. Caresse suave de son souffle qui se perdit sur sa peau alors qu'elle y souffla quelques mots. « Tu aimes jouer avec ma patience.» Il savait ce qu'elle était, en partie. Une femme redoutable, tellement contraire à celle qu'il avait pu aimer par le passé et qu'elle avait soigneusement éliminée. Ses doigts jouèrent sur sa peau pendant un moment, se contentant de profiter de ce contact qui lui avait un peu trop manqué avant de rompre ce rapprochement pour le contourner. Ses iris pâles se posèrent dans les siens. Elle n'était pas amère. Un simple fait qu'elle avait constaté, peut-être aimait-il la faire attendre. Pourtant, elle était encore là à l'attendre, preuve que leur rencontre la rendait de plus en plus obsédée par lui. La demoiselle l'observa pendant un moment, la musique ambiante les entourait, cette impression que rien autour n'avait d'importance. Bien trop de sensation qui prenait place en elle quand elle se trouvait devant lui, quand il l'enfermait dans sa poigne masculine. Séraphina ne voulait pas l'avouer, le dire. Elle ne voulait pas qu'il remarque qu'un attachement était en train de se produire en elle. Un attachement qui causerait des dégâts. La demoiselle n'était pas une femme dont il était préférable de s'enticher.« Si on prenait quelque chose à boire?» Commencer la soirée en beauté. Laisser son corps se prendre dans cette sensation que lui procurait l'alcool. Son regard le délaissa le temps d'un instant, question de voir si une table était disponible, autant prendre place quelque part, quitte à partir de cet endroit plus tard dans la soirée. Ça n'avait pas réellement d'importance.


Dernière édition par Séraphina Sudworth le Dim 30 Mar - 5:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: (pv) something always brings me back to you ft. théodore   Dim 23 Mar - 0:40

Le silence d'une rue déserte. Le crissement de pneu d'une voiture trop rapide. Le miaulement d'un chat peu sociable. Le claquement de souliers en écho contre les murs. Des rires. Des gémissements. Une odeur de cigarette et de marijuana. De la fumée créant des dessins dans l'air. La musique qui ce frappe contre les murs de l'immeuble, cherchant sortir de cet endroit. C'était ce que percevait le métamorphe de l'ambiance entourant le Masquerade. Son pas était précis, rapide, son regard perçant et sévère sans aucune invitation à la rencontre. Un petit sourire apparut enfin sur son visage lorsque les néons de l'immeuble ravagèrent l'éclat de son visage détruisant son masque de glace.

La vie autour de lui avait prit une vitesse à laquelle il n'avait pas habitude. Une vitesse terrifiante, accablante. Depuis la mort de Gypsy, Théodore ce comportait comme une âme errante sans ambition. Pas qu'il voulait mourir, il c'était battu beaucoup trop longtemps pour sa propre vie pour accepter d'abandonner le jeu. C'était plutôt qu'il n'y avait pour lui plus aucun intérêt dans l'endroit où la vie voulait bien le mener. Il lui semblait qu'à chaque fois qu'il s'attachait à quelqu'un, on lui arrachait ce bonheur. Jusqu'au jour où cet ange blond aux ongles perçant sa chaire, lui tomba dessus....

Le lycaon était facilement possédé d'un sacré mal de tête. Elle pulsait à un rythme accablant donnant l'impression qu'elle pouvait exploser à tout instant. L'alcool n'avait que trop d'effet sur son corps engourdit. Peut-être en abusait-il un peu trop depuis quelque temps. C'était un moyen rapide et efficace de s’évadé loin de tout. Il savait que ce soir serait l'un de c'est soir couvert d'ivresse et de passion qui le mènera jusqu'au lendemain matin avec cette fameuse pression au cerveau.

La musique lui procura un long frisson dès qu'il entra dans cet endroit bouillant de sensualité. Son regard électrique sonda la pièce du regard et ne rencontrant pas la femme qu'il attendait, il ce contenta de ce diriger vers le fond de la pièce, ce disant qu'elle finirait par lui apparaître. Il savait qu'elle l'attendait depuis probablement un bon moment déjà. C'était pour lui un moyen de contrôler la situation. Un long frisson parcouru son échine lorsqu'il senti un souffle dans sa nuque. De douce mains apparurent dans son champs de vision alors qu'elles dévalaient ses bras. Il l'a reconnu, même s'il ne la voyait pas encore, cette femme qui n'avait que l'apparence d'un ange. Jamais il n'aurait cru être capable de ressentir ce besoin de proximité avec une personne aussi turbulente, violente. Il ne savait pas ce qui lui prenait, ce qui l'attirait vers elle, mais il était certain qu'il lui était incapable de ce défaire de ce goût qu'il avait pour elle. Séraphina lui était apparut au bon moment, le sauvant de ces pensés. Elle lui permettait d'oublier la douleur de sa perte. Elle lui permettait d'évacuer toutes ses émotions dans une sauvagerie sensuelle. Au début il c'était laisser aller dans ses bras, ce disant que cela n'arriverait qu'une seule fois, et maintenant ils ce rencontraient de plus en plus souvent, assoiffé du corps de l'autre.

Il gardait tout de même une certaine réserve avec elle. Par exemple il n'avait pas trouver le courage de lui révélé son turbulent passé, de lui parler de son long voyage sous la forme d'un chien sauvage d'Afrique qui dura plus de 752 ans. En fait, au début, il n'y avait pas eu réellement place à la conversation. Puis le temps avait passé et il ne voyait pas réellement comment lui révélé qu'il était un fou capable de ce transformé en une bête avide de chaire. La seule qu'il était certain qu'elle connaissait, était la mort qui le hantait. Il lui arrivait d'en parler, dans ces moments de faiblesses.

Elle le contourna et la main droite du lycaon vint automatiquement ce loger contre la hanche de la demoiselle. Son regard ce planta dans le sien, sans parler, avant de lui sourire de façon espiègle « Mais de quoi parles-tu donc? Je ne joue avec rien du tout, je ne l'oserais pas... » . Sa main caressa le dos de la blonde, comme s'il cherchait à adoucir cette dame avec laquelle il adorait jouer. Jouer pour mieux voir ces yeux brillé d'émotions. Jouer avec son orgueil pour qu'elle le mordre plus fort encore que la fois précédente. Il laissa glisser sa main vers le bas de son dos, puis la retira, ce tournant vers le bar « Et qu'est-ce qui plairait aux goût de madame ce soir? Peut-être quelque chose d'épicé sur la langue, d'un peu corsé? ». Il adorait jouer avec les mots, un petit plaisir qu'il n'avait pas plus ce permettre sous sa forme de canidé. Il aperçu un couple quittant une table et ce dit que c'était certainement leurs chance de pouvoir ce poser un peu dans cet endroit mouvementé. En ce dirigeant vers cet endroit, Théodore passa tout près d'elle, collant son corps au sien, avant de rapidement partir, poursuivant son chemin, lui faisant signe de le suivre. Le jeu pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: (pv) something always brings me back to you ft. théodore   Dim 30 Mar - 1:54


Something always brings me back to you. It never takes too long. No matter what I say or do, I still feel you here 'till the moment I'm gone. You hold me without touch. You keep me without chains. I never wanted anything so much than to drown in your love and not feel your reign. Set me free, leave me be. I don't want to fall another moment into your gravity.théodore & séraphina

something always brings me back to you
Un jeu. Un jeu amplement dangereux. Le risque de se brûler était encore présent, laissant une crainte qu'elle ne pouvait nier. L'envie de commettre les mêmes erreurs, de le voir s'effacer de sa vie devenait de plus en plus insupportable. Peur prenante, peur à même de faire pulser le sang dans ses veines, de faire naître cette nervosité incontrôlable. Hors de question qu'il sache, qu'il apprenne ce qu'elle avait pu faire à l'être qu'il avait aimé. Aucun remords ne la prenait quand elle tuait, quand elle sentait le corps de sa victime s'écrouler contre le sol. Elle était un monstre. Ce monstre qu'il avait aisément décrit en parlant de la mort de cette femme qu'elle avait tuée. Un secret qu'elle taisait, qu'elle enfouissait dans l'intention de ne jamais le révéler, en parler. La perdre était une trop grande perte pour qu'elle le risque, pour qu'elle risque cette vérité qu'elle niait sans trop de mal. Le mensonge. Vérité déformée à souhait. Parole qu'elle manipulait sans le moindre mal. La demoiselle n'était qu'un poison toxique à même de détruire lentement l'existence de ce dernier. Trop égoïste pour partir, pour le laisser en paix. C'était simplement hors de question.

Son regard se posait sur lui. L'envie de sentir le corps de Théordore contre le sien se faisait prenante, enivrante. C'était plus fort qu'elle, cette foutue attirance à même de la détruire lentement, à même de la rendre encore plus folle qu'elle ne l'était déjà. Elle se leurrait de cette dépendance inavouée. De cette dépendance qui se faisait ressentir dans la moindre parcelle de son corps quand il était hors de son champ de vue. Théodore était le seul à avoir un certain contrôle sur elle, à prendre le dessus sur la bête qu'elle pouvait être. Il se jouait d'elle, sans qu'elle ne perde patience, sans qu'elle ne s'emporte. Ce foutu contrôle dont elle était simplement incapable de se détacher. Séraphina jouait à sa façon. Usant de ses charmes pour le rendre fou, jouant de cette proximité qui la faisait vibrer de part en part. Comme à ce moment précis où elle s'approchait, laissant le bout de ses doigts jouer sur cette peau qu'elle connaissait trop bien, restant à l'affut de la moindre réaction qui pouvait passer sur sa peau. Ce jeu. Ce jeu qui se faisait ressentir dans la moindre parcelle de son corps. Prémisse de sensation à même de la faire se tendre, se cambrer. Elle se détourna, passant devant lui afin de pouvoir poser son regard dans les yeux céruléens de son compagnon. Il jouait. Elle le savait. La demoiselle commençait à le connaître, à savoir ce qu'il faisait. Elle se mordit la lèvre un instant quand il posa sa main contre sa hanche. Contact qu'elle aimait trop ressentir. Détestant cette dépendance prenant à lui. « Ne fais pas l'ignorant.» À son tour, elle adoptait cette voix emplie de sarcasme et de ce charme qui était particulier à la blonde. Elle fit un pas, réduisant fortement la distance entre eux, se collant pratiquement contre ce corps à même de la faire vibrer de ce désir prenant, de cette attirance hors pair. Trop longtemps. Trop longtemps qu'elle n'avait pas ressentit ce genre de sensation déstabilisante.

Il s'éloigna. Elle ne bougea pas, se contentant de suivre la direction de son regard du sien. La sensation du vide, de ce manque qu'elle ressentait trop souvent pris place contre son épiderme trop rapidement. La demoiselle se maudissait mentalement d'être inapte à se passer de lui, de sa présence. Elle fit un pas, observant les alentours avant de reposer son regard sur à ses propos. Un sourire en coin vint rapidement se poser sur son visage, l'illuminant des sous-entendus qu'il devait connaître sur le bout de ses doigts. Contacts furtifs. Touchés futiles à même de réveiller ses sens qui ne manquaient pas de monter en flèche. Le visage de la blonde restait de marbre, ne voulant pas lui donner trop vite, lui montrer à quel point elle était incapable de se passer de lui. Trop orgueilleuse pour avouer quoi que ce soit. Trop têtue pour le dire. Il devait s'en douter pourtant, il devait le savoir. Un souffle. Un murmure empli de sous-entendus, trop soutenu pour qu'il n'en comprenne pas le sens. « J'adore tout ce qui est brûlant.» Il passa. Elle emboita le pas. « Tu le sais très bien.» Elle parlait de cette passion à même de les brûler de l'intérieur pour les détruire trop lentement, dans cette souffrance hors norme et prenante. Roulement de hanches. Claquement de talon. Elle le suivait. Elle lui obéissait pour mieux prendre le dessus par moment, pour le déstabiliser. Arrivée à la table, elle s'approcha dangereusement à son tour, laissant ses doigts courir sur son torse pendant quelques secondes, y dessinant ces pectoraux qu'elle connaissait trop bien. « Je te laisse choisir pour moi. Je pense que tu seras apte à choisir ce dont j'ai envie.» Mots soufflés contre ses lèvres. Souffle glissé trop près de lui pour qu'il ne les manque. « Tu commences à savoir mes envies. Mes goûts.» Un sourire provocant. Elle se détourna pour contourner la table et y prendre place, passant une main dans cette crinière blonde indomptable pour tenter de la replacer. Relation emplie de mensonge. De secret. Ils se contentaient de jouer ce jeu qui allait finir par les perdre, ne s'étalant que très rarement sur le passé, sur les secrets lourds qui pouvaient peser sur eux. C'était mieux ainsi. Vivre dans le présent. Ne pas poser des questions auxquelles elle n'avait pas envie de répondre. Elle savait pour cet amour perdu. Être qu'elle voulait combler. Qu'il ne pense plus à elle. L'oublier. Le regard de la belle ne le quittait pas, observant le moindre de ses faits et gestes. « À chaque minute que tu me fais attendre, tu prends le risque que je disparaisse.» Faux reproche qu'elle lui faisait, quoiqu'elle n'était réellement pas patiente. « Il faudra être prudent, mon cher Théodore.»

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
 

(pv) something always brings me back to you ft. théodore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I go back to black.
» Trac(k)back sur Colorado
» Trailer - Battlefield 3 Back to Karkand
» Back-Up TOTAL
» Annulation de Back-Up ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-