AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (pv) the way i am ft. wayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: (pv) the way i am ft. wayne   Mar 11 Mar - 0:24


And I am, whatever you say I am. If I wasn't, then why would I say I am? In the paper, the news everyday I am. Radio won't even play my jam. 'Cause I am, whatever you say I am. If I wasn't, then why would I say I am? In the paper, the news everyday I am. I don't know it's just the way I am wayne & séraphina

the way i am
Cela faisait un moment qu'elle tentait de trouver la moindre information sur lui. Lui qu'elle pensait peut-être de sa famille. Ce ministre. Cet homme qu'elle tentait de connaître dans l'ombre, celui dont elle tentait de s'approcher. Ses pensées ne se résumaient qu'à quelques suppositions qu'elle se faisait, tentant de trouver la moindre ressemblance physique possible de les relier, de les rapprocher. Autre que quelques informations dans importance, elle ne savait pratiquement rien de lui, pas assez pour pouvoir relier son passé au sien ou trouver le moindre rapprochement familial. Hors de question de cesser les recherches ou d'abandonner cette investigation dans laquelle elle se plongeait, se demandant par moment pourquoi elle y mettait autant d'effort. Les quelques informations qui le concernaient tournaient autour de ses petites habitudes, celle qui n'avait pas réellement d'importance pour qui que ce soit. Ça en avait pour elle. Assez pour qu'elle puisse provoquer une rencontrer. Assez pour qu'elle puisse simplement forcer le destin. C'était ce qu'elle faisait depuis des années, changer le cours des choses et le modeler à sa façon. Forcer la main de ce destin qui privilégiait bien trop d'autres qu'elle.

Les rayons du soleil venaient jouer contre sa peau opaline, réchauffant cette froideur qui faisait partie d'elle, ce mal à même de la détruire lentement. Sa folie la poussait vers les bas fonds, vers cet enfer qu'elle s'était créé elle-même. Le destin. Le karma. Il finissait toujours par revenir et elle en avait la preuve, elle ne s'attardait pourtant pas à changer. Cette fatalité la rendait complètement paranoïaque, se demandant quand il allait pointer le bout de son nez. La demoiselle voulait éviter que ses efforts soient posés pour se terminer inutilement. Éviter ce karma qui ne semblait pas vouloir la lâcher. Hors de question qu'il revienne pour briser ce semblant de vie qu'elle était en train de se construire. Elle était simplement néfaste. Un poison à même de détruire. Un poison détruisant, rongeant. Hors de question que Théodore apprenne ce qu'elle lui cachait avec tant de volonté. Hors de question que ses actes ne lui reviennent au visage une fois de plus. Elle arpentait les rues. Forçant ce destin qu'elle aimait tellement défier, changeant simplement la suite des choses, l'avenir. Son avenir.

Le croiser. Le rencontrer. Le questionner. En apprendre un peu plus sur lui. C'était un but qu'elle poursuivait depuis quelque temps. C'est pour cette raison qu'elle se dirigeait vers ce café à une heure aussi matinale. Une robe simple qui tombait gracieusement contre ses formes. Sa chevelure qui coulait sensuellement contre ses épaules frêles. Le claquement de ses talons qui annonçait son arrivée. La façade du café qui se dessinait peu à peu devant ses yeux. Apprendre un peu plus sur lui pour pouvoir le croiser, loin de se douter qu'il pouvait penser que la demoiselle prenait une part importante dans la vie de Lawrence. Loin d'être la femme qu'il était. Un lien familial les unissait. Un lien qu'elle aurait préféré ne pas avoir avec lui. Une haine viscérale pour cet homme qu'elle méprisait profondément. Elle entra dans cet endroit, sans réellement d'intérêt, cherchant cet homme du regard. Wayne. Elle ne savait pas grand-chose de lui, ayant trouvé quelques informations à même de l'aider à imaginer son apparence. Il était ministre, ce n'était pas difficile de pouvoir mettre un visage sur son nom. Enfin presque. La demoiselle se dirigea vers le comptoir pour commander quelque chose, détournant les yeux à chaque fois que la porte du café se faisait entendre. Il n'était pas encore là.

Son verre entre les mains, elle se posa dans un coin tranquille, ayant une vue sur la fenêtre et cette fameuse porte dont elle était incapable de se détacher. Loin d'être une femme patiente, loin d'aimer cette attente qui lui semblait interminable, elle sentit son corps se tendre quand un homme poussa la porte du café. Un homme qui avait tout de séduisant. Regard perçant. Carrure imposante. Chevelure foncée. C'était lui. Ça devait être lui. Elle le savait. Elle s'en doutait. Ca ne pouvait être autrement. La blonde se leva de son siège pour s'approcher de lui, feintant de ne pas regarder ce qu'elle faisait, feintant de jouer la femme pressée et celle emplie de maladresse. Ce n'était pourtant pas le cas. Elle le percuta. Sans trop de douceur, laissant sa tasse s'écraser contre le sol, éclaboussant le sol du reste de son café qu'elle sirotait depuis quelques minutes. Son regard se planta dans le sien, posant une main contre son épaule, poussant quelques bouts de verre pour qu'il s'écarte de son passage.« Je suis vraiment désolée. Je n'ai pas fait attention à ce que je faisais.» Un sourire faussement navré se posa contre son visage. C'était le moment d'en apprendre plus sur lui. « Laissez-moi vous offrir un café pour l'inconvénient.» Il fallait seulement qu'il accepte.

(c) Bloody Storm



Dernière édition par Séraphina Sudworth le Dim 30 Mar - 4:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (pv) the way i am ft. wayne   Mer 26 Mar - 0:18


Les rayons de l'astre solaire s'invitaient pudiquement à travers les volets de la majestueuse fenêtre dominant la chambre du sorcier. Les paupières closes, un rictus déchirant ses lippes, le ministre envoya sa main baladeuse s'aventurer parmi les courbes voluptueuses de son invitée. Piètre femelle sans aucun intérêt, comblant sa solitude depuis le départ de sa douce Faith. Marionnettes entre ses mains grossières et avides de pouvoir. Réel misogyne aux intentions purement individualistes. Ces femmes ne représentaient que le dernier obstacle jusqu'à son plaisir ultime, inutiles lorsque l'objectif était atteint. L'isolement le terrorisait, le rendant aussi aigri que l'aurait pu être son vieux père. Seules leurs peaux laiteuses et leurs courbes féminines venaient apaiser son hantise. Celle-ci paraissait répondre à ses critères. Ensorceleuse le temps d'une nuit, perdant de sa magie face à la lumière d'un jour naissant. Ses traits éclaircis par la luminosité de la pièce vinrent voler une vilaine grimace au bellâtre. Abasourdi par un si hideux visage, alors que ses rétines polaires lui avaient transmis l'image d'une déesse exotique quelques heures plus tôt. La traîtresse fut éjectée du lit par un violent coup de pied. Guidée par la voix rauque et sinistre de son hôte, la jeune femme semblait s'essouffler à chaque mouvement, horrifiée à l'idée que le courroux de son partenaire vienne à nouveau s'abattre sur elle. Ses délicates mains se perdaient sous le tissu soyeux d'une robe, tremblantes et pressées d'ouvrir l'issue de secours. Encore sous l'effet de la colère, humilié jusqu'aux os, Wayne pointa son index menaçant vers l'inopportune, lui ordonnant de quitter les lieux. La suivant de son regard perçant, l'illusionniste se sentait bafoué par son propre comportement. Les délicieux nectars lui avaient tellement brûlé l’œsophage, qu'il en était devenu aveugle. Submergé par une cécité qui l'avait stupidement conduit à ajouter à son tableau de chasse, une créature venant tout droit des portes de l'Enfer. Sa carcasse épuisée vint se heurter contre le matelas. Les yeux fermés et la respiration régulière, le scélérat eut l'envie irrésistible de se laisser bercer par les bras de Morphée. Une légère brise insolente venait bercer l'espace, s'emparant de toutes les mauvaises odeurs. Cadavres de bouteilles et de cigarettes à moitiés consumées venaient décorer la pièce et apporter à son propriétaire, une véritable sensation de bien être.

Quittant sa demeure et déambulant parmi les rues de la Nouvelle-Orléans, l'américain rejoignit ce qui était devenu son temple ces derniers temps. Le Old Absinthe House. L'endroit dégageait une chaleur bienveillante, sublimée par la somptueuse cheminée au cœur de la pièce. Derrière le comptoir, le patron toujours aussi enthousiaste, adressait des sourires sympathiques à ces nouveaux clients. Les tableaux anciens habillant les murs venaient embellir l'atmosphère gracieuse trouvant son point culminant dans l'olympien piano aux notes d'antan. Les tabourets aux couleurs chaudes accueillaient des hommes désireux de retrouver la paix parmi les nombreux digestifs proposés. Cependant, l'envoûtement provoqué par le bar vint se briser dans ce verre s'abattant brutalement sur le sol. Secouant ses pieds dans l'espoir de dispenser son jean de ces quelques goûtes gluantes, Sudworth planta ses sphères bleutées sur la protagoniste de ce carnage. Magnifique jeune femme à la crinière dorée et aux yeux malicieux. Cet air espiègle lui rappelait quelqu'un. Il l'avait déjà aperçu dans les reliques précieuses de cet homme qu'il crut d'abord nuisible pour l'espèce féminine. L'heureuse élue, personnage ardent, mais à la maladresse ennuyeuse. Wayne venait de dénicher la perle rare. Vindicatif et extrêmement orgueilleux, il ne tarderait pas à l'ajouter à ses infortunées victimes dans le but d'anéantir le malfaiteur. « Vous venez de mettre au point votre plan élaboré avec soin pour m'attirer dans vos filets, avouez. » plaisanta-t-il, lui décochant un clin d’œil. Il l'observa, contemplant ses atouts sans aucune discrétion. Il aurait pu refuser son aimable suggestion, mais ses lèvres pulpeuses étaient bien trop tentantes. « Avec joie ! » s'exclama-t-il retirant sa veste. S'accoudant au comptoir, il ne tarda pas à solliciter le gérant, exigeant son meilleur digestif. Se retournant vers son interlocutrice, il ne put s'empêcher de songer à ses airs de femme dominante. Elle avait tout d'une beauté froide, mais il regrettait déjà le confort de ses potiches écervelées. « Vous êtes nouvelle ? Je ne vous ai jamais vu auparavant. » lâcha-t-il, portant à ses lèvres le liquide fiévreux d'un alcool fort. Les téléviseurs poussiéreux continuaient de diffuser la tristesse de l'aliénation humaine et la mélodie de l'instrument vedette venait y ajouter une touche de mélancolie. Depuis que la langue toxique de ce foutu animateur avait craché son venin, nombreux étaient ceux qui s'était retrouvés dans la misère, calomniés par un instant de pure faiblesse. Le volage préférait ne pas songer à sa propre réputation, évitant toute pensée le ramenant de force vers cette nuit où sa renommée venait tragiquement d'être achevée. « Wayne Sudworth, enchanté. » Il lui tendit la main en guise de politesse, il n'en avait que faire des règles de bienséance, mais il tenait tout de même à connaître le nom de ses conquêtes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: (pv) the way i am ft. wayne   Dim 30 Mar - 4:59


And I am, whatever you say I am. If I wasn't, then why would I say I am? In the paper, the news everyday I am. Radio won't even play my jam. 'Cause I am, whatever you say I am. If I wasn't, then why would I say I am? In the paper, the news everyday I am. I don't know it's just the way I am wayne & séraphina

the way i am
Sirène détentrice de bien trop de secrets. Avide de connaissance. De comprendre. Il faisait partie de son plan, comme elle faisait partie du sien sans le savoir. Scène dont elle ne le savait pas connaisseur, concernant ce frère qu'elle méprisait fortement. Elle. Elle ne voulait que savoir, qu'apprendre plus sur lui et s'immiscer dans sa vie pour assouvir les questions qui pointaient dans le fond de son esprit. Loin d'être celle qu'elle laissait paraître, inapte à cacher le caractère volcanique qu'elle possédait. Détentrice de bien trop d'atrocités pour qu'elle soit lavée de ses actes passés. Là. Elle se contenait du jeu, de cette fausse maladresse qui lui donnait la nausée. Ce n'était pas elle de se perdre dans ce genre d'endroit à l'ambiance trop chaleureuse, aux sourires forcés et aux faux semblants. La nuit était détentrice des actes malhonnêtes qu'elle ne cessait d'accumuler. Lui. Cet homme qu'elle épiait telle une voyeuse sans avoir envie de détacher son regard, cherchant la moindre faille pour le croiser, fabulant sur ce qu'il pouvait être ou les ressemblances futiles qu'ils pourraient avoir en commun. Elle le croisait. Ce n'était nullement le fruit du hasard, mais les détours calculés de la belle blonde qui avaient mené ses pas ici, à cette fausse rencontre qu'elle teintait des mensonges si aisément soufflés. Du coup d'escarpins, elle dégagea les quelques éclats de verre qui la gênait, adressant un regard charmeur au gérant pour s'excuser de l'inconvénient. Jouer la naïve ne servirait à rien, loin d'être un rôle où elle se sentait à l'aise, au risque de briser cette petite scène qu'elle montait précieusement depuis quelques instants.

S es iris incandescents ne manquèrent pas de se heurter à ce regard masculin, à cette analyse de sa personne qu'il ne manqua pas de faire sans se cacher. Ça ne lui faisait rien. Ça l'amusait plus qu'autre chose. « Suis-je si facilement démasquée?» La demoiselle arqua un sourcil adoptant une moue quelque peu déçue. Le but de la manœuvre n'était pas de se glisser dans ses draps, quoiqu'il était bien plus attirant que son imagination ne l'avait prédit. Les yeux de la demoiselle ne manquèrent pas de glisser le long de cette silhouette plus que masculine, lui arrachant un sourire amusé. L'envie de ne pas le savoir de sa famille était bien présente, puisqu'elle aurait pu jouer de ses charmes pour quelques étreintes sensuelles. Le temps d'une nuit. Rien n'était certain. Seul leur nom de famille pouvait les unir par le sang, mais ça ne voulait pas dire qu'ils possédaient le même père. C'était encore à prouver. Quelques pas. Elle se trouva simplement à ses côtés, jouant de quelques effleurements pour se retrouver à côté de lui, laissant une distance raisonnable les séparer. Ils étaient du même sang. Jouer de ses charmes serait un jeu particulièrement dangereux. Séraphina aimait se brûler les ailes. Se perdre dans des vices bien malsains. Ses esprits la quittaient doucement, mais se perdre dans ce genre de péchés ne lui avait jamais effleuré l'esprit. La blonde prit appuis contre le bar, commandant quelque chose à même de lui réchauffer le corps, de lui brûler la gorge, se calquant sur les envies de son interlocuteur. Ses yeux détaillaient le moindre détail de son visage, s'arrêtant sur le grain de sa peau, sur cette barbe naissante sur sa mâchoire carrée et ses lèvres dessinées et particulièrement masculines. Elle haussa simplement les épaules, portant son verre à es lèvres y laissant la trace parfaitement dessiner de ses lèvres. « Je ne suis normalement pas matinale. Ce qui explique autant de maladresse.» En effet. Sensuelle créature de la nuit qu'elle était, abusant des bonnes chances, des mensonges et des craintes qu'elle pouvait y trouver.

Elle croisa les jambes, laissant les tissus volatiles de sa robe glisser contre le satin de sa peau, dévoilant des charmes que la demoiselle ne cachait pas. À son nom, elle ne put que laisser un sourire étirer une fois de plus ses lèvres. Sudworth. Sudworth. Cet homme qui avait obsédé son esprit pendant trop de temps, sans qu'elle puisse se détacher de ce personnage. Loin de le connaître. Elle avait abusé de ses ressources pour parvenir à le croiser. Ses buts étaient encore flous. Ses envies n'étaient que passagères. La demoiselle glissa se main dans celle de son interlocuteur. Lui dire son nom complet ne faisait pas partie de ses plans. « Séraphina.» Ses yeux le détaillèrent encore quelques instants avant de se reporter à don regard qu'elle ne quittait plus. « Longue nuit Wayne?» La gêne ne faisait pas partie de son quotidien. Elle ne le connaissait pas. Qu'importe. Largement facile de voir ce voile de fatigue encore posé dans le fond ses yeux, effluve d'alcool qui pouvait encore s'extirper des pores de sa peau. Vices dont elle abusait trop souvent pour ne pas connaître les effets de ceux-ci sur le bout de ses doigts. Elle reprit sa main pour prendre une nouvelle gorgée de ce breuvage chaud à même d'éveiller lentement ses sens. « Enchantée de faire votre connaissance. La prochaine fois je tenterai une méthode d'approche plus originale. Je n'aime pas être démasquée si facilement.» Son index vint se poser contre le rebord de son verre, dessinant le rond parfait qu'il pouvait former. La blonde voulait en savoir plus. Le connaître. Le savoir. Comprendre ce lien qui pouvait les unir et répondre aux questions qui ne quittait plus son esprit. Se jeter dans le vif du sujet n'était pas la chose à faire. La douceur. Cette douceur qu'elle ne connaissait pas vraiment.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
 

(pv) the way i am ft. wayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hey dis, t'as pas de la vache qui rit ?! ▽ Cléophée L. Wayne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-