AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À l'improviste - Cordélia & Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: À l'improviste - Cordélia & Crystal   Lun 14 Avr - 19:45



"À l'improviste"
Elle s'empara d'un crayon khol et souligna ses yeux de noirceur. Il ne lui fallu ensuite que quelques minutes pour enfiler des vêtement à la propreté douteuse, fourrer grossièrement le peu d'affaire qu'elle s'autorisait à garder avec elle dans son sac à dos et quitter son refuge. Elle avait passé la nuit dans un appartement plus qu'insalubre du quartier français qu'un ami des combats lui avait proposé. Evidemment, il n'y avait ni eau courante ni éléctricité, il lui faudrait aller ailleurs pour se laver. Il était onze heure moins le quart lorsqu'elle quitta l'appartement, elle se rendit ensuite dans une petite boulangerie du quartier, commanda un muffin et alla directement s'enfermer dans les toilettes. Elle ferma la porte à clef et se déshabilla afin de pouvoir profiter ne serait-ce que d'un brin de toilette. Depuis qu'elle avait quitté le foyer familial, elle avait appris à se contenter d'un robinet d'eau froide pour se laver et utilisait les machines des appartements qu'elle occupait, lorsqu'elles existaient, pour son linge. Le reste n'était qu'une question d'habitude. Lorsqu'elle sorti des toilettes, elle s'empara du muffin qu'une serveuse lui avait gentiment posé sur la table, et de la note qui l'accompagnait puis quitta la boulangerie. Comme bien souvent, elle ne payait pas son repas mais elle savait que le temps qu'il fallait aux vendeurs pour comprendre ce qui venait de se passer lui était suffisant pour quitter la boutique. Elle s'enfonça dans un foule de gens, tous plus pressés les uns que les autres, en mangeant le muffin qui lui servait de petit-dejeuner. Crystal ne savait pas encore comment elle allait occuper sa journée, elle préférait ne rien prévoir. Elle irait certainement dans un centre commercial, histoire de récupérer un peu d'argent liquide et des cigarettes sur le dos de malheureux clients bien peu attentionnés. À vrai dire, la jeune fille s'interessait bien peu à l'argen t et voler dans les porte-feuilles ne lui procurait aucun plaisir mais elle savait qu'il fallait toujours avoir de la monnaie sur soi, et que tous ne pouvait pas se voler. Elle ne dépouillait personne, et ne prennait la plupart du temps qu'une partie de l'argent qu'un porte monnaie contenait. Il s'agissait seulement d'une assurance, son but n'était pas de nuire.

La jeune fille descendît les escaliers du métro, souriant vulgairement aux sans abris qui lui demandaient de l'argent. Elle méprisait les mendiants, et voyait en la mendicité le plus bas degré de l'exisence, l'échec d'une vie. En effet, elle était elle même "sans abris" mais avait appris à se débrouillait et n'oserai jamais demander de l'aide à quiquecesoit. Elle marchait, l'air non-chalant, en direction des rails sans pour autant compter y prendre le métro. Elle savait seulement que nombreux de ses clients potentiels traînaient par là-bas, et si, au détour d'une conversation entendue par erreur, elle pouvait se faire un peu d'argent, alors elle avait tout gagné. Elle s'asseya sur un banc, à côté de deux personnes âgées et face à un autre vieillard, debout, qui semblait la haïr d'occuper la place qu'il voulait malgré son jeune âge. Crystal ne comptait pas laissé sa place au vieil homme, elle était trop bien placée à côté de ce groupe de jeunes junkies et préférait écouter leur conversation. Rien de bien intéressant jusqu'à présent mais elle avait remarqué les traces de piqures sur le bras de l'un d'entre eux. Elle n'eut à attendre que quelques phrases pour que la conversation s'engage et qu'elle comprenne que le petit groupe était bel et bien à la recherche de drogue. Elle se leva d'un seul coup, laissant la place libre au vieillard qui s'empressa de s'assoire et marcha en direction d'un couloir qui semblait mener à un atelier de maintenance. Sur le chemin, elle empoigna le bras d'un des junkie, qui se laissa faire, et l'emmena avec elle.
"Je sais ce que tu veux, je peux t'en procurer, mais les temps sont durs, alors il va falloir être généreux."
N'importe quelle personne aurait sûrement réagit autrement que le jeune homme à l'action de Crystal mais la confiance ne s'était pas faite attendre. Très honnêtement, la jeune fille portait sur elle son attrait aux drogues, de même que le junkie. Ils étaient tous les deux le parfait stéréotype du dealer et du client, au seul détail que l'on eut pû échanger le rôle. En parlant, Crystal avait regardé le bras du jeune homme, et plus précisément les trâces de piqûres que le jonchaient. Il s'empressa de répondre.
"Pas mon bras, je touche plus à ça. Je sais que c'est rare, j'ai bien remarqué. J'ai arrêter de me piquer, trop dur à se procurer, j'étais trop en manque. Maintenant je prend plus que de la MD, quand elle est forte, elle surpasse complètement l'ecsta. Alors ce sera de la MD ou rien."
Crystal acquiesça, elle lui tendit un comprimé qui traînait dans son sac et lui tendit un bout de papier avec un numéro de téléphone.
"Dis moi ce que tu en penses, je peux en avoir gros. "
Elle partît.

C'était une époque difficile pour les drogues, et encore plus pour l'ecstasy et la MDMA. Le monde était bien trop moche tel qu'il était, les drogues le rendaient plus heureux l'espace d'un instant. Crystal avait laissé au jeune homme l'espoir d'une grosse cargaison, mais elle en doutait elle même. Elle n'avait plus eut de nouvelles de son fournisseur depuis des semaines, et elle n'avait aucun moyen d'en fabriquer elle même -ce qu'elle avait appris quelques mois auparavant mais dont les résultats étaient loin d'exceller. Elle réfléchît longuement quand à la manière dont elle pourrait se procurer à nouveau le fruit défendu.
CONNOR.
C'était un jeune homme à qui elle avait naguère l'habitude  de vendre mais elle avait appris, peu après qu'elle lui ai vendu un gros stock de MD, qu'il avait arrêté toute drogue, il devait certainement encore en garder chez lui. Elle savait où il habitait, puisqu'elle avait l'habitude de le rencontrer non loin et l'avait déjà vu rentrer. Il vivait seul, donc elle aurait juste à attendre dans la rue qu'il quitte son appartement, s'y immiscer, prendre son dû et partir. Un jeu d'enfant. La jeune fille remonta les escaliers de la station pour er alla attendre de l'autre côté des rails, afin de prendre le métro direct qui l'emmenerai chez Connor. Elle sauta dans la prochaine rame et, entre l'aisselle d'un homme et les cheveux crépu d'une femme plus petite qu'elle, attendit patiemment son arrêt. Après quelques minutes, elle poussa le monde qui l'entourait, avec de fausses excuses, et sorti. Elle reconnu bientôt la rue où elle avait si souvent rencontré le jeune homme. Elle s'approcha de l'interphone, cacha la caméra et sonna. Un homme répondit. Raté, il était encore là. Crystal alla donc s'assoire sur banc non loin de là, et patienta. Un moment calme et paisible comme la jeune fille en avait rarement ; c'était gênant, elle ne savait pas quoi faire. Penser ? Penser à quoi ? Elle ouvrit son sac à dos et en sorti un prospectus. Ses mains étaient occupées, elle se sentait mieux. Le prospectus ventait les qualités d'un vendeur de voiture d'occasion, ce qui était fort utile à la jeune fille, surtout qu'elle n'avait même pas son permi de conduire ! Encore ce  genre de pubs qu'elle avait accepté pour ne pas avoir à s'expliquer sur les raisons de son refus. Le papier était empli de caractère grossiers, entièrement noirs et blanc. La jeune fillle avait envie de le jeter sur le sol, elle se fichait totalement de ce qu'il représentait, mais cela lui était impossible, ses doigts crispaient le papier et ses yeux étaient rivés sur lui sans pouvoir le quitter. Quelque chose n'allait pas. Pourquoi mélanger le noir et le blanc de la sorte ? Et puis du gris ? Comment ça du gris ? Non non non, certaines choses ne s'associent pas. Comment peut on être mitigé à ce point ? Du noir, du blanc, du gris.. Et pourquoi pas plusieurs nuances de gris ? Il n'y avait rien de naturel à mélanger blanc et noir de la sorte. Soit quelque chose est blanc, soit il est noir. Crystal entrepris alors de séparer les caractère, comme avec l'héroisme de rendre la logique du monde, son manicheisme perdu. Elle utilisait ses ongles justes assez longs pour percer le papier et en détacher de petits morceaux, tous blanc ou tous noirs, qu'elle disposaient ensuite en deux tas différents. Quand au gris, elle le jetait avec un extrème énervement sur la chaussé, le laissant s'envoler comme le métissé qu'elle ne pouvait supporter. Tout à coup, quelque chose attira son attention sur le trottoir opposé : un homme quittait son appartement. Et qui plus est, l'homme qu'elle attendait justement de voir partir. La voie est libre, elle pouvait y aller. Elle devait y aller, puisqu'elle avait rendez-vous dans moins de  deux heures avec l'homme qu'elle avait rencontré plus tôt dans la journée (lequel lui avait renvoyé un message afin de prendre rendez vous pour une livraison plus importante). Cependant, le coeur de la jeune fille balançait, entre sa tâche loin d'être terminée de découpage de papier et son autre mission, livrée sur un plateau d'argent, d'aller chercher ce pour quoi elle attendait depuis plus d'une demi heure. Extreme dilemme ou extreme combat contre la maladie, cela revenait au même : c'était un combat contre elle même, duquel elle allait encore ressortir perdante. En un éclair de lucidité, Crystal empoigna son briquet et mis le feu à son prospectus. Dans la seconde qui suivait, elle sauta sur le papier enflammé et n'en découvrit plus que les macabres restes, carbonisés. Ceci dit, sa mission était accompli puisque le prospectus était désormais uni et portait les stigmates du sa brûlure dans un noir vif et profond. Dans la foulée, elle alluma une cigarette et se dirigea vers la porte du jeune homme. Elle se saisit d'une epingle à nourrisse qui traînait dans son sac et l'utilisa pour crocheter la serrure. Sans porter aucune attention au panneau indiquant l'interdiction de fumer, elle monta les escaliers sa cigarette à la bouche. Elle ressorti son épingle à nourisse afin de crocheter la serrure de l'appartement mais celle-ci était étrangement ouverte.
Crystal franchi alors le seuil de l'appartement et balaya la pièce du regard, à la recherche des endroits stratégiques : fonds de tiroirs, arrière de cadres, bibliothèques. Elle commençait tout juste à ouvrir le premier tiroir lorsque un bruit sourd alerta son attention. En se retournant, elle fit face à une jeune fille, les cheveux longs et bruns, plus ou moins aussi grande qu'elle qui la regardait avec un certain questionnement. C'est sans être réélement préoccupée par sa présence et avec une desorganisation qui lui est chère qu'elle lui adressa spontanemment, en empoignant un trousseau qui trainait dans le tiroir :
“À quoi ça sert de garder le double des clefs d'appartement à l'intérieur de l'appartement ?” Perspicace. Elle reposa le trousseau et fit tomber les cendres de sa cigarette dans un vase qui trônait sur l'étagère voisine.
Spoiler:
 


Dernière édition par Crystal Wallis le Mer 23 Avr - 20:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: À l'improviste - Cordélia & Crystal   Jeu 17 Avr - 17:29




Vivre dans les appartements de Connor avait ses avantages. Déjà, un toit sur sa tête – chose dont elle n’avait pas pu se vanter. Ensuite, un lit dans lequel dormir. Ajouter à cette variable un homme. Puis multiplier cet homme par un facteur de séduction nettement culminant et vous obtenez une équation dont le résultat est étonnamment élevé. Tout ça pour une modique somme…qui relevait du néant. Cordelia avait décidément été chanceuse sur le coup. Elle était loin des regards du gouvernement, loin des regards de ses nombreux ennemis, et elle était loin d’être mal accompagnée aussi, entre autre. Jamais n’aurait-elle imaginé qu’elle aurait pu être dans une telle condition il y a quelques mois, lorsque sa  sortie de Darkness Falls paraissait encore toute récente. Connor n’était pas exactement des plus plaisants et réjouissants malgré ses nombreux talents sous la couette, et elle n’était décidément pas des plus agréables des personnes avec qui vivre, mais étrangement, ils arrivaient à faire avec. ‘Pas le choix’, diront certains. Certes. Le garagiste ne tarda donc pas à quitter l’appartement, laissant la sorcière beaucoup plus enchantée qu’il ne l’aurait pu suggéré lui-même, malgré le fait qu’il paraissait enfin apte à la cerner désormais. Le beau blond avait décidément une forte utilité lorsque la sorcière était prise de appétences charnelles auxquelles le garagiste semblait être le seul capable de rassasier, mais elle éprouvait aussi un certain plaisir à le voir déguerpir et le lui laisser l’appartement pour qu’elle en profite en due forme. Enfin, ça c’était si elle eût été réellement seule – ce dont elle doutait grandement. Une odeur nauséabonde lui chatouilla les narines, alors que nombreux de ses sens s’alarmaient face à l’éventualité d’une autre présence. Les yeux roulant, elle quitta le mini-bar (qui n’était tout juste qu’un piètre comptoir, réellement) sur lequel elle s’était servi un verre de Bourbon malgré l’heure, puis elle ne tarda pas suivre où ses sens semblaient la guider.

« Hmph, ça explique l’odeur. » dit-elle, un timbre de voix puant de cette présomption dont elle faisait preuve, à la fois avec nonchalance et mépris. C’était les premiers mots qui lui vinrent à la tête lorsqu’elle vit la brunette dont le visage ne lui rappelait absolument rien si ce n’est un certain écœurement. Tout un spécimen, d’ailleurs cette parfaite inconnue. On aurait dit une bête. Un animal sauvage que l’on avait laissé sortir de sa cage. Non, pire. Qui avait réussi à s’enfuir de cette cage et qui errait à présent libre dans la Nature. Enfin,  si l’on pouvait décrire les piètres appartements de Connor comme une Nature… Bref, les cheveux en bataille, ce maquillage mal appliqué, cet air délavé, cette odeur de cigarette, le contraste avec la sorcière était trop patent pour être ignoré. Sans réellement sortir des hauts-quartiers – car en réalité, Cordelia avait encore moins de moyens que cette bête sauvage – la magicienne avait au moins la mérite de se vanter d’un semblant de tenue, un soin apparent qu’elle apportait à sa personne. Ses vêtements n’étaient pas de marques, mais ils en avaient tout l’air et c’était ça l’important. Un slim gris – elle n’était pas très branchée robes à moins que l’occasion ne s’y prêtait et elle ne s’y prêtait presque jamais, puis ça lui rappelait les sales prostituées qui traînaient dans les bas-fonds de la Nouvelle-Orléans – et un haut d’une couleur plus foncée – le noir – qu’elle appréciait grandement et qu’à priori sa visiteuse affectionnait aussi. Il fallait dire que le noir exprimait tant de choses. La sorcière était certaine qu’elle pouvait s’entendre avec l’autre sur ce point-ci, si elles pouvaient au moins s’entendre sur quoique ce soit. Elles semblaient si différentes l’une de l’autre après tout. Ou peut-être pas, en fait. Cordelia observa l’inconnue se mouvoir dans une nonchalance qui était naturelle aussi pour la succube. Oh Dieu sait qu’il n’y avait pas plus désinvolte qu’elle! Alors peut-être qu’elles partageaient plus qu’on ne pourrait l’imaginer aux premiers abords. Ce n’est pas comme si les apparences ne s’étaient jamais révélées trompeuses.

Sans plus tarder, l’inconnue attrapa un trousseau de clés qui traînaient dans les commodes qu’elle eût fouillé avec hargne juste quelques secondes plutôt. Pourtant, elle ne sembla pas broncher face à la présence de la sorcière, ce qui ne manqua pas de soutirer un fin et très bref rictus à l’enjôleuse qui chassa ces beaux airs bien rapidement lorsqu’il fût question de répliquer. « Connor n’a jamais vraiment été une lumière, je crois que l’on peut s’entendre sur ça. » gloussa-t-elle présomptueuse et dédaigneuse comme jamais, alors que pourtant son bouc-émissaire n’était même pas là pour l’entendre déverser son venin sur sa personne. Quel dommage. La brunette s’avança, dans cette démarche de félin qui la caractérisait tant ; lente, nonchalante et séductrice, même en présence féminine. De ces airs méprisants, elle l’observa de la tête aux pieds. Elle était encore plus malpropre qu’elle ne le pensait. Un énième gloussement quitta ses lèvres avant qu’elle ne roule les yeux face à un tel spécimen. « Je suppose que tu es une de ses… connaissances. » lâcha-t-elle, blasée et désintéressée. Ce n’était certainement pas une connaissance de la sorcière ; Dieu sait que cette dernière ne lui aurait pas accordé plus de deux secondes de son temps en temps normal, et bien entendu, la réciproque se valait. Pourtant, la succube envisageait la possibilité qu’elles aient plus en commun qu’elle ne pouvait l’imaginer. « Je peux savoir ce que tu fous ici? » questionna-t-elle en levant un sourcil, un air blasé et méprisant scotché à son visage de peste. Un nuage de fumée s’élevant dans les voûtes de la pièce, la demoiselle fut presque tentée d’attraper cette cigarette et de la lui faire bouffer d'une traite. « Je veux dire, à part polluer mon air et être désespérément et irrémédiablement à la recherche d’un miroir et d’une douche? » la revoilà qui haussait un sourcil, interrogeant cette brunette inconnue, un sourire narquois s’esquissant discrètement sur ce visage de démone sournoise, aux traits peut-être magnifiques, mais toujours diaboliquement vicieux. Cette moquerie dont elle faisait preuve, elle en faisait preuve avec tout le monde et ce n’était certainement pas la dernière des sans-abris qui allait échapper à la règle.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: À l'improviste - Cordélia & Crystal   Mer 23 Avr - 17:31

Une brune aux yeux perlés lui faisait  face. Elle avait de longs et vigoureux cheveux, lesquels balayaient l'air empesté de fumée que Crystal avait ammené  avec elle. La jeune fille la regarda avec un certain mépris, l'air dédaigneux. Elle la scruta comme si elle venait de découvrir une nouvelle espèce d'animal. Soudainement, Crystal se  senti comme enfermée dans une cage d'apparat tant elle était devisagée par sa nouvelle connaissance. Ceci la destabilisa pendant un instant. Un court instant. Puis la tendance s'inversa, ce fut au tour de la jeune rebelle d'observer consciencieusement son interlocutrice, elle ne valait pas vraiment mieux qu'elle. La situation en était presque burlesque, les deux filles s'observaient et, se faisant maintenant face, elle se renvoyaient la balle avec une force de plus en plus certaine. Ici la balle ne servait qu'à imager une vie raté. Laquelle a alors fait preuve de la meilleure qualité à rater tout ce qu'elle avait entrepris. Crystal est évidemment perdante sur le plan capillaire, de même que sur la décoration de l'intérieur mais elle l'emporte sur la question de l'indépendance, puisque sa rival vivait au crochet d'un autre. Voilà bien des choses que notre jeune rebelle ne sait pas. Cependant, Crystal était certaine d'une chose : quelque chose la rapprochait bien plus qu'elle ne le pensait de son interlocutrice. La desinvolture peut être, la non-chalance aussi. Crystal était bien placée pour savoir que l'on ne choisi pas son caractère, que celui ci est déterminé parce ce que nous vivons et donc que les réactions hautaines de son interlocutrice devaient avoir des causes aussi certaines que les siennes. La jeune fille ne laissait rien paraître, son regard était vide, elle n'était qu'un bloc de remords et de haine posé là. Un bloc parfois tiraillé, un bloc parfois causant. Mais rarement un bloc amical.  ‹ J'ai un jour prêté quelque chose à Connor, j'en ai besoin maintenant. › fit-elle à l'autre, répondant ainsi à une question de cette dernière, laquelle avait était agrémentée d'une touche de haine sympathique face à la cigarette que Crystal fumait.

Crys avança vers la bibliothèque, trainant ainsi ses lourdes bottes dont les passant métalliques s'entrechoquaient. Elle s'empara d'un dictionnaire, l'ouvrit, et voyant qu'il était fidèle à n'importe quel autre, le jeta sur le sol. Elle plaça sa cigarette entre ses lèvres, ce qui lui permettait de fumer et de continuer à chercher en même temps. Elle attrapa tous les livres de taille conséquente afin d'en vérifier le contenu. Un petit bloc de centre tomba de sa cigarette et s'etala sur le sol. Crystal fit alors attention de ne pas marcher dessus avant de rejoindre le meuble suivant.  Elle se retourna vers son hôte : ‹ Ce que je cherche est un sachet assez gros pour pouvoir se cacher dans ce dictionnaire. Il est remplit d'une poudre blanche, un peu comme de la farine. Peut-être que la nouvelle petite amie de Connor pourrait m'aiguiller un peu ?! ›.

Ne lui laissant pas le temps de répondre, Crystal attrapa son téléphone dans sa poche de veste et le porta rapidement à son oreille. On percevait facilement les cris de l'autre côté du combiné, mais il était presque impossible de comprendre ce qui se disait vraiment.
‹ J'ai quelqu'un d'autre à aller voir, c'est assez compliqué pour moi de te procurer ce que tu veux. Je te tiens au courant. ›
L'appelant n'était autre que le meilleur client de Crystal qu'elle avait rencontré aux combats. Non seulement sa présence lui procurait une grande partie de ses revenus mais elle lui offrait également un important allié. Il était de ceux qui, la jeune fille le savait, la defendrait corps et âme. Cependant, il y avait bien une condition à cela : qu'il ait ce qu'il demandait. En effet, l'homme était devenu trop accro à la drogue pour pouvoir s'en détacher et c'est cette dernière qui lui permettait une vie presque prospère. Autant dire que le choix de la jeune fille était vite fait : si elle ne trouvait pas ce qu'il lui fallait chez Connor, elle vendrait le peu qu'il lui restait à cet homme plus qu'au jeune homme qui lui avait plus tot commandé la même chose, mais elle mettait alors sa vie en danger. S'il y avait bien une chose qu'elle avait appris depuis qu'elle dealait était qu'un junkie en manque n'a peur de rien, surtout pas d'un dealer defaillant et encore moins d'une  fille. En temps normal, Crystal n'avait peur de rien, mais elle savait qu'elle ne ferais jamais le poids face à un de ses clients qui aurait cru bon d'ammener ses amis avec lui. Alors, comme elle ne se serait jamais vu refuser quoique ce soi à son ami des combats et qu'elle avait bien peur de ne pas pouvoir rivaliser si elle n'ammène rien au client qu'elle avait rencontré dan la journée, il lui faudrait se procurer ce qu'elle avait promis à bien trop de monde.

Peut-être était-ce un effet de cette periode de crise dans laquelle elle était plongée, ou peut être était-ce parce qu'elle se sentait particulièrement proche de son hôte, mais Crystal senti qu'elle aurait besoin de son aide. Plus que cela, elle senti qu'elle dépendait de son aide. Même si elle detestait dépendre de quoi que ce soit, elle devait bien admettre que sans sa coopération, elle courrait à sa perte. Elle réexamina une dernière fois la situation : 1) Si elle refusait de vendre ce qui lui restait à son ami des combats : elle détruisait un relation de confiance. Conséquence directe : son désir d'auto-conservation serait mis à rude épreuve. 2) Si elle refusait de vendre au junkie : elle ne détruisait pas de relation de confiance mais, elle le savait très bien, celui-ci ne pourrait pas s'en procurer ailleurs, pas aussi rapidement en tout cas, elle serait alors soumise aux caprices d'un junkie énervé.
‹ Je suis Crystal, au fait. Et je ne sais pas si tu l'as bien compris mais ce que je recherche est très important. Je suis prête à partager les bénéfices si tu m'aides ›
Soudain, la jeune fit se vit comme un animal las et faible. Lequel ? Elle hésitait encore, peut être un escargot, un moucheron, une souris. Quoique non, elle se sentait au plus bas de la chaine alimentaire. Elle était un plancton.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: À l'improviste - Cordélia & Crystal   Dim 4 Mai - 8:48




Un gloussement quittant ces lèvres de vipère, son rire valsait entre ces sonorités insolentes, dédaigneuses et méprisantes, tonalités que la succube maîtrisait avec si peu de parcimonie qu’elle finissait parfois à sonner caricaturale. « Bonne chance avec ça. » déglutit-elle entre deux pouffements. Si elle avait prêté quoique ce soit à Connor, elle était naïve de penser qu’elle allait pouvoir le récupérer. Pensait-elle vraiment que Connor, ex-junkie et ex-traître, était digne de confiance? Enfin, encore fallait-il savoir sur quel sujet et dans quel domaine, mais les chances étaient qu’il s’était soit débarrassé de ce qu’elle recherchait, soit il l’avait revendu…Ou pire encore, c’était la sorcière qui s’en était occupée. En effet, il lui arrivait de subtiliser des choses anodines et sans réelles valeurs apparentes appartenant à Connor (ou dans ce cas-ci, à ses connaissances) et de les revendre pour se faire du fric. Ne la jugez pas, une chômeuse comme elle devait bien trouver un moyen de se faire un certain argent de poche, non? Et il était hors de question, malgré ce que l’on pourrait penser d’elle, qu’elle aille bouger son popotin devant des vieux centenaires dont la perversité dépassait la rémunération ou bien, pire encore, dans les rues pour les derniers cas sociaux du coin. Indépendante malgré son statut de squatteuse chez Connor, elle arrivait à se faire son fric aussi bien qu’elle le pouvait. Mais pourquoi se séparer d’un aussi bon lit, et surtout, d’un aussi bon amant? Étant donné que leur relation même pivotait, dans sa base la plus élémentaire, autour du désir épicurien, elle ne voyait pas vraiment l’intérêt d’installer entre eux une barrière prenant forme d’une distance quelconque qu’elle disposerait entre eux si elle décampait. Certes, l’idée lui avait flatté l’esprit ; après tout, jamais ne restait-elle aussi longtemps chez les hommes qu’elle exploitait, mais le beau Texan avait su attirer son attention suffisamment pour la faire hésiter. En revanche, ce sur quoi elle n’hésiterait pas, c’est prendre la fuite si sa couverture et sa sécurité venaient à être ébranlées d’une quelconque façon. Jamais elle ne courrait un tel risque, même pour d’aussi beaux yeux que ceux du beau blond. Ceci dit, comme elle était plus en sécurité qu’elle ne l’avait jamais été au cours de ces derniers siècles, disons qu’elle profitait d’une compagnie aussi agréable. Pouvait-on réellement reprocher cela à une fille qui a passé sept siècles en Enfer à fuir et à annihiler menaces et ennemis?

Les bruits dont dispersaient les passants de ses bottes lorsqu’ils s’entrechoquaient dans sa démarche maladroite et peu féminine irritaient la sorcière qui commençait à se demander si cette bête sauvage en valait vraiment la peine. La brunette hésita quelques secondes entre lui faire voir l’un de ses pires cauchemars via une illusion bien ébauchée ou bien quelque chose de plus cordial et hospitalier…comme la traîner en dehors de l’appartement par sa tignasse, qui aux yeux de la sorcière, ressemblait plus à du crin de mule qu’autre chose. Toute une hôte, Cordelia, vous en conviendrez. Cependant, la brunette fût rapidement extorquée de ces échos par son invitée qui balançait des livres à tout bon de champs au sol, après les avoir grossièrement feuilleté dans l’espoir de trouver ce qu’elle cherchait. Mais que cherchait-elle exactement, hein? « Je t’en prie, ne t’arrêtes surtout pas. » cracha-t-elle, sarcastique et méprisante à souhait. Pour qui elle se prenait aussi à balancer tout par terre? Un peu hypocrite puisque la sorcière aurait fait exactement la même chose, mais cela ne changeait pas le fait qu’elle était définitivement irritée par la chose. Ce n’était certainement pas Cordelia qui allait se mettre à quatre pattes ou à genou pour ramasser le bordel qu’elle laissait traîner derrière elle. L’inconnue lui révéla alors, plutôt subtilement qu’elle était venue chercher un sachet de poudre ; de la drogue, quoi. C’était définitivement une amie de Connor, celle-là, il n’y avait plus de doute. Cela dit, rien ne l’irrita plus que ce que l’autre junkie déglutit. ‘La petite amie de Connor’? Était-ce donc à cela qu’elle était rabaissée? L’autre moitié d’un Texan misogyne, précédemment accro à la drogue, baisable certes, mais tout de même un enfoiré machiste… Ça lui faisait une belle jambe ça. Elle n’eût pas le temps de pester que la sonnerie d’un téléphone retentit et détourna l’attention de la sauvageonne vers ce qui paraissait être un client frustré d’après les cris. La brunette ne s’empêcha pas de rouler les yeux et de soupirer face à la situation, mais elle se réjouissait à l’idée qu’elle pourrait profiter de cette nouvelle connaissance si elle jouait ses cartes adéquatement. Se présentant enfin, la sauvageonne lui offrit un panorama de possibilités et vous vous doutez que pour une charogne comme Cordelia, ce genre de discours ne passe pas par une oreille pour sortir par l’autre.

[color=rosybrown]« Oh, mais je réalise pleinement que ce que tu recherches te semble être très important. » commença-t-elle d’abord, innocente comme elle savait si bien les jouer. « Mais vois-tu, je suis un peu, comment disent-ils déjà… » Elle marqua une pause, fit mine de réfléchir à ces âneries qu’elle pouvait entendre sur son sujet, comme si elle pouvait être la cerner et la décrire alors qu’elle était une énigme vieille de sept cent ans, puis elle siffla le reste tout en plissant les yeux. « …Une conasse capricieuse et égoïste. Plus encore, une conasse capricieuse et égoïste qui ne prendrait pas plus grand plaisir que de te refuser ce qui t’est si important. » Dit-elle en haussant les épaules. Après tout, elle ne la connaissait pas, elle ne lui devait absolument rien. Devait-elle aider toutes les personnes aux apparences similaires à celles des sans-abris dans le but d’accomplir un certain quota de bienveillance ou bien pour mériter le titre de la plus grande bonté de cœur? Mais qu’en avait-elle à foutre de ces conneries de toute manière? Tout ce qui l’importait, c’était elle, et elle-seule. Elle n’en avait strictement rien à foutre de ce que les autres pouvaient bien penser de ces actes et de ses comportements. En revanche, elle n’était pas stupide et elle savait saisir les opportunités lorsqu’elles se présentaient à elle. « Ceci étant dit, je suis aussi très opportuniste. » dit-elle en se rapprochant de ce petit animal sauvage, guettant sa proie telle la prédatrice qu’elle était. La succube, passant ainsi furtivement aux côtés de sa proie, déplaça une mèche de cheveux avec quelques uns de ses doigts fins, silencieuse, mais un sourire vicieusement mauvais scotché sur ses lèvres. La brunette se retourna immédiatement et s’exclama d’aussitôt, ne prenant même pas la peine de l’appeler par son prénom. « Soyons clairs, la junkie. Je ne suis pas du genre à rendre un coup de main à qui que ce soit à moins qu’il y ait quelque chose à en tirer de mon côté. Tu me parles d’une part des bénéfices, mais ça, c’est la moindre des choses vraiment. » Elle gloussa un coup sur le ridicule de cette réalité – bien entendu qu’elles allaient diviser les bénéfices. Puis, la sorcière finit par croiser les bras sous sa poitrine, alors que des idées fusèrent dans sa tête tandis qu’elle faisait le tri pour discerner la plus féconde des opportunités qui s’offraient à elle. « Un service contre un autre. Lorsque j’aurais besoin de toi, je ferais appel à toi et tu feras ma sale besogne. Ce n’est pas vraiment trop demandé, si? » Un sourire carnassier s’empare de son visage de démone alors qu’elle déplie ses bras sous sa poitrine, puis hausse les épaules en concluant finalement : « À moins que tu ne préfères faire affaire avec tes amis de la rue. Je suis impatiente de savoir comment cette histoire va se finir si tu ne reviens pas avec ce que tu es venue chercher en premier lieu. » Un léger rire la prit d’assaut. Elle était tellement horrible comme personne. Sans compter que si ce n’était pas à ces hommes qu’elle allait faire face, ça allait être à Connor et ce pour avoir foutu le bordel et tenter de lui piquer ce qui, malgré ce qu'elle pouvait bien dire, était à lui. Ce n'était peut-être pas mieux.

Spoiler:
 


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

À l'improviste - Cordélia & Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Version 30 : Crystal Pearls
» [UDK] Crystal Shader
» (F) Allison Argent Feat Crystal Reed
» Crystal Reed ▬ 200*320
» Crystal Gayle : Don't it make my brown eyes blue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-