AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « killer queens » ㄨ cordelia&lilya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Mer 28 Mai - 21:11




Vous connaissez ce vieux dicton? Vous savez celui sur ses ennemis? Qu’en est-il déjà? Ah oui. « Garde toujours tes amis près de toi et tes ennemis, encore plus près. » Quel non-sens. Du moins, aux yeux de la sorcière. S’il y avait bien une chose qu’elle avait apprise au cours de ces longs siècles de fuite et de lutte pour sa survie, c’est qu’il valait mieux pour elle, ou quiconque en cavale à vrai dire, de se tenir suffisamment loin de ses ennemis pour qu’il ne puisse même pas renifler si ce n’est la trace d’un parfum tendrement exotique et intriguant. Ceci dit, ne vous méprenez pas, la sorcière agréait généralement avec la première partie de cet adage. Garder ses alliés près de soi. Primordial! Certes, pas trop près, car Dieu sait que certains peuvent être agaçants, et surtout, pas trop longtemps, parce qu’encore une fois, Dieu sait comment il est plutôt aisé de s’attacher à ces êtes inférieurs et faibles, et il n’est pas inédit pour quiconque qui a plus d’un ennemi qu’il vaut mieux ne pas s’entourer de gens que l’on affectionne, à moins de souhaiter contempler avec effroi leurs corps étendus au sol, gisant le sang à n’en plus finir, en rentrant chez soi le soir. Que voulez-vous, les gens pouvaient être si naïfs. Mais, Cordelia n’était pas opposée à l’idée d’entretenir des relations amicales, quoiqu’hypocrites, avec certaines personnes pour son propre bien, et parfois aussi à un avantage mutuel. Après tout, tout le monde aime bien un marché dont les deux partis sont gagnants. C’est ce que Cordelia faisait. Elle gardait ses amis près d’elle, bien qu’on ne puisse pas tous réellement les qualifier d’amis. En revanche, certains, elle appréciait, au plus grand étonnement de bien des gens qui seraient assez hâtés de la juger. Et oui, elle arrivait à estimer certaines personnes malgré tout son narcissisme et mépris constant. Connor était bien évidemment l’un des premiers qui lui venaient en tête, mais ce n’était pas le seul, et bien heureusement d’ailleurs. Car si elle ne comptait que sur elle-même et elle-seule, elle savait pertinemment qu’il n’y avait rien de mal à être opportuniste et s’entourer de gens prédisposés lorsque la situation s’y prêtait. Ainsi, Il suffit de se débarrasser de ces derniers lorsqu’ils deviennent une nuisance. En revanche, dans d’autres cas, la succube entretenait des relations plus dissociées, des connaissances qu’elle ne voyait que très rarement, mais suffisamment. Le juste milieu idéal. Pas assez pour s’éprendre d’une affection injustifiée et futile, mais suffisamment pour entretenir un lien pour le moins amical sans être touchée par leur nuisance éventuelle. La succube aimait penser qu’en matière, elle savait exactement comment s’y prendre et comment gérer toutes ces contacts, malgré ce que l’on pourrait penser d’elle.

Il allait de soi, donc, qu’elle paye une vitesse, de temps à autre, à certaines de ces contacts. Que ce soit parfois seulement pour leur rappeler de leur dette envers elle, ou bien parfois pour les manipuler de telle sorte qu’elle n’ait même pas besoin d’un quelconque moyen de pression pour obtenir d’eux ce qu’elle souhaite. Cependant, pour certains, très rares, elle se présentait seulement pour prendre de leur nouvelles. Choquant, en effet. Il fallait l’avouer, cela dit, cette nouvelle époque, ce nouveau monde, ça l’avait drôlement ramolli à son plus grand désarroi. L’une de ces rares personnes? Lilya, ou peu importe le prénom qu’elle utilisait de ces jours. Elle avait entendu de l’un de ses petits oiseaux à travers la ville que Lilya souhaitait la voir. La demoiselle était toute aussi, si ce n’est plus, imprévisible que Cordelia, et vous vous doutez que la brunette n’était pas sans appréhension. Certes, elle n’avait pas réellement peur, ni de Lilya, ni de cette rencontre, mais tout pouvait passer par la tête de cette sorcière. D’une simple jasette sur les gentlemen de la ville jusqu’à comploter l’éternel trépas de la Nouvelle-Orléans, ou du monde entier – Lilya était du genre à viser gros et grand, c’était un peu ce qu’elle aimait chez elle. Elle était ambitieuse, la vieille. Puis, rare était ceux qui arrivait à trouver autant de qualités à Cordelia, alors ce n’est pas avec autant d’hypocrisie que la succube se liait à l’actrice.

Storyville, un quartier laissant définitivement la brunette aux longues boucles mitigée. Que pouvait donc bien faire une sorcière de l’envergure de Lilya dans un quartier aussi pourri? Certes, Cordelia elle-même ne crachait pas contre les tréfonds dans la ville dans laquelle personne du gouvernement (ou quiconque vraiment) ne viendrait la chercher, mais Dieu sait qu’elle estimait davantage le lit confortable de BlackPearl à l’opposé de la décadence qu’affichait les rues de ce secteur. La sorcière prenait un certain réconfort à imaginer que même une femme aussi puissance que Lilya, du haut de tout son gabarit, pouvait se forcer à vivre dans de si basses conditions si cela pouvait lui sauver la peau des fesses. Enfin, ce n’était qu’une supposition. Cordelia n’avait pas vu la sorcière depuis des semaines, qui sait ce qui advenait d’elle ces derniers jours.
Ainsi, enfin devant l’adresse que l’on lui avait donnée, la démone espérait ne pas avoir été induite en erreur, car elle détesterait l’idée qu’elle ait dégradé ses talons de qualité dans des rues aussi dégueulasses que celles-ci pour un rien. Poussant la porte avec cette insolence qui lui était propre, elle se freya un chemin dans la demeure par elle-même, n’ayant jamais eu besoin de la permission qui que ce soit. « The cute one is here. » siffla-t-elle dans ce timbre de voix entre l’espièglerie et ces sonorités vicieuses qu’elle maîtrisait si bien. Une femme, pas particulièrement jeune, sans être particulièrement vieille non plus, apparu devant ses beaux iris caféinés. La sorcière leva un sourcil, dédain et mépris habituel scotché à son beau visage ; elle n’était définitivement pas impressionnée. Dédain dans son ton, elle cracha, désagréable à souhait : « Tu dois être la bonne de service, je suppose? » Ne lui laissant même pas la peine de répondre, elle lui balança sa fine veste. Une bonne devait faire son travail, après tout? Sinon à quoi bon servaient-elles? La brunette fit quelques pas, passant ses doigts contre des meubles poussiéreux avant d’afficher un certain dégoût. Cet appartement était horrible. « Quelqu’un ne fait pas son boulot à ce que je vois. » dit-elle, ne daignant même pas donner un semblant d’attention à ce qui lui semblait être la bonne de service, alors qu’elle essuyait tant bien que mal la saleté de ces doigts manucurés. Cordelia se retourna alors, impatiente, son regard toujours aussi plein de mépris pour l’être inférieure devant elle : « Qu’est-ce que tu attends? Va chercher Lilya. » Elle roula les yeux, passant sa main contre sa tempe. Il fallait toujours tout leur dire à ces domestiques ; quels imbéciles.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Ven 30 Mai - 18:26

Hello honey
Surprise! J'ai réussi à battre la chirurgie esthétique à son propre jeu.


Entre ses mains se trouvait le carnet de notes de la jeune femme à qui, elle avait volé la mort. Cacher sous son matelas, de façon si peu élégante, que Lilya n'avait pas résisté à l'idée de fouiller à l'intérieur. Noir et assez petit pour être glissé sous sa jupe, le calepin appelait le viol d'intimité. De plus, étant désormais Carys, ce n'était pas de l'invasion de vie privée à proprement parlé. On n'y trouvait que de nombreuses dates avec un numéro de chambre et le nom d'un hôtel, sans plus. Une fois passée, les dates étaient rayées avec fureur. Ce geste amusait la sorcière qui curieusement, apprécia de voir le prochain rendez-vous avoir lieu dans la même journée. Cette petite cachottière, que souhait-elle camoufler? Sa vie était déjà fort pathétique. Devrait-elle se rendre? La réponse? Oui, absolument.

Trois heures plus tard, elle cognait à la porte de chambre indiquée. Habillé avec les vêtements que l'ancienne propriétaire avait soigneusement conservés dans un coin propre de son appartement. Talon aiguille en bottes de cuire et robe aussi moulante que possible, elle n'aurait jamais porté quelque chose qui soit aussi affriolant et classe à la fois. Pas en étant Lilya, femme de l'homme politique. Mais, n'étant que Carys, elle pouvait bien se montrer moins conventionnelle dans son choix de vêtements. Un personnage public lui ouvrit la porte. Un homme qui avait côtoyé son époux avant de lui voler son poste à sa mort. Intérieurement sur le point de s'esclaffer son talent d'actrice empêcha son rendez-vous de le remarquer. D'un certain âge, il l'attira à l'intérieur. Craignant qu'on l'aperçoive surement. Observant autour de sa personne Lilya commençait à avoir une idée de ce qui se passait dans ses rendez-vous. « Je sais que la dernière fois je vous avais demandé d'extirper des informations... Mais... » La sorcière sentit les mains de cet homme caressant sa taille. « Vous m'aviez parlé d'une autre sorte de travail que vous acceptiez de faire. »
Torture et sexe avec des clients aussi influent que celui-ci? Lilya avait peut-être trouvé un autre moyen d'obtenir de l'influence. Un moyen fort désagréable pour les couilles des dirigeants de ce pays, ou diablement agréable, si elle arrivait à ne pas vomir lorsque la personne ne l'intéressait pas. Son attirance pour le pouvoir devrait suffire amplement. Guidant la main de son client entre ses jambes, elle se retourna pour mieux lui murmurer quelques mots à l'oreille. « Je crois, qu'on va pouvoir trouver un terrain d'entente. »

Le chevaucher fut d'un ennui capable d'endormir encore plus profondément les morts, mais le résultat rappela pourquoi elle aimait tant être une garce manipulatrice. Les lèvres de ce vieillard se délièrent, après qu'elle l'eut épuisé. Lui dévoilant en surface ce qui se tramait depuis sa mort officielle. Prétextant un autre rendez-vous, prenant l’argent en ravalant sa fierté, elle remettait ses vêtements quand il parla de Lilya. Parlant de cette femme baisable, mais tellement à la botte de son mari, qu’elle en devenait l’équivalent d’une poupée. Cette perception de sa personne suffit à réveiller ses instincts.

En quittant le lieu, elle s’éloignait d’une scène de crime. Le sourire aux lèvres et la perfection dans son apparence. Tandis, que ce porc baignait dans son sang. Égorger comme tous les cochons méritaient de finir. En chemin, elle envoya un message à une vieille connaissance. Il était temps de reprendre contact avec quelques personnes qui avaient le don de l’amuser. Une personne assez égoïste pour voir l’intérêt de cette nouvelle identité. Qui d’autre aurait-elle pu appeler que miss Hopkins?
Elle n’attendit pas très longtemps pour se rendre à son appartement et prendre une douche. Se lovant dans des vêtements plus confortables à la première occasion. Détendu comme elle ne l’était qu’après un meurtre, la femme attendit patiemment qu’on vienne cogner à sa porte. Ce que sa charmante complice ne tarda pas à faire. Faisant une entrée digne de sa réputation. « The cute one is here. » Pour peu, Lilya en aurait rigolé. Mais, l'enchaînement sur son rôle d'esclave figea ce premier réflexe. Laissant parler la princesse, l'ainée s'amusa de ce rôle qu'elle venait de lui attribuer. L'insulte n'était pas blessante, elle-même aurait sûrement confondus.
« Je veux bien, ma chérie. Mais, Lilya est morte il y a quelques temps. Tu n’as pas lu les journaux récemment? Son enterrement était grandiose, d’ailleurs. » Sur ces douces paroles, Carys alla déposer la fine veste de Cordélia sur une chaise. « Tu as besoin d’un verre avant que je t’explique ce que t’empêchera de franchir cette porte de ta démarche offusqué? »
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Sam 31 Mai - 23:15




Rien à faire. Il semblait bien que la servante ne servait à rien si ce n’est occuper de l’espace futilement et respirer le même air que la succube. Superbe, elle était encore tombée sur l’une des nombreuses personnes incompétentes de la Nouvelle-Orléans. Mais qu’est-ce que Lilya pouvait bien faire, putain? Elle était où encore celle-là? Était-ce encore un jeu? Dieu sait que Lilya pouvait adorer els jeux, peut-être même plus que Cordy. « Est-ce que j’ai la gueule de quelqu’un qui lit les journaux? » cracha-t-elle, méprisante à souhait comme elle savait si bien l’être avec les gens qu’elle jugeait si inférieure à sa tendre et précieuse personne. Cependant, elle constata rapidement la perche qu’elle venait de donner à la bonne de service pour l’insulter, et aussi tôt, la sorcière renchérit, comme pour se sauver la face et changer de sujet. « Ne réponds pas à cette question. » chassant les mots avec ses mains, elle vint les déposer contre sa taille, accordant enfin un peu d’attention à la domestique de la maison. Drôle de paradoxe en soi. Une domestique dans une demeure aussi déplorable et indigente. Il n’y avait décidément que Lilya pour s’accaparer d’une demeure aussi subtile que celle-ci, tout en se payant une domestique pour faire sa sale besogne, pensa Cordelia. Loin de penser qu’elle était loin du compte, c’était ce qui faisait du sens pour la sorcière. La belle brunette poursuivit, haussant les épaules : « J’y peux rien. J'ai été une fille très occupée ces derniers mois. » dit-elle sans réellement beaucoup d’entrain dans sa voix, timbre blasée pour accompagner le tout. Ce n’était pas faux, en soi. Il y avait eu des bribes de son passé qui s’était montrer au grand jour. Il y avait eu des ennemis, récents comme vieux. Il y avait aussi eu des amants. Bref, la dernière chose qu’elle avait eu en tête, c’était de s’assurer que Lilya se portait bien, et malgré ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas forcément parce qu’elle en avait rien à foutre, c’est surtout parce qu’elle savait pertinemment que Lilya était une sorcière de talent qui n’avait absolument pas besoin que l’on se soucie d’elle et qui trouverait toujours des solutions à ces problèmes. « Et comme si Lilya allait se laisser emporter par quelque chose aussi … humain que la mort. » La démone pouffa un rire. Et puis quoi encore? « Non, j’y crois pas. Navrée, chérie. » C’était Lilya, après tout.

Déposant la veste de Cordelia sur une chaise, Carys – dont la brunette ne connaissait pas encore la totale identité – sembla vouloir jouer dans les confidences. Mais où voulait-elle en venir celle-là? « Ce que j’ai besoin, c’est que tu m’expliques pourquoi Lilya, de toutes les personnes, me fait attendre alors qu’elle sait pertinemment que je n’ai absolument aucune patience. » dit-elle en offrant un sourire hypocrite à la bonne, avant de déposer son regard caféiné ailleurs, roulant les yeux par la même occasion avec ce dédain habituel. Les gens l’irritaient si souvent. Était-ce trop demander à ces imbéciles de ne pas être aussi pathétiques et puérils? Pourquoi ne prenait-il pas simplement imager sur elle? La brunette croisa cependant les bras, car derrière ses petits airs de mépris se trouvait toute la curiosité de la sorcière. Une curiosité qu’avait habilement piquée la domestique lorsqu’elle lui avait dit que les explications qu’elle lui fournirait l’empêcheraient de quitter les lieux de sa démarche offusquée. Elle avait outrepassé l’insolence de la remarque pour ne garder que l’essentiel. Que pouvait-elle bien lui apprendre de si dramatique qu’elle ne puisse quitter les lieux sans en savoir plus? Vous comprenez pourquoi elle était avare d’en savoir plus.

« Si c’est si courtoisement offert, qui serais-je pour refuser? » dit-elle en haussant les épaules dans cette nonchalance un peu impertinente qu’elle maîtrisait à merveille. La succube repassa ses derniers mots dans sa tête et encore une fois elle sentit le besoin de corriger son discours au vu des circonstances. « Quelque chose de qualité, mais je suppose que tu l’avais compris ça, n'est-ce pas? Lilya doit bien avoir ... sa petite réserve quelque part, non? » Elle n’allait quand même pas boire un vin ou un whisky tout récent. Elle comptait sur les goûts de l’ainée en la matière pour avoir quelque chose de suffisamment vieux pour être succulent. Faisant quelques pas, elle alla déposer son arrière-train sur un sofa, croisant ensuite les jambes, mains sur les genoux, plus attentive que jamais. « Je t’en prie, ne te sens surtout pas contrainte de retenir les détails. Qu’as-tu de si fabuleux à me dire? » siffla-t-elle, plissant les yeux, son attitude hautaine à souhait, mais c’était pour cela que Lilya l’aimait après tout.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Dim 15 Juin - 3:10

Hello honey
Surprise! J'ai réussi à battre la chirurgie esthétique à son propre jeu.


« Est-ce que j’ai la gueule de quelqu’un qui lit les journaux? » Pour toute réponse, avant même que la sorcière se reprenne, elle laisse l'ombre d'un sourire se dessiner sur ses traits. La méchanceté gratuite de Cordélia l'amusait. Elle la croyait inférieure, elle avait raison. Carys était une personne si infâme, que s'habituer à son corps lui avait donné la nausée. Pourtant, elle se révélait plus pratique que prévu. Si on oubliait son addiction à la drogue. Haussant un sourcil devant son mouvement de main légèrement dédaigneux, Lilya jubilait. Il était rare qu'une personne si hautaine lui plaise. Habituellement, elle préférait être celle qui gouvernait. Sa relation avec la brunette était différente. Un équilibre et une complicité, que seules leurs hautes estimes d'elles-mêmes pouvaient expliquer, avait pris racine. « J’y peux rien. J'ai été une fille très occupée ces derniers mois. » Elle n’en doutait pas. Elle ne s’était jamais attendue à ce que cette femme s’inquiète pour son bien être, la situation aurait été trop étrange. Lilya aussi avait été trop occupé pour la contacter, sa mort n’ayant pas arrangé la situation. Attendant patiemment que Hopkins termine son discoure, puisqu’elle se doutait que ce n’était pas fini. Elle entreprit de s’installer confortablement. Ce ne serait pas facile de prouver qu’elle avait changé de corps. Vraiment pas. « Et comme si Lilya allait se laisser emporter par quelque chose aussi … humain que la mort. Non, j’y crois pas. Navrée, chérie. » Le rire sensuel de l’invité amusa grandement la nouvelle Carys. Qui ne pouvait que s’amuser de la situation

Avait-elle autant d'estime pour Lilya? Si c'était le cas, Cordélia remontait encore plus haut dans sa liste des personnes censées de ce monde. S'accordant au rire qui avait envahi l'instant, elle préféra laisser filer une seconde ou deux. Cherchant les mots qui ne feraient pas fuir sur-le-champ une Cordélia vexé d'avoir été appelé par une folle. Avant que son explication puisse sortir d'entre ses lèvres, la femme fatale attaquait de nouveau. De cette intonation qui lui était propre et intimidait la plupart des gens. Malheureusement, Lilya n'était pas n'importe qui et si ce corps ne le prouvait pas, son esprit ne se trompait point. « Ce que j'ai besoin, c'est que tu m'expliques pourquoi Lilya, de toutes les personnes, me fait attendre alors qu'elle sait pertinemment que je n'ai absolument aucune patience. » Sans hésiter, celle qu'on prenait pour une domestique répliqua : « Oh! Tu sais à quel point elle adore faire son entrée. Ne t'inquiète pas, la morte arrivera sous peu. » Le sarcasme n'était nullement cachée. Pourquoi aurait-elle perdu son temps avec cela d'ailleurs? Tournant les talons et allant chercher le verre qu'elle venait de promettre, Lilya ignora le reste des paroles de la brunette. Elle ne servait que de la qualité depuis de longue année et offrait de verre qu'à ceux et celles qui le méritaient.

D'un coup de pied élégant, la femme ouvrit une porte qui semblait bloquer depuis des années. Ce n'était pas la vérité, au contraire, elle avait volontairement malmené celle-ci pour que les gens la croient condamner. Ainsi, ils ne trouvaient jamais sa réserve lorsqu'ils étaient en visite. Ayant récupéré sa petite réserve avant qu'on ne retrouve le cadavre de sa véritable apparence, Lilya pu sortir un vin rouge datant de plusieurs siècles. Cadeau de son époux, lors de leur mariage. Maintenant, qu'elle l'avait fait assassiner, elle pouvait bien se permettre de le boire à sa santé. « Je t’en prie, ne te sens surtout pas contrainte de retenir les détails. Qu’as-tu de si fabuleux à me dire? »

La question eue le mérite d'amuser Lilya. La situation était surréaliste. Versant le vin dans des verres, qui eut aussi avait été volé à son ancienne vie, se refusant de boire dans moins bien que du cristal, elle revient vers Cordélia et lui tendit son verre. Avant de s'installer à son tour, croisant les jambes et portant le liquide rouge à ses lèvres. Son regard observait son invité, tandis qu'elle prenait plaisir à découvrir les arômes sucrés de ce délicieux présent. L'alcool lui réchauffant la gorge, elle parle finalement de cette voix plus chaude que jamais. « Ses derniers mois Lilya a été la victime de son propre corps. Coincé dans cette peau qui après tant de temps passer à Darkness Falls avaient de nombreuses faiblesses, puis avec cette histoire de sort qui l'a considérablement affaibli à New-York... » Les images du coeur du président restant entre les mains de Lilya s'imposèrent rapidement. Personne ou presque, ne savait que c'était sa faute si le monde allait si mal ces temps-ci. Ce secret, elle le garderait encore un peu. Savourant le chaos de sa confection. « Elle a prit conscience d'une réalité. Elle était condamnée. Son corps la trahissait. C'est pourquoi, elle a passé tout ce temps à chercher une solution. Après plusieurs échecs, elle en est venue à la conclusion que devenir cette espèce de créature sortie de Darkness serait parfait. Si ce n'est qu'elle a agi bêtement. Sans le savoir, elle a usé de ses dernières forces pour créer un poison que seule la magie pouvait lui octroyer. » Poussant un soupir agacé, elle continua. « Elle a réussi, mais la mort de son corps fut inéluctable. Donc, c'est bel et bien sa dépouille que l'on a enterré, il y a quelques temps. » Sur ce, elle attrapa une pile d'article découper et les déposa sur la table qui se trouvant devant Cordélia. On pouvait y voir l'annonce de sa mort en gros titre. « Mais, comme j'ai dit... Ce n'est que sa dépouille qu'on a enterré. » Comme elle allait s'amuser de la situation étrange dans laquelle, elle impliquait Cordélia.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Mar 17 Juin - 3:36




Impatiente, la vipère ne manqua pas de faire comprendre à son interlocutrice qu’elle n’avait pas exactement toute la soirée à lui accorder à elle, et même à Lilya si cette dernière ne se présentait pas. En revanche, ce que la domestique lui répondit soutira un fin rictus railleur à la demoiselle. Elle n’avait pas tort, elle marquait un point ; Lilya adorait faire son entrée. Peut-être même plus que Cordelia. Lilya ne semblait pas avoir de problèmes avec le grand public. Elle aimait être à la fois admiré et détesté et ce par la masse. Cordelia, de son côté, préférait les trucs plus singuliers et discrets. Elle ne cherchait pas l’attention de tous les hommes, mais seulement celle de ceux qui l’intéressent sur le moment, etc. Quand Lilya faisait son entrée, c’était pour épater la foule, lorsque Cordelia le faisait, c’était pour épater une personne. La différence était là. Et pourtant, aujourd’hui, Lilya brisait la règle. Elle n’était pas là, alors que Dieu sait qu’elle n’avait pas besoin de sortir l’artifice. Tout de même, la brunette prenait un léger sentiment de fierté dans l’idée que la maîtresse de la maison souhaitait l’accueillir en bon et due forme. C’était du Lilya tout crachée ça. Pour une raison particulière, cette dernière s’affectionnait plutôt pour la succube. Peut-être la Hopkins lui rappelait-elle une version plus jeune d’elle-même,  ou peut-être était-ce seulement leur cran et leur audace similaires. Va savoir. Mais une chose est sûre, Cordelia et Lilya partageaient définitivement les mêmes luxes et vices. Alcool, sexe, hommes. Elles savaient décidément toutes les deux comment prendre leur pied, on ne pouvait le nier. Certes, elles avaient leur petites différences, leurs nuances respectives, mais c’était pour le mieux. Après tout, narcissiques comme elles l’étaient, elles détesteraient toutes les deux d’être une vulgaire copie d’une personne. Elles se plaisaient bien trop dans leur singularité, malgré leurs quelques ressemblances.

Attrapant la coupe de vin rouge que lui offrait Carys, Cordelia prit le temps de renifler l’arôme de ce dernier. Frais, sucré, elle pouvait le délecter rien qu’avec ces narines. Et pourtant, elle n’était pas particulièrement la plus fervente de vin, ni exactement une connaisseuse en la matière, mais elle pouvait tout de même affirmer que ce que venait de leur servir la domestique était de qualité. D’ailleurs, la brunette fut surprise le temps de quelques secondes que la domestique s’octroie le droit de prendre un verre également. Soit Lilya lui laissait drôlement beaucoup d’espace, soit elle n’était pas une domestique. Mais alors qui était-elle? Ingurgitant la première gorgée, un rictus se dessina sur ses lèvres avant qu’elle ne l’efface tout en se léchant subtilement les lèvres. Elle avait eu raison de son intuition ; ce vin était vraiment de qualité, il n’y avait pas à dire. Mais trêve de plaisanteries, la brunette n’était pas venue déguster un verre de vin avec la dernière des empotées, mais avec Lilya. Tout de même, la domestique semblait avoir les réponses aux interrogations de la sorcière, alors celle-ci prenait son mal en patience et se montrait fin prête à écouter ce que Carys pouvait bien lui dire de si important et de saisissant qu’apparemment la Hopkins ne pourrait pas franchir la porte de sa démarche offusquée après ce qu’elle allait lui dire. L’inconnue commence ainsi son beau discours et au début la sorcière ne présenta pas le moindre intérêt. Lèvres collées l’une contre l’autre, à moins qu’elle ne prenne une gorgée de vin, moment qui ne durait que quelques secondes à peine, avant que ses lèvres ne reprennent leur position précédente. L’air blasé, désintéressé, mais aussi nonchalant. C’était du Cordelia tout crachée. Ce n’est pas forcément que la succube trouvait l’histoire de sa consœur si ennuyante, c’est plutôt qu’elle la connaissait déjà et qu’elle n’avait pas besoin de l’entendre de la bouche d’une personne qu’elle ne connaissait que depuis cinq minutes. « C’est ta dépouille à toi qu’on va enterrer si tu ne vas pas droit au but. » menaça-t-elle impatiente qu’elle arrive enfin à la conclusion de toute son histoire. Pire encore, si ce n’était pas la dépouille de la domestique, ça serait la sienne. Morte d’un ennui mortel, précédé d’une histoire sans fin apparente.

C’est là que la discussion prit une tournure enfin captivante aux yeux de la brunette. Ces yeux, jusque là un peu blasés et désintéressés, semblaient brûler d’une certaine lueur lorsque son interlocutrice présentait devant elle les nombreux articles et annonces de tête à l’égard de l’évènement, mais sa curiosité fût ultimement piquée avec les mots qui suivirent. Cordy avait eu raison donc ; Lilya n’était pas morte. « Elle a donc bel et bien trouvé un moyen d’y échapper alors. Sacrée Lilya. » Interrogea-t-elle son interlocutrice tout en levant un sourcil, mais en réalité sa question ne réquisitionnait pas de réponse. Cordelia connaissait déjà la fin de l’histoire, elle avait juste besoin de savoir les péripéties. Pourtant, son esprit – toujours aussi vif que d’habitude – semblait tourner plus rapidement que d’habitude et les possibilités filaient dans sa tête, tentant de répondre à cette énigme, ce casse-tête. « C'est bon, tu peux arrêter de jacasser. Il n’y a pas à dire, c’est tout un exploit que Lilya nous a réalisé là. Ceci dit, il y a quelque chose qui m’échappe. » Et une seule question lui venait en tête. « Toi, qui es-tu exactement? » Les yeux pliés, elle observait la demoiselle comme pour tenter de la reconnaître. Dieu sait qu’elle pouvait facilement oublier les visages des personnes qu’elle jugeait sans intérêt. Cette demoiselle était-elle une vieille connaissance de Lilya et Cordelia? Non. Rien ne lui revenait sur le sujet. Pourtant, la brunette en était certaine, elle était la clé du mystère.


_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Lun 7 Juil - 22:25

Hello honey
Surprise! J'ai réussi à battre la chirurgie esthétique à son propre jeu.


« C’est ta dépouille à toi qu’on va enterrer si tu ne vas pas droit au but. » Ohhhhh comme le venin de cette femme lui avait manqué. Comment pouvait-elle résister à une telle personnalité? La réponse? En étant ce qu’elle était, Lilya ne le pouvait tout simplement pas. Si elle avait dû aimer sincèrement quelqu’un, si elle en avait été capable, c’est certainement cette brunette qui lui aurait volé son cœur. Mais la vie l'avait faite autrement, elle était incapable d'amour. Maximilian en avait été le parfait témoin. Souriant à sa menace, laissant l'espièglerie de sa véritable personnalité remonter à la surface, la sorcière observait son invité. Se demandant qu'est-ce qui arriverait lorsqu'elle lui avouerait sa véritable identité. Ce n'était pas comme si elle avait déjà fait ça, une dizaine de fois. C'était une première pour elle. « Elle a donc bel et bien trouvé un moyen d'y échapper alors. Sacrée Lilya. » Pour toute réponse, elle porta son verre à ses lèvres pour cacher son rire. Il flottait un sous-entendu évident. Aucune des deux ne pouvaient être vaincu par une simple petite mort. Le ridicule aurait été évident.
« C'est bon, tu peux arrêter de jacasser. Il n'y a pas à dire, c'est tout un exploit que Lilya nous a réalisé là. Ceci dit, il y a quelque chose qui m'échappe. » Haussant un sourcil, innocente jusqu'au bout des doigts, elle attendit que la question fatidique fracasse l'instant de sa présence. « Toi, qui es-tu exactement? » Elle ne pouvait dévier cette question. Trop franche, trop directe. Lilya prit donc, le temps de s'étirer. Croisant les jambes et adoptant une expression typiquement femme. « Moi? Je ne suis pas la femme de chambre… Pour être honnête. » Laissant quelques secondes filer, pour mieux trouver ses mots, Lilya s’amusa un peu de cette attente interminable qui ne manquerait pas d’énerver Cordelia. « Vois-tu, lorsque mon corps a décidé de me trahir, j’ai un peu perdu la tête. Pour finalement me raccrocher à la vie de façon frénétique. Donc, pour répondre à ta question. Si on parle d’ADN, je suis Carys Lemoyne. Une paumée sans avenir qui a fait une overdose et qui a rendu l’âme. Si l’on me demande qui est aux commandes, je te répondrais que je suis heureuse que tu ne sois pas étonnée que j’ai pu vaincre la mort. » Se levant gracieusement et tournant sur place, comme pour exposer son nouveau corps aux yeux de sa seule complice, Lilya se mit à rire. Des mois qu’elle cachait son identité et cherchait à flouer tous ceux connaissant Carys. Comme elle se plaisait à s’affirmer sa véritable personnalité. Fini les faux semblant, les horreurs qu’elle devait accomplir pour ne pas trop agir différemment.

« Alors? Comment tu trouves cette nouvelle enveloppe? Un peu opulente et généreuse n'est-ce pas? » Soulevant ses propres seins sans aucune gêne, elle grimaça avant de lancer un des regards froids dont elle avait le secret. « Ses horreurs me font un de ces mal de dos, je ne te dis pas. »
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Lun 14 Juil - 2:45


killer queens

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

Le mystère régnait subtilement dans l’atmosphère, comme une légère brume à l’odeur musquée. C'est l'incertitude qui nous charme, disaient certains. Tout devient merveilleux dans la brume, poursuivaient-ils. Pourtant, la brunette se sentait plus étouffée qu’autre chose présentement. Car s’il y avait bien une chose dont Cordelia avait horreur, c’était ne pas être maître de la situation, ce qu’elle n’était justement pas vu les circonstances mystérieuses autour des quelles gravitait la conversation actuelle. Et si elle, avec l’humeur justifiée à une telle circonstance, aurait pu apprécier que l’identité de quelqu’un soit une énigme, une devinette, en ce moment, elle se sentait surtout agacée de ne pas pouvoir mettre le doigt sur une réponse à la fois si futile et si importante. Crispée, elle se mordait la joue intérieure. Pour une bonne de service, elle s’avachissait sur le sofa avec bien trop de classe, mais surtout sans trop de gêne, alors que Dieu sait que Lilya n’hésiterait ne serait-ce une seule seconde à couper pieds, mains et langue à tous ceux qui l’offenseraient d’une quelconque manière et s’asseoir de la sorte sur le sofa « de la reine », ce n’était décidément pas la bonne méthode à suivre pour éviter un destin funeste.

Et la voilà qu’elle s’élançait non sans grâce, mais encore une fois toujours avec une insolence qui ne pouvait être celle d’une piètre femme de ménage. L’observant croiser ses jambes et opter pour un aplomb digne des femmes fatales, maîtresses de ce bas monde. Cordelia leva un sourcil, incrédule, sceptique aussi. Soit elle avait en face d’elle une imposteur, une énième femme sans saveur, tentant pathétiquement d’être la copie conforme de Lilya et elle, ou bien, peut-être était-elle en fait une amie de Lilya, tout à l’instar de Cordelia. « Moi? Je ne suis pas la femme de chambre… Pour être honnête. » Elle l’avait fini par le deviner d’elle-même ça, merci, c’est gentil. Cordelia roula pencha légèrement la tête, ses iris caféinés exprimant sciemment son avis sur l’évidence des propos de la brunette. Tant mieux, elle n’était pas aussi pathétique qu’elle l’avait d’abord supposé. « Félicitation! Mais encore? » Persifla-t-elle, outrecuidante et pas réellement impressionnée pour l’instant. Elle faisait exprès de la faire patienter de la sorte et Cordelia en avait horreur.
Bien heureusement, le suspense ne dura pas bien longtemps et le discours de son interlocutrice fût plutôt direct et concret. « Vois-tu, lorsque mon corps a décidé de me trahir, j’ai un peu perdu la tête. Pour finalement me raccrocher à la vie de façon frénétique. Donc, pour répondre à ta question. Si on parle d’ADN, je suis Carys Lemoyne. Une paumée sans avenir qui a fait une overdose et qui a rendu l’âme. Si l’on me demande qui est aux commandes, je te répondrais que je suis heureuse que tu ne sois pas étonnée que j’ai pu vaincre la mort. » Un petit moment de pause. La succube prit bien le temps d’avaler sa dernière gorgée de vin avant de lever un sourcil, plus dubitative que jamais. Pourtant, tout se plaçait dans sa tête, les mots qu’elles avaient échangés auparavant semblaient enfin avoir du sens, et tout semblait s’enfiler parfaitement. « Lilya? » susurra-t-elle, un sourire s’esquissant vicieusement sur ses lèvres parfaitement maquillées. Pouffant un rire qu’elle tût aussitôt, elle alla même jusqu’à se mordre la lèvre inférieure, ébahie par la volonté de la vieille sorcière. Il n’y avait pas à dire, c’était du typique Lilya et elle avait frappé fort avec ce coup.

S’avachissant dans le sofa davantage, Cordelia en profita pour regarder Lilya parader devant elle, tournoyer, faire la belle, présenter sa grâce à la clientèle qui consistait uniquement de Cordelia en ce moment, mais ce n’était pas une raison pour ne pas pavaner avec grâce pour autant. « Alors? Comment tu trouves cette nouvelle enveloppe? Un peu opulente et généreuse n'est-ce pas? » La démone esquissa de nouveau un sourire, alors qu’elle regardait son interlocutrice des pieds jusqu’à la tête, avant de faire marche-arrière pour fixer sa poitrine. Penchant légèrement la tête, elle contempla l’ampleur de celle-ci tout en plissant les yeux. « T’as un peu l’air d’une pute tout de même. » laissa-t-elle sortir de ses lippes sensuelles avec cette nonchalance pour laquelle elle était si bien connue, ses mots s’assortissant ainsi avec des tonalités espiègles dans la voix. Haussant par la même occasion les épaules de manière désinvolte, un sourire malin drapant subtilement son visage, Cordelia n’allait pas se retenir parce que c’était Lilya. Celle-ci ne serait pas préservée du venin de la sorcière ni des piques incessants avec lesquels elle pouvait assaillir toutes les discussions qu’elle entreprenait. C’était sa nature, elle était acerbe et mauvaise. « Ses horreurs me font un de ces mal de dos, je ne te dis pas. »

La sorcière gloussa un peu avant de se lever du sofa à son tour, laissant son verre de vin sur la table la plus proche. Croisant les bras sous sa poitrine à elle, le temps de s’avancer vers la vieille sorcière, la démone tourna autour de cette dernière comme un vautour tourne autour de sa proie. Mais bien évidemment, Lilya n’avait rien à craindre, pas de la part de Cordelia. Elle avait plus d’expérience, elle était plus vieille et ultimement elle était aussi beaucoup plus obsédée par le chaos que Cordelia ne l’avait jamais été par le passé, mais tout de même, il était difficile de supprimer de vieilles habitudes. « Tu te rends compte que ce sont probablement des faux, n’est-ce pas? » Plissant les yeux et fixant davantage les énormes seins de sa consœur, Cordelia n’hésita pas plus d’une seconde et déposa ses mains délicates sur la poitrine de cette dernière et tâta la marchandise grossièrement, ni sans gêne à son tour. « Chérie, si ce sont des vrais, on s’est vraiment toutes fait baisées par Mère Nature à l’exception de ta petite Karine ou je ne sais trop quoi. » Notez que Cordelia n’avait jamais vraiment été douée avec les prénoms.
La brunette lâcha donc la paire de pastèque pour retourner vaquer à une autre occupation. Se servant à elle et Lilya une deuxième coupe de vin, elle tendit celle appartenant à la brunette à cette dernière. « Trêve de futilités, veux-tu? » dit-elle en buvant une gorgée de ce bon vin alors qu’elle se forçait à ne pas sourire en même temps. « Comment y es-tu arrivée? » demanda-t-elle, sincèrement curieuse. Lilya avait toujours été une sorcière puissante, plus puissante que Cordelia ne le sera jamais. Et tout cela la fascinait vraiment. Défier la mort, c’était tellement captivant.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Ven 18 Juil - 20:14

Hello honey
Surprise! J'ai réussi à battre la chirurgie esthétique à son propre jeu.


« Lilya? » Elle gémie de plaisir en entendant son vrai prénom sortir des lèvres de l'autre sorcière. Combien de mois s'étaient écoulés depuis que quelqu'un avait prononcé ces sons devant-elle? Le plaisir était si bon qu'elle le savourait plus que le vin. Plus que le sexe, que sa nouvelle identité avait perverti dans son esprit déjà fort dérangé. Faisant mine d’acquiescer, elle attendit que l’information soit comprise et assimiler avant de se pavaner sous le regard de la seule qui ne lui reprocherait pas. Son nouveau était pour le moins généreux, ce qui contrastait avec son ancienne apparence. C’était amusant et troublant. « T’as un peu l’air d’une pute tout de même. » Sourcillant avant d’éclater d’un rire franc, elle s’inclina devant Cordelia. Cette femme ne savait pas à quel point elle ressemblait à une telle femme. Puisque Carys en était une.
Laissant le temps à la jeune femme de faire sa part dans le spectacle qu’elles donnaient en permanence, Lilya patienta. Laissant l’esprit de la sorcière fonctionner. Attendant que son propre rôle soit de nouveau demandé. « Tu te rends compte que ce sont probablement des faux, n’est-ce pas? » Souriant, Averyl s’amusa de cette affirmation. Faisant signe que c’était hors de son contrôle. Qu’elle femme se ferait mettre autant de poitrine? La douleur qui suivait en permanence ne le valait certainement pas. Regardant Cordelia s’approcha, son expression passa du questionnement à l’étonnement. On venait de déposer des mains sur ses seins pour mieux les examiner. Elle n’était même pas en compagnie d’un docteur. « Chérie, si ce sont des vrais, on s’est vraiment toutes fait baisées par Mère Nature à l’exception de ta petite Karine ou je ne sais trop quoi. »

Riant à gorge déployé, elle reprit sa respiration à plusieurs reprises avant de retrouver le contrôle de ses nerfs. Avalant sa salive, elle regarda de nouveau sa seule ''amie''. « Je peux t'assurer qu'on a toutes perdu à la loterie de mère nature ma belle. Parce que, lorsqu'ils se balancent, on ne peut pas douter du matériel d'origine. » Soulignant d'un geste gracieux l'opulente poitrine qui était maintenant la sienne. Allant s'asseoir de nouveau, elle sourit à son invité. Heureuse qu'elle l'ait cru assez facilement. Elles avaient des choses à aborder entre associées. « D'ailleurs, tu ne sais pas à quel point cette fille ressemblait à une pute... Puisqu'elle était la plus recherchée de ses messieurs influents du gouvernement. Tu aurais dû voir la tête que je faisais en le découvrant. »

« Trêve de futilités, veux-tu? » Portant le liquide rougeâtre à ses lèvres, elle lança un regard froid à sa compagne. Elle se doutait de ce qui suivrait, ne savait pas vraiment quoi répondre. Elle devrait improviser. Secouant sa chevelure frisée, Lilya pris son aise dans ce hideux sofa. « Comment y es-tu arrivée? » Mordillant sa lèvre inférieure, la femme qui avait survécu hésitait. Comment expliquer une expérience qu'elle avait vécue sans la rechercher. « Dans ma jeunesse, j'avais entendu parler d'une capacité étrange que certains sorciers avaient. Ils pouvaient voler le corps d'une personne qui mourrait pratiquement au même moment qu'eux. Toutefois, ça n'a jamais été prouvé. Puis, de nos jours il y a tant de savoir qui s'est égaré, que je croyais à une légende. » S'humidifiant les lèvres avant de reprendre, Lilya était sérieuse. « J'allais mourir et je ne le voulais pas. Mon corps me lâchait, il me trahissait. J'ai perdu la bataille contre lui. Je le croyais, jusqu'à ce que j'ouvre les yeux dans cet appartement miteux. J'avais cette apparence, cette vie. »  S’étirant à l’exemple d’un chat, elle ajouta : « Je ne peux expliquer comment j’ai réussi à faire ça. Mais, aujourd’hui je suis aussi faible qu’une sorcière débutante. J’ai tout le savoir que ma vie m’a apporté et je suis de nouveau un bébé. »

Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « killer queens » ㄨ cordelia&lilya   Lun 28 Juil - 6:25


killer queens

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

Ses mains sur la poitrine de Lilya, ou de Carys plutôt, la scène ressemblait de façon plutôt vulgaire à un porno de mauvais goût, mais il fallait avouer qu’il n’y avait probablement qu’elles pour agir de la sorte entre elles. Mais elles avaient une certaine complicité que très peu avaient. En fait, peut-être cela était-il le mot le plus approprié ; elles étaient complices avant d’être réellement amies. Elles avaient des points commun, une complicité indéniable, des principes et des valeurs, ou plutôt un manque de principes et de valeurs similaires, elles se retrouvaient un peu sur un terrain commun qu’elles acceptaient toutes les deux de partager parce qu’elles considéraient toutes les deux l’autre comme une égale de même envergure qu’elle-même. « Je peux t'assurer qu'on a toutes perdu à la loterie de mère nature ma belle. Parce que, lorsqu'ils se balancent, on ne peut pas douter du matériel d'origine. » Refermant son emprise contre les seins de la brunette, Cordelia commença à les faire balancer d’un côté puis d’un autre, sans réelle cadence, rythme ou sens. Sa seule intention était tout simplement de tester la véracité des propos adressés par la vieille croûte. « Tu me pardonneras de garder mes doutes, mais je suis prête à parier que ce sont des faux. » dit-elle en lui accordant un clin d’œil, avant de serrer la chaire de la brunette de façon indécente et impétueuse, seulement pour les relâcher avec sa nonchalance habituelle. Ce fût divertissant les quelques secondes que ça avait duré, mais la sorcière ne cherchait pas à passer sa soirée à tâter la poitrine de Lilya, toute aussi opulente pouvait-elle être.

Retournant vaquer à une occupation bien différente, Cordelia se servit à elle et à Lilya une deuxième coupe de vin, coupe qu’elle tendit à l’intéressée. « D'ailleurs, tu ne sais pas à quel point cette fille ressemblait à une pute... Puisqu'elle était la plus recherchée de ses messieurs influents du gouvernement. Tu aurais dû voir la tête que je faisais en le découvrant. » Gloussant, railleuse, mais surtout insolente et outrecuidante comme elle savait si bien se montrer, même dans les situations qui pouvaient très bien se passer de sa présomption coutumière, la sorcière rétorqua aussi vite. « C’est toujours le cas. » Pesta-t-elle, malgré un clin d’œil qui accompagna ses dires. Elles étaient complices, mais jamais Cordelia ne le répéterait jamais assez ; ça ne voulait pas dire que Lilya possédait un laissez-passer face au venin que crachait si prestement la succube. « Ça ne parait pas t’embêter plus qu’il ne le faut, en revanche. » susurra-t-elle doucement, d’un timbre de voix discret, peut-être même tendrement blasée, mais toujours aussi audible. Jamais ne mâcherait-elle ses mots, surtout pas face à quelqu’un comme Lilya qui pouvait très bien prendre sur elle, un rictus malicieux scellé contre ses lèvres. Elles étaient plutôt similaires à ce sens. Mais si leurs plaisanteries étaient agréables, et qu’apparemment, elles se sentaient toutes les deux d’humeur loquaces, lorsqu’il était question d’une conversation entre deux sorcières, le sujet devait parfois dépasser celui d’une nouvelle poitrine, aussi exceptionnelle soit-elle. « Trêve de futilités, veux-tu? » dit-elle avant de boire une gorgée de ce bon vin qu’elle s’était versé dans l’une des coupes dispendieuses de Lilya.  « Comment y es-tu arrivée? » questionna-t-elle, à la fois étonnée de l’exploit de la sorcière, mais aussi curieuse d’en apprendre plus. Peu de gens pouvaient se vanter d’avoir survécu à leur mort éminente, mais la brunette était l’une d’entre elles semblerait-il. Ultimement, Cordelia cherchait surtout à savoir comment sa consœur s’y était prise dans l’espoir de pouvoir s’en servir un jour, même si elle n’espérait pas devoir quitter son corps actuel. Lilya se complaisait peut-être de revêtir la carcasse d’une traînée des quartiers miteux de la Nouvelle-Orléans, mais Hopkins, elle, ne se rabaisserait pas si bas.

Tendre morsure contre cette lèvre inférieure beaucoup plus pulpeuse qu’avant, Lilya semblait réellement apprécier ses nouveaux atouts. À vrai dire, la brunette lui trouvait presqu’une nouvelle assurance, une confiance en soi, que certes elle avait toujours eu, mais qui semblait s’exprimer davantage à présent. « Dans ma jeunesse, j'avais entendu parler d'une capacité étrange que certains sorciers avaient. Ils pouvaient voler le corps d'une personne qui mourrait pratiquement au même moment qu'eux. Toutefois, ça n'a jamais été prouvé. Puis, de nos jours il y a tant de savoir qui s'est égaré, que je croyais à une légende. J'allais mourir et je ne le voulais pas. Mon corps me lâchait, il me trahissait. J'ai perdu la bataille contre lui. Je le croyais, jusqu'à ce que j'ouvre les yeux dans cet appartement miteux. J'avais cette apparence, cette vie. » Incrédule, la sorcière regardait sa complice d’un air perplexe, un sourcil levé, détournant le regard le temps d’une brève réflexion, avant qu’elle ne daigne reposer ses tendres iris caféinés sur Lilya. « Tu n’as rien fais donc? Tu t’es réveillée, comme ça, dans le corps de la dernière des prostituées de la Nouvelle-Orléans sans rien procéder à faire quoique ce soit? » Son timbre de voix exprimait la bêtise des propos qu’elle tenait. Comment était-ce possible de toute façon? C’était bête à dire, mais sept cent ans d’existence, et pourtant la magie contenait encore bien trop de secrets aux yeux de la démone. « Il y a pas à dire, pour quelqu’un qui n’a fait que baiser le monde dans tous les sens du terme, ce dernier s’est montré très clément avec toi. » dit-elle en levant son verre à l’honneur de la survivante. Lilya était probablement encore pire que Cordelia ; une psychopathe doublée d’un désir insatiable pour le chaos, la destruction, le désespoir ; elle ne vivait probablement que pour ces trois choses. Dire qu'elle avait dupé le monde entier, ce n'est pas peu dire, et pourtant, c’était bel et bien Lilya qui se voyait octroyé une seconde chance. C’était plus qu’un billet de loterie qu’elle avait gagné et la brunette se demandait si sa consœur arrivait à comprendre l’étendue de son exploit, intentionnel ou pas.

S’étirant comme un félin le ferait, Lilya conclut le tout. « Je ne peux expliquer comment j’ai réussi à faire ça. Mais, aujourd’hui je suis aussi faible qu’une sorcière débutante. J’ai tout le savoir que ma vie m’a apporté et je suis de nouveau un bébé. » La sorcière plissa les yeux, observant avec attention les traits de sa complice, épurant chacun de ses gestes, respirations, battement de cils, et pourtant, elle ne semblait pas pour le moins du monde nerveuse ou effrayée par ce qu’elle tenait comme discours. « Encore une fois, ça ne semble pas trop te préoccuper. » gloussa-t-elle, ne manquant pas de railler sa consœur d’une expression de visage qui en disait long sur l’insouciance de son ainée. « Certes, tu n’as plus le même visage, mais ça ne saura tarder avant que ton petit secret ne tinte aux oreilles de la mauvaise personne. Et vulnérable comme tu es présentement, je ferais attention si j’étais toi. » Sous-entendit la succube d’un timbre de voix qui se voulait à la fois innocent et malicieux, une balance parfaite qu’elle maîtrisait, une nuance qu’elle revêtait comme toutes les autres. Se calant au fond du canapé, Cordelia croisa les jambes, baisant sa coupe après avoir pris une gorgée. « Après tout, s’il y a bien une sorcière que l’on déteste plus que moi, c’est toi Lilya. » dit-elle en ricanant tendrement. Ça ne l’avait jamais vraiment irrité ; le fait que presque personne ne la comprenne ou ne l’apprécie, ça devait être le cas pour Lilya aussi, et c’était probablement l’une des raisons principales derrière leur complicité distinguée.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« killer queens » ㄨ cordelia&lilya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « killer queens » ㄨ cordelia&lilya
» Slowin Killer : Optimisation de Windows
» MDK: My Dear Killer...
» There's a killer on the road... (na têtre pas quand même...)
» Jack the Giant Slayer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-