AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It is finished [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: It is finished [Pv]   Lun 17 Sep 2012, 00:38

Une fois encore me voici descendant les marches de mes appartements après une partie de vol tellement agréable. Il est rare que je sorte en volant en pleine journée mais il est tellement agréable de voler par ce temps. Une douce brise traversant mes plumes, caressant mon bec, glissant sur mon dos. J’ai ensuite enfilé un costume de grande classe comme toujours lorsque je descends dans mon casino. Affublé de mes lunettes rouges je jette un coup d’œil aux salles pleines de ce dernier. Même en plein milieu d’après-midi mon casino est toujours bondé. Je regarde l’heure sur ma montre hors de prix et je constate que j’ai un peu d’avance.

Je vais alors à la rencontre des flambeurs afin de les féliciter comme à mon habitude, s’ils savaient qu’en fin de compte ils vont perdre comme toujours. Il n’y a qu’un seul gagnant dans les casinos, c’est la banque. Je sens bien serré contre mes flancs mes deux armes de prédilection. Je vais saluer chacun de mes employés par leur prénom, puis je me rends au bar du casino.

A peine je fais quelques pas je vois déjà le serveur m’apportant un verre de scotch et un cendrier. En effet dans mon établissement il est possible de fumer, peu importe les lois en vigueur ailleurs. Quand l’on peut répondre à son addiction tout en jouant on dépense plus, et de ce fait je gagne plus. D’ailleurs il est bien dit que mon établissement est un établissement fumeurs, donc les non-fumeurs n’ont qu’à pas venir s’il ne supporte pas la fumée. Mais l’appelle du jeu est toujours plus fort qu’un peu de tabagisme passif.

Voilà enfin celle que j’attendais. Sacha. Je dois avoir une discussion avec elle, car même si je compte lui annoncer que nous n’aurons plus aucun rapport sexuel, je dois pouvoir estimer si oui ou non elle mérite de rester en vie. Après tout je me suis toujours promis que le jour où elle ne m’amuserait plus je la liquiderais. Seulement ce n’est pas parce qu’à l’avenir nous n’aurons plus de liaison que nous ne pouvons plus entretenir une certaine complicité.

Elle s’approche de moi, et viens à ma table, je lève alors les mains et claque des doigts. Déjà un serveur accourt pour lui tirer sa chaise tandis qu’un second lui apporte un verre de son breuvage favori. Je la regarde dans les yeux et lui offre alors l’un de mes sourires dont j’ai le secret. Heureusement que pour une fois ma femme sait que je dois la rencontrer afin de mettre fin à notre relation extra-conjugale.

« Merci d’être venue, tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Lun 17 Sep 2012, 16:28

Il m'a invité. Je rêve. Il m'a convié à son casino. Folle de rage, je brise un miroir à l'autre bout de la pièce en le frappant de mon portable, à présent en pièces au pied de l'objet. Mince alors, même avec un portable, et même sans regarder mon objectif, je l'atteint. Encore une fois. C'était impressionnant, toute cette adresse qui venait de je ne sais où. Soupirant une longue plainte tout droit sorti de mes entrailles, je frissonne déjà de colère. Le revoir me dégoute au plus haut point. Et le fait qu'il se croie permis de me convier, encore plus. Depuis quand suis-je sous ses ordres ? Depuis quand croit-il pouvoir me donner rendez-vous quand il veut, ou il veut ? Je ne suis pas du genre à ce que l'on me soumette, moi, je pensais qu'il l'avait compris, après nos nombreuses nuits passées ensemble.

Mais...MAIS ! Cet appel tombait bien. Le revoir allait me donner l'occasion d'en finir, une bonne fois pour toute. Ce pervers ne finirait pas sa nuit, je me le promis. Je ne pouvais souffrir plus longtemps de sa présence, de sa vie tout simplement. Son coeur devait cesser de battre, j'en rêvais même quelques nuits. Je me dirigeai donc vers mon armoire, autant que je lui fasse honneur le soir de sa mort en m'habillant de mes plus beaux vêtements. Une fois vêtue d'une robe longue au décolleté plongeant et aux couleurs chaudes pour s'accorder à ma couleur de cheveux si prononcée, c'est justement cette chevelure que j'allais coiffer. Dans la salle de bain, face au dernier miroir encore debout de cet appartement, je me surprend à repenser à nos moments complices, rien qu'à nous. Comment en suis-je venue à le détester à ce point ? Il me paraissait pourtant que l'on s'entendait bien, lui et moi. Bien plus qu'un objet sexuel, William était presque devenu une présence que je désirai auprès de moi. Alors pourquoi, aujourd'hui, souhaiter sa mort ?

Bonne question. Toujours est-il que je cachais un poignard pas plus long de six centimètres dans mon chignons, parmi les barrettes. Peu importe la longueur de l'arme, dans tous les cas, même les yeux bandées, je l'aurai, il décédera. Une fois prête, je me mets donc en route vers le Casino Royal. L'on m'y attend, comme d'habitude. Ce qui est plaisant dans le fait de coucher avec le patron d'un casino, c'est que l'on y est merveilleusement bien traité ! J'attendais donc sans mal mon hôte qui ne tarda pas à me rejoindre. Beau comme un Dieu, comme toujours. Mais ce soir, je vais l'écraser. Je vais à sa rencontre, il demande à ce que l'on m'aide à prendre place en face de lui. Je remercie d'un regard le serveur qui me tend ma chaise, avant de la replacer délicatement sous moi. Quelle délicate attention, mon cher William...

-Merci d’être venue, tu vas bien ?

-Visiblement je n'en ai pas l'air, puisque tu demandes même à me faire assister, maintenant, souriais-je en faisant allusion au fait qu'il avait demandé à un serveur de venir à moi.

Il demande aussi deux boissons. Bon sang, qu'il me connait bien ! Je fais la moue en pensant que je vais liquider le précieux ami qu'il était devenu. Tant pis. Une fois ma boisson préférée face à moi, j'y trempai les lèvres avant de sourire malicieusement au bel homme face à moi.

-Alors, que me vaut cette invitation ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Lun 17 Sep 2012, 17:15

Je la vois habillé d’une robe splendide. Et d’un chignon fait avec des baguettes. Une cependant n’échappe pas à ma vision de skinchanger. Je distingue nettement un éclat brillant et une sorte de dent. Il s’agit donc d’une arme blanche, mais comme Sacha fait partie des amies du patron elle peut rentrer sans passer le détecteur de métaux. Je me promets de faire changer cela et que toutes personnes sauf moi-même et ma femme devront à présent passer sous ce détecteur. Je ne sais pas ce qu’elle compte faire de cette arme, mais si elle a décidé de l’utiliser sur moi elle devra en assumer les conséquences. D’un bref coup d’œil aux vigiles armés de la salle je leur fais comprendre de se tenir sur leur garde.

Je l’accueil cependant le plus naturellement du monde en intimant au serveur de venir lui tirer sa chaise et de lui apporter sa boisson favorites. Je me sers alors de banalités d’usage en lui demandant comment elle va, et la réponse qu’elle m’offre alors est cinglante, comme je m’y attendais :

-Visiblement je n'en ai pas l'air, puisque tu demandes même à me faire assister, maintenant.

Je ne peux penser à autre chose qu’à l’arme qu’elle essai de cacher dans sa chevelure colorée. Je dois rester sur mes gardes. Je réponds à ses accusations d’un sourire ravageur qui la faisait fondre sans problème lors de nos ébats répétés. Cela dit je ne compte pas me laisser marcher dessus et elle le sait tout aussi bien que moi, c’est pourquoi je lui réponds alors :

« Moi qui pensait que tu t’étais enfin habitué à ce qu’on appelle les bonnes manières. Il ne s’agit pas d’assistanat mais de galanterie. »

Je la regarde droit dans les yeux sans cesser de sourire, et tandis qu’elle boit une gorgé de sa boisson j’en fais autant avant mon scotch. J’avais oublié à quel point il était bon. Il faut dire que depuis que je suis devenu fidèle à ma femme, je ne prends plus le temps de déguster un verre avant d’aller saluer les flambeurs. Je m’acquitte de mes tâches rapidement afin de pouvoir rentrer pour manger avec mon épouse. Et je dois dire que notre cuisinier fais des merveilles, digne des plus grands restaurants.

Elle reprend alors la parole, toujours sur le même ton de reproche :

-Alors, que me vaut cette invitation ?

Je ne réponds pas tout de suite et bois avant tout une gorgé de mon breuvage que j’apprécie tant. Mais même si j’en abuse comme le ferait un humain mes réflexes n’en reste pas moins excellent, mon sang de métamorphe à tendance à diminuer les effets de l’alcool, il faut vraiment que j’en bois beaucoup pour devenir saoul. Je reprends ensuite ma cigarette que j’ai allumée un peu plus tôt et tire une bouffée de cette dernière avant de répondre :

« Comme tu le sais sûrement déjà j’ai cessé de voir toutes mes maîtresses depuis peu, mais comme tu n’es pas comme les autres j’ai pensé que tu méritais que je te l’annonce en personne. »

Je marque une pause puis je reprends, après une nouvelle taffe de ma cigarette, et avec humour cette fois :

« Je me disais que si ton plan d’assassinat échoue, et je dois dire qu’il a des bonnes chances d’échouer si tu regardes autour de toi, et que tu me dis pourquoi tu me voue tant de haine nous pourrions au moins rester en bon terme, mais si nous ne serons plus amant. »

Je souris avec cynisme, en effet je me doute qu’elle ne s’est pas doutée un seul instant que j’ai deviné en voyant son chignon qu’elle comptait belle et bien tenté de me tuer. En même temps elle me donnerait ainsi une belle occasion de mettre fin à ses jours et ainsi d’accomplir mes projets premier. Nous verrons bien où cela nous mène, cela dit je suis sur mes gardes prêt à esquiver n’importe quelle attaque et prêt à tirer. Les vigiles et le chef de la sécurité sont tous en place, au moindre mouvement suspect de la part de ma chère « amie » ils tireront sans sommation. Après tout ils sont là pour faire régner l’ordre, et s’en prendre à leur patron s’est après tout une forme de désordre.

Je l’observe alors toujours avec ce même sourire vainqueur sur le visage afin de pouvoir me délecter des expressions de son visage. Mais je ne dois pas crier victoire trop vite. Elle m’a souvent prouvé par le passé qu’elle a plus d’un tour dans son sac, seulement cette fois je joue à domicile.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Lun 17 Sep 2012, 18:05

Tout mon corps frissonnait de cette énergie dévastatrice qui m'avait poussé à cacher cette arme dans mes cheveux. Je réfléchissais déjà à la manière dont j'allais l'utiliser. Ce bel homme se trouvant chez lui, difficile de l'assassiner en publique. Quoi qu'avec mon remarquable don fraichement acquis, il pourrait y avoir toute une armée autour de nous que cette seule et unique arme cachée parmi mes barrettes ne le louperait pas. L'on pourra bien sûr me tuer après, mais lui serait mort de toute manière. Dans tous les cas, tu crèves, eu-je envie de lui dire. Monsieur s'alluma une cigarette, et perçut bien distinctement la tension dans ma voix. Il sentait bien que je n'étais pas là pour rigoler. Lorsqu'il me répondit qu'il ne s'agissait là que de bonnes manières, je lui lançais un regard assassin. Avions nous besoin de bonnes manières ? Il n'y en avait jamais eu entre nous, il faut dire que nos entretiens étaient toujours courts mais surtout trop mouvementés pour que nous prenions le temps de perdre notre salive en futiles paroles.

Restant silencieuse, je ne répondis pas, le laissant fumer et boire comme bon lui semblait. Pourtant pas très attentive à ce genre de geste habituellement, je remarquai sans mal le regard appuyé de William vers ses gardes. Un nouveau frisson me parcourut, mais pas de peur, ni d'adrénaline comme depuis l'appel de mon ancien amant. Non, ce frisson venait d'ailleurs. Il venait comme... d'un autre corps. Je regardais, surprise, autour de moi. Ce n'était pas la première fois que je sentais cette sensation étrange d'une inconnue près de moi. Etrange... Mais je n'eu pas le temps de m'attarder sur ces événements, car William répondait à ma deuxième question. Je ris lorsqu'il eut fini.

-Alors, tu me mets à la porte. La bonne blague !

Mais je perdis mon rire lorsqu'il fit mention de l'arme cachée dans mes cheveux. Merde. Loupé. Tant pis, autant jouer cartes sur table, moi je le sais mais lui non: dans tous les cas il est perdu.

-Il n'y a pas de soucis, mon cher William. Invites donc tes gardes à notre table, ils pourraient être plus proches encore qu'ils n'arrêteraient pas ce poignard.

C'était à mon tour de sourire d'un sourire triomphant. Combien de fois avais-je déjà essayé ce don ? Les yeux bandés: je marquais. Les yeux bandés, une main dans le dos: je marquais. Et même en arrière, je marquais ! Aucune cible ne me résistait, à partir du moment où je la choisissais.

-Mais ne soyons pas si médisants. Tu as raison, je te dois quelques explications. Explications cependant inutiles à présent puisque tu as choisis de cesser nos... entretiens. Finalement, ce poignard ne te sera peut être pas destiné, si Monsieur reste en effet sage et ne pose même plus un regard sur ma personne, il se pourrait bien que je le laisse en vie.

Mes mots étaient froids, d'une froideur que je ne me connaissais pas avec lui, voila la première fois que je lui parlais ainsi. Mais bon, il avait l'habitude de mon mauvais caractère, cependant, me voir m’amener à notre rendez vous armée doit le désorienter. Mais que lui répondre ? Je n'ai pas plus de réponse que lui. Aussi étrange soit-il, je me suis éveillée un matin avec la féroce envie de lui arracher la tête. C'est comme ça. Peut être était-ce encore une fois cette présence en moi ? Et si j'étais schizophrène ? Peut-être était-ce ça qui m'offrait cette extraordinaire dextérité ?

Je commençais à comprendre certaines choses, mais ce n'était ni le moment, ni l'endroit. Fronçant les sourcils, je pris la décision d'aller consulter un médecin. Et tout de suite ! Certaines choses étaient étranges ces derniers temps, il était temps que je prenne ça au sérieux et que je m'en inquiète. Je me levais, fis un signe de main à William et lui dis, avant de me diriger vers la sortie:

-Bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Mar 18 Sep 2012, 18:24

Le comportement de Sacha est extrêmement ambigu. Elle n’a jamais été quelqu’un que l’on pouvait déchiffrer. Cependant notre dernière s’était plutôt bien finie. Nous ne sommes pas en froid c’est pourquoi je ne comprends pas son comportement. Nous sommes plutôt en bon termes mais dès qu’elle arrive elle commence à manifester sa mauvaise humeur, de plus elle est venue armée. Que dois-je penser de cela ? Est-elle réellement aussi folle que je m’amuse parfois à le penser ? Son caractère instable aurait-il eu raison de nous ? De toute façon il n’y a plus de nous à utiliser à présent. Au mieux nous serons ami à présent, bien que vu son comportement et la tentative vaine de masquer une arme pour notre entretien ne nous mène qu’a deux issus. Tandis que mes vigiles prennent place les derniers clients du bar sorte sans que la jeune femme face à moi ne s’en rende compte. Il ne reste plus que nous, mes gardes et le serveur terrorisé qui assiste à notre échange.

Je lui annonce alors que désormais je ne serai plus infidèle à ma femme, tout en mettant les formes et je lui dévoile aussi que pour moi elle était plus qu’une simple maîtresse mais une partenaire très spéciale. C’est pourquoi j’ai décidé de le lui annoncer en personne. Sa réaction est exactement celle à laquelle je m’attendais :

« -Alors, tu me mets à la porte. La bonne blague ! »

Je lui rends son sourire cynique tandis que je lui annonce que nous pourrons rester en bon termes une fois que sa tentative de me tuer aura lamentablement échoué. Je ne suis pas sot, je sais très bien ce qu’elle vaut. Je sais très bien que si elle a décidé de me tuer je vais devoir me donner à fond pour m’en sortir, et je devrais mettre fin à ses jours avant qu’elle n’est le temps de le faire en ce qui me concerne. Je lui montre donc d’un geste circulaire l’armé de garde qui nous regarde. Plusieurs ont déjà la main sur leurs armes, prêt à ouvrir le feu au moindre faux pas de la demoiselle.

-Il n'y a pas de soucis, mon cher William. Invites donc tes gardes à notre table, ils pourraient être plus proches encore qu'ils n'arrêteraient pas ce poignard.

Je ne réponds pas mais mon arrogance me force à garder mon sourire moqueur sur le visage, j’ai décidé de la laisser finir, toujours à l’affut du moindre mouvement offensif. Je ne veux pas que cela dérape, mais s’il faut je la tuerais sans scrupule. Elle m’a déjà vu à l’œuvre, tout du moins en partie. Elle ne connait pas vrai niveau. Je n’ai jamais usé de mes qualités de métamorphe en sa présence. Elle n’a jamais pu voir mon don d’ouïe sur développé, de vue parfaite, de vitesse accéléré, et de guérison rapide. Elle ne sait rien de tout ça. Elle me prend simplement pour un humain sadique trop sûr de lui. Si elle engage le combat elle sera face à un adversaire qu’elle n’avait pas prévu.

-Mais ne soyons pas si médisants. Tu as raison, je te dois quelques explications. Explications cependant inutiles à présent puisque tu as choisis de cesser nos... entretiens. Finalement, ce poignard ne te sera peut-être pas destiné, si Monsieur reste en effet sage et ne pose même plus un regard sur ma personne, il se pourrait bien que je le laisse en vie.

Je ne l’interromps toujours pas, mais ces mots sont d’une froideur de glace, jamais encore elle ne s’était adressé à moi sur ce ton-là. Je ne comprends toujours pas ce qui lui prend. La folie est ma seule explication logique. Ou alors fait-elle partie de ces gens qu’ont dits possédé ? Je ne croyais pas tellement à cette rumeur jusqu’à ce que j’aie un spécimen en face de moi. Ce pourrait-il que cette ravissante créature ai été victime de cette malédiction, qui je dois le dire est pire que la mienne.

Elle se lève cependant s’apprêtant à partir, c’est alors qu’elle se rend compte que le bar est vide et que les portes sont maintenant fermés. Deux de mes gardes devant la porte la surveille et ne se pousse pas quand elle arrive à leur niveau.

« Monsieur Harlow n’en a pas fini avec vous Mlle. »

« Je pense qu’elle avait compris Stan, merci. »

Elle se retourne alors vers moi furieuse. Tandis que mon vigile sort son arme. Il ne tirera pas sans mon autorisation ou tant qu’elle ne m’aura pas attaqué, mais je sens qu’il est mort de peur. Je ressens sa tension jusqu’ici. Il a pu saisir à quel point cette femme est dangereuse. Elle me toise tandis que je décroise mes jambes et, après avoir vidé mon verre d’un trait et tiré une dernière bouffée de ma cigarette, je l’écrase avec violence dans le cendrier. Je me lève alors et je m’approche d’elle sans pour autant envahir son espace, et je reste à une distance suffisante pour pouvoir me servir de ma vitesse qu’elle ignore pour éviter le coup et lui tirer dessus avant qu’elle n’est pu comprendre ce qui lui arrive. La prudence est de mise.

« Comprends bien que je ne mets pas en doute tes compétences que je sais excellentes. Cela dit tu n’as jamais eu l’occasion de connaitre mon vrai niveau. J’ai par précaution masqué mes vraies capacités en ta présence dans l’éventualité de ce genre de situation. »

Maintenant elle ne sait pas à quoi je fais allusion, peut-être a-t-elle deviné que je suis un skinchanger auquel cas elle sait que son couteau en acier sera inefficace sur moi, ou pense-t-elle simplement que je suis tout comme ma femme un mage noir, auquel cas elle doit être plus méfiante que jamais. Elle connait mon épouse et elle sait qu’elle n’est pas du genre à plaisanter.

« Maintenant j’aimerais que tu me donnes les vraies raisons de ce virement de sentiment à mon égard. Que tu te sentes délaissé je peux le comprendre, et je ne t’en voudrais pas de me mépriser pour ça bien que nos relations était claires dès le début. »

En effet dès le début nous étions d’accord pour nous limiter à des rapports d’assassinat commun et des rapports sexuels purement physique sans amour ni sentiment de l’un pour l’autre. Il était clair pour elle que j’aimais ma femme et que jamais je ne quitterai cette dernière pour elle. Tout comme il était clair pour moi que jamais elle ne s’engagera dans une relation sérieuse avec moi.

« Cela dit, tu avais l’intention de me tuer avant que je t’annonce quoi que ce soit, alors que nous nous sommes quitté en bon termes lors de notre dernier « entretien ». Explique-moi cette folie de vouloir m’affronter maintenant ? »

Je n’emploi exprès pas le terme tuer, car même si elle essai il ne sera pas aussi facile qu’elle le pense de parvenir à ses fins. Je ne pars pas vainqueur, mais partir perdant serait une erreur stratégique. Je l’observe alors attendant une réaction, toujours sur mes gardes prêts à me servir de mon arme de prédilection, et d’aussi prêt il n’y a aucune chance que je rate ma cible.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Jeu 20 Sep 2012, 16:48

Il me gonflait, ce mec. Il me toisait de ses grands yeux noirs comme s'il croyait pouvoir sortir de cet affrontement. Ou alors, si je n'arrivais pas à l'avoir lui, je me défoulerai sur un de ses gardes. Dans tous les cas, j'allais tuer. Cette pensée me fit frémir. Mais d'où me venait ces envies de meurtre ? Il m'écoutait, sans répondre. Alors, quand je sentis une présence autour de moi que je ne sus identifier, la peur me prit et je me levais d'un bond. Mon regard vagabonda alors autour de moi et je compris que l'on avait fait sortir tous les clients afin que, si la situation dérapait, il n'y aurait pas de témoins, ou de victimes. Furibonde, je serrai les poings, tentant de me frayer un chemin entre les gardes de William. L'un me fit par de quelques mots, et mon regard du trahir ma colère car je le sentis frémir à son tour. Je me retournai alors vers mon ancien amant, folle de rage.

-J'espère qu'il a bientôt fini alors, votre Mister Harlow, grognais-je.

Je fusillai le beau brun du regard. Il avait trois minutes au plus, ou j'allais écraser cette pointe de poignard dans son crane, peu importe si j'en mourrai après. Monsieur se lança alors dans ma monologue, s'étant un peu rapproché de moi. Je l'écoutais sans rien dire; alors qu'il m'expliquait qu'il n'avait pas montré ses talents cachés. Je m'approchai de lui jusqu'à pouvoir lui susurrer à l'oreille:

-Rien-à-foutre, souriais-je.

Puis, je fis demi tour pour faire à nouveau face aux gardes. Peut être que si j'en tuais un, je pourrai passer. Alors que j’échafaudais un plan pour éliminer un, ou même plusieurs gardes du casino, William dit une chose intéressante. Il en vint au fait que j'avais des idées de meurtre pour lui avant même qu'il n'ait déclaré notre 'séparation'. En fait, je m'en fichais pas mal, de ne plus me retrouver dans ses bras, j'avais d'autres plans à mes pieds. Alors oui, quoi ? pourquoi lui en vouloir autant. Ho et puis, après tout, je l'emmerde.

-William, quand on t'aura sonné, tu parleras. Maintenant, sois tu demandes à tes colosses de me laisser passer, sois j'en élimine deux trois dans la foulée.

A mes mots, l'un fit la grimace. J'eu un élan de compassion pour celui là. Oui, celui là, je le laisserai en vie. Prenant entre mon index et mon majeur mon poignard, ce qui laissa alors tomber mes cheveux sur mes épaules, je jouais avec entre mes doigts.

-Alors ?

Toujours de dos à William, je n'attendais que sa réponse pour savoir quoi faire. J'eu alors un moment de faiblesse, ou je me surpris à penser que s'il pouvait voir mon désarroi, peut être pourrait-il m'aider.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Dim 23 Sep 2012, 18:22

Alors que mes vigiles bloquent la sortie à Sacha, elle répond comme depuis le début de notre court entretien, c’est à dire avec hargne et colère. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle est comme ça mais dans l’immédiat je ne peux rien y faire. Je vais tout de même essayer de comprendre. Elle répond donc :

-J'espère qu'il a bientôt fini alors, votre Mister Harlow

Elle me fusille du regard alors que je m’apprête à m’approcher d’elle, afin de comprendre d’où vient ce revirement totalement injustifié. Soit c’est la folie, soit elle est possédée, je ne vois pas d’autre possibilité. Je ne me souviens pas avoir fait quoi que ce soit qui est pu la mettre en colère ainsi. Je lui ai bien annoncé que nous ne serons plus amant, pourtant sa haine était là bien avant. Je monologue alors afin de lui exposé mon point de vue, et sa seule réponse est :

-Rien-à-foutre, souriais-je.

Elle refait alors face aux gardes qui n’ont toujours pas bougé. Je sens la sueur qui perle sur le dos de celui de gauche. Il est terrorisé. Il sait que si je dis qu’elle est compétente c’est qu’elle l’est vraiment. Il sait que ma prétention m’empêche de reconnaître le talent d’autrui. Pourtant en ce qui concerne la jeune femme je lui ai avoué ouvertement ne pas douter de ses compétences. J’exprime alors le fait que je ne suis pas fâché qu’elle m’en veuille parce que nous ne serons plus amant à présent, seulement je souligne le fait qu’elle avait pour but de me tuer bien avant que je lui signifie qu’à présent ce sera chacun pour soi.

-William, quand on t'aura sonné, tu parleras. Maintenant, sois tu demandes à tes colosses de me laisser passer, sois j'en élimine deux trois dans la foulée.

Une réponse hargneuse à nouveau. Je sais qu’elle dit la vérité, si elle le décide elle pourrait rapidement en éliminer quelques uns. Je sens le coéquipier de Stan de plus en plus paniqué, bien qu’il ne laisse presque rien paraitre. Cependant il fit une grimace lorsqu’elle avait évoqué de les tuer. Et ce dernier geste idiot n’a pas échappé à la jeune femme. A l’aide de son index et de son majeur elle se saisit de sa lame d’acier. Ces cheveux tombe alors en cascade sur son dos. Elle est toujours aussi ravissante, mais elle n’a rien à voir avec celle que mon cœur a choisi. Peut-être que si je n’avais jamais rencontré Shona j’aurai pu m’amouracher de cette femme, pourtant aujourd’hui j’en suis incapable, ma sorcière accapare déjà tout l’amour dont je suis capable pour le moment.
Elle joue alors avec son poignard, et je me souviens de nos nombreuses sorties. Je me rappelle avoir voulu l’aider à plusieurs reprises et à chaque fois elle m’avait remis à ma place avec la même violence qu’aujourd’hui.

Serai-ce un appelle au secours ? Il est vrai que comme ma vie était en danger je n’y ai pas songée, mais peut-être qu’elle a besoin d’aide et qu’elle ne sait pas comment le formuler. L’autre question c’est comment lui apporter mon aide si elle la refuse comme je m’y attends. Je suis plongé dans mes réflexions quand elle reprend la parole impatiente.

-Alors ?

J’observe alors son visage dans les yeux de Stan et je perçois une grimace un peu floue mais qui en dit long sur ses intentions. Je fais alors un geste de la main pour signifier à mes gardes de s’écarter et de la laisser passer. Puis je prends alors la parole.

« Je ne te retiendrais pas plus longtemps, mais si tu es prête à ravaler ta fierté, et à me confier ce qui t’arrive je saurais me montrer compréhensif et tout mettre en œuvre pour te venir en aide. Tu sais aussi bien que moi que peu de chose limite mon pouvoir. »

Je marque une pause, Stan ouvre alors la porte à la jeune femme et l’invite à sortir tandis que je reprends la parole.

« Tu as le choix Sacha, tu n’es pas seule. Ma porte te sera toujours ouverte. »

Je lui offre alors un sourire, puis je retourne à ma table tandis qu’un serveur apporte un nouveau verre de scotch, ma boisson préférée. J’attends simplement qu’elle fasse son choix, qu’elle sorte ou qu’elle revienne s’asseoir afin de me dire ce qui ne va pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It is finished [Pv]   Jeu 27 Sep 2012, 18:12

Je bouillonnais. Mais je dois l'avouer, lire de la peur dans le regard du garde juste en face de moi m'aida à supporter la situation. Tant que je gardai mon regard dans le sien, je ne ferai rien. Tout simplement parce que, finalement, ça ne me plaisait pas plus que ça de leur faire peur, ou même de devoir les tuer. Le regarder bien en face me ramenait donc à la réalité et me rappelait que je n'avais aucune envie d'en finir avec quelques uns d'entre eux. Alors, je le fixais, ce qui le déconcertait encore plus, mais tant pis. Ils me regardaient tous avec de gros yeux: quelques-uns parce qu'ils avaient peur, mais la plupart parce qu'ils se demandaient comment une femme en apparence si élégante pouvait être aussi violente et impulsive dans ses propos. William aurait du les prévenir que je n'avais ni ma langue dans ma poche, ni une patience à toute épreuve. J'avais toujours été impulsive et l'âge ni avait rien changé. La grossièreté en revanche, c'était nouveau, c'était venu avec cette même sensation étrange d"être épiée, suivie, et même contrôlée par quelqu'un. Cette fameuse présence m'avait insufflé tant de colère que je n'en étais que plus impulsive et dangereuse que d'habitude et que je m'abandonnais parfois à la vulgarité. Pauvre gente masculine qui pense que les femmes ne peuvent pas se permettre certains mots, ils ne sont pas les seuls à avoir le droit à ce genre de vocabulaire.

A ma plus grande surprise, William fit bien un geste, oui, mais plutôt que d'ordonner de me tuer, il demanda à ce que l'on me laisse passer. Je restais figée, choquée et totalement déboussolée, je ne m'y étais tellement pas attendue que ça me glaça le sang. J'allais me retourner pour faire face à William quand à nouveau cette autre force m'en empêcha. Cette situation me rendait nerveuse, je n'avais plus toute la liberté de mes mouvements.

-Tu as le choix Sacha, tu n’es pas seule. Ma porte te sera toujours ouverte.

J'avais envie de soupirer, d'hurler à l'imposteur, de crier à l'aide. Pourquoi ne pouvais-je plus faire ce que je souhaitais ? Mais je n'en fis rien, ma fierté me l'en empêchant, et cette fois, c'était moi et juste moi qui me l'en empêchais. Alors, je fini par avancer vers la sortie, mais doucement, si doucement que j'avais encore tout le temps de faire demi tour. Mais cette force ne le voulait pas, alors je ne pu le faire.

-Bien, alors garde la ouverte...pour la prochaine fois.

Avant ça, il fallait que je règle ce problème de présence autour de moi. Il fallait que je trouve de l'aide. Mais pas William, non. Une femme. J'avais la sensation de ne pouvoir me confier qu'à une femme. Pourquoi, allez savoir. Peut être cette force, encore une fois. Avant de sortir du casino, je m'arrêtais un instant pour lui dire:

-A bientôt alors, mon cher.

Puis sortis.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

It is finished [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu] DNS PROBE FINISHED - NOT INTERNET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-