AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  • All the animals come out at night. | Obren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: • All the animals come out at night. | Obren   Jeu 26 Juin - 20:38





Habité d'une impatience fébrile, il contemplait d'un œil avide les deux combattants sur le ring. Ils manquaient de dextérité, leurs coups de précision, leur garde d'efficacité mais ils compensaient tous deux par une brutalité inouïe. Leur unique dessein était de faire mal, d'ouvrir les chemins du sang, de faire chanter les os. Des bêtes sanguinaires, intrépides, que la douleur ne faisait pas reculer. Le vulgaire raffolait de ce spectacle cruel, se repaissait de cette bestialité ; il suffisait de prêter l'oreille aux vivats de la foule qui déchiraient la quiétude vespérale pour s'en convaincre. Du pain et des jeux. Du sang et des dollars. Wesley balaya d'une œillade curieuse l'assemblée venue s'entasser dans ce hangar désaffecté, transformé en Colisée de fortune : des gens de tous horizons, des individus cossus, de la haute, des truands notoires, des représentants de l'ordre. Amalgame d'individus ayant pour seul point commun l'amour de la violence. La nuit, tous les animaux sont de sortie.

Toutefois, le Hunter ne portait aucun égard à la joute se déroulant sous ses yeux, tout ce qu'il voulait, c'était qu'elle prenne fin. Car ensuite, ce serait son tour. Car ensuite, il allait combattre. Un délicieux frisson d'anticipation lui parcourut l'échine ; dans quelques instants, ce serait lui dans l'arène, dans la zone. Depuis la diffusion de cette foutue vidéo, quelques mois plus tôt, Wesley avait fait profil bas, prenant ses distances avec toutes activités de près ou de loin illégales, allant même jusqu'à effectuer son job avec un zèle nouveau, afin d'éviter les ires de sa hiérarchie. En effet, cette dernière n'avait guère apprécié la mauvaise publicité que l'enregistrement leur avait fait et le Hunter, connaissant leurs mesures draconiennes, s'était bien gardé de les narguer. Il avait tenté de rester irréprochable, vraiment, et pendant quelques temps, il y était parvenu. Néanmoins, les choses se tassèrent petit à petit, la méfiance du Gouvernement à son sujet s'étiolant par la même et bien vite, ses démons le rattrapaient. Le soudard n'était pas de taille face à l'appel obsédant de l'illégalité, de la violence et voilà qu'il acceptait un nouveau combat illicite. Ce genre de frasques causerait sa perte, il le savait pertinemment, mais Wesley Windsor n'était guère connu pour ses décisions avisées. C'était quelque chose d'intrinsèque, d'irrépressible, qui l'attirait inexorablement dans les mêmes travers.

Le milicien fut surpris par son coach le rejoignant. Pouvait-on réellement étiqueter cette énergumène d'un tel qualificatif ? Pas vraiment. Le type inepte qui vociférait des insultes et des conseils stupides entre les rounds, s'occupait de lui trouver des adversaires et touchait par la même un large dividende de sa paie – qui d'ailleurs insistait pour que Wesley l'appelle Coach Tyler – venait de le rejoindre. Ce type ne valait pas tripette en tant qu'entraîneur, en plus d'être d'une laideur repoussante, avec son crâne dégarni, son teint terreux et son blase énorme. « Obren Dvorský. Aucune idée de qui est ce môme mais t'as intérêt à le défoncer, espèce de branleur. » Pour toute réponse, le Hunter lui décocha un regard meurtrier. Quant à lui, il connaissait son adversaire ; il l'avait déjà croisé plusieurs fois à la salle qu'il fréquentait à New York. Un combattant talentueux, aux bottes redoutables. Ce serait un beau duel, sans doute le plus équitable et le plus intense de la soirée. Wesley n'avait que peu de souvenirs de cette époque révolue – tant s'était passé depuis lors – mais il lui semblait avoir déjà échangé quelques mots avec Obren, voire même quelques coups. N'y avait-il pas même une sorte de rivalité entre ces deux bêtes ? C'était fort probable. Jetant un coup d'oeil de l'autre côté du ring, Wesley put apercevoir le brun, qui n'avait guère changé depuis la dernière fois qu'il l'avait aperçu, une expression revêche planant sur son visage. Une huée particulièrement tonitruante de la foule ramena l'attention de l'ancien truand sur le duel ; les deux combattants, éreintés et couverts d’ecchymoses, avaient perdu leur ardeur brutale, ne faisant maintenant plus que danser l'un autour de l'autre, envoyant ça et là mollement quelques crochets qui manquaient cruellement de force. Cette lutte grotesque, pour laquelle Windsor n'éprouvait que dédain, cesserait bien assez tôt. Il s'étira la nuque, ses cervicales émettant un craquement sinistre, fouilla l'air de quelques prestes coups de poing, terminant sa préparation physique à l'exact moment où l'un des deux hommes mordit la poussière. Le chien du gouvernement fit s'entrechoquer ses poings bandées, une lueur lugubre empoisonnant son regard ; accointance ou non, respecté ou non, Obren serait le prochain à s'écrouler.


Revenir en haut Aller en bas
 

• All the animals come out at night. | Obren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SMOOTH.NIGHT
» Trailer: Fate stay night
» Bloody Night Rabbit rpg
» Night Wolves RPG'
» Shark Night 3D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-