AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]   Jeu 28 Aoû - 20:27

    Oui, je n'étais qu'une simple humain et c'était sans doute mieux ainsi, mais Faith n'était plus de cette nature là, mais je n'en savais guère plus à ce sujet. J'avais compris de quoi elle était capable, par un simple geste de la main, mais après ? Si elle le désirait, elle pouvait me tuer ou presque, mais elle ne semblait pas être si mal en point que Li Mei. Devrais-je lui dire de se diriger vers la danseuse ? Qu'en penserait la danseuse si je lui envoyais Faith ? Je connaissais l'existence de mage, ainsi que de skinchanger, et puis il y avait ceux qui était comme Faith, je ne connaissais que Li Mei qui était ainsi, mais peut être qu'il en existait d'autres. Faith avait-elle croisé le chemin de zombie récemment ? Je ne savais pas du tout, c'était un détail que je ne pouvais pas me permettre de savoir. Ainsi, je lui donnais un conseil qui valait ce qu'il valait mais qui me semblait le plus logique du monde, enfin qui me semblait logique même si je ne répondais pas clairement à la question posée à demi-mots quelques instants plus tôt. Je lui conseillais de se rapprocher de personnes qu'elle aimait et qui l'aimaient mais elle semblait être bien seule dans ce monde de brutes. Ajouté à cela les changements que sa nouvelle nature lui imposait, la vie ne devait pas être simple pour elle.

    Une idée me traversa alors l'esprit. Et si je devenais son amie ? Je n'étais pas quelqu'un d'envahissante, loin de là, je ne prends pas beaucoup de place, juste ce qu'il fallait pour qu'elle se sente un peu moins seule peut être. Encore faudrait-il qu'elle accepte mon amitié. Nous ne n'allions pas devenir les meilleures amies du monde en l'espace de quelques instants bien entendu, mais le temps pourrait agir en notre faveur. Mais avait-elle envie de mon amitié ? Certes, elle aimait ma musique mais au delà de cela ? Avions-nous seulement des points communs ? Parce que mine de rien, même si nous parlions de musique, le sujet serait au bout d'un moment usé et nous n'aurions plus rien à nous dire. Peut être que je devais apprendre à la connaître un peu avant de lui faire une telle offre, mais je sentais tellement de solitude dans son regard et dans ces paroles. Faith était-elle une si mauvaise personne pour n'avoir personne comme ceci autour d'elle ? Je ne le pensais pas, mais entre ce que je pensais et la réalité des choses, il y avait peut être un énorme gouffre, je ne saurais le dire.

    " Peut être que vous devriez passé ici plus souvent pour que nous puissions apprendre à nous connaître ? Qu'en pensez-vous Faith ? "

    Je lui proposais mon amitié, même si cela était un peu détourné. Je lui proposais de venir ici pour que nous puissions discuter comme nous le faisions actuellement, ou lorsque j'étais barmaid entre deux verres, je pourrais facilement lui parler. En avait-elle vraiment envie ? Telle était la question. Je verrais ce qu'elle allait me dire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]   Sam 30 Aoû - 15:31

Faith regrettait déjà de s'être ouverte plus que raison. Elle savait qu'elle oscillait entre franchise et timidité. Non, ce n'était pas de la timidité, pas exactement. De la pudeur, plutôt. Oui, c'était cela. Etrange pour elle qui avait perdu une grande partie de ses réserves physiques au cours des derniers mois...
Aussi, elle craignait qu'Isis se mette à lui poser des questions qui la gêneraient, qui la forceraient à raconter ou à refuser de répondre. Décidément elle se comportait de manière paradoxale... Peut-être que si elle agissait de manière simple, sa vie serait moins compliquée. Mais elle en était incapable, elle avait essayé et cela ne marchait pas. Et puis, les comportements manichéens n'apportaient que des problèmes, eux aussi. Comment fallait-il se comporter, alors ? Comment ? Est-ce que quelqu'un le savait, est-ce que quelqu'un pourrait lui dire ?
Heureusement, Isis ne lui posa aucune question du genre qui redoutait. La pianiste gardait toujours la même attitude, elle, un mélange de retenue et de douceur qui mettait Faith en confiance. Elle lui proposa :

- Peut être que vous devriez passer ici plus souvent pour que nous puissions apprendre à nous connaître ? Qu'en pensez-vous Faith ?

Son ton rappelait à Faith celui que sa mère prenait autrefois lorsqu'elle voulait l'amener à prendre une décision sans la brusquer. C'était le ton de quelqu'un d'aimant, qui voulait agir pour le bien de la personne en face de soi. Ce ton, Faith ne l'avait pas entendu depuis longtemps. Trop longtemps sûrement. Sa mère avait été choquée comme les autres après son accident. Elle n'avait pas cessé de lui adresser la parole ensuite, mais c'était la compassion qui dominait sur tout le reste, plus la tendresse.
Est-ce que Faith avait envie de revoir Isis ? Elle n'avait aucune raison de le faire. C'était une inconnue, et, de plus, une inconnue qui l'avait vue dans une situation de faiblesse. Sa fierté lui disait de refuser, de ne pas laisser quelqu'un prendre prise sur elle, de conserver farouchement son indépendance.
Oui mais voilà, c'était sa fierté qui avait nui à bon nombre de ses relations précédentes. Alors, même si c'était son penchant naturel, ne devait-elle pas essayer de la combattre ? Si elle en était capable, bien sûr...
Ou alors, elle pouvait se laisser du temps pour décider. Voir si, un autre soir, elle avait de nouveau l'envie de retourner au Masquerade pour parler encore une fois à cette pianiste à la musique envoûtante et à la voix douce. C'était une solution prudente, ça. Un bon compromis entre sa détresse et sa fierté, un bon moyen de voir lequel de ces deux penchants l'emporterait sur le long terme... Bien sûr, elle ne pouvait pas dire cela explicitement à Isis ; elle le formula donc de la sorte :

- Pourquoi pas. J'aimerais bien, si j'ai le temps. Je n'habite pas vraiment à côté de ce bar et quand j'ai eu de longues journées, j'ai du mal à me motiver pour sortir. Mais si je trouve du temps, j'y penserai.

Voilà, elle ne fermait pas totalement la porte à la pianiste, mais lui donnait par avance une excuse si elle ne la voyait pas pénétrer à nouveau à l'intérieur du Masquerade. Elle ne savait pas si Isis croirait à son prétexte, d'ailleurs. Elle avait le sentiment qu'il sonnait un peu faux, ce qui n'était pas étonnant puisqu'il était de toute façon creux. Mais tous n'étaient pas aussi doués qu'elle pour lire les émotions humaines. Peut-être que la pianiste ne se rendrait compte de rien. Ou bien serait trop polie pour le relever...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]   Jeu 4 Sep - 22:03

    Je sentais que Faith était bien seule, qu'elle n'avait personne autour d'elle pour prendre soin de sa petite personne, et je pouvais être cette amie qui pourrait lui permettre d'échapper à son quotidien morose, mais encore fallait-il qu'elle le désire. Mon ton s'était fait doux et amical, je ne pouvais pas mieux faire, mais cela suffirait-il ? Je n'en savais strictement rien. Son visage ne trahissait aucune émotion, je n'arrivais pas vraiment à savoir si cela l'intéressait un peu, ou pas du tout. Je ne voulais en aucun cas la forcer à revenir ici pour que nous puissions papoter ensemble. Si elle n'avait pas envie de revenir, elle ne reviendrait pas de toute façon. Ce n'était faute d'essayer de la fidéliser, avec ma personne, ou avec l'ambiance qui se dégageait du lieu, mais je n'étais pas magicienne, je ne pouvais pas faire de miracles, pas encore, qui sait ce que nous réserve le futur après tout, n'est ce pas ? Je faisais de la magie musicale mais rien d'autres. Faith semblait aimer ma musique, mais peut être que cela ne serait pas suffisant pour la faire revenir. Elle me mit quelques instants à me répondre, comme si elle se cherchait une excuse pour refuser ma proposition, comme si elle étudiait le pour et le contre. Mais quoiqu'il en soit, jamais je ne la forcerais à faire quoique ce soit, je ne suis pas dans ce genre là, et heureusement d'ailleurs. Je n'avais aucun don d'hypnose mais j'avais un lot de fidèle au Masquerade. Faith s'ajouterait-elle à ce lot ? Sa réponse arriva et ce n'était ni un refus total, ni l'inverse, c'était un peu entre les deux. Elle viendrait à l'occasion, si elle ne se sentait pas trop fatiguée. Je ne savais pas si elle était du genre à s'écouter ou si elle était du genre à aller de l'avant mais j'optais pour la première solution. Elle se dirait souvent qu'elle n'avait pas la force mentale de sortir alors que physiquement elle en serait totalement capable, mais je ne pouvais guère l'influencer sur cela. Si j'essayais d'avoir cette sensibilité avec tout le monde, je ne serais pas sortie de l'auberge, après si elle revenait régulièrement, je me souviendrais d'elle et je m'en occuperais, je lui ferrais des petits clins d'oeil musicaux et tout ce qui va avec, mais si elle revenait de façon trop sporadique, je ne pouvais rien promettre.

    " C'est comme vous le désirez Faith. Si vous n'avez pas envie de revenir, c'est votre choix, mais si vous revenez régulièrement, vous savez que vous serez bien accueillie. Mais je ne peux pas vous forcer. Je pense néanmoins, que cela ne fait pas de mal de se sociabiliser un peu avec des personnes qui pourraient vous aimer. "

    Parce que oui, passer du temps avec des personnes que l'on n'aime pas, ce n'est pas le mieux, mais si elle venait au Masquerade, elle s'amuserait à coup sûr, et qui sait, peut être trouvera-t-elle quelques choses qu'elle n'attendait pas forcément, n'est ce pas ? Mais rien n'était vraiment sur, l'équation possédait de nombreuses variables, indépendantes de ma volonté. Je buvais une nouvelle gorgée de ma boisson, la finissant ainsi. Et le barman m'en servait déjà une autre. Alors Faith, que voulez-vous vraiment ? Vous faire une nouvelle amie, ou bien rester dans votre coin pour vous morfondre ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]   Sam 6 Sep - 10:16

Faith avait raison de penser qu'elle n'avait pas été très convainquante en prononçant ses paroles précédentes, car la réponse d'Isis montra que la pianiste avait compris ce qui sous-tendait le discours de la vétérinaire :

- C'est comme vous le désirez Faith. Si vous n'avez pas envie de revenir, c'est votre choix, mais si vous revenez régulièrement, vous savez que vous serez bien accueillie. Mais je ne peux pas vous forcer. Je pense néanmoins, que cela ne fait pas de mal de se sociabiliser un peu avec des personnes qui pourraient vous aimer.

Dans ces paroles, il n'y avait plus que de la douceur. Faith percevait quelque chose comme un jugement négatif, une légère déception devant son attitude. Quelque chose qu'Isis serait prête à pardonner, mais seulement si la jeune femme ne poursuivait pas dans cette voie. D'ailleurs, elle se pencha légèrement vers l'arrière tout en terminant sa boisson, comme si elle tentait de jauger Faith, de savoir laquelle de ses motivations finirait par l'emporter sur l'autre.
Or, le jugement des personnes extérieures, c'était ce avec quoi la vétérinaire avait du mal en ce moment. Elle était venue pour le fuir, et voilà que ça recommençait... Elle avait eu l'illusion, un bref instant, d'être écoutée sans critique, mais cela se dissipait comme un mirage...
Une petite voix dans sa tête lui souffla qu'elle était trop susceptible, qu'elle se vexait pour des choses qui ne méritaient même pas qu'elle leur accorde son intention. Le problème devait se situer quelque part entre ces deux extrêmes, entre sa fierté et les piquants des hommes et du monde...
Elle avait besoin d'y réfléchir, de faire la part des choses afin de savoir si, oui ou non, revenir régulièrement au Masquerade lui ferait du bien, comme Isis semblait le penser. Peut-être, peut-être pas. En tout cas, cette conversation-ci commençait à la mettre mal à l'aise. Trop d'explicite. Voilà que la pianiste parlait déjà d'amour. On ne parlait pas de ça à la légère, on ne pouvait pas l'envisager en se connaissant depuis si peu de temps, même s'il s'agissait d'une simple amitié. Faith avait besoin d'avancer masquée si elle voulait progresser...
Lorsqu'elle était dans une position inconfortable, la jeune femme avait deux choix : lutter ou fuir. Mais dans le cas présent, il ne lui servirait à rien de se battre : comment affronter la douceur ? Il ne lui restait que la fuite, et, en levant les yeux vers la pendule accrochée au dessus du bar, elle se rendit compte que l'heure lui fournirait un excellent prétexte. Elle répéta le fond des paroles qu'elle avait déjà prononcées, comme si cela lui permettrait d'effacer la désapprobation d'Isis, de l'annuler, de revenir en arrière là où les mots ne seraient pas sortis de la bouche de la pianiste :

- Je vais y réfléchir, vraiment. Je reviendrai si je peux.

Elle trouva sa voix plus assurée que précédemment. Est-ce que la balance était déjà en train de pencher du côté du retour ? Elle s'entendit ajouter :

- Je vous promets que j'en ai envie.

Est-ce qu'elle pensait sincèrement ce qu'elle disait ou est-ce qu'elle tentait d'éloigner d'elle le poids du jugement d'Isis ? Elle ne le savait pas elle-même. En tout cas, ce bref instant de vulnérabilité fut aussitôt remplacé par son désir de fuite :

- Mais pour ce qui est de ce soir, je dois y aller. Il se fait tard, j'habite loin et par les temps qui courent, mieux vaut éviter de se promener seule au plus noir de la nuit quand on est une jeune femme...

Elle ne précisa pas qu'elle avait déjà été agressée quelques temps auparavant, et que cela l'avait envoyée à l'hôpital, puis déclenché toute une série d'évènements qu'elle ne comprenait pas totalement. Cela, peut-être qu'elle le raconterait une autre fois. Si elle revenait...
Elle salua la pianiste, reprit son sac à main, et quitta le bar. Il faisait froid dehors, et c'est seulement par contraste qu'elle se rendit compte à quel point elle avait trouvé douce la chaleur qui régnait à l'intérieur du Masquerade.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]   Lun 8 Sep - 17:49

    Je disais donc à Faith qu'elle pouvait revenir si elle le désirait mais que cela n'était en rien une obligation bien entendu. Je n'aimais pas faire agir les gens, leur disant de revenir car le Masquerade était bon pour eux alors qu'ils n'en avaient pas envie. Mais si elle voulait revenir et qu'elle le faisait régulièrement, du genre peut être une fois par mois quand je jouais du piano, et bien, elle pourrait trouver peut être une petite famille, celle des personnes aimant ma musique sans pour autant devoir rendre des comptes à qui que ce soit. Mais si elle ne voulait pas revenir, peu importe, je faisais ce que je pouvais pour fidéliser les gens. Mais je n'avais pas de don particulier de persuasion particulier, mes paroles étaient ordinaires, même si j'essayais d'y mettre le ton qu'il fallait, seule ma musique était véritablement envoûtante à ce qu'il paraissait. Faith avait été envoûté mais elle ne semblait pas prête à s'engager complètement dans cette voie, après tout, elle agissait comme elle le désirait. Elle regarda l'heure qui était placée au dessus du bar et cela sembla lui donner un certain déclic. Il était assez tôt à vrai dire, enfin, si on se positionnait du point de vue de l'ouverture et de la fermeture du cabaret, mais si on se plaçait d'un autre point de vue, il était déjà assez tard, du moins, la soirée était bien avancée, surtout si vous avez à vous lever le lendemain matin, de bonne heure. Faith ne me dit rien à ce sujet là, je ne savais pas si elle allait se lever tôt. Elle avait semble-t-il envie de revenir, du moins, elle essayait de s'en persuader pour le moment, mais cette envie serait-elle la plus importante au final ? Je ne le savais pas et d'ailleurs, je n'ajoutais rien, comme si je sentais que mes précédents propos ne lui avaient pas forcément plus alors que je ne faisais que dire la vérité, n'est ce pas ? Elle semblait avoir un peu peur du noir, prétextant qu'il ne faisait pas bon pour une jeune femme comme elle rentrer chez elle de nuit. Je le faisais tout le temps, même si je n'habite pas très loin du cabaret mais tout de même. Je sentais à travers ces propos une mauvaise expérience, comme si peut être elle s'était fait agressée, je ne savais pas trop quoi en penser. Alors qu'elle me saluait, je faisais de même de façon très sobre.

    " Bonsoir Faith. "

    Oui, je n'avais rien d'autres à dire après tout, elle partait déjà en dehors du cabaret, je n'allais pas la retenir davantage, n'est ce pas ? Je n'en voyais aucun intérêt, c'était une certitude. Et puis de toute façon, elle était déjà partie, sans que je ne puisse rien lui dire de plus. Sans doute que voyant que la jeune femme était partie, d'autres la remplaceraient pour me parler, parce qu'en général, je ne reste pas seule très longtemps.


[Rp terminé ;) ]

Revenir en haut Aller en bas
 

La Musique adoucit les moeurs [Isis Whitefield]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La musique adoucit les moeurs (Aliny)
» besion d'aide language html lecteur de musique !! (Résolu)
» Quel est votre style de musique???
» Plus capable de sa "foutu" musique.. désolé le terme...
» Téléchargement de musique légal et éthique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-