AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première. Action ! Cordy&Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Première. Action ! Cordy&Connor   Lun 14 Juil - 18:38

La vie de Connor avait toujours un petit côté épique, bien qu’il s’en soit volontiers passé de nombreuses fois. Tout récemment c’était la cohabitation au rythme des frasques de Cordelia Hopkins avait été une de ces épopées. L’implacable emmerdeuse avait réussi à s’imposer dans son quotidien de manière plus ou moins aléatoire mais toujours avec ce panache et cette verve qui lui était propre. En résumé elle lui avait fait la vie dure et le garagiste s’était appliqué à traverser les épreuves sans broncher ou presque. Non en réalité son mécontentement c’était exprimé, inefficacement mais il avait plusieurs fois fait part de sa façon de penser à la sorcière. Cette dernière c’était contentée au mieux de l’ignorer, au pire de l’emmerder encore d’avantage avec son attitude de bêcheuse ayant réponse à tout. Un adversaire à sa taille en somme. Leur seul terrain d’entente c’était le sexe, la passion brute et le désir exacerbé par une sorte de magnétisme que même les pires joutes verbales n’arrivaient pas à réduire à néant.
Une telle cohabitation n’est pas de tout repos bien au contraire, et le moment ou la brune avait dépassé les bornes pour le Texan était arrivé relativement rapidement. Parce que la séductrice était d’une ingratitude sans égale et se pensait tout permis, Connor l’avait foutu dehors sans ménagement. Certes la vue de la silhouette agréable de la succube lui manquait un peu, ainsi que leurs ébats torrides… Mais la tranquillité qu’il avait retrouvé compensait cette baisse d’activité de sa libido. Cordelia n’était de toute façon pas sa seule amante et il avait de toute façon l’esprit accaparé à autre chose que de partager un moment de plaisir avec une femme. Même si il n’était jamais contre en cas de sollicitation… Cependant il trouvait un autre avantage au départ de la sorcière, la possibilité de s’occuper de ses petites affaires sans craindre que cette fouine vienne y fourrer son nez d’un peu trop près. C’était épuisant d’être constamment sur ses gardes, surtout avec sa tendance à la paranoïa.

Justement un peu trop occupé par son business comme il tendait à nommer ses plans pour l’avenir, Connor avait laissé le vide s’installer dans son appartement. Comprendre par là que les placards et le frigo étaient vides de toutes choses lui permettant de s’alimenter et de bière. Une sorte de petit drame pour celui qui s’avérait bien volontiers être, à ses heures, un goinfre. Le temps passant à une vitesse folle et ses nombreux allers et venus avaient eu raison de la nécessité d’aller faire quelques courses pour renflouer ses stocks. Penché depuis plusieurs heures sur des plans en tout genre, le garagiste sentait depuis un moment déjà son estomac se tordre sous l’effet de la faim, un problème d’ordre physiologique dont la solution résidait dans un fait simple : manger. Toutes réserves étant épuisées, le Texan choisit de se rendre dans un bar servant de délicieux burgers avec des frites maison comme il en raffolait. Un lieu où il avait ses habitudes dans ses périodes de sécheresse consommatrice.
L’endroit était simple, marqué par une authenticité de plus en plus rare dans ce monde ravagé par un Gouvernement que Connor ne faisait que haïr d’avantage chaque jour. Le garagiste saluait le patron fidèle à son poste derrière le comptoir, d’où il gueulait ses ordres aux hommes en cuisine juste derrière. Un brave type, un natif de la Nouvelle Orléans dont l’affaire marchait bien en dépit de la situation actuelle. L’ex-junkie s’asseyait à sa table favorite, la mieux placée selon lui pour observer l’ensemble de la salle tout en étant légèrement dissimulé à la vue de ceux qui entraient et restaient à proximité du bar. Un point stratégique qu’il appréciait pour sa tranquillité autant que son utilité. Sa commande ne fut pas une surpris pour la serveuse qui se chargeait de la recueillir, Connor voyait bien comme elle appuyait ses regards, bombait généreusement le torse et souriait de toutes ses dents dès lors qu’elle s’approchait de lui. Manque de bol elle n’était pas vraiment son genre et il ne comptait pas mélanger lieu de plaisir alimentaire avec lieu de rencontre pour un simple moment de baise.

Ses doigts étaient graissés par les frites qu’il mangeait avec un appétit féroce, mais en dépit des apparence Connor savourait son repas. Il n’engloutissait pas sans plaisir et chaque bouchée prise dans son burger était un peu comme une petite jouissance. L’équilibre entre la sauce, l’assaisonnement du steak et les oignons grillés était parfait. Et c’est à ce moment où le Texan régalait ses papilles que Cordelia Hopkins entrait dans le bar, ses talons, qu’il connaissait bien pour les lui avoir acheté, claquaient sur le sol de l’établissement et le beau blond se déplaçait subrepticement afin de s’assurer de ne pas être vu pour finir de manger tranquille. Qui sait ce dont cette folle emmerdeuse serait capable… Mais ainsi la présence de la sorcière agrémentait ce repas fort appréciable, d’un spectacle divertissant. Le simple fait qu’elle se déplace dans le bar attirait les regards sur elle, et Connor eu un petit sourire en coin en songeant à sa silhouette parfaite dont il avait pu profiter plusieurs fois. Comme certains autres dans la pièce peut-être, mais il aimait penser être une sorte de privilégier que tous ces hommes viendraient à envier s’il leur racontait ne serait-ce qu’un tiers de leurs prouesses sexuelles.
La petite minute de fierté passée, lui revenait en tête le reste… Tout ce que la présence de la sulfureuse brune impliquait, à savoir : des emmerdes. Principalement en tout cas. Et avec une moue contrariée il se reconcentrait alors sur ses frites. Un court moment à vrai dire parce qu’il était bien trop curieux de voir ce que mijotait la sorcière pour s’en désintéressé totalement. Au moins il avait la satisfaction de pouvoir terminer de manger tranquille alors que comme un chat, ou un chaton selon elle, il guettait sa proie. A moins qu’il ne s’agisse d’un jouet. La belle brune n’avait pas perdu de temps pour se trouver un pigeon, jouant de toute sa nonchalance elle s’installait à côté d’un homme qui sirotait… Une boisson que Connor n’arrivait pas à déterminer de là où il était. Peu importe ce qu’il buvait sa tranquillité ne serait plus qu’un lointain souvenir à présent. Le Texan avait quant à lui terminé son assiette, il commandait alors de la tarte au pomme pour le dessert il savait que c’était une valeur sûre de la maison.

Avec l’estomac plein le garagiste était tout de suite plus enclin à risquer que Cordelia ne s’aperçoive de sa présence. Pire il était même prêt à la lui signifier et entamer un nouveau round de leur petit jeu si elle en était d’attaque. Quittant sa table sans plus s’inquiéter de dissimuler sa présence il s’avançait jusqu’au comptoir pour payer son repas « Dis moi Chef, tu m’avais pourtant assuré que la maison était clean. » l’homme le regardait dubitativement « Quoi donc Blackpearl, y’avait un poil de cul dans tes frites ? » le blond eu un petit rire « Ça aurait été ça j’aurais renvoyé l’assiette et demander du rabe gratuitement. » il secouait la tête et fit signe au patron du bar de s’approcher afin qu’il puisse s’adresser à lui de manière plus discrète. « Pire qu’un poil de cul dans les frites, t’as une succube au comptoir. » il jetait un regard en biais en direction de Cordelia et son pigeon « Pauvre gars, il boit ses paroles… Enfin surtout la vue sur ses nibards, mais il en reviendra. » l’homme se mit à rire « Oh t’en fais pas pour le Jim. Il est trop con pour voir qu'il se fait couillonner surtout si la poule est jolie et qu’il peut se vanter après. » Connor eu un petit sourire en coin « Il a de l’argent ? » son interlocuteur levait les yeux « Il est bijoutier. ».
Le Texan avait eu en première intention de partir mais il prenait place sur un tabouret haut devant le bar « Une mousse, patron. » quand elle fut posée devant lui il regardait en direction de la succube et de sa future victime, il lui adressait un large sourire « A la tienne Hopkins ! » buvant une gorgée de bière fraiche il se déplaçait finalement jusqu’à la sorcière et son nouveau compère « J’ai dit que c’était toi qui payerait, vu tout ce que tu me dois. » sourire greffé aux lèvres il tendait la main vers le bijoutier qui n’avait pas l’air de trop comprendre ce que le garagiste faisait là « Connor Blackpearl, enchanté de rencontrer un fan de cette grande actrice. » il désignait Cordelia du regard et l'autre ne comprenait pas plus la situation.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Mar 15 Juil - 7:46


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

« Une mousse, patron. » Oh, elle connaissait ce timbre de voix que trop bien à son goût. Ces tonalités masculines, cette virilité qui s’exprimait dans les tessitures les plus graves, un baryton dans toute sa splendeur et toute sa vigueur, et ce tout en demeurant séduisante. C’était la voix de Connor, un peu bâti à l’image d’un Dieu, même s’il avait surtout la personnalité d’un pot à plantes.  Cela n’empêchait pas qu’il avait à la fois les lèvres, la voix, le regard, et le corps de l’homme parfait.
D’autre part, à côté d’elle, il y avait Jim. Une voix nasillarde, un ténor probablement, même si les crescendo incessants aurait pu faire parvenir à faire jalouser une mezzo-soprano. Ne vous méprenez pas, tout comme le Texan, il avait tout de même bonne allure. Plutôt grand, de larges épaules, de nature sportive, ou du moins, ça en avait l’air. S’il n’était plus titulaire de ses vingtaines, il demeurait tout de même frais d’apparence pour son âge. Un visage passe-partout, encore ses cheveux, des lèvres un peu minces, de simples yeux bruns – mais qui serait-elle pour le juger sur ce domaine? Bref, un homme comme un autre. Mais, malgré tout, tout le monde a son propre charme, cette espèce de particularité qui démarque un d’un autre, ce petit plus, etc. Certains ont une personnalité extravertie, d’autres des gros nibards, certains des gros bras, ou bien un courage à toute épreuve… Jim, lui, et bien, il avait un gros portefeuille. Un très gros portefeuille.

Et n’y voyez pas là quelconque allusion malsaine, Cordelia faisait bel et bien référence à ces beaux morceaux de papiers dont ne manquaient pas le bijoutier. C’était une cible risquée, mais il fallait l’avouer, la sorcière était désespérée. Ce n’était pas Lawrence qui allait lui permettre de vivre sa vie comme elle le souhaitait et l’idée même de se trouver une job lui donnait mal au cœur. Ce n’était pas tant l’idée de fournir des efforts pour gagner un du qui lui déplaisait, au contraire, c’était surtout les responsabilités qui venaient de paire. Les patrons, le respect, son acidité incompatible, tout ça. Ce n’était juste pas possible pour elle. Les seules choses dans lesquelles elle arrivait à s’imaginer plus de deux secondes, c’était stripteaseuse, mais elle avait bien trop de classe et de respect pour sa personne pour s’abaisser à une telle vocation, ou bien tueuse à gage, mais honnêtement, elle était loin d’apprécier le meurtre autant qu’on voudrait bien le faire croire. Elle se contentait ainsi de tourner autour des proies faciles, mais sans importances. Ces personnes qui n’attirent pas à le regard, à qui personne ne s’intéresse vraiment, ces personnes qui ont du fric, pas beaucoup, mais quand même, et surtout, qui ont la confiance facile…ou tout simplement un pénis entre les deux jambes. C’était souvent plus facile lorsque c’était le cas, il n’y avait pas à dire.

Connor en était un des plus beaux exemples, littéralement. Facilement manipulé, tombé bêtement dans ses filets par le biais d’une séduction comme une autre, Cordelia aurait tout de même souhaité que l’opposé ne se valle pas, mais malheureusement, c’était plus fort qu’elle – plus fort qu’eux aussi vraisemblablement. Et sans surprise, Jim, malgré toutes les liasses de billets au monde et les plus bijoux, faisait pâle figure à côté du Texan, même si ça lui donnait envie de dégueuler rien que de le penser, pire encore de l’avouer.
L’ignorer, c’est ce qu’elle ferait, c’est ce qu’elle fait si bien avec les gens qui ne méritent pas son attention. « A la tienne Hopkins ! » Mais rien à faire, l’ennui qui gouvernait honteusement du côté du bar autour duquel se tenaient Cordelia et Jim semblait mettre en valeur le simple son de sa voix encore plus plaisante sous ses circonstances, cette dernière qui était la source de nombreux souvenirs qui, justement, coursèrent dans la tête de la sorcière en ce moment même, alors que réellement, elle devrait être en train de céder toute son attention sur le pigeon d’aujourd’hui et pas celui d’hier. Et pourtant ce n’était pas sans agacement que la succube réétudiait tous ces moments de passion, parce que s’ils étaient primordialement des ébats torrides, ils étaient aussi, en second lieu, un rappel constant de sa faiblesse pour un homme aussi pathétique que lui. Comment pouvait-on être autant attiré, et ce, purement physiquement, par quelqu’un comme lui? C’était un connard de service, de basse-cour plus qu’autre chose, un misogyne et un macho comme si la case connard n’avait pas été suffisante, sans oublier d’un ennui mortel le trois-quarts du temps, et pourtant, c’était bien le seul putain d’enfoiré à parvenir à mettre son monde sans dessus-dessous, à la caresser justement là où il fallait, l’embrasser là où il la fallait, la traiter avec brutalité et passion quand il le fallait, puis avec délicatesse juste aux bons moments. S’ils étaient loin d’être aussi proches sur d’autres plans, il n’y avait pas à dire qu’ils semblaient faits l’un pour l’autre sur un plan purement sexuel, comme si la clé du garagiste était celle conforme pour ouvrir le cadenas de la succube, aussi pathétique cela pouvait-il sonner.

« J’ai dit que c’était toi qui payerai, vu tout ce que tu me dois. » Pitié, elle ne lui devait rien si c’est un bon coup de pied au cul. Quel enfoiré de merde. Ne battant même pas un cil, la sorcière continua de regarder Jim droit dans les yeux, son regard de prédatrice greffé au visage, ne daignant même pas céder si ce n’est un tant soit peu de considération à Connor. Il parlait dans le vide, et nonchalante et désinvolte qu’elle était, elle l’ignorait avec toute l’insolence du monde. « Euh, Cordelia, je crois qu’il s’adresse à toi. » « La seule personne à qui j’ai envie de m’adresser ce soir, c’est toi Jim. » susurra-t-elle, caressant lascivement la main du bijoutier qui tenait sa boisson. Dieu sait que la succube, malgré les apparences, était douée pour épouser une gestuelle délicatesse et lascive à ses propos indécents. Mais Cordelia ne serait pas Cordelia si elle ne tentait pas de déverser son venin sur ses proies à chaque fois qu’on lui donnait l’occasion. « Puis, je tente une nouvelle approche. Je me dis que si j’ignore suffisamment longtemps les vauriens dans son genre, ils se trouveront peut-être un peu de bon sens, comprendront que je ne veux rien savoir d’eux et finiront par disparaître. » Roulant les yeux, blasée par l’attitude du Texan, elle marqua toute fois une pause, ne cessant pas pour autant d’ignorer le beau blond pour se concentrer entièrement sur son diner du soir plutôt, « Peut-on vraiment reprocher à une femme de ne vouloir avoir affaire qu’avec la crème de la crème? » Poursuivit-elle, prétendant admirer le bijoutier qui émit un rire légèrement nerveux sous la pression du regard de la brunette. Ces iris caféinés autour aussi rutilants de sensualité, elle puait la séduction à des kilomètres. Le pire, c’est qu’elle ne se forçait même pas, elle sortait la même ânerie qui lui passait par la tête, mais qui savait allait caresser l’égo de son interlocuteur. Il n’y avait pas vraiment de raisons de fournir un quelconque effort alors qu’elle savait qu’elle le tenait déjà dans creux de sa main.

« Connor Blackpearl, enchanté de rencontrer un fan de cette grande actrice. » Pourtant lorsque le Texan tendit la main vers Jim, ce dernier parût encore plus perdu qu’auparavant, son regard cloué sur Cordelia, chinant en vain une réponse, un assentiment quelconque, cherchant à savoir si elle agréait avec la chose. Bon sang, mais quel enfant. S’il tenait qu’elle joue la Mère, elle n’allait pas s’en priver. Secouant la tête, la sorcière afficha clairement son désaccord et Jim retira immédiatement sa main, sans serrer celle de Connor. « C’est la bonne chose à faire, Jim. Tu sais… » La démone marqua une pause et s’approcha du bijoutier pour lui murmurer ce qui avait tout l’air d’un secret, bien qu’elle faisait absolument tout pour que Connor comprenne chaque mots qui allaient sortir de sa bouche. « Ce mec est un peu…timbré. » dit-elle en gigotant sa main du côté droit de sa tête, jouant au même jeu qu’avait joué l’ex-flic au marché noir. « C’est la drogue tout ça. Il est constamment en train de se piquer. Le pauvre, je le plains. » Avoua-t-elle, s’inventant une conscience, comme si elle avait quoique ce soit à foutre du malheur de quiconque si ce n’est le sien.

Le bijoutier sembla choqué d’entendre cette réalité des faits que lui servait la démone. Pas étonnant puisque ce n’était pas la vérité la plus exacte, quoique ça ne relevait pas non plus du mensonge, d’où elle arrivait à être crédible dans sa façon de mentir. Jim n’y croyait toujours pas, malgré tout « Pourtant, il m’a l’air d’être un type bien. » Probablement sa belle gueule d’enfoiré. Il était bien trop séduisant pour avoir l’air d’un drogué. « Tu peux coucher avec lui plutôt aussi si tu le souhaites. » rétorqua immédiatement la sorcière, acerbe que sa proie prenne la défense d’une de ses précédentes victimes. Les mecs, leur solidarité pathétique, quelle horreur. Cordelia se retourna donc vers Connor, toisant sa carcasse de son mépris et son dédain habituel. « Crois-moi, ce type est tout sauf bien. » Et pourtant, elle conclut tout de même la parole d’un clin d’œil que Jim ne put constater. Mais tout de même, la brunette devait trouver ce que pouvait bien faire Connor dans ce bar. Certes, il avait le droit de manger et de boire une bière comme tout le monde, mais ce n’était définitivement pas son genre de venir traîner autour de Cordelia, comme quoi il était réellement masochiste à chercher les emmerdes de la sorte. Râlant, elle se tourna vers Jim et fendit un sourire. « Cette chanson m'a toujours insupportée. Ça ne te dérangerait pas d’aller causer avec le patron pour lui demander de changer? Ça me tue les oreilles. » Pas de s’il te plait, ce n’était pas son genre. Malgré cela, le bon petit soldat s’exécutait et s’aventura pour parler avec le propriétaire des lieux.

Cordelia avait ainsi quelques secondes pour mettre les choses au clair avec celui qu’elle appelait son chaton. « Tu me fais quoi là, BlackPearl? Oh « enchanté de rencontrer un fan de cette grande actrice »… mais ferme ta gueule un peu, tu veux? » Elle se leva, lui retira sa bière des mains – parce qu’elle se disait que ça le ferait probablement chier rien qu’un peu, et c’était déjà ça – et tira contre son tee-shirt pour l’approcher d’elle. « Ce que tu vois là-bas, c’est mon revenu pour les prochaines semaines. Si ça foire, je ne vais pas avoir d’autres choix que de me faufiler dans ton petit garage de merde, piquer une de tes plus belles bagnoles et la revendre dix fois moins cher au premier imbécile qui voudra bien me donner un peu de fric en échange de ce tas de ferraille. » Elle lui fit un sourire condescendant alors qu’elle insultait à la fois son garage et ses caisses, probablement deux de ses plus grandes fiertés. En réalité, elle ne le pensait pas vraiment, mais c’était coutume avec Connor ; elle disait constamment des choses qu’elle ne pensait pas, c’était plus facile pour elle que de lui sauter aux lèvres parce qu’elle ne pouvait pas résister à sa belle gueule de con. Ses doigts se faufilèrent contre son torse, puis montèrent jusqu’à sa joue qu’elle caressa. « Alors comporte-toi comme le bon petit chaton que tu es et dégages. » Mais c’était trop demander, surtout avec Jim qui revenait à présent les rejoindre. Dieu sait que Connor pouvait se montrer tout aussi emmerdeur qu’elle lorsqu’il le voulait et elle n’avait nul doute qu’il n’allait pas la ménager après tout ce qu’elle lui avait fait subir.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Lun 21 Juil - 12:27

C’était drôle cette attitude qu’adoptait la sorcière, rien qui ne change de ses habitudes de pétasse nonchalante mais elle ajoutait à cela de faire la sourde oreille. Connor trinquait à sa santé et elle l’ignorait, c’était bien un gros manque de savoir vivre ça ! Mais si elle agissait de la sorte c’est qu’il allait réussir à l’emmerder un tant soit peu et rien que ça le faisait déjà jubiler. Se glisser comme un obstacle gênant entre Cordelia et son pigeon allait sans aucun doute beaucoup l’amuser, tout comme cette saleté d’emmerdeuse avait pris un malin plaisir à lui faire la vie dur au marché noir par exemple ou même dans son propre appartement. Il lui promettait un retour de flamme mérité malgré que pour cela il était donc nécessaire de s’abaisser à son niveau de pathétique semeuse de trouble… Les couilles en plus le concernant. La brune s’évertuait à fixer sa proie, l’homme en était presque mal à l’aise le pauvre. Son numéro était plus que rodé et le Texan aurait pu reconnaître son talent s’il n’était pas si concentré sur le fait de la descendre plus bas que terre. Elle ne se gênait jamais à ce petit jeu là, il était bien légitime que lui aussi puisse s’amuser un peu.
Le garagiste l’entendait déverser sa bile enrobée par un ton doucereux de l’aguicheuse qu’elle était. Ah ça la sorcière savait entourlouper les hommes et plutôt deux fois qu’une, caresses et œillades avaient vite fait de faire fondre le premier crétin venu. Connor comprit ? Il était sensible à son charme mais il lui fallait plus que des battements de cils et une mine faussement boudeuse pour qu’il tombe dans le panneau. Ce que l’ex junkie demandait lui, c’était ses griffures, des regards brûlants et des doigts audacieux se glissant sur sa peau. Le niveau au dessus, parce qu’entre eux il savait que ça n’était pas comme avec ces autres hommes… Face au dédain de Cordelia, le blond avait décidé de passer à l’étape suivante et de monter un cran au dessus en matière de provocation. Ainsi sans aucune gêne il s’invitait à proximité du pauvre pigeon et de cette dinde fauchée. Sans doute les neurones du bijoutiers manquaient de vivacité de connexion, il hésitait à serrer la main du garagiste et pire encore interrogeait du regard la belle brune qui bien sûr émit des réserves sur le geste. « Oh elle en est déjà là. » lâchait-il avec un petit sourire désolé, comme si on allait bientôt annoncé à ce pauvre bougre qu’il avait un cancer. Mais à bien y réfléchir, comparer la sorcière et cette maladie n’était ni paradoxale ni ridicule, bien au contraire. Ne manquait à Cordelia que les pinces, et encore !

Le numéro continuait sous les yeux de Connor plus amusé que jamais. Il sirotait sa bière avec nonchalance, comme si ce type timbré qu’elle décrivait n’était pas dans la pièce ne se sentant pas du tout concerné par les propos de la succube. Et lorsque Jim fit par de son impression à son égard le Texan éclatait de rire, tapant sa main sur le comptoir avant de pointer la sorcière du doigt « Ah tu vois ! » il secouait la tête en levant les yeux « Tu es si mesquine. Je t’ai aidé au péril de ma vie et voilà comment tu me remercies ? En essayant de me créer une telle réputation. » il posait sur le bijoutier un regard triste « Offrez votre aide… Et voilà ce que vous récolterez. De l’ingratitude. » il lâchait un soupir avant de terminer sa bière et d’en commander aussitôt une autre.  Il fallait qu’il joue sur la corde de l’animal blessé, le type que Cordelia avait malmener qui viendrait par simple bonne foi et solidarité masculine mettre en garde la prochaine victime de l’impitoyable séductrice. Mais dans les regards échangés aussi bien le garagiste que la sorcière s’entendaient sur le fait qu’ils appréciaient ce jeu, ça pimentait leurs existences respectives et en bons compétiteurs ils adoraient se mesurer l’un à l’autre ainsi. Le pauvre Jim faisait juste office de pion. Facile à bouger en plus de cela, puisqu’avec une excuse aussi bidon que ses goûts musicaux, la brune réussie à le faire s’éloigner quelques instants.
« Quelle autorité. » raillait Connor en suivant vaguement le pigeon du regard avant de reporter toute son attention sur une Cordelia aussi furibonde qu’elle pouvait l’être en gardant son masque de pétasse que rien n’ébranle. Il fit une moue dubitative quand elle lui refaisait sa scène d’entrée « Mouais j’avoue que j’aurais pu trouver mieux. Mes talents d’auteur sont un peu rouillés. » il haussait les épaules « Cela dit, ça t’as fait chier quand même. Contrat rempli. » un petit sourire satisfait étirait ses lèvres et il s’élargissait d’avantage quand le privant de sa bière elle le tirait par le t-shirt « Retiens encore un peu tes ardeurs tigresse, ton pigeon va revenir. » il se mordit la lèvre « A moins que tu veuilles tout de suite qu’on s’éclipse pour que je te prenne dans la réserve. ». D’une oreille distraite parce que pas vraiment intéressé, il l’écoutait lui dire que Jim était son avenir des prochains temps, son assurance de ne pas dormir sous un pont et bla bla bla des menaces à la con dont elle était coutumière. L’ex junkie posait alors un regard blasé sur la jolie brune « Parce que tu me crois assez con pour te laisser ça possible ? » elle pouvait bien essayer de déjouer la sécurité, peut-être même passerait-elle le premier rideau mais pour la suite il avait confiance dans son petit dispositif. « N’ai pas les yeux plus gros que le ventre, ma belle. » il lui reprit sa bière des mains, profitant que ses doigts viennent cavaler contre son torse « J’ai pas encore assez fait mes griffes. ».

Le bijoutier revenait, la musique avait changé signe qu’il avait brillamment rempli sa mission. Se désintéressant de Cordelia, le Texan tapotait alors chaleureusement l’épaule de Jim « Tu sais quoi ? T’as l’air de vraiment être un bon gars… Du coup je vais te faciliter la tâche. » il eu un sourire malicieux et bu une gorgée de bière avant de désigner la brune avec le goulot de la bouteille « Ce qu’elle préfère c’est la levrette. » tant de subtilité et de délicatesse feraient mouche il en était certain et vu le tête étonnée que lui offrait le bijoutier c’était bien parti pour rire un peu. « Ah je t’assure. Ça l’excite, elle devient folle et j’en ai encore des marques dans le dos. » il eut un petit rire et posait sa bière sur le comptoir « Tu veux les voir ? » joignant le geste à la parole il commençait à retirer sa veste avant que Jim le stoppe « Non ça va je te crois. » il voulait sourire, jouer au mec que ce genre de discussions enthousiasmait, sauf que la présence de la principale intéressée semblait ne pas le mettre franchement à l’aise. Connor le regardait avec perplexité « Oh allez, je te fais gagner un temps précieux là. Puis elle s’en fout demain ça sera un autre alors… » nonchalant comme Cordelia pouvait l’être, et ce n’était pas un hasard s’il la singeait un peu, le garagiste faisait comme si cette discussion était la plus normale du monde.
Les iris vertes du garagiste trouvèrent celle de la sorcière, il y brillait une lueur de satisfaction et de défi qui ne lui échapperait pas le blond en était certain. Comme elle avait pu le faire, il agissait comme si elle n’était pas là, l’ignorant totalement dans un aparté sans discrétion aucune. Nouvelle gorgée de bière il laissait échapper un petit rot « T’embarrasse pas à paraître classe. Elle s’en tape en fait tant que ton portefeuille lui convient, c’est open bar. ». Il se passait la langue sur les lèvres en regardant Cordelia « N’est-ce pas ? » tapotant à nouveau l’épaule de Jim il se mit à rire « Mais je te dis tout ça parce que t’as l’air d’être vraiment un mec bien toi aussi, tu vois ? Et je veux pas que tu souffres, pas comme moi » légère mélancolie dans le regard, il se sentait en forme là. En fait il était plutôt bon acteur ! Il faut dire qu’au contact de la sorcière il avait appris de la meilleure et ça n'était plus qu'une question de quelques minutes avant que le bijoutier ne trouve une excuse bidon pour prendre la poudre d'escampette, il le sentait non sans satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Dim 27 Juil - 8:47


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam


Doigts s’enfilant dans son tee-shirt, la sorcière oubliait presque à quel point cette situation lui paraissait familière. Il semblait que ça commençait toujours comme ça entre eux. La succube qui faisait le premier pas, aventurant ses vilains petits doigts indécents en territoire hostile, avant de rapatrier, ne laissant qu’un arrière goût de ce qu’ils pourraient être leurs s’ils n’étaient pas tous les deux aussi entêtés et enfantins. « Retiens encore un peu tes ardeurs tigresse, ton pigeon va revenir. » Haussant les épaules, elle répondit immédiatement, prouvant une fois de plus sa répartie assidue. « Je compte dessus, tu m’ennuies déjà à vrai dire. » laissa-t-elle donc sortir de ses lèvres, blasée à souhait, mais nonchalante tout de même dans l’exécution. « A moins que tu veuilles tout de suite qu’on s’éclipse pour que je te prenne dans la réserve. » Le chaton était drôlement prétentieux et insolent. Pouvait-il vraiment nier qu’elle ne déteignait pas sur lui à ce stade? Démontrant le peu d’intérêt qu’elle avait pour son offre à l’aide de son visage, ses doigts eux tirèrent le tee-shirt du garagiste pour rapprocher le corps de son ex-junkie préféré contre elle. « À quoi bon? Tu en as peut-être dans le pantalon Connor, mais ce n’est pas ça qui va me permettre de payer mon petit déjeuner. Je passe. » Haussant à nouveau les épaules, elle réalisa le sens figuré de ses propos, ce qui la poussa à plisser les yeux et pencher la tête d’un côté puis de l’autre, avant de chasser ces réflexions futiles. « C’était plaisant pour le peu que ça a duré, mais tu n’as plus d’intérêt. » Elle mentait bien évidemment. Connor aurait toujours un certain intérêt, malgré le fait qu’elle détestait cette idée. « En revanche… » Susurra-t-elle lascivement, avant de contrer avec un timbre plus sec. « Ce que tu vois là-bas, c’est mon revenu pour les prochaines semaines. Si ça foire, je ne vais pas avoir d’autres choix que de me faufiler dans ton petit garage de merde, piquer une de tes plus belles bagnoles et la revendre dix fois moins cher au premier imbécile qui voudra bien me donner un peu de fric en échange de ce tas de ferraille. » Et malgré tout, il avait l’audace de lui emprunter les mêmes airs blasés et nonchalants qu’elle arborait si souvent. « Parce que tu me crois assez con pour te laisser ça possible ? » Cordelia ne pût s’empêcher de rire, trouvant la question assez hilarante en soi. Bien sûr qu’elle croyait qu’il était assez con. Railleuse, mais surtout méprisante et hautaine en soi, elle ne fit pas que glousser. « On sait très bien tous les deux que tu es loin d’être une lumière, Connor. » Toisant le jeune homme du regard, elle roula les yeux devant son petit jeu. Sans cesse en train de se vanter subtilement, à se mettre sur un piédestal et prétendre le contraire. La sorcière, elle, avait au moins le mérite d’affirmer sans honte cette présomption qui lui était si singulière. « N’ai pas les yeux plus gros que le ventre, ma belle. » Lui mieux que quiconque devait savoir que son ventre ne lui avait jamais fait défaut. « Venant de quelqu’un de ton genre qui, de surcroît, s’adresse à quelqu’un de mon envergure, c’est assez ironique. » Ses doigts se faufilèrent contre son torse, puis montèrent jusqu’à sa joue qu’elle caressa, contrastant bien avec les mots qu’elle s’apprêtait à engager « Comporte-toi comme le bon petit chaton que tu es et dégages. »  « J’ai pas encore assez fait mes griffes. »

Malheureusement pour la sorcière, elle n’eût pas le temps de renchérir que le bijoutier revenait parmi eux, le tempo de la musique ayant changé pour quelque chose de complètement différent. Il fallait l’admettre, il faisait des efforts pour se faire apprécier, tout le contraire de Connor. Elle l’aurait pu apprécier le geste s’il ne le trouvait pas déjà aussi pathétique. Tragique, mais la vérité, c’était qu’elle n’en avait que très peu à foutre de Jim, de sa personnalité, de son physique, de ses intérêts, même de son métier. Il était le comble du manque d’intérêt. Et avant même qu’elle ne puisse mettre le grappin sur sa proie, Connor alla jusqu’à mettre ses sales pattes sur le bijoutier, débutant – elle n’avait aucun doute là-dessus –  sa future petite comédie sans saveur. « Tu sais quoi ? T’as l’air de vraiment être un bon gars… Du coup je vais te faciliter la tâche. Ce qu’elle préfère c’est la levrette. » Typique. C’était du Connor tout craché. Tellement qu’au lieu d’être offusquée, vexée ou surprise, un sourire malicieux s’esquissa sur ses lippes rosées, laissant ensuite place à un gloussement railleur. Croisant les bras sous sa poitrine, elle leva les yeux au ciel. C’était donc là où ils étaient rendus? Quelle était la prochaine étape? Prétendre que Connor avait l’herpès? Mais tout de même, ça l’amusait. Entendre le Texan la descendre de la sorte. C’était ironique, d’un côté. La brunette était tellement inappréciable, acerbe et méprisante, qu’aucune personne ne devrait éprouver de la difficulté à dire du mal d'elle, encore moins à devoir sortir des âneries et des bêtises dans le genre pour y arriver. Pourquoi ne pas tout simplement dire à Jim qu’elle était égoïste, narcissique, froide, cruelle, voire même sadique? Mais clairement tout cela, c’était un jeu aux yeux de Connor. Un jeu de gamin dans son genre, mais un jeu auquel Cordelia acceptait de jouer.

« Ah je t’assure. Ça l’excite, elle devient folle et j’en ai encore des marques dans le dos. Tu veux les voir ? » La démone ne pût s’empêcher de glousser à nouveau, imaginant très bien le Texan se dévêtir pour montrer au bijoutier un dos griffé, par on ne sait qui. Jim, en revanche, ne semblait pas aussi excité à l’idée de voir le beau blond se déshabiller. « Non ça va je te crois. » Mal-à-l’aise, trouvant la conversation probablement embarassante et le manque flagrant de délicatesse de Connor un peu déplacé, il était patent qu’il aurait voulu être ailleurs en ce moment. « Oh allez, je te fais gagner un temps précieux là. Puis elle s’en fout demain ça sera un autre alors… » La sorcière soupira, trouvant les élans du garagiste longs et fastidieux. Ne pouvait-il pas aller droit au but? Il causait dans les nuances, les sous-entendus. Il n’avait qu’à la traiter de catin si c’est vraiment ce qu’il voulait que Jim pense d’elle. « T’embarrasse pas à paraître classe. Elle s’en tape en fait tant que ton portefeuille lui convient, c’est open bar. N’est-ce pas ? » Le voilà qu’il lui posait la question et remettait l’attention sur elle après l’avoir délibérément ignoré comme elle-même l’avait fait plutôt. Blasée, puis suivant un soupire, elle renchérit malgré tout. « Pour être honnête Connor, j’ai arrêté d’écouter de ce que tu avais à dire après ‘levrette’. » Nonchalante, désinvolte, elle ne semblait pas pour le moins bousculée par les propos que tenait Connor à son égard. Levant les sourcils, ses expressions faciales démontraient bien son indifférence la plus totale. Mais rien à faire, l’ex-flic avait de quoi poursuivre, semblerait-il.  « Mais je te dis tout ça parce que t’as l’air d’être vraiment un mec bien toi aussi, tu vois ? Et je veux pas que tu souffres, pas comme moi »

« Connor, Connor, Connor. Si bienveillant, toujours si disposé à se préoccuper du bien-être des autres…Enfin, non, c’est faux, il n’a pas toujours été comme ça. N’est-ce pas? » Petit clin d’œil au Texan en question, elle poursuivit. « Connor faisait parti du mouvement de la Résistance, enfin avant de trahir son camp pour aider le gouvernement à espionner ses confrères, seulement pour ensuite les trahir eux à leur tour. C’est un manipulateur, un menteur compulsif, un opportuniste et un traitre. » Cordelia haussa les épaules ; à ses yeux, ce n’était pas réellement des défauts, et s’il y avait bien une chose sur laquelle elle n’avait pas jugé Connor, à l’opposé de bien des gens, c’était bien sur les gestes qu’il avait entrepris dans le passé. Mais tout le monde n’était pas comme Cordelia. Les gens de la Nouvelle-Orléans avaient une conscience, des valeurs, des principes, et eux, ils étaient rapides lorsqu’il était question de juger les gens. Jim ne serait pas une exception. « Tu es suffisamment grand pour forger ta propre opinion, Jim, mais je ne croirais pas tous les mots qui sortent de cette bouche si j’étais toi. Après tout, l’un ne voudrait pas se retrouver dans la même position que tous ces gens qui ont été trahis, mentis, abusés et manipulés par Connor. » « Oui, et bien, il semblerait que vous avez plus en commun que vous ne le pensez. » Avoua Jim, au milieu des deux camps, il était la victime des coups tirés des deux côtés. La succube ne savait pas si elle devait se sentir insultée qu’on ose lui dire qu’elle avait beaucoup en commun avec le dernier des enfoirés de la ville, mais elle-même ne pouvait pas nier que Connor était une des rares personnes qu’elle appréciait sincèrement et lui qui, étrangement, arrivait à la tolérer elle aussi. « Je crois que je vais vous laisser régler vos problèmes, parce que, clairement, il y a du boulot. » Perplexe, Cordelia plissa les yeux avant de lever un sourcil. C’était rien qu'un jeu, une lutte entre deux entêtés qui tenaient absolument à avoir le dessus sur l’autre, à pourrir l'autre d'un venin âcre qu'ils crachaient tous les deux aussi bien, mais il n’y avait pas d’animosité ni de problèmes entre ces deux-là, il n’y en avait jamais eu, ou très peu alors. Certes, Connor étant Connor, il avait piqué ses crises d’adolescentes prépubères de temps en temps, mais rien que quelques caresses n’avaient pas su régler. Du moins, c’était comme ça que la sorcière dépeindrait la situation. S’apprêtant à partir, il décréta un peu perplexe. « Je dirais bien que ce fût un plaisir de faire votre connaissance, mais je suis pas certain que ça serait sincère... » Glissant quelques billets sur la table, c’était la monnaie pour payer les deux verres qu’ils avaient sirotés ensemble, même s’il avait été très généreux. Cordelia n’était pas du genre à stopper les gens, les empêcher de partir, courir après quelqu’un pour le rattraper. Tout ça, c’était pathétique. Il lui avait donné de quoi payer son verre et plus même. À présent, il n’avait plus d’intérêt à son tour. En revanche avec cette proie-ci éliminée de sa liste, c’est Connor qui regagnait soudainement en intérêt.

Penchant la tête, un peu indifférente au départ de Jim, elle se retourna vers le garagiste, son regard croisant les iris verts dans lesquels luisaient satisfaction et condescendance. Il puait la fierté, c’en était presque dégueulasse. Pourtant, ce n’était pas de la colère qui s’esquissait sur le visage de la démone, ni du ressentiment, encore moins les expressions d’une mauvaise perdante. Ne savait-il pas à présent que malgré ses efforts, tous aussi lamentables les uns que les autres, il n’allait jamais arriver à froisser sa belle allure? Cordelia poussa sans la moindre délicatesse la carcasse du jeune garagiste contre une chaise, avant d’aller s’asseoir confortablement sur ses cuisses. Enroulant le derrière de son cou d’une main, la deuxième quant à elle s’aventura contre ce tee-shirt. Cordelia et les tee-shirts, une histoire d’amour, il n’y avait pas à dire. Rapidement, sa main commença à caresser tendrement le cou du beau blond, montant lentement vers cette chevelure châtaine. « Chaton…Mon beau chaton. » Elle sentit un rire moqueur monter à la gorge, tentant vainement de s’échapper de ses lèvres, mais dont la sorcière celât d’aussitôt. « J’oubliais à quel point tu pouvais être naïf. » Oh pour être naïf, il l’était. Cordelia ne savait pas ce qui lui était passé par la tête. Environ un mois qu’il ne s’était pas vu, un mois qu’elle ne l’avait pas embêté, un mois de paix, de pur calme, nul doute de plaisir et bonheur pour le garagiste qui méprisait tant les habilités de la sorcière à l’emmerder, et le voilà à présent à sauter tête première dans la gueule du loup. Il aurait pu rentrer chez lui, avoir la paix, mais il avait préféré faire autrement. « Tu te rends compte que tu t’es tiré une balle dans le pied avec ton manège, j'espère? » Trinquant caresses dans sa chevelure pour une poignée serrée, elle tira la tête du Texan vers le bas, offrant un plein accès à ses divines lèvres pulpeuses. « Mais tu me connais, ce n’est pas moi qui vais m'en plaindre... » dit-elle avant de sceller ce beau discours d’un baiser fougueux. En temps normal, elle aurait été plus patiente, elle aurait tourné en rond, peut-être aurait-elle-même attendu que ça soit lui qui daigne faire le premier pas. Mais c’était différent. Cela faisait trop longtemps et même si ça la dégoutait, l’attraction lui paraissait toujours aussi forte, toujours aussi indéniable.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Mar 29 Juil - 10:58

Le rabaisser, trouver une parade acerbe à chacune des répliques de Connor était le jeu favoris de la sorcière. Partie de ping-pong à laquelle le garagiste prenait bien volontiers part malgré l’agacement qu’elle pouvait provoquer chez lui à toujours rabâcher plus ou moins les mêmes choses en des termes différents. Raté, inutile, ennuyeux, on lui avait déjà fait plus d’une fois la liste mais toujours était-il qu’elle se trouvait encore dans les parages alors que si elle avait réellement voulu l’éviter elle l’aurait fait. Mais l’ex junkie n’était pas en reste de son côté, à traiter Cordelia d’emmerdeuse et autres qualificatifs bien moins sympathiques. Leur petit manège était incroyablement répétitif entre piques et séduction, dédain et désir mais les deux têtes de mules continuaient de se bercer d’illusions à leur sujet. Pas d’attachement, juste de l’attirance, pas de confiance juste des compromis un tableau repeint pour ne pas perturber leurs manies, ne pas entacher leurs réputations.
La succube se concentrait sur un objectif à la fois, pour l’instant c’était le compte en banque de Jim alors elle refusait la proposition de Connor d’aller directement dans la réserve mettre fin à la tension palpable habituelle qui régnait entre eux. L’aurait-il fait si elle avait accepté ? Sans doute. Il fallait être con ou gay pour ne pas profiter d’un peu de bon temps avec la sorcière. Elle avait des kilomètres au compteur et savait bien mettre à profit son rodage. Se croyant sans doute inquiétante pour le garagiste, Hopkins le menaçait de venir voler une de ses bagnoles… Juste pour rire un peu il aurait été tenter de la pousser jusqu’à ce qu’elle ai réellement envie de mettre son plan en marche. Sûr et certain qu’il se payerait une bonne tranche de rigolade quand elle comprendrait qu’il était plutôt bon seigneur en l’avertissant de ne pas tenter le diable. Toujours aussi fielleuse dans sa nonchalance elle balayait encore ses mises en gardes par quelques paroles censées le rabaisser, l’avantage c’est qu’en ayant déjà touché le fond, Connor n’était plus aussi sensible à cela.

La meilleure défense étant l’attaque, le Texan n’avait pas attendu pour lancer la sienne aussi peu travaillée fut elle. Son numéro laissait à désirer mais il avait au moins le mérite de s’amuser comme un petit fou en trainant grossièrement la sorcière dans la boue aux yeux de son pigeon. Le pauvre type ne comprenait rien à ce qui lui arrivait et c’était bien normal puisqu’il était pris entre deux feux sans même que les protagonistes eux même ne puisse expliquer à quoi cela tenait. Délaissant tout semblant de subtilité et jouant les amants éconduit de bonne foi, Connor pourrissait le jeu de Cordélia avec beaucoup de plaisir. Oh il voyait bien dans ses yeux combien elle méprisait sa prestation, mais il jubilait de la singer ainsi. Et après l’avoir ignoré le garagiste tentait de la réintégrer à la conversation comme si il eut été normal qu’elle confirme ou infirme être comme il la décrivait. Malheureusement elle faisait preuve d’un cruel manque de motivation, mais fort heureusement lui donnait tout de même une perche à saisir « Ah bah tu vois qu’est-ce que je disais ! La levrette, y’a que ça qui l’anime. » et le numéro avait continué un bref instant avant qu’elle ne se décide à prendre le relais.
La joute déroutait complètement le pauvre bijoutier sous les yeux d’un Connor satisfait d’avoir accompli sa mission première : foirer le coup de la sorcière. Et tout l’acide cracher par la brune ne l’atteignait même plus. Elle peignait de lui un portrait connu de tous, une sorte de vérité générale à son égard, la définition que l’on donnerait de lui si un jour il figurait dans le dictionnaire des noms propres. Paradoxale pour le sien qui était déjà hardiment sali… Le Texan prit un air contrarié quand Jim annonçait qu’il les quittait « Oh non… Le prend pas comme ça. » mais son sourire ne pouvait être retenu bien longtemps « C’est que j’aime aider mon prochain. » et surtout emmerder la succube en gage qu’ils finiraient possiblement par s’envoyer en l’air histoire de tomber d’accord au moins une fois dans la discussion. Le bijoutier n’avait plus en tête que de s’éclipser pour laisser les deux fous finir leur petite gueguerre ridicule. Le pion venait de se faire manger par la reine – des emmerdeuses – et le fou – qui ne l’était pas tant – il prenait la poudre d’escampette et Connor commandait un nouveau verre pour fêter cela.

Fier le garagiste l’était, surtout parce que tout ça aussi banal ce soit l’avait beaucoup amusé. L’appel de la chair lui faisait faire des choses stupides comme celle-ci mais il assumait les conséquences. Peut-être bien que ça trahissait une certaine forme de manque, pas de Cordelia en elle-même ou tout du moins pas tout son être. La partie d’elle – 89% à peu près – agaçante, irritante, etc il la laissait bien volontiers à d’autre mais le reste il prenait, littéralement d’ailleurs. Son verre n’avait pas eu le temps d’arriver jusqu’au comptoir que la succube poussait l’ex junkie vers une chaise sur laquelle il se retint plutôt qu’il ne s’assit vraiment de son plein gré. Mais il adorait ce genre d’attitude de sa part, ça l’excitait terriblement. Sa façon de balader ses mains sur lui, de le caresser sans équivoque mais avec une certaine autorité, ça avait tendance à le rendre fou. Sa lucidité se ferait la mal à mesure que sa virilité manquerait de place dans son pantalon, c’était toujours comme ça que ça se passait… Et cette fois quand elle l’appelait chaton, il eu presque envie de lui faire plaisir en se mettant à ronronner. Enfin du moins à imiter le ronronnement parce que techniquement il était incapable de véritablement faire comme un chat.
Naïf ? Non… Maso sans aucun doute. Parce qu’une fois le bon moment de baise passé, leur désir assouvi, il ne resterait que la peste insupportable bien que diablement sexy et donc les emmerdements qui allaient avec. C’était presque risible cette façon qu’elle avait de croire qu’il agissait constamment sans réfléchir, sans avoir conscience de ses actes. Parce que oui il savait qu’en agissant de la sorte il s’était tiré une balle dans le pied, il avait potentiellement ramené le loup dans la bergerie. Le pire c’est que malgré tout en sachant tout cela, l’envie avait demeuré la plus forte et la raison n’avait pas eu son mot à dire. C’était cela qui emmerdait sans doute le plus le Texan, ce constat là qu’il avait du mal à résister à cette envie qui l’animait dès que cette conasse perchée sur ses échasses était dans les parages. Par son silence le garagiste lui donnait raison, tout ce qu’il avait fait depuis qu’il était sur cette chaise c’était de glisser ses mains sur les hanches de la succube afin de les caresser sans gêne. Un bon moyen de s’assurer qu’elle resterait contre lui, un contact qui ne faisait qu’augmenter son désir mais c’était tellement enivrant qu’il ne souhaitait pas que ça cesse. Ses iris avaient navigué de ses lèvres rosées à ses prunelles caféïnées non sans un petit détour par ce décolleté qu’il affectionnait tant.

Enfin elle la fermait et lui offrait ce baiser fougueux qu’il aurait fini par lui arracher si elle ne s’était pas exécutée dans les secondes à venir. C’était déroutant cette attraction, ce magnétisme entre eux qui pouvait les faire passer au dessus de presque n’importe quelle joute verbale bien poussée. Connor lui bouffait les lèvres avec un appétit vorace, annonçant la couleur clairement sur ses intentions, les mêmes de toute façon que la sorcière qui devait déjà avoir le creux des reins en feu. Deux brasiers prêt à s’enflammer, que l’endroit ne freinait pas. Ils n’étaient pas totalement à la vue de toute la salle, mais depuis le comptoir il n’était pas difficile de les observer. Les doigts du garagiste se crispaient sur le bas du dos de Cordelia, griffant légèrement ce dernier alors qu’il quittait ses lèvres en reculant légèrement « Si tu continues comme ça, je te prends contre cette table dans trois minutes même pas. ». C’était ça le problème avec la sorcière… tout était toujours dans le trop. Trop chiante, trop agaçante, trop sûre d’elle, trop nonchalante, trop sexy, trop expérimentée, trop désirable, trop bon coup. Et Connor c’est bien connu avait du mal à lutter contre l’excès. D’un regard en biais, le garagiste repérait une porte réservé au personnel. Un petit sourire en coin étirait ses lèvres rougies par l’assaut de celles de la sorcière. « L’exhib c’est pas mon trip, je propose la porte de derrière… » une ruelle sombre, un placard à balais ? Qu’est-ce qu’il pouvait en avoir à foutre ? De toute façon il s’y passerait la même chose peu importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Mer 30 Juil - 5:18


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

Elle cru enfin comprendre ce qui l’irritait tant dans cette vulgaire idée d’attirance incontrôlable, d’attraction magnétique, d’un désir insatiable peu importe le nombre de fois où il était consommé, de cette tentation plus séductrice que celle du Diable, de cet appétit épicurien dont elle était la victime lorsqu’il était question de Connor. Certes, le beau blond n’était pas le seul à éveiller en elle des tensions au creux de ses reins, mais il était le seul à lui en faire perdre tout contrôle. Et c’était bien ça qui l’irritait. Cette conception de ne pas être celle en charge, de ne pas être celle qui est aux commandes, de ne pas savoir ni comprendre ce qui se passe. C’était un peu ça, entre elle et Connor. Elle ne comprenait pas d’où ça venait, elle ne se rappelait même pas de comment ça avait commencé en première place, et chaque fois qu’ils se rencontraient, elle ne saisissait pas comment elle ne pouvait pas lui résister totalement comme elle le ferait avec n’importe quel autre imbécile dans son genre. Parce que oui, qu’avait-il de plus que les autres? Une belle gueule, certes, mais aussi superficielle pouvait-elle être, Cordelia n’en demeurait pas pour le moins extrêmement difficile, pénible et méprisante peu importe à quel point Mère Nature eût été généreuse avec vous. Alors qu’avait-il de plus que les autres? Un sens de l’humour questionnable? Une répartie fielleuse? Une addiction, certes vaincue, mais probablement toujours présente, bien que dormante, à toutes drogues confondues? Un manque total de classe et de respect? Une attitude ronchonnade de gros grognon? Une misogynie bien agaçante? Dieu sait qu’elle pourrait continuer des heures sur le sujet, et pourtant….Pourtant, elle pourrait tout aussi bien dire qu’elle trouvait complaisance dans chacun de ses traits en particulier, et qu’ultimement, elle n’en avait que très peu à foutre, parce que c’est qui comptait pour elle, c’est que Connor rassasie sa voracité inexplicable avant que bien évidemment, elle n’en redemande encore et toujours, et que le manège recommence, sans qu’elle ne puisse avoir son mot à dire, sans qu’elle ne puisse se refuser un tel traitement. Elle détestait ça. Ça la dégoutait, lui donnait envie de vomir tout simplement. Mais il n’y avait rien à faire, si ce n’est prétendre avoir un semblant d’autorité, de contrôle, avant d’enfin céder à l’appel du charme du Texan, de succomber au désir qui brûlait au creux de ses reins et qui semblait la supplier plus les secondes avançaient de mettre de côté son orgueil surdimensionné et de foncer droit dedans.

C’est ce qu’elle fit, d’ailleurs. Elle fonça droit dans le tas, droit dans l’un des objets de ses désirs. Les lèvres de Connor. Des lèvres pulpeuses, mais pas particulièrement bourrues, tendrement dessinées, mais dont les traits étaient bien clairs et concis en même temps, des lèvres rosées, mais dont les teintes demeuraient naturelles et masculines. Et lorsqu’il passait subtilement sa langue contre ses lèvres, pour les humidifier la plupart du temps, peut-être parfois – plus rarement – pour rendre la succube folle, ses lèvres semblaient prendre une toute autre dimension surréaliste. C’était les lèvres parfaites. Les lèvres dont les plus grands auteurs dépeignaient si prestement, avec ce vocabulaire qui vous paraissait chimérique, mais qui tintait si délicieusement aux oreilles, c’était les lèvres de tous ces personnages fictifs trop parfaits pour être réels… Mais Connor, lui, il était bien réel. Au grand désespoir de la sorcière, ou à son plus grand bonheur, elle ne savait pas exactement – et à vrai dire, elle ne savait jamais rien avec Connor. En revanche, ce qu’elle savait, c’est qu’elle serait bête de ne pas en profiter, de ne pas sauter sur l’occasion de goûter à l’irréel, au rêve, à l’illusion, rien que pour se rendre compte que c’était bel et bien vrai et bel et bien à sa portée de main. Mais, bordel qu’elle détestait ça, qu’elle le détestait lui, et puis ses lèvres, et puis ses iris vertes, puis sa fine tignasse châtaine, puis ce sourire d’enfoiré… Elle le détestait tellement qu’elle semblait tomber de l’autre côté de la ligne, cette fine ligne entre noir et blanc, entre haine et amour, froid et chaud. Trébuchant donc sur cette moitié qu’elle tentait si assidument d’éviter, elle était donc à présent vulnérable et sujette aux règles de ce univers et raffolait à présent de ce concept qu’était Connor Joshua BlackPearl. Elle en raffolait, profitant de chaque seconde qu’elle prenait à dévorer cette bouche qui n’était pas la sienne, à sentir la chaleur de son cou s’emparer de ses fin doigts, du souffle ardent de Connor qui caressait lascivement ses lèvres à elle entre deux échanges, des mains du Texan qui s’emparait  sans la moindre gêne des hanches de la succube pour la maintenir contre lui, afin qu’ultimement elle sente sa chaleur corporelle l’enivrer, la drapant telle une étreinte charnelle et incandescente, une chaleur dont tout le monde possédait, mais dont seule Connor semblait être le titulaire, bref elle en raffolait tout simplement. Elle savourait ce qu’elle détestait et ça avait bon goût.

Et tout comme Connor, l’excès n’était pas son fort. Gourmande, capricieuse, déterminée, la démone était reconnue pour n’être jamais satisfaite et de toujours en redemander…même si Connor semblait être l’un des seuls capable d’affaisser les flammes qui braisaient en elle, au creux de ses reins, malheureusement seulement pour une durée limitée, avant qu’elle ne redemande le même service, la même faveur et qu’elle espérait, secrètement, qu’il daigne accepter une fois de plus. Mais les ongles du garagiste qui semblaient présentement s'enterrer dans le bas de son dos, encore une fois comme pour empêcher la sorcière de déguerpir le temps qu’il ne glisse quelques mots, lui donnait définitivement l'impression qu'il espérait, tout aussi secrètement, la même chose d'elle. Des quelques mots d’ailleurs chantés par cette voix masculine et viril dont elle avait fait les louanges à maintes reprises. Elle se laissait donc bercer par le son de sa voix qui tintait dans ses oreilles et qui lui rappelait à quel point il était irrésistible, à quel point son charme dépassait son simple sourire, ou son corps, ou n’importe quelle autre futilité. « Si tu continues comme ça, je te prends contre cette table dans trois minutes même pas. » Un gloussement léger, un peu discret et subtil, mais bel et bien audible au garagiste qui ne se trouvait qu’à quelques millimètres d’elle. Cette brève trêve était exactement ce dont elle avait besoin ; un répit, un temps de pause pour remettre ses idées en place, repenser à ce qu’elle avait dit de lui, à quel point elle détestait cet effet qu’il avait sur elle et comment elle n’était jamais en contrôle avec lui, bref, elle revoyait en mémoire tout ce qui pourrait lui être utile pour cesser ce jeu dont elle semblait perdre, mais dont Connor ne semblait pas gagner pour autant. Étaient-ils donc tous les deux destinés à perdre à ce jeu et à être gagnants à l’autre? Non, elle refusait l’idée. « Et on ne voudrait surtout pas qu’une telle chose se produise, n’est-ce pas? » souffla-t-elle nonchalante, passant une main derrière la tête de Connor, parce que, oui, même ses cheveux avaient le don de lui plaire. « À moins que ça soit ce qui t’excites… » Dit-elle, arborant à la fois nonchalance et sensualité, alors qu’elle se repositionnait entre autre plus confortablement contre les cuisses du Texan, non sans impertinence et indécence. Pourtant, le jeune homme lui fit comprendre que ce n’était pas exactement son genre. Bien heureusement d’ailleurs, car ce n’était pas celui de la sorcière non plus. « L’exhib c’est pas mon trip, je propose la porte de derrière… » Un rictus s’étira alors sur ses lippes rosées, sans réellement que l’on puisse savoir quelles étaient les pensées qui se cachaient derrière ce sourire en coin et cette lueur brûlant dans ses yeux. Mais c’était Cordelia tout crachée ; nuancée, désinvolte, pouvait-on réellement deviner ce qu’elle avait en tête?

Ses mains s’aventurèrent d’abord contre ses cheveux qu’elle caressa doucement, comme si elle semblait remettre en place une mèche rebelle qui n’existait guère, avant que ses doigts, fins et doux comme la soie, ne descendent vers cette joue sur laquelle semblait pousser une barbe – un énième atout du jeune homme – puis vers ce cou contre lequel elle laisserait volontiers un suçon, comme pour marquer son territoire, comme pour affirmer que Connor était un objet, et que de surcroît, il lui appartenait, parce qu’elle pouvait se permettre de se l’approprier, puis ils dévalèrent contre son tee-shirt, un fin tee-shirt sous lequel elle pouvait non seulement sentir les traits de sa musculature, mais sous lequel elle pouvait sentir sa chaleur corporelle à la fois s’exhaler et s'exalter. Il était brûlant, et pour être honnête, elle devait l’être tout autant puisqu’elle ne put s’empêcher de glisser ses mains sous ce tee-shirt, comme pour découvrir pour la première fois ce qu’elle avait pourtant exploré plus d’une trentaine de fois. « Mon chaton… » Répéta-t-elle, ses mains sondant contre ce qu’elle pourrait qualifier de sa tablette de chocolat préférée, un peu comme à l’instar d’une maîtresse qui caresserait le ventre de son animal de compagnie. Le bout de ses doigts descendirent légèrement comme pour soulever légèrement son pantalon. Rien de bien indécent en soi, juste une sorcière qui n’en pouvait plus de résister…et pourtant, elle lui ferait bien croire le contraire. « Tu vois, mon chaton, le truc c’est que…si je venais à passer par cette porte, ça serait pour prendre la poudre d'escampette, pas pour t’astiquer la clé à molette. » Clin d’œil nuancé ensuite pas une expression méprisante et insolente, elle jouait encore sur les nuances comme elle savait si bien le faire. De plus, c’était ironique cette façon qu’elle avait de le rabaisser, de tenter de prouver qu’il ne lui faisait pas réellement d’effet, que c’était plutôt une faveur qu’elle lui faisait en couchant avec lui alors qu’au fond elle ne le voulait pas vraiment. Si seulement les choses pouvaient être aussi simples, aussi irréalistes.

Malheureusement pour elle, s’il y avait bien quelque chose de vrai à propos d’elle, c’était bien son attirance qu’elle ressentait pour lui, suivi tout juste de cet agacement qui incinérait ses entrailles même rien qu’à l’idée d’être tombée aussi bas que d’être dépendante d’une chose aussi puérile que la satisfaction sexuelle que pouvait lui apporter un enfoiré de petit con dans le genre de BlackPearl. Ses mains caressèrent toujours ce ventre endurci, passant subtilement vers son dos, où du moins une partie de celui-ci, celle à laquelle avait accès au vu de leur position. « C’est dommage, cela dit, que tu ne sois pas dans l’exhibition. J’aurais bien aimé que tu enlèves ce tee-shirt et que tu me montres ces marques dont tu sembles tant parler. » Dit-elle en s’approchant un peu de lui, ses lèvres effleurant celles de l’ex-junkie, et s’amusait du fait que si elles bougeaient ou s’enfuyaient, celles de Connor bougeraient tout autant et courraient après. Probablement le seul contrôle qu’elle aurait sur lui, sur cette attirance. C’était d’ailleurs encore une fois plutôt ironique étant donné qu’elle n’aurait qu’à aller dans une autre pièce si elle voulait tant observer ses marques, qui soulignons-le, n’existaient même pas de toute façon, mais cela entraînerait sa déchéance dans une énième partie de jambes en l’air. « Quoique, je dois l’admettre. Le fait que tu ne m’aies toujours pas offert une bière ne me donne pas particulièrement envie de jouer à Barbie et Ken avec toi. » Il comprendrait où elle voulait en venir. Toujours assise sur lui, ses mains toujours aussi audacieuses et indécentes dans leur trajectoire, combien de temps pouvait-il durer avant que sa masculinité ait le dessus? Plus important encore, combien de temps pouvait-elle tenir avant de le pousser elle-même dans un coin de la réserve parce qu’incapable de lui résister même s’il ne faisait rien pour la séduire? C’était pathétique. Elle était pathétique.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Mer 30 Juil - 13:40

Finalement c’était très simple, tout en Cordélia poussait au vice. Si le terme de succube lui allait comme un gant ça n’était pas pour rien. Enjôleuse, envoûtante elle faisait tourner la tête des hommes avec une facilité déconcertante. Il faut dire que la Nature l’avait plutôt gâté comme si sa mission était celle de séduire le plus de mâles possibles. Enfin ça c’était sûrement la sorcière qu’il l’avait choisi comme fer de lance étant donné que les deux choses qui régissent le monde sont : l’argent et le sexe. L’un allant bien volontiers avec l’autre. Qui pouvait la blâmer d’avoir opter pour la facilité ? Les musiciens utilisent leur talent à jouer d’un instrument, les comédiens à endosser un rôle autre que le leur, Cordélia elle utilisait son talent de séductrice pour survivre. Et le Texan savait cela, mieux que quiconque peut-être bien et c’était en cela que tomber dans le panneau ne lui posait pas tant de problème, parce qu’il faisait ça en toute connaissance de cause. En fait s’il avait été prêt à réellement faire le point sur ce qui le poussait à remettre le couvert avec la sorcière, il dépasserait probablement la frontière du besoin purement physique d’une sexualité accomplie avec la brune expérimentée.
Troquer une addiction par une autre n’est pas une bonne chose, mais c’est un classique. Les fumeurs lorsqu’ils arrêtent se rabattent sur la bouffe, Connor en arrêtant de se droguer se rabattait sur le plaisir de la chair. Plusieurs amantes en étaient témoins, mais il préférait largement perdre pied durant des minutes d’ébats que durant des heures de défonce. Mais s’il considérait Roxanne comme une drogue à part entière pour tout l’aspect destructeur que leur relation impliquait, concernant la sorcière elle faisait office de substitut. Une sorte de compensation plus saine que de céder pour un rail de coke. Quoi que financièrement les deux s’avéraient très couteux. Et pour ses nerfs… Inutile de dire que la brune remportait la palme de ce qu’il pouvait y avoir de plus néfaste. Car autant lorsqu’elle l’emmerdait que lorsqu’elle le chauffait, Cordélia mettait le Texan dans un état rare de sensibilité. A ne pas confondre avec de l’émotivité, il n’allait pas se mettre à pleurer après l’orgasme. En revanche il avait la sensation que comme son énervement quand elle l’agaçait, ses sensations étaient décuplés à chacun de ses gestes.

Qu’elle titille son cuirs chevelu ou le bord de son pantalon ne faisait pas grand différence, son corps réclamait le sien. Bientôt il n’aurait plus qu’une chose en tête : se perdre en elle et l’entendre prendre son pied avec fierté. La succube avait aussi ce mérite de faire beaucoup de bien à son égo, parce que leur alchimie était indéniable sur le plan sexuel et qu’elle ne feignait aucunement le plaisir qu’elle prenait avec lui. En bon mâle qui se respect ça suffisait à égayer Connor. Entre ses mains il se sentait un peu comme un objet, et lui qui détestait pourtant sentir qu’on avait un ascendant sur lui se surprenait à aimer ça à cet instant. Il se laissait caresser, savourant chaque frisson que les doigts de la brune provoquaient. Et si elle persistait à jouer à la connasse le rabaissant encore, la chaleur émanant de son être ne trompait pas le garagiste. Peut-être bien qu’elle n’allait pas lui astiquer la clé à molette, mais lui savait qu’il allait s’en servir pour une petite révision. Petite fuite du joint de culasse ? Embrayage qui craque ? Moteur qui tourne irrégulièrement ? Professionnalisme oblige, il lui faudrait jeter un œil à cette belle mécanique.
L’effort de l’ex junkie pour ne pas mettre à exécution ses propos précédent était significatif. Bien aidé par le fait qu’il ne souhaitait pas être observé par des yeux de voyeurs qui se palucheraient sans vergogne à la moindre occasion comme devant un porno, Connor retenait ses pulsions et contrôlait son impulsivité d’homme brûlant de désir. Il se mordait la lèvre, appliquant une pression suffisante pour qu’une pointe de douleur le fasse penser à autre chose que entrejambe de la sorcière contre le sien simplement séparés par du tissu qu’il jugeait de trop. Manque de chance Cordélia poursuivait ses lascives caresses avec ses doigts vicieux, bien qu’elle ne manquait pas de douceur. Contact plus qu’appréciable pour l’épiderme du Texan dont la raideur trahissait l’excitation et les difficultés à conserver de la retenue. « Le strip-tease je te le réserve ma belle. Je sais combien tu adores me mater quand je me déshabille. » une fois nu aussi d’ailleurs… Mais pour ça ils se rendaient fort bien la pareille.

Son souffle qui venait se mélanger au sien sonnait comme une ultime provocation pour Connor qui en resserrant, sans vraiment s’en rendre compte, ses mains sur les hanches de la succube esquissait un mouvement de bassin qui trahissait son empressement. Mais on pouvait reconnaître que Cordélia avait aussi comme don de faire des suggestions tout à fait déroutante, ainsi quand elle fit remarquer qu’il ne lui avait pas offert de bière le Texan lui adressait un regard circonspect suivit d’un petit rire « Une bière. » il haussait les sourcils « Je b**** comme un âne et toi du veux une bière… » - le choix de la comparaison animal n'ayant aucune corrélation avec son intellect mais plutôt son anatomie - dieu sait combien lui même adorait cette boisson, mais là c’était bien une envie qui ne faisait pas partie de sa liste. Il fit cette petit moue renfrognée qui signifiait qu’intérieurement il la traitait d’emmerdeuse et plus encore. Ses mains quittaient ses hanches et il dégageait celle de la brune « Si tu veux à boire, ça va pas aider. ». Arquant un sourcil il fixait ses iris dans les siennes « Tu comptes bouger ou… ? » il faudrait bien si effectivement elle voulait cette bière.
L’ex junkie se sentait con d’accéder à cette requête stupide mais la succube était bien capable de le laisser en plan rien que pour le faire chier. A moins qu’il prenne les choses en mains et l’amène avec conviction vers cette fameuse porte. Glissant ses mains sur les cuisses de la belle brune un nouveau sourire étirait ses lèvres « Je peux aussi t’offrir une bière après. T’auras d’autant plus soif. » il s’approchait pour lui murmurer à l’oreille « Tu sais quand tu auras gémis et haleté pendant de longues minutes de plaisir. » ses lèvres attrapèrent délicatement le lobe de son oreille « Je suis pas le seul à avoir chaud après tout. » et approchant dangereusement une main aventurière vers l’intérieure de sa cuisse il ne tarderait sans doute pas à faire grimper d’avantage la température. Ce jeu là aussi, l’amusait beaucoup. Bien plus que de faire fuir un pigeon.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Jeu 31 Juil - 7:44


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

S’il y avait bien quelque chose qui lui permettait de garder la tête haute, de faire belle figure, d’entretenir son panache en tout temps lorsqu’elle était en compagnie de Connor, c’est qu’elle savait que peu importe à quel point elle pouvait être sous son charme, il l’était, lui aussi, tout autant. Une alchimie juste et égale, une attirance divisée et partagée. Alors, si en effet, elle se trouvait pathétique de ne pas être capable de résister à l’artillerie complète du Texan, elle pouvait au moins se vanter qu’il n’en était pas plus apte lorsqu’il était question de ses atouts à elle. Et il n’y avait pas à dire que le voir tenter de demeurer calme et nonchalant alors qu’il mourrait d’envie de passer à la prochaine étape lui donnait un certain sentiment de satisfaction. Une victoire, en soi, mais qui ne durerait pas vraiment longtemps, comme tout le temps lorsqu’elle jouait à ce jeu avec le garagiste. Le voir se mordre la lèvre inférieure avec tant de férocité captivait à nouveau toute son attention vers cette bouche qu’elle prisait tant, et lui donnait envie, à nouveau, de sauter bouche première dans le tas. Bon sang que le voir s’attaquer si férocement à ses lèvres lui donnait juste envie de recevoir le même traitement si peu délicat, qu’il enterre ses ongles dans sa chair, qu’il la coince contre un mur, lui dévore lèvres et cou, qu’il plante ses dents contre sa peau de pêche s’il le voulait, elle en avait que très peu à faire. Tout ça à cause d’une vulgaire et banale morsure de lèvre? Pas étonnant qu’elle se trouvait terriblement puérile d’être sujette à son charme.

Mais comme toujours, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Et rapidement, ses mains continuèrent de s’aventurer vers l’objet de ses désirs, cajolant chaque partie du corps de Connor qui lui était – pour l’instant – accessible. Et sa raideur actuelle annonçait la couleur de ses intentions, de ses arrières pensées. Si ça se trouve, il en avait encore plus envie qu’elle. « Le strip-tease je te le réserve ma belle. Je sais combien tu adores me mater quand je me déshabille. » Vrai. Elle adorait ça. Cordelia aimait se considérer comme une femme de goût. Elle n’avait pas un de frénésie particulière avec l’art ou quoique ce soit, mais elle se complaisait à l’idée de penser qu’elle savait apprécier les belles choses. Certes, sept cent siècles à vivre de tout et de rien lui avait forgé un caractère capable de se passer de bien des choses, mais cela ne l’empêchait pas de savoir différencier le beau du laid avec une vraie expertise. Et Connor était ce qu’il y avait de plus beau en matière d’hommes. Grand, de larges épaules, un corps musclé, sans l’être trop, il était un peu l’homme idéal…bien qu’elle ne lui ferait jamais part de ce compliment, au risque de lui faire perdre ses chevilles. « J'ai cru comprendre tu es très accoutumé à l’excès Connor, mais n’exagérons rien, veux-tu? » souffla-t-elle, hautaine, mais tout de même teintée d’une certaine complicité alors qu’elle lui accordait un clin d’œil espiègle. « 'Adorer' serait difficilement le mot que j’emploierais. » Ou plutôt exactement celui-ci. Car oui, elle adorait. Peut-être moins que lorsqu’il se perdait en elle, mais définitivement plus que lorsqu’il parlait ou tentait de l’emmerder.

Pourtant, il fût difficile de ne pas rapprocher ses lèvres de celle du Texan. Comment résister à l’appel? Elle qui, pourtant, était si égoïste, voulait venir à la rescousse de ses lippes qui criaient de désir, qui ne demandaient qu’à être embrasser. Et qui serait-elle pour refuser une tel traitement alors qu’elle le désirait tout autant? D’un côté, on pouvait supposer que cela faisait du sens. À répondre à cet appel, elle était définitivement gagnante, quoiqu’à la fois perdante comme expliquée précédemment. Cordelia n’était jamais du genre à faire quelque chose si cela ne lui rapporterait rien, mais elle pouvait affirmer qu’avec Connor, le lot était gros et valait l’attente, il n’y avait pas à dire. « Quoique, je dois l’admettre. Le fait que tu ne m’aies toujours pas offert une bière ne me donne pas particulièrement envie de jouer à Barbie et Ken avec toi. » Un moyen comme un autre de le faire poireauter, de se donner une certaine autorité, un ascendant auquel elle pourrait s’accrocher pour se faire croire que malgré tout, elle possède tout de même un certain contrôle sur cette attirance, qu’elle pouvait se permettre de mener la danse. Et ces mots lui offrirent la trêve dont elle avait besoin, brisant leur ardeur l’instant de quelques secondes, secondes suffisantes à Connor pour lui concéder un regard circonspect, bien qu’il semblait prendre la chose avec humour, comme elle l’avait espéré. « Une bière. » « Une bière. » répéta-t-elle après lui, haussant les épaules, désinvolte à souhait, comme si le fait de réclamer une bière dans un moment pareil était la chose la plus naturelle à faire, comme s’il n’y avait pas réellement d’autres options…Un avis que ne partageait clairement pas Connor. il haussait les sourcils « Je b**** comme un âne et toi du veux une bière… » « Ne te flattes pas trop. » Siffla-t-elle alors que Monsieur prenait la grosse tête quant à sa monture, même si elle ne pouvait pas réellement le contredire. « Et puis, entre toi et une bière, le choix est facile. » Toi. Définitivement toi. Mais elle ne lui avouerait pas ça. Ils ne s’avoueraient jamais rien ceux-là. Même pas le fait qu’ils se considèrent peut-être l’un et l’autre comme des amis, pour le moins. Jamais n’avoueraient-ils être aussi dépendants de la satisfaction que l’autre apportait à leur libido. « Et ce n’est même pas ma boisson préférée. » dit-elle en gloussant alors qu’elle se perpétuait à l’humilier et à le rabaisser comme coutume.

Renfrognant comme il savait si bien le faire, elle se mordit subtilement la lèvre inférieure à la vue de ce petit air grognon qu’elle avait toujours apprécié et qu’elle lui avait fait comprendre à de nombreuses reprises. Bien heureusement d’ailleurs qu’elle l’appréciait parce que c’était bien souvent l’unique expression qu’il arborait. Toujours prêt à renfrogner, grogner, ronchonner, marmonner sa mauvaise humeur, faire la tête. C’était définitivement l’un de ses talents. Pourtant lorsqu’il retira la main de la sorcière, celle-ci fût surprise à être celle à afficher une moue renfrognée, comme à un enfant auquel on avait enlevé des mains son jouet préféré. « Si tu veux à boire, ça va pas aider… Tu comptes bouger ou… ? » C’était du typique Connor ça. « Toujours autant de patience, toujours autant de respect. C’est affolant, Connor. » Souffla-t-elle, blasée.
Elle se disait qu’au moins ce genre d’échanges leur permettait de calmer leurs pulsions, de leur rappeler qu’à la plupart du temps, quand ils n’ont pas la langue dans la bouche de l’autre, ils se sautent généralement à la gueule, et non pas pour ce que vous pensez. Pourtant, lorsqu’elle sentit les mains du Texan s’aventurer contre ses cuisses, ses iris caféinés rattrapèrent immédiatement ceux de Connor, fixant ce regard émeraude avec circonspection. « Je peux aussi t’offrir une bière après. T’auras d’autant plus soif. », sourires partagés par les deux interlocuteurs. Fidèle à elle-même, la sorcière lui adressa des propos qui se voulaient innocent, mais le timbre de sa voix, sensuel, la trahissait alors que son imagination commençait déjà à faire des siennes. « Hmmm, et pourquoi donc? » S’approchant d’elle dangereusement, elle se sentait à la fois sur ses gardes, et forcée à se rapprocher naturellement de lui. C’était tellement ridicule, mais il n’y avait rien de plus tangible que leur attirance en cet instant présent. Des murmures conclurent donc le discours du garagiste. « Tu sais quand tu auras gémis et haleté pendant de longues minutes de plaisir. » Rapidement, les lèvres parfaites de l’ex-junkie dont elle avait fait les louanges plutôt attrapèrent délicatement le lobe de son oreille, la faisant frémir tendrement. « Je suis pas le seul à avoir chaud après tout. » Et plus ses mots tintaient au creux de ses oreilles, plus la main audacieuse de Connor s’aventurait vers l’intérieur de ses cuisses.

Elle n’allait tout de même pas l’arrêter, surtout pas lorsqu’on prenait en considération qu’elle mourait d’envie de lui sauter une fois de plus à la bouche, que son corps semblait réclamer celui de Connor, que le creux de ses reins paraissaient lui interdire l’idée d’empêcher Connor d’aller plus loin et qu’il lui faisait toujours le même effet. Elle n’avait pas chaud, elle avait l’impression de brûler de fièvre. Sa température du corps lui paraissait soudainement anormale et seul le Texan pouvait éteindre les flammes qui braisaient en elle en ce moment. « Tais-toi. » cracha-t-elle, plein de mépris, du vrai mépris cette fois-ci, pur et dur. Parce que oui, elle le méprisait d’avoir un tel effet sur elle, un effet qu’aucune autre homme n’avait sur elle, parce qu’elle était faible et dépendante en sa présence, parce qu’elle se sentait puérile et pathétique, mais surtout parce que malgré tout cela, elle le désirait. Elle le désirait tellement. Ses lèvres foncèrent ainsi contre les lippes de Connor auquel elle arracha un baiser de force. Un baiser qu’elle prit le temps de savourer. Pas forcément délicat, mais pas non plus sans l’idée de plaire et satisfaire Connor. Elle savait ce qu’il attendait d’elle – une alternative – et elle lui offrait volontiers. Elle était l'alternative à tellement de ses problèmes et ça ne lui posait aucunement problème.
Elle ne pût s’empêcher de détourner vers son cou, faisant glisser lascivement ses lèvres humides le long de celui-ci avant de déposer des baisers sur cet épiderme brûlant, avant qu’elle ne monte elle aussi vers son oreille pour lui murmurer quelques mots. « Tu sais mon chaton... Après ton petit manège avec Jim, j’ai bien envie de dire tu ne mérites rien de tout ça. » Puis, elle utilisa la défense ultime ; elle repoussa davantage contre son siège et se recula entièrement, brisant leur contact, détachant leurs corps qui s’étaient collés dans une étreinte incandescente. « Je reconsidérerais peut-être après la bière, cela dit. » souffla-t-elle, maline, rictus s’esquissant subtilement. Parce que oui, elle ne pouvait même pas se permettre de lui refuser simplement ce qu’ils désiraient tant tous les deux, il fallait qu’elle passe par des détours comme des « reconsidérations ». Puéril, je vous dis.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Lun 4 Aoû - 12:29

Qu’elle fasse la fière, nie de subir les forces de cette indéniable attraction, Connor savait par de nombreux indices que Cordelia Hopkins le désirait tout autant que la réciproque était valable. Et ce n’était pas quelques habituelles répliques hautaines qui allaient le faire démordre de ce petit semblant de pouvoir qu’il sentait avoir sur elle. Mais pour ça leurs regards ne mentaient pas, l’un et l’autre tombaient silencieusement d’accord sur ce point sans bien sûr ne jamais l’avouer à haute voix… La fin du monde n’était pas encore si proche pour qu’un tel aveu soit fait et quand bien même ils ne leur resteraient que quelques minutes à vivre que cette vérité ne passerait peut être pas la barrière de leurs lèvres. Parce que le jeu était ainsi décidé, la belle brune le provoquait encore et toujours et le Texan devait reconnaître qu’elle ne manquait pas de ressources. Sa requête : une bière. Elle ne manquait pas d’aplomb pour lui dire cela dans une telle situation, mais ça ne l’étonnait pas venant de la sorcière. Frustré par cette demande l’ex junkie ne manquait pas d’émettre quelques protestations dans son style typique de râleur.
A agir de la sorte Connor se sentait trop docile face à cette adversaire de taille qu’était la sorcière. S’il protestait c’est que potentiellement il lui laissait l’opportunité d’avoir cette bière sans vraiment tenter de lutter. Parce que cette désinvolture dont elle faisait preuve était bien trop efficace à son goût, si elle voulait sa bière alors Cordelia allait devoir faire d’avantage d’effort pour l’avoir. Surtout que la succube venait de l’avouer ça n’était pas sa boisson favorite, alors à quoi bon l’emmerder avec cette envie saugrenue dans un moment pareil ? Du Cordybitch dans toute sa splendeur ! Mais le garagiste était loin d’avoir dit son dernier mot. C’est d’ailleurs directement au creux de son oreille qu’il venait de murmurer à la belle brune qu’ils pouvaient bien remettre la bière à plus tard, en mettant en avant la soif qui ne serait que plus forte. Promesse d’un moment intense à l’appui il abattait cette carte verbale tout en jouant également un joker de taille avec cette main baladeuse, qui il l’espérait ferait pencher la balance en sa faveur.

Et la vapeur semblait s’inverser sous l’effet de ses gestes et de ses mots habilement maniés. Connor sentait le corps de la séductrice se tendre d’avantage, leurs êtres s’appelaient par la force du désir. Ni l’un ni l’autre ne pouvait encore prétendre maîtriser cette attirance, un constat qui suscitait l’amertume de la sorcière. Méprisante, dure elle venait de lui ordonner de se taire et il eut pour toute réponse qu’un petit rire bien vite interrompu par les lèvres voraces de Cordelia qui s’emparaient des siennes avec une agressivité fort excitante. Il partageait bien volontiers ce moment brutal de passion féroce, nourrissant à l’égard de la succube ce même appétit. Déviant sa bouche brûlante de désir sur l’épiderme de son cou, elle allait le rendre fou et le garagiste ne songeait plus à présent qu’à la délivrance prochaine que serait leur passage à l’acte. Il espérait avoir définitivement l’avoir convaincu mais les quelques mots qu’elle lui glissait à l’oreille le firent retomber dans une réalité dont il s’était un peu trop éloigné. Hopkins est et restera la pire des égocentriques, prête à crever de frustration pour garder la tête haute et ne pas s’abaisser à lui laisser ne serait-ce qu’un peu de pouvoir. Elle avait mis sur le tapis cette histoire de bière et quand bien même avait-il failli la faire flancher qu’elle n’en démordrait pas.
La sorcière avait donc reculé le laissant là sur son siège, brûlant et tendu sous l’effet du désir. Oh bien sûr ses pupilles à elle ne sauraient mentir et elle était tout aussi demandeuse que lui d’une étreinte charnelle, mais sa nature de vile emmerdeuse avait réussi à reprendre le dessus. L’ex junkie lui enviait quelque peu cette force incroyable, cette détermination sans limite qui guidait chacun de ses actes. Or de question cependant qu’elle en sache quelque chose… Manquerait plus qu’elle pense qu’il l’admire. Reconsidérer l’offre plus tard ? C’était donc ça sa proposition. Reculer pour mieux sauter, enfin se faire sauter en l’occurrence. La remarque arrachait un rictus forcé au Texan « Hum. Si tu t’étouffes pas avec. » raillait-il avec l’amertume de l’homme dont le désir se transforme en douleur. En se relevant il se félicitait que ce jean brut fut d’une qualité suffisante pour dissimuler les désagréments de son trouble et à la fois s’invectivait que cela fut si inconfortable maintenant qu’il allait devoir patienter avant de pouvoir se libérer de toute pression.

Regagnant le bar sans porter aucun intérêt à quiconque pouvait être présent et donc aurait vu la scène, c’est la mine subitement avenante qu’il s’adressait au patron « Ça sera une bière pour moi et… Ce qu’elle veut pour la belle brune. » du coin de l’œil il regardait Cordelia en l’insultant intérieurement d’être une connasse aussi ridiculement fière « T’as bien dit que la bière n’est pas ta boisson préférée. » lâchait-il à l’intention de la concernée avant même qu’elle ne puisse émettre un commentaire quelconque. Elle commandait ce qui lui faisait plaisir – à défaut qu’ils soient tous deux en train de prendre du plaisir – mais il ne souhaitait pas enduré de bavardage inutiles dont elle avait le secret.
Attrapant l’une de ses mains alors que le patron s’occupait de leur commande, Connor la plaquait sur son propre entrejambe, tenant la scène à l’abris des regards grâce à sa proximité avec le comptoir. « Crois moi bien que je te déteste pour ça. » chuchotait-il en plantant son regard dans celui de la séductrice avant de lâcher sa main. Un sourire étirait ses lèvres alors que leurs boissons leur étaient servies, il fit tinter sa bière contre le verre de la sorcière « Savoures le ce verre. » articulant sans son de manière à ce qu’elle lise sur ses lèvres il ajoutait « Tu vas prendre cher. » avant de boire une longue gorgée d’alcool qui finalement fut plus plaisante qu’il ne l’aurait imaginé. Cependant ses pensées étaient loin d’être tournées vers le houblon mais plutôt vers la plastique parfaite de Cordelia qui ne manquait pas de lui donner des tonnes d’idées pour la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Jeu 7 Aoû - 1:30


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

S’il était vrai que Cordelia eût toujours été une excellente menteuse, doublée d’une manipulatrice de talent, ses yeux à cet instant ne leurraient personne, surtout pas Connor. Elle le désirait. Elle le désirait tellement. Et comme à sa grande habitude, elle ne comprenait pas pourquoi. Et comme c’était coutume bien souvent avec elle, la brunette tentait de comprendre les rouages de cette attraction qui les nouait elle et Connor. Pourquoi ne pouvait-elle pas se défaire de cette grossière attirance? Pourquoi ne pouvait-elle pas dévier son regard des bras de Connor, ne pouvant s’empêcher de se rappeler comment elle raffolait qu’il l’entoure de ses bras, lui impose sa force physique plus vigoureuse que la sienne? Pourquoi ne pouvait-elle pas le fixer sans que ses pupilles ne déversent plus bas et fixent vulgairement cet entrejambe? Pourquoi ne pouvait-elle pas le regarder droit dans les yeux sans penser qu’il avait probablement les iris les plus splendides qu’elle n’avait jamais vus? Pourquoi ne pouvait-elle pas regarder ses divines lèvres sans penser à les embrasser avec férocité, de déposer avec vigueur et fermeté ses propres lippes rosées contre celles du mécanicien, de lui voler maints baisers avant de ne se rendre compte que ce n’est pas suffisant pour la rassasier et qu’ultimement elle ne veut de lui qu’une seule chose ; qu’il se perde en elle. Que ce soit sauvagement, délicatement, lentement, rapidement, elle n’en avait que très peu à faire. Sur l’astre sexuel, il n’y avait pas à dire, ils étaient en symbiose et Cordelia appréciait chaque seconde de leurs étreintes charnelles…Mais pourquoi? Pourquoi lui, plus qu’un autre? Ça lui broyait l’estomac de ne pas comprendre.
Mais ça l’agaçait encore plus de ne pas pouvoir lui résister. Aussitôt détachée de Connor qu’elle avait déjà envie de foncer droit dans le tas, de reprendre possession de ses splendides lèvres, et de lui ordonner de la prendre là tout de suite. Mais elle était plus intelligente que ça. Pourtant, l’observer ronchonner comme à l’accoutumé, soutira un rictus à la sorcière. « Hum. Si tu t’étouffes pas avec. » Tellement grognon, tellement amer, toujours en train de râler, c’était du Connor tout craché. « Il vaut mieux que ça soit une bière qu’autre chose. » dit-elle en haussant les épaules, nonchalante, avant de finir par croiser les bras sous sa poitrine et coller ses lèvres l’une contre l’autre pour se taire, bien qu'amusée par ses propres propos.

Ce fût donc avec satisfaction qu’elle l’observait se diriger vers le bar, s’adressant au patron de la boite qu’il semblait si bien connaître. On ne pouvait pas nier que malgré un certain pathétisme qu’elle se complaisait tant à lui attribuer, Connor ne manquait ni de contacts, ni de ressources et il lui avait prouvé à maintes reprises. C’était peut-être une raison qui expliquait, du moins en partie, cette certaine affection qu’elle avait pour lui? En grande opportuniste qu’elle était, elle n’avait nul doute que son subconscient devait bien faire ce genre de tri dans ses fréquentations pour elle. « Ça sera une bière pour moi et… Ce qu’elle veut pour la belle brune. » Il va de soi qu’un rictus s’empara de ses lippes à la mention des qualificatifs utilisés pour la décrire. Elle n’était pas narcissique pour rien, après tout. Non pas qu’elle avait jamais douté que le beau blond ne la trouve de son goût, mais elle appréciait toujours autant l’entendre l’avouer, le dire. « T’as bien dit que la bière n’est pas ta boisson préférée. » La sorcière pouffa un coup avant de rouler les yeux, plus de manière blasée par ce constat de vérité que par réel mépris comme elle aurait très bien pu le faire en temps normal. Les bras toujours croisés sous la poitrine, elle leva une seule épaule, penchant légèrement la tête d’un côté avant de souffler avec espièglerie, alors qu'elle prétendait être un tantinet impressionnée. « Connor BlackPearl qui est attentif aux propos et envies d’une femme. » Petite pause, avant qu’elle n’écarte les yeux, singeant le pauvre ex-junkie. « J’aurais tout entendu. » Gloussant à nouveau, elle se rapprocha du bar à son tour, de haut de ses échasses, insolente, hautaine et sure d’elle comme elle l’était toujours…sauf peut-être quand Connor lui faisait perdre son sang froid – c’était bien l’un des seuls à y arriver d’ailleurs. « Ça sera un martini pour moi. » dit-elle, blasée. Si Connor s’attendait avec le propriétaire des lieux, elle, de son côté, n’en avait que très peu à foutre d’un homme de son envergure désuète. Il allait donc de soi qu’elle ne lui accordait que le minimum de considération.

Du coin de l’œil, elle constata cependant une légère bosse à travers le jean du garagiste. Une virilité qui tentait tant bien que mal de s’échapper, de prendre liberté et elle n’avait nul doute qu’elle cherchait fort probablement à prendre refuge dans la féminité de la sorcière, mais ça ce n’était pas pour tout de suite. Rictus s’esquissant sur ses lèvres vicieuses, la sorcière eût une idée. « Vous savez quoi, tout compte fait, je vais prendre un Daiquiri… à la banane. » souffla-t-elle, un peu moins blasée, et plus d’humeur joueuse, alors que ses dents blanches allèrent mordiller subtilement sa lèvre inférieure. C’était un peu enfantin et immature, même pour elle, mais pouvait-on vraiment lui en vouloir d’avoir des envies de bananes dans de telles circonstances? Un peu de pitié, s’il vous plait.
La démone déplia les bras, laissant la chance à sa main droite de toucher délicatement ses lèvres comme pour s’assurer qu’elle ne les avait pas trop maltraiter, mais aussitôt fait que le beau blond entreprit de s’emparer de sa main et l’emmena en territoire hostile, bien que c’était définitivement l’un de ses lieux préférés, surtout lorsqu’il était question de l’ex-junkie. Le contact sa tendre main contre cette virilité, même séparée par un tissu brut, sembla sustenter son expansion. « Crois-moi bien que je te déteste pour ça. » La sorcière pencha la tête d’un côté, prétextant un léger air vexé, rien de bien forcé, juste une bonne comédie, avant qu’elle ne poursuive d’un timbre innocent auquel Connor était plus qu’accoutumé à présent. « Et moi qui croyais si naïvement que tu m’appréciais justement pour ça. » Elle secoua sa tête comme pour si elle avait honte de sa stupidité, bien qu’ultimement, elle ne faisait que se payer la tête du mécanicien. Il lâcha sa main une fois leurs boissons respectives servies. Ce n’était pas l’envie qui manquait de laisser sa main là où il l’avait lui-même placé – comme si c’était une excuse – mais cela trahirait son petit jeu. Alors, elle fût contrainte à la retirer et attraper son verre de la même main. D’une banane à une autre. « Savoures le ce verre. » ordonna presque l’ex-flic. Son timbre de voix insinuait qu’il n’avait pas fini, qu’il avait quelque chose derrière la tête. Naturellement, la succube lui prêta ainsi toute son attention et c’est comme ça qu’elle arrive à lire sur ses lèvres, malgré le fait qu’aucun son ne fût réellement prononcé : « Tu vas prendre cher. » Ce fût plus fort qu’elle, elle passa une langue vicieuse contre ses lèvres pour les humidifier avant de se surprendre elle-même en se mordillant la lippe inférieure encore une fois.

Pourtant, orgueilleuse et fière, pas forcément rancunière, mais tout de même blasée que Connor lui ait fait sauté son plan de la soirée avec comme seul motif de l’emmerder – alors qu’elle ne se rappelait pas lui avoir déjà fait le même coup une seule fois – elle se refusait un peu à l’idée de lui sauter dessus pour, littéralement, se faire sauter à son tour. Et si elle savait très bien qu’elle prendrait son pied et qu’elle ne serait pas tout à fait perdante dans cette histoire, la simple idée que Connor puisse ressentir ce sentiment de satisfaction après qu’elle ait succombé à ses avances lui donnait envie de vomir. C’était bien son genre d’ailleurs de lui rappeler constamment l’effet fou qu’il avait sur elle.
Prenant une longue gorgée de son cocktail, elle déposa le verre et attrapa le pique à cocktail qui s’y trouvait. Observant avec attention ce dernier, elle se mit à causer, sans réellement accorder une attention particulière à son interlocuteur. « C’est ironique, tu vois… Parce qu’en fait, je comptais surtout savourer ce verre, puis ensuite foutre le camp et m’évader dans un bon bain moussant. » Séductrice, elle attrapa avec sa langue le fruit qui se trouvait au bout du pique avant de l’avaler sans attente. Cette fois-ci prédatrice, elle s’approcha de Connor, son frêle index passant du torse musclé du bel apollon jusqu’à son cou, avant de remonter son menton comme pour lui lever le visage. « Tu n’es pas invité, bien entendu. » dit-elle en gloussant légèrement alors qu’elle s’amusait à rabaisser et repousser le jeune homme pour la centième fois. Prenant la dernière gorgée de sa boisson, réfléchissant à quel point ce genre de boissons alcoolisées étaient bien trop faciles à ingurgiter en l’instant de quelques secondes, elle chassa ses réflexions futiles et sans sens en rapatriant une dernière fois son attention vers le beau garagiste. Sa main vint caresser le derrière de l’oreille droite du jeune homme, comme s’il avait réellement affaire avec un chat. « Connor… Avouons-le, tu es un beau chaton... » dit-elle d’abord, rictus vicieux collé aux lèvres. « Alors quant à ton petit…désagrément… » dit-elle en jetant un coup d’œil furtif, mais bel et bien intéressé vers l’entrejambe du mécanicien « Je ne doute pas une seule seconde que tes yeux de chat potté viendront à bout de n’importe quelle prétendante dans ce bar. » Elle retira sa main avant de glousser une dernière fois. « Sauf moi, clairement. » Puis elle pencha la tête comme pour observer le garagiste ronchonner davantage qu’elle lui refuse ce qu’ils désiraient autant tous les deux. La triste vérité c’est qu’elle le désirait probablement encore plus que lui et qu’elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas lui refuser une troisième fois si leurs lèvres venaient à se sceller une fois de plus.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Sam 9 Aoû - 17:25

Ils crevaient de désir, autant l’un que l’autre au point que ça en devienne douloureux de subir cette morsure sans pouvoir s’en délivrer pour l’instant. Mais Cordelia, emmerdeuse oblige jouait la carte de la résistance et pourtant le garagiste savait à quel point son corps à elle aussi réclamait le sien. Mais forte tête avant tout la sorcière s’appliquait à jouer avec les nerfs de Connor, lequel bon gré mal gré conservait un certain calme. Il faut dire qu’il était connu de l’endroit et qu’il ne souhaitait pas se faire d’avantage remarqué, ni dans l’établissement, ni dans le quartier… Sûr de lui quant à l’issue de cette rencontre impromptue, le Texan se pliait à la volonté de la capricieuse brune pour lui offrir cette bière qu’elle réclamait par principe. Il fit même l’effort de lui laisser le choix de la boisson, chose que ne manqua pas de faire remarquer la succube avec son implacable sens de la remarque bien placée. Elle adorait tellement lui faire remarquer à quel point elle le trouvait macho que l’ex-junkie n’y faisait même plus attention, mais il était aussi vrai qu’il n’engageait aucun effort pour se défaire de cette image. « Je suis beaucoup plus attentif quand on baise c’est vrai. » répliquait-il après qu’elle eu craché son venin avec son air nonchalant, son air de Cordelia en clair.
Comment pouvait-elle être si insupportable et bandante à la fois ? Question quasi existentielle pour ce pauvre Connor et son jean trop étroit. Mieux valait qu’il ne pense pas à ce qu’il s’était passé avant et ce qu’il voulait voir arriver après sinon la situation n’irait pas en s’améliorant. Le changement d’avis sur sa boisson lui fit comprendre que la jolie brune était bien au fait de son problème d’excitation peinant à littéralement redescendre. Et puisque ça l’amusait tant, le garagiste décidait de la mettre directement au parfum bien qu’elle savait déjà. Il affirmait la détester pour cette situation qui à cet instant s’avérait fort désagréable, alors même que les minutes précédentes lui avait laissé présager un tout autre dénouement. La patience n’était décidément pas le fort du Texan en ce jour. Il fit une moue réprobatrice à sa petite vanne, bien placée cela dit, « Quand tu offres la libération… Pas quand je dois rester aux fers. » il arquait un sourcil attendant un contre qui n’arriva pas et lui permis de poursuivre sur un avertissement silencieux de ce qui l’attendait une fois ce verre bu.

La perspective de ce futur proche ravissait Cordelia, ses yeux, cette façon de se mordre la lèvre dans une mimique aguicheuse, tout cela la trahissaient. Et pourtant ! Cette saloperie d’emmerdeuse persistait à jouer ce jeu de la femme désintéressée. Malgré que Connor commençait à la connaître, dans le contexte actuel il était probable qu’elle finisse par le rendre fou. Lui exposant l’idée qu’elle se faisait de la suite des évènements, le garagiste levait les yeux « Arrêtes ton sketch on sait toi et moi que les bains moussants n’ont d’intérêt que si je suis dedans. » il affichait un large sourire, tant pis s’il n’était pas invité elle s’ennuierait ferme, c’est tout. Encore et toujours en train de balader ses doigts manucurés sur lui, signe même qu’elle ne pouvait se résoudre à n’avoir aucun contact avec lui. Des aimants… Des amants aimantés. La sorcière sortait sa panoplie de la séductrice mais c’était inutile puisque le Texan bouillonnait déjà d’excitation. Sa bière fraîche lui donnait la force de tenir à l’écart son envie toujours aussi présente de la prendre sur une table ou pourquoi pas contre le comptoir.
Mais elle s’évertuait à le repousser, comme si elle était capable de lui résister. Les yeux de chat potté puisque c’était de cela dont il était question, c’était à elle qu’il les ferait, elle qui le libérerait du joug de son désir. Le pire c’était que même en n’affectionnant pas particulièrement être surnommé « chaton », Connor ne pouvait nier un certain plaisir à ce qu’elle adopte avec lui quelques caresses qu’elle réserverait à un félin. Un petit sourire en coin étirait les lèvres de l’ex junkie, elle mettait tant de zèle à le repousser que s’en était presque encore plus attirant. Son corps la trahissait, la chaleur qui en émanait lorsqu’ils étaient si proches, la tension dont elle était prise à chacune de ses caresses… Elle le voulait autant que lui, alors pourquoi jouer encore les fortes têtes ? C’était bien un truc de bonnes femmes ça ! Pour contrer ces nouveaux assauts le garagiste restait silencieux, laissant simplement ses iris vertes se planter dans celle de Cordelia. Il y laissait filtrer une certaine déception, et espérait qu’elle verrait en cela une forme de supplication.

C’était son tour de réduire à nouveau la distance entre eux, s’adressant à elle à voix basse dans une confidence qui appartenait à eux seuls « Tant pis. J’étais sûr que tu aurais adoré m’entendre ronronner… » il haussait les épaules « Et j’aurais été prêt à le faire. » ajoutait-il avec un petit sourire. Une fois encore il prit la main de la sorcière dans la sienne « C’est con que je ne veuille que ces jolis doigts pour caresser mon torse, pour venir flirter avec ma peau. » faussement dépité il laissait un soupir lui échapper « C’est con pour moi, j’entends. Quoi que t'aurais pris ton pied. » il fit glisser ses doigts sur l’avant bras de la belle brune « Je trouve ça dommage, autant de désir éveillé pour rien. » délaissant sa prise au profit d’une autre, ses doigts agrippaient le tissu du haut de Cordelia « J’étais curieux de savoir ce que tu portais comme dessous… » un sourire malicieux étirait ses lèvres « Des nouveaux ? » son regard brillait d’une curiosité non feinte.
De sa main libre il portait sa bière à ses lèvres pour la finir d’une traite et sortir un billet pour régler la commande, lequel fut posé sur le comptoir et rapidement récupérer par le patron du bar. Rompant tout contact avec la succube et reculant de deux pas Connor haussait de nouveau les épaules en signe d’impuissance « Me reste plus qu’à aller dissiper mon trouble tout seul. Quel gâchis… » il fit une moue « Puisque tu ne veux pas en profiter et bien personne hormis moi profitera du plaisir. ». Relevant la tête et bombant légèrement le torse il s’assurait que sa ceinture était bien en place « Tu te rendras compte de ce que tu as raté quand tu passeras un moment médiocre avec un raté ou… » il agitait sa main « …ta meilleure copine seule dans ton bain moussant. » un petit rire lui échappait et sur ces mots le Texan délaissait purement et simplement la sorcière au comptoir, sortant de l’établissement sans même se retourner. Mais il ne prit pas le chemin de son domicile, au lieu de ça il s’était arrêté dans cette petite ruelle adossé au mur. Jetant un coup d’œil vers sa montre il se demandait combien de temps il faudrait avant qu’il n’entende le claquement des talons de Cordelia sur le macadam, espérant que son changement de tactique allait s’avérer payant.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Dim 10 Aoû - 9:32


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

« Arrêtes ton sketch on sait toi et moi que les bains moussants n’ont d’intérêt que si je suis dedans. » Cordelia ne saurait dire si elle appréciait cette assurance qu’avait Connor ou si elle la dépréciait parfois. Il fallait avouer que le jeune homme ne manquait pas de vanter de ses talents à chaque occasion qu’on lui tendait. Certes, ce n’est pas comme s’il s’aventurait dans les pires mensonges lorsqu’il causait de la sorte, mais disons que ce n’était pas les discours à tenir pour s’épargner les remarques désobligeantes de la sorcière, aussi hypocrites pouvaient-elles être. La sorcière fût prise d’un léger gloussement, avant qu’elle ne roule les yeux à son tour devant les propos du jeune homme. Penchant légèrement la tête, ses iris caféinés se perdirent dans l’horizon que lui offrait le corps musclé du garagiste, avant qu’elle ne crache une énième portion de son venin acariâtre. « Au contraire. Je dirais même qu’avec toi ils perdent tout leur intérêt et sont plutôt de courtes durées. » Peut-être pour le meilleur? Peut-être. Probablement. En tout cas, il n’y avait pas à dire ; nuancée, sa remarque était incertaine et énigmatique. L’insultait-elle vraiment sur ce coup-ci? Va savoir. Mais il avait au moins la satisfaction de lui rappeler ce fameux bain qu’ils avaient partagés l’instant de quelques minutes avant qu’ils n’adhèrent tous les deux à des terrains plus convenables pour leurs ébats charnels. Il va de soi que le simple souvenir de ces étreintes suffisaient pour raviver les étincelles au creux de ses reins et d’attiser ces flammes vacillantes – qu’elle tentait si bien que mal d’éteindre, alors que Connor ne faisait que les animer davantage à chaque référence indiscrète, à chaque toucher, à chaque souffle contre sa peau… Et la vérité que la démone ne connaissait que trop bien c’est qu’il était aussi le seul à pouvoir réellement étouffer cette ardeur qui s’incendiait en elle, et bien malheureusement pour elle, rien que l’instant d’un moment, avant que bien évidemment, elle n’en redemande plus et qu’il accourt à son tour pour répondre aux caprices de la succube. Quelle pathétique réalité.

Ses fins doigts, minces et féminins, à l’image de leur titulaire, allèrent caresser le derrière de l’oreille du mécanicien comme à l’image d’un félin qu’elle cajolerait. « Connor… Avouons-le, tu es un beau chaton... Alors quant à ton petit…désagrément… Je ne doute pas une seule seconde que tes yeux de chat potté viendront à bout de n’importe quelle prétendante dans ce bar. » Elle retira sa main avant de pouffer une dernière fois. « Sauf moi, clairement. » Il demeura silencieux ce qui surprit presque la sorcière. C’était bien la première fois qu’il se taisait dans une occasion comme celle-ci. L’avait-elle bien dressé finalement? L’idée ne lui déplaisait pas. Pourtant lorsqu’elle aperçut que sa déception semblait se filtrer en une supplication, la sorcière ne pût s’empêcher de s’étouffer de rire avant qu’elle ne lui crache en pleine figure son venin ; « Ne sois pas aussi pathétique. » Aussitôt dit, aussitôt exécuté. En effet, immédiatement, il réduit la distance entre elle et lui, laissant presque la sorcière croire qu’il s’apprêtait à l’embrasser. Un peu niais de la part de la démone.

Elle obtint de lui plutôt ce qui paraissait être une confidence, un amalgame de termes échangés à voix base, mots tintant singulièrement au creux de ses oreilles, souffle brulant contre son épiderme. Connor avait l’avantage de pouvoir la faire frémir qu’avec le son de sa voix, et ça, c’était spécial, elle-même l’avouait. « Tant pis. J’étais sûr que tu aurais adoré m’entendre ronronner… Et j’aurais été prêt à le faire. » Connor savait définitivement comment piquer sa curiosité. Ouvrant légèrement la bouche, laissant sortir un pouffement à peine audible, elle essayait de railler les propos du jeune homme, mais ultimement, elle était un peu dépitée d’être passée à côté d’une occasion comme celle-ci. « C’est con que je ne veuille que ces jolis doigts pour caresser mon torse, pour venir flirter avec ma peau. » La sorcière pencha la tête, ne prenant pas au sérieux une seule seconde les mots de l’ex-junkie et il était évident qu’ils se payaient tous les deux la tête de l’autre. L’air consterné du jeune homme, appuyé par ses soupirs, auraient peut-être fonctionnés sur n’importe quelle autre de ses conquêtes, mais il allait devoir faire mieux avec elle. « C’est con pour moi, j’entends. Quoi que t'aurais pris ton pied. » Typique venant du garagiste. Toujours à se vanter, c’était affolant comment elle déteignait sur lui, ou avait-il toujours été comme ça? Dur à dire. Dur de réfléchir aussi lorsque les doigts du blondinet caressaient subtilement sa peau, la faisant défaillir, bien qu’elle cachait bien son jeu. « Je trouve ça dommage, autant de désir éveillé pour rien. » Et le voilà qu’il prenait entre ses doigts le fin tissus du haut de la sorcière, donnant secrètement envie à la sorcière de l’arracher parce que clairement il n’était pas prêt à se mettre à la tâche lui-même. « J’étais curieux de savoir ce que tu portais comme dessous… Des nouveaux ? » Et il semblait réellement curieux de savoir! Cordelia ne pût s’empêcher de rire légèrement avant de secouer la tête au même rythme. « Si tu veux savoir, oui, ce sont en effet des nouveaux… » Dit-elle en haussant les épaules. « Non pas que ça a déjà été d’un quelconque intérêt pour toi. Il était plutôt patent à mes yeux que tu n’as jamais réellement apporté d’importance à la couleur, encore moins au textile, mais surtout, que tu toujours préféré ce qui avait en dessous…de ses dessous. » Elle se trouvait presque marrante avec ses jeux de mots pourris, ça se voyait sur son visage alors qu’elle singeait le bel apollon.

En un temps record, il arriva à finir sa bière d’une traite, sortir les billets nécessaires pour payer la facture et à rompre tout contact avec la sorcière. Il allait de soi qu’elle se complaisait pas trop à l’idée que leurs corps soient à nouveaux séparés, surtout lorsque le sien réclamait celui du garagiste plus que jamais. « Me reste plus qu’à aller dissiper mon trouble tout seul. Quel gâchis… » Il osa même lui faire une petite moue renfrognée. Il était tellement meilleur comédien qu’il ne voulait le sous-entendre. « Puisque tu ne veux pas en profiter et bien personne hormis moi profitera du plaisir. » Cordelia roula des yeux pour on ne sait la combien de fois, mais c’était l’effet que lui faisait Connor…enfin l’un des effets. Mais c’était comme ça avec lui. Désintérêt et intérêt, dédain et passion, compliments et insulte. Une seconde, il arrivait à lui étirer les lèvres et y esquisser un sourire de ses vannes, la suivante, il ne soutirait d’elle qu’un grossier roulement d’yeux ainsi qu’un certain mépris auquel il était accoutumé à présent. « Tu vas finir par me faire pleurer, Connor. » Blasée, voilà ce qu’elle était.
Mais Connor n’en avait pas fini avec elle. Bombant le torse, s’assurant que sa ceinture – et probablement le reste – était bien en place, il entreprenait ses derniers discours semblerait-il. « Tu te rendras compte de ce que tu as raté quand tu passeras un moment médiocre avec un raté ou… » il agitait sa main « …ta meilleure copine seule dans ton bain moussant. » Quel enfoiré. Pouffant une fois de plus comme à sa grande habitude, elle détourna le regard en pestant une dernière fois : « Hilarant… Tu as tout d’un raté aussi, alors je ne vois pas la différence. » Mais lorsqu’elle tenta de redéposer ses iris marrons dans ceux émeraudes du jeune homme, la brunette constata qu’il lui avait déjà tourné le dos et qu’il s’apprêtait à partir. Soi, si c’était ce qu’il lui plaisait. Elle n’allait pas exactement pleurer son départ quand même.

Commandant d’un simple doigt un deuxième verre, elle guetta un peu les horizons à la recherche d’une proie. Elle avait perdu un pigeon et un chaton en moins d’une heure, allait-elle vraiment devoir se contenter d’un cochon, pensa-t-elle alors que les hommes les plus vulgaires graciaient sa vue. C’était un bar désobligeant. Pas réellement de son goût, mais ça ne l’étonnait pas que Connor – et parallèlement, Jim, pour ce que ça valait – soit un habitué de la place.
Sirotant ainsi seule son verre, ses yeux de prédatrice évaluèrent les derniers choix qu’il lui restait. Le seul candidat possible semblait être marié, ou fiancé, au vu de l’anneau autour de son doigt. Et si elle s’imaginait tout à fait apte à s’immiscer dans ce genre de relation et de pousser cette nouvelle proie à succomber à son charme, elle savait aussi que malgré ses apparences, ça ne se ferait pas du jour du lendemain, encore moins en l’espace de quelques minutes. Devait-elle réellement compter que sur Connor pour étancher ce désir bouillonnant au creux de ses reins? Cordelia détestait lui donnait autant d’importance, autant d’ascendant sur elle de la sorte, mais il semblait bien que c’était une réalité à laquelle elle devait faire face plus que jamais. Devait-elle céder? Non. C’était ridicule. Elle pouvait lui résister comme elle pouvait résister à n’importe qui d’autre.

Elle céda.
Pathétique, mais c’était plus fort qu’elle. Cette attirance même était plus fort qu’elle, la dépassait et la délaissait décontenancée. Comment un petit emmerdeur dans son genre pouvait exercer une telle emprise sur elle? La démone lui vouait à la fois une telle passion face à cette attirance, mais aussi un tel mépris. En somme, vous vous doutez bien qu’elle n'empressa pas le pas pour quitter les lieux. Par contre, si elle tarda en effet à déguerpir, dans l’intention de le faire patienter le plus longtemps possible, la succube espérait tout de même un peu secrètement qu’il fût réellement parti. Elle espérait que ce n’était pas une tactique débile pour la faire défaillir comme elle le suspectait que trop bien après la petite comédie qu’il lui avait servi plus tôt. Elle souhaitait mettre les talons dehors et ne contempler que le néant le plus total, aucun foutu Texan de merde à l’horizon. Certes, elle partirait frustrée sexuellement, mais au moins, elle aurait encore sa fierté.
En premier lieu, elle ne constata rien. Pas réellement de silence puisque les rues de la Nouvelle-Orléans étaient toujours un peu bruyante, surtout en été, mais Cordelia n’apercevait pas la silhouette du bel apollon. Mordant sa lèvre inférieure, elle se surprit à éprouver un léger regret, sentiment qu’elle chassa rapidement en balançant sa longue chevelure brune. La succube ne gérait pas très bien ce genre d’émotions, il valait donc mieux les supprimer la seconde même où elles daignaient germer. Pourtant, en passant devant une ruelle, la brunette le remarqua, adossé contre un mur, yeux rivés sur sa montre. Cordelia gloussa un coup, avant de secouer la tête. Bien évidemment que c’était une tactique absurde. Il devait être fier de son coup là. « Il n’y a pas à dire Connor, tu es vraiment à ta place dans cette ruelle, parmi tous ses déchets. » pesta-t-elle, un sourire de conasse étirant ses lippes rosées. « Tu vois, tu manques peut-être de classe et de finesse, mais ce n’est mon cas à moi. La ruelle, vraiment? Autant se laisser aller devant le patron de ton bar préféré. » Dit-elle méprisante. Il la prenait peut-être pour son coup qu’il pouvait se faire n’importe quant et n’importe où, mais après comment il l’avait traité cette soirée, elle se trouvait tout à fait légitime de se montrer capricieuse, orgueilleuse et emmerdeuse à son tour.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Jeu 21 Aoû - 11:39

A quoi bon se laisser ronger seul par l’amertume de la frustration ? Connor n’allait pas se réserver ce privilège, ainsi par ces quelques mots habilement distillés il avait embarqué Cordelia avec lui dans la spirale de l’inachevé, du besoin inassouvi. Et elle pouvait bien le traité de raté, de mauvais humoriste ou autres douceurs qui franchissaient si facilement la barrière de ses jolies lèvres de peste. La sorcière avait tendu le bâton – celui du garagiste aussi – pour se faire battre et elle recevait à présent les coups en retour de son vice. Entre ces deux fortes têtes rien ne pouvait être simple et au fond tout deux savaient que le jeu en valait la chandelle… Fallait-il encore qu’ils aillent au bout sans que leurs égos respectifs s’interposent vaillamment. Peut-être bien que le Texan allait devoir se contenter de sa main droite, à moins qu’un peu de marche et le poids de la contrariété ne suffisent à faire redescendre la tension. Ce dernier coup qu’il avait joué avant de quitter le bar était une sorte de quitte ou double. Adossé à ce mur dont il ne ressortait aucune fraîcheur tant l’atmosphère était moite à la Nouvelle Orléans, Connor attendait patiemment de savourer sa victoire si la belle brune apparaissait ou au contraire avaler sa défaite qui forcément lui resterait un peu en travers de la gorge, bien que se ne fut pas cette partie de son anatomie qui lui posait problème.
Les minutes s’égrainaient lentement, au rythme constant de soixante secondes, mais dans certains moments il fallait bien admettre que celles-ci semblaient s’étendre d’avantage. Combien de temps se laissait-il avant d’admettre avoir perdu ? Le mécanicien n’y avait pas nécessairement réfléchis, suffisamment de temps pour que l’esprit tordu et l’égo surdimensionné de la sorcière ne baissent les armes, pas trop pour ne pas passer pour un pauvre con désespéré ce qu’il n’était de toute façon pas. Tic tac tic tac tic tac la trotteuse de sa montre avançait régulièrement, faisant des tours de cadran qui signifiait autant de temps perdu à attendre peut-être pour rien. Clac clac clac clac. Un sourire étirait les lèvres de l’ex junkie, ce claquement régulier de talons aiguilles résonnant sur le macadam il le reconnaîtrait entre mille. La détermination qu’il révélait ne pouvait qu’appartenir à Cordelia Hopkins. La guettant du coin de l’œil il la vit qui approchait et lorsqu’elle fut assez près reportait son intérêt sur sa montre calculant le temps qu’elle avait mis avant de rappliquer.

Bien sûr elle n’allait pas se contenter d’arriver là et de se taire, c’était tout à fait contraire à son comportement habituel d’emmerdeuse – de femme tout simplement – songeait le Texan avec son petit élan de machisme. La bave de la succube n’atteignait pas l’ex-junkie qui ignorait avec insolence sa remarque sur cette place qui lui allait si bien et sa familiarité avec les déchets « Six minutes et sept secondes. » lâchait-il en levant le regard vers elle « Même pas capable de faire un compte rond. Jusqu’où va donc ton esprit de contradiction ? » pour sûr en tout cas sa fierté devait en avoir pris un coup pour rappliquer ainsi alors qu’elle avait clamer haut et fort qu’il n’obtiendrait rien de sa part si ce n’est du mépris mais ça ce n’était pas une nouveauté ! Incapable de la fermer elle poursuivait sur son manque de classe qui bien sûr ne la concernait pas elle. Soupirant il posait sur elle un regard blasé « Oh il y a une quinzaine de minutes tu n’aurais certainement pas fait tant de manière. J’aurais dû t’embarquer par cette porte, on n’en serait pas là à discuter tout à fait inutilement. » il haussait les épaules « Mais les choses étant ce qu’elles sont je n’ai jamais dit que je comptais te baiser dans la ruelle. T’as conclu ça toute seule, moi je t’attendais juste. » lueur de défi dans le regard il quittait son appui contre le mur et s’approchait de Cordelia, à croire qu’il avait dû mal à supporter de ne pas être proche d’elle, encore un foutu appel de son corps. « Tu as de la nouvelle lingerie, moi j’ai des draps propres dans mon lit. » il se passait la langue sur la lèvres inférieure puis riait légèrement « Tu vas tenir jusque là ? » arquant un sourcil il était sérieux en posant cette question. Lui même avait réussi à calmer ses ardeurs et le moment passé seul à attendre dans cette ruelle n’y était pas pour rien, mais dès lors que la succube était réapparue dans son champ de vision l’envie avait ressurgie tout aussi rapidement.
Se plantant devant la belle brune, son regard fixé dans le sien il la défiait de faire son choix. Soit elle lui sautait dessus et ils réglaient cela dans cette ruelle malgré le manque de classe que cela représentait. Cela dit en passant l’endroit n’était pas si répugnant que la sorcière voulait bien le dire et il n’y avait même pas vraiment de poubelle dans le coin, juste des morceaux de bois entassés dans un coin. Soit prenant son désir en patience ils avaient le temps d’aller jusque chez lui à quelques rues de là et les choses n’en seraient peut-être que meilleures. « J’espère juste que tu ne vas pas encore mettre six minutes à te décider… » réduisant encore d’avantage l’espace entre eux c’est ses lèvres frôlant les siennes qu’il ajoutait « Ça vaut ce que ça vaut mais je suis content que tu sois venue jusque là. » c’était sa manière à lui de reconnaître l’effort fait par la belle brune. Quoi qu’ils puissent en prétendre Cordelia et lui se ressemblaient plus qu’ils ne voulaient l’admettre. Connor savait donc parfaitement combien il devait être difficile pour la sorcière de passer outre sa fierté et de lui offrir cette victoire. Mais la seule chose plus forte que leurs caractères de merde et leurs égos, c’était peut-être cette inexplicable attirance physique qui à la manière de deux aimants les faisaient s’attirer en dépit de toutes vacheries qu’ils se balançaient. Ils avaient beau se défendre contre cela, l’alchimie jouait toujours son rôle.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Dim 7 Sep - 1:04


première action

satan's daughter kills with the perfume of her moves as she walks through the lobby turning man's eyes into steam

Fiel, mépris et dédain jonchant ses propos, la sorcière saluait Connor à leur façon respective bien particulière. « Il n’y a pas à dire Connor, tu es vraiment à ta place dans cette ruelle, parmi tous ses déchets. » S’il arrivait qu’il s’irrite et perdre son sang froid, le mécanicien demeurait en temps normal plutôt calme et nonchalant au toucher du poison de la sorcière, et elle ne pouvait pas demander mieux. Dieu sait que ça l’ennuierait s’il était vexé par des mots sans la moindre valeur. Le jeu serait moins distrayant, moins captivant. Et avec Connor, tout était question de jeux. Un jeu de souris et chat, un jeu de séduction, un jeu de faire-semblant, un jeu d’apparence, un jeu de mensonge, un jeu de vérité…Tant de jeux. En soi, ils représentaient bien le concept même d’amants à eux d’eux, même s’il était évident que leur attirance l’un pour l’autre dépassait le commun des amants ordinaires. Ignorant ainsi sa remarque, le garagiste préféra contre-attaquer d’une vanne subtile, comme il savait si bien les faire. « Six minutes et sept secondes… Même pas capable de faire un compte rond. Jusqu’où va donc ton esprit de contradiction ? » Pouffant discrètement, Cordelia croisa ses bras sous sa poitrine, hochant légèrement la tête, alors qu’elle assimilait lentement, mais sûrement, la vérité des propos du jeune homme. Il avait raison. Après tout, leur lien même n’était-il pas contradictoire en soi avec l’idée qu’ils se faisaient l’un de l’autre? Comment pouvait-elle être si attirée par quelqu’un d’aussi puéril que lui? Si ce n’était pas l’œuvre d’un esprit de contradiction véhément, la succube ne savait pas ce que ça pouvait bien être.

Ignorant ainsi à son tour la remarque du Texan, la sorcière haussa les épaules avec cette nonchalance bien trop personnelle, avant de poursuivre dans son crachat de venin, méprisante comme elle savait l’être mieux que quiconque. « Tu vois, tu manques peut-être de classe et de finesse, mais ce n’est mon cas à moi. La ruelle, vraiment? Autant se laisser aller devant le patron de ton bar préféré. » Comme bien souvent, elle n’obtint de lui à cet instant qu’un long soupir, peut-être plus blasé encore que le dernier, mais s’il y avait bien quelque chose à laquelle elle prenait plaisir, c’était bien de faire soupirer le beau Texan – que ce soit de plaisir autant que de lassitude.  « Oh il y a une quinzaine de minutes tu n’aurais certainement pas fait tant de manière. J’aurais dû t’embarquer par cette porte, on n’en serait pas là à discuter tout à fait inutilement… Mais les choses étant ce qu’elles sont je n’ai jamais dit que je comptais te baiser dans la ruelle. T’as conclu ça toute seule, moi je t’attendais juste. » Se mordant la lèvre inférieure, la brunette se rendit compte une fois de plus de la véracité des propos de l’ex-junkie. En effet, c’était elle qui avait sauté aux conclusions, et elle lui accordait ça sans réellement que sa fierté ne soit affectée…non pas qu’il en lui restait bien des masses, la pauvre. « Il y a une quinzaine de minutes, je ne me rappelais pas vraiment à quel point tu pouvais être si... pathétique. Comme quoi, il semblerait que bien des choses peuvent changer en l’espace de quelques minutes. » cracha-t-elle comme pour expliquer sa réticence actuelle comparé à l’hardiesse qui s’était emparé d’elle précédemment…et qui, en toute vérité, brûlait toujours en elle, malgré ce qu’elle pouvait bien essayer de se convaincre. Elle n’était pas réticente. Elle l’aurait voulue l’être, mais la réalité, c’est qu’elle tomberait dans ses bras comme une autre de ses pauvres et pathétiques conquêtes, et elle ne pouvait absolument rien y faire. Et tout cela lui paraissait plus vrai que jamais alors qu’elle l’observait abandonner l’appui qu’il avait sur le mur derrière lui, et c’est avec une certaine appréhension qu’elle le regardait s’avancer vers elle avec cette lueur de défi dans les yeux, sachant pertinemment qu’elle ne pouvait pas lui résister. Pendant l’instant d’une seconde, elle aurait presque voulu qu’il trace son chemin, passe à côté d’elle sans lui accorder la moindre importance…

Malheureusement, ce ne fût pas le cas. De nouveau, elle pouvait sentir la chaleur du corps de l’ex-flic la draper délicatement de par leur proximité indécente, tout comme son souffle paraissait caresser lascivement sa peau de pêche. « Tu as de la nouvelle lingerie, moi j’ai des draps propres dans mon lit. » L’observer se passer la langue furtivement sur ses lèvres avant de conclure avec un léger rire n’aidait pas la cause. Il était irrésistible, peut-être plus que jamais, et ses lèvres paraissaient appeler les siennes plus que leurs corps ne semblaient le faire. « Tu vas tenir jusque là ? » Bonne question. Ça ne pouvait pas mieux tomber. Et quelle était donc la réponse? Arriverait-elle à tenir jusque là? Pouvait-elle seulement lui résister? « Ne t’en fais pas pour moi...En revanche, tu devrais plutôt te soucier de ton cas. » souffla-t-elle, désinvolte et sensuelle, alors que son regard caféiné descendit lentement des iris vertes de Connor jusqu’à son bas-ventre, avant qu’un sourire furtif ne s’esquisse sur les lippes de la démone. Et il était dur de chasser ces pensées obscènes de son esprit lorsqu’elle ne pouvait lire que désir et débauche dans le regard du blondinet qui réduisait cette distance entre elle et lui sans se soucier de ce que ça pouvait bien initier comme sensation chez la sorcière… Ou peut-être en avait-il pleinement conscience et c’était justement pour cette raison qu’il prenait du terrain. « J’espère juste que tu ne vas pas encore mettre six minutes à te décider… » Leurs lèvres se frôlant de façon presque timide pour deux individus pourtant si indécents et obscènes, Cordelia garda son mal en patience l’instant de quelques secondes, temps suffisant pour glisser une énième remarque sans réelle importance. « Ce n’est pas comme si tu allais te désister dans le cas échéant, alors… » Son souffle venant s’immiscer entre les lèvres de Connor qui étaient pratiquement collées aux siennes, la succube hésita, parce que le peu d’esprit qui lui restait lui ordonnait de remettre ce vaurien à sa place et retourner à des besognes d’importance, mais son corps détenait un tout autre discours, alors que ses mains se glissèrent sur le ventre du jeune homme lascivement.

‘Alors quoi?’ Alors, rien. Ces propos n’eût été que des mots dépourvus de réelle signification, une fois de plus. Éternellement à la recherche du dernier mot pour le rabaisser lui, elle était tout autant sans cesse à la recherche de son toucher, de la friction entre leurs deux corps embrasés, de ses lèvres et c’était un paradoxe dur à balancer autant qu’à gérer, physiologiquement parlant. « Ça vaut ce que ça vaut mais je suis content que tu sois venue jusque là. » Prise au dépourvue par ces quelques mots, la démone arqua un sourcil, perplexe que Connor lui avoue une telle chose. C’était à se demander s’il ne la prenait pas en pitié après cette défaite. « S’il te plait, épargnes-moi les discours pour ménager mon égo. » dit-elle, en tirant légèrement contre le tissu du tee-shirt du jeune homme. « Ou je vais commencer à croire que tu t’adoucis en ma présence, mon chaton. » À vrai dire, ça ne la dérangeait pas du tout. Au contraire, l’idée qu’ils puissent baisser les armes, même si ce n’est l’instant de quelques secondes lui plaisait presque…mais elle l’appréhendait un peu aussi, comme toute chose nouvelle. Sans plus tarder, donc, Cordelia s’empara de ce qu’elle jugeait lui appartenir, prenant ainsi d’assaut les lèvres de l’ex-junkie, sans forcément avec rage, mais avec une passion qu’il ne pouvait que lui attribuer. Concluant le baiser, elle rappliqua l’instant d’une seconde, déposant furtivement ses lèvres contre celles du blondinet, un espèce de baiser volé, avant qu’elle ne le pousse, séparant leurs corps à nouveau comme elle avait l’habitude. Lui tournant le dos, elle s’apprêtait à quitter la ruelle pour prendre la direction des appartements de Connor. Quelques pas suffirent pour qu’elle ne constate que le son de ses talons hauts qui claquaient contre le macadam, et ne retourne que la tête, maline comme toujours. « Tu as six minutes et sept secondes avant que je ne change d’avis, Connor. Tic toc. » Ils ne changeraient donc pas tous les deux.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Première. Action ! Cordy&Connor   Mar 9 Sep - 14:42

L’adjectif pathétique avait du franchir la barrière des lèvres de Cordelia plusieurs centaines de fois, et encore Connor ne tenait compte que de leurs discussions pas celles qu’elle pouvait entretenir avec quiconque d’autre. C’était sans doute le terme qu’elle affectionnait le plus pour le qualifier lui, le beau garagiste que son corps réclamait. Il aurait fallu qu’il soit dénué de tout sens pour ne pas s’en apercevoir quand plus tôt ils étaient si proches que seuls leurs vêtements les empêchaient de s’emboiter d’avantage. Alors qui était le plus pathétique des deux ? Lui parce qu’elle le disait ou elle parce qu’en dépit de cette considération elle profitait sans ménagement des intenses moments de plaisir qu’ils s’offraient ? Tout cela n’était qu’un jeu d’égo et de fierté, le Texan le savait et c’était d’ailleurs ça le plus amusant. Ce faux débat, cette mésentente feinte alors que l’un comme l’autre connaissait l’issue de cette rencontre fortuite.
À la croire la succube avait fait le déplacement juste pour lui dire combien il était pathétique, qu’elle refusait qu’ils aillent plus loin et bla bla bla… Des paroles inutiles tout autant que ces minauderies de nonchalance qu’elle s’évertuait à lui servir alors que son être entier appelait celui de l’ex-junkie. Nulle prétention dans ce constat, Connor étant simplement soumis à cette même force du désir il savait ce qu’il en était. C’était lipide, sans confusion possible et plus il s’approchait de la sorcière plus cela se confirmait. Il lisait l’envie dans ses iris caféinées en dépit de tout venin qu’elle crachait si volontiers. Et c’est bien pour cela qu’il se permettait de la provoquer encore une fois. Une provocation qu’il se vit bien vite renvoyer par la belle brune. « Je devrais arriver à gérer  ça. » lâchait-il avec un léger sourire en coin. Il avait pu se retenir un peu plus tôt, quelques minutes supplémentaires ne lui apparaissaient pas comme insurmontables.

La succube marquait un point, il ne se désisterait pas. En tout cas pas pour six, sept, huit minutes… Passé la demi-heure rien n’était moins sûr cependant, mais il gardait ce paramètre à sa seule discrétion pour en préserver tout l’effet de surprise si la sorcière souhaitait d’avantage jouer sa petite comédie de femme hésitante. Mais il reprenait du terrain s’il en croyait le contact sensuel des mains de la succube sur lui. Ses gestes contredisaient de plus en plus ses paroles et il n’y avait pas constat plus plaisant pour l’ex-junkie. Aussi dans un élan de générosité quand à sa sincérité, il avouait la satisfaction ressentie par sa présence. Saluant l’effort produit pour le rejoindre sans la moindre arrière pensée d’une quelconque manipulation. Ses mots, peut-être à tort, étaient sortit spontanément de sa bouche sans que son esprit n’ai mis une barrière à cela. Inévitablement la brune eu à cœur de répliquer, voyant dans ses propos de la pitié ou il ne savait quoi d’autre qui l’irritait alors qu’elle n’avait eu qu’à accepter de recevoir cet aveu, si possible en la fermant pour une fois… Comme lui le fit à cet instant, restant totalement silencieux face à cette réponse.
Le Texan aimait cette autorité avec laquelle Cordelia s’emparait de ses lèvres, comme si elle imposait qu’elles lui appartenaient au moins durant ce temps où ils laisseraient libre cours à l’assouvissement de leur désir. Échange passionné, pur et sans retenue, le genre de baiser dont il adorait la sensation incandescente qui marquait ensuite ses lèvres. Douce brûlure apaisée par un nouveau contact furtif, plutôt inhabituel de la part de la succube qui aurait eu d’avantage tendance à le mordre qu’à lui offrir une sorte de baiser volé qu’il jugeait agréable de recevoir. Aussitôt repousser le garagiste n’en souriait que d’avantage, c’était le contre coup du constat de sa défaite qui faisait ainsi agir la sorcière. Rapidement elle lui avait tourné le dos, un peu comme il l’avait fait plus tôt dans le bar quand il avait quitté l’établissement sans plus d’attention pour la belle brune. Amusé il la regardait s’éloigner de quelques pas, profitant sans gêne de la vue et de sa démarche féminine à la fois élégante et déterminée. Cordelia s’arrêtait alors déclenchant un compte à rebours aux chiffres familiers. Connor n’avait pas besoin de six minutes et sept secondes pour se décider, son choix était fait depuis longtemps déjà et le seul temps qu’ils perdraient serait celui du trajet jusqu’à chez lui… La distance les séparant de ces draps propres qu’il avait évoqué. Encore une fois le désir venait de triompher de leurs égos.

Sujet Terminé
Revenir en haut Aller en bas
 

Première. Action ! Cordy&Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RESOLU] une action en sortant d'un bouton (type onmouseout)
» Première construction diapo
» probleme de copier / coller action
» Photos de l'avant-première des bagnoles 2
» Action envoyer un e-mail multi pièces jointes et envoi de groupe : Possible ou pas ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-