AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 YoUr MaD PyJama PartY !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: YoUr MaD PyJama PartY !   Ven 22 Aoû - 7:05


Plongée dans un insondable sommeil, elle gisait endormie,  ses longs cheveux de jais dessinant des arabesques sur le noir d'un sol rugueux, les sourcils froncés par l'ombre d'un cauchemar invisible qui errait déjà sur ses lèvres entrouvertes. Sur des draps bien trop durs et humides pour être des draps, elle poussait un soupir ronchonnant, forcément mécontente, comme celle que l'on s'efforçait d'éveiller bien trop avant l'heure... Comme si ses songes avaient été perturbés par cette simple et tout aussi inquiétante pensée ; ce qui était doux était rude, ce qui était chaud était froid, ce qui était sec était cru. Plutôt étrange, cette permutation...

Elle remua un temps, de la tête tout d'abord, puis se recroquevillait doucement sur elle-même, en quête d'un confort qu'elle tardait à retrouver. Jusqu'à ce que, progressivement, entre en conquête de son épine dorsal la pointe d'un frisson électrisant son être, lui léchant l'échine, soulevant son épiderme comme étreinte par une atmosphère devenue soudain glaciale. Étrange. Oui. Mais elle s'animait encore, creusant à la recherche du sommeil, éprouvant la volonté de celle qui devait se revitaliser avant de s'activer, de travailler une soirée durant ; à te servir tes putains de cocktails.

Quelle heure était-il au juste ? Le son caractéristique que faisait la mécanique de son réveil lui échappait, ayant laissé place au bruissement que faisait la pluie et de ses sempiternelles gouttes d'eau perlant froidement des cieux pour s'écraser, inlassables, dans les flaques inondant la moquette de sa chambre, bizarrement si poisseuse, sous les râles des échos lointains d'un courant d'air aussi frais qu'il puait le chien crevé.

Une petite minute...

Ivy ouvrit immédiatement les paupières, reprenant conscience, se découvrant en pyjama - mini short et débardeur - dans la pénombre au côté d'un être qui ne lui était en rien inconnu, en tête à tête direct avec son si détestable patron : Aiden.

Surprise... Elle écarquillait les paupières, se redressant assise et perchée sur ses bras aussi rapidement qu'un coup de fusil ; « Northwild !? Mais qu'est-ce qu... »

Désorientée, perdant ses repères, Ivy s'en écarta brutalement, son regard aussitôt tiré vers le bas par le sinistre tintement métallique d'une chaine, constatant avec effroi que son poignet droit était relié à son Supérieur par une paire de menottes rubigineuses ! Sa réaction fut sans appel : « Ma que coglione fligio di putana ! C'est pas drôle, Northwild ! Réveil toi ! » Elle insistait encore, passant outre le fait que lui-même semblait tout autant qu'elle l'était émerger du gaz, le frappant de quelques gifles pour l'éveiller, l'attrapant par le col, le secouant et rugissant « RÉVEIL TOI ! »

S'il y avait bien une chose dont Ivy avait peur, troquant son calme pour l'hystérie, c'était bel et bien de se retrouver prisonnière et enchainée. De surcroit lorsque celui qui se tenait au bout de ses chaines était celui là même qui lui faisait vivre un enfer au Masquerade !

Relâchant légèrement son emprise pendant que l'homme redescendait sur terre, Ivy leva les yeux, ses instincts bestiaux engorgeant son être, ses pupilles se dilatant à l'extrême tandis qu'elle transperçait de ses azurs l'obscurité oppressante de la petite salle où elle se réveillait. Pas de doute, ce n'était pas son studio. Ni la cabane de Cora. Ni la demeure d'Aurora. A en juger par la crasse, l'humidité, ou l'air vicié se heurtant à l'infinité de galeries transportant avec lui le couinement des rats, c'était...

« Les égouts ? »

Peut-être.

Son regard glissa à nouveau, cette fois-ci vers la source d'un gémissement. Ils n'étaient pas seul... Tout contre le mur opposé était allongé deux corps ; un homme et une femme, menotté l'un à l'autre tout comme l'était Aiden et Ivy. Tous autant qu'ils étaient enfermés dans une salle, étroite, en forme circulaire, de construction composite ; faite de briques et de béton où semblait ruisseler une eau impropre.

En son centre se tenait quelques objets à peine éclairés par la faible et si rare lueur d'une ampoule, ancienne, terne, jaunie, se balançant doucement au plafond. Elle éclairait l'étanchéité d'une lourde et épaisse porte de fer, à croire qu'ils étaient enfermés au cœur même d'un sous-marin. Ou pire, car elle pouvait être comparée à celles que l'on utilisait dans la chambre à gaz d'un pénitencier du Maryland qui dans les années 80 servaient à l’exécution des condamnés à mort. Et, plus étrange encore, au dessus de cette porte était écrit en lettre de peinture rouge "Welcome to Your Mad Pyjama Party. Good Luck. Have Fun. And don't forget to smile : Riddlers are watching You."





Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: YoUr MaD PyJama PartY !   Mer 27 Aoû - 12:41

Qu’avait-il fait pour que son matelas lui semble si dur ? Habituellement il chérissait la moelleuse fermeté sur laquelle il s’endormait, lorsqu’il y parvenait. Mais pas à cet un instant où dans un demi sommeil le Daybreaker prenait petit à petit conscience qu’il était incroyablement mal installé. Une odeur désagréable venait titiller ses narines, ses sens s’éveillaient les uns après les autres faisant grimacer Aiden qui se sentait comme après une cuite monumentale, vaseux, presque nauséeux et c’était étrange parce qu’il ne lui semblait pas avoir que cela soit possible au vu du contexte. Plus étrange encore, la sensation d’une présence à ses côtés… là encore il n’avait aucun souvenir d’avoir ramené une fille dans son lit. Un rêve. Voilà ce que ces sensations devaient être, la pure création de son esprit dans un songe paraissant plus réel que jamais. L’énergivore délaissait définitivement cette hypothèse en entendant le discret tintement métallique d’une chaine, la pression qui fut associée sur son poignet et la douce voix d’Ivy Savage s’adresser à lui. Elle foutait quoi avec lui celle la ?! Le schizophrène sourcils froncés et grimaçant légèrement, peinait à renouer avec la réalité. Mais l’hystérique italienne à côté de lui semblait déterminée à lui donner un coup de pouce. Ou plutôt une paire de claque qu’il accueillit avec un sursaut. Au moins c’était efficace mais si elle voulait le mettre de mauvais poils c’était parfaitement la chose à faire.
En ouvrant difficilement les yeux alors que la brune le secouait comme un prunier, il s’étonnait que l’endroit fut aussi sombre et compris avec une perspicacité légendaire qu’un truc clochait… Pas qu’un seul en fait. Tout clochait, la situation n’était absolument pas raccord à celle qu’il avait laissé la veille – encore fallait il qu’ils soient bien le lendemain – sa chambre n’était en rien un endroit aussi humide à l’odeur désagréable. Aiden s’apprêtait à faire lâcher prise à son employée – laquelle allait devoir répondre de ses actes au risque de se faire virer – mais bien heureusement pour sa petite personne elle en pris l’initiative seule. Les iris glacée du Daybreaker observait son environnement puis se posait sur lui même, vêtu de son pantalon de pyjama gris et d’un simple t-shirt noir. Bougeant son poignet gauche en analysant la présence du bracelet de menotte qui l’enserrait, laquelle le liait à Ivy. « Tu sais si t’avais envie qu’on fasse des trucs avec menottes et tout le bordel, tu pouvais demander gentiment… » il arquait un sourcil « On était pas obligé d’en arriver à un truc aussi tordu. ». Mais la demoiselle semblait plus paniquée et pas franchement intéressée par ses propos « Quoi les égouts ? » demandait-il toujours un peu à l’ouest.

Après une meilleure analyse du lieu où ils se trouvaient Aiden compris qu’effectivement ils avaient tout l’air de s’être fait enfermer dans les égouts sans savoir pourquoi et encore moins comment. Qui plus est ils n’étaient pas les seuls, deux corps attachés de la même manière qu’eux gisaient plus loin. « On a de la compagnie… » soupirait-il en se levant tirant sur la chaine pour encourager Ivy à faire de même « Ça pue ici. Et si c’est le dernier club échangiste ou boite SM à la mode, le concept laisse vraiment à désirer. » balancer autant de connerie n’était qu’un moyen pour l’énergivore de se laisser le temps de juger plus clairement de la situation, de comprendre ce qui avaient bien pu les conduire là menottés l’un à l’autre. La réponse se trouvait peut-être parmi ce tas d’objet qui déposé au centre de la pièce, tout cela était de plus en plus étrange.
Aiden s’approchait pour voir ce dont il s’agissait attrapant d’abord le sac à dos rouge qu’il ouvrit pour constater qu’il était totalement vide, il prit alors ce qui avait tout l’air d’être un bloc note et en fit défiler les pages dans l’espoir que quelque chose y soit inscrit mais toujours rien « Ok au moins on peut jouer au Pictionary. » lâchait-il en observant un crayon à papier. Un soupir lui échappait alors que son attention se reposait sur la jeune femme à laquelle il était attaché « Si c’est une blague lié au fait qu’on bosse au Masquerade c’est de très mauvais goût. » son regard accrochait alors les inscriptions sur une massive porte, close évidemment et très sûrement verrouillée. Ils étaient tombés dans un guet-apens télévisuel.
Revenir en haut Aller en bas
 

YoUr MaD PyJama PartY !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Version #20 ▬ Pyjama Party
» YoUr MaD PyJama PartY !
» Party Rock
» Panique à Ryslinge ! (Murder Party / Médiéval fantastique)
» Le sac de croustilles xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-