AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Lun 8 Sep - 18:47
















IF I'M DIFFERENT FROM THE REST
DO I HAVE TO RUN AND HIDE ?

~ Shining & Faith ~





Sombres étaient les rues de La Nouvelle Orléans après le coucher du soleil. La belle lumière du Sud américain, agrémentée des reflets de la mer lorsqu'on se promenait sur la côte, laissait place à une nuit qui n'en était que plus sombre et que les lueurs aquatiques plongeaient dans une atmosphère glauque.

Faith n'aimait pas se promener dans ces moments sombres, qui réveillaient en elle de trop mauvais souvenirs. Le jour de son accident. Celui de son agression récente, ainsi que de celle de Sanjana, plus ancienne. Il avait été un temps où elle avait apprécié la pénombre pour cacher ses traits. Ce temps était révolu, et depuis que des créatures étranges marchaient à la surface de la terre, elle préférait largement la lumière.

Mais parfois, elle n'avait pas le choix. Une consultation urgente à son cabinet se prolongeait, et lorsqu'elle sortait, la nuit avait posé son manteau de noirceur sur la ville. Alors elle se dépêchait de rentrer chez elle, passant de réverbère en réverbère comme d'un îlot de sûreté à un autre.

Il lui arrivait de penser qu'elle était ridicule, que l'obscurité altérait simplement sa perception, mais ne changeait rien au danger qui reignait dans la rue. Cet homme au chapeau penché sur son visage, qui la faisait frissonner, elle aurait laisser couler son regard sur lui sans lui prêter la moindre attention en plein jour. Cette femme à la jupe largement remontée sur ses cuisses, ce n'est que sous l'éclairage incertain des lampadaires qu'elle lui trouvait un caractère sulfureux.

Elle resserra instinctivement la ceinture de son manteau léger autour de ses hanches, tentant de se rassurer par cette étreinte ressemblant à celle d'un baudrier au dessus du vide.


** Dans dix minutes, un quart d'heure au plus, tu seras chez toi. Pense au moment où tu t'affaleras dans ton canapé. **

Elle était ce soir-là plus loin qu'à son habitude, ayant dû se déplacer chez un de ses clients réguliers qui l'avait appelée pour une urgence : son chat Mirliton avait été intoxiqué, et il avait paniqué. Faith s'y était rendue sans hésiter, ne pouvant pas se permettre de perdre une source de revenus réguliers en ces temps où les consultations pour des animaux se faisaient rares... Elle n'avait pas pensé sur le moment que l'heure était déjà plutôt tardive, et que le déplacement l'emmènerait dans le nord mal famé de la ville...

Il n'était plus temps d'avoir des remords, maintenant. Il lui fallait avancer, rentrer chez elle, laisser la peur derrière elle. Rien n'allait lui arriver.

Mais n'était-ce pas ce qu'elle essayait de se dire les nuits où il lui était arrivé quelque chose ?







© Codage By FreeSpirit
Image : Agonist Antagonist


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Sam 13 Sep - 22:42


Belzébuth, je sais que c’est toi… Je le sais, je ne te raterais pas. O partisane de Satan, ta crinière brune danse telles les flammes de l’enfer. Je sais que c’est toi, je sais que le démon t’habite. Je sais que ce soir, tu rejoindras tes enfers ; ma si belle.

Il la trouva par hasard, il ne la cherchait pas même. Parfois, les âmes vagabondes se rencontrent, parfois lorsque la nuit impose son règne l’on se trompe. L’on repend le sang, parce que l’on est au mauvais endroit. Parce qu’on a une allure de Belzébuth, un air de déjà vu. Une sensation désagréable qui parcourt son être, d’un frémissement qui vous soulève le cœur. Oh, tu es encore là ? Organe dépérissant. Il approche, pas d’hésitation en ce pas. Il l’aperçut de loin, au détour d’une ruelle. Elle avait jeté un coup d’œil dans sa direction sans le voir. Sa mine inquiète, cette tête de coupable. Alors, il était sorti de l’ombre. Balance sa clope dans le caniveau et quitte son poste de surveillance. La chaleur était difficilement supportable. Pourtant le cadavre porte un gros sweet-shirt noir. La capuche rabattu sur sa tête, il sort de sa poche son flingue. Il est armé jusqu’aux dents, mais choisi la simplicité. Pas trop sale. Presque un honneur. Il n’est pas un meurtrier. Bien qu’au sens propre ; il l’était pour avoir bien des cadavres sur la conscience. Mais il n’avait aucune passion pour le crime, pour le sang sur ses mains. Justice doit être faite, la justice est sienne. Elle n’avait nul autre choix que de l’accepter, de la subir. Sa justice à lui, elle ne laisse pas place aux mots. La justice va dans un sens, la justice n’est pas humaine. Elle est la mort.

Une allure de faucheuse sur le visage tatoué de l’homme qui l’approchait. Elle marche vite. Sa démarche n’hurlait qu’un mot : coupable. Alors, il presse le pas, il sait qu’elle va tourner ; il le sens. Alors il l’appelle ; tonne à travers la rue « Hey, toi ! » Mais quand elle le regarde, elle prend la fuite. Elle le reconnaît, du moins, c’est la sensation qu’elle lui donne. Et pourtant à cet instant. Il a l’impression que c’est lui qui ne la reconnaît plus. Il baisse le canon et lui laisse trois secondes d’avance. Pourquoi fuit-elle ? Le diable qui s’enfuit n’est jamais bon signe. Reviens Démon, viens à moi.

Il la poursuit. Mais il a changé d’avis. La justice est différente pour les lâches. Il court vite, il la rattrape sans la moindre peine. Le coup parti. Pas un coup de feu. Un coup de crosse. Il a retourné son révolver, il a frappé si fort entre ses omoplates. Il se fiche qu’elle soit femme ; les diables sont les mêmes. Il la frappe et regarde sa silhouette s’écraser au sol. Il ne se presse pas pour retourner son flingue, il attend qu’elle se retourne aussi. Regardes-moi. Shining sent sa peur, sent sa différence. Qui es-tu ? Pourquoi aurait-il pitié après tout ? Personne n’en avait pour lui. Il n’en désirait pas. Elle est trop longue à son gout, il ne peut pas lui laisser l’opportunité de prendre son arme. Il lui attrape le bras en parfaite brute qu’il était. La tire en arrière et gronda « Relèves toi. » Un peu de dignité pour mourir ma toute belle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Mer 17 Sep - 11:20
















IF I'M DIFFERENT FROM THE REST
DO I HAVE TO RUN AND HIDE ?

~ Shining & Faith ~





Faith entendit des pas derrière elle. D'abord lents, puis plus rapides.

Elle en était sûre, quelqu'un se trouvait derrière elle. La peur jusque là latente commença à enfler, enfler, enfler...

** Calme-toi, Faith, des pas ne sont pas forcément signes de danger. Dans les films, oui, mais ici ce n'est pas un film, c'est la vraie vie, et la vraie vie est faite de coïncidences qui ne mènent à rien... **

Et pourtant elle sentit ses jambes accélérer leur marche d'elle-même, son coeur commencer à battre plus fort dans sa poitrine. Elle regarda devant elle : à quelques mètre se trouvait l'angle d'une autre rue, qu'elle allait devoir emprunter pour rentrer chez elle. Dans quelques instants elle allait tourner et ce moment d'effroi irrationnel allait prendre fin. Dans trente mètres. Vingt mètres. Dix mètres...

- Hey, toi !

C'était une voix forte, d'homme. Instinctivement, Faith se retourna. Sûrement, c'était quelqu'un d'autre qui était appelé... Mais il n'y avait personne d'autre dans la rue, personne d'autre qu'elle et que cet homme tatoué aux yeux fous et menaçants. Un pistolet à la main.

Faith crut que son coeur allait éclater. Oui, le danger était là. Il venait de faire irruption dans sa vie. Ce qu'elle croyait n'être qu'un jeu de son imagination était la réalité.

Elle ne savait pas ce que l'homme lui voulait, elle savait juste que ce n'était probablement pas du bien. Elle se mit à courir, instinctivement, comme une biche devant le chasseur. Elle se dit vaguement que c'était inutile, que le pistolet permettrait à l'homme de l'abattre de loin. Mais son cerveau n'acceptait pas l'idée qu'il pouvait tirer. Et puis, l'angle de la prochaine rue était si proche... Si proche... Si elle l'atteignait, elle serait en sécurité... Un peu plus en tout cas... Il y aurait peut-être des gens, des témoins, des obstacles à ce qui était en train de se passer.

Une douleur dans le dos, fulgurante. Un instant, Faith se demanda s'il avait tiré. Mais elle n'avait pas entendu de coup de feu. Et puis cela ressemblait à un choc. Il avait dû la frapper, et maintenant, elle était à terre. Elle suffoquait. Le coup lui avait coupé la respiration et l'énergie de fuir. De toute façon, il était si proche qu'elle ne pouvait plus s'échapper. Elle lui jeta un petit regard, qu'elle détourna aussitôt. Il la surplombait, menaçant, pistolet à la main.

Mais il ne la laissa pas rester à terre. Il lui attrapa le bras et la retourna vers lui, la tira vers le haut en lui crachant à la figure :

- Relève toi.

Un ordre, un ton brutal. Sous la traction, Faith se retrouva effectivement debout, les jambes flageollantes. La peur inhibait ses mouvements, mais en elle naquit un autre sentiment, la colère. Pas contre l'homme, contre le destin. Qu'avait-elle fait pour être agressée une nouvelle fois ? Pourquoi ? Est-ce que les récents évènements qui avait secoué le monde avaient distillé dans la nuit une magie qui agissait comme une malédiction sur la jeune femme ?

Les deux sentiments se mélèrent, et elle s'entendit sangloter :

- Mais qu'est-ce que vous me voulez ?

Elle se trouva elle-même pitoyable et faible. La parfaite petite victime, la poupée de chiffon que l'on pouvait ballotter. Elle tenta donc de maîtriser un peu plus sa voix lorsqu'elle s'exclama :

- Je ne vous connais pas, je ne vous connais pas, laissez-moi partir !







© Codage By FreeSpirit
Image : Agonist Antagonist


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Ven 19 Sep - 19:52



Elle tremble, comme si la mort l’enveloppa déjà de son drap glacé et fit grelotter son corps entier d’effroi. Il fut insensible pourtant à tant de faiblesse. Pourquoi aurait-il pitié alors qu’elle eut bien fait les pires immondices de ce monde ? Œil pour œil. Il n’avait pas été touché, triste témoin d’une scène qui l’eut soufflé. Une altercation qui l’eut mis un instant hors de ses pensées ; puis la diablesse avait disparu comme dans un nuage de fumée. Elle tenait sur ses pieds. Il tenait le canon non éloigné de sa poitrine qu’il devina ferme, de l’autre main tenait son bras avec cette fermeté de brute. Elle pleura, il en fut écœuré. Si bien, il laissa son arme s’incliner légèrement bien que son bassin demeure toujours à porté de tir. Elle ne l’attendrissait pas, elle le répugnait. Elle pleure, sanglote. Demande, fait l’innocente. Elle est étrange. Où est donc passé ce sourire malsain ? Elle est différente, ou elle est bonne comédienne. Peu importe de ce qu’elle est, elle serait cadavre dans les minutes à venir.

Elle avait l’allure d’un pantin, il était agacé. Il l’observe, intransigeant ; une lueur malsaine mais il n’y avait nulle colère dans les yeux vides de Shining. Il était justice, il était la faucheuse. Il agissait, parfois de façon trop indépendance de son apathie habituelle. Le rendant si humain par des crimes d’une équité sans égal. Elle s’exclame alors, ordonne même qu’il la libéra. Quelle audace. Pourtant, ces larmes l’interpellent. Comédienne de génie. Mais qui pourrait renoncer à sa dignité à ce point ? Venant d’une femme si puissante ; elle était bien faible. Elle se laissa toucher, se comportant comme une fuyarde. C’était terrible, il avait cette sensation qui le tiraillait de l’intérieur. La voix de Candide qui hurlait : Innocente.

Il lâche son bras, il ne lui laisse pas l’occasion de lui filer entre les doigts. Il la saisit à la gorge, la plaque contre le mur. Sa capuche tombe dans le geste, dévoile son visage tatoué et il la toise de son regard froid. Il ne serre pas, il ne dit rien. Tiraillé par un doute soudain, la remise en cause de ses certitudes, pourtant tous les pores de sa peau n’aspiraient qu’à la déchiqueter. Il l’observe, c’est très court, mais très intrusif. Elle empeste la peur, il en aurait envie de vomir.

« Quel est ton nom ? » Demandait-il sans appel, il ne lui laisserait le temps de mentir. De chercher à le tromper. Il n’était pas de ceux que l’on pouvait duper à sa guise. Il l’observe, appui son canon beaucoup trop fort sur l’une de ces cotes si bien que s’il continuait ainsi probablement celle-ci allait finir par se briser douloureusement. Il lui était donc peu recommandé de tenter de se débattre si elle désirait mourir sans douleur. C’est étrange, plus il l’observe. Plus il a la sensation de s’être trompé, un flou d’images. Un flou tout court. Il l’observe, elle est là. Ils sont là. Il l’avait attendu sans l’attendre. La patience n’est pas sa meilleure qualité. Mais à cet instant, il sait qu’il a fait fausse route. Il le sent, c’est dans ses trippes. Elles font des nœuds, elles s’amusent joyeusement. Il sent quelque chose ; l’émotion est intense. Il ressent enfin une émotion, alors il ne sait pas. Il attend, parce que le doute lui procure tout à coup la sensation d’être en vie tout simplement. Une euphorie qu’il n’avait pas ressentie depuis si longtemps. Une euphorie qui prendrait fin à sa réponse.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Dim 21 Sep - 12:27
















IF I'M DIFFERENT FROM THE REST
DO I HAVE TO RUN AND HIDE ?

~ Shining & Faith ~





L'homme n'écouta pas les supplications de Faith. Au contraire, il redoubla de brutalité. L'espace d'un instant, il lâcha son bras, et la vétérinaire eut l'espoir fou d'être relâchée, même si une part de son esprit ne voulait pas y croire, savait bien que cela ne se passait jamais comme ça, que l'agresseur ne lâchait jamais sa proie pour le prix d'une larme. Et elle avait raison, car à la seconde suivante, la main libre se referma sur sa gorge, et la poussa vers le mur, que l'arrière de son crâne heurta de plein fouet.

** Je vais avoir une bosse **

Puis elle se dit qu'il était dérisoire de penser à ça alors que, si ça se trouve, les blessures qu'elle subirait seraient bien plus grave, si tant est que la bosse ait le temps de pousser sur son cadavre... Mais non, elle ne devait pas penser à la mort, elle ne pouvait pas mourir, l'homme ne pouvait pas la tuer ! Et pourtant il appuyait le canon de son pistolet contre ses côtes, si fort qu'elle ne pouvait oublier sa présence, si fort qu'on aurait dit qu'il prenait l'arme à feut pour une arme blanche...

L'homme lui demanda brutalement :

- Quel est ton nom ?

Au moins ça c'était une question facile, Faith connaissait la réponse... Et dans un moment pareil elle ne pensa même pas à mentir, juste à répondre du tac au tac pour montrer sa bonne volonté, chercher à éloigner le danger qui l'entourait. Les mots avaient du mal à sortir de sa gorge en raison de la main de son agresseur qui la serrait bien trop fort, mais elle parvint tout de même à articuler :

- Faith... Faith Ziegler...

Allait-il enfin se rendre compte qu'il ne la connaissait pas, la laisser tranquille ? Ou était-ce un psychopathe à qui son nom était indifférent, qui la garderait pour cible quoi qu'elle dise ? Elle ne savait pas, et la panique l'empêchait de réfléchir de manière cohérente. Sans y penser elle donna une information que l'homme n'avait pas demandée, mais qui vint machinalement en complément de son nom, parce qu'elle la fournissait toujours quand on lui demandait de se présenter :

- Je travaille comme vétérinaire à côté de l'Adventist Hospital.

Puis une bouffée de panique l'envahit, et elle ne put résister à l'envie de se débattre. Mais aussitôt, ses mouvements la firent souffrir, le canon du pistolet appuyant bien trop fort sur ses côtes, la main sur sa gorge l'empêchant de tourner la tête à sa guise. Elle agita pitoyablement son bras puis le laissa retomber, et revint à la supplication :

- Lâchez-moi, s'il-vous-plaît... S'il-vous-plaît...

Sa voix n'était plus qu'un filet qui avait du mal à passer la barrière des doigts qui serraient son cou. Etait-ce son imagination, ou est-ce que des points noirs dansaient sur le visage de son agresseur ? Ou n'était-ce que des parties de son impressionnant tatouage ? En tout cas sa respiration se faisait de plus en plus difficile...







© Codage By FreeSpirit
Image : Agonist Antagonist


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Mar 23 Sep - 11:25



Elle se présente. Il ne dit rien. Il pense. . Il était à cet instant persuadé de faire fausse route,  elle lui dit être vétérinaire, il s’en fichait complètement. Elle aurait pu être boulangère ou journaliste. Elle était son erreur de jugement. Parce qu’il avait des yeux d’homme. Mais il voit sa peur. Elle tente de se débattre ; il lui a fait mal. Madame l’espoir, voila qui elle était. C’est son espoir qui le frappe de plein fouet, l’espoir qu’il l’épargne. « Ton nom te va bien… » Ne put-il s’empêcher de constater d’un égarement dans ses pensées métaphoriques d’une voix évasive et douce cette fois ci tandis qu’elle supplie. Elle porte bien son nom, qu’elle le porte fièrement parce qu’il venait de le sauver. Il l’observe. Vulgairement, il se sentit comme un con. Mais il n’en fit rien paraître. Elle agite les bras, il desserre doucement sa prise autour de sa gorge, elle peut respirer un peu plus facilement alors qu’elle le supplie encore de ses larmes sur un si beau visage. Il n’était pas du genre à abattre la mauvaise personne parce qu’elle se trouvait au mauvais endroit. Il n’était pas injuste. Il relâche, parce qu’il sent qu’elle va s’évanouir. Elle va lui échapper et se sera trop tard. Il l’observe, elle souffre de respirer. Il caresse doucement sa joue. C’est fini… N’aie pas peur Candide…

« Désolé. » Souffle t-il tout simplement. Comme s’il venait de la bousculer à peine, pourtant son regard s’assure qu’elle se porte bien. Ses doigts rompent le contact avec sa tête après s’être assuré qu’elle puisse respirer correctement si ce n’était l’angoisse qui l’étouffait. C’était des choses qui arrivent. Elle serait probablement morte si elle n’avait pas pris la fuite, s’il n’avait pas de conscience morale. Elle n’est pas chanceuse. Elle est malheureuse de plus sur cette terre qui n’avait plus rien à n’offrir à personne si ce n’était la désolation. Elle est tétanisée. Il sent, qu’elle ne marchera jamais plus sans crainte. La peur, c’est le moteur de l’humanité. Pourquoi ne pouvait-il la ressentir ? Pourquoi être si vide. Il a envie d’un verre. Il libère ses cotes, le métal s’éloigne. Il ne tire pas pourtant. Elle est craintive ; il n’a pas voulu lui faire de mal. Pas à elle. Il recule, rabat sa capuche et pense s’en aller tout simplement. Fantôme. Il hanterait peut-être sa nuit. Des sueurs froides puis les terreurs nocturnes. Il se promit de partager ses cauchemars. Alors qu’il range son flingue après avoir remis le cran de sécurité à son fonctionnement.

Il a juste envie de l’abandonner là. A ses sanglots. Dans son enfer. Pourtant, il la voit faible. Il la voit à la merci des montres ; des erreurs de la nature, des gars comme lui. Elle a le droit d’être amère, mais peut-être pouvait-il lui laisser l’opportunité de choisir. Faith peut prendre la fuite, elle peut s’écrouler. Elle peut choisir. Il respecterait ce qu’elle ferait, ce que sa force lui dictera de faire sous la pression de la peur. Il la regarde, laisse le passage libre. Elle peut tomber, il serait suffisamment vif pour lui éviter plus de mal. Elle n’était pas lapin auquel il laissait chance de courir alors qu’il l’abattrait d’un coup lâche pour se divertir. Il n’est pas cruel. Shining ne prend aucun plaisir au sang, il subissait quelque peu sa condition d’ombre.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Mer 24 Sep - 21:08
















IF I'M DIFFERENT FROM THE REST
DO I HAVE TO RUN AND HIDE ?

~ Shining & Faith ~





Et le miracle se produisit. La main se desserra, s'éloigna. C'était fini, c'était fini, il l'avait lâchée, et il a dit, tout simplement :

- Ton nom te va bien...

Voilà. C'était tout. C'était absurde. Depuis quand les prédateurs relâchaient-ils la proie entre leurs griffes ? Depuis quand l'aggresseur laissait-il partir sa victime ? Cela ne se passait jamais comme cela dans les films.

Mais voilà, la vie n'était pas un film, pour le pire comme pour le meilleur, comme ce soir. Faith respira profondément, s'émerveillant de sentir l'air rentrer dans ses poumons sans obstacle. Qu'il était bon, l'air de la nuit, légèrement parfumé par l'immensité fraîche de la nuit...

Elle vit la main de l'homme se rapprocher à nouveau d'elle, et eut un mouvement de recul. Est-ce que ça recommençait ? Est-ce que ce n'était qu'un répit ? Mais dans ce cas, pourquoi lui avoir laissé un instant de répit ?

La main passa sur son cou et remonta, lentement, vers sa joue, pour la caresser d'un geste tendre. Faith laissa l'homme faire, craignant d'attiser sa colère en protestant. Mais elle ressentit le poids des secondes pendant ce contact qu'elle ne désirait pas. Et il dit :

- Désolé.

Faith hocha la tête, trop choquée pour accepter ses excuses d'une manière différente. Elle vit la main se retirer lentement de sa peau, et s'attendit que l'homme parte après cet épisode étrange et cette conclusion laconique. Mais il resta, l'observant.

Et elle resta là aussi, étonnée, ne comprenant rien à ce qui venait de se passer. Tout d'un coup la menace avait disparu, tout aussi subitement qu'elle était venue. Le pistolet était toujours là, certes, mais c'était le sol qu'il désignait. Plus elle. Et elle avait comme l'impression que cela n'arriverait plus.

C'était incompréhensible, contraire à tous les schémas qui imprégnaient sa pensée. Alors elle ne put s'empêcher de laisser échapper un faible :

- Pourquoi ?

Elle s'en voulut aussitôt. La question était imprudente. Elle ne devait pas questionner son bonheur, et partir. L'occasion ne se représenterait peut-être pas deux fois. Timidement, comme une petite fille devant un adulte, elle ajouta donc une question beaucoup plus motivée par l'instinct de survie :

- Puis-je partir ?

A vrai dire elle n'avait pas besoin de sa permission, en théorie. Elle était une femme majeure et libre de faire ce qu'elle voulait. Mais il y avait le pistolet, et ce rapport de force annihilait ses droits. Si c'était le bon vouloir de l'homme, il pourrait tirer, et elle voulait s'assurer qu'il ne le ferait pas. Ce serait trop bête de se faire abattre dans le dos après avoir réussi à obtenir que l'étreinte sur son cou se desserre, même si elle n'avait pas encore compris comment elle était parvenue à cela.








© Codage By FreeSpirit
Image : Agonist Antagonist



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Jeu 25 Sep - 10:26



Pourquoi ? Et pourquoi faudrait-il une réponse à tout ? C’était bien cette maudite question qui pousse à la science. Pourquoi la pluie, pourquoi le beau temps ? Pourquoi le malheur ? Pourquoi la chance ? Et alors, pourquoi faudrait-il tout comprendre ? Les choses sont parfois comme elles sont. Tout simplement. Il ne sait pas si elle veut vraiment une explication, ou si c’est seulement sa nature humaine qui s’exprime. Il se contente de la regarder alors, il peut lire sa peur. Peur qu’il ne change d’avis. Pourquoi serait-il si lâche ? Menteur ? Il n’était pas un chien. Il n’était qu’une coquille vide. Pas même d’empathie. Il n’y arrive pas. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer. Il n’y mettait pas toute sa volonté, il pensait que ce n’était pas utile. En fait, il n’était pas sur d’avoir encore une once de volonté au fond de lui. Alors il décide de répondre tout de même. « Pourquoi pas… » Cela serait suffisant. Shining doutait qu’elle veuille vraiment savoir qu’il aurait pu la tuer. Par erreur. C’est alors qu’elle lui pose une seconde question. Elle semble une enfant. Elle est si faible. Il l’observe. Veut-elle vraiment son autorisation ? Elle ne prenait pas même l’initiative de fuir, de se donner une chance. Ses yeux la fixent, il ne comprend pas le manque d’instinct de cette fille. Elle lui est subitement fascinante. Est-elle seulement humaine ? Désespérée ou trop fragile ? Qu’est-ce que ça changera après tout. Leurs vies demeurant les mêmes. Ou presque.

Il soupire. Humidifie lentement ses lèvres. D’un vague geste de la main, lui indique le fond de la rue sombre d'insécurité. « Tu es libre. » C’était une vague idée ça. La liberté. Ce mot, le fit bien sourire tant il sonna faux dans sa bouche. Il ne dupait pas. C’était juste une notion qui ne voulait plus rien dire. Un putain de mensonge qui provoquait en lui des réactions de rejets intenses. Il fait froid la mort. Mais jamais l’on n’est libre. Il ajoute pourtant, sans attendre. Quelques mots, qu’il pense pour elle faire usage de pansement. Pour ne point bouleverser son psychique davantage par la tourmente du doute. « Je me suis trompé. Tu as une grande ressemblance avec quelqu’un que je connais bien… Dommage pour toi. Elle est loin d’avoir que des amis si tu veux mon avis. Alors… Qui suis-je pour décider de ta mort ? » D’autre s’en chargeront très bien. Si elle devait répondre d’actes douteux, cela ne le regarda pas. Il n’était pas Dieu. Du moins, s’il ce charlatan existe. Elle ne pourrait alors de poser la question du ‘pourquoi moi’, mais plutôt est-ce que cela va recommencer. Peut-être. Tant que son pseudo double respirera. Shining n’était que très disposé à vouloir la rassurer, il pensa n’en avoir aucun talent. Il était bien plus destiné à la destruction. Il s’attelait depuis des moins à sa propre destruction. Consumé par les flammes d’une colère de vivre probablement injustifiée aux yeux des autres. Ils ne savent rien.

Il n’attendait aucune réponse de la part de la jeune femme. Elle n’a rien à répondre. Elle ne le connaît pas. Probablement ne se connaitront-ils jamais. Cette scène ne fut que le résultat d’un étrange hasard. Une malchance. Cependant, il a bien une question à laquelle il aimerait obtenir réponse. « Pourquoi tu restes là ? » Si elle est douce, elle répondra par des mots. Si elle intelligente, par son départ. Si elle déborde d’audace ; peut-être répondrait-elle alors également à son tour ‘pourquoi pas’.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?   Sam 27 Sep - 12:22
















IF I'M DIFFERENT FROM THE REST
DO I HAVE TO RUN AND HIDE ?

~ Shining & Faith ~





La réponse de l'homme à la question malencontreuse de Faith fut tout aussi laconique :

- Pourquoi pas...

En fait, la vétérinaire fut soulagée de cette brièveté, de cette explication avortée. Elle n'était pas totalement sûre de vouloir savoir. Peut-être était-ce mieux qu'elle ne perce pas les secrets de la nuit, elle qui ne faisait que la traverser pour rejoindre son environnement habituel... Elle respira donc lorsque l'homme dit, appuyant ses paroles d'un vague geste de la main :

- Tu es libre.

Elle hocha nerveusement la tête avant de mettre un pied devant l'autre, lentement, puis de recommencer, plus vite, voyant qu'il ne disait rien, ne faisait rien pour l'en empêcher. Elle se figea néanmoins au bout de quelques mètres lorsqu'elle l'entendit dire :

- Je me suis trompé. Tu as une grande ressemblance avec quelqu’un que je connais bien… Dommage pour toi. Elle est loin d’avoir que des amis si tu veux mon avis. Alors… Qui suis-je pour décider de ta mort ?

La mention de la mort lui fit froid dans le dos. Ainsi, il avait bien eu l'intention de lui faire du mal, beaucoup de mal. Faith déglutit, consciente que son destin s'était joué à un cheveu.

Qui était cette femme, et qu'avait-elle fait pour être traquée par un assassin ? Faith ne le savait pas, et malgré sa curiosité, savait bien qu'il était malvenu de poser la question. Inutile d'énerver son agresseur alors qu'il venait tout juste de décider de la laisser partir...

** Au moins, si j'avais eu ma cicatrice, nul n'aurait pu me prendre pour une autre... **

Quelle ironie. Voilà qu'elle en venait à regretter les marques sur son visage. A croire que son corps la haïssait, se complaisait à lui jouer des mauvais tours. Changer radicalement d'aspect avec les années, donner des envies de meurtre à des inconnus... Un atout, parfois, un ennemi, souvent : voilà ce qu'il était.

Perdue dans ces réflexions, Faith s'était arrêtée de marcher. L'homme le remarqua et lui demanda :

- Pourquoi tu restes là ?

Pourquoi, oui ? Peut-être parce qu'elle était perdue entre réalité, rêve et cauchemar, qu'elle était déboussolée, que son esprit avait perdu momentanément ses réflexes. Machinalement, elle se retourna vers la voix, et détourna aussitôt la tête. Elle avait oublié à quel point le visage tatoué de l'homme était effrayant. Rester était vraiment... Illogique. Tout comme répondre à la question, d'ailleurs. Mais elle le fit quand même :

- Je... Je ne sais pas. Ce qui vient de se passer... Je suis un peu perturbée.

Elle s'en voulut aussitôt. On ne devait pas avouer sa faiblesse à un prédateur. Se reprenant, elle ajouta :

- Mais je pars.

Elle fit d'un pas et, d'instinct, rajouta un hésitant :

- Bonne soirée ?

L'instinct de politesse était resté intact en elle, mais pas l'instinct de survie. Etrange. On disait pourtant que dans les situations extrême, c'était le premier qui disparaissait en premier. A croire qu'il n'y avait pas de lois universelles du comportement humain... Elle continua cependant à avancer vers l'angle de la rue. Elle était peut-être un peu folle, d'accord, mais pas complètement suicidaire...








© Codage By FreeSpirit
Image : Agonist Antagonist



Revenir en haut Aller en bas
 

If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» If I'm different from the rest, do I have to run and hide ?
» THE ENTIRE REST OF ETERNITY SPENT IN OBSSESSION.
» Message d'intérest général
» Never Hide. Ou bêtement Marynn.
» Personnaliser le choix des couleurs par défaut dans les messages - phpBB2 | punBB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-