AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I hate you as much as I love you [Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: I hate you as much as I love you [Nathan]    Mar 16 Sep - 23:08

Personne ne peut échapper au temps qui passe. Personne ne peut interagir avec lui et lui demander de stopper son allure, toujours aussi régulière et monotone. Il peut passer vite comme il peut passer lentement ; tout dépend de la perception du moment vécu. Source de bonheur ou de malheur, il alimente quotidiennement notre vie et nous contraint parfois à choisir sans réfléchir : le temps presse. Aeryn aurait tout donné pour repousser cette journée, la pleine lune. Lorsque les premiers rayons avaient commencé à illuminer la surface de la terre, la jeune femme venait d’arriver dans la forêt pour assister, impuissante à sa transformation lunaire. Pas moyen d’y échapper, où qu’elle soit, quoi qu’elle fasse, l’animal manifestait son désir d’apparaître en chair et en os, éloignant l’humain et reprenant les droits auxquels il aspirait. Aeryn ne pouvait y résister et c’est sous des cris de douleur qu’elle devient renarde, ses os craquants de part et d’autre dans sa chair, se cognant et modifiant leurs formes pour adopter celles de l’animal. Les cris se firent de plus en plus intenses et résonnèrent dans cette forêt d’où personne hormis les quelques animaux sauvages s’y trouvant, ne pouvait l’entendre. Lorsque l’animal parut, il n’y eut plus un bruit plus rien. Il partit se défouler comme tout animal qui se respecte, profitant de cette pleine lune d’où il avait tous les droits.

Le temps passa et la pleine lune finit par s’assombrir et disparaître. Aeryn reprit forme humaine, non sans repasser par une étape douloureuse d’os s’entrechoquant dans son corps. La douleur était vive et les bleus sur sa peau ne tarderaient pas à apparaître. Complètement nue, elle essaya de se repérer dans la forêt, à l’endroit même où elle avait mis ses vêtements. Quelle idée d’avoir choisi cet endroit pour se transformer… m’enfin c’était le plus sûr et le plus discret, car elle ne risquait pas de rencontrer d’autres personnes hormis peut-être celles qui comme elle, avaient honte de leur nature. Hésitante, elle avançait tout de même dans la peur de croiser quelqu’un, le sentier restait pourtant silencieux et frais. Sa peau commença à se glacer : les nuits n’étaient plus si douces qu’en été ; Aeryn devrait trouver une solution pour cet hiver, ou elle risquait vraiment de mourir gelée si ses transformations ne se déroulaient pas aux mêmes endroits. Ses pieds meurtris par les cailloux du sentier, elle préférait marcher sur l’herbe, même si celle-ci recelait son lot de surprise. Il était tôt, très tôt, un bâillement lui annonça qu’il lui tardait d’aller dormir un peu. Quelques minutes de marches plus tard, elle reconnut l’endroit et se hâta d’en retrouver ses vêtements. Tous présents, heureusement. Rentrer nue chez elle ne faisait pas partie de son programme, les papys et mamies risquaient une attaque pendant leur promenade de santé journalière…

Commençant à enfiler ses sous-vêtements, un bruit suspect la mit en alerte. Il y avait quelqu’un… qui approchait. Se hâtant, la demoiselle regarda rapidement dans la direction d’où il provenait pour tomber nez à nez sur une vieille connaissance. A cette heure de la matinée. Un mauvais souvenir lui revint en mémoire alors qu’elle enfilait son haut rapidement. Attendant qu’il se trouve plus proche, elle ne gêna pas pour lui comprendre le fin fond de sa pensée. On ne change pas les vieilles habitudes, même si ce ne sont pas des manières à adopter lorsque l’on ne s’est pas vu depuis longtemps.

« Tu es sérieux là ? Tu te souviens de ce que tu as reçu la dernière fois que tu m’as surprise nue ? »

Souviens-toi de cette gifle que tu as pris en pleine tronche… souviens toi ... bah tu vas prendre la même si tu continues !
Nathan. Que faisait-il là ? Il y avait un million d’endroits où Aeryn n’allait jamais et il fallait qu’il se trouve à cet instant précis à cet endroit-là ! Il l’avait fait exprès, c’était certain. Ah, les hommes ! La jeune femme ne voulait pas le voir, faisait en sorte de ne jamais le croiser ni même le trouver volontairement pour éviter justement de se retrouver face à lui et de … rougir comme une adolescente. Loin de là l’idée de perdre ses moyens, cette teinte n’était qu’un seul signe qui la trahissait. Du reste, la métamorphe ne se laissait pas abattre par sa présence, plutôt mourir ! Mais il l’énervait.

« Mais, mais arrête, retourne-toi, laisse-moi un peu d’intimité merde ! »

Sa patience n’était pas son fort, Aeryn n’attendait pas pour enchaîner directement et s’énerver facilement. Il le voulait vraiment, son poing dans la gueule ! De quoi attiser quelques souvenirs, au cas où il aurait oublié… et ce n’est pas parce qu’il la connaissait nue qu’il avait tous les droits, on ne poussait pas mémé dans les orties ! En plus, ce crétin ne lui facilitait pas la tâche, elle qui voulait l’oublier …
Revenir en haut Aller en bas
 

I hate you as much as I love you [Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kari ; i love you too new york city.
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» Vampire Love
» Tainted love.
» MADEMOISELLE ADAMS ◮ Yeah, Yeah ! This Is Love. (a)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-