AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A knife in the dark [Wayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: A knife in the dark [Wayne]    Ven 19 Sep - 1:43

Les mauvaises journées commencent ainsi : tout ne se déroule pas comme prévu. Se poursuivent avec autant de poisse et de malchance qu’elles ont démarrées. Comme-ci tous les problèmes s’étaient décidés à agir le même jour, si possible à la même heure. Au final, on ne se pose même plus la question : l’on attend le prochain cataclysme. La journée, on la souhaite s’écourter le plus vite possible pour que le lendemain efface l’ardoise, comme un nouveau commencement. Aeryn ne la sentait pas, et elle avait pour ainsi mal démarrée. Une vente aux enchères d’où elle n’avait pas pu rafler ce les objets de convoitise et la voici qui était maussade pour le reste de la journée, sans compter sur son banquier qui lui demandait une somme astronomique qu’elle avait pour ainsi dire payée, de quoi la mettre hors de ses gonds. Sa salle de bains s’était retrouvée inondée à cause d’un tuyau bouchée, chose qu’elle constata en rentrant, Aeryn fut enchantée d’éponger le tout ! Qu’allait-il lui arriver cette fois encore ?

Le bouquet final, l’apothéose, se présenta pourtant. Il ne manquait plus que ce sentiment pour que sa journée soit fondamentalement pourrie du tout au tout. Feuilletant son courrier, elle tomba sur une lettre écrite par sa sœur, cette lettre qui avait été perdue et n’était jamais arrivée dans les temps. Les timbres présents montraient tous les pays par lequel cette lettre était passée. Il n’en fallut pas davantage pour qu’Aeryn ne fonde en larmes. Il ne lui était actuellement pas possible d’ouvrir l’enveloppe et la lire, l’écriture fine et ronde suffit à lui faire comprendre qu’elle venait de sa petite sœur. Dans ses moments de tristesse, venaient ensuite la colère, et la haine. Celui qui avait fait cela. Le visage de Wayne fut clair dans son esprit, et suffit à l’énerver. Des larmes de colère. Des larmes de haine. Elle voulait le tuer, le désirait mort plus que tout. Lui prendre la vie qu’il avait prise à sa sœur. Une vie pour une vie. La rancune était tenace et forte. Aeryn ne trouverait de calme que lorsqu’elle aurait satisfait sa vengeance, en réglant le compte de Wayne. Même si la colère, la haine et la douleur parlaient, Aeryn n’avait rien d’un assassin. La journée avait été pourrie, autant y aller. Aveuglée par toute cette rancœur, elle se décida pour une petite visite à Wayne. A cette heure-ci, elle le trouverait encore dans sa boîte de strip-tease. Ses horaires, elle les connaissait pour l’avoir fréquenté et s’être fait avoir comme une cruche. Parmi tout ce beau monde, elle pourrait l’approcher sans trop de difficultés, il suffisait d’y être au bon endroit au bon moment. En cas de pépins, il y aurait du monde autour d’eux pour éviter les débordements, Aeryn n’était pas sans oublier de quoi cet homme était capable. Attaquer peut-être, couvrir ses arrières… immanquablement.

C’est vêtu de vêtements sombres qu’elle s’engouffra dans les rues dans les rues de la ville vers le Little Darlings. Couteau en poche, Aeryn n’avait aucune idée de la manière dont elle agirait. Voir cet assassin dans le blanc des yeux, le voir et faire quelque chose pour se venger. Cet acte était pour le moins des plus désespérés, cependant rester les bras croisés en lui laissant cette chance de vivre ne lui convenait pas du tout non plus. Cause perdue ou non, la jeune femme laissait ses pas la guider, peu décidée à rebrousser chemin. Au fond, elle ne savait pas qui elle était vraiment, ayant toujours joué des rôles plus ou moins différents pour obtenir de quoi subsister ; dans le fond mentir et manipuler faisaient partis de ses points. Etait-elle une fille bien ou au contraire une femme qui ferait tout pour parvenir à ses fins ? Aucune idée, mais ce dont Aeryn était certaine ce soir-là, c’est que Wayne ne s’en sortirait pas aussi facilement. Les vigiles la laissèrent facilement entrer, après tout elle était une femme et n’était ni droguée, ni saoule. Incroyablement sobre. Mauvaise. Haineuse. Rancunière. En colère. Le cherchant des yeux, la jeune femme mit quelques minutes à le trouver, le temps de s’habituer aux lieux et de repérer son emplacement. Il y avait la foule, c’était parfait. Elle qui hésitait venait de retrouver son courage, se disant que personne ne pourrait la voir avec tout ce monde. Se frayant un chemin jusque Wayne, elle l’aperçut de dos, il ne pouvait pas la voir. La foule était dense, personne ne verrait son geste. Avançant petit à petit, elle parvint à sa portée et se tint prête. Une seule hésitation pouvait lui faire perdre un temps précieux. Sans réfléchir, elle lui planta son couteau dans sa cuisse. Le couteau s’enfonça dans la chair et en sortit aussitôt. Aeryn ne mit alors à partir dans le sens opposé pour déguerpir de là.
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1572
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A knife in the dark [Wayne]    Lun 22 Sep - 16:23


L'insignifiant flacon de verre vint heurter le bitume, réveillant brutalement le patron. Il sursauta, apeuré. Qui va là ? pensa-t-il pathétiquement avant de soupirer, agacé par ce qu'il était devenu. Les yeux bleutés du ministre scrutèrent les alentours à la recherche d'une réponse. Tel un enfant, il se frotta les paupières avant de se cramer une énième cigarette. Ses pieds reposaient paisiblement sur ce qu'il se plaisait à nommer bureau. Celui-ci était misérablement décoré d'un cadre photo de sa femme et de son fils défunts, entourés de cadavres de bouteilles d'alcool. Toute la paperasse reposait dans l'antre de Cora, plus apte à s'en occuper que lui. La mélodie bestiale du Little Darling's traversait les extrémités de la pièce, s'abattant sur ses tympans comme un feu d'artifice. Il sentait ses poumons encrassés sous sa douloureuse cage thoracique. Victimes d'un vice dont il ne se libérerait jamais. Tous ses mouvements étaient ralentis par la fatigue qu'il cumulait déjà depuis des mois. Il s'insinuait dangereusement dans la tanière de Lucifer. S'abandonnant totalement à la débauche. Miséreux et incapable, rongé par le manque. Des cernes d'asthénie apparaissaient timidement autour de ses sphères azurées, lui donnant l'apparence d'un cadavre sur pattes. Il n'avait plus la notion du temps, se fiant aux envies de sa carcasse et de son organisme plus que perturbé. Le bâton de nicotine vint posément s'écraser sur un cendrier à moitié fissuré. Celui-ci était habillé par les courbes sulfureuses d'une pécheresse inconnue. Bassiné et démotivé, il se dirigea néanmoins vers la sortie. Ce soir il recevait de grandes figures politiques. La plupart faisait parti de son entourage. Raison de plus de ne pas s'avachir. Il avait gentiment demandé l'aide de la nécromancienne. Le but étant de faire de la bonne publicité au club. Mettre ses atouts en valeur n'était pas négligeable. Bien évidemment, il se doutait qu'elle ne serait pas facile à gérer, mais si elle ne contrôlait pas la soirée, il ne le ferait pas non plus.

Il s'était glissé derrière le comptoir, observant le changement radical dans le comportement de ses serveuses. Pourtant, ce n'était pas lui qui fallait craindre. Di Mercurio était bien plus impressionnante et glaciale. Il suffisait d'un regard pour vous clouer le bec. Wayne, lui, n'accordait pas d'importance à ces choses là, un verre de scotch faisait son bonheur. Il en dégusta quelques uns avant d’apercevoir l'entrée impériale de ses acolytes. Gras, empotés et dépravés, portant des vêtements de couture. Le sorcier avala d'un trait le contenu anesthésiant de son troisième verre. Remis sa cravate en place, ajusta son costume et les rejoignit à grandes enjambées. « C'est un plaisir de vous accueillir au Little Darlings ! N'hésitez pas à réclamer mes conseils, je connais tous mes meilleurs produits. J'en ai même des favoris si cela peut vous être utile. » Quelle enflure ce Sudworth. Il n'y avait que lui pour traiter ses danseuses comme des objets. Cela n'avait pas l'air de poser problème aux quatre fantastiques. Il aurait juré que celui tout à fait à droite venait d'essuyer sa bave dégoulinante. Le plus trapu venait, d'après ses dires d'avoir un coup de cœur pour la jolie brunette aux mèches rouges flamboyantes. « Monika ! Viens ici chérie. » Obéissante, la ravissante russe se retrouva dans les bras de son supérieur. A ses pieds, de grandes cuissardes sublimant la finesse de ses cuisses. Le noir intense des bottes s'accordant avec son petit ensemble, laissant entrevoir le bout de ses seins exquis. « Je vous l'offre en privé, mais attention. Si j'apprends que vous la touchez, que vous tentez quoique ce soit, je serai ravi de m'entretenir personnellement avec vous. » Sur ce ton menaçant, les doigts de sa main gauche vinrent se glisser à l'intérieur de la lingerie de sa partenaire, lui volant un petit sourire et un frisson de désir. Lui seul était le maître des lieux, lui seul avait le droit de caresser ses strip-teaseuses. « Va maintenant. » Ordonna-t-il en lui tapotant les fesses, mais avant qu'elle n'eut le temps de réagir, le magicien s'écroula, se retrouvant à genoux.

Sa première pensée fut pour l'enfoiré ou la garce qui venait d'être la cause de son énorme lésion à la cuisse. Qui que ce soit, cette personne souffrirait dès l'instant où il retrouverait ses esprits. Il se sentait humilié, déstabilisé. Il était fou de rage. Son cri de douleur s'étendait sur toute la grande salle, faisant taire les employés, les belles sirènes et même la musique. Tous les regards s'étaient posés sur le propriétaire. Les groupies étaient venues à son secours, mais il avait suffit d'un regard pour les en dissuader. Il cherchait Cora des yeux, elle avait disparue. Était-elle venue au moins ? Elle arrivait, cette colère incontrôlable, mélangée à la folie de l'alcool. C'était trop tard, cet acte de couardise avait déclenché la tempête. Le ministre était devenu indomptable. Ses sphères d'un bleu limpide étaient animées par l'animosité. Il réussit à se remettre debout, avançant tel un handicapé vers cette silhouette qui semblait défiler plus vite que les autres. Un gémissement se glissa entre ses lippes lorsque son poing se referma autour du bras du malfaiteur. Il l'obligea à se retourner, faisant pression sur son membre. Le crétin avait une longue crinière d'ébène. « Aeryn ? Mais... » Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, sa morsure le rappelant à l'ordre. Il s'accrocha péniblement. « Je vais t'éventrer espèce de saloperie. Tu passeras le bonjour à ta chère sœur. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A knife in the dark [Wayne]    Mar 23 Sep - 22:58

Le couteau n’avait pas manqué sa cible, se ruant directement dans la chair de sa victime. Avec rapidité, la lame s’était enfoncée dans la cuisse sans grand effort, aucun os n’ayant été touché. De la chair, uniquement. Qu’il était simple de faire du mal aux autres, lorsque l’on y pensait. Aeryn avait agi en tant que telle, pour faire payer, et ne trouvait pas son geste était encore trop violent en comparaison à ce que Wayne lui avait fait. Pardonner ne serait jamais à sa portée, elle le haïrait pour toujours, cet homme n’aurait jamais le courage et la sincérité de la demander de toute façon. Et puis, elle ne l’accepterait pas, tout simplement parce sa faute était impardonnable. Il ne pourrait pas lui ramener sa sœur, elle ne l’excuserait jamais pour son acte. Et ce qu’elle venait de lui faire ? Pas encore assez fort pour lui. Ce ne serait jamais suffisamment douloureux pour lui faire, et la mort ne lui apporterait qu’un apaisement qu’elle ne souhaitait pas lui offrir.
Voir Wayne s’effondrer dans son propre établissement avait de quoi impressionner. Aeryn n’avait pas le temps pour ce spectacle-là. Méfait accompli, le couteau avait été mécaniquement retiré de la jambe, la lame passée à travers un morceau de tissu et rapidement rangée. Ni vu, ni connu, sauf pour sa victime. On ne regardait que lui maintenant, après le cri de douleur qu’il venait de pousser. Elle n’aurait pas pensé qu’il avait autant de voix d’ailleurs, il avait même été entendu avec toute cette musique. Pas le moment de penser à cela. La musique venait de s’arrêter, tout le monde avait cessé de parler d’ailleurs. Comme si la soirée venait de prendre fin au cri du propriétaire. Aeryn ne pouvait lui cette prestance et la crainte certainement qu’il avait auprès de tous ses employés.

On peut toujours croire que l’on peut échapper à Wayne. Même la jeune femme le pensait, cependant ce dernier ne l’aurait pas laissée filer ainsi. Elle l’avait prévu et pourtant, le coup ne fut pas suffisamment pas fort et la foule trop dense pour qu’elle puisse sortir de la boite de strip-tease sans qu’il ne la suive davantage. Elle dut se retourner et lui faire face, croisant son regard bleu limpide et son visage enragé. Qu’il pouvait être horrible à faire cette tête-là. La surprise put se détecter lorsqu’il sut qui elle était, et pourtant elle ne lui répondit pas, ni n’approuva ses mots. Oui et alors, comment pouvait-il ignorer qu’elle ne voudrait pas un jour lui faire payer ? Elle avait perdu une sœur par sa faute, ce n’était pas une personne en qui elle se fichait, c’était son sang, et une personne chère à ses yeux qu’elle avait promis de protéger, quoi qu’il lui en coûte. Elle se retrouvait maintenant à dévisager son assassin dans la prunelle de ses yeux, défiant son regard et faisant exploser sa colère.

« Bah vas-y. Tu ne sais faire que cela de toute façon. Détruire et encore détruire. »

On pouvait même la jouer à la course poursuite. Pas sûr qu’il ne tienne bien longtemps. Aeryn avait un avantage sur lui, il en avait un sur elle. Voilà qui semblait quelque peu plus équitable qu’à l’ordinaire. Ce qui était assez surprenant, c’est que personne ne semblait vouloir les déranger, l’un comme l’autre. On ne touchait certainement pas à la vengeance personnelle de monsieur Sudworth. Et puis ce n’était qu’une femme, il n’en ferait certainement qu’une bouchée. Ah oui, tiens. Qu’il essaye donc.
Se retenant de lui balancer des saloperies en pleine figure, elle attendait qu’il agissait. S’enfuir maintenant serait trop lâche, elle venait de se faire prendre. Peut-être qu’au fond, elle voulait le défier du regard et lui balancer tout ce qui lui pesait sur le cœur. S’approchant de son oreille, elle voulut lui ajouter un petit mot à part, un petit quelque chose qui lui était réservé.

« Tu peux toujours chercher à m’éventrer, vas-y. Prépare-toi à morfler. »

Si elle trépassait par sa main, elle tâcherait de lui laisser un souvenir des plus douloureux et cela ne se résoudrait pas à un simple petit coup dans la cuisse, ce n’était qu’un simple amuse-bouche.


Dernière édition par Aeryn Elyatis le Jeu 25 Sep - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1572
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A knife in the dark [Wayne]    Mer 24 Sep - 17:19


Ses sphères bleutées se détachaient dans l'obscurité de la pièce. Une haine viscérale vint illuminer ses pupilles traduisant toute la hargne qui s'était emparée du ministre. Plus forte que son aversion, sa souffrance. Cette affliction insoutenable paralysait tous ses sens. Les traits de son visage parcouraient l'esprit du sorcier, une lame imaginaire se plantant dans la moindre parcelle de sa peau. Cette figure féminine, odieuse. Protagoniste de son humiliation et de son amertume. Sa main était plaquée contre sa cuisse dans l'espoir de stopper l'hémorragie. Ce n'était pas une blessure superficielle, la garce avait pris soin de bien planter son arme blanche. Il allait devoir y mettre beaucoup d'énergie personnelle pour se soigner, chose qu'il ne pouvait pas se permettre de faire tout de suite. Il fallait pourtant trouver un endroit intime pour y procéder, mais se consacrer à la guérison de sa plaie signifiait qu'il devait se contenter du minimum face à la charmante grecque. Ainsi soit-il. Une bonne paire de gifles et l'affaire serait réglée, du moins se plaisait-il à le croire. Il aurait du l'achever tant qu'il était temps. Envoyer les deux soeurs en Enfer. Il se trouvait maintenant pourchassé par une hystérique en deuil. N'avait-il déjà pas assez de problèmes ? Il fallait qu'en plus on lui coltine une pseudo Xena pour lui botter le cul. Quelle merde. Dramatique en plus. Sudworth se trouvait dans un joli merdier. Pas étonnant que son ancien mari veuille en finir. Il serait devenu timbré à force et l'illusionniste devrait faire attention à ne pas succomber à son tour. « Putain, mais ferme la ! Epargne moi tes discours mélodramatiques. » Un gémissement vint rendre son souhait pathétique. Un boiteux qui donnait des ordres, pas étonnant que ses employés l'observent avec un sourire en coin. Il ressentait cette gêne croissante. Ce silence perturbant qui venait assombrir l'ambiance déjà assez angoissante. Le regard pesant de ses collègues du Conseil, rempli de préjugés et de reproches. Quelle honte ! Il n'avait pas ressentie cette avanie depuis la fameuse vidéo. Ce n'était que des images, certes pas trafiquées, mais il pouvait démentir, se dissimuler derrière le côté vicieux de Danny Connard. Ici, tout était différent. C'était réel. Il était littéralement confronté à tous ces individus, le jugeant et le fixant comme s'il avait une bête de foire. Ils attendaient. Impatients et curieux, ils voulaient tout savoir. Quelle serait la réaction du grand patron ? Bonne question. Si les témoins n'avaient pas été aussi nombreux, les tripes d'Elyatis serviraient de décoration au comptoir à l'heure qu'il est. « Tu peux jouer la guerrière devant tes petits copains, mais tu es bien placée pour savoir qu'avec moi ça ne marche pas. Alors tu peux foutre tes menaces là où je pense. »

Un imbécile venait d'applaudir, rajoutant un sifflement des plus puériles. « Vous n'avez pas de quoi faire ? Bougez-vous avant que je vous mette tous à la porte bande d'abrutis ! » La colère était palpable, mais il avait suffit quelques mots pour que tout le monde se remette à ses occupations. Confus, le sorcier fit demi tour pour constater que ses acolytes avaient disparu. Encore mieux. Le lendemain, cette affaire serait certainement dans toutes les bouches politiques. Il passerait encore pour le vilain petit canard. Le crétin qui a du mal à s'entretenir avec la gente féminine. Il venait de leur prouver que ce n'était pas tout à fait faux. Il se saisit du poignet de la jeune femme, l'obligeant à le suivre. Il était désavantagé avec sa jambe et demi, mais il l'a serrait si fort qu'il lui était impossible de se dégager. Il profitait d'ailleurs pour lui planter les ongles dans l'épiderme, histoire de se mettre dans le bain. Ils se retrouvèrent dans une des salles privées. Il l'a balança sur l'un des canapés, refermant la porte derrière lui et prenant place dans l'un des sofas. Il se sentait ridicule. Tel un infirme à la guise de la petite brunette. Il se trouvait plutôt docile et pourtant son courroux dépassait les limites du raisonnable. Ce fut avec difficulté qu'il retira sa veste de costume, l'entourant autour de sa lésion pour limiter les dégâts. « Qu'est-ce que tu attends de moi ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A knife in the dark [Wayne]    Jeu 25 Sep - 0:50

Aeryn ne pouvait expliquer son acte ni son geste, penser à Wayne lui donnait suffisamment de migraines pour la semaine et lui donner trop d’importance ne faisait pas partie de ses priorités. L’attaquer directement là où il avait tous les projecteurs braqués sur lui, là où il était le maître des lieux n’était qu’une humiliation supplémentaire à sa vengeance première. Il fallait avoir ce culot, il fallait oser s’en prendre au patron. Comment pourraient réagir les employés suite à l’attaque de leur bien aimé employeur ? Un videur aurait eu suffisamment de force pour la défigurer et la foutre dehors en vol plané. Et pourtant, pas un ne se mit en travers de son chemin pour l’empêcher d’approcher de trop près le patron, pas un pour l’arrêter et proposer à Wayne de s’en charger à sa place. Pas sûr qu’il soit vraiment apprécié finalement. Aeryn n’aurait jamais accepté de travailler sous son compte, à se demander pourquoi. Pour sa propre défense, elle se permit de reprendre Wayne avec froideur.  

« Pas mes copains. Tes sbires. »

Aeryn se montrait encore polie, car elle aurait pu ajouter quelques petites paroles peu sympathiques à l’égard de Wayne. On ne pouvait pas dire que ses employés étaient fidèles à leur employeur. De la provocation, encore et toujours. Comment agir autrement quand tout ce qu’elle pouvait voir en Wayne n’était que haine et mépris ? La plaisanterie avait assez durée, le spectacle était terminé. D’un geste vif, Wayne ne laissa pas d’échappatoire à Aeryn qui dut le suivre dans une pièce à part. Sentant ses ongles transpercer son épiderme, elle ne broncha pourtant pas et le laissa l’emmener. Une confrontation aurait forcément dû avoir lieu, tôt ou tard. Autant voir pour maintenant, non ? Aeryn ne pouvait pas y échapper, autant y aller, d’autant qu’elle n’oubliait pas avoir affaire à un handicapé du genou qui allait laisser sa plaie s’infecter le temps de leur petite discussion au lieu de faire comme tout le monde et de se rendre aussi rapidement que possible aux urgences. Qu’il se fasse amputer de la jambe serait plutôt comique !
Se retrouvant sur un des canapés, elle le regarda panser sa plaie avec difficulté sans broncher. Qu’il se débrouille, il ne recevrait aucune aide de sa part, c’était sa jambe, son problème.

« C’est au-dessus de tes moyens. Tu ne peux pas me rendre ma sœur »

Ce qu’elle voulait, en fin de compte. Revoir sa sœur, lui demander de lui pardonner pour l’avoir foutue dans cette merde et surtout la voir vivre et s’épanouir, non enterrée dans un cimetière. On ne peut ressusciter les morts et quand bien même les sorciers le pourraient, ce n’était pas en zombie qu’elle voulait la retrouver, mais de chair et d’os, avec son sourire, ses mimiques, sa joie de vivre. Et ce regard remplit de mépris n’en finissait pas de fixer avec intensité Wayne. Sa franchise fut directe. Ce qu’elle voulait ne lui plairait pas.

« Actuellement, c’est te voir souffrir que je veux. Que tu aies mal, que tu ressentes de la douleur, car tu as beau en créer autour de toi, tu ne sembles même pas la subir. Je veux que tu vois ce que cela fait. »

Pour ce soir, c’en était terminé, mais les menaces de la jeune femme ne se prenaient à la légère. Wayne ne dormirait pas tranquille car elle veillerait au grain. Ses actions, ses agissements, rien ne demeurait à l’instant planifié. A son image, par impulsion, par sautes d’humeur, elle agirait. Ses menaces n’étaient certainement que vaines et fausses, qui sait ? Aeryn elle-même ne savait pas encore. Ne pas savoir vraiment qui l’on est, c’est, au fond, comme jouer à un jeu : Cap ou pas cap. Le reste, on verra plus tard ce qu’il se passera.  Avec Wayne, cela avait toujours fonctionné ainsi : si la haine l’emportait sur le reste, il y avait eu ces moments où Aeryn ne s’était nullement comportée de la sorte…
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1572
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A knife in the dark [Wayne]    Ven 3 Oct - 2:33


Il retenait un cri de douleur au fond de sa gorge, voulant exprimer son amertume. C'était une torture, mais ses rétines lui renvoyait un bien pire mirage. L'image de la renarde, le contemplant, un sourire satisfait sur ses lippes répulsives. Il se retenait, sa souffrance à la cuisse avait des avantages. Sans ce malheureux épisode, le cou de la miséreuse serait en train de se décomposer entre ses phalanges. Il aurait fallu agir plus tôt et proclamer la légitime défense. Il était trop tard maintenant pour regretter sa conduite. Quoiqu'il en soit, il était tellement craint et détesté qu'il n'était pas sûr que ses employés prennent sa défense. Surtout les femmes. Aussi admiratives soient-elles pour son physique, elles n'étaient pas moins dupes. Voyant clair dans le jeu de leur patron. Ces créatures n'étaient que de vieilles poupées de chiffon qui faisaient grimper son chiffre d'affaires. S'il se montrait possessif avec quelques unes, ce n'était qu'une question de principe et d'étiquette. Il fallait suivre la démarche du patron exemplaire. Ce n'était pas très crédible étant donné ses soirées prolongées au comptoir de son club. Les clients ne se doutaient même pas que c'était lui le propriétaire, bien trop alcoolisé pour gérer tout un business. C'est là que Di Mercurio intervenait. Que ferait-il sans elle d'ailleurs ? Il allait subir son courroux. Ce petit spectacle de mauvais goût n'arrangeait en rien la réputation du Little Darlings et elle pouvait raconter ce qu'elle voulait, il savait qu'au fond elle y tenait un minimum. Il était justement en train d'essayer d'arranger les choses, il aurait pu devenir totalement hystérique et achever l'indésirable invitée. Au lieu de ça, il se tenait face à elle, souffrant le martyr et tentant de garder le self control. « Je ne peux pas te la rendre, mais je peux trouver un moyen pour que tu puisses communiquer avec elle. » Calomnies. Quel personnage ce Sudworth. Un être à part entière issu d'une famille complexe et complètement conçu à partir de mensonges. Un vrai scélérat. Un brigand qui essayait de sauver sa peau. Il n'estimait n'avoir rien à craindre de cette fillette. Il l'a sous estimait à tort.

Il avait vécu avec ce meurtre sur sa conscience. Il avait passé de longues nuits sans trouver le sommeil, la tête entre les mains, se lamentant sur son comportement indigne. Il avait fait saigner une innocente. Une gamine qui n'avait rien demandé. Lui, le justicier croyant remettre un peu d'ordre dans ce bas monde. Et malgré ses talents de magicien, elle ne l'avait jamais hanté. Il n'avait jamais ressenti la présence de la cadette d'Elyatis. Elle continuait de vivre dans le cœur de sa sœur aînée, mais elle vivait aussi dans son esprit à lui. Il avait réussi à s'en débarrasser, mais l'arrivée d'Aeryn réveillait de vieux démons. Coriaces et impitoyables, l'obligeant à se remettre en question. L'avouer devant sa rivale venait à le forcer à assumer ses actes. Il refusait d'endosser ce rôle, il continuerait à porter ce masque impassible, faisant de lui un homme aride et sans scrupules. Cette froideur se fit ressentir dans la mélodie macabre de son rire. Réponse aux reproches classiques de la jeune femme. Et pendant qu'il partait dans son délire, sa jambe continuait de le faire souffrir mille morts. Un petit rappel à l'ordre qui lui vola un gémissement de douleur. « Tu es tellement hilarante. Tu m'avais manqué. » Une pause, pendant laquelle il chercha son paquet de cigarettes, un sourire ironique au bord des lèvres. « Je ne comprends pas pourquoi il a voulu que je t'achève. Tu es de très bonne compagnie pourtant. » Il se saisit de son bâton de nicotine, ses rétines polaires toujours posées sur son ennemie. L'expression de son visage se fit plus sévère, accompagnée par une grimace lorsqu'il essaya de se lever. Il s'approcha de la métamorphe, réduisant la distance entre eux deux. Sa main libre vint se poser sur le dossier du canapé qui servait de coussin au joli fessier de la renarde. Il réduisit un peu plus la distance, son front collant le sien. « Cela suffit. Tu as intérêt à bien écouter ce que je vais te dire et je te conseille de laver la merde que t'as dans les oreilles parce que crois moi, je n'aime pas me répéter. » Il expira, ses avertissements se mêlant à la voluptuosité de la fumée de sa cigarette. « Amuses toi à débarquer ici encore une fois et m'humilier devant mes employés et devant mes clients. Amuses toi à chercher à me joindre, à m'harceler dans le seul but de mettre fin à mes jours... et je te jure Aeryn Elyatis qu'à partir de ce moment là, tu es une femme morte. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: A knife in the dark [Wayne]    Ven 3 Oct - 9:00

Il lui dit quelque chose qui pouvait l’intéresser. Quelque chose qui attira son attention et ne put s’empêcher de montrer son étonnement là-dessus, y croyant faussement. La générosité de Wayne était-elle aussi grande que cela ? En était-il seulement capable même. Cela eut le mérite de mettre le doute dans son esprit, de faire poser quelques questions, d’envisager la possibilité d’une telle éventualité… Aeryn ne dirait pas non à une proposition pareille.

« Ah bon ? Explique »

N’en démordant pas sur ses positions, la jeune femme était pourtant curieuse de ce qu’il allait bien pouvoir lui raconter. Lui promettre monts et merveilles pour bluffer et l’avoir dans sa poche. Qu’il tente, qu’il essaye, cela ne fonctionnerait pas avec elle, cette période-là était terminée. Une fois le masque tombé, difficile de ne plus penser à ce que l’on risque de retrouver derrière… trop tard, le mal est fait, les dés sont jetés. Wayne avait signé son acte de mort en tuant Rachel… et il allait allègrement le regretter. Aeryn ne s’arrêterait pas de sitôt et si son attaque avait été un peu trop publique dirons-nous, la prochaine fois qu’elle l’aurait mauvaise, ce serait au moment où sa vulnérabilité serait à son paroxysme.

« Tu crois vraiment que ça m’amuse ? »

Le ton était froid, sec. Aeryn avait tiqué ses propos. Sans déconner, il croyait quoi, que c’était son passe-temps préféré ? Inutile de dire qu’il connaissait commencer à lui chauffer les oreilles celui-là. Néanmoins, elle conservait un avantage de taille, et il ne pouvait pas le nier, visiblement devenu un infirme à première. Qui plus est préférait parler plutôt que de se soigner… Il verrait quand la gangrène arriverait, en serait des plus ravis ! Il avait certainement encore du temps devant lui, la jeune femme n’était guère médecin, cela se saurait.


« Tu sais ce que je réponds aux menaces ? Vas te faire foutre. Je croyais que tu me connaissais mieux que cela… » Elle fit mine de réfléchir. « Ah mais je suis bête, le cerveau tu t’en fous tant que tu prends ton pied … »

Elle ne pouvait dissimuler sa déception. Wayne était censé la connaître un minimum… ah non il ne faisait que coucher, oups, quelle fatale erreur d’avoir seulement pensé qu’il écoutait un peu ! Provoquer, une des seules armes qui la contentait. Wayne ne pouvait rien faire, faiblard qu’il était, autant en profiter pour lui balancer un seau d’eau froide en pleine gueule. Il aurait clairement pu appeler les flics et la faire embarquer ; non, Subworth réglait ses propres affaires lui-même. Rachel pouvait être morte, personne ne remonterait jusqu’à lui, l’affaire ayant été étouffée… ou le remords aurait très certainement détruit ce cher petit patron de boîte de strip-tease, harcelé de questions pour répondre de ses actes. Se calmant un peu, elle soupira.

« Dans le fond, qu’est-ce que j’y gagne à t’écouter ? J’ai déjà perdu la personne qui m’était le plus cher… »

Les propos de l’homme, ses menaces, ne la laissaient pas indifférentes, quoi qu’en disait son visage impassible. Si personne n’osait contrarier de trop près Wayne, c’était avec une raison derrière. Aeryn ne pouvait dire qu’elle le craignait. Il lui faisait quelque part un peu peur. Pourtant, elle s’était fait une raison de ne pas le craindre, meilleur moyen de lui tenir tête et d’avancer. Il n’était en fin de compte pas si impressionnant qu’il n’en avait l’air… même s’il dégageait une certaine prestance, une allure qui poussait au respect et à la crainte. Pour elle, ce n’était pas le meilleur moyen de gérer ses employés, et cela montrait finalement le manque d’assurance du type à comprendre les autres… et à s’excuser. Parce que là, Aeryn pouvait toujours crever pour que Wayne lui fasse de plates excuses, ou même montre une certaine compassion pour ce qui s’était passé. L’accident pouvait être justifié mais si le gars derrière faisait mine de rien…

« Au lieu de discuter, tu devrais t’occuper de ta jambe si tu ne veux pas la perdre … »

La faute à qui hein ? Aucun regret, rien qui ne se lise sur son visage pour justifier son geste. Ce n’était rien, rien qu’un petit coup dans la jambe. Le grand Wayne allait s’en remettre, ce n’était pas la mort ! Enfin, pas encore…
Revenir en haut Aller en bas
 

A knife in the dark [Wayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [VX]Dark earth[Stopper]
» Dark Angel =]
» I follow you into the dark - Exotic
» Naruto-Dark-Shinobi
» Dark-Graph

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-