AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Ven 19 Sep - 14:27







The Silent Comedy



Aeryn Elyatis & M. Ruby Moriarty








Loterie du RP




« Oh my god
Please help me, neck deep in the river screamin' for relief
He says, it's mine to give, but it's yours to choose
You're gonna sink or swim, you're gonna learn the truth
No matter what you do you're gonna learn the truth sayin'
»

Chaleureux et spacieux, le Old Absinthe House offre bien des possibilités attrayantes. Mais c'était sans compter sur la mauvaise surprise à laquelle vous deux, mes petites, allez être exposées. En quête d'un instant de distraction, il me semble que vous vous ayez choisi toutes deux le mauvais endroit au moment mauvais. Des anarchistes à l'âme damnée, croyant en leurs convictions comme un bambin croit au Père Noël, ont en effet décidé de prendre en otage les clients du café. Épisode tragique au scénario de mauvais goût, vous entraînant dans une spirale infernale dont la fin semble à des années lumière. Un véritable guet-apens vous englobant tous les deux dans une situation des plus embarrassantes. Le meilleur moyen selon ces terroristes de faire entendre leurs revendications, dans ce lien très prisé par tous les puissants œuvrant pour la dictature en place. Vous pensiez que les morts-vivants étaient les plus dangereux ? Attendez de voir ces hors-la-loi manier leurs armes comme les japonais manient leurs complexes baguettes.

Ordre de Passage:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Lun 22 Sep - 12:10

Ruby † Aeryn

Et après cela on se demandait pourquoi Ruby mettait rarement les pieds hors du Masquarade ?! Pour fois, elle avait pris sa journée rien que pour elle, pour ne plus pensée à ses problèmes, à ceux du cabaret et pour être aussi loin que possible d’Aiden. Quoi de mieux pour se changer les idées qu’un des endroits les plus mythiques de la ville, le Old Absinthe House, la sorcière s’y sentait un peu chez elle, pourtant ce n’était pas un endroit qu’elle fréquentait mais elle aimait la convivialité du lieu et puis il n’y avait rien de meilleur pour le moral qu’un bon verre et une bonne main pour la partie de carte en cours. C’était dans cet optique que la jeune femme avait passé les portes du café, s’était assise et avait entamé une partie de poker. Elle n’était pas particulièrement bonne à ce jeu ou chanceuse plutôt parce qu’elle parvenait parfaitement à cacher son jeu et que jouer de l’argent avait un côté amusant mais ce n’était pas son objectif principal ce jour, simplement de passer un bon moment en se vidant l’esprit et au début cela avait plutôt bien fonctionné. Elle avait un full et attendait que la mise monte un peu pour abattre ses cartes quand une troupe de dégénérés anarchistes, rebelles ou quelque chose du même genre, elle n’en avait cure, avait débarqué et ruiné la fin de son après-midi. Elle la maudit à voix baisse mais garda sur le visage un air blasé qui ne plut pas le moins du monde à l’un d’entre eux qui lui ordonna de baisser les yeux. Elle la roula plutôt mais fini par obéir si cela pouvait les faire partir plus vite.

Face contre un des murs, les mains avec les doigts bien écartés contre le bois elle soupira bruyamment. Pourquoi fallait-il toujours que cela tombe sur elle ?! Les revendications et toutes ses conneries, ces types n’avaient pas mieux à faire de leur journée que d’embêter les honnêtes gens ?! Il fallait croire que non. Pourtant Moon savait qu’elle aurait dû avoir plus peur que cela, ils étaient armés jusqu’aux dents, et les idiots sans peur étaient les plus dangereux, mais elle était bien trop agacées pour penser à toutes les ramifications. Le seul point positif de la situation était que si cette moquerie de prise d’otage s’étendait dans la durée, son associé devrait s’occuper tout seul de l’ouverture du bar et cela lui ferait les pieds ! Elle soupira de nouveau pendant que celui qui devait être le chef expliquait pourquoi il faisait cela, pour attirer l’attention des puissants de ce monde et qu’ils n’hésiteraient pas à s’en prendre à eux et à abattre celui qui tenterait de jouer au héros et que tout le monde sortirait vivant si on les écoutait bien sagement.  « Pitié qu’ils me tuent en première que je n’ai pas écouté ses conneries plus longtemps… » Souffla-t-elle entre ses dents, s’adressant surtout à elle-même. Elle connaissait les dirigeants, du moins certains étaient clients au Masquarade et elle doutait fort qu’ils offrent la moindre attention à ce groupuscule et cette simple pensée aurait dû suffire à la terrifié, à la mettre face à la mort, mais depuis peu plus rien ne la touchait véritablement, toutefois elle ne risquerait pas véritablement sa vie non plus en faisait la maline face à des hommes armés, mais elle voulait simplement passé une journée sans problèmes, il fallait croire que c’était encore trop demander.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Mar 23 Sep - 22:00

Aeryn avait l’habitude de passer son temps dans certains bars et autres établissements de nuit. Véritable oiseau de nuit, il n’en fallait pas beaucoup pour l’attirer dans un de ces endroits plein de charmes de jour comme de nuit. Ces années étaient celles où elle devait en profiter un maximum, l’occasion se ferait moins présente par la suite. Pourquoi changer ses habitudes ? Pour découvrir de nouveaux lieux, pour le plaisir de pimenter le quotidien. Un attrait des plus séduisants, celui de par un coup de tête, franchir les portes d’un établissement que l’on croise trop souvent sans jamais y entrer. Pour être passé plus d’une fois dans cette même rue, devant ce même café sans jamais y mettre les pieds, se disant pourtant à chaque fois que la prochaine fois elle s’y rendra, Aeryn manquait une occasion de briser ce train-train habituel qui n’en finissait pas. Jusqu’à ce jour où, prise d’une envie irrésistible, la jeune femme se jeta à l’eau et en franchit les portes sans hésitation. Depuis le temps qu’il lui faisait de l’œil… autant essayer. Prenant place au comptoir, elle commanda une bière pression, celle dont le nom ne lui disait vraiment rien. Aujourd’hui était synonyme de découverte, autant ne pas faire les choses à moitié ! Elle ne fit pas attention aux autres clients de l’établissement, peu sociable envers les personnes qu’elle ne connaissait pas. On ne la dérangeait pas non plus lorsqu’elle buvait. On ne dérangeait pas…

Ce ne fut pas au goût des intrus qui pénétrèrent dans l’établissement avec des intentions autres que se rafraichir avec une bonne bière après le boulot. Armés jusqu’aux dents, ils prirent en otage l’établissement, ce dont Aeryn crut à une blague au départ. C’était un bar, pas une banque, bonté divine ! Et bien non, ils avaient la ferme intention de prendre tous les clients du café en otage, Aeryn ne faisait pas exception à la règle. C’est avec fermeté qu’elle fut arrachée à sa bière non sans qu’elle ne se mette à maugréer, vraiment pas contente. On ne la dérangeait pendant qu’elle buvait sa boisson, malotru. Mise contre un mur et surveillée par ses malfaiteurs, Aeryn ne bougea pas, surveillant de près sa boisson. Non mais il délirait ou quoi ? On ne touchait pas son verre ! En voyant le malfaiteur approcher de trop près son breuvage, trempant jusqu’à même les lèvres dedans. La jeune femme n’allait pas le laisser faire. Aeryn fit l’acte le plus stupide qui soit : insulter le buveur mal intentionné.

« Oh ! C’est mon verre, repose tes sales pattes.»

L’intéressé entendit, et même deux fois qu’une. Il reposa le verre sur le comptoir et s’approcha de celle qui avait ô combien osé ouvrir la bouche en état de faiblesse. Lui tournant autour comme si elle était un morceau de viande dans une vitrine, il ricana de bon cœur, ce bon vieux rire gras censé effrayer. Il poursuivit, visiblement amusée par ce haricot tout fin.

« Tu crois que tu vas pouvoir y faire quelque chose ? »

Aeryn ne supportait pas la provocation gratuite, surtout des personnes qui se prenaient pour les rois du monde. Sans réfléchir aux conséquences, surtout sans y penser même, elle assena un coup de pied bien placé au malotru, s’attendant à une riposte des plus sanglantes. Visiblement le jour des découvertes, la jeune femme ne se serait même pas crue capable d’attaquer un mec comme lui.

« Ma bière »

Aeryn aurait certainement dû ne pas agir, la tentation était pourtant trop forte. Sans plus attendre, elle se retrouva plaquée au sol avec fermeté, front contre le bois, tête maintenue avec fermeté. Sa tête prit un coup violent à l’en assommer. Ce ne fut pas son cas pourtant. L’acolyte avait rapidement réagi venant en aide à son collègue. Une diversion inestimable pour n’importe quel autre client du bar, à supposer que l’un d’entre eux se mette à réagir…

« Recommence et c’est ton joli minois que j’écorche »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Lun 29 Sep - 12:04

Dans ce genre de moment, à savoir une prise d’otage, il y avait toujours celui qui tenterait de jouer au brave, celui qui se croyait en mesure de sauver la situation, parce que tous les cœurs humains était rempli d’espoir. Et en ce jour Ruby cherchait qui serait cet abruti. Le patron du café, elle ne doutait pas qu’il avait de quoi se défendre et qu’en plus il devait être très offensé que son établissement soit la cible, mais un commerçant intelligent savait qu’il valait mieux perdre un peu d’argent que la vie. Même si dans ce cas précis, les braqueurs ne cherchaient pas des billets verts mais de l’attention. Elle aurait pu croire à une blague au début, même si avec sa chance, la sorcière ne s’étonnait absolument pas que cela se passe précisément dans le seul endroit de la ville où elle avait décidé d’aller pour s’offrir une petite sortie. Toutefois à son grand étonnement, ce ne fut pas un mais une héroïne ou plutôt une rebelle qui décida de jouer les troubles fête, interrompant en plus le chef de bande dans son discours moraliste. Et tout cela pour une pinte de bière. Moon s’étonnant chaque jour un peu plus de la bêtise humaine mais au moins cela faisait un peu d’animation. La demoiselle se prit une correction et Ruby soupira de plus belle.

Cela allait être encore plus long qu’elle le pensait si la violence s’en mêlait. Se disant qu’il était peut-être temps pour elle d’endosser le costume du héros du jour elle se décolla du mur mais garda les mains en l’air bien en évidence en signe de reddition et surtout pour prouver qu’elle n’avait pas l’intention d’agir comme la femme qui servait au choix de nouvelle serpillère ou alors se découvrait un penchant pour les surfaces planes. « Écoutez, tout le monde est sur les nerfs avec votre intervention mais je ne pense pas que recourir à la violence vous aidera à obtenir ce que vous voulez du gouvernement. Laissez-là venir se mettre avec nous contre le mur et pensez que s’il n’y a pas de victime le juge des peines sera bien plus gentil avec vous. » Ce n’était pas tant pour sauver la vie de cette fille que Ruby prenait ce risque mais autant profiter qu’elle était plus blasée que terrorisée par cette situation pour agir calmement. C’était avec logique qu’elle agissait, plus les choses se passaient en douceur et plus elles se passaient vite et Moony avait très envie de rentrer chez elle avant la tombée de la nuit. Cela dit son comportement ne sembla pas plaire non plus au meneur de jeu qui d’un claquement de doigt ordonna à un de ses hommes de se saisir d’elle.

L’empoignant par les cheveux il la mena devant celui qui donnait les ordres et ce dernier répliqua. « Tu insinues que notre combat est perdu ? » Il pensa certainement avoir l’air menaçant mais il n’était qu’un cloporte comparer à Aiden, et si lui ne lui faisait pas peur, personne ne le pouvait. « Pas du tout, simplement pour le cas où les choses tourneraient mal, il vaut mieux penser aux conséquences. » Elle se garda bien d’ajouter que c’était ce que faisaient les bons tacticiens, elle ne tenait pas à sortir de là avec la moindre cicatrice. Par chance, il sembla croire en ses paroles et fit signes de les relâcher toutes les deux et sans aucune délicatesses, les deux jeunes femmes se retrouvèrent de nouveau face contre le mur. Ruby regarda la brunette de biais se demandant si elle prenait un risque en lui disant que si elle recommençait elle la tuerait elle-même, mais se ravisa. Pas par peur de sa compagne d’infortune mais elle avait suffisamment attiré l’attention sur elle pour se permettre de reparler à haute voix. Si elle ne tenait pas à se prendre un gifle ou pire, elle ne tenait pas plus à quitter le Old Absinthe House les pieds devant. Si elle était parvenue à raisonner l'instigateur de cette merde quant à l’excès de violence, elle n’avait aucun doute sur le fait qu’ils n’étaient pas armés à ce point juste pour faire joli.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Mar 30 Sep - 9:26


La bravoure n’avait jamais été dans le sang d’Aeryn. Ce n’était pas ce qu’elle était. Tout est chacun aspire à en faire preuve un jour dans sa vie, comme pour se dire que c’est un bon moyen pour obtenir reconnaissance et pour se gratifier soi-même. Les situations sont nombreuses, les opportunités également. Pourquoi alors ne pas l’être finalement, et aspirer à la reconnaissance d’autrui ? Tout simplement par peur de terminer en morceau de jambon, ou par indifférence. Si la bravoure a été dans le sang d’Aeryn, sa sœur avait probablement encore été en vie. Cette culpabilité ne pouvait vraiment pas s’en aller, ce n’était pas possible. Toute la volonté du monde ne suffirait pas à la ramener, il était trop tard.
Disons que pour défendre des convictions puériles et montrer avec fierté qu’elle existait, la jeune femme n’hésitait pas à agir. Sa bière, point barre. On ne la faisait pas chier, quand bien même elle ne faisait pas le poids face aux assaillants, quand bien même elle manquerait de terminer en bouillie. Sa bonne étoile serait là, comme toujours, sa bonne étoile lui donnerait comme à chaque fois ce coup de pouce pour s’en sortir. Et puis sinon, elle se transformerait en serpillère et laverait le soir. Ou le salirait de liquide rouge, suivant la perception de chacun. Une mare de sang, ce bar allait devenir célèbre ! Alors elle se tut, sentant le danger trop proche, le risque trop grand. Pourtant, elle maudissait ces pauvres cons et leurs masques.

Pourquoi était-ce dont les femmes qui se mettaient dans les situations les plus dangereuses ? Depuis l’égalité des sexes, les hommes ne foutaient vraiment plus rien… ne sont-ils pas supposés avoir un peu plus de force et de capacité pour aider à sortir de la situation. Le gringalet, on peut l’excuser et encore, il a la tête d’un intellectuel, pourrait user de son cerveau ! Avec leurs airs pantois et patibulaires… d’un pathétique funeste. Au moins peut-on compter un minimum sur les femmes pour s’entraider un tant soit peu, ou du moins intervenir. Aucun ne prit l’opportunité de la diversion, aucun ne fit le moindre mouvement pour tenter une sortie. On dirait qu’ils n’en ont pas dans le ventre…

L’assaillant finit par la lâcher, presqu’hilare face à cette autre dame qui ose le défier. La prise d’otages où les femmes interviennent, les deux seules du bar d’ailleurs devant des statues de bois qui assistent, médusés, au spectacle. On ne peut vraiment pas compter sur elle. Ne pouvant même pas aspirer à se sortir d’elle-même, l’un des gars la prit violemment du sol et la cala à nouveau contre le mur, arme contre la tempe pendant que l’autre poursuivait sa conversation avec la fille. Et sinon, tout le monde a envie de finir brouillé ici, le cerveau réduit en bouillie. Aeryn ne semble pas craindre cette arme froide contre elle, ne croyant pas son assaillant capable de tirer. La main légèrement tremblante ne lui a pas échappée, peu crédible pour un professionnel normalement habitué à tuer de sang-froid. A moins que ce ne soit la première sortie de l’élève devenu grand ?

« Je suppose que vous avez une idée en tête pour nous sortir de là ? »

Aeryn chuchota discrètement ces quelques mots à sa voisine en aparté, sans la regarder dans les yeux, faisant simplement remuer ses lèvres sans bouger la tête. Ils n’entendraient rien. Les gars en avaient terminé avec elles et se mettaient à tourner autour des otages pour surveiller ceux qui bougeaient davantage. Ils étaient quatre, c’est du moins le compte qu’Aeryn en avait fait, à moins qu’elle ne fasse erreur. En tous cas, il était un peu plus agréable de ne plus être sous pression, de pouvoir respirer un tant soit peu. Comment se sortir de là, telle était la question. A défaut d’avoir une idée, Aeryn avait une information utile à partager.

« Celui qui braquait son arme sur moi… il tremblait. »

Déjà, les braqueurs revenaient vers elles, l’air suspect. A y penser, rien n’affirmait qu’elles allaient s’en sortir plus facilement en fin de compte. Aeryn ne voulait pas être une héroïne, juste se barrer et les laisser reprendre leurs affaires. Que vouaient-ils d’ailleurs ? Avoir des convictions c’est bien, les connaître c’est toujours mieux…

« Tu commences à faire chier »

Aeryn fut violemment extirpée de son mur pour être mise à l’écart des autres. Note à part : la discrétion n’est également pas son domaine de compétences en cas de prise d’otages.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Jeu 9 Oct - 23:15

Ruby ne savait pas trop ce qu’elle attendait de la situation, elle avait aidé la brunette à côté d’elle plus pour son propre intérêt que pour réellement lui sauver la vie. Elle l’avait probablement empêché de finir le cerveau étalé sur le magnifique parquet ciré du Old Absinthe, c’eut été trop dommage pour le sol et la jeune femme adorait l’architecture de ce lieu. Elle savait aussi que cette intervention l’avait placé dans le collimateur des preneurs d’otages au même titre que celle qui à côté d’elle la prenait désormais pour le bras armé, défenseur des pauvres âmes maltraités qu’ils étaient tous ainsi contre le mur comme l’avait été dans leur temps les ennemis des nazis face au pelotons d’exécution. En temps normal la sorcière lui aurait ri au nez. Oui elle avait un plan, un très simple en plus. La fermer et rentrer chez elle en vie, et en un seul morceau dans la mesure du possible. Cette fille devait avoir un peu trop abusé de la bière pour croire que Moon avait agi par héroïsme ou bravoure et elle se mettait encore plus le doigt dans l’œil si elle pensait que la belle allait faire que ce soit de plus dans l’intérêt du petit peuple. « Non. » Répondit-elle simplement sur un ton un peu sec pour faire comprendre à la demoiselle qu’elle ne s’adressait pas à la bonne personne pour ce genre de job. Si cette dernière voulait jouer aux têtes brûlées après ce qu’elle venait de vivre, libre à elle, mais elle pouvait laisser Ruby en dehors de tout cela.

D’ailleurs, l’ancienne actrice aurait pu s’en laver les mains, elle était assez puissante pour asséner une illusion à toutes les personnes présentes dans l’établissement. Elle pourrait leur faire croire qu’elle était encore là, alors qu’elle prenait discrètement la poudre d’escampette mais elle avait tout de même la conscience travaillée par cela. Elle ne maintiendrait pas longtemps le sort sur autant de monde en même temps et elle craignait le bain de sang que cela pouvait déclencher avant qu’elle ne puisse prévenir les autorités compétentes. Ruby tenait bien plus à sa peau qu’à celle des autres, c’était évident, mais elle ne tenait pas pour autant à avoir autant de mort sur la conscience. Encore une fois elle dû se retenir de répondre avec sa langue fourchu à la demoiselle qui l’informait qu’un des preneurs d’otage devait être débutant ou moins habitué que les autres car il tremblait en tenant son arme. Cela lui faisait une belle jambe ! Elle n’en avait absolument rien à fiche. Encore une fois, Moony n’irai pas jouer les héros, ne mettrait pas sa propre vie en danger pour une bande d’humain idiot. Mais si cette fille voulait le faire, libre à elle, après tout chacun était maitre de son destin. Et visiblement ce n’était pas la journée de la demoiselle parce que l’un des braqueurs arriva très énervé et s’en pris une nouvelle fois à la brune. Elle avait encore perdu une occasion de se taire. Chacun avait un talent particulier, cette fille c’était d’attirer les emmerdes.

Seulement cette fois Moony ne lèverait pas le petit doigt pour lui venir en aide. Elle n’était pas une héroïne en devenir et n’y aspirait aucunement et elle n’était pas non plus la voix de la raison d’une bande de branquignoles incapables de se rendre compte qu’ils braquaient le mauvais bâtiment, qui ne comprenaient même pas le minimum de la psychologie humaine et qui de toute manière finiraient entre les mains du gouvernement. Non si elle devait prendre de nouveau la parole, Ruby aurait plutôt une ou deux astuces à leur donner pour une prise d’otage réussie. Elle n’en avait jamais fait et ce n’était pas son genre, c’était trop grossier, mais il suffisait d’avoir un minimum de jugeote. Croyaient-ils véritablement que le gouvernement s’intéresserait à une dizaine de personne lambdas ? Non, évidemment non ! Il n’y avait même pas un gros ponte parmi eux, ce n’était pas le bon endroit pour cela. Cela lui faisait tout de même de la peine. Pas pour eux, pour elle. L’ancienne actrice valait mieux que ce vulgaire simulacre de prise de prise d’otage. La grande Moriarty méritait des bandits un peu plus érudits ! Elle hésita encore un moment à leur donner une indication utile pour sortir de là en vie, eux et ses compagnons d’infortune tout en ayant été entendu par leurs dirigeants. Toutefois elle ne tenait pas à voir son nom ou celui du cabaret associer à ces mécréants. La Masquarade ne se portait pas au mieux de sa forme, ce n’était pas le moment pour elle de perdre les gros bonnets qui lui servaient de clients réguliers à cause de ses minables et d’une fille incapable de la fermer plus de cinq minutes d’affilées.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Sam 11 Oct - 15:37

Cette femme n’avait pas l’air d’être la première abrutie sortie d’un magasin de poupées. Avec ces airs de princesse, il y résidait une lueur d’intelligence, qui pourtant déçut Aeryn. La patience n’avait jamais été son truc et s’il fallait attendre les autorités pour se sortir de ce traquenard, la renarde allait vraiment finir par s’énerver. La situation ne jouait pas à la détendre ni la mettre au calme et, pour avoir eu un père criminel, Aeryn n’avait pas peur de ce genre de situation. Un classique, qui, de manière générale, finissait sans flaque de sang, les braqueurs n’étant que des amateurs qui n’auraient jamais le cran pour montrer de quoi ils étaient capables. Aeryn en voulut à cette femme qui n’avait pas cran, n’acceptant pas elle-même d’être trop impulsive. En Grèce, elle n’aurait certainement eu aucun mal à se sortir de là, tout le réseau de criminels se connaissant entre eux, son père en faisait partie et étant la fille de… elle aurait été sortie d’affaire en levant le petit doigt. Si seulement elle avait su plus tôt, si seulement elle avait vécu plus longtemps dans son pays natal, si seulement il était encore en vie…
Là n’était pas la question. Elle se trouvait dans un traquenard dont elle n’était que la conséquence pour s’être pointée au mauvais endroit, au mauvais moment. Si elle avait pu, elle n’aurait eu aucune gêne à lui faire comprendre sa manière de penser. Son estime venait de retomber aussi vite qu’il était monté en fait.

Les minutes passèrent, longues, lentes. Aeryn sentait les crampes sur les bras et ne manqua pas de faire de tourner en bourrique un des braqueurs qui s’énerva davantage. Faudra t’y faire, mon gars. Etrangement, il ne tirait pas alors qu’il aurait pu le faire de nombreuses fois en plus, les occasions n’avaient pas manqué avec Aeryn l’insupportable otage à descendre plutôt qu’à surveiller. Plus simple, plus pratique et plus efficace. Ne voyaient-ils que des deux côtés, la situation leur déplaisait ? Autant la laisser partir en paix, après tout elle se fichait bien de ses affaires. Non, cela ne fonctionnait-il pas ainsi ? Tant pis…

Les sirènes de police se firent entendre. Il était temps enfin de passer aux choses sérieuses. Les braqueurs semblaient pris au piège, et s’activèrent, cherchant une sortie de secours inexistante. Alors ils agirent comme tout bon braquage qui se respecte, prenant deux otages pour forcer une sortie devant les forces de l’ordre. Quoi de mieux que de prendre les deux insolentes comme exemple ? Après tout, si elles souhaitaient s’amuser et provoquer, alors elles verraient ce que cela ferait. Chacune son braqueur, et Aeryn se retrouva avec un bras étouffant son cou, un pistolet sur la tempe… avec pour d’autre option que celle d’avancer au risque de se prendre un coup de plomb dans la cervelle. A contrecœur, Aeryn suivit son agresseur, lui marchant accidentellement sur le pied lorsqu’ils franchirent la porte et se reçut un énorme coup de crosse sur la tempe qui l’assomma presque. Son arrogance allait finir par lui couter cher si elle continuait… C’était plus qu’elle, Aeryn ne pouvait se permettre de s’arrêter et d’être calme et assagie. Son tempérament enflammé et son caractère individualiste lui sommaient à chaque fois de ne pas se laisser faire. Désormais avec dix armes braquées sur elle et son acolyte, la première réaction de la métamorphe fut de se dire que c’était la merde. Quant à ses chances de survie, elle ne trouvait pas que la situation était le pire jamais vécue…

Les policiers commencèrent leurs négociations, cherchant à calmer l’atmosphère et dans l’attente d’un compromis pour que les braqueurs détournent leurs armes des deux otages.
Avoir une arme ou plusieurs pointées sur elle ne lui avait jamais effrayée plus que cela. La mort, cette faucheuse revenait lui rendre visite, tournoyant autour d’elle comme à un animal en cage. Qu’elle ne patiente pas trop, Aeryn n’était pas décidée à tendre la main pour rejoindre ses parents et sa sœur dans l’au-delà… Son heure n’avait pas sonnée.


HJ : si tu manques de rebond, n'hésite pas à me mp ;)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Lun 27 Oct - 16:56

Le temps passait aussi lentement que possible dans ce genre de situation stressante. Autant parfois les minutes défilaient au point de se demander si on n’avait pas des absences. Pour Ruby à l’instant même c’était donc le premier phénomène. Elle avait l’impression d’être là depuis des heures et des heures à subir les balbutiements des preneurs d’otage qui ne savaient pas véritablement comment s’y prendre pour la suite. Ils ne savaient pas quoi faire maintenant qu’ils étaient parvenus à séquestrer un groupe de personne. Venaient-ils se réaliser qu’ils s’en prenaient à la population de base, celle de la même catégorie qu’eux ? Ou bien venaient-ils de comprendre qu’il fallait ensuite appeler quelqu’un, faire passer un quelconque message pour qu’on leur prête l’attention qu’ils désiraient ? Elle en doutait fortement. Encore une fois la sorcière était cernée par une bande d’incapable. Elle soupira en appuyant son front contre le mur. Entre ces crétins, les clients et employés qui transpiraient la peur et l’appréhension et la brune à côté d’elle qui pensait utile de se faire remarquer comme la trouble-fête de la journée, elle avait juste entre de tous les envoyer faire un tour à Darkness Fall. Là-bas ils découvriraient le véritable enfer et cesseraient de se plaindre de leur vie actuelle. Tout n’était qu’une question de perspective quand on y réfléchissait un petit peu. Est-ce qu’elle se plaignait elle, alors qu’elle perdait plus d’argent à la minutes que la bourse il fut une époque.

D’accord l’image était un peu exagérée, mais c’était l’idée. Prise ainsi dans ses réflexions Ruby ne remarqua que trop tard le changement d’atmosphère. Elle était déjà bloquée par l’étreinte loin de tout romantisme d’un des braqueurs et pouvait sentir l’acier du canon lui mordre la tempe. Ce n’était vraiment pas sa journée. Elle soupira bruyamment, plus frustrée d’avoir été déranger pendant qu’elle réfléchissait que perturbée de se retrouver dans cette situation délicate. Elle pouvait entendre les sirènes de polices et l’agitation l’extérieur. Au moins quelqu’un les avait prévenu ceux-là. Rapidement, Moony comprit aussi qu’elle allait servir de bouclier, et là s’en était trop pour elle. Elle était la grande Moriarty, une ancienne star d‘Hollywood, pas une vulgaire poupée de chiffon, un épouvantail pour faire écran entre les preneurs d’otage et les balles que leur réservaient les forces de l’ordre. Elle n’était pas la seule à qui cette situation ne plaisait pas. La brune continuait de faire des siennes et récolta un coup à la tête ce qui dissuada tout de même la patronne du Masquarade de faire de même. Cela pouvait paraître de la lâcheté mais pour elle, c’était plutôt de l’intelligence. Elle écouta donc sagement le début des négociations, consciente que l’air blasé qui s’affichait sur son visage ne devait pas faciliter la tâche du camp des policiers. Elle ne pouvait pas rester comme ça inactive.

Mais elle n’avait pas non plus un champ de manœuvre immense. Il ne lui restait que sa magie, mais autant de monde, autant de témoin, elle ne parviendrait jamais à s’en sortir. Et pourtant cela valait de coup d’essayer. Prenant une grande inspiration aussi discrètement que possible Ruby ferma les yeux pour se concentrer, faire abstraction de tout ce qu’il se passait en ce moment autour d’elle. Il lui fallait aussi une bonne idée mais elle se faisait confiance pour se point. Rouvrant les yeux, la sorcière posa la main sur le bras qui lui bloquait la gorge et provoqua une illusion à son geôlier temporaire. Il se vit sans Ruby dans les bras et les forces de l’ordre lui criblant le corps de balle. Cela fut assez pour lui faire faire une crise cardiaque le faisant s’écrouler net. Elle n’avait pas pensé le tuer toutefois, aux grands maux, les grands remèdes. Cela fut suffisamment pour semer la panique chez les braqueurs. Celui qui tenait la brune la lâcha en la poussant sur le côté dans le but de riposter, comme si le fait que son camarade s’écroule était le fait des policiers. Ruby, libre de ses mouvements se précipita sur la jeune femme pour la plaquer au sol et éviter la déferlante de plomb. Une vie pour une vie, se dit-elle.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Mar 28 Oct - 2:35

La situation se gâtait, empirait. Malgré cela, Aeryn ne parvenait pas à se dire qu’elle était dans la merde. Un peu comme si on l’avait habitué à ce genre de cas depuis son enfance. Des armes pointées sur les gens, elle en avait vu, par mégarde. Si la petite fille avait pris soin d’épargner ces visions à sa cadette qu’elle protégeait, l’ainée Elyatis n’avait jamais frémi devant une arme pointée sur elle. Son père le lui avait clairement dit : pointer une arme était une chose, avoir le courage de tirer froidement sur son adversaire et le regarder en face en était une autre. La fille Elyatis avait donc appris, regardant chaque homme armé, lisant dans leur regard ce courage pour tirer sur une personne. Ou plutôt, cette lâcheté d’ôter la vie à celle qui dérangerait le plus. Aeryn savait toutes ces choses, de ce qu’elle n’aurait jamais dû avoir idée. Si sa mère avait trop souvent ignoré, Aeryn, elle, avait tôt fait de comprendre, de savoir, d’observer, regarder. D’imiter. Son père ne l’avait pourtant jamais laissée faire ; il avait mis un certain temps à comprendre. Ou du moins, lui faire savoir qu’il avait remarqué son comportement. Toujours aussi froid et distant, il lui avait alors dit certaines choses, astuces pour survivre en milieu hostile. Aeryn avait appris. Rapidement et intelligemment. Pas de quartier pour les lents ou les niais. Ne pas chercher à réfléchir ou penser. Suivre son instinct.

Face à toutes ses armes pointées sur elle, Aeryn ne bougeait pas d’un pouce. Sa petite provocation lui avait valu un coup de crosse sur la tête, mais elle tint bon, à moitié sonnée mais toujours debout. Perdre conscience à cet instant, c’était mourir. Si la jeune femme devait un jour mourir, ce ne serait certainement pas en étant un simple otage. Un outrage pour sa famille, pour son père même ! Que penserait-il donc de sa fille, qui avait terminé en dommage collatéral, ce n’était pas envisageable pour elle. Croyant en sa bonne étoile, elle était certaine de s’en tirer. Une intuition, comme ça. Quelque chose lui disait qu’un imprévu allait faire pencher la balance en sa faveur. Que peut-être que son acolyte allait faire quelque chose agir. Depuis le début, quelque chose ne tournait pas rond chez elle. Cette sorte de princesse ne leur ressemblait pas : ni effrayée, ni apeurée par la situation. Etrange non ? Alors, à moins de connaître ses assaillants, ce dont Aeryn doutait vraiment, cette dernière maîtrisait la situation, bien qu’elle se soit laissé faire. Son côté observateur ne lui avait pas échappé. On ne la trompait pas sur ce genre de choses, jamais.

Magie. Il y avait de la magie dans l’air. Aeryn le sentait, sans comprendre d’où elle venait. La situation lui échappa, ne comprenant pas ce qui arrivait. Tout allait trop vite. Elle devait faire de même si elle voulait vivre. Ne pas se laisser prendre par surprise par la situation. Allez aussi vite, si ce n’est plus vite dans ses réactions. Avoir l’avantage. Les braqueurs commencèrent à paniquer par la situation qui s’ensuivit. La princesse venait de se débarrasser de son braqueur, tandis qu’Aeryn n’eut d’autre choix que de servir de sac à patates par l’autre, qui la poussa violemment sur le sol. A moitié sonné, elle tenta vainement de se relever, mais les premiers coups volèrent et on la plaqua contre le sol. Trop surprise pour riposter, la jeune femme se laissa faire. Policiers comme braqueurs se mirent à tirer dans tous les sens. Déjà, deux flics se ruèrent sur les deux jeunes femmes, en leur qualité de civiles, elles devaient être protégées. Tu parles. Aeryn n’avait qu’une envie, leur dire sa manière de penser. Se retint au vu de la situation, se laissant évacuer avec l’autre otage, pendant que l’un des braqueurs annonçait qu’il se rendait. Pas trop tôt. Quelques tirs supplémentaires se déferlèrent, le temps que tout le monde comprenne que c’en était terminé. Du bar ne restait qu’un mur criblé de plomb.

« Merci »

Glissé à l’adresse de la jeune femme lorsqu’elle en eut l’occasion, Aeryn n’avait pas l’habitude de se montrer reconnaissante. Ce n’était pas dans sa nature de se comporter ainsi, en tout cas, pas avec n’importe qui. Il faut croire pourtant que cette femme lui avait en quelque sorte, sauvé la vie. Et ça n’avait pas de prix. Pourtant, elle ne se sentit pas avoir une dette envers elle. Probablement parce que son comportement d’auparavant l’avait irrité, et que ce bazar n’aurait pas été nécessaire pour maîtriser la situation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}   Lun 17 Nov - 14:46

Le corps pressé contre celui de la brunette, Ruby ne pensait qu’à la balle perdue qui pourrait la toucher ou juste l’effleurer, tant le bruit des sifflements lui frôlait les oreilles. Elle patienta donc tant bien que mal, tout en se disant que si elle n’avait pas eu à protéger la jeune femme, elle serait encore plus près du sol et moins en danger mais il était trop tard pour regretter son acte d’héroïsme. Elle ne pouvait plus qu’attendre que ce mauvais moment passe, tout comme tout ce qu’elle avait vécu depuis le début de cette journée ultra pourrie. Comme si les dieux se moquaient d’elle. Par chance, tout se déroula bien plus vite que ce que l’ancienne actrice aurait pu imaginer. Une fois l’avantage des otages entre eux et la police disparue, les braqueurs ne faisaient pas le poids face aux forces de l’ordre. Il ne fallut donc pas longtemps pour que l’un d’eux crie au cessez  le feu, pour épargner sa propre vie. Entre celui que la sorcière avait elle-même tué et celui qui venait de se faire descendre, il y avait de croire réfléchir pour sauver sa peau. Et comme ils vivaient tous dans un gouvernement qui ne supportait pas le moindre pas de travers, la moindre révolte, même alors qu’il déposait les armes, du moins Moony imagina qu’il le faisait en démonstration de bonne foi, il fut abattu lui aussi. Pendant cet échange infernal, deux agents s’étaient débrouillés pour relever les deux femmes et les écarter, les mettre à l’abri.

Ou en tout cas réduire les dommages collatéraux, car les gens encore pris au piège dans le bar n’avaient peut-être pas eu cette chance. Certes la police avait dû penser à cela avant d’ouvrir le feu, mais elle n’en aurait pas mis sa main à couper. En tout cas elle remercia celui qui l’avait aidé et accepta la couverture que l’un des ambulanciers lui tendit. Enfin elle osa regarder ce qu’il se passait vers le Old Absinthe House et en découvrit sa façade avant totalement ruinée par les impacts de balle et se dit qu’elle l’avait tout de même échappé belle. Après cela elle n’avait qu’une envie, rentrer chez elle et se glisser dans un bon bain moussant alors une boite de macaron. Elle ne voulait plus penser à rien, ni à personne. Qu’importe Aiden ou le Masquarade. Tout ce qui comptait encore une fois, elle le réalisait, c’était qu’elle était de nouveau vivante. Ruby fut interrompu dans ses délires narcissiques et autres épiphanies par la joie de la fauteuse de trouble. Au moins elle n’avait pas tout perdu, elle avait le droit à des remerciements, certes rien de très extravagant, ce qui lui aurait fait encore plus plaisir, elle lui devait la vie après tout, deux fois en plus si on comptait sa petit fantaisie à l’intérieur du bar, mais au moins elle se montrait reconnaissante. Moony lui offrit donc un sourire aimable, rien de trop elle non plus. Elle n’allait pas lui sauter au cou ni l’embrasser alors qu’elle n’était pas celle qui était redevable.

« A charge de revanche. » Répondit la sorcière soudainement plus commerciale. Ruby ne faisait jamais rien gratuitement, pas même sauver une vie, d’autres pouvaient en témoigner. En tout cas, malgré les évènements, elle aurait au moins gagné une faveur. Elle tendit donc sa main à sa compagne d’infortune. « Au fait moi c’est Ruby. » Autant savoir à qui elle était redevable, en fouillant un peu la demoiselle trouvait bien l’identité complète de la patronne de cabaret pour venir lui rendre servir ou autre. Elle attendit que cette dernière lui serre la main en retour et se présente puis elle fut emmenée par un peacekeeper un peu plus loin. Ce qui l’attendait n’aurait rien de plus agréable que la prise d’otage en elle-même. Un débriefing dans les règles. Elle allait devoir raconter tout ce qui s’était passé, le déroulement exacte des évènements pour ensuite apprendre ce qu’elle aurait le droit de dire et de raconter sur ce qu’elle avait vécu. Tous ceux qui avaient partagé ces instants avec elle devraient redonner la même version à leur entourage, une version allégée bien sûr. Personne ne devaient savoir qu’un groupe de révolutionnaires, d’anarchistes avait pu pendant même une seule seconde mettre le gouvernement en danger. Moon n’y voyait aucun inconvénient, elle savait comme les choses fonctionnaient et en cela elle avait la chance de connaître pas mal de gens, des clients de son club qui savaient qu’elle n’était pas une personne dont il fallait se méfier. Elle ne mettrait pas l’ordre établis en péril. De là pouvoir en dire de même pour le reste des otages, elle n’en savait rien. Avant de commencer son déballage, la sorcière jeta un dernier regard en arrière pour voir la brune partir aussi de son côté pour donner sa version des faits. Elle ne lui faisait aucune confiance…

fin


CODE TOXIC GLAM



Revenir en haut Aller en bas
 

The Silent Comedy {Aeryn/Ruby}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Silent House - La casa muda
» Coin escalier
» Commandes DOS
» dispositif d'extraction pour paliers essieu arriere laguna 2
» Gigabyte HD 5770 Silent Cell : Entièrement passive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-