AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Il vaut mieux brûler franchement que de s'éteindre à petit feu. ▬ Aeryn & Shining

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il vaut mieux brûler franchement que de s'éteindre à petit feu. ▬ Aeryn & Shining   Sam 25 Oct - 19:54

Il lui semblait parler dans le vide. S’exprimer face à un mur. Dire les mots, les peser, et n’avoir en échange aucune réaction. Rien. Rien, que le néant de cette pièce n’avait pas déjà englouti. Aeryn s’en trouva désorientée, perdue. Qu’il crie, hurle, frappe, s’énerve. Peu importait sa réaction tout compte fait. Mais pas l’indifférence, pas cette réaction de coquille vide ayant fait mine de n’avoir rien entendu. Scotchée sur place, Aeryn semblait parler à un mur, dans l’attente d’un retour. Pas même un écho, pas même un son, pour lui certifier que son message était arrivé à destination. Rien. Le vide, le rien, le trou noir dans son esprit. Shining n’était plus qu’une enveloppe sans conscience. La mécanique demeurait, les membres se mouvant selon le moindre de ses désirs. D’émotions, de sentiments, de ressentis : nul. Zéro. Une pierre à la place.
Aeryn ne pouvait pas. Si elle-même s’enfermait également dans ce mutisme silencieux d’indifférence, elle attendait des autres de ressentir pour elle, d’être, de vivre. La carcasse ignorait tout, se fichant bien de qui, quand, quoi, pourquoi, comment. Rien. Même le rien pouvait se remplir. Il ne lui restait même pas ça.

La grecque s’en fut, sans un mot, sans un adieu. Il ne méritait même pas un brin d’attention. Plus rien à tirer de lui, si ce n’est le laisser aller, le laisser partir, lâcher prise, cesser de ressentir quelque chose pour une coquille vide. Sa fierté ne dévoilerait pas les gouttes salées qui suivirent à l’assaut des souvenirs surgissant des abysses de sa mémoire. Sa peur de l’attachement dissimulerait au mieux combien elle avait tenu à Shining par le passé, combien il avait été quelqu’un, et combien la chute du présent fut vertigineuse. Y avait-il quelque chose qu’elle n’avait pas fait, pas encore essayée ? Etait-elle trop faible, avait-elle agi comme il ne fallait pas ? Sa peine remontait, la douleur éprouvée pour Shining se calquant sur celle de ses parents, sur celle de sa sœur. L’attachement faisait mal. Se détacher aussi. Il n’y avait pas pire douleur que de crever l’abcès, une bonne fois pour toutes. De passer à autre chose alors que sa propre raison le refusait, n’admettant pas la fin de leur amitié.
Mais après, tout irait mieux. Après… il ne restait que de l’indifférence, la même que lui. Plus de rôle à jouer, plus de masque à mettre. La pièce de théâtre deviendrait réalité. Et Aeryn passerait à autre chose.

~~~


Le froid d’octobre s’engouffrait dans les rues, passant de ça de là entre les passants, s’infiltrait à travers les ouvertures des vêtements pour refroidir ces humains croyant pouvoir l’éviter. Personne ne pouvait passer sans qu’il ne le remarque. Personne ne pouvait lui échapper. Il avait tous les droits, et cette peau ensanglantée ne s’en sortirait pas non plus. Elle en serait toute gelée, et il s’emparerait de cette énergie corporelle sans le moindre état d’âme. Sans une hésitation. Quel dommage qu’il ne soit pas encore assez puissant pour congeler… plus que quelques mois d’attente et il retrouverait toute sa force.
Aeryn l’avait vu. Ce clochard déambulant, cet homme qu’elle ne connaissait plus. Elle l’avait vu et l’ignora. Son humeur n’étant pas au fixe, le sang ruisselant de son bras et de sa joue, elle n’avait pas envie de parler à quiconque, si ce n’était à sa solitude. Rentrer désinfecter ces plaies qui ne lui faisaient rien du tout à dire vrai. En le croisant, en le voyant, elle n’en fut que plus indifférente encore. Rien qu’un inconnu saoul, qui ne tenait pas debout, qui ne tenait pas en place. Rien d’autre. Sans même un regard, sans même une pensée, tout prônait l’indifférence la plus totale. Elle ne feignait même pas, en paix avec elle-même. C’en était terminé, la page avait été tournée. Tout ce qu’il pourrait dire, ou faire n’avait plus la moindre importance maintenant. Quant à son comportement actuel… Cela ne l’intéressait plus. Elle appellerait certainement une ambulance s’il s’effondrait, du reste, ce n’était même plus son problème.

« Dégage de mon chemin »

Froide. Glaciale. La reine des glaces s’était enfermée dans son palais. Shining pouvait toujours essayé de l’y rejoindre, les pics l’accueilleraient avec grand plaisir. Jusqu’à écorcher son cœur comme il avait écorché le sien.



HJ : J’ai complètement changé le truc xD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il vaut mieux brûler franchement que de s'éteindre à petit feu. ▬ Aeryn & Shining   Sam 1 Nov - 12:17

Elle le rejette, comme il l’eut fait quelques jours plus tôt. Il se rend compte, comme il est difficile de l’accepter, quand l’on veut alors aider quelqu’un. Pourquoi veut-il l’aider ? Il ne sait pas lui-même. Il est emporté dans ce tourbillon nauséabond. Les tentacules de l’enfer s’enroulent autour de lui. Serrant sa gorge petit à petit. Etouffe. Elle saignait. Il voyait ce liquide pourpre, renvoyé brutalement à l’image alors de Candide. Son regard vide, cette peau froide. Il la voyait alors, les traits de l’agonie sur le visage. Il sent son être étouffé, serré par les diables qui l’oppressent. Il ne sait plus respirer. Dureté du passé. Celui qui ne le quitte pas. La souffrance d’un être aimé. Aeryn. Alors, il sent son cœur saigner de nouveau, d’une plaie mal cautérisée. Peut-être se fait-il des films. Que ce sang n’est pas celui de la jeune femme, qu’elle aussi est un monstre. Mais l’obscurité, le laisse envisager le pire. L’imagination peut être nuisible.

Elle est si froide qu’il pourrait sentir de petits glaçons se former dans ces tubes que l’on appelle les veines. Il frisonne. Son cœur c’est probablement arrêté de battre un instant. Perdu dans les méandres de ses lugubres souvenirs. Elle ne veut pas de lui, comme il n’a pas voulu d’elle. C’était un couteau dans la chair, qu’elle plantait avec le sourire. Il a cessé d’avancer, pourtant elle approche avec l’idée de le contourner. Il n’existe plus. A-t-il seulement existé ces derniers mois ? Il ne sait pas, il sait qu’elle existe. Que sa vie a un sens. Qu’il n’est qu’une tache sur sa carte, qu’elle n’a pas besoin de lui. Personne n’en a besoin. Alors qu’elle arrive à sa hauteur. Il émerge de son anesthésie. L’attrape sans douceur par le col de son vêtement et gronde de rage « Qu’a tu fais ?! » Il a cogné son petit corps contre le mur froid. Le froid, ça le connaît. Glace. Il al fixe. Sans colère pourtant, cette indifférence croissante et pourtant cette lueur dans le regard qui lui criait enfin qu’elle existait.

Il n’oubliait pas qui elle était. Ce dont elle était capable. Il ne veut pas croire qu’elle puisse être un monstre. Pourquoi ? Il a effacé le sang de son front, il n’y a pas de plaie cachée en dessous. Qu’a-t-elle fait ? Monstre. Il voudrait la soulager alors. L’étrangler pour qu’elle n’a plus jamais à s’endormir en se demandant alors cette question qu’il venait de formuler. Il voulait la tuer, pour soulager son sommeil et brusquer les diables qui pensaient pouvoir la tourmenter. Il ne pensait qu’en la mort comme ultime solution. Comme toujours. Lugubre et sombre. Il a écrasé son corps du sien. Il peut la répugner, qu’importe. Si c’était la dernière chose qu’elle puisse voir. Alors, il pensait que le jugement final lui serait plus clément d’avoir été tué par pire montre qu’elle. C’était la justice de ce monde qui le poussait à agir ainsi, à raisonner. Et puis enfin, elle était tout ce qui restait d’un passé qui lui avait semblé si parfait à une époque où il aurait tout fait pour changer l’univers. Maintenant, il était juste là. A se demander quel poison pourrait bien tous les tuer. « Ne m’oblige pas à te faire souffrir… » C’était probablement déjà fait. Elle ne savait plus rien de lui, elle en savait pas de quoi il était capable. Elle ignorait tout de lui, qu’un vague souvenir d’un homme plein d’espoir. Il était beau leur espoir…

Noyé, plongé au fond du lac dans un cercueil de fer. Les parois trop dures. Suffoquant. Ils se noient tous. Ils coulent parce que c’est lourd, le poids de la raison.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il vaut mieux brûler franchement que de s'éteindre à petit feu. ▬ Aeryn & Shining   Lun 3 Nov - 1:17

La folie. Tout son être le respirait. Elle l’avait prise sous l’aile, lui avait fait respirer les parfums de l’oubli, la couleur de la tristesse et les abysses du délire. Cet homme était fou. Shining avait complètement perdu l’esprit, se laissant dériver jusqu’à en oublier qui il était. Jusqu’à en oublier l’humain qu’il avait été. Ne restait de lui que cette carcasse qui ne ressemblait même plus à lui, ombre furtive égarée au détour d’une ruelle, celle-là même qu’Aeryn traversa. Qu’elle allait regretter d’avoir traversé. Seule, du sang et des taches qu’elle avait sur elle, voilà qui l’attira. Sa perte, son abandon. Il se soucia de son accoutrement, lui donna de l’importance alors que lui-même avait respiré par deux fois l’indifférence et la perte de sa conscience, se disant perdu. Maintenant qu’elle l’ignorait, ne pouvait-il pas lui aussi agir de la sorte ? Faire comme si, comme si elle n’était pas là elle aussi. Agir de telle sorte que personne ne se soucie d’elle, que personne ne lui accorde la moindre importance. L’oublier comme elle le faisait actuellement. Fini, terminé, leur histoire n’était maintenant que l’aube du passé.
Pas pour lui apparemment.

A quoi jouait-il ? N’agissait-il que lorsqu’il en voyait un certain intérêt ? Aeryn ne comprit même pas ce qu’il lui arrivait, plaquée contre le mur, accusée de monstre. De quoi se mêlait-il ? Cela n’était pas ses affaires, la grecque ne prendrait même pas la peine de lui expliquer, de lui dire quoi que ce soit. Les personnes violentes ne méritaient pas d’explications. Plus particulièrement celles pour qui Aeryn n’avait plus la moindre estime. Il l’avait rejetée, elle faisait de même. Trop de larmes avaient été versées pour lui, il n’y en aurait pas une de plus, la jeune femme se l’était jurée, tiendrait promesse. Les mots furent cracher tel du venin répandu, il l’avait attaquée sans raison, elle ne se montrerait pas des plus tendres.

« Lâche-moi Shining, ou tu vas le regretter »

Délirant, perdu certainement dans les abysses de sa folie. Aeryn ne savait pas comment réagir avec lui, ne voulait pas non plus avoir à lui faire du mal. Seulement, dans la situation actuelle, celle qui était en danger, n’était autre qu’elle. Les grands maux appelaient les grands remèdes, le premier coup partit, provenant de son bras libre dont les doigts se serrèrent pour former un poing qui se logea dans les côtes. Ses jambes suivirent également le mouvement, tapant dans le tibia, les jambes. Tout son être cherchait à se dégager de cet homme qu’elle considérait comme une menace à présent. Comme un danger. Ce n’était pas le premier qu’elle croisait sur la route, certainement pas le dernier. Se battre, elle savait faire, première chose que son père lui avait appris. « Ma fille il faut savoir se défendre dans la vie, pour la combattre continuellement et gagner chaque bataille » Les mots résonnèrent dans son esprit à l’image du souvenir. Le temps des regrets viendrait après, et, dans cette situation, ce n’était même pas sûr qu’il y en ait. De la simple défense, tout simplement, légitime pour une menace. Shining semblait être devenue un danger. Sa menace. Se sentant étouffer, elle se débat pour qu’il la lâche, ses mains s’emparant des siennes pour qu’il les desserre, se défendant ardemment pour sa propre survie. « Ne lâche pas l’affaire tant que tu n’es pas hors de danger » Les conseils résonnèrent dans son esprit à la vitesse de la lumière, Aeryn appliquait les propos de son père, frappant avec hargne son harceleur. Elle l’entendait parler, dire. Qu’elle ne l’oblige pas à le faire souffrir, quelle bonne blague. Trop tard, Aeryn n’attendrirait pas son agresseur en espérant qu’il la laisse, frappant directement dans le tas au moment où elle se sentait en danger. Son rythme cardiaque s’était accéléré, cette peur commençait progressivement à s’infiltrer en elle, l’ignora cependant. Montrer ses craintes, c’était laisser une opportunité à l’agresseur d’avoir l’avantage, de l’écraser, la détruire. C’était mourir. La grecque ne se laisserait pas faire pas ainsi. Du temps pour lui, elle n’en avait pas à lui en accorder. Pour des explications, pour se battre, pour tout même. Dans son océan de souvenirs, il incarnait un échec supplémentaire, celui d’une attache ayant échouée, décevant par-dessus tout.

« Qu’est-ce que tu veux à la fin ? Tu n’es rien tu m’entends ? Rien du tout. Dégage, vis ta piteuse vie et fous-moi la paix maintenant que tu as eu ce que tu voulais »

Tu as eu ce que tu voulais
La pilule ne passait pas, se faire rejeter ne lui avait pas plu. Maintenant, il payait les conséquences de son acte, Aeryn n'aidant pas n'importe qui, ne se souciant que de ceux envers qui elle souhaitait faire quelque chose. La déception avait été au rendez-vous : il n'y aurait pas de seconde fois. Il voulait se laisser aller, elle l’avait laissé, ne s’en préoccupait pas. Parvenue à quelque peu se dégager de lui, Aeryn attendait la récidive du fou, prête à riposter sans aucun problème. Son sang s’ajouterait à celui qu’elle avait déjà si nécessaire. Après tout, s’il la voyait déjà comme une meurtrière, autant lui montrer sa capacité en être une non ? Se fichant de sa bonne morale, de ses propres pensées, se fichant de tout. Aeryn ne lui donnait plus d’importance, libre à lui de penser à sa guise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Il vaut mieux brûler franchement que de s'éteindre à petit feu. ▬ Aeryn & Shining   Sam 8 Nov - 16:46

Le regretter ? Vraiment ? Il en aurait presque rit, mais la situation ne l’amusait pas. Elle se défend de lui, comme s’il était un vieil ennemi. Elle a peur, il peut le ressentir. Elle a du sang sur elle, elle ne vaut pas mieux que lui. Elle le juge. Mais qui est-elle ? Qui est cette femme ? Lui non plus, ne pouvait pas la reconnaître. Alors c’était fini n’est-ce pas ? Il n’y a plus rien de bon. Ce qu’il voulait ? Shining soupire d’agacement. Il ne la lâche pas pourtant. Elle l’y oblige. C’était tout. Il a levé la main sur elle. La giflant avec force d’une main. La soutenant de l’autre. Il lui rend alors, cet affront qu’elle eut fait à son cadavre quelque jour plus tôt. Mais il n’en reste pas là. Il me donnera plus de mot à celle qui ne veut pas l’entendre. Il donnerait des coups, à cette peau qui pouvait le sentir. Il la frappe alors. Violement à plusieurs reprises avant de la laisser. Sa carcasse tombant au sol. Voila ce qu’il voulait. Elle respirait encore, tant mieux. Elle pourra s’en souvenir alors. Qu’il y a toujours un prix à payer. Toujours.

Puis ses lèvres laissent échapper des mots, pour le vent probablement. Elle ne veut l’écouter. Mais tant pis, il lui avait parlé. De ses poings d’abord. Sa colère, son désespoir, sa peur. Pour elle. Elle ne comprendrait pas. Elle le haïssait. Ce serait pire encore. « Je suis désolé… Mais… Je… » Il est essoufflé, douloureux de ses propres émotions qui surgissent de nulle part. « Je t’aime encore. » Etait-ce vrai ou simplement ce qu’il aurait voulu. Il ne savait plus lui-même. Il la laisse là. Cela fut tant mal venu, c’était comme s’il venait de se poignarder lui-même. S’achève.

Il tourne les talons et disparaît alors. Englouti dans la noirceur de la nuit. Il lui a fait mal, beaucoup de mal.  Il se jurait alors de ne plus jamais revenir sur sa route. Il a sorti une pièce de sa poche et appela une ambulance dans la première cabine téléphonique qu’il trouva. –Quel est votre nom ?- Il raccrocha. Elle pourrait le dénoncer si elle le voulait. Elle pourrait l’achever si elle le désirait. Non, elle devait le faire.

Il est rentré chez lui. Il a bu et attendu. Mais rien. Aucun flics ne frappa à sa porte ; pas même la mort ne vint à lui. Comme si rien n’avait plus existé. Il avait cessé d’aller travailler ; prétextant être malade. Ils s’en fichaient. Il était été payé à la commission, un autre prendrait sa place. Un autre voltigera, un autre désespéré se balancera.


End.
Revenir en haut Aller en bas
 

Il vaut mieux brûler franchement que de s'éteindre à petit feu. ▬ Aeryn & Shining

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [RESOLU] - Poids des fichiers + temps de transfert
» Umbra | Il vaut mieux se taire que de parler inutilement.
» Le plus beau des chemins vaut mieux que le plus court
» Eteindre ou pas la BBox
» [Résolu] problème de connexion wifi et de disque dur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-