AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Sam 11 Oct - 18:44

Ambré, pétillant, mousseux. Amer. Le verre à la main, elle lorgna le liquide seul ami de la soirée. Sa copine la barman avait l’air occupée pour le moment, aussi se retrouvait-elle à boire, profitant de sa solitude. A force, elle l’avait acceptée, l’accueillant à bras ouverts à chaque fois qu’elles se recroisaient. Sa solitude. Dans ses pensées, une image l’a fit réagir. Ses yeux ne fixaient rien, l’esprit virevoltant au gré de ses envies. Nathan apparut dans son souvenir, au moment de leur dernière rencontre qui remontait à un moment. Impossible de s’attacher à lui, impossible, non. La peur, cette peur même de tenir à une personne et de la perdre. Cela lui glaçait le sang ; à s’en tenir éloignée de lui le plus possible. Pas question de s’attacher, pas question de se cramponner à une personne pour la voir ensuite souffrir et se faire tuer sous ses yeux. Comme Rachel, comme ses parents. Aeryn prit une profonde respiration, se faisant violence pour ne rien ressentir. L’indifférence, refouler ce qui pouvait lui faire du mal. C’était pour son bien, à lui comme à elle. S’attacher, à Nathan, à Ezra … elle s’y refusait, tout simplement par crainte des conséquences. Au plus fort l’on s’accroche, au plus vertigineux en est la chute. La métamorphe n’avait plus envie de tomber dans le vide, ce n’était plus une éventualité. Le risque était trop grand, les conséquences trop lourdes, le mal trop intense. Rachel… sa faute, de n’avoir pas pu agir, de l’avoir abandonnée. Cette culpabilité poursuivait de la ronger, inlassablement. Pour l’avoir abandonnée, elle en payait le prix, celui de sa solitude. La laissait pénétrer dans sa vie, prendre ses aises, sa place. Jusqu’à la vider entièrement, jusqu’à qu’elle ne ressente plus rien et y trouver la paix, pour un temps.

L’alcool aidait, l’alcool faisait oublier peine et rancœur, culpabilité et douleur. Il lui arrivait de boire, pour oublier sa douleur et son mal. Le temps d’un soir, d’une nuit, le temps d’un moment. Insouciance retrouvée, un sourire se dessinait sur les lèvres. Sincère, détendu. Il ne durerait pas, s’éteindrait une fois la soirée terminée, une fois l’aube se levant. Certaines choses ne changeaient pas, n’est-ce pas ? Sensation douce-amère une fois le lendemain venu.
Les festivités battaient son plein. Il y avait du monde et de l’ambiance, tout pour égayer cette petite soirée du samedi soir. L’alcool leur apportait gaité et amusement, débloquait ce que leur inconscience dissimulait quotidiennement. A ceux mal dans leur peau, la confiance en soi reprenait le dessus. A ceux qui avaient peur, ils osaient enfin, se sentant capables de franchir des montagnes. A ceux qui étaient timides, la voix leur revenait d’un seul coup. Illusion et rêve, chacun oubliait ce qu’hésiter voulait dire, chacun tentait sa chance et retrouvait une certaine joie de vivre. Pour un temps.

Aeryn se surprit à sourire. Quittant ses pensées, elle écoutait discrètement ses voisins de comptoir et leurs dernières épopées. Il se dessina, presque spontanément sur ses lèvres, comme inattendu. La semaine n’avait pas été des plus faciles ni des plus simples. Ce soir, il était temps de laisser les problèmes à la porte. Hélant la barman, elle commanda une autre bière. Les shoots pourraient l’enivrer davantage, mais ce n’était pas le but : tranquillement oui, pourquoi se presser ? Personne ne l’attendait une fois rentrée, pas même une sœur… Fou comme l’alcool pouvait vous apporter joie comme peine. Pendant un instant, Aeryn crut à nouveau fondre en larmes … mais la joie des autres autour d’elle lui fit rapidement oublier sa douleur naissante.

Auras-tu un peu de temps à m’accorder ce soir, pour discuter ? »

Elle demanda à la barman, soucieuse évidemment du monde environnant. Ce n’était pas grave si elle était trop occupée, Aeryn comprenait, était d’ailleurs heureuse que le bar tourne aussi bien. Qui sait, elle pourrait aller parler au groupe de jeunes là-bas… la timidité n’avait jamais fait partie de ses vices, Aeryn étant plutôt le genre aventureuse, à se jeter les deux pieds dans le plat, sans se poser la moindre question. Autant essayer, arrivera bien ce qui arrivera !


Dernière édition par Aeryn Elyatis le Ven 21 Nov - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Jeu 16 Oct - 0:03

    Une soirée comme les autres allaient commencer. Je n'en avais pas marre, mais ce soir, j'allais jouer la simple barmaid, et ce n'était pas ce que je préférais bien malgré moi. Je m'y étais fait au bout du compte, et je ne montrais pas mon désamour pour cet aspect de mon travail au client mais au fond de moi, je n'en avais pas envie. Je préférerais encore danser. Mais je n'avais jamais pris de cours pour ça, je n'avais pas été recruter dans ce but là, je laissais aux danseuses la scène pour ce soir. Je n'aimais pas forcément tirer la couverture à ma petite personne, ce n'était pas cela du tout mais je ne m'épanouissais pas vraiment dans mon rôle de barmaid, même si je m'efforçais d'être toujours souriante, et de discuter du mieux que je pouvais avec les clients. Parce qu'il ne faut pas le renier, le relationnel avec les habitués, ou avec les nouveaux afin de les faire revenir est très important. Alors j'avais su devenir une oreille attentive à ceux qui en avait besoin. Je me contentais surtout de les écouter et je donnais un petit conseil si je sentais que la personne en avait besoin, sinon, je me contentais d’opiner de la tête. Parfois, simplement se vider de son sac fait un bien fou. Je savais être une tombe quand on me confiait des secrets honnêtement inavouable à la personne qui était concernée. Et puis, je ne voyais pas l'intérêt de répéter tout ce que je pouvais entendre, surtout que je ne savais pas si tout était vrai ou amplifié pour que cela paraisse fou ou plus dramatique. Nous étions samedi, il y avait du monde, mais j'avais connue bien pire, il faut dire que la période qui arrive n'est pas forcément la plus propice, mais peu importe. J'ai repéré les habitués, ceux et celles qui sont là régulièrement, certains une fois par semaine, d'autres trois ou quatre fois, d'autres une fois par mois, ou tout les quinze jours. Bref, il y a des personnes qui sont là souvent, d'autres qui le sont moins, mais ce soir, moi qui suit scotché au bar, c'est Aeryn que j'ai vu en premier. Elle est là, elle est seule, elle s'ennuie visiblement, c'est une certitude. Pourquoi ne se joindrait-elle pas à un groupe de jeunes gens ayant son âge ? Elle ne fait pas partie de ces jeunes femmes timides, mais bien de celles qui n'ont pas froid aux yeux. Elle leva le bras signe qu'elle désirait un nouveau verre, une bière, elle commençait doucement pour le moment, mais c'était mieux ainsi, au moins, elle pourrait commander plus de verres et s'enivrer doucement mais sûrement. Elle me demanda alors si j'avais un peu de temps pour discuter. Je lui souriais.

    " Bien entendu, tu as toute mon attention Aeryn. "

    J'étais prête à écouter ces doléances ou tout ce qu'elle avait à me dire. Peut être qu'elle allait me dire qu'elle avait tuer un homme et qu'elle me demanderait où elle devrait se débarrasser du corps. Non, elle n'était pas de ce genre là, mais vous savez, j'entends tellement de choses au Masquerade, notamment de personnes qui sont passablement soûles. Aeryn n'était pas dans cet état, elle était encore lucide, elle ne buvait que sa deuxième ou troisième bière.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Jeu 16 Oct - 2:02

Aeryn s’ennuyait, mais ne veut pas pour autant se fondre à d’autres groupes. La jeune métamorphe apprécie quelque peu cette solitude qui la caractérise plutôt bien. Comment peut-elle dire qu’elle sent seule dans ce bar où il y a de nombreuses personnes ? Elle ne pourrait aspirer à être plus entourée, mais pourtant, elle est davantage spectatrice qu’actrice dans cet environnement de frivolité. L’on s’y perde, s’enivrant petit à petit dans la boisson qui ne vous quitte plus. Presque un code maintenant : boire, sans s’arrêter, jusqu’à en oublier d’avoir un verre entre les mains. S’amuser sans cette potion magique n’existe plus. L’humanité s’écroulerait s’il ne lui était plus possible de profiter de ces quelques moments d’enivrement pour oublier, pour laisser ses tracas de côté. Aeryn les regarde tous, ceux dont l’alcool a déjà bien atteint le cerveau, pauvres êtres perdus dans les abysses. Ils ne comprendront pas au réveil, ce qu’il s’est passé, ce qui leur arrivé et pourtant, le temps aura filé, et l’alcool le leur aura volé sans demander la moindre autorisation. Black Out complet. La grecque n’était pas suffisamment désespérée pour oublier, préférant ressentir cette douleur dure et brute plutôt qu’une douce illusion qui lui rappellerait brutalement son mal au lendemain. Une autre personne dans la pièce n’oubliera pas ce qu’il s’est passé durant la soirée : le barman. Trop occupée à servir les clients, l’alcool lui était interdit durant son service, bien que, suivant les patrons, la règle change ; en théorie dirons-nous. Aeryn lui demanda donc si elle a un temps à lui consacrer, ce que la blonde acquiesça d’un sourire. Parfait donc, une personne à qui parler de tout, de rien de la vie, pour rien. Tant que cela ne la concernait pas, tous les sujets pouvaient être ouverts.

« C’est plutôt calme ce soir, par chez vous. Il ne risque pas d’y avoir de débordements »

Ou comment entamer la discussion l’air de rien. Un regard au vigile lui montra qu’il semblait s’ennuyer. Il aimerait bien un peu d’animation pour avoir de quoi se mettre sous la dent. Sa voix s’est élevée vers la barman, l’air de rien. Se fichant bien de ce qu’elle dit, ce n’est que pour entamer la discussion, libre à elle de la poursuivre ou non. Aeryn peut parler pour ne rien dire, et la discussion peut prendre un autre sens, une nouvelle tournure, une toute autre dimension. C’est drôle, non ? Elle n’était pourtant pas des plus bavardes ; préférant communiquer par des gestes, des actes, des regards. Le physique parlait parfois de lui-même et l’on pouvait apprécier une personne rien qu’en la côtoyant, sans pour autant s’adresser spontanément à elle. Aeryn voyait tout, balayant cette pièce avec avidité, s’arrêtant sur quelques détails insignifiants pour beaucoup, mais intéressants pour elle. Cette odeur d’alcool entremêlée à la cigarette qui s’élevait dans l’air, cette chaleur moite collant au corps, ces rires gras et amusés des clients, et ce fond sonore des plus entrainants. Les ingrédients essentiels étaient en place.

« Des idées de cocktails te sont venues depuis la dernière fois ?»

Aeryn se rappelait la dernière soirée où elle avait absorbé cinq ou six cocktails, tous différents, inventés tout droits sortis de l’imagination de la jeune femme. Si la grecque ne se rappelait pas tout ce qu’il y avait dedans, la seule chose qu’elle pouvait assurer, c’est qu’ils étaient bons. En sortant du bar, elle ne tenait plus très droit mais avait su rentrer chez elle sans accroc. Cette fois, pas question de terminer aussi mal que la dernière fois, même si Isis allait certainement prendre un malin plaisir à l’enivrer, privilégiant des dosages forts dans ses cocktails parce qu’Aeryn était bonne cliente. A moins que ce ne soit pas la faire davantage parler… un barman avait la sournoiserie de vivre également des petits secrets de ses clients, unique consolation de sa soirée de sobre. Chacun sa face de s’amuser n’est-ce pas ? Aeryn sentait que la proposition de cocktail n’allait pas tarder à tomber, connaissant Isis, et se connaissant elle-même, il n’était sans dire que la grecque ne saurait résister à cet appel du pied !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Jeu 16 Oct - 23:01

    Aeryn Elyatis avait donc demandé audience auprès de ma très charmante personne. Je ne la connaissais pas plus que cela à vrai dire, elle était une habituée depuis quelques temps, je ne saurais vous dire exactement depuis quand, car il y a tellement de monde qui vient régulièrement au Masquerade. Elle en faisait partie, mais souvent, elle restait là, seule. Elle était grecque, mais je n'en savais pas beaucoup plus, disons que la discussion tournait rarement autour de sa petite personne, mais ça je ne le décidais pas. Bien souvent, je suis l'oreille attentive, je fais et dirige rarement la conversation. Le client est roi, même dans ce domaine. Je ne savais pas de quoi la grecque voulait parler, mais elle me dit bien vite que ce soir était d'un calme plat. Je ne dirais quand même pas cela, mais nous avions connu bien pire, il faut se l'avouer. Elle ajoutait même qu'il n'y avait pas de risques de débordements.

    " C'est vrai, c'est assez calme ce soir, mais même avec peu de personnes, il peut y avoir des débordements. Mais les gorilles de l'entrée sont en général assez réactifs. "

    Et je faisais signe les deux videurs qu'il y avait là-bas à proximité de l'entrée. S'ils voyaient que l'un des clients étaient un peu trop remuant, qu'il montrait des signes trop importants d'ébriété, ils agiraient en conséquence. Parce que même s'il n'y avait pas forcément de énormément de monde, les risques de débordements étaient toujours à peu près les même. Il y avait quelques habitués qui aimaient chahutés, mais ce soir, ils n'étaient pas là. Peut être cependant seront-ils remplacés pas d'autres que je ne connais pas. Même si je passe énormément de temps par ici, je ne peux pas connaître tout le monde. Enfin, je connaissais pas mal de monde, surtout de vue, je ne les connais pas intimement. Il m'est arrivé de déjà conversé avec Aeryn notamment, mais je ne la connais pas plus que ça, comme bon nombre de clients. Puis la jeune femme me demanda si je n'avais pas eu d'autres idées de cocktail depuis la dernière fois. Il y avait toujours quelques bons mélanges à faire, c'est une certitude, mais je n'y pensais pas forcément entre chaque session. Pourtant, Aeryn m'inspirait toujours quelques choses d'unique, comme la personne qu'elle était sans doute, agissant de façon atypique, observant, mais se mêlant peu aux autres. Je ne savais pas exactement ce qu'elle cherchait en venant ici, car elle repartait presque toujours avec les idées claires, ou en tout cas avec assez de lucidité pour rentrer chez elle.

    " C'est drôle que tu m'en parle, j'étais juste en train d'en tester un à l'instant, à croire que tu m'inspire. "

    J'avais mélangé quelques alcool, avec quelques jus de fruits, je la laisserais deviner de quoi il était composé, en espérant qu'elle aime mais je m'en étais versée une lichette et j'avais appréciée le goût et sans doute que pour elle aussi, il en serait de même.

    " Je te laisse me dire ce que tu en pense, de quoi il est composé, et on essayera de trouver un nom qui lui corresponds bien, qu'est ce que tu en penses ? "

    Oui, elle était ma testeuse de cocktail, et puis après, si elle aimait, je décidais de l'ajouter à la carte. Il y avait toujours un peu de place dans le bas de la fiche, et puis, je faisais en sorte de toujours avoir quelques noms à rajouter, ça intriguait toujours les personnes de voir des nouveautés.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Ven 17 Oct - 13:16

Se laisser aller dans les affres de la boisson. Tentant, très tentant même. Mais pas ce soir, Aeryn devait se lever le lendemain pour le travail. Accueillir des clients avec une gueule n’était pas des plus amusants on va dire. Le contrôle de soi, pour cette fois. Elle y croyait et allait s’y tenir. Sous ses airs angéliques, se dissimulait chez Isis la diablesse incarnée. Ce n’était certainement pas la seule cliente à qui elle jouait le coup ; les barmans ont tous leurs cobayes pour qui tous les tests possibles et imaginables. Les videurs la connaissaient, et avaient d’ailleurs bien rigolé la dernière fois qu’elle avait eu du mal à trouver la sortie, faisant comme si tout allait bien. Maintenant, ils la connaissaient bien, elle remarqua même leurs petits sourires plaisantins lorsqu’elle croisa leur regard. Pour s’être bien ridiculisée la dernière fois, elle avait une idée de ce qui leur traversait l’esprit actuellement. Un plaisir que cette fois, ils n’auraient pas.
Calme, tout est relatif évidemment, Isis avait quand même du travail, mais pire elle avait connu. L’allusion aux cocktails ne tomba nullement dans l’oreille d’une sourde, Isis ayant déjà tout préparé. L’alcool lui délierait certainement la langue devait-elle penser. A quoi bon s’amuser à l’enivrer sinon ? Aeryn se laissait facilement aller au jeu, toujours même. Au plus il était dangereux, au mieux il était intéressant d’y participer. Jouer avec le feu sans se brûler, au fond, c’était un challenge à surmonter non ?

« Tiens donc ! Tu attendais simplement que je t’en fasse une allusion, je te connais ! »

Tout est relatif, Aeryn connaissait sa façon de procéder, ses réactions … en ce sens-là oui elle la connaissait. Au fond, connaître ses parents, le nom de son chien, ce genre de choses-là n’avait pas d’importance à ses yeux. Mais l’essence de l’âme des personnes qu’elle côtoyait, ce qu’ils étaient au fin fond d’eux, ce qui derrière le masque se profilait. Au fond, la grecque ne savait pas montrer qui elle était réellement, jusqu’au bout il fallait qu’un autre masque surprenne, dans une situation un moment donné. Quand elle pouvait apercevoir le reflet de l’âme des autres, elle pouvait affirmer les connaître même si, en retour, elle ne laissait pas grand-chose transmettre.
Prenant le verre entre ses mains, lâchant une minute sa bière amère, elle prit une gorgée pour goûter. Sucré, contrastant bien avec sa boisson précédente, et plutôt mal. La prudence s’appliquait au retour vers sa bière, capable de tout boire d’un coup.

« Moi je dis, ça passe. Tu as mis de la cannelle dedans ? »

Le basique jus d’orange, faisait partie des ingrédients qu’Aeryn ne trouvait pas spontanément, mais tout ce qui était farfelu et original, aucun problème pour deviner. Ses goûts pouvaient se comporter étrangement, elle le concevait, m’enfin Lorgnant Isis, elle sourit, mais la prévint tout de même de ces intentions concernant la fin de soirée. Une fois oui, tout le temps non. Personne n’allait la ramener, et même personne n’avait à le faire non plus. Fierté oblige, Aeryn savait également que rien de bon une fois trop enivrée, même si pour ça il n’y avait pas eu d’incident pire que d’embrasser un homme à qui elle avait parlé. Pas vraiment grave, mais quand même, lui avait cru à sa sincérité alors qu’elle s’en foutait. Et ça, ça posait problème.

« Ce soir, je veux rentrer en vie hein ! Je sais comment tu les charges, je préfère te prévenir»

Petit sourire narquois, feignant la blague, mais au fond vraiment sérieuse sur ce point-là. Qu’Isis lui laisse le temps de finir son verre et elle entamerait la phase cocktail… Garder le contrôle tout en essayant de profiter un peu. Aeryn ne profitait pas suffisamment, pas vraiment en réalité. Le regard des autres n’était pas en cause, c’était simplement elle qui se mettait des barrières, encore et toujours, de grandes murailles hissées pour éviter à l’envahisseur d’approcher. Ici, que pouvait-il arriver ? Une question sournoise d’Isis qui lui demanderait si elle n’avait pas un copain ou des personnes avec qui sortir ? Elle devait forcément être curieuse de sa cliente non ?

« Quant au nom, aucune idée pour le moment. Je te dis ça quand j’ai fini ma bière. Trouve-toi une autre victime en attendant ! »

A sa réponse elle ajouta un petit sourire aux lèvres, spontané et amusé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Sam 18 Oct - 1:40

    Aeryn était une fille fort sympathique, et elle était devenue l'un de mes cobayes quand je me décidais à créer de nouveaux cocktails. Je ne pouvais pas agir sans cela, même dans le domaine de la boisson, je me devais de créer quelques choses même si ce n'était pas aussi beau et mélodique que le piano, je me devais d'agir de la sorte. Alors je faisais des alliages, des alliances nouvelles dans mon petit shaker. Je m'en servais un fond de verre et si je jugeais le résultat acceptable, je faisais goûter à un des habitués que j'appréciais bien. C'était évidemment offert par la maison, car s'il n'aimait pas, je ne pouvais pas décemment le faire payer. Et les tests tombaient souvent sur la grecque, car c'était l'un de nos sujets de conversations quand nous prenions le temps de parler un peu ensemble. Et ce soir ne semblait pas faire exception à la règle, n'est ce pas ? Elle me connaissait pour cela, d'ailleurs elle ne manqua pas de m'en faire la remarque. Je riais d'un rire bref mais communicatif à celle-ci. A ce niveau là, elle me connaissait bien, mais quand je ne suis pas derrière mon comptoir, je suis bien loin de penser à un nouveau cocktail. Il n'y a que lorsque je suis ici que j'y pense, sinon mon esprit est obnubilé par bien d'autres choses plus intéressante à mes yeux. En fait, il y a bien des choses qui sont différentes chez moi selon les circonstances. Je réagis différemment en fonction de là où je me trouve, avec qui je suis aussi. Au Masquerade, il y a deux Isis, la barman et la pianiste, la première est plutôt drôle et serviable, la seconde est plus sensuelle et douce. Si jamais vous avez l'occasion de venir dans mon appartement, vous verrez que je suis encore différente, de même si on se croise à l’hôpital alors que je suis proche de ma sœur. Aeryn goûta donc le cocktail, une gorgée, avant de revenir à sa bière. Visiblement ce n'était pas forcément à son goût. En vérité, cela faisait une grosse différence entre sa bière et le cocktail. Le plus bizarre avec elle était qu'elle trouvait à chaque fois les senteurs les plus originales du cocktail en premier. Elle me dit donc qu'il y avait un peu de cannelle à l'intérieur et elle avait raison, quelques centilitres de sirop de cannelle, histoire de relever le goût.

    " En effet, il y a de la cannelle mais pas seulement, ce n'est pas le composant principal. "

    Le composant principal était du jus de goyave. Ce jus s'alliait à la perfection à de nombreux alcools et sirops en tout genre. Aeryn me regardait toutefois, je savais qu'elle avait quelques choses à me dire, et elle ne se fit pas prier. Elle ne voulait pas revenir dans le même état que la dernière fois, sachant à peine où se trouvait la porte de sortie du cabaret. Je souriais à cette remarque.

    " Loin de moi l'idée de te tuer voyons, je ne suis pas comme ça. "

    De toute façon, la dernière fois, j'avais fait un excès de zèle. Je m'étais amusée à créer 4 ou 5 cocktails mais ce soir, celui-ci serait suffisant, cannelle et goyave avec un peu de rhum, ça me paraissait être un bon compromis. Par contre, je ne voyais pas comme l'appeler pour le moment. Aeryn non plus ne semblait pas avoir d'idées, dommage. Elle me disait de trouver une autre victime.

    " Je comptais bien en trouver une autre rassure-toi. "

    Et je me dirigeais vers un autre habitué, laissant la jeune grecque avec ces deux verres, sa bière, et son cocktail pour le moment anonyme en quelques sortes. Je lui proposais la même chose versant dans un petit verre le restant du shaker. Il trouva immédiatement l'alcool qu'il y avait dedans mais n'arrivait pas à voir les senteurs qui l'accompagnait. La perception des gens est bien différente, c'est fou quand même. Je savais en général reconnaître les senteurs, mais j'y étais habituée à force. Je fouillais dans ma tête un nom qui pourrait être bien mais je ne voyais pas pour le moment. Je revenais vers elle.

    " Alors, une idée lumineuse te serait-elle arrivé pour le nom de ce cocktail anonyme ? Parce que je n'en ai pas, et le client là-bas non plus, tu es notre seul espoir. "

    Et puis après tout, cocktail anonyme ça avait une certaine classe, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Sam 18 Oct - 15:36

Prenant le temps de terminer sa bière, Aeryn tenta lamentablement de résister à l’appel du cocktail. Elle se connaissait trop bien, un verre rempli comme celui-ci, comment ne pas vouloir le vider dans la minute qui suivait ? Trop bon pour que le liquide reste, Aeryn savait qu’elle le viderait d’une traite, ou presque. Ben voyons, Isis n’était pas comme ça, à ne pas vouloir la tuer. Quelle menteuse !

« Tu sais très bien ce que je fais quand j’ai un verre plein sous mon nez »

Son regard suspect le lui fit bien comprendre d’ailleurs. Jouant avec le feu avec sa cliente, Isis savait très bien ce qu’elle faisait. Qu’elle fasse comme si ce n’était pas le cas revenait à cacher son jeu, et Aeryn se montrait plus douée également, ayant toujours une carte à jouer. L’épaisseur de ses frontières mentales se réduisait nettement avec la boisson, mais croire qu’elles se disparaissaient serait se fourvoyer. Aeryn ne relâchait jamais sa vigilance, jamais. Et si une phrase avait le malheur de la contrarier, elle se montrerait bien plus méfiante sous la portée de la boisson.

« Ton seul espoir ? Vraiment ? Je ne suis l’espoir de personne tu sais. »

Une note de sarcasme passa dans sa voix, signe que l’alcool montait à la tête. Aeryn avait une mauvaise perception d’elle-même et ce, depuis que son entourage proche décédait dans des circonstances désastreuses. Ses parents, sa sœur, mais pas que. Un de ces amis avait passé récemment l’arme gauche et s’était suicidé. Un autre avait tenté de le faire sur un toit, et n’éprouvait même aucun remords, se disant condamné, et vide. Aeryn ne pensait être l’espoir de personne, et ne voulait même pas représenter quelque chose pour n’importe qui. Si cela signifiait les condamner à une mort certaine, ce n’était pas la peine. Ce ton des plus sarcastiques, elle ne l’avait pas encore en compagnie d’Isis, certainement parce qu’une mauvaise pensée avait traversé l’esprit d’Aeryn qui ne s’était pas gênée pour dire à haute voix ce qu’elle pensait. Le barman ne comprendrait pas, de toute manière, pas de secrets libérés à son insu, juste un sous-entendu que personne ne comprendrait. Car Aeryn ne se confiait à personne. Même pas sa sœur.
Reprenant le ton de la conversation, Aeryn sourit bêtement. Finalement, l’idée était venue ! Comme quoi, il suffisait d’attendre que le breuvage passe par son sang pour qu’une lueur lui vienne dans son esprit des plus cassés. La voilà la bonne idée qu’elle avait là !

« Tu sais comment tu devrais l’appeler ? Le cocktail surprise. Quoi que tu aies mis dedans, il monte à la tête… pas de suite du moins, tu sais c’est comme l’embuscade, tu en bois quelques gorgées, tu te dis que tout va bien il n’est pas si fort que cela… et d’un coup il te surprend au moment où tu t’y attends le moins. »

Son esprit commençait à vagabonder en eaux profondes, très mauvais pour elle. Plongeant, se noyant, remontant à la surface, la fatigue n’aidait certainement pas à mettre les choses au clair. Son seul cocktail, Isis pouvait toujours lui en mettre un autre sous le nez, elle ne le boirait pas… à moins que son idée principale était de la coucher en suivant la moindre de ses requêtes. Tu voulais un seul cocktail Elyatis ? Le voici, bien violent pour que tu n’aies nul besoin d’un autre ! Poursuivant son blabla, Aeryn déployait de très bonnes idées pour l’affaire d’Isis, cherchant à prouver par A + B que son idée était bonne et bien pensée ! Oui, effectivement, bien réfléchie.

« Côté marketing, si tu as un client qui ne sait pas quoi choisir… tu le lui proposes et tu arranges le dosage le type de personne que tu as en face de toi. Pour les filles plus sucré, pour les mecs, plus amer. Et tu les surprends de cette manière. »

Et voilà comment Isis allait pouvoir créer des cocktails différents pour chaque client sans qu’aucun ne s’en rende compte ! Un moyen d’avoir des cobayes à tout bout de champ, pour toutes les soirées, pour toutes les envies ! Aeryn pourrait presque changer de métier et travailler dans un bar, mais dis donc que d’idées ce soir ! Ignorant toujours la totalité des ingrédients qu’avait pu mettre Isis à l’intérieur de son verre, elle les trouvait bien adaptés pour elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Jeu 23 Oct - 23:25

    Oui, je savais pertinemment qu'Aeryn avait du mal à résister à un petit verre, mais c'était la base d'une bonne cliente, n'est ce pas ? Je savais que si je lui faisais tester un cocktail, et bien qu'elle le goûterait et qu'elle le finirait pour me donner un véritable avis d'experte. Oui, je savais ce qu'elle faisait quand elle avait un verre plein sous le nez, sinon, je ne m'amuserais pas à ce que je fais de temps en temps avec elle. Je lui demandais donc si elle avait une idée pour le nom de ce fameux cocktail, je lui disais en plaisantant qu'elle était mon dernier espoir. Et elle me dit qu'elle n'était l'espoir de personne ce qui me fit sourire, elle se trompait mais elle n'en avait pas vraiment conscience. Mais je ne notais pas son sarcasme, peut être que pour elle tout cela était véridique, mais là, on la touchait de l'ordre du personnel, du trop personnel et si je lui demandais, elle se refermerait sans doute comme une huître, ne me disant rien à ce sujet, et c'était bien dommage. Je savais faire la part des choses avec mes clients. Je savais que je ne connaissais pas Aeryn en profondeur, je connaissais un petit peu la surface, à peine, mais dès que j'avais commencé à gratter un peu le verni de sa carapace, ça n'avait rien donné, et ceci plusieurs fois alors j'avais cessé de gratter, pour laisser reposer le verni. Ce soir, je ne chercherais pas à en savoir plus, un autre soir, un autre moment plus propice, je verrais bien, je saisirais la balle au bond. Finalement, elle me répondait pour un nom de cocktail, elle venait d'avoir une idée et ce n'était pas forcément très original, je dois l'avouer mais après tout, ça pouvait le faire. Le cocktail surprise ne serait peut être pas forcément son nom car comme elle le décrivait ce n'était pas ce qui correspondait le mieux à mon sens.

    " Pourquoi pas oui, mais vu la description que tu en fais, Embuscade correspondrait mieux pour son nom, la touche sucré surpassant en apparence la dose d'alcool qui pourtant est bien là. Tu ne crois pas que cela pourrait le faire ? Moi, ça me plait bien. "

    Mais avant de choisir ce nom là, je voulais quand même avoir son aval, comme si elle allait avoir un droit de regard au final. Elle ajouta que si je gardais ce nom là, je pourrais arranger le dosage à ma sauce, mais non, un cocktail à un dosage précis quelques soit le client frappant à mon comptoir, c'était simplement la physionomie de la personne et sa capacité à résister à l'alcool qui changeait la donne. Certains sont plus habitués, d'autres, ne le sont pas vraiment du coup, un cocktail peut suffire quand il en faudra trois ou quatre pour d'autres pour arriver au même effet. Je me disais qu'Aeryn pourrait facilement travailler dans un bar, elle s'en sortirait à merveille.

    " Tu n'as jamais bossé dans un bar, t'es sûre ? Parce que j'ai l'impression que tu t'y connais bien quand même à ce niveau là. "

    Mais peut être qu'elle était simplement douée naturellement avec ça, n'est ce pas ? Je ne savais pas trop à vrai dire, mais cela me semblait possible.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Sam 25 Oct - 22:46

Les vapeurs de la boisson montaient lentement dans l’esprit d’Aeryn, le flou se mêlant à cette inconscience qui se fissurait progressivement. Il n’y aurait bientôt plus qu’une fine barrière entre les secrets et Aeryn, qui, ne mesurait plus autant ses mots, parlant de sujets pouvant la trahir sur son passé. La demoiselle savait parfaitement les choses à dissimuler, en quelque sorte quand il s’agissait de parler d’elle… tout. Plutôt simple dans ce cas. Ses propos pouvaient néanmoins trahir ses origines, aussi bien son petit accent grec quand elle parlait anglais que son savoir dans certains domaines. Mais bon, dans un bar, personne n’allait faire attention n’est-ce pas ? Alors elle pouvait raconter sa science, non ? Et puis, toujours contrôler chaque mot, chaque phrase prononcée, à la longue, c’en était épuisant, et Aeryn ne souhaitait plus réfléchir davantage. Pas ce soir, pas tout de suite. C’est qu’il fallait donner un nom au cocktail ! Aeryn avait un peu d’idée, voilà qu’elles émergeaient au fur et à mesure, autant ne pas les gâcher et les faire sortir ! C’était le moment ou jamais, celui où, étonnamment, l’enivrement s’accentuait. Ce dernier ne pourrait ensuite que redescendre, l’occasion donc de déverser sa science tant qu’il en était encore temps.

« Sais-tu que l’Embuscade* est un cocktail français ? Il vient de Normandie, et c’est à base de calvados, bière blonde, crème de cassis et vin blanc. Mais bon vu que c’est le nom en anglais qui va être utilisé, je ne pense pas que ça pose problème de l’utiliser comme nom »

Les français ne courraient pas non plus les bars de la Nouvelle-Orléans, et combien comprendraient le terme anglais ? La réputation à ne pas maîtriser les langues n’était guère surprenant, le monde entier le savait. Isis pouvait amplement s’amuser à nommer le sien de cette manière.
Et puis vint cette question, de celles qu’il ne faut pas poser à l’antiquaire. De celles auxquelles elle ne prendrait même pas la peine de répondre par un « oui » ou un « non ». La franchise aurait dont de la trahir, les barmans se connaissant plutôt bien entre eux. Ce n’était d’ailleurs pas sous son nom qu’elle avait travaillé, à cette époque. Enfouir ses secrets était bien mieux que chercher à les déterrer dès que l’occasion se présentait. Si Aeryn avait recouvert sa vie six pieds sous terre, ce n’était pas pour rien.

« Peut-être bien. Qui sait ? »

Petit sourire en coin. C’était là où la conversation n’allait plus loin, d’où le passé restait sous scellés. Esquive d’une période de sa vie qui ne regardait qu’elle. Eviter de remuer ces choses-là était un art dans lequel Aeryn excellait ; quand cette perspective n’était pas envisageable, c’est le mensonge qui se tissait doucement. Aeryn savait comment persuader, comment lui donner vie, le rendre véridique aux yeux de tous. Parfois, il suffisait simplement de reprendre un fait réel, de modifier le temps, et le tour était joué. Il y en avait fallu, de l’entraînement, Aeryn s’inventant des vies à chaque nouvelle proie à qui elle dérobait ses richesses. Faux noms, fausses identités, fausses histoires… Un parfait caméléon qui n’hésiterait pas à changer de couverture si les problèmes venaient se hisser dans sa vie.
Revenant sur la conversation des cocktails qu’elle ne connaissait que trop bien, la jeune femme ne put s’empêcher de poser une petite question pour avoir, par le passé déjà tenté le coup. Et puis, si elle ne savait pas faire, elle pouvait lui donner quelques astuces !

« As-tu déjà testé des cocktails salés ? Dans le genre avec du basilic, du gin, ou encore du concombre ? »

Un sourire s’étira de nouveau sur ses lèvres, cherchant à changer le sujet en toute légèreté. La subtilité c’était l’affaire des femmes, Isis comprendrait certainement sans chercher à forcer… à moins que la curiosité ne l’emporte et qu’elle veuille fouiller plus loin, en lui donnant un autre cocktail entre les doigts par exemple. Aeryn commençait à se méfier, oh juste un chouia, rien de plus, mais suffisamment pour se mettre dans la tête que malgré son état, la méfiance était de mise… comme toujours lorsque l’on se ment à soi-même depuis des dizaines d’années.

*Aeryn prononça ce mot avec son plus beau français. Et l’alcool aide à avoir un bel accent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Jeu 30 Oct - 23:31

    Aeryn n'avait jamais travaillé dans un bar, elle était sérieuse quand elle me disait cela ? Parce qu'elle semblait en connaître plus que moi, pourtant, je n'étais pas la dernière des imbéciles à ce niveau là, c'est moi qui vous le dit. Ainsi, le nom potentiel de ce nouveau cocktail était déjà pris par un cocktail déjà existant. L'Embuscade, nom à prononcer avec un fort accent français venait donc de Normandie, une région de France. Elle pouvait même m'en dire le contenu qui était donc bien différent de celui que je venais de faire. Elle avait sans doute du passer par la France pour connaître cela, il y a quelques temps avant que le monde ne parte en vrille. Je n'avais pas connue la Normandie même si j'étais déjà passée par Paris, quelques semaines en suivant ma mère pour une série de concert alors que j'étais en vacances. Mais la Normandie, non, il ne me semblait pas l'avoir vu véritablement. La grecque m'avait donc sortie cela comme si c'était normal.

    " Ce serait bête qu'un français vienne me demander un 'Embuscade' et que je lui serve mon Embuscade à moi vois-tu. Je pense pas que les français courent les rues par ici, mais on ne sait jamais, il suffit que je tombe sur quelqu'un de lourd. Tu disais quel nom toi déjà ? Et si je l'appelais le Whitefield Cocktail ? Au moins, j'aurais donné mon nom à quelques choses. "

    Oui, cela pouvait être une bonne idée, non ? Moi ça me ferrait sourire et puis certains me demanderait un Whitefield, ce serait drôle. Faudra que je m'y habitue toutefois parce que je risque de ne pas capter tout de suite qu'ils parlent du cocktail pensant qu'il me parle à moi. Au fond, ce n'était peut être pas une si bonne idée que ça mais bon, j'attendais l'avis de ma testeuse. Elle entretenait en tout cas toujours le mystère autour de sa personne. Je ne savais pas si elle avait été barman, serveuse dans une autre vie, mais cela ne me semblait pas impossible vu comment elle avait parlé du cocktail mais je ne cherchais pas à insister bien entendu. Je savais qu'elle esquivait toujours les choses quand je lui posais une question trop personnelle, mais un jour je l'aurais, un jour. Elle me demanda alors si j'avais déjà testé des cocktails salés. Je n'en avais jamais vraiment essayé à vrai dire, ce n'était pas trop mon truc le salé, mais après tout, certaines boissons ont un peu ce goût là, n'est ce pas ?

    " Non, je n'ai jamais testé avec du basilic ou du concombre mais avec du gin, ça existe oui, je ne sais plus lequel en contient mais j'en ai déjà fait avec cet alcool. Il suffit que je le retrouve pour que je t'en fasse un si tu veux. "

    Mais peut être me disait-elle cela simplement pour que j'évite de poser trop de questions sur sa vie à elle, n'est ce pas ? Peut être qu'elle ne voulait pas plus d'alcool, car sinon, il pourrait lui monter à la tête, et elle pourrait se livrer bien trop facilement. Je m'étais toujours posée la question pourquoi est ce qu'elle entretenait toujours autant le mystère. Qui était-elle vraiment ? Qu'avait-elle bien pu faire pour que cela ne soit jamais ne serais-ce que mentionné ? Peut être qu'elle ne savait plus qui elle était vraiment à vrai dire, c'était une possibilité.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Dim 2 Nov - 13:37

Elle se souvenait bien, la mémoire encore fraîche de ce travail qu'elle avait fait quelques années plus tôt. Le souvenir, brûlant, lui rappelait cette période lointaine où l'insouciance devant ce nouvel eldorado demeurait, avant la chute vertigineuse. Vivre en Grèce ou aux États-Unis n'apportait pas de grandes différences qu'un nouveau pays, une nouvelle culture et une langue à maîtriser. Cela n'avait rien d'envieux par rapport à son pays d'origine, Aeryn se demandait encore ce qui pouvait tant faire rêver les hommes pour vouloir y vivre absolument. Elle aussi avait rêvé et le coup avait été douloureux à encaisser au final. Pour vivre, les techniques restaient les mêmes, les États-Unis n'apportant rien pour faciliter l'insertion professionnelle. Les premières galères, les difficultés, tout cela ne rappelaient pas à la jeune femme de bons souvenirs et pourtant, sa sœur y était, ancrée dans ce passé qui n’était plus.
Un sourire se dessina sur ses traits à sa remarque, revenant dans le présent actuel. Ah, les français, toute une histoire de … culture ? Comment expliquer que ce pays était mauvais en langues… remarque les anglophones ayant la langue internationale, pas besoin d’apprendre quoi que ce soit pour se faire comprendre… les veinards.

« Je ne pense pas que tu risques grand-chose le niveau d'anglais des français est clairement à revoir. Si déjà ils arrivent à comprendre la signification d'embuscade, je ne pense pas qu'ils feront le lien. Pourquoi pas lui donner ton nom en effet! Miss Whitefield vous êtes en train de marquer votre passage au Masquerade ! »

C'était un peu égocentrique de nommer un cocktail par son nom, mais personne n'y ferait attention, dans un bar, ce qui importait pour le client n'était autre que le contenu de son verre. Du reste tant qu'il pouvait se souvenir facilement du nom pour en recommander, sa provenance n'importait que pour son créateur le plus souvent ! Et puis, rien ne l’empêchait de s’amuser un peu, après tout, c’est elle qui créait ces boissons dont tous allaient se délecter. Où serait l’intérêt s’il n’y avait pas une petite part de fun là-dedans ?
D'un sourire, la grecque refusa poliment le verre de concombre et basilic, ayant dit cela juste pour s’amuser, rien d’autre.

« Je ne suis pas très adepte de ce type de verre mais je sais que certains l'apprécient énormément pour cela que je t'en parlais. Du reste je préfère garder le goût du Whitefield en bouche »

Voilà que le nom était adopté! Il en fallait peu à Aeryn pour se laisser entrer dans le jeu, plus particulièrement à la vue de l'heure et de son état. Elle n’allait pas tarder à rentrer, sauf que les évènements allaient l’enchainer au Masquerade pour encore quelques temps…

La démarche hésitante, le pas tirant aussi bien sur la droite que sur la gauche. Marcher sur un fil l'aurait mené tout droit vers la chute vertigineuse. Le visage rougi, des gouttes de sueur perlaient le long de ses joues. Sa mine pitoyable lui donnait l'apparence d'un homme affamé, ou plutôt assoiffé. L'alcool semblait avoir atteint son organisme sans pour autant avoir le succès escompté. Il semblait à bout de forces à bout tout court. Comment en était-il arrivé là? Sérum ne fit pas attention à lui, personne ne sembla s'en soucier sauf peut-être ceux qui l'avaient vus entrer. Le vigile, pour quelques secondes d'inattention l'avait laissé entrer. Se reprenant, il alla à sa rencontre, lui disant que son état ne lui permettait pas de rester dans l'établissement qu'il l'invitait donc à sortir aussitôt et de revenir une prochaine fois dans un état plus présentable. Le dévisageant des pieds à la tête, il n'en fallut pas davantage pour provoquer l'intrus. Se mettre en colère fur libérateur. Sans que le vigile ne comprenne ce qui lui arrivait, l'importun commença à le vider de son énergie devant tous les clients, sans aucune gêne, devant un vigile qui poussa un hurlement de douleur. Pour Aeryn, ce fut un mauvais souvenir qui remonta, de ceux dont elle se serait bien passé... Elle jeta un regard dans la direction d'Isis pour lui demander quoi faire, s'attendant à une réaction de la blonde... La réputation de son bar était en jeu, un incident de ce genre ne passerait pas inaperçu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Jeu 6 Nov - 19:57

    Embuscade me plaisait bien comme nom de cocktail, mais selon les propos de miss Elyatis, il était déjà pris par un cocktail français et je n'avais pas envie de créer de possible confusion entre ces divers agréments de boissons. La Nouvelle-Orléans fut un bastion français, il y a de cela de nombreuses années mais ce n'est plus le cas aujourd'hui, cependant, je préfère évité tout amalgame. Si un français passait par là et me demandait ce cocktail et que je lui fasse le mien il serait fort déçu, même s'ils n'étaient pas nombreux, et qu'ils devaient être encore moins nombreux à connaître le dit-cocktail. En vérité, la proportion était quasiment nulle, mais pour les 0,01% qu'il restait à vu de nez, je ne voulais pas prendre de risques. Ma conseillère me disait donc que je pouvais me permettre de marquer de mon empreinte le Masquerade avec un cocktail portant mon nom. Et bien, qu'il en soit ainsi après tout, cela ne sera pas si mauvais que ça pour mon image et celle du cabaret. Je devrais même penser à créer un cocktail pour chaque personne travaillant par ici, cela pourrait donner un bon effet de style, un peu de prétention dans un lieu comme celui-ci ne pouvait pas faire de mal assurément, Ruby adorerait l'idée, ou alors elle fulminerait à l'idée que d'autres qu'elle puissent donner un nom à un cocktail. Je verrais bien le moment venu quoiqu'il arrive de toute façon, n'est ce pas ?

    " Oui, je crois que je vais faire ça. Cela fait un peu prétentieux mais je m'en fiche, ce n'est pas bien important, et puis au moins, ça donnera une belle image de marque au Masquerade, une classe venue d'un autre temps. "

    Du temps où la vie était plus simple, un temps que je n'avais pas connu, pas vraiment, mais que ce cocktail représenterait à présent. Oui, ça m'allait plus que bien même. Elle me parlait de basilic et de petites choses dans ce genre que je pourrais mettre dans un cocktail, mais en vérité, elle n'en voulait pas, elle me signifiait simplement que certains aimait ce goût là. Je trouvais cela un peu étrange d'avoir de l'alcool ayant un goût plus salé que sucré, mais après tout, certains aiment bien avoir des choses folles dans leur verre. Je le savais depuis le temps, j'avais eu parfois des commandes insolites, encore plus insolite que les cocktails que je m'amusais à créer pour la frime. Aeryn avait en tout cas adopté le nom de ce cocktail, et cela me fit sourire car en vérité, j'étais Isis pour tout un chacun, ils n'étaient pas si nombreux que ça à connaître mon nom de famille, mais peut être qu'en voyant cela, ils s'en souviendraient plus facilement, cela restait à voir bien évidemment. Mais bien vite notre attention à toutes les deux fut absorbées par un homme venant d'arriver à l'intérieur du Masquerade. Il était déjà bien amoché par l'alcool, comment l'avait-on laissé rentré par ici ? Cela semblait inconcevable, mais pourtant c'était le cas, le vigile l'avait laissé entrer sans plus de contrôle mais il s'était rendu compte de son erreur, tentant de la rattraper mais un peu trop tardivement à vrai dire. Aeryn me regardait, mais que pouvais-je faire de plus ? Le soûlard donna un violent coup au premier vigile. Le second arriva tout de suite derrière pour calmer l'homme imbibé d'alcool. Tout rentrerait rapidement dans l'ordre, je le savais bien.

    " Ce sont des choses qui arrivent malheureusement. Ce n'est pas le premier et ce ne sera sans doute pas le dernier. Heureusement que les jeunes femmes sont plus pacifique quand elles ont un coup dans le nez, n'est ce pas ? "

    Enfin, en général, c'était ainsi, il y en avait régulièrement qui ne tenait plus sur leurs jambes, mais elles ne cherchaient que très rarement à se battre, à se montrer supérieure par ce moyen là. Hier encore, une jeune femme était complètement à l'ouest, si bien qu'elle en était tombé dans les bras du vigile qui avait juste eu le temps de la rattraper sinon, elle aurait pu se faire mal. Je souriais à Aeryn, la soirée était loin d'être finie mais je ne savais pas ce qu'elle avait prévue. Peut être qu'elle ne tarderait plus à moins qu'elle ne reste jusqu'à très tard pour me tenir compagnie même si j'en doutais un peu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Mar 11 Nov - 23:14

Certains incidents font partie de la routine. Dans les bars et autres établissements de nuit, les débordements sont étrangement aussi proches qu’une soirée réussie. Toute est question de limites, tout est question de ligne à ne pas franchir. Connaitre les règles, profiter de la liberté sans pour en autant les entraver. Freedom in the box. Tant que l’on sait ce qui est interdit, tout le reste est possible. Il suffit de suivre les règles, de les appliquer, et tout ira pour le mieux.
Pour le reste, il ne faut pas chercher à comprendre, pas chercher plus loin. Certains n’en ont pas conscience, car elle est partie, perdue dans les limbes de leur esprit. Ils ne pensent plus, ne cherchent plus à savoir finalement. L’oubli, le néant. Ils ne veulent plus savoir, s’accrochant à ce brin d’euphorie passagère pour fuir cette réalité morbide qui les détruit, pour fuir le mal qui les ronge et retrouver l’ambiance euphorique le temps d’une nuit. Au lendemain, tout sera redevenu comme avant : il est pourtant loin et distant ce lever du petit jour, ne se présentera pas avant quelques heures. Autant en profiter avant qu’il n’arrive. C’est dans longtemps et tout peut arriver… ou presque.
Aeryn a déjà été témoin de ce genre de choses, pour les avoir vu de ses propres yeux dans un passé lointain qui n’est plus. Elle saurait comme réagir face à cette situation pour y avoir été confrontée et avoir appris de cela. Pourtant, dans ce bar, ce n’est pas à elle d’agir et de faire quoi que ce soit. Se mettre dans de sales draps lui semblait pourtant pas habituel. Pas ce soir. Pas dans ses conditions.

L’action de l’autre vigile fut assez rapide et ferme. Maîtrisé, l’incident fut clos assez rapidement, le responsable mis KO et éjecté de l’établissement assez rapidement. Comme quoi, il suffisait parfois d’un élan de zèle pour réveiller ces gorilles qui n’avaient rien à se mettre sous la dent de la soirée. On ne pouvait pas dire que ce soit ce ne serait pas le cas, après ce qu’il venait de se passer. La réflexion d’Isis eut l’audace de faire rire Aeryn.

« Détrompe-toi, certaines sont même pires que celui-là, je peux te le dire. Parfois, faut les porter jusque chez elle avec la crise d’hystérie, et encore ce n’est rien en comparaison avec leur disparition soudaine quand l’une refuse de se faire raccompagner chez elle… »

Mauvais souvenirs ? Pas vraiment, plutôt témoin visuel de certaines choses flagrantes. Elle ne fréquentait ce genre de personnes, avait eu suffisamment à faire avec sa sœur… pour ajouter d’autres personnes à la liste. La famille, ce n’était pas comme des personnes rencontrées sur le pouce avec qui l’on passait une bonne soirée, avec l’un, un lien fort se construisait, tandis qu’avec l’autre, rien ne se profilait. Autant rester avec ceux qui vous considéraient autrement que comme un copain de beuverie n’est-ce pas.

« Détrompe-toi, certaines sont même pires que celui-là, je peux te le dire. Parfois, faut les porter jusque chez elle avec la crise d’hystérie, et encore ce n’est rien en comparaison avec leur disparition soudaine quand l’une refuse de se faire raccompagner chez elle… »

Sur ces jolis mots, elle se souvint de son état, avec suffisamment de conscience pour se dire que l’alcool étant redescendu, Aeryn semblait parfaitement capable de rentrer chez elle en un seul morceau. Avec la chance qu’elle avait, il était fort probable qu’une mauvaise rencontre se profile sur le chemin… se battre faisait partie de ses capacités, très utile quand on est une femme indépendante. Autant faire en sorte de le rester et de n’avoir jamais besoin d’un homme pour se faire aider. Jamais.

« Je vais te laisser, je tiens à peu près debout… parce que je te connais et que je vais certainement boire davantage si je continue à trainer dans le coin. A la prochaine Whitefield »

Ça l’amusa de l’appeler par son nom, c’était drôle, autant y mettre un peu de fun non ? Allez, il était temps de décoller de ce fichu tabouret et de rentrer. Etrangement, Aeryn eut la surprise de remarquer qu’elle marchait droit, campée sur deux pieds qui ne flageolaient pas trop, et ayant une fichue envie de rire. Les joies de l’alcool.

HJ : Je pense qu’on peut clôturer là ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]    Ven 21 Nov - 15:51

    Cette soirée au Masquerade semblait être tout ce qu'il y a de plus normal à vrai dire. Je me demandais quand il y aurait un peu d'action même si finalement, il n'y avait pas tellement de monde ce soir. Mais monde ou pas monde, il y en avait toujours pour faire le spectacle en dehors de l'estrade, dans la salle parce qu'ils buvaient trop. Personnellement, ça ne me faisait plus rien ou presque, à vrai dire. Tant que mon intégrité physique était conservé, il pouvait y avoir de la bagarre un peu partout, ça ne me gênait pas, je n'étais pas là pour faire la police quoiqu'il arrive, du moins, pas plus que ça. Si je voyais des personnes passablement éméchées, je pouvais me garder le droit de leur servir de l'alcool ou non, mais ce serait bien tout à vrai dire. Mon pouvoir dans ce lieu n'était pas très important, pourtant, je faisais avec. Je servais les verres, je contentais les clients, ça me convenait même si je dois avouer que je préférais largement jouer de la musique que de servir des verres. Mais j'étais enchaînée à ce contrat, ce double contrait visant à jouer de mon corps pour la musique mais aussi pour servir des verres. Heureusement qu'il y avait des habitués pour Aeryn pour égayer ce genre de soirée, et puis parfois, il n'y avait personne, alors je prenais mon mal en patience, attendant de meilleures soirées, notamment, celles où je jouais du piano. Je repensais à Orfeo, cet homme qui semblait être d'une timidité maladive. Je lui avais à peine touché la main qu'il avait pris peur et qu'il était partie bien vite. La grecque me dit alors que certaines jeunes femmes sont aussi très dangereuses quand elles ont trop bues, qu'elles font des crises d'hystéries et tout ce qui va avec. Je n'en avais pas trop eu jusqu'à présent par ici, les filles arrivant à se tenir plutôt calmes. Mais je sentais qu'Aeryn avait déjà connue la situation, donc qu'elle avait déjà travaillé dans un bar ou quelques choses comme ça. Ce n'était pas une information capitale, mais je saurais m'en souvenir, pour la prochaine fois, car la belle avait des envies de voir ailleurs. Elle avait bu mais pas trop, juste ce qu'il fallait pour avoir le sourire, avoir la visage qui brûle un peu, les yeux humides. Je ne savais pas si elle commençait à tout voir tourner, mais il ne devait pas lui en manquer énormément. Je souriais à ce qu'elle venait de me dire. Elle m'avait appeler par mon nom, chose assez rare mais qui semblait lui plaire.

    " Pourquoi te ferrais-je boire plus que de raisons voyons ? Allez, on se voit un autre soir, bonne fin de journée Elyatis. "

    Je ne savais pas si elle m'avait seulement entendu mais cela n'avait guère d'importance à vrai dire. Je la regardais partir et visiblement, elle marchait assez droit, elle aurait donc pu en boire peut être un ou deux de plus pour que ceci ne soit plus possible. Un sourire s'affichait sur son visage comme si finalement, elle avait envie de rire parce qu'elle arrivait à marcher droit, ce qui n'était pas un scoop en soi. Et déjà elle n'était plus là. Je me souriais à moi-même, lavant un ou deux verres vides qui traînaient sur le comptoir. La soirée était finie pour elle mais pour moi, ce n'était pas encore tout à fait le cas. Il me restait quelques heures à tuer encore mais cela passerait vite. Et puis nous serons déjà au lendemain, et nous recommencerons, un éternel recommencement qui faisait partie de ma vie depuis le temps maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 

Bier, fun and rock n' roll [Isis] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I Love Rock'n'roll
» roll-over, zone réactive, image et son
» roll-over qui reste
» Problème avec roll over qui "clignote"
» Roll-over : problême !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-