AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ cause this life is as fragile as a dream (noah&isis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: ❝ cause this life is as fragile as a dream (noah&isis)   Dim 30 Sep - 16:27


“ cause this life is as fragile as a dream ”
Noah D. Meadow & Isis Whitefield♪♫♬

La nuit avait été agitée. Difficile de trouver le sommeil ces derniers temps, dans ce monde qui ne ressemblait plus à grand-chose. C’était des millions de doutes et de questions qui naissaient dans la tête de la jeune femme à longueur de journée. Elle ignorait combien de temps elle allait survivre, combien d’appels auraient lieux sans que son nom ne soit tiré au sort et plus que jamais, elle doutait d’être capable de garder cette promesse silencieuse qu’elle avait faite à sa sœur aîné. Elle lui avait promit qu’elle serait là à son réveil, que quand elle ré-ouvrirait les yeux, elle serait là, comme un repère fixe dans un monde qui avait changé énormément depuis qu’elle était tombée dans le coma. Elle lui avait murmurer ces quelques mots alors qu’elle semblait plongée dans un profond sommeil, simplement endormie, comme si le bruit aux alentours, le fait de la secouer un peu pourrait la sortir des bras de Morphée. Pourtant, elle dormait encore à l’heure actuelle, depuis de longues années déjà. Isis ignorait si sa sœur avait entendue cette promesse qu’elle lui avait faite. Certaines personnes disent que les gens dans le coma sont capable d’entendre les paroles, les sons autour d’eux, mais c’est loin d’être une théorie prouvée. De toute façon, ça n’avait pas d’importance. Cette promesse, elle l’avait faite. Le réveil de sa sœur était un espoir auquel elle restée attachée bien plus qu’elle ne le devrait. Comme une folle, une gamine naïve ne voulant pas faire face à la réalité, elle était persuadée que sa grande sœur reviendrait, tout comme elle était persuadée que deux et deux faisaient et feront toujours quatre - quoi que certains mathématiciens ont trouvé le moyen de rompre cette vérité, mais en principe, elle est plutôt indiscutable. Pour sa sœur, elle devait rester en vie. Pourtant, ça semblait être une chose compliquée ces derniers temps. Son propre sort n’était plus vraiment entre ses mains. C’était le hasard qui semblait à même de décider si elle allait être envoyée dans une arène pour se battre jusqu’à la mort ou bien si elle allait pouvoir continuer sa vie plus ou moins tranquillement, sans se faire remarquer, comme elle le faisait si bien. Elle était une jeune femme relativement discrète, pas du genre à s’attirer des problèmes, ainsi, elle avait bien souvent la certitude que c’était un bon moyen de rester en vie. Cependant les hunter’s seasons ne jugeait pas de la capacité des gens à ne pas s’attirer de problèmes. Ça n’avait pas d’importance qu’elle soit une jeune femme frêle et fragile ou qu’elle lutte pour se faire le plus petite possible dans la vie de tous les jour, qu’elle soit une artiste plus qu’une combattante. Ce n’était pas des paramètres qui rentraient en compte lors de l’appel. Elle avait autant de chance que les autres de se retrouvée livrée à elle-même dans une maudite arène et nuit après nuit, l’angoisse que son nom soit tiré la prochaine fois la maintenait éveillée. Cette nuit, c’était ça aussi qui l’avait réveillée en sursaut. Des cauchemars qui se répétait, des tueries incessantes dans ses songes. Elle et ces maudits jeux. Sortie du sommeil bien trop tôt, elle était restée assise un certain temps dans son lit comme si ça allait changer quelque chose. Rien, évidemment, comme toutes les nuit, elle était juste éveillée, angoissée, presque paniquée si bien que rapidement, elle jugea bon de sortir de son lit pour aller prendre une douche avant de s’habiller, commençant sa journée à une heure ou beaucoup de gens dorment. Elle attrapa papier et crayons dans le but de dessiner, passer le temps en se plongeant dans ce qu’elle faisait de mieux après la musique, le dessin. Pourtant, les traits de son crayon semblaient hésitant presque tremblant, incertains, si bien qu’elle se stoppa net dans son geste, laissant échapper un léger soupire avant de laisser tomber le crayon sur la table et de quitter le bureau auquel elle était installé. Elle ne pouvait pas rester à broyer du noir ici plus longtemps. C’était ce qu’elle faisait déjà tous les jours depuis un certain temps. C’était trop. Il fallait qu’elle parle à quelqu’un et bizarrement peu d’idées lui vint en tête. Simplement Noah à vrai dire. Il était son psychiatre à l’origine, la personne la plus à même de l’aider, même si aujourd’hui il était plus que son simple psychiatre, ils avaient partagés bien plus que de longues discussions si bien qu’elle ne savait plus si c’était de son oreille attentive et de ses conseils avisés ou bien de ses bras chaleureux dont elle avait besoin à l’heure actuelle. Ça n’avait pas d’importance, elle trouverait à ses côtés ce sont elle avait besoin, c’était sûr. Même si l’idée d’être une autre à ses yeux devenait de plus en plus dérageant, elle s’en était si souvent accommodé, elle pouvait bien recommencer, encore une fois.

C’est ainsi, avec l’envie de voir cet homme que le jeune femme avait quitté son domicile, se rendant dans une autre zone, là où il habitait, juste pour le voir, parce qu’il était le seul à pouvoir faire taire toutes ces craintes qui en elle devenait trop violentes pour être supportables. Elle était fragile de nature. Santé fébrile qui lui donnait des aspects de poupée de porcelaine, si facile à briser. Le manque de sommeil de ces derniers temps avait blanchi son teint déjà pâle, lui donnant un air encore plus fragile. Elle avait mit du temps à arriver tout prés de chez lui, si bien que l’obscurité de la nuit avait laissé place à l’aurore enrobant doucement le monde de sa faible lueur. Trop faible. De gros nuages gris se dessinaient sans le ciel, bloquant les rayons du soleil naissant. Elle leva les yeux vers le ciel un court instant. Il allait pleuvoir. Elle réajusta son sac sur son épaule avant de reprendre sa longue marche pour avoir, ne serait-ce qu’une petite chance d’arriver chez lui avant que la pluie ne lui tombe sur la tête. Malheureusement pour elle, elle ne fut pas assez rapide, ainsi, elle sentie quelques gouttes tomber sur sa tête, la poussant à marcher d’autant plus vite. Bientôt, se fut l’averse qui tomba sur elle alors qu’elle arpentait les rues de la zone avec une certaine habitude. Elle était déjà venue chez lui bien plus d’une fois, c’était un chemin qu’elle connaissait presque par-cœur et qu’elle était capable de suivre facilement, malgré le rideau de pluie qui lui brouillait quelque peu la vue. Tête baissée elle fixait le sol tout en continuant sa marche. Elle se sentait trempée, tremblante par le froid qui s’emparait peu à peu de chaque parcelle de sa peau. Elle laissa échapper un léger soupire alors qu’elle voyait enfin son salut arriver. Arrivée devant la porte de Noah, elle toqua énergiquement à la porte, ne pensant pas une seule seconde à la possibilité de le réveiller en cette heure matinale. L’idée ne lui avait même pas effleurer l’esprit, à croire que tout le monde vivait à son rythme. Elle cessa de toquer croisant ses bras sur sa poitrine pour resserrait un peu autour d’elle la fine laine qui lui servait de veste, cherchant à stopper ses grelottement, chose sans doute impossible à cause du froid dont son corps était saisi. Elle n’avait plus qu’à prier qu’il lui ouvre sa porte maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 

❝ cause this life is as fragile as a dream (noah&isis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» problème life time map updater
» Little Life the story worm
» GTA Real Life ! La vrai vie sur GTA IV !
» Game Life'
» New-Life - Jeu par navigateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-