AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Sam 1 Nov - 22:02


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


Une énième nuit de luxure. Un banal échange de services épicuriens entre deux individus, deux humains – enfin, si l’on pouvait encore les catégoriser de la sorte, Dieu sait que certains en auraient long à redire sur le sujet. Pourtant, on ne pouvait pas nier qu’ils étaient tous les deux vulnérables, vulnérables au charme de l’autre, vulnérables à cette force d’attraction sans queue ni tête et pourtant indéniable qui semblait les pousser l'un vers l'autre, vulnérables à leurs désirs et fantasmes les plus profonds, ou en d’autres mots ; si humains
Mais à présent que Connor avait assouvi chacun de ses besoins les plus intimes et hédonistes, la sorcière était prête à prendre la poudre escampette comme elle le faisait si bien. Certes, ce n’était pas forcément l’envie qui manquait de rouler dans les draps avec le chaton une fois de plus, mais elle jugeait lui avoir suffisamment accordé d’importance pour une journée en passant la nuit à ses côtés. Elle avait d’autres chats à fouetter – littéralement

Note à soi-même, pensa-t-elle en se levant lentement et difficilement du lit ; définitivement tenter le fouet un jour ou l’autre avec le garagiste. Les yeux à moitié clos, la succube tentait vainement de s’escamoter de la rutilante lumière de l’aube de la Nouvelle-Orléans qui avait pour don de la rendre âcre dès les premières minutes de sa journée, au plus grand désarroi de ses martyres quotidiens. D'ailleurs, il ne fallait pas plus de deux neurones pour soupçonner que l’une de ses victimes aujourd'hui serait fort probablement le mécanicien ; éternelle proie de son acerbité coutumière.  
Un pas en avant, en voilà un autre qui lui paraissait encore plus pesant que le précédent. Force était donc de constater la lourdeur de son corps entier, de ses muscles qui lui semblaient plus imposants et tout aussi plus pesants, et tant qu'à y être, de constater que sa tête était définitivement dans son cul. Oh certes la nuit avait été agitée, et si Connor était un amant exceptionnel - elle-même ne pouvait le nier malgré son esprit de contradiction - il lui fallait plus qu’une nuit torride et embrasée pour l’éreinter d’une telle manière. 
Enfin dans la salle de bain, elle tendit la main vers le robinet s’apprêtant à faire couler un peu d’eau pour se rafraîchir, se sentant particulièrement drôle et différente aujourd’hui, pour le moins qu’on puisse dire. Main contre le robinet, les yeux encore à moitié-clos ; un geste robotique sans histoire, une routine sans importance... mais tout de suite ses mains lui apparurent beaucoup moins immaculées et féminines qu'elles pouvaient l’être en temps normal. Ça devait forcément être la fatigue, et peut-être bien l’heure, va savoir. Outrepassant cette observation, Cordelia fit couler l’eau entre ses mains avant de s'asperger la figure d'un geste précis, venant par la suite caresser de ses doigts les traits de son visage en temps normal si finement bien dessinés...

Et pourtant, quelque chose lui semblait être différent. Tâtant sa peau, son nez, ses lèvres, rien ne lui paraissait normal. Elle crut même sentir une certaine rigueur qu’elle ne connaissait que trop bien, car elle associait à la  barbe naissante que Connor se laissait parfois pousser - et qu'elle ne détestait pas, c'était le moins qu'on puisse dire. Relevant le visage dans une hâte à laquelle elle ne s’était jamais adonnée, pas même lorsqu’elle fuyait pour sa vie, elle s’observa dans la glace du miroir devant elle. Aussitôt, la surprise laissa place à la répulsion. 

Un simple cri décampa des tréfonds de sa gorge.

Un cri qui s’était voulu le plus aigu possible, mais qui pas étonnamment était sorti plutôt grave, et qui s’était cassé en mi-chemin dans un timbre rauque et masculin. Ce n’était pas compliqué, et pourtant, Dieu sait que ça lui paraissait impossible et totalement irréalisable ou plausible ; elle était Connor. Elle était dans le corps du putain de Connor Joshua BlackPearl, le dernier des ratés de la Nouvelle-Orléans, le dernier des drogués, le dernier des imbéciles, le dernier de tout ce que vous voulez. Bien entendu, la première chose qui lui venait en tête, c’était qu’elle était en train de rêver, ou pire encore d’halluciner. Un vieux coup bas d’un énième Nightkeeper qu’elle avait embêté dans le passé ; Dieu sait que la liste était longue. Voilà ce que c’était. Ça ne pouvait être que ça... Non? Malheureusement, la succube avait beau se pincer, se frotter les yeux jusqu’à en avoir de toutes les couleurs, rien ne changeait, son visage était toujours le même ; c'est-à-dire, pas le sien. 

Naturellement, à présent qu’elle avait éliminé le rêve ou l’illusion de la liste, il ne lui restait qu’un coupable à blâmer. Connor. Ou devrait-elle dire Cordelia, à ce stade-ci? Tout lui apparaissait si complexe, mais elle semblait capable de se rappeler de ses souvenirs à elle et de ne pas pouvoir accéder à ceux du blondinet, alors elle pouvait se réconforter à l’idée d’être toujours elle-même, pour ce que ça valait… C'est-à-dire, pas grand-chose
Attrapant l’oreiller sur lequel elle avait dormi précedemment, elle n’hésita pas à frapper Connor avec celui-ci, avant qu’elle ne réalise qu’elle était quand même en train d’enfiler des coups à sa propre carcasse à elle, et que les biceps et autres muscles de l’ex-flic n’étaient définitivement pas qu’une simple décoration ; le rapport-force étant complètement différent. « Ouvres les yeux, enfoiré! » grogna-t-elle alors qu’elle l’observait se réveiller paisiblement dans son corps de déesse à elle. « Tu vois ça, BlackPearl? Hein? C’est de ta faute, sombre imbécile! » Une légère pause, avant qu’elle ne pointe son visage, ou plutôt celui de Connor, de son doigt loin d’être manucuré. Pouffant de rire, elle était à vrai dire plus désespérée qu’amusée. « J’ai ta misérable tronche …et...et tout ce qui vient avec. » Croisant les bras sous…ah non, définitivement pas sa poitrine, mais les pectoraux du mécanicien feraient définitivement l’affaire. « Qu’est-ce que tu as encore fais, hein Connor? Je peine à voir qui autre que ta pitoyable personne pourrait être derrière un tel fléau. Peut-être souhaiterais-tu m’éclairer un peu sur le sujet, hmm Pesta-t-elle acerbement – ou devrait-elle dire, pesta-t-il? – agressive et définitivement plus menaçante que d’habitude avec les traits et le timbre de voix de l’ex-junkie. 
Sans surprise, la sorcière ne lui laissait à peine le temps d’assimiler lui-même le sérieux de la situation. Tout de même, elle attrapa le téléphone portable du jeune homme trainant sur la table la plus proche, et lui tendit devant les yeux, entreprenant d’utiliser l’écran du portable pour refléter la nouvelle apparence du blondinet. À peine eût-il temps de réaliser les circonstances qu’elle lui balançait le téléphone dans la gueule dans un élan de rage et de colère. Une fois de plus, elle oubliait qu’elle était essentiellement en train de se faire mal à elle-même… Bordel, mais quel cauchemar!


Dernière édition par Connor J. BlackPearl le Lun 9 Mar - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Lun 10 Nov - 22:32

Leur appétit mutuel, ce besoin de s’adonner aux plaisirs charnels ensemble avait été assouvi. D’une bien belle et efficace manière de celle qui laisse les amants essoufflés, épuisés mais épanouis. Connor avait succomber au charme de Morphée peu de temps après un énième voyage vers le Nirvana, le septième ciel, qu’importe le nom c’était d’avantage les sensations qui importaient. Terrassé par la succube et sa faim vorace de son corps, c’était bien là les meilleurs moments qu’il passait avec elle. Parce qu’il prenait son pied de un et au moins elle avait la correction de ne pas l’assommer avec toutes les conneries qu’elle débitait bien volontiers habituellement. Soupirs et cris de plaisirs étaient bien plus doux aux oreilles du garagiste que tous les mots désagréables qu’elle s’empresserait de lui servir dès leur prochaine rencontre.
Mais pour l’heure, c’était ce sommeil réparateur et l’énergie dépensée cette nuit laissant place à une toute nouvelle qui avaient toute l’attention du Texan. Éteint de toute activité si ce n’était celle de respirer, du moins jusqu’à ce qu’un cri le fasse vaguement reconnecter à la réalité. Qui était donc ce crétin qui hurlait si tôt ? Pensait-il avant de sombrer à nouveau. Cela jusqu’à ce qu’il fût la victime de ce qu’il identifiait tout de suite comme la névrose de Cordelia qui pour une raison pour le moment inconnue le frappait à coups d’oreiller avec une véhémence jusque là insoupçonnée de la part de la brune.

La pauvre, cette voix grave n’était pas des plus sexy et il comprenait mieux désormais pourquoi elle avait souvent vite fait de se faire la malle avant de se révéler au réveil… pas du tout à son avantage à priori. C’était donc là le secret de la belle plante, une voix de bonhomme au réveil. Quoi qu’à bien y penser il n’avait jamais remarqué cela les rares fois où elle était encore là le matin venu. Mais l’avait-il déjà entendu parler au saut du lit ? Il n’en était plus si sûr. Après tout cela ne représentait rien d’important et c’était plutôt le fait qu’elle veuille le réveiller – avec si peu de douceur – qui lui posait véritablement problème. Aussi il ne daignait même pas ouvrir les yeux et se tournait sans grâce aucune pour enfouir sa tête dans l’oreiller moelleux qui lui au moins ne l’emmerdait pas dès le matin.
Mais le simple passage d’une position sur le dos à sur le ventre le fit tiquer. Une certaine protubérance au niveau de son bas ventre semblait manquer à l’appel et pourtant en ces heures matinales il aurait eu du mal à l’oublier, habituellement. Une certaine gêne au niveau du torse le perturbait et il pestait déjà intérieurement sur Cordelia qui l’emmerdait avec ses cheveux. Qu’est-ce qu’elle avait à le coller comme ça ? Retrouvant une position plus confortable il dégageait les mèches brunes chatouillant son visage. Le contact de sa main sur son visage était étrangement différent et sa peau étonnement moins rugueuse que ce que sa barbe de trois jours voudrait.

Tout cela c’était passé dans un laps de temps restreint et les paupières encore lourdes de sommeil il se redressait lentement avant de se frotter les yeux. A nouveau Cordelia, à moins qu’elle n’ai muté en Cordelio l’invectivait et il ne prêtait même pas attention à ses mots, il était trop tôt pour ça. En tout cas il avait bien compris que quelque chose était de sa faute… Comme d’hab quoi. Il poussait un profond soupir qui eu étonnement le même effet que ceux de la sorcière parfois. Enfin il se décidait à ouvrir les yeux pour tomber nez à nez avec son propre reflet qui se pointait du doigt. « Oh putain de merde ! J’ai même pas encore allumé un seul join de la journée. » lâchait-il d’une voix étrangement pas la sienne, bien trop féminine.
Comment ça elle avait sa tronche ? Il écarquillait les yeux peinant réellement à comprendre ce qui se passait Qu’est-ce qu’il avait fait ? Rien si ce n’est la baiser une bonne partie de la nuit… Étaient-ils à ce point dans une alchimie totale qu’ils se faisaient l’effet d’une drogue l’un et l’autre ? En tout cas il se faisait presque peur, à se voir s’attaquer lui même. Puis il réalisa que si Cordelia était lui, et qu’il se sentait étrangement différent de d’habitude c’est… qu’il était elle. Une hypothèse vite confirmé quand les traits de la brune se reflétaient dans l’écran de son téléphone qu’elle lui jetait ensuite au visage, mais ça il s’en foutait après tout ça n’était pas le sien. D’un bond, qui manquait de puissance à son goût, il se levait et à présent debout sur son lit baissait le regard vers ses jambes. Longues, fines, débarrassées de toute pilosité donc définitivement pas les siennes. Et pour la première fois il fit une chose qu’il n’avait jamais fait, en tout cas pas de manière sérieuse : il hurlait comme une femme.

C’était puissant ses choses là ! Parce qu’il se sentit mieux ensuite. Non en fait ça n’allait pas mieux mais une certaine pression avait été évacué. Cordelia, enfin lui… ou peu importe l’accusait d’être responsable de ce truc inexplicable. Il ignorait le rendu d’un sourire con sur le visage de la sorcière mais s’adonnait volontiers à étirer ainsi ses traits « De nous deux il me semble que t’es la plus qualifiée pour ce genre de truc ! » répliquait-il avec verve avant de lever les yeux. Et voilà il était déjà contaminé par la Cordélite aigüe ! « Tu te donnes pas mal à la tête toute seule avec une voix pareille ? » en tout cas à lui ça n’était pas rare qu’elle lui foute la migraine, mais il ignorait comment elle arrivait à s’auto supporter. Bon il disait surtout ça pour exprimer sa contrariété, et sous les trais de la sorcière celle-ci semblait comme décuplée.
« T’as voulu faire du vaudou où je ne sais pas quoi mais t’es trop rouillée du grimoire pour faire les choses correctement ? » soupirait-il avec une étrange similitude avec la propre attitude de la vraie succube. Ce comportement était ancré en elle au point qu’il avait l’impression que son propre corps l’entraînait à être une vraie pétasse… ou alors Cordélia avait raison en disant que lui au féminin serait aussi bitch qu’elle. Pour cette seconde hypothèse il s’abstiendrait bien de l’exprimer à voix haute. À nouveau son regard se baissait sur ses mains cette fois, qu’il tendait devant son champ de vision avant de faire une moue dubitative « Décidément je vois pas l’intérêt de se peindre les ongles comme ça. Dommage que ce travail précis s’apprête à être ruiné au contact de la mécanique et de l’huile de moteur. » innocemment et avec un petit sourire en coin il regardait son propre visage, enfin l’original le vrai, l’unique : le beau.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Dim 23 Nov - 20:16


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


« De nous deux il me semble que t’es la plus qualifiée pour ce genre de truc ! » L’observer répliquer avec verve aussi succinctement lui rappelait drôlement sa propre personne…ou peut-être était-ce parce que Connor avait emprunté son corps, et parallèlement ses tics et manies, Cordelia ne saurait dire, mais elle fût toute aussi rapide pour pouffer, sarcasme à l’appui. « Hmph. » Il n’avait pas tort. Après tout, n’était-elle pas la sorcière entre eux deux? C’était bien la répartie de Connor, ça. Et il devait déjà avoir anticipé celle de Cordelia qui, il le savait trop bien, s’exhiberait prochainement. Parce que Cordelia pouvait-elle, si ce n’est qu’une fois, donner raison à cet abruti de Texan? Probablement que non. Et à vrai dire, elle peinait à s’imaginer lui dire qu’il avait raison. Ça paraissait si…incorrect, sortant de sa bouche à elle, s’adressant à lui.
Mais était-ce réellement sa bouche à elle? Après tout, la succube se trouvait bien, pour une raison qui lui échappait encore, dans le corps du garagiste et ce dernier se trouvait bien dans son corps à elle. Alors était-ce sa bouche, ou techniquement celle de Connor? … Tout lui paraissait si compliqué et elle avait l’impression d’avoir cent fois moins de neurones à présent qu’elle habitait la carcasse de l’autre abruti. Superbe, non seulement on la privait de son beau minois à elle, mais on lui refilait la cervelle d’un pigeon. Le pied.

« Tu te donnes pas mal à la tête toute seule avec une voix pareille ? » La sorcière haussa les épaules d’une nonchalance qu’elle semblait préserver même sous les traits du mécanicien. Encore heureux, c’était sa marque de fabrique à elle, pas celle de Connor! Ignorant avec grâce et nonchalance les mots du Texan, la demoiselle – qui n’en était plus vraiment une – jouait sa carte habituelle. Se rapprochant, un peu, Cordelia répliqua, usant de sa répartie bien heureusement intacte, mais galérant tout de même un peu à maîtriser le timbre du mâle. C’était définitivement une expérience en soi d’entendre les discours acariâtres et revêches typique de la succube sous ses sonorités masculines et viriles. « Chaton. Tu parais oublier que, malgré ces fameuses qualifications sur lesquelles tu sembles tant insister, de nous deux, je suis la seule à avoir si ce n’est un semblant d’amour-propre pour ma personne. » Plissant les yeux, un léger air nonchalant sur le visage, suivi de ce haussement d’épaule désinvolte. Elle avait toujours eu comme théorie que Connor, au fond, devait probablement se vouer lui-même une certaine haine au vu de tout ce qu’il s’était passé dans le passé, la plupart du temps, par sa faute. Ce n’était peut-être rien que sa psychologie de comptoir, comme il le disait si bien lui-même. « En d’autres mots, jamais je ne souhaiterais me retrouver dans le corps du plus pathétique des vauriens de la Nouvelle-Orléans, même si c’était une question de vie ou de mort. Et puisqu’on y est : encore moins de voir une vermine de ton genre pavaner dans mon corps à moi. » La sorcière marqua une pause, offrant un faux sourire à son interlocuteur avant que celui-ci ne se convertisse en une grimace dégoutée et irritée. C’était digne de la démone qu’elle était, mais le résultat serait-il le même sous les apparences du mécanicien? Elle osait espérer. « Salaud. » marmonna-t-elle, presque plus pour elle-même que pour le garagiste, toute aussi ronchonne que lui à ses heures. Bordel, il commençait déjà à déteindre sur elle lui aussi.

Décroisant ses bras sous cette poitrine inexistante pour venir se frotter la tempe, la succube cherchait vainement et désespérément à se calmer, ou du moins à remettre un certain ordre dans ses pensées, lesquelles elle trouvait drôlement limitées à présent qu’elle s’avérait être armée de la tête de l’autre salaud. D’ailleurs, le blond en question – qui ne l’était plus vraiment, à vrai dire – ne l’aidait pas, à contre-attaquer constamment à chacun de ses pics, glissant l’une de ses remarques cuisantes typiques – qui étaient d’ailleurs tout aussi typique que la bile de la sorcière. « T’as voulu faire du vaudou où je ne sais pas quoi mais t’es trop rouillée du grimoire pour faire les choses correctement ? » S’il y avait bien une chose que la succube détestait, c’est qu’on remette en question ses prouesses en sorcellerie. Connor aurait été tout aussi rouillé qu’elle si il avait passé les six derniers siècles dans l’incapacité d’utiliser la moindre once de sorcellerie, non pas qu’il aurait survécu plus de dix minutes à Darkness Falls, alors six siècles…pensa-t-elle. Mais, comme d’habitude, la sorcière tenta de garder la tête haute. Connor devrait d’ailleurs reconnaître ce fameux sourire fier et terriblement con qu’elle lui adressait à présent. « Je ne sais pas. À toi de me le dire, ce n’est pas ton domaine d’expertise justement? À vrai dire, au vu de ta performance cette nuit, je m’abstiendrais de tout commentaire. » Ah si seulement. Si seulement il aurait pu avoir si ce n’est qu’une mauvaise soirée. Si seulement il aurait pu être fatigué, démotivé, n’importe quoi. Mais, non, jamais il ne l’était. Chaque fois, chaque nuit, chaque matin, chaque après-midi, il semblait retourner le monde de la sorcière à l’envers de quelques caresses bien distillées, de baisers volés agressivement et de coups de bassin violents et jamais ne l’avait-il déçu. Mais Cordelia était une excellente menteuse, elle savait comment paraître crédible, même si elle se doutait que Connor ne mordrait pas. Et puis ça ne serait pas une conversation normale si elle ne le rabaissait pas sur ce plan aussi. C’était un peu leur « quoi de neuf », en quelque sorte.

Les mains tendues devant lui, il semblait fixer d’une moue dubitative ses ‘nouveaux’ ongles, décidément moins en piteux état que les siens. « Décidément je vois pas l’intérêt de se peindre les ongles comme ça. Dommage que ce travail précis s’apprête à être ruiné au contact de la mécanique et de l’huile de moteur. » Oh, vous le connaissez bien. Vous sortez Connor de Connor et il demeure toujours une grosse salope. « Pardon? » Avait-elle bien entendu? Peut-être bien que non. Peut-être que l’ouïe de Connor était défectueuse et qu’à présent qu’elle habitait son corps à lui, elle se retrouvait confiné à aux limites auditives du junkie. La drogue, tout ça, ce n’est pas sans conséquences, se convainquait-elle. Pourtant les derniers mots du jeune homme semblaient encore résonner aux creux de ses oreilles et ils paraissaient plus clairs que jamais. « L’huile de m…» Décidément, elle avait bien entendu. Mais peut-être qu’il s’était trompé. Peut-être qu’elle avait abimé son cerveau plus tôt avec les coups qu’elle lui avait assailli pour le repêcher des bras de Morphée… Ou peut-être bien que c’était du Connor tout craché, et l’observer lui adresser ce sourire innocent avec ses traits à elle la mettait hors d’elle. « Je ne sais pas ce que tu as en tête, mais tu peux définitivement oublier, Connor. Tu ne bougeras pas d’un poil. Je t’interdis de te déplacer n'importe où avec mon corps, d’ailleurs! » Déraisonnable, mais c’était Cordelia Hopkins pour vous. « Du moins pas avant qu’on trouve une solution à notre… problème. » conclu-t-elle plus calmement, réalisant que cette situation fâcheuse allait définitivement mettre plus d’un bâton dans leurs roues à tous les deux.
Ses yeux penchèrent direction le sol, démontrant sans retenue le désespoir de la démone, avant que celle-ci ne remarque la clé à molette du mécanicien qui trainait entre ses jambes, ou ses cuisses pour être plus précise. Paniquant d’abord, la démone enfila le premier caleçon qui lui tomba sous la main, avant de démontrer un certain écœurement à devoir placer correctement l’outil du jeune homme dans sa nouvelle boite à outil. Décidément, elle la préférait quand elle appartenait réellement à Connor et pas à elle. Un soupir – beaucoup plus raclé et masculin – suivit aussitôt, avant qu’elle ne lève les mains pour se frotter les yeux avec dans un vain espoir de faire disparaître ce vicieux cauchemar de ce geste banal. Ce n’était pas faute d’essayer. À défaut de fonctionner, elle continua de ronchonner dans l’esprit du garagiste. « Je ne mérite pas ce genre de torture… » Être un vaurien, être Connor BlackPearl, avoir une clé à molette, tout ça, en fait.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Ven 28 Nov - 0:36

Parler d’amour propre, se mettre en avant, que l’on parle d’elle c’était du Cordelia dans le texte. Et même si ça voix était bien plus grave, le propos gardait le même impact et Connor était forcé de constater que son propre visage minaudait à la manière de la succube. En ses traits mais avec une forme de mimétisme pour le moins troublante. Et avec tout ce blabla sur l’amour qu’elle portait à sa propre personne venait ensuite, inévitablement, le moment où elle le descendait en flèche. Le Texan ignorait de quoi elle cherchait à se convaincre en prêchant ainsi toujours le même discours répétitif que lui qualifierait volontiers de « casse couilles ». Et le principal avantage de la situation était sans doute cette profonde contrariété qui avait assaillie la sorcière. Se retrouver à être lui, ce vaurien comme elle l’appelait alors qu’il allait avoir tout le loisir d’écorner sa belle image de pétasse nonchalante, là il jubilait.
« Tu dénigres mais ces muscles, cette barbe… Tu les apprécies. Si j’en crois cette manière que tu as chaque fois de tripoter ce corps que tu m’a emprunté. » il affichait un petit air innocent qui n’allait pas du tout aux traits de la succube, où plutôt qui leur était probablement inconnus. Affichant ensuite un sourire en l’entendant jurer il rectifiait avec un sens de la pédagogie bien à lui « Salope en l’occurrence. Entraînes toi, si jamais ça dure. » et il ne l’espérait pas plus qu’elle sauf qu’au lieu de monter de jouer les dramaqueen il préférait relativiser et rire de la situation. D’autant plus que Cordelia avait beau tout vouloir lui foutre sur le dos il n’y était pour strictement rien. D’ailleurs il ignorait s’il devait être vexé qu’elle le pense capable de faire cela ou flatté.

C’était terriblement facile de lancer des pics, parce qu’il était à bonne école et ne manquait pas de répartie – quoi que l’autre greluche puisse en dire – mais aussi parce que l’attitude seule faisait partie du corps de la sorcière. C’en était presque troublant. Cette carcasse faisait la moitié du boulot dès qu’il s’agissait d’être une vraie connasse. Et Connor s’en donnait à cœur joie pour contrer les fausses allégations de la succube, l’accusant d’être elle-même la responsable. Ce qui en soi était techniquement plus probable que le contraire ! Mais comme chaque fois que l’on remettait ses capacités en cause, l’épineuse Cordelia montait au créneaux à grand renfort de mots venimeux. Les performances sexuelles du garagistes étaient la cible directe de l’emmerdeuse cette fois. Rien qui ne sorte de l’ordinaire, elle savait comment faire chier un homme, c’était même là sa capacité la plus développée.
Usant de toute la nonchalance possible avec ce corps féminin qu’il squattait malgré lui, Connor secouait la tête, dépité. « Trouves un truc plus original, c’est du réchauffé ça. » il fit un petit sourire en coin « Et si j’en crois ces jambes un peu cotonneuse qui me portent, ce pauvre corps n’a pas encore totalement récupéré de nos prouesses nocturnes. ». C’était là un bien bel argument, non ? Oserait-elle contrer son propre corps qu’elle chérissait tant et indirectement se donner tort ? Le Texan n’était pas stupide, elle était assez tordue pour lui soutenir une quelconque théorie fumeuse créée juste pour l’occasion et surtout démonter son propos à lui. Mais l’essentiel là dedans c’est que ça l’amusait beaucoup.

Curieux, un peu fasciné même. Connor observait ce nouveau corps qui lui était donné pour il ne savait combien de temps. Certes il l’avait déjà bien examiner et sous plusieurs angles, mais c’était très différent à la première personne. Aussi il trouvait là un parfait prétexte pour faire encore un peu plus rager la sorcière en s’attaquant à un point on ne peut plus sensible : l’intégrité esthétique de son corps. Pour sûr qu’elle ne passait pas un temps fou à prendre soin d’elle pour le simple plaisir de s’auto-satisfaire d’être gatée par la nature – quoi que – mais aussi pour assurer une certaine pérennité à cela et donc à son image de séductrice. Sans doute n’en revenait-elle pas ses oreilles à en croire sa mine. Le garagiste notait d’ailleurs que l’expression de la surprise avait quelque chose de très spontané chez lui, comme le fait d’être une connasse pour Cordelia en fait.
« Bah quoi ? Le boulot au garage va pas se faire tout seul. » il jouait toujours les innocents, pire les ingénues et c’était on ne peut plus crédible avec les traits de la manipulatrice.
Cependant il eu très rapidement confirmation que l’idée n’était pas du tout du goût de Cordelia qui lui interdisait tout bonnement de se déplacer avec sa carcasse. Sauf que si ils avaient un problème plutôt embarrassant le monde ne s’arrêtait pas pour autant de tourner et donc sa boutique non plus. Le pire étant que la journée était loin d’être de celle où il pouvait aisément fermer le garage et prétexter une maladie. Deux clients venaient récupérer leurs véhicules et surtout le payer ! Une pensée interrompue par le geste plutôt étonnant de la sorcière qui dans une étrange hâte venait de se vêtir d’un caleçon. C’était un peu comme si elle découvrait ce qu’était un pénis et des testicules, pourtant Connor était on ne peut mieux placé pour savoir qu’elle n’était pas novice. « Elle te fait pas si peur d’habitude. » fit-il remarquer avant de se mettre à pouffer de rire sous des intonations féminines qui le perturbèrent quelque peu « Oh merde… Je viens de glousser comme une dinde. » ça c’était pas cool.

Lâchant un soupire las il en revenait alors au vrai problème « Si tu veux bouffer à l’œil encore quelques temps et profiter de mon toit quand tu débarques il vaut mieux que j’aille bosser au garage. » il fit une moue contrariée « Enfin dans cette tenue ça va être compliquée, mais je trouverais une excuse. Une assistante sexy qui m’aiderait de temps à autre… J’arriverais peut-être même à faire grimper le tarif avec ça ! » emporté dans son élan il avait posé les mains sur la poitrine de la sorcière et remontait ses seins. « Pour une fois que j’ai ma propre paire de nibards ! Le pass VIP auprès de tout homme qui ne soit pas gay. La clientèle va apprécier. » il était perdu dans son délire mais dans ce dernier il prit conscience de la nudité de ce corps féminin.
Attrapant un de ses propres boxer il l’enfilait comme si c’était là tout naturel et que rien n’avait changé par rapport à d’habitude. Pointant du doigt la lingerie de Cordelia il la regardait ensuite avec un air sérieux « Moi conscient, aucune ficelle ou dentelle n’entrera dans la raie de ce cul. Qu’il m’appartienne ou non. » et là dessus il ne transigerait pas ! Fierté oblige, féminité ou pas il n’allait pas porter de string. Puis sans demander un quelconque avis à la propriétaire initial de ce corps il enfilait un survêtement et un sweat à capuche, il savait qu’elle le lui volait parfois alors elle n’allait pas en faire tout un plat. « Bon ta solution c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Parce que l’heure tourne et mon boulot c’est pas de la science fiction. » demandait-il en s’asseyant. Est-ce que c’était mal d’apprécier, ne serait-ce qu’un peu, être la connasse pour une fois ?

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Sam 29 Nov - 22:50


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


« Elle te fait pas si peur d’habitude. » La sorcière tenta du mieux qu’elle pût pour ne pas glousser à la remarque du mécanicien qui venait définitivement tout juste d’empocher un point de plus dans cette joute verbale à laquelle ils s’adonnaient tous les deux si sciemment et dont il semblait, curieusement, être le vainqueur pour l’instant. Il serait risible de prétendre que la clé à molette du mécanicien n’était pas l’outil préféré de la succube, tout comme il serait risible de prétendre qu’elle ne devenait pas entreprenante et avide rien qu’à sa présence – ou même lorsqu’on ne faisait que la mentionner.
Mais Connor ne pouvait tout simplement pas comprendre ce qu’elle était en train de vivre présentement. C’était déstabilisant, pour ne dire que ça. Jamais n’avait-elle eu quelque chose qui lui pendait entre les cuisses de la sorte, du moins, rien d’aussi « imposant ». Caché, fiché dans le fond du caleçon enfilé, l’outil du jeune homme était loin de tout regard, mais surtout loin de ses prunelles maronnes à elle ; et c’était bien ça l’essentiel. « Oh merde… Je viens de glousser comme une dinde. » Plissant les yeux, toisant Connor, la démone secoua la tête, roulant les yeux pour exprimer son ressentiment face à ce genre de remarque tellement typique émergeant de sa bouche à lui – même si pour l’occasion, c’était de sa bouche à elle que ce venin jaillissait. Dieu sait que tout comme elle encensait le dénigrer et le rabaisser à ne plus en finir, le jeune homme lui jouissait particulièrement de la peindre comme une dinde et de tous les qualificatifs négatifs qui vont de paire avec cette désignation. Paradoxales pourtant, lorsqu’on considérait comment ils étaient tous les deux si prompts à retourner ensuite à l’étreinte charnelle qu’ils partageaient plus que sciemment.

« Je te rappelle que c’est toi qui a insisté pour avoir de la dinde farcie hier. » souffla Cordelia du même air ingénu que Connor semblait se pourvoir depuis quelques minutes. Bien entendu, ce n’était qu’une énième illusion que le beau blond aurait très bien pu sortir lui-même dans d’autres circonstances. Quoiqu’à présent qu’elle habitait sa carcasse, c’était tout comme si c’était lui qui l’avait dit. « Il semblerait que l’univers ait prit ton souhait au pied de la lettre. Pas de bol. » Dit-elle fronçant le nez de façon adorable et en haussant ensuite les épaules de façon nonchalante. Certes, c’était sa marque de fabrique à elle, mais Connor était pas mal dans le rôle du garçon nonchalant et désinvolte, alors elle savait que l’effet serait le même, que ce soit ses épaules à elle ou celles de l’autre abruti, quelle différence. Certes, la largeur…
Mais trêve de vacheries, sarcasmes et autres vannes pourries. Il y avait un problème, et pas de petite taille. Enfin deux problèmes si l’on considère l’outil du garagiste comme un problème en soi – c’était définitivement une gêne pour la sorcière, ça c’était incontestable.
Adressant le vif du problème directement, Connor apprécierait probablement qu’elle ne tourne pas en rond ou autour du pot comme la succube avait la grande manie de le faire pour perdre ses interlocuteurs dans ses frasques. « Je ne crois pas que tu comprends le sérieux de la situation, Connor. Et puis, c’est ton business, prends un jour de congé. Point barre. » Dit-elle la plus méprisante possible, donnant très bien le ton de l’évidence de la première étape à suivre quant à leur complication. Chose compliquée à faire lorsqu’elle n’était pas dans son corps à elle qui puait à des kilomètres même la présomption, le mépris et le ressentiment, mais plutôt dans celui d’un garagiste qui puait surtout ce satané parfum mélangé à la sueur qui avait revêtue chaque parcelle de son anatomie après cette nuit torride en sa présence. Enfin, ‘satané parfum’, disait-elle, mais Dieu sait que Cordelia l’appréciait à la folie, et que ce simple arôme suffisait à la rendre vorace et avide de sa personne, de sa chair à lui. Un énième discours qui ne sera jamais avoué, pour le bien-être des deux individus en question, de leur égo respectif.

« Si tu veux bouffer à l’œil encore quelques temps et profiter de mon toit quand tu débarques il vaut mieux que j’aille bosser au garage. » Cordelia détestait l’avouer, mais il avait raison. Enfin, elle détestait se l’avouer à elle-même, ça, c’était vrai, mais elle n’envisageait même pas la possibilité de lui avouer à lui, à voix haute. Il ne fallait pas pousser. Elle préférait encore mourir. Tout de même, l’idée que le mécanicien ne décampe on ne sait où – le garage, disait-il, mais Connor n’avait jamais été quelqu’un en qui l’on pouvait abandonner notre confiance – avec sa carcasse à elle et qu’il fasse elle ne sait quoi avec, la répugnait suffisamment pour aller à contre-courant des propos du jeune homme. Non pas que la sorcière eût bien le temps de répliquer quoique ce soit, à vrai dire. « Enfin dans cette tenue ça va être compliquée, mais je trouverais une excuse. Une assistante sexy qui m’aiderait de temps à autre… J’arriverais peut-être même à faire grimper le tarif avec ça ! » Légère moue à la fois contrariée et rebutée d’abord, le mépris reprit rapidement le dessus sur ses nouveaux traits de visage alors qu’elle se mordait l’intérieur des joues, une colère naissante au creux de son être. Connor venait-il tout juste de sous-entendre qu’il allait plus ou moins la prostituer pour faire grimper le tarif de ses services de mécanicien en carton? Oh, l’enfoiré ne savait pas dans quoi il venait tout juste de s’embarquer. Et il poussa définitivement le vice lorsqu’il attrapa sa poitrine pour la remonter définitivement dans le simple but de la provoquer elle et de donner de la valeur à ses propos indigestes. « Il est hors de question que tu prostitues mon corps pour pallier tes services de merde en tant que mécanicien en carton, Connor. »

N’était-ce pas ironique en soi comment chaque geste, chaque habitude, chaque particularité qui lui plaisaient chez Connor en temps normal, la rebutait à présent qu’elle était aux commandes de son corps? Dieu sait qu’elle prisait particulièrement comment le jeune homme pouvait se montrer entreprenant et possessif de son corps à elle lorsqu’ils se laissaient aller à leurs ébats sensuels, comment il pouvait agripper chaque partie de son corps comme si elles lui appartenaient…mais à présent que c’était le cas, l’idée qu’il y arrivait enfin la mettait hors d’elle. Tout comme Cordelia ne pouvait même plus donner une seconde de son temps à la clé à molette du jeune homme qu’elle estimait pourtant dans d’autres circonstances. Mais, la démone n’était pas surprise. C’était l’effet Connor, avec lequel elle était bien trop familière à son goût. Une vraie montagne russe à lui tout seul ; capable de faire vivre toute sorte de ressentiment à la brunette et il en avait probablement aucune idée. Ça, elle en était certaine d’ailleurs. Il savait très certainement qu’elle le trouvait séduisant et qu’elle n’était pas insensible à ses prouesses d’amant, mais il ne savait probablement pas comment il pouvait retourner son monde à l’envers en l’instant de quelques secondes que ce soit avec des caresses, avec un geste quelconque, ou parfois même avec quelques mots… Et c’était définitivement mieux comme ça. C’était déjà suffisamment pathétique en soi qu’elle ressente quelque chose d’aussi pitoyable en la présence d’une sous-merde comme le Texan, elle préférait qu’il reste dans l’ignorance quant à ce pouvoir d’influence qu’il avait sur elle.

Mettant à l’œuvre cette façon qu’il avait de dire les bonnes choses pour la mettre en colère, il pointait du doigt – encore heureux – sa lingerie qui traînait au sol, et qu’il avait lui-même arraché impatiemment la nuit dernière. « Moi conscient, aucune ficelle ou dentelle n’entrera dans la raie de ce cul. Qu’il m’appartienne ou non. » Pouffant, elle roula les yeux une fois de plus. Il était véloce pour la menacer de plonger ses doigts manucurés à elle dans l’huile de moteur, mais il se désistait rapidement lorsqu’il était question de porter ses accoutrements à elle et se donner au jeu. « Ironique, puisque tu bandes habituellement assez rapidement quand tu me vois en lingerie. » laissa-t-elle filer comme réflexion, alors qu’elle croisait les bras sous son nouveau torse, fixant Connor en l’attente d’une réponse, d’une réplique stupide et bouffonne comme il l’avait accoutumé jusqu’à présent. Elle poussa même jusqu’à lever les sourcils pour le presser, lui offrant un de ses sourires cons connus qui semblaient se former par eux-mêmes sur les lèvres du jeune homme. Comme quoi il était destiné à avoir l’air d’un pauvre abruti en permanence.

Aussitôt, la sorcière l’observa enfiler un pantalon survêtement et un sweat à capuche – tous les deux pas noirs, alors que le blondinet devrait savoir qu’elle ne porte pratiquement que ça – et qui lui donnaient surtout l’air d’être une vaurien à l’image du mécanicien lui-même. Comme quoi l’essence-même de vaurien de Connor passait même par son style vestimentaire et le suivait même lorsqu’il changeait de corps. À cet instant précis, Cordelia n’aurait pu vous dire qui était le plus malchanceux des deux. Lui au vu de ce qu’elle venait de constater ou bien elle qui était à présent victime de cette essence? Dans tous les cas, il y avait de quoi être rebutée et la démone s’assura de bien démontrer le ressentiment. Gloussant, mordant l’intérieur de sa joue une fois de plus, collant ses lèvres l’une contre l’autre, elle entretint cette moue avant de répliquer acerbement. « Mettons les points sur les i, veux-tu? Au cas où tu n’aurais pas encore compris, si je couche avec un minable de ton genre, c’est pour avoir un toit au dessus de ma tête, alors j’ose espérer que malgré ton manque lamentable de perspicacité, tu comprendras tout de même pourquoi je refuse catégoriquement que tu sortes dehors fringuée comme si j’en avais justement pas – de toit sur ma tête. » Méprisant une énième fois le pauvre homme de ses yeux chocolatés, la succube se doutait bien qu’à présent le jeune homme était accoutumé à ce genre de bile acerbe, mais elle espérait que le changement de tête, de timbre de voix et de carrure allait peut-être changer la donne. S’asseyant devant elle, Connor continuait d’être relativement calme et posé. Ça en faisait au moins un. « Bon ta solution c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Parce que l’heure tourne et mon boulot c’est pas de la science fiction. » Elle le détestait. Oui, oubliez ce qu’elle avait pu dire auparavant, là, elle le détestait. « À l’opposé de ta prétendue cervelle, semblerait-il. » cracha-t-elle amère, constatant à quel point elle pouvait le détester lorsqu’il fournissait les efforts nécessaires pour y arriver.

Cordelia se dirigea vers son sac à elle – dans lequel elle transportait le stricte minimum dont elle avait besoin, et en sortit un slim noir ainsi qu’une camisole et une veste de la même couleur. Agrippant le tout d’une poigne sévère et forte, elle balança le tout dans la gueule de son interlocuteur. « Enfiles ça. » menaça-t-elle, en pointant ensuite Connor du doigt. Pour une fois que c’était elle qui avait cet air menaçant et imposant, il allait de soi qu’elle allait en profiter. « Moi je vais pisser. » Tout comme elle profitait d’être un homme et de ne plus réellement avoir à être glamour. La vulgarité masculine avait ses avantages, elle ne mentirait pas.
Empruntant la direction des toilettes, baissant son ‘nouveau’ caleçon, Cordelia sembla oublier l’instant d’une brève – et pourtant si cruciale – seconde les circonstances qui l’imbibaient présentement et vint à s’asseoir sur le siège de la toilette, constatant bien trop tard malheureusement que l’abattant n’avait pas été baissé antérieurement par Connor. Vous vous doutez le tout fut accompagné d’un cri de mécontentement qui ne manqua pas de résonner dans les murs de l’appartement du jeune homme. Se relevant immédiatement, les fesses trempées, elle se consolait dans l’idée que l’eau avait au moins le mérite d’être propre. Baissant l’abattant comme Connor aurait du le faire en premier lieu, elle s’assit de nouveau. Ce n’était même pas la peine de tenter de pisser debout, elle n’avait jamais essayé et l’envie ne lui prenait même pas.
Rejoignant de nouveau le vaurien de Texan dans sa chambre, elle croisa les bras pour la énième fois avant d’étaler son plan devant Connor. « Bon, c’est simple. Je vais passer quelques coups de fils à des connaissances pour me renseigner sur… notre problème, mais en attendant, il semblerait bien que je vais devoir prétendre être toi et toi d’être moi. » Elle haussa les épaules à l’écoute des mots qu’elle disait. « Ça ne peut pas être bien difficile d’interpréter une merde comme toi - au vu de ton manque de personnalité quelconque... Et de ton côté, je crois que tu maîtrises suffisamment bien le rôle de la conasse. Ça ne devrait pas être trop difficile, même pour un inapte comme toi. » Oh, toujours aussi acerbe et méprisante. Et oui, vous sortez Cordelia de son corps, mais vous ne vous débarrassez pas du mépris qui vient avec! « Alors, qu’est-ce que j’enfile comme fringues? Un truc moche, je suppose? » conclu-t-elle, main à la hanche, silhouette et posture féminine à l’appui. Bon, ça serait peut-être plus difficile que ça en avait l’air...
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Jeu 18 Déc - 19:03

Prise de congé pour la journée ou non, cela ne résolvait pas totalement le problème qui leur était posé. Mais surtout cela en posait un autre au garagiste qui ne pouvait pas tellement se permettre d’accumuler du retard dans son travail, notamment pas quand il allait être payé pour certains de ses travaux. Et pour se faire de l’argent un peu plus facilement le Texan avait eu une idée que lui trouvait parfaite dans les circonstances actuelles : utiliser les atouts de Cordelia. Suggestion qui n’était pas du tout au goût de la succube qui le fustigeait avec dégoût pour penser qu’elle accepterait d’être prostituée de la sorte. Tout de suite les grands mots, Connor n’avait pas envisager d’offrir le corps de la brune à quelques clients que ça soit. En dépit de ce que cette emmerdeuse pouvait penser il la respectait plus que ça… et étant l’esprit habitant ce corps pour l’instant il n’avait aucune envie d’être celui qui se ferait culbuté ou même tripoté par un de ces types. Haussement d’épaules, un geste banal venant de la succube celui qui habituellement était blond délaissait cette perspective « Je pensais juste à la vue de ton décolleté, mais soit. Pas de bonus nibards, j’ai compris. », lui se trouvait persuasif en tant qu’homme alors pourquoi quand il habitait son propre corps toutes ces nanas s’entêtaient à le faire chier ?
Avec cette échange pour le moins inattendu s’associaient tout un ensemble de problèmes qu’ils découvraient peu à peu. La sorcière avec le service trois pièces du jeune homme qui l’embarrassait plus entre ses cuisses que entre ses cuisses à elle. Paradoxale, mais dans le fond le Texan n’était pas mécontent que l’emmerdeuse constate qu’être un homme pouvait ne pas être si simple. Mais là le vrai problème c’était clairement les habitudes vestimentaires de Cordelia. Jusqu’à présent l’ex-junkie n’avait jamais eu rien à redire à propos de cela, bien au contraire sauf qu’y était personnellement confronté actuellement il refusait catégoriquement de s’infliger ça. Psychologiquement il n’était pas prêt à tolérer d’avoir une ficelle dans la raie du cul, peu importe que le postérieur ne fut pas vraiment le sien, l’idée le rebutait. Et lorsqu’il exprimait ses désidératas, la succube s’empressait de mentionner à quel point pourtant il adorait que la brune porte ce genre de chose. Il fit un petit sourire en coin alors qu’elle le mettait au défi de répliquer à cela « Et bah justement. T’as déjà du mal à gérer quand tout est calme je ne voudrais pas que tu te fasses déborder par ma virilité, vois-tu ? » sortant de la bouche de Cordelia c’était plutôt cocasse.

Aucune solution n’ayant été trouvé pour l’instant, Connor optait pour une tenue confortable le temps qu’ils se questionnent sur la meilleure manière de gérer toute cette folle histoire. Choix vestimentaire loin d’être du goût de la succube qui même sans ses trait savaient parfaitement afficher combien elle était affligée par la tenue. Son regard aurait suffit, mais n’ayant pas perdu ses bonnes exécrables habitudes durant la nuit elle cru utile de lui offrir le discours qui allait avec ses pensées. Soupirant en levant les yeux dans un mimétisme plus vrai que nature Connor ne répliquait même pas se contentant de s’asseoir et de s’enquérir de l’avancé de ses réflexions sur un sujet autrement plus important que sa simple allure. Le Texan déplorait qu’habitant son corps à lui elle ne fut pas un peu moins chiante, mais elle arrivait fort bien à le muer en emmerdeuse invétérée… triste sort. Pourtant il demeurait calme, étonnement plus amusé qu’effrayé par la situation sans doute parce que jusqu’à présent l’idée que l’échange puisse être définitif ne lui était pas passée par la tête.
Ce qui lui arrivait en pleine tête en revanche ce fut des vêtements que Cordelia venait d’envoyer en pleins dans son propre visage. « Fais gaffe tu vas t’abimer. » répliquait le garagiste en attrapant ce qu’elle venait de lui lancer pour l’observer. Détaillant le slim alors qu’avec une classe incomparable elle l’informait de sa vidange imminente. Une moue dubitative tordait le visage de la succube alors que Connor se questionnait sur la taille du pantalon qu’il tenait « Faut un chausse pied pour entrer là dedans ou quoi ? » il avait un peu perdu de vue que les jambes de la brune étaient bien plus aiguisées que les siennes plus musculeuses. Bien que dubitatif sur sa capacité à s’accoutrer de la sorte le Texan s’exécutait pour éviter une énième remarque de la part de la sorcière. Adieu survêtement et sweat confortable, bonjour vêtements cintrés. Observant le résultait dans le miroir le garagiste prit pleinement conscience de la bizarrerie de la situation en voyant le reflet de la succube exécuter tous les gestes dont il était l’initiateur.

Sursautant alors que réapparaissait sa propre carcasse, Connor soupirait en posant un regard blasé sur Cordelia et son manque de manières, tout en l’écoutant malgré tout. Un coup de fil aux connaissances ne serait pas un luxe, en espérant que dans le lot quelqu’un serait capable de les aider. S’en suivit ses habituelles vacheries, avait elle toujours à ce point besoin de se rassurer sur sa prétendue supériorité par rapport à lui ? Ça en finissait presque par paraître pathologique. « Ne pars pas trop confiante Hopkins. » soufflait-il alors qu’elle prenait une pause loin de son allure masculine habituelle. A ce rythme il aurait tôt fait de passer pour une folle, et autant qu’elle ne souhaitait pas voir son corps prostitué le Texan ne souhaitait pas qu’il y ai un quelconque questionnement sur ses penchants sexuels. Ils allaient y travailler, mais d’abord un détaille l’embarrassait un peu trop pour qu’il ne laisse passer.
Petit raclement de gorge il arquait un sourcil, mimique qui allait parfaitement aux traits de la jeune femme « T’as pas oublié quelque chose ? » il pointait la salle de bain du doigt « Peut-être bien que ça t’échappes mais je me lave toujours les mains après avoir été aux chiottes. Je te prierais d’en faire de même. » petit air autoritaire de circonstances, c’était plutôt sympa pour une fois d’être la nana chiante. À cette pensée le garagiste grimaçait, tout ça lui retournait le cerveau. Ouvrant son armoire alors que la succube obéissait à sa requête en matière d’hygiène, Connor sortait un jean brut un t-shirt blanc et une chemise à manches longues. Rien d’inhabituel et surtout pas moche comme l’avait prétendu la désagréable sorcière. Moins bourru qu’elle n’ai pu l’être à son égard il posait les vêtements sur le lit les lui désignant d’un geste de la main quand elle fut revenue de la salle de bain. « Mets ça et après on travaille sur la façon de te tenir. Je tiens pas à être sollicité pour jouer dans un remake de la cage aux folles. » lâchait-il avec une certaine lassitude.

Des deux, bien qu’elle fanfaronnait – beaucoup trop – Cordelia serait peut-être la plus en difficulté pour adopter l’attitude adéquate qui ne laisserait rien paraître de leur petit soucis de personnalité. Habitué à observer les mimiques et attitudes de la sorcière Connor serait sans doute plus à l’aise dans l’exercice. Le principal problème de la sorcière résidant dans son incapacité à ne pas laisser son naturel reprendre le dessus en à peine deux minutes chrono en main. « Déjà t’oublie la main sur la hanche et la pause nonchalante. Croises les bras, écartes un peu les jambes et tiens toi droite. » ordonnait-il tout en l’observant mouvoir son propre corps. Dubitatif l’ex-junkie, par habitude, se passait la main sur le menton et fut un instant surpris de n’y sentir aucune barbe naissante, voilà qu’il avait la peau aussi douce qu’un bambin. Le Texan avait du mal à s’afficher convaincu de la prestation de la sorcière et soupirait « T’adores m’imiter non ? Alors fait un effort. » il ajoutait avec un petit sourire en coin « Moins connasse, plus vaurien. » il avait accentué ce dernier mot avec un sens de la provocation qui imitait parfaitement le sien.
Au fond le garagiste jubilait quelque peu de voir qu’entre elle et lui c’était Cordelia qui vivait le moins bien cette situation étrange. Et il prenait en plus de cela un malin plaisir à le lui faire remarquer plus ou moins subtilement. Cependant Connor vint à penser à un petit détail technique du même ordre que le string qui allait sans doute lui poser problème. « Hum, au fait rassures moi t’as pas que des chaussures à talons ? » il arquait un sourcil en espérant qu’elle lui affirme que bien évidemment elle ne passait pas son temps perchée sur des échasses… mais en fait si, le garagiste se doutait que c’était ce qu’elle allait lui répondre et donc qu’il allait devoir marcher avec ça. L’autre option était de rester pieds nus mais là encore il doutait d’obtenir sa bénédiction. Il tentait le coup quand même « J’imagine que proposer de ne pas mettre de chaussures est exclu ? » dans un sens il comprenait un peu qu’elle ne veuille pas exposer ses pieds aux yeux de tous, car si Cordelia pouvait se vanter d’une plastique avantageuse, la nature avait lâchement oublié ses pieds. « Dans un sens je sais pas si j’assumerais. Ils sont moches quand même. » lâchait-il en regardant les concernés et agitant ses orteils.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Ven 26 Déc - 15:01


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


Sa bile servie dans son arrogance et suffisance coutumière, la sorcière mentirait si elle disait qu’une certaine satisfaction ne l’enivrait pas lorsqu’elle constata qu’elle avait toujours la main dans le domaine des altercations houleuses, et ce même si elle habitait le corps du dernier des vauriens de la Nouvelle-Orléans. Confiante, peut-être même trop – comme il l’avait lui-même fait remarquer – Cordelia regardait Connor d’un air hautain, mais surtout, en adoptant la posture la plus féminine possible, main à la hanche, attendant que le beau blond ne lui réponde d’une réplique bien acérée à son tour comme ils en avaient tous les deux l’habitude dans ce genre d’échanges sans queue ni tête. Bien qu’au fond, elle se disait qu’elle avait peut-être déjà remporté cette manche avec son dernier discours pour le moins âcre.
Comme quoi, il ne fallait jamais parler trop vite ; une leçon qu’elle n’apprendrait qu’à ses dépens à priori. Raclement de gorge de la part de Connor, beaucoup plus féminin et moins solennel sous ces nouvelles allures, elle le vit arquer un sourcil, et elle peina à ne pas se reconnaître dans cette fresque que lui dépeignait le garagiste avec son propre visage à elle. « T’as pas oublié quelque chose ? » L’avait-elle traité de merde? Oui. Avait-elle souligné son manque déconcertant de caractère – ou de personnalité tout court à vrai dire? Oui. L’avait-elle qualifié d’inapte pour bien souligner à quel point elle ne voyait en lui qu’un vaurien, prodigieusement gratifié d’une belle gueule et d’un système à trois pièces pas déplaisant? Oui. En avait-elle profité pour se rehausser comme la coutume le voulait? Oui, également. Alors qu’avait-elle bien pu oublier exactement? Le garagiste pointa immédiatement du doigt la salle de bain de laquelle la succube venait tout juste de sortir précédemment, délaissant la démone encore un peu plus incrédule. « Peut-être bien que ça t’échappes mais je me lave toujours les mains après avoir été aux chiottes. Je te prierais d’en faire de même. » D’abord choquée par le ton autoritaire – son ton autoritaire, plus précisément – que le mécanicien se permettait d’utiliser sans sa permission (et oui…), ensuite par embarrassée par son oubli crade d’hygiène sur le coup, puis finalement légèrement dépaysée par le fait que Connor venait toujours de lui sortir à la figure une réplique qu’elle aurait bien pu prononcer elle-même – quoique c’était tout comme vu les circonstances, la démone se sentit pour la première déstabilisée, pour le moins qu’on puisse dire, par les propos du bel apollon.

Ce n’est qu’une fois dans la salle de bain, les mains savonnées rutilant sous le jet d’eau chaude, et le reflet du visage de l’ex-junkie dans la glace, qu’elle constata qu’elle s’était résignée à un ordre que Connor Joshua BlackPearl lui avait assigné. Il lui fallut quelques secondes pour à la fois ingérer la chose et digérer la réalité de cette dernière. À vrai dire, ce ne fût que le jet d’eau chaude incendiant l’épiderme rosée de ses mains qui la décrocha de ce stade. Retournant dans la chambre, l’air d’un enfant qui venait tout juste de se faire réprimander par sa mère quelques secondes plus tôt plaqué au visage, il allait de soi que la succube adopta les traits ronchons et grincheux de Connor. Ce dernier qui devrait être capable de les reconnaître puisque ce n’était pas loin d’être la seule expression à laquelle il semblait être accoutumé.
La sorcière remarqua aussi les vêtements que Connor lui avait aimablement déposés entre-temps. Aussitôt, les mots fusillèrent entre eux à nouveau ; le silence n’ayant jamais été leur fort. « Mets ça et après on travaille sur la façon de te tenir. Je tiens pas à être sollicité pour jouer dans un remake de la cage aux folles. » Roulant les yeux, Cordelia ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur l’efficacité de ses roulement d’yeux à présent qu’elle revêtait la carcasse de l’autre abruti. Elle osait espérer qu’ils aient toujours cette présomption méprisante et cette nonchalance bien singulière à sa personne. « Exactement ce que je disais ; un truc moche. » Cracha-t-elle en soupirant. En réalité, elle ne trouvait pas du tout le style du jeune homme aussi ignoble qu’elle le laissait sous-entendre. À vrai dire, elle trouvait même que Connor avait drôlement la main pour choisir ce qui lui allait bien. Bien entendu, la succube ne comptait pas lui avouer, et même, elle mentait sur le sujet pour son propre bien. Pourquoi? Va savoir. Peut-être que ce n’était qu’un bête moyen comme un autre pour rabaisser Connor dans son estime, se prouver à elle-même qu’il a plus de défauts qu’il en a vraiment… Parce que, oui, croyez-la, elle avait besoin de cette sensation pour ne pas s’attacher à une merde comme lui, ou à qui que ce soit à vrai dire.

Enfilant les vêtements malgré tout, elle se sentit contrainte à ronchonner – comme quoi c’était un mécanisme naturel au corps de l’ex-junkie. « Et ensuite, mademoiselle? » lui offrit-t-elle, d’abord fourni d’un sourire, pas carnassier, mais suffisamment élargi pour paraître con, avant de tronquer ces airs balourds pour cette moue grincheuse qui saillait si bien le visage du jeune homme. « Déjà t’oublie la main sur la hanche et la pause nonchalante. Croises les bras, écartes un peu les jambes et tiens toi droite. » Se mordant la joue inférieure, elle détestait cette façon que Connor se permettait de la commander comme ça, du moins, elle méprisait l’idée lorsqu’il habitait son corps à elle, et surtout, lorsque ça ne les menait pas tous les deux vers des trucs salaces. Pliant ses nouveaux et très imposants bras sur son torse qui l’était tout autant, la démone prouva que même sous de différentes apparences, elle pouvait demeurer aussi chiante que jamais. « S’il te plait? Non, ça ne te dit rien? » Ah, il en fallait du culot pour dire ça, surtout venant d’elle et ses impolitesses et vulgarités incessantes. Elle lui offrit un sourire satisfait et probablement un peu con – c’était bien la gueule de Connor, après tout. Suivant à nouveau les commandes du l’ex-flic, elle se sentit ridicule à écarter les jambes de la sorte, mais elle avait au moins déjà les bras croisés de façon convaincante, c’était au moins ça de gagné. « Comme ça? » L’air dubitatif de Connor en disait long et lui était suffisant comme réponse. Roulant les yeux, abandonnant l’acte et reprenant sa posture féminine, elle était plus consternée par l’idée de devoir maintenir un tel acte pendant plus de deux minutes, plus qu’elle n’était découragée ou quoique ce soit par la chose. Le tout lui paraissait effroyablement lassant et ça se sentait sur ces traits de visage. « T’adores m’imiter non ? Alors fait un effort. » La démone releva les yeux pour fixer Connor dans les yeux, marrons à présent, elle qui avait prit coutume de se perdre dans le vert de ses iris – bien qu’elle ne lui ait jamais avoué – elle se sentait étrangement mal-à-l’aise de constater que plus rien était comme avant. « Moins connasse, plus vaurien. » Sauf peut-être, ça. Ces piques entre eux deux, ces espèces d’altercations épineuses, mais satisfaisantes. Il avait peut-être ses airs à elle présentement, mais il restait bien lui. La démone fût étonnée d’être pris d’un sourire sincère, d’autant plus qu’elle ne sut vraiment le dissimiler, ne contrôlant pas encore totalement les expressions du mécanicien. « Je ne crois pas que ça soit possible, franchement. » dit-elle, les bras toujours croisés sur son nouveau torse, puis elle haussa les épaules d’une lassitude et nonchalance qu’ils partageaient bien tous les deux.

Sans répits, parce qu’il y en avait-il vraiment entre eux d’eux? Même lorsqu’ils ne s’incendiaient pas de remarques désagréables, ils se sautaient au cou pour de laisser aller à leurs instincts les plus primitifs. Aucun répit, jamais. Ainsi, il poursuivit. « Hum, au fait rassures moi t’as pas que des chaussures à talons ? » La démone arqua un sourcil, analysant les derniers mots du jeune homme de façon un peu incrédule et perplexe, avant d’arriver à la conclusion que ce n’était qu’une énième sottise de sa part, la seule différence cette fois-ci étant dans la voix. Par conséquent, elle préféra se moquer de lui. « Hum, au fait rassures-moi, tu ne crois quand même pas que je traines 36 paires de chaussures avec moi quand je viens faire des galipettes chez toi, n'est-ce pas BlackPearl? » questionna-t-elle le jeune homme, un peu décontenancée par l’idiotie d’une telle question. Se prêtant au jeu, elle afficha un air qui se voulait sarcastiquement bienveillant et aimable, puis attrapa son sac à main. Ce dernier qui ressemblait davantage à un sac de sport glamour plus qu’à autre chose, mais il était suffisamment grand pour traîner avec elle une paire ou deux de talons haut, quelques fringues, deux trois bijoux, quelques produits, et vraiment, c’était tout ce dont elle avait besoin. Aussi, elle s’exécuta. « Voyons voir… Je compte une paire de talons haut et … » Elle prétendu de fouiller de fond en comble son sac avant que de se résigner à constater qu’il n’y avait rien d’autre. « … Non, aucune autre. Navrée. » Elle lui afficha une moue désolée, avant de poursuivre – plus acerbement cette fois-ci, son naturel retournant au galop. « En revanche, je peux toujours regarder si avec chance je peux y trouver un peu de bon sens. Ça ne te fera pas de mal d’en avoir, pour changer. » Elle conclut son numéro d’un roulement d’yeux. Rien qui n’allait surprendre le bel apollon, il était accoutumé à présent à ce genre de sketch de la part de la sorcière. « J’imagine que proposer de ne pas mettre de chaussures est exclu ? » La main sur le front, elle ne savait pas comment un être humain pouvait être aussi stupide que l’ex-junkie. Ça doit être tous ses joints, supposa la démone, à court d’explications pour les sottises du jeune homme. Pourtant ce dernier ne s’empêcha pas de pousser le vice encore plus loin. « Dans un sens je sais pas si j’assumerais. Ils sont moches quand même. » Arquant à son tour un sourcil, puis se mordant à nouveau l’intérieur de la joue. « J’aimerais bien voir l’état de pieds si tu avais à passer les prochains siècles à courir pour ta vie, Connor. » dit-elle en poussant la paire de chaussures à talons contre la nouvelle poitrine du garagiste. Pour le presser, elle n’hésita pas à lui placer une claque sur les fesses, se rappelant de la fois où il en avait fait de même. « Allez princesse, on n’a pas toute la journée. » Recroisant les bras à nouveau – elle trouvait que c’était un geste qui allait si bien au corps de Connor, ça donnait d’emblée le ton à sa hargne habituelle. « Et je te préviens, pas question que tu t’écrases au sol avec mon visage. Alors, j’espère sincèrement pour toi que tu sais marcher droit avec des talons. » Ah comme quoi, être une femme n’allait pas être aussi facile que Connor l’aurait imaginé. « Considères-toi chanceux que je ne t'oblige pas à porter le string. Ce n'est pas comme si tu méritais autant de clémence. » Ah, elle n'arrêterait jamais.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Dim 4 Jan - 18:45

Aucun doute, si Cordelia ne faisait pas plus d’effort du point de vue de l’attitude, le garagiste courrait à la catastrophe. Mais dans un coin de sa tête, enfin plus exactement de celle de la sorcière mais c’était le fruit de son intelligence à lui, se profilait un plan B. Pour le moment il misait sur un peu de bonne volonté de la part de la succube, donnée fortement aléatoire ça il en était pleinement conscient. Au moins il avait réussi à la faire habiller son corps non sans quelques grognements, manie pour laquelle elle le singeait probablement avec grand plaisir. Et si tout ça aurait pu être très amusant, le temps et les affaires allaient avoir raison d’eux, prise de conscience qui rendit Connor des plus autoritaire quant à la dispense de ses conseils sur la bonne tenue d’un homme. La sorcière n’appréciait pas, inutile d’avoir fait de longues études de psychologie pour s’en rendre compte… mais lorsqu’elle faisait écho à la politesse tout ça reprenait des allures de plaisanterie médiocre. Le garagiste pouffait dans l’intention et cela se transformait en petit gloussement sarcastique, marque de fabrique du corps dans lequel il se trouvait. Levant les yeux empruntant encore cette mimique à la succube, le Texan ne répondit même pas à la provocation se contentant d’observer les efforts peu encourageants que Hopkins fournissait.
C’était bien la peine de se prétendre bonne actrice et d’abattre ses cartes de manipulatrice à tout va sans être capable de se comporter comme un homme… le tout en se trouvant dans un corps d’homme ! Pourtant ça n’était pas faut d’essayer d’imager ce qu’il voulait d’elle, mais Cordelia semblait hermétique elle était décidément trop connasse pour arriver à être autre chose. Sortez là d’elle même et… elle restera elle même ! Et le pire dans tout ça c’est que malgré l’embarras que cela provoquait pour la suite de leur journée, la succube avouait son incapacité avec le sourire, comme si cela n’avait finalement aucune importance. Lentement cette jubilation que l’ex-junkie avait ressentit en voyant qu’il s’en sortait mieux qu’elle retombait comme un soufflé qu’on laisse trop longtemps au four. Si la démone s’entêtait à se foutre de le laisser passer pour une folle en se comportant comme une putain de nana qu’elle était en habitant son corps de mec viril, il serait obligé d’aller en son sens et fermé le garage pour la journée en dépit de tout ce qu’il avait à faire ! Bien sur l’option l’emmerdait clairement et son plan B semblait devenir la prochaine alternative.

Mais si Cordelia et son manque de talent d’incarnation était un problème, il en avait un autre on ne peut plus direct. Encore et toujours les habitudes vestimentaires de la succube. Dieu seul savait depuis combien d’années elle trainait son joli cul au dessus de ses talons indécemment hauts, lui en revanche avait quelques lacunes en la matière et pour cause il n’était pas un grand fan du travestissement. La question lui apparue soudain comme vitale à poser, aussi ridicule apparaissait-elle aux oreilles de la concernée. Sarcasme aux rendez-vous, qu’elle lui réponde autrement aurait trahi une fièvre certaine. Bien plus douée pour sa théâtralité habituelle que pour paraître virile la sorcière profitait de l’occasion afin de le rattraper un peu au score de leur joute verbale. « Simple curiosité. » lâchait-il blasée par tant de blabla pour répondre à une petite question technique qui ne nécessitait à son sens qu’un oui ou un non. Soupirant face à cette remarque concernant son manque de bon sens il répliquait avec une pointe de malice « Oh le bon sens voudrait peut-être que tu ai une paire de chaussure plus adéquate pour courir. » fronçant les sourcils il fixait ses propres iris, celles à travers lesquelles il voyait le monde en temps normal « Tu sais quand par exemple tu te retrouves poursuivit par des zombis… Ou toutes autres personnes qui auraient une raison de courir après une fuyarde de ton acabit. ». Un petit sourire satisfait était venu ponctuer cette réponse avant que le Texan ne poursuive sur l’éventualité de se balader pieds nus mais c’était sans vraiment avoir remarqué combien les dits pieds étaient vilains. Preuve qu’il n’était pas fétichiste de cette partie du corps puisqu’il n’y avait jamais fait attention.
Partagée entre l’affligeassion totale et une probable colère, la succube répliquait avec un implacable argument tout en lui imposant les fameux hauts talons. Claquant ce qui était sa propre paire de fesses à l’origine , encore une fois elle l’imitait prenant sans doute ainsi une sorte de petite vengeance sur des comportements qu’il avait pu avoir. Une moue dubitative venait de se loger sur les traits originels de la démone, le garagiste était perplexe face à la mise en garde dont elle le gratifiait « Me tentes pas trop… un faux pas est si vite arrivé. » et comme cela lui allait si bien c’est un léger rictus quasi démoniaque qu’il laissait flotter sur ses lèvres « Si tu fais l’effort d’être crédible en tant que moi, j’imagine que je ferais le maximum pour garder l’équilibre… » honteux chantage, mais au point où ils en étaient y avait-il encore une règle concernant cela ? Cependant Connor songeait qu’il s’aventurait peut-être un peu vite sur le terrain d’un accord étant donné que pour l’instant les talons n’étaient pas encore à ses pieds. Détail auquel il remédiait sur le champ en s’asseyant sur son lit pour enfiler ce qu’il jugeait être des engins de torture. Lui même l’avait répété ils n’avaient pas l’année pour gérer la situation, malgré tout et bien qu’il eu mit les escarpins le garagiste restait assis quelque peu hésitant « Ça casse souvent ce merdier ? » s’informait-il comme s’il parlait d’une bagnole dont il ignorait la qualité de la mécanique. Pure mesure de prévention dont il perçu que cela allait encore être raillé par la succube, aussi celui qui était blond habituellement se décidait enfin à se lever.

Précaire. Voilà comment lui apparaissait l’équilibre sur ce qu’il appréciait de voir porter par la sorcière mais dont il comprenait maintenant la subtilité. Raclement de gorge pour se redonner un peu de contenance il se redressait lentement pour s’approcher au mieux de l’attitude que pourrait avoir Cordelia. Tenir debout : check. Restait désormais la question du déplacement, la plus délicate bien entendu. Connor décidait alors de se lancer, mieux valait chuter là s’il le devait que plus tard. Le garagiste fit alors un pas, puis un autre et encore un nouveau le tout sans trop chanceler mais à une allure s’approchant de celle de la tortue. Anticipant la réaction de la succube il pointait un doigt vers elle, sur lui du point de vue de l’apparence, et sans même se regarder lâchait « Vu ta performance précédente, no comment ! ». Planté sur ce qu’il qualifiait définitivement d’échasses, le Texan lâchait un soupir « Je me sens comme un putain de château de cartes ! » frustration de se sentir soudainement vulnérable dans un exercice pourtant aussi naturel que la marche. « T’aurais pas des talons plus larges ? » il roulait des yeux « Non parce que le combo cures dents sur allumettes c’est pas franchement ce qu’il y a de plus stable, tu vois ? » baissant le regard il regardait ces guiboles bien trop fines, perchées sur ses talons bien trop hauts et eux aussi bien trop fins pour qu’à son sens le tout puisse avoir un équilibre viable. « La gravité fait que de toute façon t’es attiré par le sol, donc tout est fait pour se casser la gueule. » oui il l’avait plutôt mauvaise d’être obligé de s’adonner à cet exercice, sa fierté en prenant un coup… Heureusement qu’il ne portait pas de string. Cependant il portait un soutien gorge, élément que bien entendu il trouvait gênant, et au point où il en était c’est sans classe aucune qu’il tentait de discipliné la poitrine qu’il affectionnant tant quand il ne la portait pas « Oh et ce truc là aussi quelle merde ! », relevant le regard vers Cordelia il se risquait à une énième question qu’elle jugerait de stupide, il pourrait le parier « Je peux pas les laisser en liberté ? ».

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Mar 6 Jan - 13:15


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


« Me tentes pas trop… un faux pas est si vite arrivé. » Réplique arrogante? Réponse arrogante. Un principe que Cordelia suivait souvent, du moins, en particulier avec Connor qui avait cette mauvaise manie – ou plutôt, capacité singulière – à se glisser sous la peau de la sorcière et de l’ébranler, ou pire encore, lui faire perdre cet énigmatique flegme qui faisait sa réputation depuis des siècles maintenant. Fidèle à elle-même, et ce malgré les nouveaux traits – et attributs, n’ayons pas peur des mots – dont elle était en possession, la sorcière ne prit même pas la peine de lui adresser le moindre mot en retour à sa remarque. En revanche, il était fort évident qu’elle paraissait importunée par la menace que lui brandissait Connor à la figure, et le connaissant que trop bien, Cordelia pouvait s’avancer sans soucis et dire qu’il était suffisamment insolent pour être en mesure de s’exécuter intentionnellement. D’autant plus que ce n’était pas sa gueule à lui qu’il abîmerait. Fière et insolente créature qu’elle était, elle lui offrit malgré tout un roulement d’yeux, ses prunelles scintillant de ce mépris – qui de coutume niche dans ses iris caféinés – suivi d’un léger sourire forcé, suintant l’hypocrisie à des kilomètres, et auquel elle avait pu habituer Connor dans le passé. « Si tu fais l’effort d’être crédible en tant que moi, j’imagine que je ferais le maximum pour garder l’équilibre… » Empruntant des airs affligés et chagrinés par les discours que lui soumettait Connor, la succube n’était pas totalement certaine du résultat que cela aurait avec les traits masculins du Texan, mais elle osait espérer que cela aurait le même effet que lorsque c’était son visage à elle qui en faisait l’usage. Main contre le torse en complément, sa théâtralité ne fléchissait pas, même sous les apparences du beau blond. « Tu as du mal à tenir sur tes deux jambes sans la troisième, c’est ça? Oh, mon pauvre chaton. » Aussitôt, elle chassa ses faux airs navrés par un gloussement qui sonnait tellement plus menaçant dans la gorge du garagiste que dans la sienne. Comme quoi, cela pouvait réellement faire une différence. Ses meilleurs airs ronchons revenant au galop – c’était tout naturel avec le faciès de Connor, il n’y avait pas à dire – elle se permit de conclure, impatiemment. « C’est quand tu veux. » Oh la patience n’avait jamais été son fort, et le mécanicien avait pris son pied que bien trop souvent à lui répéter incessamment à quel point cette dernière était considérée comme une vertu, tout à l’opposé de la sorcière qui en pensait tout le contraire.

S’exécutant, le mécanicien posait son nouveau petit cul féminin sur le lit, entreprenant d’enfiler les talons que la succube lui avait sauvagement imposé de force. Elle mentirait effrontément si elle ne disait ne pas jouir d’une certaine satisfaction à regarder le Texan se soumettre – certes pas sans marmonnement – à ses demandes les plus insolites, comme celle de chausser des talons-hauts dans le but de ne pas rompre avec son image. Et, rapidement, suite à cette simple constatation, un certain sourire s’étira sur les lèvres tendrement pulpeuses dont elle était en disposition à présent qu’elle revêtait la carcasse de Connor. Que voulez-vous? La fresque qu’elle avait sous ses nouveaux iris émeraude était décidément un moment dont elle n’oublierait pas d’aussitôt…même si elle avouait qu’elle aurait nettement préféré contempler Connor, dans toute la virilité et masculinité de son propre corps, être contraint à enfiler des escarpins. Il semblerait que pour l’instant, la sorcière allait devoir se contenter de la scène présente, et à une certaine mesure, de son imagination, mais ce n’était peut-être pas plus mal.
Une fois chose faite, le Texan sembla hésiter à se lever, appréhendant probablement la chute inévitable qui l’attendait dans quelques secondes. Une fois de plus, cela soutira l’ébauche discrète d’un rictus chez la sorcière, comblée que les rôles soient enfin inversés...littéralement. Tout l’opposé de Connor, à vrai dire, qui expérimentait enfin les hauts, et surtout, les bas du sexe féminin. « Ça casse souvent ce merdier ? » Ah, typique, surtout venant du macho qui aurait bien davantage préféré baigner ses mains dans la crasse et l’huile de moteur. Par contre, il n’y avait pas à dire, c’était bel et bien ironique la façon dont il parlait des talons comme il parlerait de ses caisses et bagnoles qui trainaient dans son garage. C’était du Connor tout craché, à vrai dire. Et pourtant… Cordelia réalisa que ce n’était pas très loin de la réalité, tout compte fait. Plissant légèrement les yeux, puis haussant les épaules, elle s’étonna elle-même à ne pas se moquer du le Texan au vu de la perche qu’il lui tendait. « Considère-les, appréhende-les et traite-les comme l’une de tes bagnoles et tout ira bien. »

Un soupir s’extirpa de ses lèvres, plus aussi rosées qu’elles en avaient l'habitude, alors que la démone observait le pauvre homme s’adonner difficilement à la tâche pourtant si simple de déposer un pied devant l’autre. Un peu hébétée face à la tortue trottinant devant elle, Cordelia ne savait pas réellement si elle en devait en rire, ou plutôt en pleurer. Ce fût la remarque du Texan, en revanche, qui la fit flancher. « Vu ta performance précédente, no comment ! » Ce fût plus fort qu’elle à vrai dire. Aussitôt pointée du doigt qu’un ricanement railleur s’arracha de force, tronquant sa gorge, devançant ses lèvres et se projeta dans le reste de la pièce, n’en déplaise au bel apollon. Ce fût le regard menaçant et sombre que Connor lui exposait qui fit en sorte qu’elle se tut sur le coup, non pas sans un bon raclement de gorge à son tour. Elle faisait l’expérience de son propre regard menaçant pour la première fois, et ses aboutissements étaient manifestement efficaces. « Je me sens comme un putain de château de cartes ! » Mais comment voulait-il qu’elle le prenne au sérieux, ou au moins, qu’elle ne se moque pas de lui alors qu’il faisait absolument tout pour qu’elle ne résigne à se foutre de sa pitoyable gueule? « T’aurais pas des talons plus larges ? Non parce que le combo cures dents sur allumettes c’est pas franchement ce qu’il y a de plus stable, tu vois ? » Haussant les épaules dans toute la suffisance du monde, elle se contenta d’une excuse aussi sincère que les discours sur l’existence du Père Noël. « Non, navrée. » Posant ses mains contre les nouvelles épaules de Connor, la sorcière lui susurra sur un ton valsant consciencieusement entre la moquerie et la hargne qui s’incendiait bien souvent en elle, et qui, encore plus souvent, incendiait les pauvres âmes qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin. Pour le grand désarroi de Connor d'ailleurs, qui était principalement, si ce n’est constamment, toujours entre les pattes de la sorcière… « Je te rappelle que c’est toi qui tenait absolument à pointer le bout de ton nez dans ton garage miteux aujourd’hui. » Recroisant les bras à nouveau – elle trouvait que c’était un geste qui allait si bien au corps de Connor, ça annonçait d’emblée la couleur. « Je te préviens, pas question que tu t’écrases au sol avec mon visage. Alors, j’espère sincèrement pour toi que tu sais marcher droit avec des talons. » Elle aurait du se douter qu’au vu de les circonstances, Connor ne lâcherait pas le morceau, l’ayant bien trop de travers pour ne laisser un moment de répit à la sorcière sur le sujet. « La gravité fait que de toute façon t’es attiré par le sol, donc tout est fait pour se casser la gueule. » Sa mine blasée affichant clairement le degré d’intérêt qu’elle avait envers les leçons de physique 101 du Texan, la succube préféra ignorer la remarque du jeune homme avec cette même nonchalance et désinvolture qu’elle avait toujours revêtue. Un roulement d’yeux s’ensuivit donc, bien qu’elle fût rapide malgré son désintéressement précédent pour lui rappeler à quel point elle avait fait preuve de gratitude avec lui jusqu’à présent. « Considères-toi chanceux que je ne t'oblige pas à porter le string. Ce n'est pas comme si tu méritais autant de clémence. »

Et comme si les talons et le string n’avaient suffis, ce fût au tour de la poitrine de la sorcière de passer un mauvais quart d’heure alors le garagiste exprimait toute la gêne que lui cédait ce pauvre morceau de tissu que se révélait être le soutien-gorge de la brunette. « Oh et ce truc là aussi quelle merde ! » Une légère ébauche d’un sourire se glissa une fois de plus sur son nouveau visage, alors que des pensées salaces traversaient son esprit, culminant en une légère conclusion qu’elle se permit de formuler à voix haute. « Il est vrai tu as toujours été excessivement prompt à t’en débarrasser, alors… Heureuse de voir que certaines choses ne changent pas, malgré les circonstances. » Dieu sait que lorsque ces deux bêtes se laissaient aller à leurs instincts les plus primitifs, leurs accoutrements tombaient rapidement au sol. Et pourtant, ça lui faisait bizarre de penser à ce genre de moments dans les circonstances actuelles. D’ailleurs, il était préférable d’éviter, la dernière chose dont elle avait besoin, c’était bel et bien un engorgement de sang au mauvais endroit. « Je peux pas les laisser en liberté ? » Prévisible. Tellement prévisible. C’est qu’il ne faisait même pas un effort pour agir autrement, l’enfoiré. Ça ne surprenait pas profondément la sorcière à vrai dire, mais elle aurait tout de même préféré qu’il l’épargne de ce genre de bêtises. Quoiqu'elle n’était pas très bien placée pour discuter de prévisibilité puisqu’elle ne comptait pas le moindrement hésiter à se jouer et se moquer de lui avec toute la hargne du monde, comme elle savait le faire mieux que quiconque. « Tu fais ce que tu veux. » débuta-t-elle, tenta du mieux qu’elle pouvait de paraître ingénue, mais c’était décidément chose ardue avec la gueule du mécanicien. Non pas qu’elle eût été particulièrement indigne de confiance ou quoique ce soit, mais bien parce que tous ses traits masculins et virils n’étaient pas ce qu’il y avait de plus candide et innocent. Puis, Connor la connaissait tout aussi bien qu’elle ne le connaissait lui, ainsi il devait déjà se douter qu’elle ne faisait que jouer avec lui. N’était-ce pas ce qu’elle faisait toujours, d’ailleurs? Se jouer de lui. Jouer avec lui. « Mais c’est à tes risques et périls. Qui sait, peut-être que l’envie de restituer la liberté de Monsieur Clé à Molette ici présent me prendra soudainement devant tes clients. Il ne manquerait plus que je baisse mes jeans, et gueule haut et fort … » La brunette marqua une brève pause, le temps nécessaire pour s’exécuter et baisser le jean que lui avait prêté Connor plus tôt jusqu’à ses chevilles, et se relever pour conclure sa petite comédie. « Pudding! » s’exclama-t-elle donc enfin, prenant le soin d’agiter ses hanches et son bassin dans les bonnes directions pour faire virevolter la douce et fidèle partenaire de Connor.

Si elle avait affiché son sourire des plus benêt et sot et qu’elle n’avait pas hésité à agir comme le dernier des dérangés, elle reprit aussitôt des traits beaucoup plus sombres et dédaigneux, alors qu’elle relevait enfin le jean jusqu’à sa taille. « Je suppose que tu as compris le message. » Mais c’était bien le dernier de ses soucis. Encore fallait-il qu’elle trouve un moyen de se sortir ce putain de pétrin si elle ne voulait pas avoir à vivre avec un pénis, des couilles, du poil, de la testostérone et une constante envie de mater de grosses poitrines pour le reste de ses jours. Dieu sait qu’elle n’avait pas vécu les sept derniers siècles pour finir sa vie en tant que mécanicien sorti tout droit des tréfonds du Texas. Certes, nombreux seraient ceux qui à dire qu’elle n’avait que ce qu’elle méritait, compte tenu des actes qu’elle eut tenu pendant toutes ces années de fuite, mais elle-même aurait préféré la mort…Bon peut-être pas. Être Connor n’était pas aussi désagréable qu’elle le voudrait bien le croire, mais elle préférait adopter ce genre de façon de penser et trouver une solution à son problème, plutôt que de partir sur l’idée qu’elle arriverait à s’adapter à un tel changement.
La démone tendit la main devant elle, toujours et éternellement blasée. « Donne-moi ton portable. Je vais passer quelques coups de fil. » Aussitôt la réalité la frappa de plein fouet, obligeant la sorcière à réaliser une contrainte qui allait encore lui mettre des bâtons dans la roue, comme si un bâton entre les jambes n’était pas déjà suffisant. « …Merde. » ronchonna-t-elle, plus à elle-même qu’à quiconque à vrai dire. Le regard baissé ainsi que la main sur le tempe, elle le releva aussitôt pour confronter Connor de nouveau. « S’ils entendent un homme parler, ils ne mordront pas. » Croisant les bras, indubitablement de retour avec ses attitudes grognonnes empruntées à nul autre que le Texan lui-même, elle roula les yeux avant de conclure. « Je suppose que ça va te plaire. Tu vas enfin pouvoir utiliser tes imitations à bon escient. »
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Mer 4 Fév - 14:39

Un grand éclat de rire… sérieusement ? C’était ça la réaction de cette saloperie d’emmerdeuse qui pour l’occasion lui piquait son propre rire ? Connor n’en revenait pas, elle se foutait ouvertement de sa gueule et sans même qu’il n’ai à vraiment se forcer le Texan usait du regard le plus noir de la panoplie de la succube. Très efficace puisque cette dinde cessait de rire face à une situation que lui ne jugeait pas vraiment drôle. Cette entêtement dont elle faisait preuve à vouloir à tout prix ne pas écorner sa réputation et son style le dépassait totalement. Bien sûr le garagiste se doutait que là dessous se cachait un bon prétexte pour elle de le défier et l’emmerder, comme à son habitude. Au moins ils tombaient d’accord sur une chose, quelque soient les circonstances certains aspects de leur relation ne changeaient pas : lui était l’éternel râleur et elle l’emmerdeuse sans limites. Certes de son côté il voulait absolument se rendre à son garage afin de s’assurer une rentrée d’argent non négligeable. Et ça Cordelia oubliait un peu trop vite que ça la concernait, en bonne pique assiette qu’elle était ! Et le pire c’est qu’elle usait de l’argument de l’entêtement à son égard à lui au lieu d’avouer que de eux deux c’était son propre comportement qui posait problème.
Une légère grimace tordit les traits de la succube imageant bien l’état d’esprit du Texan. Encore une mise en garde sur son intérêt à assurer la bonne tenue du visage de la sorcière. Et c’est par un soupire lasse que Connor répondait à cela avant d’évoquer la gravité, une chose contre laquelle cette emmerdeuse ne pouvait rien faire. Mais comme si cela allait tout résoudre elle enchainait sur cette pseudo clémence dont elle avait fait preuve en ne l’obligeant pas à porter un string. Le garagiste songeait d’ailleurs un instant qu’il aurait bien voulu voir comment elle aurait compté s’y prendre pour le contraindre ainsi. Instant de perplexité bien vite dissipé par ce sentiment d’oppression et de gêne que le port d’un soutien-gorge entrainait inévitablement pour le Texan. Si son alternative de libérer cette pauvre poitrine lui paraissait la solution à ses maux, Cordelia ne l’entendait pas de cette oreille, bien évidemment. « Je suis pour la liberté d’expression. » lâchait-il en roulant des yeux, croisant les bras sous la dite poitrine qui remontait alors pour se gonfler d’avantage. « Ce qui ne change pas non plus c’est ta capacité à me faire chier. » aisément Connor donnait au visage de la brune une mine contrariée qui n’annonçait rien de bon. En bon râleur il n’allait pas lui laisser avoir gain de cause aussi rapidement « Va falloir choisir. Soutif ou talons ? » posait-il comme ultimatum en sachant bien que cela aurait forcément des conséquences.

Si la sorcière agissait avec son habituelle nonchalance, allant jusqu’à lui donner totale liberté dans les actes, l’ex-junkie savait pertinemment que le pire ne tarderait pas à arriver. Arquant un sourcil avec perplexité il l’écoutait alors distiller sa menace avant que la succube ne fasse une démonstration de ce qu’elle prévoyait de faire s’il s’entêtait encore à vouloir se débarrasser de l’accoutrement que Cordelia jugeait de rigueur. Le garagiste n’avait étrangement aucune envie de passer pour une sorte de dégénéré. Secouant la tête avec un certain dépit le Texan soupirait à nouveau « Ok je garde le soutif et les talons. Mais s’il te vient l’idée d’une plaisanterie du genre je peux te promettre que ta jolie gueule d’emmerdeuse va subir quelques dommages. » pour ce qui était de garder l’équilibre il marcherait lentement et peut-être finirait-il par s’habituer. En l’occurrence ce que Connor notait c’est surtout qu’il avait déjà mal aux pieds et cela lui fit prendre conscience qu’en cas de chute, volontaire ou non, il allait être celui qui subirait la douleur. Voilà qui le ferait sans doute réfléchir à deux fois avant d’agir connement, mais ça la succube n’avait pas besoin de le savoir. L’air de rien le garagiste mit tout de même fin à son début de calvaire en se rasseyant sur son lit « Copy that. » soupirait-il pour confirmer que le message était on ne peut plus clairement passé. Encore une fois ce même constat, les choses ne changeaient pas vraiment peu importe le sexe qu’ils portaient, Cordelia emmerdait et Connor ronchonnait.
L’ex-junkie réfléchissait à se rétracter, ne pas aller au garage en allant simplement indiquer sur la porte que l’établissement était fermé pour cause de maladie. Et quelle maladie ! Il était une femme… si c’était pas la pire des maladies ça. Il fut sortit de sa réflexion par son ton de voix originel qui lui réclamait son téléphone le tout sans politesse aucune. Levant les yeux vers son propre visage ce qui était toujours aussi troublant il fit un petit sourire en coin « Tu as encore oublié quelque chose. » le ton de la moralisatrice allait comme un gant au timbre de la sorcière et le Texan s’en amusait beaucoup « S’il te plait. C’est ce qu’on dit lorsque l’on est poli. » surtout qu’un portable demeurait un accessoire à la fois pratique et luxueuse dans ce monde où le Gouvernement souhaitait tout contrôler. La communication était forcément leur cible principale et Connor avait acquis ce petit outil pas franchement légalement, mais ça personne n’avait besoin de le savoir. Un petit rire amusé lui échappait, un gloussement donc, quand l’emmerdeuse notoire comprit que son nouveau sexe ne lui permettait pas de s’adresser à ses connaissances sans que personne ne se rende compte de rien. « Quelle perspicacité. » la remarque fut accompagnée des trois claquements de main qui saluaient cette brillante déduction de la part de Cordelia « Sauf si tu prétends à une vilaine grippe ou quelque chose comme ça. Mais ils s’inquiéteraient pour toi… » marquant un temps d’arrêt il secouait la tête en levant les yeux « Ah mais non je suis bête. Tout le monde s’en fout. » sourire satisfait, le Texan se sentait plus vrai que nature dans le rôle de l’emmerdeuse et il trouvait ça aussi drôle qu’effrayant.

Effectivement son talent d’imitateur n’était plus à prouver, et la sorcière pouvait bien lui reconnaître ça pour une fois. Là où elle demeurait toujours bien trop connasse pour un rôle de vaurien comme le sien, lui s’en sortait à merveille. « Tu ne pouvais pas me faire plus plaisir. » et la mine satisfaite qu’il donnait aux traits de la succube ne laissaient aucun doute là dessus. « Donc. Qu’est-ce qu’il faut que je dise ? » fronçant les sourcils Connor réfléchissait un instant « Déjà que tu as fait une connerie, ça me semble essentiel de le souligner. Et que maintenant deux âmes se retrouvent dans des corps qui ne sont pas les leurs ? » dit à voix haute c’était encore plus fou. « Même quand je me droguais j’ai jamais fait de trip aussi violent. » pianotant des doigts sur le matelas, le tout avec une impatience parfaitement empruntée à Cordelia elle-même, l’ex-junkie l’observait dans sa réflexion « C’est quand tu veux pour ton discours parfait, Evil Genius. ». Et Connor allait surenchérir quand son estomac, celui de la brune plus exactement, émit une protestation pour le moins sonore. « Avant ça faut que je bouffe quelque chose. » la sensation de faim venait de se multiplier par trois en l’espace de quelques secondes et le Texan se sentait comme dans ces moments où dans son propre corps il aurait été capable d’engloutir trois burger sans sourciller.
Se levant prestement, il se surpris lui même à marcher avec détermination jusqu’à la sortie de la chambre, c’est à dire à peu près six pas avant de trébucher en se rattrapant à l’encadrement de la porte sans grâce aucune « Tout est sous contrôle. » rassurait-il avec un petit sourire niais qui ne plairait sans doute pas à la sorcière. « Mûris ton speech je reviens. » et c’est avec d’avantage de prudence que Connor se rendait jusqu’à sa propre cuisine partant en quête de quoi rassasier ce corps qui réclamait sa dose de nourriture. Il fut d’autant plus surpris quand ouvrant le frigo il eut envie de tout ce qui pouvait s’y trouver « Sérieusement ? » marmonnait-il à sa propre intention avant de saisir de quoi se préparer un sandwich ce qu’il y avait de plus rapide et classique. Et c’est en compagnie de son petit déjeuner que le Texan revint dans la chambre, mâchant allègrement ce qui avait un goût libératoire pour ces papilles qui n’étaient même pas les siennes. « Hum, t’as aiment un aétit de oinfre ! » lâchait-il la bouche pleine en écornant un peu plus l’image de la succube. « Alors ? T’as trouvé ? ». Finissant sa bouchée le Texan singeait la posture séductrice favorite de Cordelia et usait de son ton le plus doucereux pour offrir un délicieux « Chaton. » à son vis à vis. Il fallait bien qu’il se mette à fond dans le personnage, non ?

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Sam 7 Fév - 21:49


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


« Tu as encore oublié quelque chose. » Et quoi donc? Elle avait fait preuve de mépris, de dédain, d’insolence et d’une certaine discourtoisie, tous de coutume avec elle, d’autant plus avec Connor – qui pourtant était probablement le seul homme en lequel elle voyait plus qu’un vulgaire outil pour arriver à ses fins, peu importe ces dites fins. Et, aux yeux de la sorcière, c’était au contraire tout l’opposé de ce qu’avançait Connor, elle aurait très bien clamé haut et fort n’avoir rien oublié après sa petite réflexion plus tôt. Et pourtant le garagiste semblait insister sur l’idée que c’était bel et bien le cas, et vous connaissez cet enfoiré, dont l’audace semblait – ‘étrangement’ – avoir décuplé depuis qu’il revêtait la carcasse de la démone, il aimait faire languir ce silence, éterniser ce semblant de suspense. De son côté à elle, la succube demeurait fidèle à son impatience sempiternelle, et se démontrait pour le moins pressée qu’il ne finisse cette phrase, ses traits de visage, à présent masculins, baignant dans ce mélange bien singulier entre la lassitude et l’irritation que le Texan semblait maîtriser tout aussi bien qu’elle, Dieu merci, et le caprice parsemant ce faciès comme c’était souvent le cas avec elle, même sous cette nouvelle apparence. « S’il te plait. C’est ce qu’on dit lorsque l’on est poli. » Gloussement présomptueux, avant qu’elle ne détourne le regard, comme si elle n’avait point à foutre du mécanicien, en y glissant même l’un de ses populaires roulement d’yeux qui ne faisaient que traduire sa nonchalance et son insolence avec perfection. « Et des conneries, c’est ce qu’on dit comme lorsqu’on est qu’un pauvre imbécile comme toi. » Haussant les épaules, regardant d’un certain dégoût ses ongles qui n’avaient définitivement plus le même aspect immaculé, elle redéposa son regard vers Connor, ses iris à présent verts plus blasés que jamais. Copy that, hein?

Mais ce n’était définitivement pas sa journée. Ce problème de changement de corps était déjà accablant, et avant tout inexplicable, même pour elle, une sorcière de sept cent balais, mais si en plus de tout ça, elle souffrait à présent de conséquences qu’elle n’aurait même pas pu imaginé au départ…L’une de ses conséquences se révélait être, par exemple, le fait qu’elle allait devoir passer par Connor, qui squattait son corps à elle pour le moment, si elle voulait rejoindre certains de ses contacts en toute crédibilité. « …Merde... — S’ils entendent un homme parler, ils ne mordront pas… — Je suppose que ça va te plaire. Tu vas enfin pouvoir utiliser tes imitations à bon escient. » Et ne vous méprenez pas, elle détestait devoir lui avouer ça. Son orgueil, bien entendu, écorché par l’idée qu’un pauvre imbécile comme cet enfoiré de Texan allait devoir pavaner sous son apparence à elle et tenter de l’imiter avec, elle n’en avait aucun doute, vulgarité et grossièreté. Elle ne méritait pas tant de torture. « Quelle perspicacité. » Mais peut-être avait-elle mérité ça. Elle ne se retenait jamais de se montrer aussi insolente et méprisante avec lui, alors pourquoi ne devrait-il pas en faire autant? D’autant plus qu’il se retrouvait à présent dans son corps à elle, ça n’avait qu’encore plus de sens dans ces circonstances… Et encore une fois, vous vous doutez bien que ce genre de réflexions l’indignaient, et malheureusement par leur véracité plus qu’autre chose. « Sauf si tu prétends à une vilaine grippe ou quelque chose comme ça. Mais ils s’inquiéteraient pour toi… — Ah mais non je suis bête. Tout le monde s’en fout. » Oh, elle mentirait si elle disait que la remarque du mécanicien ne l’avait pas énervée, mais elle ne serait pas la manipulatrice qu’elle était si elle n’était pas aussi douée pour dissimuler ce genre d’irritation. Pour bien affirmer sa position de démone sans émotions, elle pencha la tête, affichant une moue qu’une mère afficherait à son gamin, avant de poursuivre avec une certaine innocence : « Tout le monde…sauf toi. » Puis, elle haussa les épaules, toute aussi satisfaite que ne l’était l’enflure devant elle. Parce que s’il y avait bien une chose aussi certaine que le fait que Cordelia détestait l’emprise que Connor avait sur elle, c’était bien que Connor maudissait tout autant l’emprise que la succube avait sur lui. Dieu sait qu’il aurait bien voulu la percevoir comme un énième trou. Malheureusement pour le Texan, c’était loin d’être le cas et ça éreintait les deux partis à force égale.

Mais ce n’était pas le seul point commun, surtout dans ce cas bien particulier. Ils avaient tous les deux envie de retourner dans leur corps respectif et que ce cauchemar – soyons honnête, c’en était vraiment un – s’achève le plus tôt possible. « Donc. Qu’est-ce qu’il faut que je dise ? — Déjà que tu as fait une connerie, ça me semble essentiel de le souligner. Et que maintenant deux âmes se retrouvent dans des corps qui ne sont pas les leurs ? » C’était du Connor tout craché ça. Un, de l’accuser elle, et deux, de l’embêter alors qu’elle était justement celle qui essayait de trouver une solution au problème qui était tout autant celui du Texan que celui de la succube. Elle se contenta de rouler les yeux, blasée par l’insolence de Connor qui ressemblait drôlement à la sienne en temps normal. « Même quand je me droguais j’ai jamais fait de trip aussi violent. » Et à cette remarque, la démone ne lui offrit qu’un autre roulement d’yeux. Son passé d’ex-drogué était déjà suffisamment pathétique dans le genre, il n’avait pas besoin de le ramener sur le terrain. « C’est quand tu veux pour ton discours parfait, Evil Genius. ». Levant les yeux au ciel, Cordelia sembla fixer le plafond pendant quelques secondes, peut-être dans l’espoir naïf que par ce geste, pourtant simple et banal, elle allait se réveiller d’un mauvais cauchemar et qu’elle pourrait échapper aux éternelles bêtises que lui remâchait Connor. « Si tu pouvais te taire deux secondes, je pourrais peut-être m’entendre réfléchir. » lui pesta-t-elle finalement au visage, lui offrant un sourire qui semblait affable, avant qu’elle ne le transforme en une moue méprisante et pleine de suffisance.

Et pourtant, son attention fût encore réquisitionnée ailleurs lorsqu’elle cru entendre l’estomac de Connor, ou plutôt le sien – puisque c’était son corps – rugir. Hm, il semblait que le pauvre garagiste allait devoir faire affaire avec son appétit capricieux et ravageur – tant mieux, ça fera d’elle pas la seule à souffrir des désagréments du corps de l’autre.
« Avant ça faut que je bouffe quelque chose. » Voilà ce qu’il lui sortit à la figure avant de sauter prestement du lit pour ne faire que six pas – six! – pour finir par passer à deux doigts de se casser la gueule – sa gueule, à l’occasion. La pauvre démone dut soupirer pour au moins dix personnes à cet instant, se mordant le creux de la joue avec rage dans tout son désespoir. « Tout est sous contrôle. » tenta-t-il de la rassurer, un peu maladroitement d’ailleurs, puisqu’il accompagna la parole d’un sourire niais qui donna à Cordelia à la fois l’envie de vomir et de lui enfoncer un poing dans la gueule. La respiration plus forte que jamais, elle déplora d’un ton contrarié et dépassé, mais tout de même subtile: « Abattez-moi, quelqu’un, je vous en prie. » Ce timbre ronchon, qui seyait si bien la voix grognonne de Connor, avait vraisemblablement de l’expérience lorsqu’il était temps de grommeler un certain mécontentement. « Mûris ton speech je reviens. » Et pourtant lorsqu’elle l’observa retrouver son équilibre et reprendre direction vers la cuisine, elle ne put s’empêcher de s’exclamer d’une voix qui s’éteignit au fur et à mesure: « Ramènes de la tarte aussi puisque tu y es... » Mais à priori, le Texan était déjà trop loin pour l’entendre et elle fût presque surprise de ressentir une certaine grisaille à l’idée qu’elle n’aurait pas le droit à un délicieux morceau de tarte. Difficile de dire si c’était son appétit à elle qui avait subsister avec sa personne, ou si c’était tout simplement celui de Connor, qui en toute vérité, n’était pas bien mieux que le sien.

Clairement, il ne l’avait pas entendu…ou bien alors il avait délibérément fait exprès de ne pas ramener son dû comme elle l’avait demandé. Elle pouvait déjà imaginer les raisons ; manque de politesse, méchanceté gratuite, etc. Cordelia n’avait aucun doute que le bel apollon aurait pu accumuler les raisons. Et il avait, bien entendu, l’audace de manger son sandwich devant elle comme un goinfre – qualitatif dont il prit un malin plaisir à utiliser pour la décrire elle. « Hum, t’as aiment un aétit de oinfre ! » La bouche pleine, ce fût à peine si elle réussit à comprendre ce qu’il lui avait sortit comme bêtise cette fois-ci. Elle préféra ignorer celle-ci, comme elle avait ignoré les autres précédemment, un peu trop démoralisée par la situation pour prendre ça aussi bien que le Texan. « Alors ? T’as trouvé ? — Chaton. » La sorcière ne pût s’empêcher de rouler les yeux et de pouffer un rire qui en disait long sur ce qu’elle pensait de cette tentative d’imitation. « S’il te plait. Ça ne fonctio — » À peine eût-elle débuté sa phrase qu’elle fût contrainte à la couper en mi-chemin lorsqu’elle sentit un léger malaise prendre vie entre ses cuisses – ou plutôt celles de Connor. « Sérieusement ?! » s’exclama-t-elle, furieuse plus qu’autre chose. « Un mot, un seul mot, c’est tout ce dont tu as besoin pour — » Elle secoua la tête, complètement exaspérée par la situation, plus que jamais, et donc encore dans l’incapacité de formuler une phrase complète. Ça dépassait toutes ses attentes, et de loin. Posant d’abord ses mains sur la bosse qui se formait dans son jean, elle tenta rapidement de croiser ses jambes dans le but en vain de faire disparaître cette soudaine source d’excitation. Un peu honteuse de devoir demander de l’aide à cet abruti de Texan, elle ne voyait tout de même pas d’autres solutions que de demander à l’expert lui-même. « … Comment je fais pour … pour que ça s’arrête? » Tenta-t-elle de dire subtilement. Il était réellement ironique la façon dont elle appréhendait la chose avec honte, voire presqu’avec timidité et appréhension, alors que lorsque les rôles n’étaient pas interchangés, c’était bien tout le contraire.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Jeu 26 Fév - 13:22

Tout le monde sauf lui ? Hopkins était bien présomptueuse quand à l’intérêt de Connor à son égard. Sauf qu’elle n’avait pas complètement tort, cependant en aucun cas il ne verbaliserait cette aveux même si la fin du monde était proche. Quoi que en l’occurrence il se souciait d’avantage de la sorcière puisqu’elle occupait son corps à lui et que tout comme elle s’inquiétait qu’il prenne soin de sa carcasse, le mécanicien voulait garder à l’œil la succube pour le bon traitement du sien. Donc elle avait peut-être doublement raison sur l’instant mais le dire allait lui arracher la gorge et si en l’occurrence ça n’était pas la sienne il ne pousserait pas le vice jusqu’à tant de sincérité. En revanche cette apparence l’engageait à se montrer on ne peut plus impatient, crédibilité oblige, il fallait bien se mettre dans la peau de son personnage. Même si techniquement c’était déjà le cas, il devait maîtriser l’attitude Cordélienne avec brio afin d’espérer retrouver ses couilles d’ici peu. Parce que la vérité toute crue c’était qu’il n’y avait guère que cela qui l’intéressait au final. Retrouver ses attributs masculins, aussi amusé et désinvolte pouvait-il paraître vis à vis de la situation. L’idée d’avoir acquis ovaires et utérus pour le restant de ses jours ne lui plaisait pas des masses… devenir une pisseuse, une emmerdeuse, une hystérique. Il passait son tour. Véritable moteur pour devenir une chieuse comme la véritable propriétaire de ce corps, le Texan redoublait de zèle afin d’imiter au mieux son interlocutrice, qui il fallait bien le souligner, n’avait pas autant de faciliter à s’approprier sa propre personnalité, son charisme, son charme… lui tout simplement.
Assaillant la sorcière de propos agaçants c’est lorsqu’elle lui proposait de se taire pour le laisser réfléchir qu’un sourire de satisfaction étirait les lèvres rosées dont il avait actuellement la possession « Ah ! Tu vois comme c’est chiant ! » triomphait-il, ravi de pouvoir lui faire pointer du doigt ses propres défauts. Pour autant il ne se faisait aucune illusion sur le fait que la succube ne changerait pas pour forcément une fois leurs apparences respectives retrouvées. S’ils les retrouvaient… Cependant c’est de bon gré que l’ex-junkie fit l’effort d’être silencieux durant un court instant jusqu’à ce que l’estomac insatiable de la succube ne se fasse entendre. L’appétit vorace de la sorcière ne tolérait pas d’attente et Connor dû ce plier aux volontés de ce corps aussi exigeant que pouvait l’être sa propriétaire originelle. Et dans une précipitation qui manquait cruellement de classe, jusqu’à donner des envies de suicide à Cordélia, le Texan avait accompli son devoir envers son corps hôte et dévorait un sandwich avec une délectation somme toute assez vulgaire. Ignorant savamment tout regard inquisiteur de la part de ses propres iris c’est avec ce même empressement qu’il continuait à s’enquérir des avancés intellectuelles de la succube. Singeant bien volontiers ces propres mimiques, son ton doucereux, il ne s’était cependant pas attendu à ce qui suivit.

Connor ne pu s’empêcher d’éclater de rire en voyant la réaction de celle qui normalement était amante accomplie, une séductrice sans scrupule… une vamp sans tabou. Mais à priori cela n’était valable que lorsqu’elle n’était pas la détentrice d’un service trois pièces. Ainsi la grande Cordelia Hopkins n’avait pas l’aplomb nécessaire pour sentir sa virilité nouvellement acquise se dresser fièrement. Cocasse ! Et le Texan en avait les larmes aux yeux. Surtout quand elle s’étonnait de la facilité avec laquelle ces attributs à elle pouvait faire fonctionner les siens à lui… A moins que ça ne soit la simple traduction de l’amour qu’elle pouvait porter à sa propre personne ? C’était là une hypothèse toute à fait plausible. Le garagiste avait l’habitude de se contrôler et si le simple surnom dont elle l’affublait parfois avait ici suffit à susciter l’envie, habituellement ce n’était pas si facile. « Moi je mettrais ça sur le compte de ton amour inconditionnel pour toi même. » levant les yeux il pouffait à nouveau « Tu t’aimes tellement que tu arrives à me faire bander, c’est dingue non ? » en tout cas lui ça l’amusait beaucoup. Voilà une occasion en or qui se présentait à lui de faire vivre à la succube la même torture qu’elle opérait parfois à le faire languir. Un juste retour des choses et une bonne façon d’instruire la sorcière sur ces méfaits et leurs effets… Éducation vaine, on apprend pas les bonnes manières à un vieil animal perclus de mauvaises manies.
Plan d’autant plus drôle en voyant à quel point Cordelia était gêné par la situation. Elle voulait que ça s’arrête ? Mais ça ne faisait que commencer. « Avoues que là t’es contente que je porte des jeans qui ne soient pas trop serrés, hum ? » lâchait-il avec une totale désinvolture qu’il piquait volontiers la sorcière elle-même. « Tu veux que ça s’arrête ? » il arquait le sourcil finement dessiné de la succube comme elle aurait pu le faire puis levait les yeux « C’est plutôt simple… ». Sourire aux lèvres, il s’approchait en usant de la démarche féline que lui permettait cette nouvelle apparence « Tu peux venir au bout de ce petit désagrément… En assouvissant cet appétit. » mimant un flingue du pouce et de l’index d’une main il enroulait les doigts fins de l’autre main de la succube autour de cet index et y exerçait un mouvement de bas en haut, comme on armerait un flingue ou… autre chose « Clac clac. Boum ». Plantant les iris caféinés dans les siennes émeraudes, il adoptait une attitude séductrice qui de toute façon collait à la peau de la succube « Mais surtout, ne compte pas sur moi pour d’aider. » posant les paumes sur ce qui d’habitude était son propre torse il y tapotait avec compassion « Sinon tu peux penser à un truc horrible, mais je ne veux pas savoir quoi. » Connor se mordit la lèvre inférieure en toute provocation « Moi par contre j’ai encore faim. » laissant sa main glisser alors sur son interlocutrice alors qu’il s’éloignait c’est en roulant des hanches qu’il sortait de la pièce. Pouffant à nouveau une fois dans sa cuisine il se félicitait lui même tout en prenant une généreuse part de tarte « Connor Blackpearl tu es une vraie salope. » et dit avec le timbre de Cordélia, il trouvait ça encore plus drôle.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Dim 1 Mar - 12:43


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


Elle n’en croyait tout simplement ses yeux. Et elle avait toute les raisons du monde d’en douter puisque ce n’étaient pas réellement les siens, au fond. Ces iris vertes, autant pouvait-elle les adorer quand c’était Connor qui les revêtait de son regard entre la séduction et la stupidité (ou comment décrire le mécanicien en deux mots), autant elle ne pouvait pas supporter ce qu’ils la contraignaient à observer présentement.« Sérieusement ?! » S’était-elle exclamée, une certaine teinte de exacerbation – peut-être même de rage – dans la voix, contrariée par un énième désagrément d’être un homme, mais plus précisément d’être Connor Blackpearl – qui, en somme, était déjà bien pire que d’être simplement un homme. La brunette ne tarda donc pas longtemps avant de lui faire part de ce qu’elle pensait de la piètre résilience de son système à trois pièces face à n’importe quoi qui ressemblait de près ou de loin à une femme. « Un mot, un seul mot, c’est tout ce dont tu as besoin pour — » Bander comme un putain d’âne?! Elle n’osait même pas finir sa phrase. Elle avait beau être contrainte d’arborer les lèvres et la bouche de l’autre enfoiré de Texan, elle n’osait même pas avancer de telles grossièretés tellement l’idée même la dépassait. Secouant la tête, remettant en question plus que jamais sa patience et sa capacité à gérer ce genre de situations, c’est-à-dire le genre de situation sur lequel elle ne semble avoir aucun contrôle. Et s’il y avait bien quelque chose que la sorcière méprisait, c’était bien ne pas être celle aux commandes. Enfin, sauf peut-être lorsqu’elle les tendait délibérément au blondinet – mais ça c’était une toute autre histoire. « Moi je mettrais ça sur le compte de ton amour inconditionnel pour toi même. » Nonchalante, elle se contenta de garder son semblant de calme et sa désinvolture habituelle, même si elle avait du mal avec les apparences grognonnes de nature du mécanicien. À ce stade-ci, elle ne voyait plus l’intérêt de lui exposer son irritation sans dégaine comme ça. Elle allait rester fidèle à elle-même, désinvolte et nonchalante, plutôt que de succomber à la colère qui l’imbibait à chaque fois que Connor avait le malheur d’ouvrir sa gueule pour autre chose que de lui dire qu’il allait la prendre contre un mur – ou n’importe quoi de la même saveur, à vrai dire. Bref, vous connaissez la recette. « Tu t’aimes tellement que tu arrives à me faire bander, c’est dingue non ? » Et celle de Connor ne changeait jamais. Toujours la même rengaine, tout comme Cordelia gardait la sienne. Ces deux-là étaient tout bonnement inchangeables. Et dans ce sens, elle ne comptait pas changer non plus. « Tu sais ce qu’on dit. Il faut apprendre à s’aimer soi-même avant d’aimer les autres. » Elle lui offrit en guise de cadeau un beau sourire, tendrement hypocrite et surfait, mais avec toute la satisfaction du monde. Un sourire que le bel apollon avait probablement déjà vu, en se regardant dans la glace. « Sauf peut-être dans ton cas. Je pourrais avoir tout l’amour du monde pour mon illustre personne, je crois qu’il me serait impossible de cesser de mépriser l’immense tas de merde que tu es, Bleakpearl. » Ça c’était dit.

Et pourtant, elle avait beau jouer aux malignes, à étaler devant Connor sa répartie bien que plus fournie, elle était tout de même celle qui souffrait d’un engorgement de sang à un endroit plus que malheureux. Connor le savait bien, et il en profitait d’ailleurs pour lui enfoncer le couteau dans la plaie. La brunette ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, elle aurait pareil en temps normal. « Avoues que là t’es contente que je porte des jeans qui ne soient pas trop serrés, hum ? » Demeurant tout aussi désinvolte que l’ex-junkie, elle préférait ignorer les remarques du jeune qui n’avaient comme seul but de l’irriter plus qu’elle ne l’était déjà. La situation était déjà suffisamment embarrassante comme ça, elle n’avait nul besoin de satisfaire cet enfoiré de Texan en se laissant emporter. Tout de même, elle se sentait obligée de demander à l’expert en question comment se débarrasser de cette énorme bosse naissante sous son jean. « … Comment je fais pour … pour que ça s’arrête? » À la fois contrariée de devoir avoir recours à l’expertise d’un abruti comme Connor, elle ne voyait pas qui d’autre pouvait bien connaitre son anatomie mieux que lui-même en personne, et à la fois étrangement timide, le mot ‘mal-à-aise’ ne couvrait même le tiers de ce qu’elle ressentait. « Tu veux que ça s’arrête ? … C’est plutôt simple… Tu peux venir au bout de ce petit désagrément… En assouvissant cet appétit. » Singeant un flingue du pouce et de l’index, il enroulait ses doigts fins autour de son index et y exerçait un mouvement de bas en haut – référence pas aussi subtile que voudrait bien le laisser entendre Connor. « Clac clac. Boum » Quel abruti. Un pouffement de rire s’échappa de ses lèvres, mais la sorcière adopta rapidement ses airs les plus contrariés et Dieu sait que la gueule de Connor en avait toute une variété de ceux-là à sa disposition. « T’as quel âge? Douze ans? … Abruti. » C’était à peine si elle avait la patience, ou l’envie, de lui répondre davantage.
Fidèle à lui-même, il persista dans son petit acte de caricature insipide. « Mais surtout, ne compte pas sur moi pour d’aider. » C’est avec un certain dédain qu’elle rencontra cette remarque. En temps normal, les choses auraient été différentes, mais au vu des circonstances actuelles, elle ne pouvait tout simplement pas imaginer les choses de la même façon. « Sinon tu peux penser à un truc horrible, mais je ne veux pas savoir quoi. » La succube se contenta de rouler les yeux, Connor étant toujours aussi pathétique que d’habitude. Quelle surprise. De son côté, il affirmait son pathétisme plus que jamais en poussant son imitation jusqu’à l’excès. « Moi par contre j’ai encore faim. » Encore?! Cordelia lui afficha une moue contrariée, mais il lui était impossible de rétorquer quoique ce soit dans les circonstances dans lesquelles elle se trouvait. Elle attrapa rapidement un oreiller pour imposer le plus de poids qu’elle pouvait sur la virilité du jeune homme. En vain, bien entendu, mais éventuellement elle sentit que son problème se réglait lentement, mais sûrement.
C’est donc avec impatience que la sorcière attendait que le Texan ne la rejoigne. Elle constata, cela dit, bien rapidement qu’il était tout bonnement inutile de patienter pour lui dans la chambre alors qu’il semblait bien décidé à rester dans la cuisine à se goinfrer. Bondissant du lit, son désagrément fin disparu, ou du moins en mesure de l’être, Cordelia fonça droit dans la cuisine pour contempler sa personne en train de se goinfrer comme un ogre. « Pour quelqu’un qui semble si enjoué à l’idée de m’imiter à la lettre, tu pourrais faire preuve d’un peu de classe, tu sais. » La pauvre, elle n’avait aucune idée. « Ou tu pourrais tout simplement arrêter de te goinfrer, tout court. » La brunette, à présent blond, s’approcha donc de l’ex-flic pour lui voler l’assiette. « La dernière chose dont j’ai envie aujourd’hui, c’est de prendre dix kilos. Et crois-moi, c’est la dernière chose dont tu as envie aussi. » Que penserait-il lorsqu’elle n’aurait plus le corps qu’il semble tant désiré, qui paraissait attiser en lui les sensations les plus intenses qu’il y ait?

Incapable de résister à un morceau de tarte elle-même, elle se permit, avec toute la délicatesse de Connor – c'est-à-dire, aucune – de fourrer dans sa nouvelle gueule la part qu’elle avait, de toute manière, réquisitionnée plus tôt, bien avant qu’il ne décide de la lui piquer. « J’ai l’impression que tu ne prends toujours pas au sérieux la situation dans laquelle on se trouve, dans laquelle tu te trouves Connor. » Oui, elle jugeait nécessaire de lui rappeler – aussi étrange cela pouvait paraître – qu’il était tout aussi concerné qu’elle.
Croisant les bras contre ce nouveau torse qui était à sa disposition, elle fût distraite l’instant d’une seconde à contempler les biceps du mécanicien, avant de rediriger son attention sur son interlocuteur. « Je vais commencer par croire que tu te plaies bien à l’idée d’être moi, Blackpearl. » laissa-t-elle filer d’un air légèrement amusé, bien qu’elle était toujours autant contrariée à l’intérieur. Connor attitude obligeant le tout. Haussant les épaules, d’un air plus satisfait cette fois-ci. « Je ne peux pas vraiment t’en vouloir. Ça doit te faire du bien d’être autre chose que pathétique une fois dans ta vie. » Elle se rapprocha de lui, cette fois-ci un regard noir à l’appui. Et elle était beaucoup menaçante en tant que paquet de muscles, cadeau des années de Connor dans la police probablement, et du haut de ses six pieds et elle ne savait combien qu’en tant que frêle sorcière. « Ceci étant dit, je n’ai pas envie de passer une autre sombre seconde à prétendre d’être le petit vaurien que tu es. » Décroissant les bras, elle se passa une main sur la tempe, soupirant. Elle avait l’impression d’avoir tout le poids du monde sur les épaules présentement et elle était bien heureuse qu’à l’occasion, celles-ci étaient beaucoup plus larges que coutume. « Tu sais quoi, à l’eau le discours de génie du mal. » Un sourire qui ne laissait présager rien de bon s’esquissa sur les lèvres pulpeuses du mécanicien. « J’ai connu une sorcière qui, malgré sa mort, était parvenue à s’emparer du corps d’une humaine qui venait tout juste de mourir. » Elle attrapa un couteau qui trainait sur la table, probablement utilisé précédemment par Connor lui-même pour se préparer ce petit sandwich. « Je suppose que nous allons devoir mourir tous les deux, donc. Enfin, à l’exception que tu resteras vraiment mort de ton côté et que du mien, je récupérerais mon corps. » Elle haussa les épaules avec toute la nonchalance du monde. Et si elle était certaine d’une chose, c’est qu’elle n’était pas en train de se foutre du Texan. Certes, elle n’était pas tout à fait sérieuse, mais si c’était ce à quoi elle devait se résigner pour s’emparer de son corps à nouveau, elle le ferait éventuellement. Par ailleurs, cela poussera peut-être le blondinet à prendre la situation un peu plus au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4621
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Ven 6 Mar - 20:15

L’estomac de la succube réclamait encore son dû et Connor ne pouvait faire autrement que d’obtempérer dans les plus bref délais. Situation facilitant sa sortie de la chambre et par la même occasion le fait de laisser Cordelia se débrouiller avec le désagrément masculin qu’elle prenait un malin plaisir à provoquer chez le garagiste en temps normal. Comprendre par là quand elle était elle, l’insatiable emmerdeuse et quand il était lui, le vaurien incapable de résister aux charmes de la belle brune. Et l’idée avait effleurer l’esprit du Texan que de pousser le vice jusqu’à aguicher d’avantage sa vis à vis qui habitait son corps pour l’instant, mais l’expérience serait sans nul doute passer d’amusante à très étrange et il avait ainsi décidé de s’abstenir. Et puis ce ventre sur haut talon qu’était la carcasse de la sorcière n’aidait pas à garder les idées claires, du moins pas sans un peu de gras ou de sucre pour carburer aisément. Aussi c’est une sorte de rasia que le garagiste comptait opérer dans sa propre cuisine afin de contenter l’appétit vorace qui le tiraillait. Sa première cible était cette délicieuse tarte qui n’attendait de toute façon qu’à être mangé. La portion restante diminuait au fil des minutes alors que Connor avait cessé de compter son nombre de mastication depuis longtemps quand son propre corps apparu. C’était bizarre et il allait mettre du temps à s’y faire, s’il y était obligé par la force des choses, mais il devait se reconnaître une prestance qui l’encouragerait une fois son identité totalement retrouvée d’en jouer plus que ça n’était déjà le cas.
De la classe, voilà ce que l’emmerdeuse réclamait. C’est un regard plein de désinvolture qui répondit à cette remarque alors que le Texan prenait au moins la peine de ne pas parler la bouche pleine cette fois-ci. Déglutissant avec application, c’est le gosier libre qu’il répliquait « Je suis on ne peut plus fidèle à l’originale, crois moi. » et la jolie bouche de Cordelia happait un nouveau morceau de tarte, mâchant la pâtisserie avec délectation. Mais l’esprit originel de la sorcière, sa personnalité, le vrai problème en fait, poursuivait dans son élan de gâcher cet instant que l’ex-junkie avait cru naïvement pouvoir passer tranquillement seul et sans commentaire. Son regard caféiné se relevait sur l’importun avec lassitude, comme si elle allait prendre dix kilos en cinq minutes… « Pour l’instant j’ai envie de manger, donc je mange. » souriant effrontément il poursuivait « Et puis qui sait, le gras irait peut-être directement dans tes seins et ça ce serait tout bénéf pour moi. ». Un soupir réprobateur lui échappait quand Cordelia prenait une part de tarte pour contenter l’appétit de ce qui était en temps normal son propre estomac, mais c’était ça en moins qui contenterait celui qu’il avait en ce moment.

Décidément motivée à l’emmerder, alors que sous son air désinvolte il s’inquiétait de la pérennité de la situation, la succube poursuivait en usant au passage de l’aplomb offert par la carrure du mécanicien. Et elle avait tort en pensant qu’il ne prenait pas tout ça au sérieux, cependant dans son esprit elle était celle doté de connaissances magique et donc c’était de son ressort à elle que de les sortir de là. « Tu préfèrerais que je sois prostré dans mon lit à pleurer toutes les larmes de ton corps ? » questionnait-il avec une arrogance familière à la brune « Parce que moi humain je vois pas trop ce que je peux y faire à ce bordel, tu vois ? ». Et elle en rajoutait une couche en sous-entendant qu’il appréciait d’être elle… Mais il n’y avait guère que Cordelia elle-même pour penser qu’on pouvait rêver d’être à sa place. Pour autant le garagiste ne pouvait nier un certain amusement quant aux situations qui lui avaient permises d’ouvrir les yeux de la succube sur son comportement. Quoi que le plus jubilatoire avait été de voir à quel point elle était nulle pour l’imiter en tant qu’homme digne de ce nom. « Changes de disque, tu radotes. Je suis peut-être qu’un vaurien mais tes ongles, tes talons et tes nibards, je te les laisse volontiers. » levant les yeux il ajoutait avec une moue contrariée « Tes hormones d’emmerdeuses aussi d’ailleurs ! » mais son regard se fit plus méfiant quand Cordelia s’approchait d’avantage en utilisant l’air menaçant que lui même affichait souvent en cas de réelle contrariété. Plissant les yeux il observait cette air menaçant, puis ces gestes quasi théâtrales qui venaient appuyer son propos.
Instinct de ce corps féminin peut-être, Connor sentait le vent tourner. Et les effluves que ce courant d’air ramenait n’avaient rien de douces ni d’agréable. Encore moins quand ce qui était sa main d’ordinaire se saisissait d’un couteau. Arquant l’un de ces sourcils féminins qui exprimaient très bien son sentiment présent le Texan eu un mouvement de recul, levant les mains dans un geste censé inspirer le calme. Chaque mot de plus n’augurait rien de bon et parler de mort ne sonnait pas bien aux oreilles du garagiste « Oh oh oh du calme l’agitée du grimoire ! » tempérait-il tout en cherchant les arguments à servir pour plaider pour sa paroisse et éviter une solution si radicale. « Qui te dit que ça va marcher, hein ? » haussant les épaules il poursuivait « Parce que tu dis ça, mais aussi bien toi tu vas te retrouver je ne sais où et ce corps auquel tu tiens tant il va pourrir. ». Pointant son index vers la sorcière et affichant un air clairement réprobateur c’est avec l’autorité que lui conférait son actuelle apparence qu’il tentait de faire entendre de raison à cette folle de Cordelia « Cette sorcière dont tu parles elle a peut-être eu envie de jouer avec le feu, mais moi tu vois j’ai pas tellement envie d’avoir des cloques sur le cul ou de me retrouver grillé comme un poulet rôti. » roulant des yeux dans une mimique typiquement cordelienne il enchainait « Et puis si je crève qui va te faire grimper aux rideaux, hein ? » bon l’argument était ce qu’il était, mais ça valait peut-être le coup de l’essayer.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)   Lun 9 Mar - 11:24


sweet dreams

Now your whole world you see around you is just a reflection and the law of common says you're gonna reap just what you sow


« Oh oh oh du calme l’agitée du grimoire ! » Oh, Connor. Si habile avec les mots, si téméraire et audacieux dans ses façons d’approcher la sorcière. Les humains l’étaient tous, en général. Du moins, c’était le pressentiment qu’elle avait. Tous si naïfs, s’inventant un semblant de courage, alors qu’en réalité, ils ne faisaient que réellement sauter dans la gueule du loup, ou de la sorcière dans ce cas-ci. Connor avait toujours eu cette tendance à la sous-estimer, sous prétexte qu’il était un bon coup, alors que Dieu sait qu’elle pourrait faire de lui un vrai chaton en moins de temps qu’il ne lui fallait pour bander comme un âne – elle vous épargnera les détails, mais le Texan battait des records imaginables. « Toujours aussi adroit avec les surnoms…» susurra-t-elle, un léger rictus collé à ses lèvres alors que le dernier surnom dont elle avait été affublé résonnait encore dans ses tympans. Mais la sorcière n’était pas dupe. Devant ses faux airs tempérés se trouvait de la peur. Derrière cet humour dérisoire également. Sur son visage – ou le sien, à vrai dire. Dans ses pupilles dilatés. Dans ses halètements subtils. Connor puait l’appréhension, l’anxiété, le stress, la peur – appelez cela comme vous voulez, mais Cordelia pouvait le sentir d’où elle était, caressant ses douces narines, la poussant même à s’approcher davantage.

« Qui te dit que ça va marcher, hein ? » Elle haussa les épaules en même temps que lui, peut-être même plus désinvolte que lui présentement. Oh certes, il avait peut-être son visage et son corps à elle, mais elle demeurait l’experte dans le domaine. Son visage ne laissait rien paraître de bon, pire encore, il traduisait clairement des intentions de la sorcière pour une fois. Difficile d’être si ambigu avec un faciès qui n’était pas le vôtre de base, à vrai dire. C’est peut-être ce mauvais augure qu’inspirait son attitude qui poussa Connor à relâcher quelques répliques, toutes dans le but de lui sauver la peau des fesses. « Parce que tu dis ça, mais aussi bien toi tu vas te retrouver je ne sais où et ce corps auquel tu tiens tant il va pourrir. » Elle n’était pas stupide, elle réalisait bien que son plan ne relevait pas de la perfection absolue, mais elle était plutôt confiante en son succès. L’idée de se trouver dans une sorte de limbe, un monde parallèle en quelque sorte, lui traversa l’esprit. Après tout, il aurait été naïf d’exclure une telle possibilité, surtout après sept siècles passés en Enfer. Mais Cordelia n’était pas une sorcière en carton, malgré ce que Connor voudrait bien avancer sur son sujet, et si Lilya y était arrivée, alors il n’y avait aucune raison pour elle de ne pas y arriver à son tour. « Qui ne risque rien n’a rien. Tu dois être familier avec le dicton, non? »

Il se mit à la pointer du doigt. Certes, il était très convainquant, mais il avait sa tête à elle présentement, et pour des raisons évidentes, Cordelia n’avait pas réellement peur d’elle-même, surtout pas avec l’ampleur et la carrure que lui imposait l’immense corps du mécanicien. Fidèle à n’importe quel autre idiot qui serait dans une situation de-vie-ou-de-mort comme celle-ci, il tenta en vain de la convaincre, mieux encore, de la dissuader de perpétrer ce qu’elle avait en tête. « Cette sorcière dont tu parles elle a peut-être eu envie de jouer avec le feu, mais moi tu vois j’ai pas tellement envie d’avoir des cloques sur le cul ou de me retrouver grillé comme un poulet rôti. » Tout comme lui, elle roula des yeux, mais de façon beaucoup plus blasée et irritée que le Texan. Là où il était probablement las des folies et extravagances de la sorcière, Cordelia, elle, était tout simplement agacée par les conneries qu’il concédait. « Et puis si je crève qui va te faire grimper aux rideaux, hein ? » Immédiatement, un gloussement s’extirpa de ses nouvelles lèvres pulpeuses, fendant l’air et la pièce d’un léger rire qui suivit ensuite. « Je ne sais pas, Connor. Le livreur de pizza? Le facteur? Ton voisin? Le pasteur de l’église d’à-côté pour ce que j’en ai à foutre… » Oh, elle mentait. Elle s’ennuierait décidément des talents d’amant du mécanicien. Probablement le meilleur qu'elle ait jamais eu. Mais si Connor était décidément plus qu’un bon coup, elle avait vécu les sept derniers siècles à vivre pour elle et elle-seule et elle ne comptait pas risquer de passer le reste de sa vie dans la carcasse du vaurien sous prétexte que les beaux yeux verts émeraude du jeune homme étaient son point faible. Elle avait toujours eu le pressentiment qu'elle aurait à faire ce choix, un jour.
« Sans rancune, mon chaton? » Sans plus tarder, la démone sauta sur son ancien corps et d’une vitesse bien particulière au corps d’athlète du Texan, elle enfonça la lame aiguisée dans ce qui eût été, auparavant, son ventre – et qui, elle l’espérait, le serait de nouveau une fois son plan mis à exécution.

****

Le regard fou, la respiration haletante Connor plaquait rapidement sa main sur son abdomen à l’endroit où la lame avait pénétré dans cette chair qui n’était même pas la sienne. Son cœur battait fort sous ses côtes et c’est paniqué que dans la lueur du jour pointant à peine le Texan regardait avec appréhension sous cette main appliquée sur une blessure inexistante. Pas de sang, pas même de douleur. Il n’avait rien. Observant ses mains dans le peu de clarté qui lui était offert par les premiers rayons du soleil qui filtraient à travers sa fenêtre, l’ex-junkie se mit à sourire bêtement en voyant que ses mains étaient bien les siennes. Poussant les draps plus loin afin de découvrir son corps nu c’est avec plus de satisfaction encore qu’il vérifiait que son service trois pièces étaient bien là, bien à lui. Se palpant les pectoraux Connor eu un léger rire « Oh putain tout est normal. » il entamait une sorte de danse de la joie, assis dans son lit à se trémousser à la manière d’un ver de terre nudité oblige. Mais il arrêtait bien vite la manifestation de sa joie en prenant en compte la masse endormie à côté de lui. Des boucles brunes, ses épaules aussi parfaites que le reste de sa silhouette, c’était bien Cordelia Hopkins. Elle était elle et il était lui, tout ça n’était qu’un foutu rêve ! Le Texan restait un peu dérouté par le réalisme de ce dernier et le côté perturbant de l’expérience d’avoir eu l’impression d’être une femme et qui plus est la sorcière la plus casse couille de l’univers. Une sorcière… Le garagiste fronçait les sourcils, peut-être bien qu’elle était à l’initiative de cette petite plaisanterie ? L’avait-elle emmené dans ce songe, le créant de toute pièce afin qu’il paraisse le plus vrai possible ? Connor fit une moue, était-elle vraiment assez douée pour ça ? Il avait comme un doute, ne l’ayant jamais vraiment vu à l’œuvre. Et s’il avait décidé de se recoucher pour profiter des quelques heurs de sommeil qui lui restait, le mécanicien voulu tout de même s’assurer d’une chose. Se redressant il écartait les draps afin de s’assurer que la succube ne tenait aucun couteau dans ses doigts fins, il vérifiait qu’il ne voyait aucune lame dans les parages qu’elle aurait pu vraiment avoir et eu un soupir de soulagement en constatant que non. Tombant nez à nez, ou plutôt nez à tétons avec les seins de Cordelia le garagiste leur adressait un sourire « Vous pouvez pas savoir comme je vous préfère là les gars ! » et c’est sur ses mots à l’intention de la poitrine de la sorcière que Connor se recouchait, soulagé d’avoir retrouver son corps, ses muscles et surtout ses couilles.

Sujet Terminé
Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sweet Dreams ~ Cordélia&Connor (Terminé)
» Sweet California, Oh yeah ♫
» Sweet Poka' ~
» { Sweet Creation }
» --» Sweet Yume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-