AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre rancune et remords, une confrontation inévitable. | ft. Nealou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Entre rancune et remords, une confrontation inévitable. | ft. Nealou    Lun 3 Nov - 20:54



« Neal C. Draper»
Entre rancune et remords, une confrontation inévitable.


Il ouvra les yeux subitement, aucunement gêné par le soleil s'infiltrant par les lattes de bois de ses volets. Il fixa le plafond, pris dans une intense réflexion, les bras ouverts sur son lit, allongé, tel le christ sur sa croix. Cette idée le fit frissonner, lui à qui le moindre signe distinctif d'une quelconque religion procurait des tremblements de colère. Colère, c'était un bien joli mot, et c'était là aussi son prénom. Anger. Rien n'aurait mieux pu définir le gouffre obscur qui lui faisait office de cœur. C'était un gouffre sans fond, dans lequel on l'avait poussé. Plus précisément, c'était les deux seules personnes à qui il tenait qui l'y avait projeté, à savoir son mentor et sa maîtresse. Le frère et la sœur. Neal et Charisma. Il frissonna à nouveau, comme si son corps ne pouvait supporter la trahison subie, comme si tout l'amour qu'il leur avait voué s'échappait par les pores de sa peau. Il était à nouveau seul, aussi seul qu'à sa naissance, aussi seul qu'à la mort de celle qu'il avait aimé plus que quiconque, aussi seul qu'à Darkness Falls, où on ne peut compter que sur soi-même. Il réprima un cri de rage, rage d'avoir été trahi, d'avoir été bafoué, mais aussi rage de les aimer encore et d'éprouver secrètement le désir ardent de les revoir, de les serrer dans ses bras.

Charisma et lui avaient toujours été rivaux, en compétition pour être celui qui resterait pour toujours auprès de Neal. Ils luttaient pour recevoir les louanges de celui pour lequel ils nourrissaient une admiration sans limites. Mais de cette rivalité était née de la compréhension, et de cette compréhension une attirance. Jeu dangereux que celui de cette relation inavouée, entre passion et jalousie. En fin de compte, c'est la rivalité qui l'avait emportée sur l'attirance, puisqu'elle l'accusait de viol auprès de son frère le jour où ce dernier découvrit le pot aux roses. Anger se leva de son lit, dans l'espoir que bouger lui ferait oublier la situation dans laquelle il était ; l'exil. Il se prépara un petit déjeuner alors qu'il était déjà midi passé, et continua de ruminer de sombres pensées. En vérité, il se disait à l'exil mais avait gardé contact avec Charisma ; il lui était tout simplement impossible de couper totalement les ponts. Ils s'étaient appelés, avaient discutés comme si de rien n'était, mais le cœur n'y était pas. Pourtant, il avait cette folle envie de courir vers elle et de la prendre dans ses bras. Ridicule. Il aurait pourtant dû savoir que créer des liens avec les autres n'attirait que souffrance.

Depuis un mois maintenant, Charisma ne répondait plus. Au départ, il s'était dit qu'elle l'ignorait tout simplement, que pour elle, la situation actuelle était ce dont elle avait toujours rêvé. L'attention de Neal - sûrement qu'il lui avait pardonné -, pour elle seule. Il avait même imaginé qu'elle s'était jouée de lui, et qu'elle avait fait naître en lui des sentiments pour mieux le trahir ensuite, et que tout n'avait été que comédie pour elle. Une farce dont il était la victime. Aussi Anger avait il décrété que si elle voulait jouer à ce jeu là, il jouerait aussi. Et gagnerait. Toutefois, son amour pour elle le poussa à appeler encore et encore, et il vint à la penser disparue. L'inquiétude se fit plus grande chaque jour passé, et Anger prit la seule décision qu'il pouvait prendre : partir à sa recherche. Il écuma la Nouvelle-Orléans ; son logement, les lieux qu'elle fréquentait, et il épia même l'entrée de l'appartement de Neal. Trop fier, il n'avait pas osé demander à ce dernier s'il savait quelque chose. En plus de 700 années d'existence, il n'avait su atteindre la sagesse de dépasser l'orgueil et l'amour propre. Ne voulant croire à la mort de sa seconde amante, Anger dut se résoudre à chercher là où il n'avait aucune envie d'aller voir : New-York; les effrayantes ruines d'une société décadente. En cette journée déjà bien avancée, il avait pris sa décision : il partirait pour New-York dès le lendemain.

Il se leva dès l'aube, et partit avec un sac plein de provisions et une arme à feu. Pour avoir déjà été allé à New-York une fois, il savait la magie inefficace sur les zombies qui peuplaient à présent l'ancienne métropole. Il prit sa voiture et s'arrêta à la lisière de la ville, ayant peur de ne plus pouvoir en repartir ensuite. Il pénétra dans la ville, une fois de plus, se remémorant que la fois précédente il avait failli y laisser sa peau. Il courra dans les rues, criant le prénom de Charisma, et, au détour d'une rue, se heurta à une masse osseuse de sa taille environ. Il tomba, jura, et en se relevant, étouffa un cri de surprise. Non, pas lui!
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 8558
↳ Points : 832
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 27
↳ Avatar : Pierre Niney
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Revendeur d'art pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Résistant extrémiste
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #c69f4a



Feuille de perso
↳ Copyright: Astoria & tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Entre rancune et remords, une confrontation inévitable. | ft. Nealou    Lun 10 Nov - 18:56

Assis dans la salle d’attente du commissariat, Neal soupire bruyamment et tape du pied en signe d’impatience, sous les regards choqués des citadins qui s’apprêtent à déposer leur plainte. Les images poussiéreuses de sa dernière rencontre avec Charisma défilent à toute allure dans son esprit. Il essaye de remettre les pièces du puzzle en place. De les assembler pour qu’elles forment un tout cohérent. Toutes ses tentatives se soldent par des échecs, comme d’habitude. Sa mâchoire se crispe. Ses yeux s’emplissent de colère. Son poing s’abat contre le mur dans un fracas tonitruant. L’odeur acide du sang continue d’emplir ses narines. Il ne reste que des récits flous, incomplets de leurs actions. Un tas de ruines. Le cadavre frigorifié et violacé d’un homme en surplus de poids, à l’hygiène douteuse. Des brûlures cicatrisées et des tatouages glauques ornant ses bras. Le genre de type qui aurait pu enfoncer une dizaine de couteaux dans l’abdomen de Charisma, à une vitesse effrayante. Encore une hypothèse farfelue. Il n’a jamais retrouvé son corps et sa patience est sur le point d’atteindre ses limites. Où est-elle ? Enfin, un inspecteur pointe le bout de son nez. Il lui soumet un long discours moralisateur. Mince, il a donc oublié toutes les règles de bonne conduite. Il siffle toute sa rage entre ses dents et entre dans le bureau vieillot. Le commissaire, en train de taper frénétiquement sur le clavier de son ordinateur, s’appuie avec nonchalence sur le dos de sa chaise. Il lui adresse un signe de tête. Neal lui fait part de ses inquiétudes. Au lieu de le croire sur parole et de mettre en place un plan d’urgence, il hoche le menton d’un air distrait. A moitié avachi sur la table, la tête entre les mains, Neal finit par étouffer une flopée de jurons.

« On pourrait convaincre le ministère de l’intérieur de lancer des avis de recherche ». Les mouvements d’épaules du commissaire traduisent un sentiment d’indifférence. Il loge une pointe d’ironie dans chacune de ses tirades. Neal finit par crier au foutage de gueule, sous les éclats de rire des autres flics postés dans la salle à café. « Des pauvres bougres incapables. C’est bon qu’à coller des contraventions. Je me tire d’ici. Je vais me démerder ». Il se mord la lèvre inférieure pour contrôler ses nerfs et regagne sa voiture. Le nœud de l’inquiétude continue de tordre son estomac. Il roule à vive allure. S’aventure dans les ruelles sombres et miteuses de la ville. Baisse la vitre et fixe les passants d’un œil inquisiteur. Se fait expédier rapidement par les mafieux des environs. S’extirpe du véhicule pour s’introduire discrètement dans les hotels malfamés. Le talkie-walkie qui se met à grésiller interrompt sa course. Une jeune femme errerait à New York, dans le froid mordant. Elle affronterait le danger seule. Deux équipes sont chargées de lui faire regagner la Nouvelle Orléans. Elle devra subir un interrogatoire. Les battements de son cœur s’accélèrent. Neal se donne des faux espoirs et se berce d’illusions. Il est hors de question de s’offrir le luxe d’une nuit de sommeil. Pour une fois, il accepte de se joindre à eux sans rechigner. Pressé d’arriver à destination, il repart dans un crissement de pneus et s’empart des armes entassées dans son taudis. Il monte à bord de l’hélicoptère, un sourire victorieux étirant ses lèvres. Ses abrutis de collègues ont dû imaginer qu’il serait relayé au second plan. Manque de bol, son incompétence ne lui a jamais fait perdre le peu de crédit qu'il a auprès de leurs supérieurs. Cette équipe de bras cassés fait preuve d’un calme et d’un mutisme étonnant. A croire qu’ils se préparent mentalement à subir la mauvaise humeur de Neal. C’est inutile. Il somnole doucement sous son long manteau épais.

« Neal parcourra le Bronx avec Steve pendant que je me rendrai au quartier Manhattan ». Ses oreilles sifflent. Les ordres l’insupportent. Qui plus est, il s’est levé du pied gauche. La tension atteint donc son point culminant. « Du calme, Rambo. Mon dirlo était moins autoritaire. J’ai une suggestion. Tu laisses la lavette te coller aux basques et je vais cloper dans mon coin ». Ils n’ont pas le temps de répliquer. Ses chaussures s’enfoncent dans la neige. Un silence s’installe, bien vite brisé par ses protestations et grincements de dents. Ses prunelles affolées s’accrochent aux cadavres mutilés qui reposent sous cette couche glacée. Il est sur le point de procéder à une identification lorsque des bruits de pas précipités courent dans sa direction. Les gestes sont maladroits. Il les reconnaitrait parmi des centaines. Les vieilles rancoeurs remontent à la surface. Elles assombrissent ses traits. Neal recule alors, jusqu’à ce que son dos heurte l’abdomen du condamné. Il lui fait face. « Dans la famille ‘loupettes’, je veux Anger. Je te laisse deux minutes pour me convaincre de ne pas te faire bouffer tes intestins. Pas une de plus ». Son regard sévère est braqué sur Anger. Le ton est sec et indiscutable.

_________________
    burn let it all burn
    There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames. No matter how many breaths that you took you still couldn't breath. No matter how many nights that you'd lie, wide awake to the sound of poison rain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Entre rancune et remords, une confrontation inévitable. | ft. Nealou    Sam 15 Nov - 21:47

D'un coup d'un seul, le décor avait basculé, bien plus effroyable que la seconde d'avant. Ses muscles , raides ; ses poils, hérissés. Ses yeux s'ouvrirent grand, tel un poisson-chat qui se gonfle lorsqu'il prend peur. Car c'était indéniable, c'était là l'émotion qui s'était emparée de lui, à la seconde où son regard avait rencontré celui de son interlocuteur. Le chien perdu se retrouvait face à son maître adoptif, et il reconnaissant en lui l'autorité absolue, celui qui avait droit de vie sur sa personne. Neal, celui qui avait fait de Darkness Falls un mauvais cauchemar, celui qui lui avait donné une identité, un toit, une éducation. Celui à qui il devait tout. Ses éphémères plaisirs tant que son incommensurable chagrin. Il était à la fois son yin et son yang, le meilleur et le pire, mais à vrai dire, il était surtout devenu le meilleur du pire. Le face à face avec son meilleur ennemi faisait resurgir la douleur cuisante sur sa joue et l'humiliation du rejet. La félonie de Charisma l'avait sombré dans le chaos, et Neal avait aveuglément prêté oreille à ses calomnies.

Soudain, bien qu'au plus profond de lui Anger veuille réclamer justice auprès de son mentor, dans l'abysse de son cœur naquit une révolte. Au début, ce ne fut qu'un murmure, un simple bruit qui appelle à la contestation. Mais de l'antre de ses sentiments le bruit se propagea peu à peu au reste de son corps, gagna chaque veine, chaque artère, et très rapidement, il sentit son sang en ébullition réclamer la liberté de s'exprimer. La liberté d'être lui-même, de revendiquer avec fierté les actes qu'il avait commis, de ne pas juste subir la honte qu'on lui avait imposée. Il voulait tant se venger de cette famille, car il lui paraissait aujourd'hui qu'ils l'avaient aidé à se relever pour mieux le laisser tomber.  On lui avait enseigné ce qu'était le bien et le mal, et même s'il manquait encore de discernement, il n'arrivait pas à envisager sa passion pour Charisma comme un acte défendu. Oh, bien sûr, il comprenait que l'égo d'un homme puisse s'enflammer pour défendre sa cadette, la protéger. Il comprenait aussi que l'orgueil puisse prendre le pas sur la raison, surtout lorsque ceux qu'on pensait acquis à jamais se détournent du maître pour s'allier l'un à l'autre. Et ce qu'il comprenait plus que tout, c'était le désir de s'affirmer en tant que numéro 1, cette soif de possession qui avait sans aucun doute poussé Charisma à le trahir, à faire un trait sur ce qu'ils avaient partagés tous deux pour s'attribuer la compagnie de Neal. Mais toute cette compréhension de sa part n'effaçait en rien son ressentiment. Sur son visage crispé, ses veines saillirent de fureur, et dans un mouvement instinctif il retira le 6 coups de sa parka noire et le pointa à deux mains sur l'homme. « Ravale ton poison, serpent. Ou sinon, je n'hésite pas à cribler ton corps de douilles. » Le vent ébouriffai ses cheveux, rajoutant à l'esthétique de sa fureur. Il tremblait de tout son corps, l'arme à feu tressautait dans sa petite main, ce qui donnait crédit à sa folie. Avait-il vraiment le courage de presser sur la détente ?  

La sueur perlait sur son front lorsqu'il sut qu'il ne pourrait pas. S'il l'avait vraiment voulu, Anger aurait pu faire subir les pires tourmentes à son ancien professeur. Après tout, il était magicien noir expérimenté, et il était passé maître en l'art de faire souffrir autrui à Darkness Falls. Sept cent ans, c'est bien assez pour apprendre à écraser son prochain avec l'aiguillon de la souffrance. Mais il ne pouvait pas, et ce pour une raison évidente : il était ici pour retrouver Charisma. Consumé par une passion ravageuse, il voulait à tout prix croire en sa survie, pour la revoir une fois encore. Dans ses rêves les plus fous, il imaginait des retrouvailles emballées, où ils tiraient tous deux un trait sur leurs erreurs. Ses yeux s'adoucirent à cette pensée crédule, et il baissa le canon. « Je ne suis par là pour toi Neal. C'est ta soeur que je cherche. D'ailleurs, qu'est-ce que tu fous ici ? J'imagine que c'est pas pour cueillir les champignons. » De sa main libre, Anger resserra son manteau sur lui, à nouveau conscient du froid. Le jeune magicien prépara sa magie, pour être préparé à un éventuel affrontement contre le Skin Changer. Lui n'avait pas la volonté de se battre, mais qu'en était-il de son ancien idole ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Entre rancune et remords, une confrontation inévitable. | ft. Nealou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RESOLU] "Symbiose" entre SoftwareZator et site web....
» Question sur compatibilité entre carte mére et carte graphique
» Petites insertions entre amis....
» Comparaison entre le FR2b et le Musitech digital 50
» films pour une soirée entre amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-