AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The kids from yesterday {.pv}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: The kids from yesterday {.pv}   Mar 11 Nov - 21:25

the kids from yesterday
CAUSE YOU ONLY LIVE FOREVER IN THE LIGHTS YOU MAKE HERE WE ARE AND WE WON'T STOP BREATHING
YELL IT OUT 'TILL YOUR HEART STOPS BEATING --------- WE ARE THE KIDS FROM YESTERDAY


Les femmes ont leur sale période, tous les mois. Ce moment où les nerfs les démangent et tout devient horripilant. Stain était pareil. Tous les mois, il avait sa période, son moment où le faire chier relevait tout simplement de la stupidité suicidaire. Non pas que ses hormones étaient les véritables responsable de ce changement d’humeur, le loup qui sommeillait dans son ventre en était la seule cause. L’approche de la pleine lune éveillait le fauve, agitait ses sombres pulsions pour qu’elles viennent se coupler avec celles, encore plus détestables, de l’homme. Alors quand la rumeur de steaks sur pattes en putréfaction s’étant perdus aux abords de la ville vint lui chatouiller les oreilles, le Shadowhunter se porta immédiatement volontaire. Précisant bien à ses supérieurs qu’il voulait y aller seul. Il avait suffisamment à faire avec sa propre humeur sans qu’on lui rajoute un benêt lourdaud sur le dos. La requête était passée, à sa plus grande surprise. Et il y repensait encore lorsque les lourdes portes de la zone de quarantaine s’ouvrirent devant lui. Une vague d’appréhension lui tordit le bide quand il s’avança d’un pas, suffisamment pour laisser à son collègue pressé, tout le loisir de refermer aussi sec la porte. Et lui ratiboiser le cul au passage aussi. Il s’en racla la gorge de mécontentement, tira d’un coup sec sur sa veste et se mit en route. Tu devais vraiment t’ennuyer pour accepter une mission pareille… Pour ne pas changer ses bonnes habitudes, feu sa cousine, trainait à côté de lui, flânant sur le bord de la route. Il se mordit la langue et ses doigts vinrent caresser la crosse de son arme, planquée sous sa veste. Dans un éclair de délire pur, Stain se vit sortir le revolver et vider tout le chargeur sur l’apparition. Elle n'en ressentirait rien, il en avait parfaitement conscience, mais au moins, ça calmerait ses nerfs. Bordel ce que ça me ferait du bien. Con peut-être, mais pas suffisamment suicidaire pour oser s’adonner à une telle connerie. Vider tout un chargeur, ça faisait du bruit, et s’il y avait bien une chose qu’il avait appris de son errance dans les rues glacées de New York : c’était que les zombies entendaient bien. Les armes à feu étaient interdites d’usage si la discrétion était le but de la manœuvre. Pour en rameuter d’autres, là en revanche, il n'y avait pas mieux comme stratagème.

Le décor lui filait la chair de poule. Toutes ces bagnoles, laissées à l’abandon comme ça au bord de la route. Des tas d’affaires attendaient là, sagement, que les propriétaires viennent les rechercher. Il en frissonna, mal à l’aise de se retrouver dans un cimetière à ciel ouvert. Son errance dura encore de longues minutes. De longs instants où seul le bruit de sa respiration et de ses semelles écrasant les débris au sol venaient résonner contre ses oreilles. Presque déçu, le milicien s’apprêtait à faire demi-tour quand lui parvint enfin le bruit caractéristique émit par les décrépis. Dissimulés par un enchevêtrement de carcasses de voitures, Stain tomba sur deux rôdeurs. L’un d’eux, prisonnier à l’intérieur d’une voiture, et con comme une pelle s’était coincé le bide dans un énorme éclat de verre et dépassait de la fenêtre en grognant. L’autre, traînait par terre, rampant sur ce qui lui restait de ses bras. Ses miches s’étaient perdues quelque part alentour, la pauvre fille baignait dans ses entrailles et s’amusait à les trainer derrière elle comme le fait une limace avec sa bave. Les deux, en un geste simultané, tendirent les bras vers Stain pour lui souhaiter la bienvenue, greugreutant comme des déments dès qu’ils l’aperçurent. Il eut pendant un instant l’idée de les laisser là, car après tout, ils ne représentaient pas de réelle menace. Il esquissa un pas en arrière puis s’arrêta en plein vol.

Le loup hurla à s’en déchirer la gorge contre ses oreilles. Et l’homme répondit à l’appel. Le ventre en feu, tordu par un plaisir des plus détestables, Stain agrippa les épaules de celui coincé dans la voiture. Tout en restant à bonne distance de ces bras décharnés essayant de lui arracher la tête, il obligea la créature à reculer. Les chairs crissèrent, le sang nauséeux se répandant le long de la portière, les entrailles pourries venant s’ajouter à ce délicieux charnier. L’entaille se prolongea jusqu’à la gorge du monstre qui en grogna de plus belle, claquant du dentier, juste avant que le soldat ne vienne lui fracasser le menton dans l’éclat de verre. Suffisamment fort pour qu’il en ressorte de l’autre côté du crâne. Le calme qui régnait dans sa poitrine avait quelque chose d’effrayant et la lueur glaciale qui brûla dans son regard quand il toisa sa seconde victime aurait pu lui faire froid dans le dos si seulement elle avait été capable de ressentir quoi que ce soit. Il posa son pied contre la joue de la demoiselle, l’immobilisant avec un semblant de tendresse. Et il resta là, lui offrant la possibilité de s’agripper à lui, avant qu’il ne pèse de tout son poids sur sa jambe. Le crâne céda dans une symphonie de craquements, et son pied s’enfonça dans la cervelle en putréfaction comme dans du beurre. Un profond dégoût vint tirer ses traits, se partageant la place avec la satisfaction du bourreau ayant achevé son œuvre. Tu es détestable Ezio.

« - Tu sais, cousinette, c’est ta tronche que je colle sur leur sale gueule juste avant de les presser comme des oranges. Et putain, je te jure que ça fait un bien fou. » Seul, il avait pris l'habitude de répondre à voix haute à cette hallucination qui refusait de le laisser tranquille. La concernée en perdit sa verve habituelle et resta plantée là à le fixer de son regard sombre. Lui en esquissa un sourire profondément amusé tout en essuyant sa semelle ensanglantée sur les fringues d’un macchabée avant de se remettre en route. Les sens en alerte, il perçut quelques mètres plus loin des bruissements qui l’obligèrent à alléger son pas. Sa main revint se glisser sous sa veste, déloger le revolver de son holster. Aussi silencieux qu’une tombe, le Shadowhunter se posta derrière l’homme qui lui tournait le dos, à genoux devant un cadavre. « - Qu’est-ce que vous foutez ? » Son ton était glacial, méfiant. « - Debout! » L’ordre quant à lui n’appelait pas à la discussion. Tout comme le cliquetis du cran de sécurité qu’il ôta dans la foulée, son index caressant la gâchette alors qu’il tenait l’homme en joue.


_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The kids from yesterday {.pv}   Ven 21 Nov - 0:08

On le balance au fond de la pièce exigüe, et le bruit de son corps qui heurte l'asphalte résonne dans la sombre cavité. Des rires moqueurs, un avertissement, le grincement de la porte en métal, la clé qui tourne dans la serrure, puis le silence. Le froid de la pierre s'infiltre à travers les haillons qui l'habillent, et vient mordre avec une languissante douleur les entailles marquées par le fouet. Mais cet endolorissement du corps n'est rien face au gémissement de son cœur ; Sofia, l'étincelle d'espoir, la lueur bienfaitrice qui subsiste en son âme, est vouée à mourir. Ils l'ont condamnée. Passée la rage, le désir sanguin de tous les tuer et de s'enfuir avec elle pour leur salut, ne subsiste que l'impuissance. Cette torpeur mentale dans laquelle on le maintient depuis toujours, domestiqué tel un animal. Face contre terre, il relève son visage et un infime pan de lumière venant de la lucarne vient faire briller les larmes sur son visage enfantin. Maintenant qu'ils sont partis, maintenant qu'il est seul, il les laisse librement couler, n'ayant plus la force de les contenir en lui. Alors que toute l'amertume du monde afflue sur ses joues, des bruits de pas résonnent déjà dans les couloirs lugubres menant au cachot. Avec hâte, il efface toute trace de faiblesse de sa part, et se prépare à affronter le destin à nouveau. Celui qui se présente face à lui n'est guère plus âgé, mais pourtant un gouffre les sépare. Tandis que l'un se morfond dans une cellule, l'autre affiche un sourire fait de sadisme. Debout derrière les barreaux, il vient lui cracher toute sa jalousie au visage. Jaloux d'un esclave ; ironie du sort. Il vient dire au captif qu'il tient à exécuter personnellement sa bien-aimée. Une féroce colère s'empare à nouveau du prisonnier, et il se jette violemment contre les barreau. L'autre laisse échapper un rire macabre, et fait volte-face. Ils l'ont condamnée, et il ne leur pardonnera jamais.

Le visage du meurtrier de Sofia, jamais Anger n'avait pu l'oublier. Depuis plus de 700 années, ce souvenir le hantait et l'harcelait dès lors qu'il fermait les yeux. Durant tout ce temps, il avait cru qu'il ne finirait jamais par obtenir vengeance, et que ce sentiment d'impuissance le hanterait jusqu'à son dernier soupir. Seulement, le destin se jouait de lui ; il avait une maline tendance à remonter à la surface les souvenirs les plus obscurs du sorcier. Il y a peu, son cœur avait défailli au détour d'une rue, lorsque ses yeux se posèrent au hasard sur CE visage. Il l'avait suivi, celui qui avait mis fin au jour de son premier amour. Celle dont le seul souvenir avait motivé Anger à survivre dans le froid du Nord, l'avait motivé à tuer tout un clan religieux d'Italie. Ce moment, cet acte, c'était la pièce tournante de sa vie. Usant d'illusions pour ne pas se faire remarquer par le bourreau du passé, il l'avait habilement pris en filature, ce qui l'avait tout droit conduit à son domicile. De là, une importante phase d'espionnage avait eu lieu. Motivé par le simple espoir d'obtenir réparation, il s'était armé de sang-froid pour mener à bien la lourde tâche qu'était sa vengeance. Le tuer ? Non. Neal lui avait appris que ces choses là étaient mauvaises. Mais le faire juste souffrir un peu... Oui, ça il avait bien le droit, n'est-ce pas ?

Après des mois de pistage, suivre l'exécuteur de son amour d'enfance l'avait mené en des lieux inquiétants. Comme une zone interdite, oubliée des autres. Désert, des épaves de la civilisation humaine pavaient la route, macabre décor. D'ici, le froid new-yorkais était palpable. Pourquoi ? Comment ? Au final, il n'en avait que faire, concentré sur son objectif. Cela devait être ici, aujourd'hui, qu'il accomplirait ses actes. Dans son esprit ravagé par de sombres desseins, le nom de Stain s'affichait en boucle, ne faisait qu'accroître ses pulsions. Le meurtre le démangeait, aussi appliquait-il à ses pensées les leçons de Neal tel une pommade. Il avait déjà vu son mentor céder à la force animale en lui, et rien que cette vision le décidait à ne pas infliger l'ultime sentence à Stain. Rapidement, un plan s'imposa à lui, et il l'exécuta aussi vite que l'idée lui était venue. Anger s'agenouilla auprès d'un cadavre, et resta là, quasi-immobile, jusqu'à ce qu'on le remarque. Dos à son adversaire, un sourire mesquin s'était emparé de son visage d'ordinaire angélique, et il s'imposa l'image mentale de Sofia. Sofia ensanglantée par le fouet, Sofia recouverte d'hématomes, Sofia enchaînée et emmenée à son lieu de mort. Il sentit son être tout entier vibrer d'un désir de purification intense, prêt à bondir à l'approche du Shadowhunter.

« Qu’est-ce que vous foutez ? Debout! » Il n'en fallut pas plus à Anger pour se retourner brusquement et projeter toutes sortes d'images mentales au despote de sa jeunesse. Sa colère prit bien des formes, des flash effrayants au vide absolu. « Je suis venu rétablir l'équilibre. Au nom de Sofia, je jures que tu imploreras mon pardon, ici et maintenant! » Folie momentanée du sorcier noir, qui oubliait par la même occasion qu'une arme à feu était pointée sur son ventre. Il s'arrêta après un instant, prenant conscience de sa bêtise. Tel un enfant comprenant sa défaite, il afficha une mine terrible, mi-dépité mi-rageur. « Baisse ton arme, Stain. Ni toi ni moi n'avons envie de finir tous deux ici. Si j'ai survécu toutes ces années, ce n'est pas pour obtenir une mort si ridicule, et qui plus est par la main du lâche que tu es. » Il passa sa main sèchement sur son manteau pour le dépoussiérer, avant de fixer ses pupilles sur celles de son interlocuteur. Tant de déception en lui. Des semaines d'observation, pour finalement céder à l'impulsion du moment, et échouer.


Dernière édition par Anger Von Lindenberg le Mar 2 Déc - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The kids from yesterday {.pv}   Lun 24 Nov - 20:43


La brusquerie du geste parvint à surprendre le Shadowhunter, dont le premier réflexe fut de renforcer la prise de ses phalanges sur son arme. Et d’esquisser un pas en arrière afin de maintenir une certaine distance entre lui et sa proie. Le pas inutile. Il n’eut pas le temps d’apposer un visage sur le dos qu’il avait contemplé quelque minute auparavant. Les images qui vinrent lui agressé les yeux le poussèrent à lâcher un gémissement de douleur. La douleur, il la sentait. Partout sous sa chair. Elle le tiraillait de toute part et le brisait. La peur, elle s’immisçait sous sa peau, ravageait son cœur avant de cesser sa place à un néant qui lui coupa le souffle. Torturé par un misérable sorcier. Il en ferma les yeux et serra les dents de rage. Perdant le contrôle sur sa propre volonté, un infime sursaut agita sa carcasse en déroute lorsqu’un coup de feu partit tout seul. La balle s’écrasant à quelques infimes centimètres de ses pieds. Et merde ! Emprisonné dans les filets de la folie d’un autre, il en avait oublié la prudence. Oublié qu’il tenait un danger entre ses doigts et que le cran de sécurité avait été ôté. Une bêtise qui aurait pu être fatale, pour lui, comme pour cet autre qui s’était jeté sur lui comme on se jette sur un morceau de viande. Et le bruit d’une détonation était le meilleur moyen pour que d’éventuels crevés sur pattes ne les trouvent. Il avait éliminé les deux crevards trainant à quelques mètres, mais rien ne disait qu’ils étaient les seuls à s’être autant éloignés de New York. La colère ruait contre son ventre, tiraillait ses entrailles et alimentait les sombres pulsions qu’abritait son cœur. Battant à tout rompre contre ses côtes, le forcené rata un martèlement lorsque la prison chimérique disparue. Libéré de ses entraves, Stain recula à nouveau d’un pas, le souffle en berne, le regard figé sur le sol afin de recouvrer totalement sa vue. Et de s’assurer que les illusions étaient bien disparues. Au milieu du tourment, il avait cru percevoir des paroles. Des mots jetés en travers de sa figure. Et un nom. Sofia. Il lui paraissait drôlement familier, et pourtant extrêmement étranger. Il cilla, plusieurs fois. Essayant de trouver dans les méandres de sa mémoire d’où pouvait provenir ce prénom.

Dans un raclement de gorge, il releva la tête. Se redressa de toute sa hauteur afin de toiser son adversaire. De l’étudier, de haut en bas. Le jauger aussi, la méfiance irradiant son regard noir. L’impression de déjà-vu persistait. Le prenait à la gorge, et le laissait orphelin de réponses. Il te connait, encore une de tes victimes ? J’en sais rien, je tiens pas un trombinoscope de tous ceux que je croise. Tu devrais Ezio, tu devrais… Sa langue claqua contre son palais, manifestant son mécontentement à l’adresse de feu sa cousine. Survécu toutes ces années ? Le milicien leva un sourcil, la perplexité se heurtant contre ses traits. « - Ravi d’apprendre que tu es un pro de la survie mon gars. » Lâcha-t-il remettant du pouce le cran d’arrêt à sa place. Il conserva malgré tout le revolver dans sa main, à moitié rassuré quant à la présence de ce type. Et de ce malaise qui le prenait à la gorge sans qu’il puisse se l’expliquer. « - Vraisemblablement, tu me connais. Ca m’évitera d’avoir à faire les présentations. » Lâcha le Shadowhunter, un sourcil légèrement levé et un air un brin suspicieux s’apposant ses traits. Au milieu du silence et du vide, Stain tentait de creuser dans les galeries effondrées de sa mémoire. Avoir passé sept siècles dans la peau d’un long avait effacé une partie de sa mémoire. Si les morceaux les plus importants lui avaient sautés à la gueule quand il avait repris forme humaine, certains éléments restaient encore dans l’ombre. Il était persuadé, quasi-certain de connaître ce type. De l’avoir déjà croisé du temps où il n’était qu’Ezio, piètre Inquisiteur. Et ce prénom… Sofia ? Lui aussi lui disait quelque chose. Mais plus il tentait d’apposer un visage sur ce nom, plus ses efforts s’avéraient vains.

« - Tu as survécu c’est ça ? Comme tous les autres j’imagine que tu as pris du bon temps à parfaire ton bronzage en Enfer. » La moquerie et le cynisme était évidents. A peine dissimulés derrière cette question des plus incongrues. Il n’était pas comme lui, il ne possédait pas de fauve sous sa peau. Il était comme Elle. « - Donc, si tu me connais vraiment, j’imagine que ça remonte à… Un bon paquet d’années. Un tel paquet, que je ne me souviens plus t’avoir un jour rencontré. Ne m’en veux pas, je l’ai sur la langue, mais ton nom refuse de sortir… Tu es ?  » C’était en train de l’agacer d’ailleurs. D’avoir cette certitude, mais de ne pas être capable de se rappeler du lieu et de moment où leurs routes s’étaient croisées

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The kids from yesterday {.pv}   Mer 3 Déc - 22:14

Echec. Sa tentative de meurtre n'était qu'un vulgaire échec. Durant tous ces mois, il s'était focalisé sur l'espionnage, la filature, en gardant à l'esprit que le moment venu, il aurait simplement à tuer l'horrible personnage. Il avait eu la naïveté de croire que ce ne serait qu'un homme de plus à abattre, parmi tous ceux qui étaient tombés de sa main depuis sa naissance. Durant tout ce temps, il avait cru savoir qu'il n'aurait aucune difficulté à l'étrangler jusqu'à ce qu'il rende l'âme. Pure bêtise de sa part. Il était là, tremblant à moitié, toisant son adversaire avec ses yeux noirs, rageant contre lui-même, contre l'exécrable destin que lui avait réservé la vie. Depuis sa naissance, il avait été malmené, n'avait qu'été le souffre-douleur de sombre dessins d'autrui. Sa souffrance l'avait mené à la haine, et en toute logique, à la vengeance. Il avait juré sept cent ans durant sur la vie, trouvant du réconfort dans le malheur de son prochain - au moins ainsi ne se sentait-il pas seul. Perpétuant l'éternel cycle, il avait tué en retour, et d'autres finiraient un jour par lui réclamer justice. Aussi, pourquoi ne pouvait-il pas tout simplement mettre fin aux jours de Stain grâce à ses douloureuses illusions ? Avec dégoût, il sut à cet instant précis que la mort n'entraîne rien d'autre que la mort. Même s'il avait pu tuer l'homme ici présent, qu'y aurait-il gagné ? S'il avait fait tomber sa tête, en aurait-il été plus heureux ? Probablement pas. Connaissant le poids des actes à présent, il aurait cauchemardé des semaines durant, tiraillé entre remords et satisfaction.

En parlant de satisfaction, la seule qu'il lui restait, c'était d'avoir vu trembler de souffrance Stain l'espace d'un instant. Malgré tout, il n'était rien d'autre que lui-même; ni plus ni moins qu'un bourreau pendant sept cent ans, qui avait pris goût à voire souffrir tout un tas de magicien noirs à Darkness Falls. Aussi ce sentiment de douleur s'accompagnait-il toujours d'excitation chez lui, et il se délectait de l'adrénaline qui faisait battre son coeur en ces moments là. Il se sentait vivant, bien plus qu'au quotidien,  conscient désormais de faire le mal mais ne pouvant se résoudre à abandonner la puissance qu'il en résultait, bien que plus faible mentalement aujourd'hui. Il pensa brièvement à Neal, puis plus longuement à Charisma, et son coeur se serra plus encore. Sofia lui apparut à nouveau, ombre de désespoir qui planait sur sa conscience depuis si longtemps maintenant. Anger toisa Stain, et s'employa à être le plus dédaigneux possible. Malgré son visage enfantin, il se savait capable d'une arrogance sans bornes. Cette simple grimace lui suffit à reprendre contenance face à son bide. Avec dépit, il constata que l'homme ne le reconnaissait même pas. Il se contint de lui arracher la tête, se surprenant à se maîtriser.

Cynisme, humour noir. Stain faisait le fier, et ne faisait qu'attiser la haine que lui vouait Anger. « Les... présentations? »  Anger riait jaune. « Te fous pas de moi, elle sont déjà plus que faites.» Il lui avait volé la femme de sa vie, il la lui avait sciemment arrachée avec un plaisir certain, plus démentiel qu'un démon, plus pervers que Lucifer en personne. Ces actes de pure malfaisance étaient-ils si courant pour qu'il ne se souvienne pas d'Anger ? « Alzheimer ? A ton âge? Fais pas le malin, gars. A moins que tu ne t'amuses à exécuter des esclaves tous les deux jours? »  Le jeune sorcier comptait bien lui rafraîchir la mémoire. Pour l'instant, il n'avait aucune idée de quelle suite pourrait prendre les évènements, et à vrai dire, sa position était plus délicate qu'il ne le pensait. Sa seule force, c'était sa magie, et il avait déjà bien puisé dans ses réserves lors de son assaut mental. Sa musculature était ridicule, même s'il pratiquait un peu les arts martiaux, et Stain possédait une arme à feu. Pourquoi diable ne s'était-il pas armé d'un flingue également ? Il avait fait preuve de négligence, et il le payait cash. Que lui restait-il donc, sinon la hargne ? Et comment obtenir vengeance, si ce n'était par le meurtre ? Les questions se bousculaient, et il n'y trouvait aucune réponse. Avec l'aide de Neal, il savait qu'il aurait fini par trouver une solution. Mais tout était différent aujourd'hui. « Te fous pas de moi. Que tu aies zappé mon nom, soit. Je n'en avais pas. Mais tes actes, je refuse que tu les oublies. » Les mots, voilà la seule arme qu'il avait à sa disposition. Par ces mots, il affirmait sa volonté de ne pas vouloir croire en l'amnésie de Stain. Il affirmait vouloir mettre Stain en face de son sadisme, et son désir de revanche par ce biais.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The kids from yesterday {.pv}   Dim 7 Déc - 20:01


Il n’avait pas envie de plaisanter, et ça Stain le compris bien rapidement. Quoi qu’il lui ait fait, le gamin lui en voulait. Un peu trop à son goût. Le regard que le jeune homme put lui lancer parvint à faire courir d’infimes frissons le long de son échine. Sous la peau, le fauve s’ébroua, prêt à en découdre, avide de pouvoir planter ses crocs dans ces jolies petites miches, histoires d’en éprouver la saveur. Et par la même occasion, faire disparaître de ce visage cet air suffisant qui lui foutait les nerfs en pelote. Stain fronça les sourcils, obligeant ses neurones à patauger encore un peu plus dans la boue de ses souvenirs. Il soulevait des tonnes de poussière, remuait les plaies de son passé, croisait des regards, des douleurs qu’il aurait préféré oublier. Ce violent retour dans sa vie d’antan, lui retournait les tripes. Lui qui s’était efforcé pendant des mois à tout effacer. A renier en bloc l’Italie, Ezio Bellinzani, l’Inquisition et tout le reste. Et ce minaud l’obligeait à y replongeait la tête la première. « - J’en ai l’impression effectivement. » Lâcha-t-il, la gorge serrée, détruite par tout ce qui était en train de se briser sous sa peau. « - Tu sais, ma crème antirides est peut être efficace, mais j’ai quelques siècles qui me collent au cul, ça aide pas pour la fraîcheur de la mémoire. » Il avait beau essayé de faire preuve de légèreté, la gravité qui venait figer ses traits jurait affreusement avec ses vaines tentatives. Esclaves… Le milicien haussa un sourcil, interloqué. Tiraillé entre l’envie de lui en coller une pour qu’il bouffe ses dents et arrête de lui faire perdre son temps. Et celle, un peu plus tenace, d’en savoir plus.

« - Pas tous les deux jours, et l’esclavage a été aboli depuis… Oh... » L’éclair de lucidité tant attendue traversa la noirceur de son regard. Une vague de surprise se colla sur ses traits. Il se râcla la gorge, croisant les bras sur sa poitrine, avant de lâcher un bref : « - Je vois. »  Comme l’aurait fait un médecin venait de trouver ce qui pourrissait la vie de son patient depuis des jours. « - Je n’ai pas oublié. » Le murmura lui coûta plus qu’il ne l’aurait cru. Il venait de poser le doigt sur cette fameuse période de son existence. Sa rencontre avec la jeune esclave, le lien qui s’était tissé entre eux. Sa trahison, celle qui l’avait brisé et poussé à exécuter la jeune femme. Et pour la première fois de sa vie de tortionnaire, il avait donné la mort sans éprouver de remords. Ou du moins, sur l’instant. Ils arrivent par la suite, violents et dévastateurs. Il préféra cependant les dissimulés sous une tonnes de ressentiment pour ne pas sombrer. « - Sofia. Et Anger. » La netteté des images qui revenaient se heurter contre ses rétines le surpris. Depuis le temps, il s’attendait à n’en apercevoir que des brides. Des visions délavées, rendues floues par les années passées. « - Tu veux quoi ? Que je m’excuse ? Je n’ai fait qu’obéir aux ordres, je n’avais pas le choix. » Il accompagna les mots incisifs d’un haussement d’épaules. Jouant la carte du détachement, quand en profondeur il se sentait affreusement mal. Le mélange le prenait aux tripes, lui retournait l’estomac et faisait trembler le doigt qu’il avait laissé contre la gâchette. Tirer, maintenant, et mettre un terme à ce retour en arrière des plus déplaisants. La colère du jeune homme parvenait néanmoins à éveiller son intérêt. A charmer le fauve qui, malgré l’homme, avait envie de faire durer le plaisir. De cuisiner l’ancien esclave jusqu’à ce qu’il soit à point. Prêt à être dévoré. L’idée fit esquisser l’ombre d’un sourire au Shadowhunter. Le rictus assassin disparu presque aussitôt.

« - Il fallait réfléchir à deux fois avant de faire des folies sous le nez de l’Inquisition. » Ou l’art de pousser le bouchon trop loin. Ca ne t’as pas suffi de lui avoir détruit sa vie, il faut que tu en rajoutes encore ? Incorrigible, je sais. Un bref regard, au-dessus de l’épaule d’Anger, et Stain aperçu la mine déconfite de l’illusion qui ne le quittait pas d’une semelle. « - Tu aurais peut-être préféré que j’ai Alzheimer, j’imagine ? » Les réponses auraient certainement été plus satisfaisantes, il n’en doutait pas.
[/color]

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The kids from yesterday {.pv}   Mar 30 Déc - 5:25

L'époque où Anger n'était qu'un faible esclave n'était plus. Ce temps où il amassait les coups et la souffrance sans aucunement pouvoir les rendre avait disparu dès lors qu'il avait été converti à la magie noire par un clan de l'époque. Il avait jeté tout son désarroi dans l'enseignement du mysticisme obscur, prêt à faire souffrir ses prochains en juste retour de ce qu'il avait subi. Après tout, c'est là ce qu'on lui avait toujours inculqué. Violence par ci, violence par là, et rien d'autre. Alors comment aurait-il pu savoir qu'on pouvait vivre différemment ? Sa vision du monde avait été altérée depuis le début. En conséquence, lorsqu'il lui amassé du pouvoir, une joie sans précédent s'était fait ressentir en lui. Une joie froide, pleine d'un désir de tuer. Lorsqu'il regardait Stain à présent, il était incap able de dire qui d'eux deux avait été le plus malfaisant ces années durant, qui avait proféré la souffrance autour de lui avec plus de plaisir que l'autre. Aussi, pourquoi s'attachait-il autant à obtenir réparation ? Pourquoi ne pouvait-il pas comprendre que Stain n'était que son égal, et tirer un trait sur tout cela ? Tant avait coulé sous les ponts depuis que bien des rivières s'en étaient trouvés asséchées, alors pourquoi diable s'acharner ? Certes, Sofia avait été son premier amour, et le perdre avait été terrible, mais n'avait-il pas la sagesse pour pardonner, oublier ?

La raison était la simplicité même. Tout avait commencé là. La mort de Sofia avait été la pièce tournante de toute sa vie ; elle avait façonné son être jusqu'au plus profond de lui. Ses desseins, ses actes, sa manière d'être. Tout partait de là. Aussi, il ne pouvait pas juste tendre la main et dire quelque chose du genre "t'inquiètes, gars, j'peux comprendre. J'ai moi-même ôté la vie par jalousie et colère à bien des gens ma vie durant!" avec un sourire compréhensif. Non, il ne pouvait que le haïr de toute sa force, car s'il avait été un être abject proférant le mal pendant plus de sept cents années, c'était en partie de la faute de Stain. C'était d'ailleurs plus simple de dire que c'était entièrement de sa responsabilité, que d'admettre qu'il n'y était pas pour grand 'chose dans cette histoire. Anger cligna des yeux pour acquiescer lorsque son ancien geôlier le reconnut. Finalement, il ne savait s'il devait s'en réjouir. Dégouté par la honteuse défense de Stain, il réprima l'envie de lui cracher à la figure. « Obéir aux ordres ? Ce ne sont pas là les mots exacts que tu as prononcé ce jour là. » Les mots avaient un goût amer, et il les jetait avec fougue au visage de son interlocuteur. Stain avait pris un malin plaisir à mettre fin aux jours de Sofia. Fou d'elle, fou de savoir qu'elle aimait un esclave et non un fils de riche comme lui, il l'avait exécutée avec satisfaction. Ne méritait-il pas la mort pour ce qu'il avait fait ? Impossible de s'en convaincre, malgré tout ce qu'il avait fait. Il ne le haïssait pas suffisamment pour lui ôter la vie, et ne le comprenait pas assez pour lui pardonner. C'était l'impasse.

Il voulait faire monter la moutarde. Il se moquait ouvertement d'Anger. Un vrai rigolo, ce Stain, cynique et orgueilleux en plus. « Non, je suis bien heureux que tu t'en souviennes enfin. Je veux que jamais tu n'oublies tes actes, et que tu regrettes chaque seconde durant. » Mais, la question était : regrettait-il vraiment ? Anger s'approcha de lui, lentement, colla la pointe de ses pieds au siens, et, visage presque contre son visage, planta les yeux dans les siens. Avec toute la bizarrerie de sa personne, il le toisa, tentant de déceler une quelconque trace de regret dans les yeux froids et impassibles de Stain.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The kids from yesterday {.pv}   Lun 5 Jan - 20:15


Comme si il était capable de se souvenir de mots qu’il avait prononcé il y a sept siècles, sous le coup de la colère. La mémoire du loup avait pris le dessus sur celle de l’homme pendant trop de temps pour que son passé ne lui apparaisse avec la clarté limpide avec laquelle il devrait. Et Stain n’avait aucune envie de se triturer les méninges pour essayer de se rappeler de tout. D’avoir apposé un nom sur ce visage, et d’avoir fait le rapprochement entre lui, la femelle qu’il avait tué, et ce qui s’était passé ensuite, était déjà un exploit pour lui. Les accusations du petiot lui passaient au-dessus de la tête. Le Hunter s’était résolu à bannir les remords de son vocabulaire et de son cerveau. Mais il devait l’admettre, la haine avec laquelle Anger lui crachait ses paroles à la figure avait quelque chose de franchement plaisant. Elle titillait le loup, et éveillait les envies monstre de l’homme. Jouer, avec cet homme. S’amuser à user ses nerfs, à le voir ployer sous la force des envies sadiques du soldat. La perspective d’une telle réjouissance avait quelque chose d’alléchant. Elle apposa même un infime sourire sur les lèvres du loup, qui s’en racla la gorge, tout en se balançant sur ses pieds. « - Non vraiment, je ne vois pas. J’ai dû dire un truc, mais quoi… Bonne question. » Lâcha-t-il enfin, accompagnant la désinvolture de sa réponse d’un haussement d’épaules, avant de fourrer ses mains dans les poches de sa veste.

La suite des paroles d’Anger fit esquisser un léger sourire à Stain. Je veux que jamais tu n'oublies… T’es qui pour me filer des ordres ? Le loup arqua un sourcil, considérant sa proie d’un regard contrit. Il garda le silence un instant, surpris de le voir se rapprocher. D’oser se tenir si près de lui sans se montrer méfiant. Lentement, le Hunter baissa le nez vers ses pompes, puis reposa son regard sur le gamin qui était en train de lui saloper ses godasses. Le haussement de sourcil se changea en un froncement bien plus fort, tirant ses traits et serrant ses lèvres. Stain sortit alors les mains de ses poches, et avec la rapidité d’un fauve qui se jette sur sa proie, il agrippa les épaules d’Anger. Il eut pendant un instant l’idée saugrenue de lui rouler une pelle. De tirailler les nerfs du pauvre bougre jusqu’à le point de fêlure. Au lieu de ça, il envoya son front se fracasser contre le sien. Suffisamment fort pour déséquilibrer son adversaire, sans pour autant se démolir la tête et perturber ses pauvres neurones. Il agrippa ensuite la tignasse d’Anger, profitant de sa violente diversion pour prendre le contrôle de la situation et obliger le bougre à se redresser, quitte à la arracher la moitié des cheveux. « - T’as rien à attendre de moi. J’oublie, je me souviens, ça ne regarde que moi. » Et même sans qu’il ne le veuille, il subissait les frais de son exil sous la fourrure. Il se rapprocha de sa proie, laissa son souffle courir contre son oreille pour mieux y répandre son venin. « - Quant aux regrets… J’ai banni ce mot de mon vocabulaire. Je ne regrette rien, et je te souhaite bon courage pour me faire changer d’avis. » Lâcha-t-il, aussi glacial qu’une machine à glaçons. Il resserra brièvement sa prise, et d’un geste sec, il envoya valser Anger. Lui et les réminiscences qu’il avait amenées avec lui. Ce qu’il avait fait ressurgir dans les méandres de la mémoire de Stain. Il serra les dents, remis sa veste en place tout en toisant son adversaire d’un instant.

« - Ce fut un plaisir, Anger. Profite bien de ta nouvelle vie, j’espère que tes anciennes erreurs te serviront. » Sarcastique, il para ses lèvres d’un sourire qui l’était tout autant et se remit en route. Revenant sur ses pas, la mécanique de sa mémoire marchant à plein régime, Stain sentait une drôle d’amertume venir se glisser contre sa langue. Il l’avait détesté à l’époque, ce moins que rien qui possédait des choses que lui n’aurait jamais. Et maintenant que l’ancien esclave venait de tomber dans sa vie comme un cheveu sur la soupe, il se retrouvait  contraint d’affronter d’anciens démons qui le rebutaient au plus haut point. Et dans son dos, le rire crissant d’Azzura triturait ses nerfs déjà bien malmenés.


| TOPIC TERMINE

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-
 

The kids from yesterday {.pv}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Like two kids in love ... [pv Shanae *-*]
» Spy Kids 4: All the Time in the World
» Cadeau pour Fan des Kids United
» > Moco
» SCAARH ৩ Just one yesterday.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-