AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Great expectations || Aeryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Great expectations || Aeryn   Ven 19 Déc - 1:11

Elle savait et maintenant ne savait plus quoi faire, ni comment réagir. Parce qu’il avait des choses dont elle refusait de parler ou partager, parce que finalement Aeryn n’avait jamais été le genre à échanger avec quelqu’un, hormis Rachel. Mais Rachel était morte, et il n’y avait plus personne avec qui partager quelque chose, il ne restait plus qu’elle et ses frayeurs, ses peurs et ses démons. Il ne restait plus qu’un abysse profond, qu’un hurlement de douleur déchirant. Il ne pouvait pas le comprendre, comment pourrait-il ? Il ne saurait jamais, n’aurait aucune idée de la douleur muette que la jeune femme tentait de combattre. Ecorchée et pourtant en vie. Détruite et pourtant debout, protégée par ses mensonges, protégée par son masque. S’effritant justement face à lui, pourquoi lui d’ailleurs ? Il avait réussi à lui faire du mal alors même qu’ils ne se connaissaient pas. Quel était le but quelle était la finalité à toute cette mascarade ? Il n’aurait jamais dû la revoir ou la croire, il n’aurait jamais dû interagir avec elle. Envers et contre tout, c’est ce qui était arrivé. Pourquoi, bon sang de bonsoir ? Les aveux ne tardèrent pas à se manifester, aveux dont elle sentit toute la faiblesse de l’homme pendant qu’il parlait. Elle eut cette fâcheuse impression d’entendre des aveux de sa part, émanant du plus profond de son âme. Interdite, rien ne sortit de sa bouche, la jeune femme n’en dit rien. Sa décision en resterait inchangée, leur échange se terminait. Hochant la tête, elle avait manifesté son envie de partir. Son esprit pourtant pensait, réfléchissait, tournant le problème dans tous les sens. Elle l’avait vue sous un autre jour, sous un autre visage. Etait-il vraiment cet homme qui l’avait frappée la dernière fois ? Il devait y avoir erreur sur la personne, ce ne pouvait être lui. Et pourtant, l’espace d’un instant, infime particule dans l’univers, Aeryn eut l’impression de voir en lui cet homme brisé qu’il dissimulait pour ne pas exposer sa vulnérabilité au grand jour.

Se reprenant, il alla lui chercher un pantalon. Pas un mot, pas un regard ne furent échangés tout le long. L’échange se terminait, Aeryn ayant pour ainsi dire, rien d’autre à apporter, ni même à demander. Connaître les gens, s’y attacher, les apprécier, parfois les aimer… cela lui faisait peur, trop peur pour qu’elle accepte de laisser quelqu’un entrer et tenter de la connaître. Non, plus maintenant, cette décision avait été prise quand Rachel était décédée. Pourquoi aimer, si cela équivaut à se retrouver briser par une douleur sans nom ? Autant ne pas le faire, autant le fuir. Et puis en plus de rendre aveugle, l’amour rendait con. Pas une si grande perte en fin de compte n’est-ce pas ? C’est ce qu’Aeryn voulait croire, fermant les yeux sur ceux qui tenaient à elle, fuyant ceux pour lesquels elle commençait à s’attacher d’une manière ou d’une autre. Le pantalon dans les mains, elle le regarda partir sans un mot, s’isolant, clôturant la discussion. L’enfilant, la jeune femme se sentir déjà un peu plus à l’aise que dans des t-shirts. Puis s’apprêta à partir.
Sans jamais franchir la porte d’entrée.

Silencieusement, elle se posta dans l’encadrement de la porte et l’observa silencieusement faire la vaisselle. Si elle laissa vagabonder son esprit l’espace d’un instant, elle le regarda et ne put s’empêcher de se poser un tas de questions à propos de cet inconnu dont les réactions lui semblaient vraiment des plus étranges. Comment expliquer… il avait l’air aussi perdu qu’elle, et dissimulait un mystère qu’elle ne savait pas expliquer. Après tout, il aurait pu la laisser crever sur place et ne l’avait pas fait. C’est une fois qu’il remarqua sa présence qu’elle se mit à parler, ne voulant pas interrompre ce qu’il était en train de faire.

« Moi aussi, je suis toute seule »

Seule avec ses frayeurs, ses craintes, ses peurs. Seule car elle refusait le moindre attachement, pire encore, le fuyait dès qu’il s’approchait de trop. Seule car elle jouait constamment un rôle et parfois le mélangeait avec d’autres : dans le fond qui était-elle vraiment ? Est-ce que ses choix portaient sur le jugement de ce qu’elle était ou semblaient-ils dictés par autre chose ? Alors oui, elle était seule, certainement pas pour les mêmes raisons que lui, le sentiment restait pourtant le même.
Pour une fois, elle avait décidé de ne pas partir. Pour une fois, elle avait choisi de rester plutôt que fuir. Certaines zones restaient obscures, mais cela n’empêcherait pas de faire avec par la suite. Ethan lui avait sauvé la vie, elle se sentit redevable, malgré tout.

« Je pense que nous sommes partis sur une mauvaise base, toi et moi. »

Elle manquait de tact, mais au moins disait les choses directement, sans entourloupes. C'est vrai, ils avaient mal commencé, est-ce pour autant qu'ils allaient devenir les meilleurs amis du monde ? Aeryn ne se faisait aucune illusion, ne pensant même pas l'avenir, simplement l'instant présent. Du reste, tout pouvait basculer d'un moment à un autre, et c'est ce qui semblait actuellement leur arriver.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Great expectations || Aeryn   Sam 3 Jan - 19:06

Qu’est-ce qu’il avait cru bon sang ? Qu’il pourrait lui faire comprendre qu’il était désolé de s’être emporté comme il l’avait fait la dernière fois et que ça suffirait pour tirer un trait sur cet épisode malheureux ? Sans rire, il s’était laissé allé à espérer une chimère, vu sa réaction, jamais, non jamais, une trêve ne serait possible entre eux parce que même s’il essayait de toutes ses forces, quoi qu’il fasse, Ethan n’arriverait à rien si elle ne lui laissait même pas l’ombre d’une chance de s’amender. Sans son aide, il ne ferait rien et cette jeune femme n’avait pas l’air de vouloir d’avoir quoi que ce soit à faire avec lui. À quoi bon se battre contre le vent ? Il n’arriverait à rien de toute manière et dans ce cas-là, il préférait ne pas la voir partir, certain qu’il ne supporterait pas de regarder en face cet échec, qu’il lui laisserait un goût amer dans la bouche.

Sur ce coup-là, l’ancien aristocrate avait été trop sûr de lui. D’une certaine façon, ce n’était pas vraiment de sa faute, il avait été élevé ainsi. À l’époque, on l’avait élevé de la manière auquel son rang l’exigeait et même si avec un peu de recul Ethan se considérait comme légèrement rebelle par rapport à la norme, au final, il avait collé au schéma des gamins de son genre. Ceux qui avaient tout dès la naissance et quoi qu’il fasse. Pour qui il suffisait de claquer des doigts pour être servi automatiquement. Ce que l’anglais avait un peu de mal à appréhender à présent, c’est que son monde avait disparu depuis longtemps et son nom, qui jadis lui avait ouvert toute une multitude de portes, avait été trainé dans la boue et ne signifiait plus rien. Il n’était plus qu’un visage dans la foule, juste quelqu’un qui essayait de se faire au nouveau monde dans lequel il avait débarqué, exactement ce qu’il avait voulu à l’époque où il avait embarqué sur le Titanic. Ce renouveau était une bénédiction et un défi tout comme c’était une malédiction et à cet instant là, les mains dans l’eau pour nettoyer sa tasse, c’était surtout le côté malédiction qui ressortait de tout ça. Il fallait juste qu’il se fasse à l’idée de rester seul et puis, ce serait comme tout, ça finirait par passer, tôt ou tard.

Ethan laissa échapper un pauvre soupir, rivant ses yeux à l’émail du lavabo tandis que les pas de la renarde se rapprochait, mais de la porte et non de lui, serrant les dents pour rester stoïque quoi qu’il arrive quand l’impensable se produisit. Ses pas ralentirent jusqu’à s’arrêter et il l’entendit respirer quelque part non loin dans son dos. Qu’est-ce qu’elle voulait ? Qu’il lui prête aussi un pull pour affronter le petit vent qui soufflait dans les rues colorées de la Nouvelle-Orléans ? À moins, bien sûr, qu’elle veuille s’assurer que son message « Je ne veux plus jamais, jamais, jamais vous retrouver sur mon chemin » était bien passé. Si c’était ça, qu’elle se rassure, Ethan avait bien compris. Pourtant, quand sa voix s’éleva, ce n’était ni sur le ton du reproche, ni sur le ton de l’accusation. C’était juste une confidence. Une confidence des plus inattendue.

De surprise, le brun resta figé, de dos. Quelque part, il devait redouter qu’elle s’en aille et fasse machine arrière en quatrième vitesse si jamais il se retournait et croisait son regard. Le métamorphe se contenta de rester planté droit comme un piquet devant le lavabo, tous les sens en alerte, tendu dans l’attente de la suite qui ne venait pas assez vite à son goût. Ces quelques mots étaient déjà inespérés mais il était pratiquement certain qu’ils ouvraient la porte à d’autres. Moi aussi, je suis toute seule. Les mots tournaient dans sa tête, encore et encore comme le refrain d’une chanson enivrante. L’espoir revint s’emparer de lui, glisser ses doigts d’or dans chaque extension de son corps, distillant son doux poison qui donnait envie de voler. Ce ne fut que lorsque la renarde reprit la parole qu’il se retourna pour la fixer, sans animosité ni jugement dans les yeux. Sur ce point-là, elle avait on-ne-peut-plus raison. Ethan voulait bien prendre une partie des blâmes sur le dos à cause de son emportement et du geste qui avait dépassé sa pensée et qui n’était absolument pas digne d’un gentleman de son rang mais elle y était aussi un peu pour quelque chose. Dans cette affaire, ils étaient quand même deux.

Lentement, l’anglais acquiesça avant de baisser les yeux sur la petite tasse recouverte d’eau qui brillait de tous feux dans la clarté du jour.

_ Oui, je crois aussi.

Il fit tourner doucement le petit objet entre ses mains avant de relever les yeux vers la renarde. Il ne voyait pas comment ils pourraient reprendre la situation à zéro mai rien ne les empêchait d’essayer. Ce n’était surement pas lui qui irait se plaindre du pas en avant qu’elle avait fait vers lui.

_ Je…

Souffla t-il d’un ton hésitant, cherchant ses mots, avant de reposer la tasse sur la faïence. Il avait un peu de mal à trouver quoi dire.

_ Je m’appelle Ethan.

Sé décida t-il finalement à dire en avançant doucement, restant à bonne distance d’elle mais en étant suffisamment proche pour pouvoir lui tendre la main à travers la distance.

HJ: Désolée pour le retard ><
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Great expectations || Aeryn   Dim 4 Jan - 17:14

Ce n’était nullement un jeu, ni même une supercherie. La sincérité n’avait pourtant pas été le feu de bois de la jeune métamorphe. Mentir, tromper, voler alimentait plutôt son foyer avec force. Se dévoiler, se montrer telle qu’elle était sous la surface n’avait jamais été concevable. Signe de faiblesse comme lui disait son père « Tu ne dois pas dépendre des autres, c’est eux qui doivent dépendre de toi » Sur ses conseils, cette phrase avait appuyé la philosophie de vie adoptée, une fois arrivée aux Etats-Unis. Pour démarrer ce nouveau départ, manger était une priorité. Quand le prédateur meure de fin, tous les moyens sont bons pour se nourrir. Tous, sans exception. La méfiance, pourtant, ne s’éteignait, souvenir encore brûlant de cet amant dont elle s’était entichée, avec qui elle avait brisé les chaines pour mieux se loger dans ses bras. Par erreur, pour mieux tomber dans ses filets. Cela n’arriverait plus, une promesse qu’elle s’était faite à elle-même.
La situation, différente de la précédente, ne l’aveuglait pas le moins du monde : quelles que soient les attentes d’Ethan la concernant, le temps serait sa meilleure alliée pour qu’Aeryn fasse tomber le masque de la méfiance.

Sa présence l’avait surpris. Pas besoin d’apposer des mots pour attirer son attention sur sa présence, il la sentirait. Malgré son incapacité à le faire pour le moment, la jeune femme savait que lui le pourrait, sans grande difficulté. Pour une raison qui la dépassait encore, il avait ces facultés là, fort développées, ainsi qu’une certaine mémoire, chose que pour l’instant Aeryn ne savait pas canaliser. Retenir les souvenirs de ces nuits de pleine lune à vagabonder, signifierait accepter pour de bon sa nature. Du moins, c’est ce qu’elle souhaitait espérer, dansant sur l’un comme sur l’autre pied, suivant l’humeur, suivant l’envie. Difficile aussi d’apprendre à se connaître quand on fuyait sa sorcière depuis un bon paquet de temps maintenant. Amertume et rancœur restaient plutôt tenaces.
Sans aucune gêne, elle attendit. Il avait senti sa présence, son corps crispé le lui montra. Il sentait certainement observé, sensation plutôt désagréable. Toute la nuit il avait eu l’occasion de le faire, pendant, qu’inconsciente, elle se remettait de cette morsure. A son tour maintenant de pouvoir l’observer avec davantage d’attention. En le détaillant de la tête, elle remarqua que depuis leur première rencontre, elle ne l’avait jamais regardé avec intérêt. Il avait toujours été une menace depuis la première gifle. Depuis, ses yeux clos n’avaient jamais voulu s’ouvrir à nouveau, pour voir et comprendre qui il était.

S’approchant d’elle, pas un pas ne fut mis en arrière. Affrontant sous un autre jour cette personne, Aeryn semblait prête à faire des efforts, si seulement lui y répondait positivement. La bascule vers la fuite demeurait fine et fragile, un rien pourrait la faire vaciller. Cette fois, elle partirait pour de bon, fuyant définitivement au plus loin, sans jamais chercher à le revoir. Pourtant, il lui semblait que sa renarde ne semblait pas de son avis : sans précis souvenirs, la demoiselle en ignorerait toujours la raison.
Un sourire se dessina sur ses lèvres. Se présenter, c’était déjà un bon début. Répondant à la poignée de mains qu’il lui tendit, la jeune femme sentait sa poitrine exploser sans comprendre son emballement. La crainte restait toujours présente, d’une manière comme d’un autre, difficile de passer outre les évènements aussi aisément. Il n’y avait que le temps qui pourrait changer cela, seulement lui. La peur de l’attachement, celle de se jeter dans l’inconnu dans une démarche d’acceptation de l’autre, pour le laisser entrer et la connaître. Depuis la mort de sa sœur, Aeryn n’avait jamais autorisé quiconque à la connaître un peu mieux.

« Aeryn »
Faire omission du nom de famille lui convenait bien. Son regard plongé dans le sien se baissa ensuite, fixant son bras. Ces deux trous, un vrai mystère, seul et unique indice d’un souvenir envolé. C’était un problème, et pas des moindres auxquelles il lui faudrait remédier. Comment faisait-il lui ?

« Comment fais-tu pour te souvenir de ces nuits ? »

Question en apparence banale, Aeryn ne faisant pas dans les connaissances à proprement dites pour connaître les autres par des interrogations sur leur personne. Les évitant soigneusement, les poser lui évitait également de s’y retrouver confronter, refusant de mentionner la moindre trace de son passé. A tâtons, elle formulait sa requête, ignorant son aboutissement, ni même le type de réponse qui en découlerait. Plutôt parler que se regarder dans le blanc des yeux. Faire disparaître le malaise autant que possible. Il s’agissait de reprendre sur de bonnes bases, autant essayer de faire un semblant d’effort… du moins au début.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Great expectations || Aeryn   Mer 7 Jan - 13:45

Pendant un petit instant, l’anglais crut s’être mépris sur le sens des paroles de la renarde et que sa main, bien qu’à une distance raisonnable de la jeune femme, resterait tendue dans le vide en vain. Pourtant celle, petite, de la brune vint bientôt se glisser entre les doigts plus épais d’Ethan. Il essaya de ne pas lui écraser les phalanges comme une brute, de peur de la conforter dans sa certitude qu’il n’était rien qu’un monstre cruel et violent et garda sa main dans la sienne doucement, lui laissant comprendre que c’était elle et elle seule qui choisirait quand prendrait fin leur salutation officielle. Sa main si légère dans la sienne lui donnait l’impression de tenir un petit oiseau entre ses doigts qui pourrait s’envoler à tout instant et étrangement, c’était bien comme ça qu’il percevait la jeune femme.

Quand elle lui donna son nom en retour – Aeryn, joli mais singulier à ses oreilles habituées à des prénoms plus... catholiques – le brun se fendit d’un sourire en retour et secoua sa main comme le protocole le voulait en ajoutant, pour la forme :

_ Enchanté, Aeryn.

Ces quelques mots, ce semblant de normalité, lui donnaient des ailes et surtout l’envie de recommencer à espérer. Seulement, la bienséance qu’on lui avait inculqué depuis sa plus tendre enfance l’enjoignait à faire preuve d’un peu de retenue et de ne pas se laisser déborder par les émotions comme un gentleman digne de ce nom, d’autant qu’il n’était nullement assuré que cette éclaircie dans l’orage persisterait. Il regarda Aeryn baisser la tête, son regard s’attardant sur la seule trace qui assurait que son récit n’était pas une simple fantaisie de sa part mais la vérité toute nue. À quoi pouvait-elle bien penser ? Même s’ils étaient si semblables lorsque leur nature reprenait ses droits, Ethan n’avait pas la moindre idée de ce que cachait ce front bien formé. Il aurait tout aussi bien pu avoir un mur devant lui qu’il aurait été aussi démuni et quand elle releva les yeux vers lui, il essaya de ne trahir aucune émotion. Pourquoi persistait-elle dans son histoire d’amnésie ? Un frisson inattendu parcourut son échine, à lui dresser les cheveux sur la nuque quand il comprit qu’il y avait sûrement un fond de vérité dans son histoire, qui expliquerait qu’elle continue sur cette voie.

_ Je ne sais pas…

Répondit-il en toute honnêteté. Il n’était pas un expert en la matière et en ce qui le concernait, même si ses souvenirs étaient confus et emmêlés, flous la plupart du temps comme au réveil d’un rêve, Ethan s’était toujours souvenu de tout au final. Même des cent ans qu’il avait passé dans la peau du renard.

_ Tu es la première personne qui soit comme moi que je rencontre... Je ne pensais même pas qu’une amnésie soit possible.

D’où sa réaction des plus violentes lorsqu’elle ne l’avait pas reconnu le soir de leur première entre humains ; il avait pensé qu’elle se moquait de lui.

Au moins, ça mettait les choses au clair. S’il pensait pouvoir partager des astuces ou des anecdotes avec elle, c’était raté. Aeryn semblait vouloir à tout prix cacher sa nature, comme si c’était une honte, un secret à cacher à tout prix. Ethan avait une approche plus placide sur sa nature : il savait qu’il n’y pouvait rien alors se contentait de se laisser faire en évitant d’y penser. De toute façon, à chaque fois qu’il se penchait sur le problème, le visage de celle qui avait été sa femme, cette espèce de harpie maléfique, lui revenait en tête et ça le mettait dans une rage folle. Mieux valait donc éviter le sujet et employer son énergie à des desseins plus utiles.

_ En fait, je crois que, tout au fond, je suis toujours conscient… Je ne m’abandonne jamais complètement, j’essaie juste de suivre ce qui se passe. Et quand je reviens à moi, tous mes souvenirs sont là, un peu embrumés. Il me suffit de se concentrer dessus pour qu’ils reviennent aussitôt.

Son regard se promena un instant sur le visage doux d’Aeryn. Ethan avait beau ne pas la connaître très bien, pour ne pas dire du tout, il pensait comprendre pourquoi la renarde n’avait aucun souvenir de ses nuits sous le pelage vif de l’animal. Ou plutôt, il avait de forts soupçons au regard de tout ce qu’elle lui avait dit. Le problème était qu’elle avait fait un pas dans sa direction et l’anglais n’avait pas envie de tout gâcher en se montrant désagréable à son encontre. Il ne pouvait que la remercier de lui avoir donné une seconde chance et essayer de ne pas tout foutre en l’air. Cet effort-là commençait par apprendre à garder la bouche close en toute situation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Great expectations || Aeryn   Lun 12 Jan - 19:40

La situation n’avait rien d’évident ou de simple. Malgré toutes ses réticences, Aeryn lâchait l’affaire, tentait une ouverture, essayait de faire un petit effort, simple, pour fissurer une brèche. Il y avait encore comme une certaine retenue ; il était encore difficile pour elle de se convaincre que tout irait bien. Ce n’était qu’un pas, un saut dans l’inconnu, sans savoir ce qui en ressortirait : en espérant que ce soit quelque chose de positif. Pourquoi espérer d’ailleurs ? Les choses arriveraient comme elles devaient venir, tout simplement. Qu’on en soit à l’origine ou pas, elles venaient, indéniablement, incapables d’être arrêtées ou empêchées.
Je ne sais pas. Espérant une réponse se dessiner sur ses lèvres, les espoirs d’Aeryn tombèrent en vain. Croyant qu’il pourrait l’aider, cela n’avait été nullement le cas. Tous deux semblaient tout ignorer de leur nature, jetés dans le monde sans y avoir été préparés, mis à la mer pour apprendre à nager de leurs propres chefs. D’un sourire timide, presqu’effacé, elle répondit également par l’affirmative.

« Tu es le premier aussi »

Ce qui justifiait sa peur, ses craintes. Le grand saut, celui qui vous poussait dans le vide dans la moindre explication. Accepter l’autre, ce qu’il était : le laisser entrer, le laisser prendre place, l’intégrer au quotidien. Et c’était encore le problème qu’elle ne surmontait, celui de laisser l’autre entrer, de lui faire une place, aussi petite soit-elle. La mort de Rachel l’avait détruite, le déni de Shining, souffrir, et maintenant, pourquoi laisser sa chance à un homme qui ne méritait pas d’en avoir, qui avait tenté de la frapper ? Pourquoi finalement laisser une chance à celui qui ne le méritait pas pour ses précédents agissements ?
Probablement parce que la faute lui revenait, d’une certaine manière, probablement parce qu’elle aurait pu faire en sortir que cela n’arrive pas, que le coup ne sorte pas, jamais. Son comportement trop impulsif n’avait pas non plus joué en sa faveur.

N’étant pas la plus bavarde, et refusant tout bonnement de mentionner le sujet, Aeryn acquiesça à ses explications. Le contrôle… elle n’en avait pas le moindre ou plutôt, n’avait parfois pas l’impression d’en avoir. Cette sensation étrange de partager le corps avec deux esprits, celui de se dire qu’elle avait parfois du mal à l’accepter, cet animal en elle… c’était peut-être cela qui l’empêchait de se souvenir complètement. Tout ne se basait que sur des suppositions, de simples idées, hypothétiques pour se trouver une explication ayant du sens, plutôt de plonger dans un profond déni inexplicable.
Ils parlèrent, un peu. De tout, de rien. De sujets généraux. Aeryn évitait de trop en dire sur sa personne, n’étant pas le genre de personnes à tenir une conversation à propos d’elle-même. Trop de secrets enfouis pour une si courte vie, trop était arrivé, pour des conséquences désastreuses. Il ne semblait pas non plus si bavard, un point qui leur était plutôt commun.

C’est après un bon moment à discuter de ces sujets un peu vagues, pour établir cette communication autre qu’houleuse que la jeune femme prit congé de son sauveur. Des questions, elle en avait encore, évidemment, cependant elle préférait ne pas ouvrir les sujets fâcheux, pensant que parler de cela allait empirer les choses plutôt que les arranger. Pour aujourd’hui, cela suffisait.
Quand elle lui dit au revoir, ce ne fut pas un adieu, loin de tout cela. C’était une promesse, celle qu’ils se reverraient un jour. Il avait son numéro, il pouvait la contacter. Il n’y avait pas de fuite, il n’y avait de mensonges.
Plus qu’à attendre que le temps répare tout cela.

RP Terminé

Revenir en haut Aller en bas
 

Great expectations || Aeryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» The Great Gatsby
» The Great Hall
» The Great Escape [Site]
» « Je viens juste jeter un coup d'œil » | Aeryn
» Some Kind Of Monster {Aeryn/Elliot}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-