AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maya the Psychic ▬ Faith & Shining

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Sam 15 Nov - 18:52


Deuxième jour d’abstinence.

Pas un verre, pas une goutte. Il se sentait si sec. Tremblotant parfois. Buvant des litrons d’eau dans le seul espoir de se transformer en éponge. Mais il ne faisait que de se vider. Pas de faim, juste soif. Si soif. Sa gorge est sèche. Ses idées sont claires. Est-ce donc ça alors, la lucidité ? La soif tout simplement. Résister. Un désert aride. L’air empeste. Jamais il n’avait semblé qu’il fasse si sec à cette saison. A moins alors, que ça ne soit son cœur qui ne soit sec. Cesser de se remplir, laisser le vide prendre ses aises et la sensation qu’il manque quelque chose. Il manque une paix. Il manque une lame au travers de la gorge. Il a froid, il a chaud, il est tremblant, il est rigide. Il va tomber, il doit tenir. Il ne danse pas, il ne plonge pas. Il regarde ce monde étrange, découvre tout ce qu’il a abandonné pour le fond d’une bouteille. Pour un fond qu’il avait touché.

Où es-tu calibre ? Putain, pourquoi c’est si laid ? A vomir. Et lui alors, il se regarde, il se souvient peu à peu. De ce qu’il a fait, le sens de toutes ces balafres que l’on appelle tatouages. Il se revoit et les souvenirs comme des petites bulles au fond d’une bière éclatent dans sa bouche et laissent ce gout amer. Puis cette voix. ‘Shining ! C’n’est pas vrai ! Tu es en vie ?’ Apparemment oui. Il la prise dans ses bras, elle a pleuré de joie et… Il n’était pas même fichu de se souvenir de son prénom. Elle a bêtement souris et il la regardé avec tristesse. ‘Oh n’sois pas si triste… J’suis malade, mais c’est des choses qui arrivent. O dis moi, est-ce que ça se voit tant que ça ?’ Et lui, est-ce que ça se voyait ? Puis finalement, il apprend qu’ils l’attendent tous. Qu’ils seront heureux de le voir. Qui donc ?

Il parait qu’il ne faut plus avoir peur de personne, de rien. Que les lumières s’éteindront, tôt ou tard. Que le rideau tombera. Ce soir, c’est spécial. Ce soir, ils gagneront gros. Les russes veulent taper dans l’originalité. Ce soir, ils reçoivent. Des amis, des relations. Ils sortent le grand jeu. Les danseuses sont magnifiques. Puis pour fermer cette soirée, pour célébrer l’anniversaire d’un de leur enfant des acrobates, des dompteurs de serpents et pour finir cette ballerine contorsionniste. Il n’y avait qu’à attendre, la fin de soirée. Attendre qu’il soit minuit pour briller avant l’ombre. Se faire discret, ne pas se faire voir. Il n’était pas un visage qui passe inaperçu. Alors il est resté à l’arrière, il est resté dehors à attendre tout simplement. Fumant une clope nerveusement. Il est bien mieux ici ; à l’intérieur les coupes de champagne se bousculent sur les plateaux et il semble qu’il puisse entendre tinter les verres les un contre l’autre depuis l’endroit où il se trouvait. Un couple passe, ne le voit pas. Ils s’échappent joyeusement vers leur voiture et abandonnent leurs verres à peine sirotés sur les marches. Le diable est dans la place.

Il est longuement resté immobile. Puis après avoir jeté son mégot, il s’est approche et a attrapé l’un des verres. Il regarde l’or qui se trouve au fond. Il n’a qu’une envie alors… Une seule. Puis des talons claquent sur les marches, il se retourne et il a lâché le verre qui tombe au sol. Elle. Cette fille. Il se le rappelle de cette nuit sombre, cette agression. Cette peur dans son regard. Il semble alors que les fantômes ont envahi le regard de la brute qui aurait voulu se trouver ailleurs. Il aurait pu l’ignorer, mais c’était trop tard. « Faith… C’est ça ? Ce nom te va bien. » Articule sa bouche. Il la regarde tout simplement, va-t-elle fuir ? N’aurait-elle point raison après tout ? Les débris de verres les sépare, il est un peu plus haut et finalement, il décide de descendre, il est à sa hauteur. Il se souvenait si bien… C’était aussi ça, l’alcoolisme. Il la contourne. Bonne soirée, n’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Mar 18 Nov - 19:13

Il paraît qu'il reste des gens riches dans cette ville.
Des gens comme les maîtres de Babouchka, une chatte angora au superbe pelage blanc, dont Faith est la vétérinaire attitrée. Babouchka n'est jamais malade, non. Difficile avec les croquettes bios soigneusement dosées par la cuisinière de la maison elle-même. Les enfants de la maison, Dimitri et sa petite soeur Tania, sont très attachés à leur chatte, et font apparemment des caprices à leurs parents s'ils ont la moindre impression que Babouchka a quelque chose. A tort ou à raison.
Faith n'a jamais dissuadé Monsieur et Madame Pechkov de venir aussi souvent à son cabinet. Au contraire, elle leur confirme que c'est une bonne chose que d'être dans la prévention. Après tout, c'est de l'argent facilement gagné que de s'occuper de Babouchka. Il n'y a pas grand chose à faire, et les Pechkov ne rechignent jamais à la payer. Voire même, parfois, à grossir le chiffre lorsqu'ils se sentent particulièrement généreux. En contrepartie, Faith n'est pas considérée comme leur égale : à leurs yeux, elle s'imagine qu'elle est une sorte de domestique. Et elle ne s'en offusque pas, du moment qu'on la paye bien.
Mais à sept ans, Dimitri ne maîtrise pas encore bien ces subtilités sociales. A la fin de la dernière séance, tout en caressant Babouchka et pendant que sa mère s'occupe des viles transactions financières, il parle avec enthousiasme à Faith de la fête qui doit avoir lieu la semaine suivante :

- J'aurais huit ans et même que Papa va faire venir le cirque à la maison. Il y aura des clowns !

La petite Tania rajoute avec un grand sérieux :

- Et même des zacrobates.

Dimitri se fâche :

- Tais-toi, toi ! C'est ma fête d'abord ! Tu seras pas invitée !

- Maiiis !


Dimitri, pris d'une soudaine impulsion, se retourne vers Faith et lui demande :

- Et vous, vous viendrez ?

Faith regarde le petit garçon d'un air gêné. Elle sait que, socialement, cela ne se fait pas. Que l'on n'invite pas la vétérinaire de son enfant à son anniversaire. Madame Pechkov le sait aussi. Elle lève la tête soudain, et ses yeux croisent ceux de Faith. Cette dernière sait ce qui lui reste à faire. Elle tente d'expliquer à Dimitri :

- Tu sais, je crois que cette fête sera réservée à ta famille et...

Mais Dimitri n'est pas habitué à ce qu'on lui dise non. Il rougit et se met à crier :

- C'est pas vrai ! Il y aura plein d'amis de Papa que je ne connais même pas ! Je veux que vous veniez !

Il hurle, il hurle tant et si bien que Madame Pechkov se sent obligée de le faire taire en confirmant que oui, le docteur Ziegler serait invitée, et en lui donnant immédiatement l'heure et l'adresse de la fête. Plus un carton d'invitation qui traînait dans son sac à main. Puis elle part, traînant derrière elle Babouchka, Tania et Dimitri, qui part avec de grands yeux qui montrent sa joie de revoir la vétérinaire la semaine suivante.
Madame Pechkov n'a pas laissé de pourboire cette fois-ci. Faith ne sait pas si c'est pour lui faire savoir qu'elle n'est pas vraiment attendue à la fête. Avant d'appeler le client suivant, elle hésite. Ira-t-elle ? Elle pense au visage de Dimitri. Elle ne veut pas le décevoir. Elle ira.
Et puis, dans le fond, aller à une telle réception mondaine, cela lui plaît. Ce sera une occasion de s'habiller bien. De fréquenter un autre cercle, de faire de nouvelles rencontres.
Et voilà pourquoi elle se présente chez les Pechkov ce soir-là. Elle est partie plus tôt du cabinet pour soigner sa tenue. Talons hauts bleus, robe blanche en dentelle courte et pas trop décollettée. Elle a conscience de n'être qu'un satellite à cette soirée, et ne veut pas attirer l'attention de manière déplacée. Quant à ses cheveux, elle n'a pas eu le temps d'y faire plus qu'un rapide lissage. Cela ira. Elle n'est qu'une domestique de Dimitri en tenue de fête, après tout.
D'ailleurs, il y en a, des domestiques, des vrais. Tous en uniforme bleu roi. Pourquoi cette couleur vive ? Bonne question. La couleur préférée de Dimitri, peut-être. Tout est possible à des parents richissimes.
Elle se signale à un maître d'hôtel. Son nom est bien sur la liste. Madame Pechkov l'a comptée dans les invités, finalement.
Le repas ressemble plus à un dîner d'affaires qu'à un anniversaire de petit garçon. A la table centrale, il y a bien Dimitri, et un homme mûr qui lui ressemble assez pour être son père. C'est de ce dernier que les autres convives sont clairement des relations. Des hommes de pouvoir. Parmi eux, de dos, Faith reconnaît Wayne. Elle baisse la tête. Elle n'ira pas le voir, de toute la soirée. Et lui, trop loin, ne la verra pas non plus. Le pont entre eux s'est brisé, ils appartiennent à deux mondes différents. Lui le politique brillant, elle la vétérinaire de misère. Il n'y a plus rien qui les relie.
Tania et la mère de Dimitri sont installés à une autre table. Faith, elle, a été placée près du fond. En interrogeant ses voisins, elle n'a aucun doute sur la place que les Pechkov lui accordent. A sa droite, Rosa est couturière et confectionne des habits sur mesure pour Dimitri et Tania. A sa gauche, Ginger est leur préceptrice, pour l'histoire, la géographie et l'anglais. Pour les mathématiques, c'est Thomas, un grand homme un peu sec. Les professeurs de langues n'ont pas pu se libérer. Domestique, Faith est une domestique.
Le repas n'est pas prévu pour un petit garçon. Des plats raffinés, faits pour impressionner les adultes. Dimitri les boude, d'ailleurs. Le spectacle non plus n'a pas été pensé pour lui : les danseuses qui se contorsionnent ont des poses bien trop lascives. Les convives apprécient, Dimitri regarde son assiette.
A la fin seulement, on semble se rappeler que l'on fête un anniversaire de petit garçon. On pose devant lui un gros gâteau, montagne de crème fouettée et de sucre. Il souffle ses bougies. Monsieur Pechkov explique que ses cadeaux ont été placée dans un salon adjacent, qu'il les ouvrira plus tard. Qu'à cela ne tienne, Dimitri y file immédiatement. Dommage. Il ratera les numéros de cirque qu'il avait tant vantés à Faith une semaine plus tôt. Tania, elle, n'en perd pas une miette, surtout quand les "zacrobates" entrent en piste.
Une fois les numéros finis, Faith estime qu'il est temps pour elle de s'éclipser. La soirée était sympathique mais elle ne se sentait pas à sa place. Ne pas être au centre de l'attention, elle ne l'apprécie pas vraiment. Et il n'y avait aucune manière pour elle de faire jouer sa beauté : la hiérarchie était inscrite dès le départ avec les placements. Pas possible d'être Cendrillon dans ces conditions.
Elle descend les marches de marbre qui mènent de la porte d'entrée des Pechkov au trottoir. La nuit est déjà avancée, mais elle sait que ce soir, elle ne risque pas grand-chose. Elle habite elle aussi dans le French Quarter, un quartier sans histoires, même si son appartement n'est pas aussi luxueux que la demeure des Pechkov. Elle a cinq minutes à marcher, pas plus. Elle ne risque pas de faire de mauvaises rencontres, comme la nuit où cet homme tatoué l'avait agressée...

- Faith… C’est ça ? Ce nom te va bien.

Elle se retourne lentement, se disant que ce n'est pas possible, qu'elle a dû se tromper en croyant reconnaître cette voix. Mais c'est bien l'homme tatoué, vêtu de l'uniforme bleu roi des domestiques de la soirée. Il ne lui va pas. Pas dans le sens où il tombe mal. Mais il semble incompatible avec la personne qu'il recouvre. Une association impossible. Ridicule. Mais en même temps, ainsi habillé, il est moins effrayant. Cela dit, le contexte est bien différent.
Faith se demande l'espace d'un instant comment les Pechkov ont pû embaucher une personne avec un tel visage pour la soirée de leur fils. Sûrement n'ont-ils coché qu'une liste de noms dans une agence. Oui, c'est le plus probable.
Elle répond à sa question :

- C'est cela. Vous avez bonne mémoire.

Elle remarque soudain le badge accroché au revers de la veste de l'homme. Shining, il est écrit dessus. Faith s'interroge sur la signification de ce mot. Quelle fonction peut-il bien désigner ? Puis elle comprend qu'il s'agit du prénom de l'homme, et elle le répète à voix haute :

- Shining.

Elle commente après un temps d'arrêt :

- Drôle de prénom pour quelqu'un que l'on rencontre dans le noir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Sam 22 Nov - 14:09

Elle le détaille. Des yeux habillent. Un regard qui puisse juger. Elle est brillante. Elle n’a pas peur. Il n’est qu’une brute domestiquée dans cet accoutrement. Un déguisement qui ne saurait la tromper pourtant. Elle sait. Il sait. Il n’est qu’un monstre. Avait-elle seulement idée qu’il faisait en réalité parti du cirque, qu’il c’était simplement défilé. Comme un lâche. Une fois de plus. Incapable de jouer la comédie sans alcool. Qu’il n’était qu’une étoile éteinte. Sa mémoire ? Elle était défaillante. Un génie qui coulait. Il oubliait presque les formules du sérum qu’il avait créé, qu’il avait tenté de créer. Pour le bien de l’humanité. Quelle foutaise. Il n’ajoute rien ; l’observe tout simplement alors qu’elle lisait son nom. Sa réplique le fit légèrement hocher la tête avant de répondre pensif « Ma mère avait le sens de l’humour. » Il ne méritait pas ce nom, il n’était que noirceur. Il n’était qu’une ombre. Mais il ne l’avait pas toujours été. Pantin du désespoir. Il avait été une lueur d’espoir. Il avait été un chef de famille que leur foyer n’avait pas, et puis finalement, sans foyer ; il n’avait plus lieu d’être. Il ne souriait pas, il ne connaissait aucune raison de le faire. Avoir agressé cette fille ne le rendait pas fier, bien au contraire. Mais elle allait bien, c’était déjà ça de plus.

« Elle pensait qu’il n’y avait pas de croyance d’espoir sans lumière, ironique n’est-ce pas ? » Ce serait mentir que de dire que sa mère ne lui manque pas, il me disait pourtant qu’elle était bien mieux, là où elle était. Bien qu’il ne pouvait m’empêcher de croire qu’elle l’avait abandonné, qu’il aurait trouvé la force de se battre pour elle ; mais qu’elle n’en a pas eu pour se battre pour lui. Elle l’a laissé tombé, elle est morte. Comme sa sœur. Comme tous ceux qui comptaient finalement pour lui. La place de Shining ? Elle fut avec eux, il est resté. Même s’il se demande encore pourquoi. Il aurait bien mieux fait de sombrer. Mais il était encore là. Sans raison, aucune. Si ce n’était attendre alors. Le dernier train. Qu’il lui passe sur le corps. Que cela en finisse. Vite. Beaucoup plus vite. Il la regarde ; avait-elle seulement idée de l’homme qui se tenait en face d’elle ? Un homme de science qui s’éteignait. Non. Elle n’en aurait aucune idée. Comme tous les autres, elle ne verrait que ces tatouages qu’il s’est infligé de part d’autre de son corps, des cicatrices. Une beauté pour certains. Du dégout pour lui. Qu’on ne le reconnaisse pas, que l’on ne voit de lui, finalement que la chose qu’il était vraiment. Que ces sorciers le craignent, de ces créatures qui les angoissent dans les rues. Oui, il en portait le visage, sans en être un. Beaucoup plus rapide, plus intelligent. Il s’en était fait leur exterminateur. Alors qu’il n’était en rien un justicier. D’ailleurs, il n’était rien du tout.

Puis finalement, il décide de couper court à cette conversation. Que dire de plus ? Il n’y avait plus rien à voir. Plus rien à dire. Pourquoi voudrait-elle discuter avec lui après tout ? Elle ne devait pas avoir envie de le voir. Elle ne devait avoir que pour seul désir logique de le fuir. Lui, il l’avait fait trembler de peur. Lui, la bête. La brute. « Je vous souhaite une bonne soirée Faith. Rassurez-vous, je resterais dans l’ombre. » C’était sa place ; pour toujours. Il en était sortie, mai sil n’aurait point du. Il était là, payé à ne rien faire finalement. On lui avait confié cette tache bien heureuse. Rien. Tout comme il l’était. On lui disait qu’il viendrait, si l’on avait besoin de renfort puisqu’il ne voulait pas faire parti du spectacle. Il s’était assez donné au ridicule de son existence. L’on a toujours besoin de cabots en cas de conflits. Alors il était là, parfaitement inutile. Une pierre dans ces murs.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Jeu 27 Nov - 22:08

Shining semble comprendre la remarque de Faith, et ne pas s'offusquer de l'ironie qu'elle contient. Au contraire, il la reprend à son compte et ajoute :

- Ma mère avait le sens de l’humour.

La vétérinaire pense immédiatement que ce n'était probablement pas le cas. Une mère ne peut pas savoir ce que son enfant va devenir. Si elle a appelé son enfant Shining, c'est probablement pour qu'il suive les chemins de la lumière. Elle ignorait qu'il allait choisir l'ombre. Et d'ailleurs, l'homme le confirme en expliquant :

- Elle pensait qu’il n’y avait pas de croyance d’espoir sans lumière, ironique n’est-ce pas ?

Là non plus, Faith ne voit pas d'ironie. Si la mère de Shining en était convaincue... Mais elle ignore tout de lui. Peut-être vient-il d'un milieu familial où l'on est déjà si plongé dans le noir qu'on fait ce genre de blagues acides sur la tête d'un enfant. Ce n'est pas le cas de Faith. Elle explique :

- Je vois que nos parents avaient le même genre de convictions. Ma famille était très religieuse. Faith, c'est la foi. J'ai aussi des cousines qui s'appellent Hope et Heaven.

Elle ne les a pas vues depuis des années, depuis qu'elle a eu son accident. Hope a perdu l'espoir de la voir redevenir belle comme avant, et s'est détachée d'elle. Heaven a estimé que le paradis n'était pas fait pour les laids. Quand elle a quitté le Texas pour partir faire ses études à New York, elle n'a jamais éprouvé l'envie de les revoir. Même quand la foi s'est révélée triomphante et que ses cicatrices ont disparu.
Elle se sent proche de Shining tout à coup. Alors qu'elle devrait être terrifiée par lui après leur dernière rencontre. Mais l'uniforme et les lumières de la maison des Pechkov le rendent moins effrayant. Et puis, elle vient de se découvrir un point commun avec lui, ce qu'elle n'aurait jamais cru possible.
Ses chevilles commencent à la faire souffrir, et elle s'approche de Shining pour venir s'adosser à la rambarde qui longe les marches. Elle a l'impression que la conversation va durer. Mais non. L'homme tatoué semble chercher à y couper court, alors même qu'il avait provoqué la rencontre :

- Je vous souhaite une bonne soirée Faith. Rassurez-vous, je resterais dans l’ombre.

La vétérinaire le regarde quelques instants avant de comprendre qu'il la congédie. Comme la fois précédente, elle a du mal à croire qu'il la laisse partir. Dans la ruelle, elle avait ressenti du soulagement. Ici, c'est plutôt de la déception. Elle ne sait pas pourquoi, mais cet homme la fascine soudain. En rester là dans la conversation serait une occasion avortée.
Sa première réaction est l'ironie :

- Pourtant, vous n'y êtes pas particulièrement, en ce moment. Le manoir Pechkov vous éclaire de mille feux.

Faith en prend conscience au moment où elle prononce ces mots. Elle voit les tatouages de Shining mieux que jamais, elle en distingue les motifs. Que signifient-ils ? Est-ce une tentative de se renommer, de faire disparaître la marque de la lumière annoncée par son prénom ? De se transformer en cadavre pour faire disparaître l'espoir de la vie ?
Faith est prise de compassion, comme lorsqu'elle fait face à un animal malade. La comparaison ne serait probablement pas bien prise par Shining si elle l'énonçait à voix haute, mais c'est effectivement la même sorte de sentiment qu'elle ressent. Et qu'elle a du mal à éprouver face aux humains. L'homme, par sa multitude de tatouages, ne semble plus appartenir à son espèce, mais à une autre, dont il serait le seul représentant.
Elle secoue la tête. Elle va trop loin dans ses élucubrations. Néanmoins, elle a une idée derrière la tête. Elle demande à Shining :

- Si vous êtes dehors, c'est sûrement que vous avez terminé votre service, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Sam 29 Nov - 18:08

L’histoire de cette fille, habituellement, il s’en serait complètement fichu. Parce qu’il ne voulait plus s’intéresser à qui que ce soit. Mais il était bien là, en train de l’écouter. Chacun de ses propos venaient se loger dans sa boite crânienne. Etrange. Presque nouveau. Plutôt trop ancien. Toujours ce gout amer, après ce point commun mis en lumière, il promet de rester à l’ombre. Sa réponse est pertinente ; il l’observa un bref instant. La lumière le forçait alors à se montrer sous son meilleur jour ; du moins c’était l’impression que cela pouvait donner. Mais quelle impression peut-on donner avec un visage pareil ? Il était un monstre. Ni humain, ni zombi. Juste un rien, juste une poussière qui voletait et rejoindrait le sol. Tôt ou tard.  Son regard se pose sur elle, presque triste. Pensif. Il ne saurait dire, briller de mille feux. Voila une notion qui l’avait quitté depuis bien longtemps. Valdinguer tout simplement. Il ne répondait rien. Que dire après tout, il n’aimait plus qu’on le regarde tout simplement. Il se dégoutait lui-même, comment accepter le regard d’autrui. L’ombre était sa place. La seule.

Elle lui demande s’il a terminé son service. Il l’observa d’abord sans comprendre avant de répondre « Disons que je me suis vu l’heureux détenteur d’aucune tâche à accomplir… On peut comprendre aisément pourquoi, alors je vais rentrer oui… » La tentation sera là. Les alcools, les bars bruyants. Il se laisserait attirer, lui qui avait gouté à la lucidité. Un jour différent des autres. Difficilement supportable. Se rendre compte à quel point le monde était devenu dégelasse. Envie de vomir, nauséeux de vivre. Shining n’avait plus de gout à rien, juste le dégout. Pas la force de sourire, ni de pleurer. Vide. Comme le verre de sa vie. Il devrait le remplir alors. Pourquoi lutter ? Puis l’image d’Aeryn le transperce, pourquoi n’était-il qu’un monstre ? Il aurait voulu boire jusqu’à oublier. Mais l’oubli n’effaçait pas tout. Il avait violenté cette amie, il avait violenté cette inconnue. Il n’était qu’un chien enragé bon à piquer. « Mais la soirée est loin d’être terminée ; alors profitez… » Lui suggérait-il, puisqu’elle était invité ; elle avait probablement mieux à faire que de trainer avec lui. A vrai dire, s’il n’était pas la dernière distraction de ce monde, il y avait toujours mieux à faire. C’était son sentiment.

Après avoir descendu deux marches, il se tournait de nouveau vers elle. Comprenant enfin où elle avait voulu en venir, ses fonctions altérées par des mois d’alcoolisme sans interruption. Il avait bien du mal à émerger.  Il la regarde et ajoute « Vous êtes très jolie ce soir Faith, vous auriez tord de ne pas en faire profiter ce beau monde en vous joignant à l’ombre. » Depuis quand n’avait-il pas complimenté une femme ? Il ne savait plus même, la dernière fois qu’il en eut touché une sans lui faire de mal. Oh non, c’était bien trop lointain tout ça. Il était juste seul avec ces tatouages monstrueux, apocalyptiques. Il était une bien triste figure. Pas même l’ombre de lui même, pas même un souvenir de Candide. Avec un peu plus de lucidité que ces derniers temps, il se rendait bien compte que Candide n’était pas faite d’os et de chair pourrissante. Elle était faite d’idée qu’il n’avait su porter pour elle après sa disparition. Il avait abandonné, ce contentant d’être l’ombre d’un corps qu’elle n’était pas seulement. Elle avait toujours été plus que cela ; comment avait-il pu ne pas être à la hauteur ? Le chagrin pesait bien trop sur lui, le forçait à courber l’échine et attendre que la guillotine s’abatte sur lui. Il était interminable ce chemin qui conduit à la mort. A cette fin que l’on espère, appréhendé pour certain. La séparation du corps et de l’esprit ; la fin de souffrance sensorielle. La fin de la soif.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Dim 7 Déc - 10:53

La question semble déconcerter Shining. Il regarde Faith un instant avec des yeux vides, avant que ne s'y allume une étincelle et qu'il ne réponde :

- Disons que je me suis vu l’heureux détenteur d’aucune tâche à accomplir… On peut comprendre aisément pourquoi, alors je vais rentrer oui…

En effet, un serviteur ainsi tatoué ne devait pas être au goût des Pechkov... Et s'il rentre sur le champ, Faith va pouvoir formuler sa demande. Mais Shining reprend :

- Mais la soirée est loin d’être terminée ; alors profitez…

Continuer à faire la fête ? Non, Faith est fatiguée. Ce qu'elle veut, c'est rentrer chez elle. Shining insiste :

- Vous êtes très jolie ce soir Faith, vous auriez tord de ne pas en faire profiter ce beau monde en vous joignant à l’ombre.

Faith baisse la tête. Pas à cause du compliment : elle sait qu'elle est belle, les hommes le lui ont dit et répété. On s'y habitue, à force. Même si cela fait longtemps qu'elle n'en a pas pris dans ses filets, ce n'est pas si ancien pour que la moindre flatterie fasse battre son coeur.
Elle baisse la tête parce qu'elle sait qu'elle va refuser la proposition de Shining, qu'elle va le décevoir. Ici, en pleine lumière, il ne lui fait pas peur. Mais elle n'est pas prête à plonger dans l'ombre avec lui. Le monde sombre auquel il appartient, qu'elle a entraperçu dans la ruelle où il l'avait agressée, la terrifie. Elle veut bien parler avec le fragment détaché qu'est Shining, mais pas s'envelopper dans la nuit.
Elle répond sincèrement :

- Non, je suis désolée. Je préfère rentrer chez moi. La fête des Pechkov m'a déjà bien fatiguée.

Mais ce refus n'exclut pas sa propre proposition, qu'elle formule ensuite :

- J'habite à deux pas : vous pourriez peut-être me raccompagner. Vous êtes bien placé pour savoir qu'on peut faire des rencontres malheureuses en se promenant seule le soir.

A vrai dire, le French Quarter ne risque pas grand-chose : si Faith demande cela à Shining, c'est moins par peur que par envie d'avoir quelqu'un à qui parler pendant le trajet. Mais elle en rajoute, presque machinalement, afin de jouer sur la culpabilité de l'homme tatoué. Manoeuvre de manipulation simple à laquelle elle ne réfléchit que peu. Elle est habituée à en user ainsi auprès des hommes. Elle en rajoute même :

- Ce serait un prêté pour un rendu, en somme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Jeu 11 Déc - 20:13


Elle l’observe, il ne sait pas pourquoi elle hésite ? Il songeait qu’elle ferait bien mieux de rentrer à l’intérieur plutôt que de rester là, avec lui. A parler sur le perron avec un désespéré. C’est alors qu’elle s’excuse, il ne comprenait pas vraiment. Avant de prétendre que la fête l’eut épuisé, il n’était pas certain de tout comprendre à cet instant ; mais il n’était qu’un idiot d’ivrogne n’est-ce pas ? Alors pourquoi chercher plus loin. Il se contente de la regarder encore, dans cette grande impassibilité. Cette armure qu’il revêtait, pourtant derrière tout cela il était dans un état de souffrance que l’on ne pouvait pas soupçonner. Pas même un cœur dans ce torse robuste.

Il est assez étonné qu’elle lui demande alors de l’accompagner bien qu’il n’en montre rien, trop habitué à son aboulie d’alcoolique. Etrange boule au ventre que d’y penser sans cesse. Sa remarque ne manquait pourtant pas de mordant, il l’observe sans réagir d’abord. Quand elle sous entendu qu’il lui devait bien cela, il ne comprend pas les motivations de la jeune femme. Pourtant, il finissait par articuler un simple mot. « D’accord. » Il n’avait aucune force de luter, contre qui que ce soit. Pourquoi faire ? Il descendait en premier les dernières marches ; il ne dit au revoir à personne. Il ne reviendra pas travailler. Qu’allait-il faire ? Il ne savait pas, s’occuper lui avait semblé la meilleure issue pour ne pas sombrer de nouveau dans l’alcool. Pourrait-il vraiment lutter ainsi et s’en sortir ? Il en doutait.

Une fois en chemin, il trouva la force de dire quelque chose, après avoir balancé le badge dans un coin où se trouvaient quelques poubelles éventrées « Pourquoi vous ne me dénoncez pas ? J’aurais pu vous faire du mal, comme je l’ai fait à d’autre. » Il n’allait pas prétendre être blanc. Parce qu’il ne mentait pas malgré tous ces défauts. Se contentant de l’observer, il parait que dans le processus de sevrage, il est de tradition alors de demander pardon à tous ceux que l’on a blessés. Il ne pensait pas être prêt, ou seulement capable de le faire. Trop de personnes avaient souffert à cause de lui. Il faut apprendre à demander pardon, il n’avait jamais eu à le faire. Non pas qu’il fut parfait, mais il avait été un homme bien autrefois. Avant qu’on ne lui vole tout et que jamais il ne sache se relever. Toute cette violence, cette volonté de se détruire… Une façon de passer cette colère qu’il ne savait pas gérer. Il le savait, mais il ne pouvait pas lutter. C’était en lui. Etait-il devenu quelqu’un de profondément mauvais ? Il ne pouvait s’empêcher de le croire. « Qu'est-ce qui vous fasse pitié à ce point chez moi ? » Demandait-il, toujours aussi cruel envers lui même.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Lun 15 Déc - 17:20

Faith n'a même pas à insister. Shining accepte directement de l'accompagner, d'une manière qui brille par sa sobriété :

- D’accord.

Aussitôt, la jeune femme se décolle du mur. Pas la peine de s'attarder ici puisqu'il est convenu qu'il se mette en route avec elle. Elle fait deux pas, et ses chevilles douloureuses se rappellent à son bon souvenir. Son appartement n'est pas loin mais elle marchera lentement, c'est sûr...
Quelques mètres de plus et ils arrivent devant les poubelles des Pechkov. Shining détache son badge et le jette à l'intérieur de l'une d'entre elles. Ca y est, c'est fini : ni lui ni elle ne sont plus des serviteurs. Faith espère simplement qu'il n'a pas jeté tout son côté lumineux aux ordures avec ce carré de plastique à son prénom. Ils s'éloignent déjà des lueurs projetées par les fenêtres du manoir et alors que l'ombre grandit, la vétérinaire se demande si inviter Shining à l'accompagner était une si bonne idée que cela. Que se passera-t-il une fois qu'ils seront loin des regards ?
Mais elle se rassure lorsqu'il émet lui-même une objection de ce genre :

- Pourquoi vous ne me dénoncez pas ? J’aurais pu vous faire du mal, comme je l’ai fait à d’autre.

Un homme qui nourrirait de mauvaises intentions à son égard ne s'exprimerait pas ainsi, non ? En fait, il semble plutôt vouloir se faire du mal à lui-même. C'est sur un ton gorgé de mépris autodestructeur qu'il ajoute :

- Qu'est-ce qui vous fasse pitié à ce point chez moi ?

Bonne question. Pourquoi est-ce que Faith s'intéresse à lui, ne le fuit pas comme la peste ? C'est ce qu'elle a fait, aiguillonnée par l'instinct de survie, lorsqu'il l'a relâchée dans la ruelle. Mais pas aujourd'hui. Elle ne se comprend pas elle-même, mais les choses sont ainsi.
Elle commence par répondre à la première question, en haussant légèrement les épaules :

- Vous auriez pu me faire du mal, mais vous ne l'avez pas fait, au fond, non ? Je ne peux vous accuser de rien, à part de la peur. Et de nos jours, c'est une émotion qu'on ressent souvent...

Elle ne peut s'empêcher de repenser à cette soirée où le monde a basculé dans la folie, où elle a vu une femme la dévisager alors qu'elle était dans son appartement. Ce cri. Cette chanson qu'elle a entendue de l'autre côté de la porte d'entrée. Les longues minutes à attendre que quelque chose se passe. Et puis rien. Le lendemain, on a trouvé son voisin mort chez lui. Elle a eu bien plus peur que le soir où elle a rencontré Shining. On ne dénonce pas la terreur. Elle est devenue normale dans ce monde apocalyptique.
Mais Faith s'égare dans ses pensées. Il est temps d'être honnête avec elle-même. Pourquoi cet intérêt pour Shining ? Elle répond à voix haute en même temps que l'idée se forme :

- Et je vous trouve si différent de moi que cela en est... fascinant.

Le terme sonne un peu faux. Ce n'est pas vraiment de la fascination. Le mot est trop fort. Mais cela montre bien que cette attirance a quelque chose d'étrange, alors Faith ne le corrige pas. Elle n'a pas le temps d'en chercher un meilleur. Elle ajoute :

- C'en est presque un peu irréel. Comme vos tatouages. Ils vous rendent irréel.

Faith ne sait pas comment Shining va prendre cette remarque. Est-il susceptible quant aux dessins gravés sur sa peau ? Mais il semblait implorer de la sincérité dans son ton déchiré tout à l'heure. Alors il en a.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Sam 20 Déc - 12:12


Il ne l’avait pas fait, alors il était innocent en ce qui la concernait. Il n’en avait pourtant pas la sensation. Mais il n’ajouta rien. Parce qu’il n’y avait rien à dire. Ils marchaient à un rythme assez modéré et elle répondait. Ses explications sont assez farfelues à ses yeux, mais c’était un peu le sujet de toutes les conversations. Pourquoi ces tatouages ? Pourquoi  se bousiller à ce point ? Il l’observe en coin, les mains dans les poches avant de daigner répondre quelque chose. Même n’importe quoi. Ce qu’il répondait à chaque fois, par automatisme. Presque obligé de se justifier. C’était son corps, non justement, cela ne l’était plus. « Insensé ; voila ce que c’est. Comme la vie. » Dénuée de sens. C’était la seule explication qu’il donnait aux gens, parce qu’il ne voulait pas dire la vérité. Il ne voulait pas dire qu’il se détestait assez pour ne plus vouloir se voir comme un homme, juste un mort. Parce qu’il était déjà près à s’étendre dans son cercueil, qu’il avait déjà la tête de l’emploi. Au moins, cette gueule convenait pour une circonstance. Une seule. La fatale.

« Le seul sens de tout cela, c’est qu’il n’y en a plus. » Se regarder chaque matin, un tel supplice. Pourtant, il n’avait pas reculé de cette transformation et il avait fini de s’achever en se tatouant le visage. Les gens n’avaient pas idée de la douleur de ces milliards de piqures sur son corps. Et pourtant, il était resté là, stoïque. Accueillant la douleur comme si cela lui était mérité. Différent d’elle, c’était un euphémisme. « L’on est pour les autres l’image que l’on renvoie. Faith, vous êtes bien belle, mais votre image ne se limite pas cette beauté. A votre façon de marcher, votre manque d’assurance et cette façon que vous avez de me regarder en périphérique sans jamais vraiment me regarder en face. Tout laisserait croire que vous avez peur de moi, mais vous faites cela avec tout le monde, je le sais, parce que vous venez de regarder vos chaussures. Envie de se barrer ? Croyez moi, elles seront adaptés vos godasses pour vous faire courir. Seulement, nous ne l’ferez pas. Parce que vous avez envie de me prouver le contraire et qu’alors je suis contrains d’admettre que vous êtes plus forte que vous ne le laissez croire. Quant à moi, je sais bien ce que je renvoie. Vous pourriez me le dire, je n’en serais pas étonné. » L’image d’un homme brisé, qui jouait avec la poésie de l’autodestruction. Un homme qui souffrait et qui s’enfermait, qui faisait le mort. Un homme bien las, qui n’espérait plus rien. Un type bien minable qui pourtant gardait une ombre de dignité même s’il n’y croyait plus. Il savait qui il était, qui il n’était plus. Il n’a pas voulu la mettre mal à l’aise, mais il ne culpabilise pas de décliner son portrait même s’il ne la connaissait pas. Ce n’était que l’image après tout, elle pouvait être une toute autre personne que ce qu’elle laissait voir dans sa façon d’être. Elle pouvait être ce qu’elle voulait.

« Excusez moi si cela était déplacé ; vous m’avez posé la question. Je ne suis pas plus que vous puissiez voir à cet instant. » Les gens ne prennent plus le temps de se regarder, de s’analyser. L’on se posait des questions sans creuser. Alors finalement, l’on est l’image de soi. L’on est ce que l’autre veut et l’on garde ses trésors bien cachés. Sombres, parfois des pierres précieuses. Parfois de vulgaires cailloux. On se contentait de dire que ses tatouages étaient répugnants, que c’était inhumain de faire une chose pareille. Soit, il n’était plus humain alors.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Mer 24 Déc - 16:43

Le mot "irréel" avancé par Faith ne semble pas convenir à Shining. Il le corrige en s'exclamant vivement :

- Insensé ; voila ce que c’est. Comme la vie.

Sa voix se fait plus calme pour ajouter :

- Le seul sens de tout cela, c’est qu’il n’y en a plus.

Puis il se lance dans un long monologue, qui contraste avec les phrases brèves qu'il avait prononcées jusqu'alors :

- L’on est pour les autres l’image que l’on renvoie. Faith, vous êtes bien belle, mais votre image ne se limite pas cette beauté. A votre façon de marcher, votre manque d’assurance et cette façon que vous avez de me regarder en périphérique sans jamais vraiment me regarder en face. Tout laisserait croire que vous avez peur de moi, mais vous faites cela avec tout le monde, je le sais, parce que vous venez de regarder vos chaussures. Envie de se barrer ? Croyez moi, elles seront adaptés vos godasses pour vous faire courir. Seulement, nous ne l’ferez pas. Parce que vous avez envie de me prouver le contraire et qu’alors je suis contrains d’admettre que vous êtes plus forte que vous ne le laissez croire. Quant à moi, je sais bien ce que je renvoie. Vous pourriez me le dire, je n’en serais pas étonné. Excusez moi si cela était déplacé ; vous m’avez posé la question. Je ne suis pas plus que vous puissiez voir à cet instant.

Faith a écouté les paroles de Shining, sans comprendre où il voulait en venir. Quand il se tait, elle prend un long moment pour y réfléchir et tenter de deviner ce qu'il cherche à lui dire. Il semblait parler de lui, dire que ses tatouages sont un reflet de son passé qui ne lui correspond plus actuellement. Et voilà qu'il parle d'elle. De sa beauté, de sa peur, de l'envie de la combattre. Et puis de lui, à nouveau.
Elle n'a pas compris ce qu'il a dit sur elle, mais en même temps elle ne se comprend pas non plus. A-t-elle peur ou non ? Pourquoi reste-t-elle là ?
Alors elle se raccroche à ce qui semblait clair. Quant à moi, je sais bien ce que je renvoie. Vous pourriez me le dire, je n’en serais pas étonné. Ca ressemble à une invitation à dire ce qu'elle pense. En tout cas elle l'interprète ainsi. Il vient de lui dire le fond de sa pensée sur elle, même si cela était trouble. A elle de se lancer.
Elle ne sait pas vraiment ce qu'elle va dire quand elle ouvre la bouche, elle se laisse porter par les mots qui sortent :

- Je vois... Je vois un homme avec des tatouages, oui. Quelqu'un qui a sûrement un passé lourd, qui l'a poussé à changer de corps.

Les tatouages représentent les organes internes d'un homme, elle l'a bien remarqué. Alors elle se permet d'aller plus loin :

- Qui l'a poussé à s'écorcher symboliquement, pour arracher son ancienne peau. Mais quand il a terminé, il s'est rendu compte qu'elle était toujours en dessous, qu'il n'avait pas changé autant qu'il l'espérait. Je vois quelqu'un qui a souffert.

Elle se reprend, se rendant compte de la crudité des mots qu'elle vient de prononcer :

- Mais je me trompe peut-être. J'ai beaucoup d'imagination.

Et puis elle se lance, elle annonce sa blessure :

- Vous savez, j'ai changé de tête moi aussi. Deux fois. Je sais ce que ça fait.

A la voir comme ça, elle sait que Shining ne la croira pas. Ou alors, qu'il pensera qu'il parle d'une simple chirurgie esthétique, voire d'un passage chez le coiffeur. Et pourtant non. Même si cela n'est pas aussi évident que pour son interlocuteur, son corps et elle sont en conflit. Et c'est lui qui gagne : il décide de son apparence. Ce sont ses caprices. Elle, elle n'a qu'à s'en accommoder.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Ven 2 Jan - 14:43

Il ne savait pas lui-même pourquoi il disait tout cela, à croire que la lucidité le rendait plus loquace, voir même logorrhéique. Le cadavre ambulant qu’il était devenu, semblait plus sociable sans une goutte d’éthanol dans le sang. Quand elle lui dépeignit le portrait au travers de son regard. La vérité surgissait. Si évidente. Il était devenu évident. Mais il n’y avait pas que la souffrance, il y avait de la culpabilité. Alors, ainsi il ne la reflétait pas ? C’était bien dommage, parce que c’était la sensation qui lui tordait le plus les entrailles. Ce qu’elle avait dit pourtant, était vrai. Quand elle lui fit savoir qu’elle avait probablement trop d’imagination, il se contente d’hausser les épaules. L’on n’en a jamais assez pour atteindre les étoiles. Voila ce qu’il aurait répondu il y a quelques années déjà. Mais les étoiles sont trop loin, parce qu’il était enchainé au sol. Enchainé à ses peines, ses souvenirs.

C’est alors qu’elle lui confia avoir changé de visage. Deux fois. Shining ne su décrire les émotions que le parcoururent à cet instant. Un coup de sang. Il aurait pu lui faire mal, Tellement mal. Mai sil se contenta de froncer les sourcils et de mettre un terme à cette marche. « Putain quel con… » Oui, il avait vraiment pensé s’adresser une semblable. Une humain quoi. Pas une putain de sorcière ou il ne savait pas. Cruelle mélancolie. Elle parlait de sa peau de ses peines, comme si elle savait. Et si c’était elle. Qui avait torturé sa sœur ? Hein ? Pourquoi pas après tout ? Pourquoi ce visage lui avait parut si familier ? « Qu’est-ce que tu es ? Hein ? T’es l’une des leurs ? Qu’est-ce que tu veux ? » L’éventrer, le tuer ? Lui aussi peut-être, l’éviscérer. Sale monstre. Il voudrait la tuer. Mais qu’elle fasse alors. Il ne voulait plus croire aux coïncidences. En fait, il n’y avait jamais vraiment cru.

Le ton a changé, presque agressif. Mais surtout emprunt d’amertume. La frustration de s’être laissé manipulé par cette… Il ne savait quoi. Sorcière probablement. Leur gouvernement ne servait à rien. Les monstres gagnent ici. C’était leur règne. L’humanité s’éteindra avec eux. Il en était persuadé. Il ferait mieux de s’en aller d’ici. Mais pour aller où ? Pour faire quoi ? Il en avait assez de fuir, il n’était pas ivre. Il n’était pas fou. Il était entier, c’était peut-être ce qu’elle voulait. Ce qu’ils voulaient tous. Paranoïaque. Brisé. Seulement à bout de force. Epuise de vivre, de se battre pour une cause qui n’existait plus. Pour un passé qui ne reviendra jamais. C’était de sa faute tout ça ; le prix à payer. C’était de sa faute, si les monstres s’en étaient pris à lui. Ne lui restait alors qu’à subir. Malgré la douleur, se trainer. Merde, qu’elle lui arrache la peau si c’était ce qu’elle voulait. Il n’avait plus aucune arme pour se défendre, c’était terminé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Sam 17 Jan - 11:12

Alors que Faith s'imaginait que ses confidences la rapprocheraient de Shining, lui montrerait qu'ils ne sont pas si différents qu'on aurait pu le croire, qu'ils ont quelque chose en commun, le tatoué a une réaction totalement contraire à ce à quoi elle s'attendait. Il s'exclame en effet :

- Putain quel con…

Faith serre ses épaules, comme si elle avait été frappée. A vrai dire les mots ont claqué comme un fouet. Un rejet, net, précis. Elle a dit quelque chose de mal, mais elle ne sait pas quoi. Situation étrange : elle maîtrise le plus souvent le déroulement des conversations. Pas avec Shining... Et pas quand elle parle de son corps, qui se montre une fois de plus son ennemi.
Le ton du tatoué se fait carrément aggressif quand il lance :

- Qu’est-ce que tu es ? Hein ? T’es l’une des leurs ? Qu’est-ce que tu veux ?

Il a une lueur mauvaise dans le regard. Faith sent que quelque chose a basculé en lui, qu'il pourrait lui faire du mal. Comme lors de leur première rencontre. C'est exactement la même chose : il l'accuse d'un méfait qu'elle n'a pas commis, et dont elle ignore jusqu'à l'existence. Car elle ne comprend pas de quoi il parle...
Elle redevient l'oiseau apeuré qu'elle a été lorsqu'il l'a agressée la première fois. Elle sait qu'avec ses talons et sa petite robe, elle n'aura que peu de chances de s'en sortir si Shining décide de la poursuivre, même si elle est moins loin de chez elle que la dernière fois.
Instinctivement, elle s'écarte de son voisin et elle lève vers lui des yeux écarquillés par l'incompréhension. Etre rejetée alors qu'elle confiait sa plus grande blessure lui fait mal. Elargit encore les bords de cette plaie qui court le long de son coeur. Elle en pleurerait presque. Elle bredouille :

- Je... Je ne comprends pas.

Elle se lance dans un plaidoyer, moins pour être épargnée du mal que Shining semble prêt à lui faire que pour essayer d'être entendue. Vraiment entendue. Elle parle sur le ton de la supplique :

- Je ne fais partie d'aucun groupe, je ne veux rien. Je ne sais pas ce que je suis. Je suis née belle, mon visage a été détruit, et un beau jour, des années après, il s'est modifié à nouveau pour former le masque parfait qu'il est aujourd'hui. Je n'ai rien fait pour cela, et je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé.

Voilà, peut-être que c'est plus clair maintenant. Qu'elle n'est pas en faute, qu'elle est juste une victime de ce monde fou, où même l'identité n'est plus une propriété personnelle...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Jeu 22 Jan - 12:15

Elle ne comprenait pas prétendait-elle. Mais il n’arrivait pas à la croire. Il n’en pouvait plus de tous ces monstres. Le monde était devenu leur grand carnaval. Son récit est étrange. Il a du mal à le concevoir. Quelle créature était-elle ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien y faire si ce n’était la tuer ? Non. Il ne le ferait pas. Il était furieux. Mais s’il avait épargné Li, pourquoi pas elle ? Pourquoi pas tous les autres ? Cela n’avait plus le moindre sens. Il la dévisage. Naitre belle, puis détruite et renaitre. Voleuse. Il n’en était pas certain. Elle a peur de lui. Alors, dans cette rue il se rend bien compte que de eux deux. Le monstre ; c’était lui. C’était ce qu’il était devenu. Ce que la vie avait fait de lui. Ce qu’il avait laissé faire de lui.

« J’n’y crois pas… » Répondait-il. Abasourdi. Comment avait-il pu sympathiser avec elle. Car oui, même si le terme était fort, à l’échelle de cet homme, c’était de bel et bien de la sympathie qu’il avait éprouvé pour cette fille. Secouant la tête ; il se sent si stupide. Génie brisé. Géni débile. Qu’il crève, puisque le monde ne voulait que ce jouer de lui. Et dire que pendant ce temps, il crevait de soif. Il voulait boire. C’était trop dur. Si soif. Si sec. Il se serait noyé pour se sentir mieux. Pour ôter cette peine supplémentaire qu’il s’infligeait. « Tu ne vas pas essayer d’me faire croire que t’es humaine… » Si, c’était bien ce qu’elle essayait de lui faire croire. Mais elle ne l’était pas. Il était en rage, elle avait voulu le tromper. Mais pourquoi se fâcher après tout. Le méritait-elle seulement ? Elle se riait de lui.

« J’ai connu assez de monstres dans ma vie, pour les reconnaître. A tel point, que j’ai cru devenir comme eux. » Mais il le savait, qu’il était encore humain. Qu’il n’avait pas basculé. C’était tout ce qui lui restait. Cela, la vie et l’alcool. Mais il venait de se supprimer la dernière. Ensuite, viendra la vie. Et il ne lui restera que sa nature humaine derrière ces nombreux tatouages. Sa voix a retrouvé son calme. Il ne lui fera rien. Mais il ne pouvait plus l’accompagner. C’était au dessus de ses forces. « Quand tu détruis une vie ; es-tu seulement capable de culpabilité ? » Qu’elle le détruise alors si c’était ce qu’elle le voulait. Il ne se défendra pas. Il ne criera pas. Il attendait la mort, comme une vieille amante qui l’avait laissé de coté trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Dim 8 Fév - 10:53

Non, Shining ne comprend toujours pas. Elle parle en vain. Il la regarde avec de grands yeux abasourdis et dit :

- J’n’y crois pas…

Et les attaques injustifiées, incompréhensibles, recommencent. Impossible de s'en sortir. Le tatoué a un ton mauvais quand il lance à Faith :

- Tu ne vas pas essayer d’me faire croire que t’es humaine… J’ai connu assez de monstres dans ma vie, pour les reconnaître. A tel point, que j’ai cru devenir comme eux.

Un monstre, carrément. La peur de Faith se transforme en colère. Comment peut-il la juger ainsi, sur son apparence ? Elle n'a rien fait, juste parlé. Et exposé ses faiblesses. Elle refuse cette image qu'il tente de plaquer sur elle. C'est trop grotesque. Comment lui, qui ne semble pas un modèle d'équilibre, peut-il se permettrre de lui donner des leçons ? Et dire qu'elle a essayé de le comprendre. Qu'elle s'est sentie proche de lui. En fait, c'est juste un fou. Elle aurait dû se fier à sa première impression en voyant son corps couvert de tatouage, et le rejeter. L'éviter en le revoyant à cette soirée, pas lui demander de la raccompagner. Le monstre, c'est lui. Pas elle. Pas elle. Elle ne peut accepter cela.
Dans le fond, elle sait que ce qu'elle a perçu de lui il y a quelques instants, avant que la discussion ne bascule, est vrai. Qu'il est plus complexe que cela. Mais la colère monte en elle et ravage tout le reste.
Aussi, quand il lui pose une nouvelle question accusatrice :

- Quand tu détruis une vie ; es-tu seulement capable de culpabilité ?

Elle répond immédiatement, acerbe :

- Je n'ai détruit aucune vie, d'accord ? Je suis vétérinaire, mon boulot c'est d'en sauver. Je ne sais pas d'où tu penses que je suis un monstre, mais tu te trompes.

Dans son emportement, elle poussa même l'audace jusqu'à ajouter :

- N'essaie pas de me prendre pour responsable de ta propre destruction. Moi, je n'y peux rien. Tu peux m'accuser de tout ce que tu veux, je m'en fiche. Ce ne sont pas les paroles d'un fou qui vont m'atteindre.

Et elle se mit à marcher plus vite, décidée à laisser cet incident derrière elle. C'est alors que la peur la rattrapa. Shining et elle étaient loin de la fête à présent, mais pas encore proche de chez elle. Il n'y avait plus personne, elle était en talons, désarmée. Elle aurait peut-être dû réfléchir avant de parler...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Maya the Psychic ▬ Faith & Shining   Mer 11 Fév - 23:38

Elle rétorque. Avec rage. Colère. Il la dévisage avec haine. Il hait ce visage. Plus que n’importe lequel à cet instant. Oh non, il ne mettait pas son malheur sur ses frêles épaules. Non, il le mettait sur elle et tous ces semblables. L’on ne change pas de visage par magie, à moins d’appartenir à leur monde. Monstre. Voila ce qu’elle était. Elle devait bien se nourrir, d’une façon ou d’une autre. Monstre. Qu’elle meurt. Il l’observe s’éloigner. Sans rien dire. Son regard sombre la croise. C’est atroce d’être lucide. C’est atroce de vivre tout simplement. Il avait oublié à quel point cela l’était. Il avait oublié parce qu’il c’était laissé emplir d’ivresse. Imbibé d’alcool et tamiser la noirceur de ce monde. Le rendre tout à fait obscur. Dans le noir, l’on ne distingue rien. Ni le bien, ni le mal. Il aurait pu être n’importe quoi dans le noir, il aurait pu être mort tout simplement. Les paroles d’un fou. Oui, il était fou. Fou de rage. Il observa sa silhouette partir, elle était de plus en plus éloignée. Si rapidement. Elle avait peur. Il pouvait presque le sentir, tant la scène respirait son angoisse. C’était lugubre à souhait. Il soupire. C’est peut-être lui le monstre. Quand il regardait cette femme craintive, sa démarche peu assurée. Sa colère qui n’était qu’une défense de son organisme pour évacuer le stress face au danger. Face à l’ennemi.

Il se détourne alors, la laisse lui échapper. Il ne veut pas faire justice, parce qu’il n’est pas la loi. D’ailleurs, il hait cette loi. Ce gouvernement. Il l’enterrait. Il se sentait étouffer. Ne pas boire était une chose atroce pour Shining. Il se sentait sec et sans âme. Il n’avait plus même de vagues où se noyer. Ces vagues caloriques qui achèveront sa cervelle ou finiront par lui boucher une artère. Il allait mourir. C’était quelque chose à laquelle il ne s’y fera jamais. L’alcool faisait bien trop partie de son quotidien, de son mode de fonctionnement. L’alcool était introduit à présent comme une substance vitale. L’on ne se défait pas d’une substance vitale. Il repartie alors, sans but. Ne pouvant se résoudre à rentrer chez lui, encore bien trop secoué par la force de la lucidité. Celle qui allait le tuer.

Terminé x3
Revenir en haut Aller en bas
 

Maya the Psychic ▬ Faith & Shining

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» .SHINING STAR
» Studio suisse cherche un Animateur 3D Maya !!!
» [JOB] Formateur 3D logiciel Maya
» Rendu reseau - Backburner+Maya+OSX - Probleme de path.
» Maya motion vector & mental ray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-