AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Dim 16 Nov - 11:10

Cinquième jour d’Abstinence.

L’air est irrespirable, nauséabond ; il est dépourvu d’oxygène. A chaque fois que ses poumons se déploient, ce n’est que poison qui s’engouffre. Qui le ronge. Qui le gagne. Qui l’emporte. Il avait si chaud, sa peau le brulait. Il avait la sensation qu’elle se déchait. Shining est sec comme jamais et pourtant l’eau sort des pores de sa peau. Il ne peut plus dormir, les cauchemars se font si violents. Sans cesse. Du sang, Aeryn, un carnage, Candide… Des cris, des pleurs, supplication. Pourquoi ça n’en fini pas ? Combien de temps, devrait-il encore supporter tout cela ? Chaque endormissement s’accompagne de sursaut, il ne sait plus quoi faire. Il est sorti comme ça, ne pleine rue. Torse nu, marchant sans trop savoir vers où. S’agitant, bougeant sans raison. Sans but, sans destination. Juste à la recherche d’un endroit où il irait mieux, où l’air est respirable. Sa mâchoire claque, il ne sait plus quoi faire. Il a soif putain. Il ne sait plus où il est. Où il habite. Pourquoi ce n’est nulle part ? Doit-il se coucher là, dans cette poubelle ? Il y a du sang au sol, il en voit partout. Des boyaux qui tracent son chemin. Ils ne sont pas réels. Des rires, puis finalement des aboiements. Il sent son cœur s’emballer. Les chiens sont là. Puis finalement, il la voit l’araignée immense. Barrant la rue, alors il a sorti son flingue, mais ses doigts tremblent. Les araignées sont-elle à l’épreuve des balles ? Son cœur l’était bien.

Il l’avait sent, des le troisième jour. Cette monté d’hyperactivité, il pensait que c’était normal. Mais il allait mourir, il avait besoin de soin. Il avait laissé les jours courir, déstabilisé par la seule absence de sa sœur. Comment avait-il pu sauver la vie d’un monstre ? Il n’avait plus soif, si ; il avait soif. Oh il ne savait plus. Il déboulait dans cette rue, quand il fut bousculé par cette blondinette qu’il est incapable de reconnaître ; sa peau luisante de transpiration, son corps entier tremble et il ne prononce pas un mot. La regarde, se relève. Ne l’aide pas. Elle va bien, elle ne comprend pas. Lui non plus. Il a relevé les yeux, il a vu ces chimères. Il la vit passer alors, noire et enflammée Cette licorne qui vient des tréfonds de l’enfer. Pour lui. Elle passe seulement et il s’est simplement replié contre le mur. Le cœur battant. Pas encore elle. Oh non, il l’avait vu. Endormi. Elle était là, il ne dormait point. Puis elle a disparue. Il respire mal. Tiens sa tête, entend rugir les lions dans son système vestibulaire. Il devient fou.

Quand il regarde derrière la blonde, il vit passer quelques hippopotames rosés qui firent un boucan infernal. La Nouvelle Orléans est devenue une savane diabolique. Tenant son arme maladroitement, tremblotant. Puis le fer lui échappe. Il tombe au sol et il sent que son cœur va finir par s’emballer. Il va mourir là, sous le rire des hyènes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Ven 21 Nov - 15:16

    Et voilà une journée qui se termine, une journée assez calme, une journée qui ne m'a pas permis de m'amuser comme je le désirais mais bon, il n'y a pas encore eu de mauvais incidents. Le Masquerade et mon appartement n'étaient pas bien loin l'un de l'autre, alors même le soir, je me rendais à pied à celui-ci. Il se trouvait dans le même quartier, alors si parfois, je pensais que quelqu'un me suivait, je me prenais à courir jusqu'à mon appartement, histoire d'être plus rapidement en sécurité alors qu'il n'y avait jamais personne, ou alors des animaux errants parfois, ça arrivait, mais rien de transcendant. Pourtant, alors que je sortais du cabaret, j'entendis un bruit suspect, comme un bruit de combat et c'est là que je le vis, cet homme tatoué qui était venu au Masquerade et qui avait fini ivre mort ou presque après avoir bien amoché un type. A moins qu'il n'est rien fait, qu'il ne s'était simplement qu'amuser à lui en faire voir de toutes les couleurs verbalement. Que faisait-il là ? En plus de cela, il était à moitié habillé alors que la nuit était là. Certes les températures sont rarement mauvaises, mais quand même. Il devait être dans un état second pour être habillé de la sorte, dans la rue. Puis, il me fonce dessus, sans vraiment s'en rendre compte. Je m'écarte de lui, je vois qu'il a un flingue. J'essaye de ne pas faire de gestes brusques même si je doute qu'il soit en état de tirer et de viser, mais un coup partie malencontreusement pourrait me faire mal, me blesser et je n'en ai pas envie. Il ne parle pas, il ne dit pas un mot, son corps tremble, il transpire comme s'il était en train de faire un mauvais trip. Peut être a-t-il pris de la drogue ? Je n'en sais rien, mais avec ces tatouages ressemblant à un squelette, il fait froid dans le dos. Je ne savais si ceux-ci recouvraient l'intégralité de son corps, mais il semblerait que cela soit le cas, vraiment. Quel était l'intérêt d'agir de la sorte ? Peut être qu'au fond, il n'aimait pas son corps et qu'il avait voulu le modeler à sa manière. En tout cas, cela ne me viendrait pas à l'idée de me faire tatouer sur tout on corps, l'idée même d'un tatouage ne me plaisait pas mais ce n'était évidemment pas son cas. Mais l'homme ne semble même pas me regarder moi, il semble regarder derrière comme s'il voyait des choses qui n'étaient pas là. Il était dans un état second. Je ne savais pas comment agir. Je l'avais déjà vu au Masquerade, mais je ne connaissais même pas son prénom. Je ne pouvais pas l'apostropher par celui-ci pour le faire revenir à la réalité. Mon appartement n'était qu'à deux pas d'ici, je pourrais le laisser là, il ne pourra pas aller bien loin. Alors je fais un pas, puis deux, mais je m'arrête. Je ne peux pas le laisser la. Mon coeur me dit de faire quelques choses, mais mon esprit me dit de m'en aller loin, car je n'ai pas d'ennuis à m'attirer avec ce type. Je mène alors un combat intérieur pour savoir quoi faire, mais finalement, mon coeur l'emporte sur mon esprit, je vais essayé de faire quelques choses.

    " Hey là, calmez-vous, je vous en pris et lâchez cette arme vous pourriez faire mal à quelqu'un. "

    Je me suis approchée de lui, je suis à côté de lui, je tends ma main vers lui pour qu'il lâche l'arme et qu'il me la donne. Je ne sais pas si sa réaction sera positive à ma voix et à mes gestes, mais je n'ai pas grande chose à perdre, si ce n'est de me prendre une balle perdue. Mais comme si je suis placée cela ne devrait pas arriver enfin, peut être qu'il va agir de manière si imprévisible qu'il va m'en mettre une entre les deux yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Jeu 27 Nov - 10:14

Elle s’approche. Comme une funambule. Ne voyait-elle pas qu’elle marchait sur les cadavres des papillons déchus, d’argent et de noir. Il ne savait pas ce qu’l faisait. En avait-il seulement besoin ? Le monde était brutalement devenu étrange. Abjecte. Elle est à coté, demande son arme. Il est au bord de l’agonie. Blesser quelqu’un. Mais lui, il était déjà mort n’est-ce pas ? Les morts ne font de mal à personne. Pas une ombre… Quoi que, dans ce monde ci. Il fallait même se méfier de son ombre qui pourrait bien vous étrangler dans votre sommeil. Il ne voulait pas lui mettre une balle dans le buffet, il voulait se défendre. Contre les chevaux noirs, apocalyptiques rhinocéros. Sa main tremble, secoué. Les scorpions courent le long des murs ils vont piquer. Empoissonner. Tout sera terminé. Il a tendu la main, elle a prit son arme. Il est livré à lui-même, maintenant. Pas même le métal ne viendrait le protéger. Puis finalement, méritait-il d’être secouru ? Il hallucinait, mais la blonde s’en rendrait-elle compte.

« Il faut partir… Les… Les lions… » Tissu d’incohérence. Délirant. Réalité désabusé. Formulée. Sa réalité. Son cauchemar éveillé. Somnambule.

Il n’y avait pas de mot pour décrire ce qu’il voyait, ce qu’il ne voulait pas décrire. Trop effrayant, paralysant. Son cœur bat trop fort, il pâlit derrière la couche noire de son épiderme. Il tremble. Il ne sait plus que faire, se livrer aux diableries de son esprit. Il se laisserait emporter. Puis finalement, il sent cette main sur son bras. Quelque chose de chaud, d’humain. Tellement doux. Presque ensorcelant. Comme s’il pourrait se soustraire à ses démons, une brève seconde au travers de ces yeux là. Il regarde, il respire. Ou il ne respire plus. Il ne sait pas. Il la regarde, ne la reconnaît pas. Puis les traits de ce visage se métamorphosent. Elle n’est qu’une hyène. Il meurt. Des millions d’oiseau au fond de ses prunelles, hurlent de joie de lui bouffer les entrailles. Alors voila, il va mourir. Dans cette symphonie étrange de rugissements animales, qu’ils agitent le silence de la Nouvelle Orléans. Il est à eux. Il est eux. Il n’est plus humain, il est gibier. Il ne peut plus penser. Le délirant. Il ne peut plus raisonner, le génie. Mort. Cerveau putride. Pauvre cadavre sans but. Sans raison. Sans volonté.

Il a fermé les yeux, il a battu ses paupières. Lutter contre l’obscurité, voir la mort. Voir les taches dorée dans le sang qui coulent le long des murs. La mort est partout, c’est la vie. Avant le néant. La séparation du corps et de l’esprit. La libération des pensées car enfin ; il n’y avait pas pire parasites que les sensations. Une pensée sans sens ; une pensée digne. Il la vit de nouveau, crinière blonde. Agité. Un serpent autour de la gorge, elle ne veut pas s’en débarrasser. Elle étouffera, il sera le prochain. A moins qu’il ne fut que le premier. Il a serré sa main, sans même s’en rendre compte. Juste par reflexe, juste pour garder conscience alors encore, de son être. Il ne l’avait pas quitté ; pas encore.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Jeu 27 Nov - 21:39

    Je ne sais pas ce qu'il lui prends, mais visiblement, ça ne va pas, ça ne va pas du tout même, il ne se sent pas bien, et puis cette arme, il pourrait faire du mal à quelqu'un, à moi, à un autre. Alors je lui dis de se calmer et de me donner son arme, il le faut, tout simplement, il le faut, c'est aussi simple que cela, il doit me donner son arme pour qu'il ne blesse personne. J'essaye de comprendre son délire mais je ne pense pas en être pleinement capable, parce qu'il n'y a rien de logique dans celui-ci. Il me tends néanmoins son arme, comme s'il comprenait qu'au moins, il n'aurait pas à blesser quelqu'un avec cela. Il tremble, je le vois mais je n'en connais pas la raison. Peut être qu'il a prit un peu trop de drogue et qu'il ne sait pas où donner de la tête, peut être que je me trompe, peut être qu'il est en manque. C'est si difficile à juger de là, où je suis. Je ne sais pas ce qui se passe dans sa tête, c'est d'une étrangeté sans nom, j'en ai bien conscience. Il essaye de me dire quelques choses il me dit qu'il faut partir, qu'il y a des lions dans le coin ou quelques choses dans ce genre là. Mais il n'y a rien, rien du tout, rien de ce genre mais lui, il semble les voir. Devrais-je tenté de lui expliquer qu'il n'y a rien à craindre ? Que les lions sont bien en cage et que n'avons pas à leur tirer dessus, ou sur quoi que ce soit d'autres. Il semblait être en plein cauchemar. Comment me voyait-il, moi ? Peut être que je faisais partie de ces menaces qu'il voyait ? Non, pourtant, il m'avait bien donné son arme, il me voyait comme quelqu'un de confiance sinon il n'aurait pas agit de la sorte, n'est ce pas ? Il ne me l'aurait pas donné si facilement. Il semblait voir des animaux sauvages : des lions, et peut être d'autres dans le même style. Il avait du mal à parler et puis ce qu'il semblait dire n'était pas très cohérent visiblement. Je ne savais pas qui appeler pour avoir de l'aide. Quelques choses me disait qu'il finirait bien par se calmer, non ? C'est ce que font les fous, ils se calment après leur crise. Mais combien de temps va durer cette crise ? Je n'en sais rien. Et peut être qu'il pourrait se faire mal, peut être qu'il pourrait faire mal à quelqu'un d'autres. Je ne sais pas s'il me ferra quelques choses mais je reste à ces côtés. Je ne m'approche pas trop, pour le moment même si je suis à porter de main. Puis finalement, je le sens partir, peut être qu'il va s'évanouir et qu'il sera un peu en paix mais non, il lutte pour rester éveiller, mais non, ça ne fonctionne pas, il semble toujours dans un état second.

    " Restez avec moi. Restez, tout va bien se passer. "

    Du moins, j'osais l'espérer. Je lui tenais la main. Il ne devait pas finir de sombrer dans je ne sais trop quoi, car son délire semblait être violent. Je n'avais aucun moyen de faire quoique ce soit pour lutter contre ça, mais peut être que ma présence serait suffisante.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Sam 6 Déc - 16:25

Tout va bien se passer ? De qui se moquait-elle ? Il allait mourir là… Noyé dans ses délires qu’il refoulait depuis quelque temps. Il pensait bien que l’alcool allait finir par le tuer, mais pas par un syndrome de sevrage. Mais les choses seront telles que la vie le décidera. Il n’avait aucun pouvoir pour lutter contre ça. Si faible. Il ne lui restait qu’à asphyxier. Shining ouvrit les yeux, mais il n’y avait plus de lumière à voir. Cette main dans la sienne ; il a resserré ses doigts. Il se sentait vivant, il se sentait presque le courage de se battre contre tous ces démons. Comme si personne ne lui avait jamais prit la main. C’était vrai… Pas une fois, pas une main tendue vers lui alors qu’il enterrait sa sœur puis sa mère. Une main tendue alors, celle d’Aeryn. Sur ce toit ; cette main refusé. Trop tard. Puis finalement, maintenant… Il était prêt.

Elle est étrange cette sensation, puis finalement il est trop tard. Il a trouvé le fond, pour de bon. Il a tenu cette main, une brève seconde dans la sienne. Rester ? Pourquoi faire ? Il n’y avait plus rien à sauver, rien de bon à prendre. Il la fixe, la blonde. Ne al reconnaît pas, cette pauvre serveuse. Du moins, moins pauvre que lui. Elle l’avait servi, mainte et mainte fois. Puis il avait disparu du bar. Cinq jours d’absence au Masquerade. Mais il n’était pas présence qui puisse manquer si ce n’était le nombre de billets qu’il pouvait bien y dépenser.

« C’est toi ? » Demandait-il, sans savoir vraiment à qui il avait à faire. Il se tenait à son regard, comme si c’était la dernière chose qui puisse le réanimer. Puis il se rend compte que non. Ce n’est pas elle. Il est abattu. Bien plus détruit encore, une lueur de désespoir dans le regard. Pourquoi c’était si compliqué. Il a posa la tête contre le mur, peut-être un peu trop brusquement. Il transpirait et sentait qu’il allait tout simplement s’effondrer. Pour de bon, pour toujours. Couler, au fond de a rivière d’Hadès. Cette inconnue est là, pour lui. C’est étrange, cet altruisme soudain. Pourquoi ? Alors que tout le monde se marche sur les pieds. Il avait chaud, il brulait de l’intérieur et finalement c’était le glacé de la mort qui l’aura. A sa triste fin.

Pourquoi restait-elle ici ? Alors qu’elle ferait mieux de s’enfuir, de sauver sa peau de cette invasion animalière. Etait-ce réel ? Ou devenait-il fou ? Il regarde ses yeux, elle n’est pas alarmée, elle ne sentait pas en danger. « Il n’y a pas d’animaux, n’est-ce pas ? » Il connaissait alors ses signes, ancien savant fou. Maintenant, juste fou. Il savait, il était perdu. Regardant cette gueule gigantesque qui menaçait de les tuer. Merde, ça avait l’air tellement réel. Les rats, courant le long des murs. Il a replié ses bras contre son torse. La respiration difficile ; la vision devenait de plus en plus floue et « J’suis désolé… Tout ça c’est d’ma faute… » Il a laissé retomber sa tête en avant, trop lourde, trop insupportable de pensées.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Jeu 18 Déc - 22:17

    Peut être que ma présence suffirait, peut être que son délire se finirait de lui-même, peut être que la drogue qu'il avait prise allait partir de son sang et du coup, qu'il se calmerait. J'étais dans l'ignorance totale, peut être que c'était dû à une maladie, je ne sais pas, il semblait avoir son corps entièrement tatoué, il n'avait pas pu faire ça de façon logique et consciente, du moins, ça me paraissait absurde. Mais si je l'avais déjà croisé au Masquerade dans un état presque second alors qu'il avait consommé beaucoup d'alcool, je ne l'avais encore jamais vu dans un état pareil, en dehors de mon cadre de travail. Alors, la moindre des choses était que je pouvais rester là, pour l'aider pour l'accompagner dans sa crise psychotique. Peut être qu'il était en manque d'alcool, je ne savais pas, je ne pouvais faire que supposer, mais bon, il y avait tellement de possibilité. Il finirait par se calmer, non ? C'était obligatoire, en espérant qu'il ne finisse pas totalement inconscient sur le sol. Mais si cela était le cas, j’appellerais des secours pour qu'on lui vienne en aide le plus rapidement possible. En tout cas, je lui tenais la main comme si cela pouvait vraiment l'aider alors que j'en doutais sincèrement mais j'étais tellement perdue devant ce spectacle, que je ne voyais pas quoi faire d'autres, véritablement. Pourtant, cela l'aidera peut être, je sens qui serre ma main, comme si j'étais en train de le tenir alors qu'il était en train de tomber dans un précipice et que ma main était sa seule issue, mais je devais me faire des films, mon imagination était bien trop fertile. Puis d'un coup, il me demande si c'est moi. Qu'est ce que je dois répondre à cela ? Je ne sais même pas ce que j'ai à répondre à une question aussi simple, c'est presque un comble. J'hoche la tête positivement, peut être qu'il m'a reconnu finalement, n'est ce pas ? Peut être qu'il a reconnu la serveuse qui lui a servie tant de verres dans ce cabaret ? Possible, il n'a pas prononcé mon prénom, peut être qu'il visualise un autre visage sur le mien puisqu'il est en plein délire, peut être que c'est ça oui. Me voit-il dire oui de la tête mais ne pas bouger les lèvres ? Non, sans doute que non, parce que je ne suis pas celle qu'il voulait que je sois. Il finit par poser la tête contre le mur comme s'il allait finir par se taper celle-ci contre celui-ci afin de mettre fin définitivement à ces jours, mais je suis là et il ne le ferra pas. Mais il ne semble pas avoir envie de le faire et tant mieux. Il me demande alors s'il y a des animaux. Il semble regarder derrière moi. Je jette un oeil dans mon dos, mais je ne vois rien de ce qu'il semble pouvoir voir.

    " Non, il n'y a que vous et moi. "

    Et je lui sers un petit sourire avec un petit hochement d'épaule, pour faire genre, ce n'est pas de votre faute, c'est juste que vous êtes un peu perdu même si j'ignore profondément la cause de tout cela. Puis, il s'excuse sans que je ne comprenne pourquoi laissant retomber sa tête qui semble être trop lourde pour son corps. Je pense qu'il lui faut du repos, c'est primordial, car là, il semble au bout du rouleau pour une raison que je ne connais pas.

    " Je crois qu'un peu de repos vous ferrez du bien. Ne vous en faites pas pour moi. "

    Oui, je dis un peu ça comme une benné mais je ne sais pas quoi dire d'autres, la situation est tellement folle que je suis complètement décontenancée devant celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Dim 21 Déc - 16:33


Pas d’animaux, pourtant, tout cela à l’air tellement réel. Cela l’est pour lui. C’était si difficile d’admettre que sa réalité était différente des autres. De celle que tout le monde voyait, sauf lui. Pauvre fou. Le damné. Il sentait que le monde allait s’écrouler sous lui. Comment aurait-il pu savoir que ces vices étaient poussés au point de la rendre fou ? Il ne pouvait pas lutter, ce n’était pas même une question de volonté. Il aurait beau essayer de s’apaiser, c’était son corps. Il n’en pouvait plus. Voila ce qui arrive de tant le trainer. Traité, plus bas que terre. Sans affection, aucune, pas même d’envie de vivre. Il se noyait dans l’océan de sa culpabilité, il n’y aurait pas d’alternative. Il avait bu, à crever. Et il s’était dit que les retombée seront secondaires, mais voila ; à jouer avec le feu. Les retombées sont acides.

Du repos, ça oui, il en aurait une fois mort. Un long repos, son corps sur le fleuve à al dérive pour l’éternité. Pour une éternité à son image. Dans l’errance, à la quêtée insensé de la perdition. Le nom de cette fille. Faites qu’il s’en souvienne. Prendre ça, comme une dernière prière. Avant la fin du monde. Connaître le nom, de la fille qui possédait les yeux qui le verront mourir. Et puis, dans sa bouche le gout amer d’avoir la chance lui, de ne pas mourir comme un chien. Pas comme sa sœur, dans sa solitude froide. Ses doigts sur le piano sourd. Il la voyait, dans sa jolie robe et cet air absent sur son visage. D’une balade où elles les trainent, ces gens qui n’ont plus d’espoir. Et puis à la fin de la route, elle les lâche en disparaissant et laissant un banc vide. A vous de vous démmerder, semblait-elle dire. Marche ou crève.

« Isis… » Il ne l’avait jamais appelé par son prénom ; refoulé au fond de sa mémoire. Il n’avait jamais voulu s’en souvenir, parce qu’il ne voulait pas s’attacher à ce regard triste qu’elle lui jetait parfois ; pensant probablement qu’il était bien trop saoul pour le voir. Il l’avait vu, il se souvenait de tout. De son regard, de ses mots parfois qu’elle disait en le servant. Des promesses que tout irait bien et l’indifférence qu’il lui rendait. Laissant derrière lui une chaise vide et des billets sales. Bien plus qu’il ne fallait jamais. Comme pour la remercier sans qu’elle ne s’en rende compte, qu’elle ne pense qu’il n’était seulement plus capable de compter. C’était vrai, mais s’il pouvait, il ne l’aurait pas fait. Il n’était rien pour elle, elle n’était rien pour lui. Mais il y avait des gestes qui ne s’expliquent pas. Qui ne portent qu’un nom : humanité.

« Je perds les pédales… » Il n’aurait pas du arrêter de boire, il n’aurait jamais du essayer de remonter à la surface. Il avait été trop naïf de croire qu’il pourrait s’en sortir. La vie était une jungle qu’il ne pouvait plus affronter. « Rentrez chez vous. » Arrêtez donc de perdre votre temps.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Jeu 25 Déc - 1:02

    Que pouvais-je faire de plus ? Je ne savais pas, sans doute que je ne pouvais rien faire pour lui, plus rien. Il était fini, complètement cuit, son cerveau se liquéfiant tellement il n'en pouvait plus. J'aurais pu le laisser là, à délirer complètement, seul, dans cette rue de Wester New Orleans, mais non, je ne pouvais me résoudre à cela. Si j'étais dans un état pareil, je n'aimerais pas que l'on me laisse seule, j'aurais grand besoin de cette compagnie qui me permettrait peut être de voir le bout du tunnel même si cela semble si compliqué que cela. Mais je ne suis pas une jeune femme sans coeur comme bien des personnes dans cette ville. Mon coeur est présent, il bat dans ma poitrine et il ne s'échappera pas de ce lieu tant qu'il n'ira pas mieux. Je me rends compte que je ne connais même pas son prénom, je ne sais rien de lui juste que c'est un habitué du Masquerade et que je le sers presque tout les soirs, sauf depuis presque une semaine, je ne l'ai pas vu se bourrer la gueule comme un signe. Mais peut être a-t-il décidé de le faire seul dans son coin, peut être qu'il n'en a plus les moyens, je ne sais pas, et si je lui demande il n'est pas en mesure de me répondre, du moins je le pense. Sait-il seulement qui je suis ? Non, il ne doit pas savoir, il ne se rends jamais compte de ma présence, je suis comme invisible à ces yeux, je m'en rends compte, ça ne peut pas en être autrement. Il est tellement imbibé d'alcool qu'il ne peut pas voir ce que je fais, ce que je peux ressentir pour lui. Mais peut être que j'imagine cela, peut être qu'il vient au Masquerade pour voir mes beaux yeux. Je ne sais pas, je ne le connais pas, pourtant, il fait partie intégrante de mon paysage visuel. Il est là, en arrière plan, comme bon nombre de personnes que je ne connais pas vraiment, mais c'est ainsi, n'est ce pas ? On ne peut pas connaître tout le monde et à cet instant précis, je le regrette. Si je savais ce qui ne va pas chez lui, peut être que je pourrais l'aider plus que ce que je suis en train de faire, mais je ne peux pas, car je ne sais pas. Il est pris dans un piège invisible que je ne vois pas, pourtant, j'essaye bien de l'aider, je reste à ces côtés, c'est tout ce qui me semble raisonnable de faire. Il me pose une question, je lui réponds, j'essaye de faire au mieux, puis soudain, il prononce mon prénom. Ainsi, il m'a reconnu, comment est ce possible ? Il semble dans un état tellement second mais mon visage ne semble pas déformé par ces nombreux délires animaliers, comme si je surnageais dans tout cela, comme si j'étais sa lueur d'espoir dans le monde de fou qu'il était en train de traverser. Peut être que je me leurrais complètement, en tout cas, je n'allais pas le laisser comme ça si facilement. Il m'avoua perdre les pédales. J'aurais voulu lui remettre les pieds dessus pour qu'il puisse continuer à pédaler sur le vélo de la vie, mais il ne voulait pas que je reste.

    " Non, vous ne perdez pas les pédales. C'est juste un mauvais moment à passer. Vous allez vous en sortir ! "

    Dans mon esprit cela était clair. Il était dans un mauvais trip mais pas si mauvais que ça puisqu'il avait réussir à voir mon visage dans toutes ces hallucinations. Je lui aurais bien apporter quelques choses, mais je ne savais pas quoi faire. Je voulais lui poser la question mais sans doute ne pourrait-il pas me répondre, n'est ce pas ? Pourtant, je franchissais le pas, tant pis s'il n'était pas en mesure de répondre à ma question.

    " Dites moi ce qui vous a mis dans cet état, peut être que je trouverais une solution ! "

    Mon ton était ferme et déterminé, je voulais vraiment l'aider mais voulait-il seulement être aidé par moi ou qui que ce soit ? Je n'en savais rien, j'espérais qu'il ne se montre pas violent, c'était ma seule crainte, mais pour le moment cela semblait allait. Pourrait-il seulement répondre à ma question ? Cela, je ne pourrais vous le dire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Ven 2 Jan - 13:52

S’en sortir ? Pour aller où ? Pour faire quoi ? Il n’y avait que désespoir dans le ciel qui se dressait devant lui. La vie était passée, la vie était foutue. Ils se noieront, ses souvenirs. Dans un verre de Ricard peut-être, même pas. La sécheresse était-elle que le Sahara ne devait être rien. Le tatoué ne savait pas pourquoi elle lui disait une chose aussi absurde. Pourquoi voulait-elle que ça aille mieux ? Il n’y avait rien, si ce n’était retrouver sa sœur. Elle perdait son temps, il devenait fou. La pianiste, qu’elle aille danser sur la mélodie de sa vie. Loin d’une fausse note comme l’homme qu’il était. Ce qui l’avait mis dans un état pareil ? Il aurait pu lui répondre tel un poète. Dire que c’était la vie qui l’avait rendu ainsi. Que c’était les épreuves de son existence qui l’avaient épuisé. Qu’il ne pouvait plus se relever. Que c’était devenu trop dur, car même s’il essayait alors, il échouerait. C’était son destin. La solution ? Mourir. Tout simplement. Crever comme un chien, dans cette souffrance. Noyé dans son sang, asphyxié, étouffé. A petit feu. Qu’on en finisse ! C’était insupportable. Ah Li, si seulement elle l’avait laissé faire, il n’en serait pas là. A se vouer au piétinement des animaux.

Transpirant de plus bel, il allait finir complètement déshydraté. On le retrouvera sec, lui l’ivrogne. Douce ironie n’est-il pas ? « J’ai… Voulu arrêter. » Cesser de fuir, assumer enfin ses pensées. Il avait essayé, il avait voulu se comporter comme un homme. Arrêter d’agir sous l’effet de l’alcool. Réfléchir de nouveau, s’apercevoir de la conséquence de ces actes. Puis finalement, il se rendait bien compte que c’était plus simple de boire. D’échapper à cette réalité trop atroce pour être admise. C’était trop long à lui dire, à lui expliquer. Trop insupportable. « De boire… » Mais il se meurt. Il était fou de croire qu’il pourrait arrêter en un claquement de doigt. Il ne savait plus même ce qu’il pouvait faire, les premiers jours avaient été si difficiles. La tentation si grande, l’incapacité de rentrer chez lui où le whisky l’attendait dans ses vieux chaussons. L’homme ne voulait pas faire de mal à cette fille, il ne voulait plus en faire à personne. La lucidité le renvoyé à ce qu’il avait fait et cela même dans la perte du contrôle de son être. Mais c’était si simple, de fuir. De replonger pour fuir. Qui a bu, boira.

« Si, je deviens fou… C’est évident. » Voila qu’un tigre passait juste derrière la jeune femme ; il se mit à craindre pour sa vie. C’était plus fort que lui, il ne pouvait se résoudre à dire que c’était irréel. Cela lui paraissait tellement plausible. Il a prit le bras de la jeune femme ; sa main est moite, mais il la tira vers le mur elle aussi. Merde. Qu’elle s’en aille. Qu’elle sauve sa vie. Sa vision se trouble, il avait si chaud. Son cœur battant trop fort, il contentait son envie de s’agiter. Etouffant refoulement. La vérité, il ne voulait plus vraiment s’en sortir. Il ne voulait plus se battre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Sam 3 Jan - 22:20

    Même s'il était mal en point devant moi, je restais positive. C'était un mauvais moment à passer, mais j'étais là pour l'aider même si cela ne se faisait que par ma simple présence. De toute façon, je ne voyais pas du tout quoi faire d'autres, c'était bien malheureux. Mais je restais positive et altruiste avec lui. Tant d'autres personnes auraient passé leur chemin pour le laisser en plan et ne rien faire, ce n'était pas mon cas, je resterais jusqu'à ce qu'il retrouve un semblant de stabilité même s'il fallait attendre des heures. Je le ferrais même si je n'avais rien à gagner à cela, mais comme je n'avais pas grand chose à perdre, je restais là, avec lui, avec cet homme un peu étrange tatoué de la tête au pied. Peut être qu'il avait fait faire cela dans un moment comme celui-ci alors qu'il était en plein délire ? Je ne savais pas, mais je ne le lui demanderais pas, c'était une certitude. Je n'en voyais de toute façon pas d'intérêt dans l'immédiat à vrai dire. Je lui demandais alors s'il savait ce qui avait pu le mettre dans un état pareil. Est ce qu'il allait pouvoir me répondre ? Je ne le savais pas, je l'espérais car ainsi, je pourrais être en mesure de mieux l'aider, là, j'avais cette étrange sensation de servir de plante verte. Bien que transpirant abondamment, il réussit à me dire quelques mots. Il me dit alors en deux temps qu'il avait voulu arrêter de boire. Je comprenais alors pourquoi il était dans un état pareil. Je le revoyais encore ces soirs là, boire comme un trou sans fond. Je lui servais toujours plus de verres qu'à n'importe qui, comme si je savais qu'une goutte de plus ou de moins ne changerait rien dans son cas, mais là, il avait voulu faire l'inverse se privant volontaire d'alcool. Le sevrage semblait être difficile, très difficile, même impossible, pourtant, il n'avait pas bu une goutte depuis quelques jours sans doute. Combien de temps exactement ? Je ne saurais le dire, mais son corps était clairement en manque, il réclamait de ce liquide qui vous donne parfois l'impression de chaleur, mais il n'en avait pas. Son organisme était en train de lutter contre ce manque et il avait un mal fou, un mal de chien pour tenter d'y arriver. S'il avait arrêter du jour au lendemain, ce n'était pas étonnant. Pour ce genre d'addiction, il faut y aller par palier, petit à petit. Je ne me trimbalais malheureusement pour pas toujours avec une bouteille sur moi. Je suis barman, mais cela ne veut pas dire que j'ai de l'alcool en permanence sur moi. Si j'en avais eu, je lui en aurais donné une petite gorgée pour qu'il se sente mieux, mais là, je n'avais absolument rien à lui proposer. Il me tira alors à lui, comme s'il y avait quelques choses dans mon dos, sans doute un animal qu'il avait vu qui était en train de me sauter dessus alors qu'il ne semblait plus avoir envie de se battre pour rester en vie.

    " Non, vous n'êtes pas fou. Vous y êtes allé juste un peu fort. Vous n'auriez pas du arrêter si brutalement. Il vous faudra du temps avant que votre organisme ne s'habitue à ne plus recevoir d'alcool, mais vous pouvez le faire ! "

    Ma voix était douce mais en même temps déterminée. Il devait lutter, aujourd'hui, pour pouvoir lutter demain et après-demain. Tout ceci ne se ferrait pas en un clin d'oeil, il devait le savoir, n'est ce pas ? Non, peut être qu'en se résonnant à ne plus boire, il n'y avait pas penser. C'était sans doute le cas mais s'il réussissait à voir le bout du tunnel ce soir, alors peut être qu'il y avait une chance. Sinon, je ne saurais dire, je ne le connaissais pas assez pour savoir si sa volonté était suffisante.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Sam 10 Jan - 15:52

Il ne bougeait plus à présent. Se contente de l’observer. Elle l’encourage. Mais il se sentait mal. Elle ne ferait rien pour l’aider, il ne lui demanderait rien. Il avait besoin de soins, ça crevait les yeux. Mais elle restait là. A parler. Et lui, à lui conseiller de partir. Peut-être voulait-elle le voir mourir. Qu’elle avait toujours secrètement souhaité assister un jour au dernier souffle d’un être. Même d’un monstre. Il serait son monstre ce soir alors. Observant les ombres, se faufilant comme des serpents. Transpirant à grosse goutte, chaque parcelle humide de son âme lui échappait. Sa peau n’en pouvait plus, il avait trop bu. Alors c’était sa punition. Il semblait que sa volonté était sur le point de s’effondrer. En avait-il seulement eu un jour ? Il n’en était pas même certains. Quelque part, au fond de lui il avait su que cela le détruirait. Qu’il ne le surmonterait pas. Qu’il finirait par s’effondrer. Le temps que son organisme le ronge, le dévore. Il n’y avait plus rien à boire ; alors ses cellules buvaient son âme. La tête posée contre le mur. Il ne savait plus quoi lui dire. Si ce n’était de partir, mais c’était déjà dit. Il la regarde parfois. Puis son regard se pose sur ces décors pathétiques qu’est cette ruelle. La mort n’est pas une solution. C’était ce qu’elle avait prétendu. Mais la mort n’avait jamais semblé aussi proche. Il est déshydraté, sa peau sous le noir et rouge de vaisseaux dilatés qui irriguent bien trop. Un mal de tête, comme des coups de feu incessants entre ses deux oreilles.

Il se laisse glisser. Le long du mur. L’observe une dernière fois. Comme s’il aurait voulu la remercier. De n’avoir rien fait peut-être, mais d’être là. Mais c’était sa solitude qui gagnerait. Il s’est effondré le long du mur. 2tendu de tout son long, de sa masse imposante de colosse. Dans un froissement de vêtement, des doigts agrippés sur le bitume qui s’écorchaient légèrement. Il perdit connaissance cette fois ci. A dieu et bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining   Jeu 15 Jan - 20:23

    Bon, qu'est ce que je pouvais faire de plus ? Je n'en savais rien, je le soutenais moralement, mais ce qu'il lui faudrait, c'était la visite d'un médecin, ou de secours. Peut être qu'il ne le désirait pas, je n'en savais trop rien, peut être qu'il avait juste envie de mourir, tout simplement. Peut être qu'il aurait fini par tituber de la sorte même si je n'avais pas été là. En dehors du tatouage qui semblait recouvrir l'intégralité de son corps, son visage ne ressemblait plus à rien, sa peau était sèche par endroit, mais à d'autres, on pouvait y voir une intense sueur. C'était tellement étrange, mais les effets de l'alcool sont assez dévastateurs. Je le savais, je servais suffisamment de verres chaque soir pour m'en rendre pleinement compte. Je l'avais souvent servi d'ailleurs, pas récemment, mais ça m'arrivait souvent avant qu'il ne décide de s'en priver pendant trop longtemps. Il avait eu la force de sortir pour en boire sans doute, mais il avait été assez présomptueux, présumant de forces qu'il ne possédait nullement et il s'était écrasé à mes pieds, délirant totalement, voyant des animaux craignant pour ma vie alors qu'il n'y avait pas lieu d'être. Je restais là, alors que finalement, il perdait connaissance, comme s'il venait de rendre son dernier souffle sur le pavé du trottoir. Je prenais son poignet, je mettais mon index au niveau de son cou. Il n'était pas mort, il respirait encore mais pour combien de temps. Je n'avais pas trente six solutions s'offrant à moi, je devais aller chercher des secours. Je n'avais pas de téléphone portable sur moi, alors je me devais de me rendre chez moi, ce n'était pas loin, quelques minutes à peine pour appeler des secours. Je ne savais pas si le laisser seul était une bonne idée, mais je ne voyais pas quoi faire d'autres, n'est ce pas ? Alors, je détallais le plus rapidement possible. J'arrivais chez moi après quelques instants et je prenais mon téléphone, appelant des secours pour qu'on vienne le chercher. Je décrivais tout ce que je pouvais, disant qu'il venait de perdre connaissance, puis je raccrochais bien vite pour revenir à sa hauteur. Je ne savais pas si je devais faire quelques choses qui pourrait servir, mais j'en doutais. Il n'avait pas bougé de place, toujours allongé là, comme si finalement, il ne faisait que dormir un peu et que tout irait bien prochainement. Mais rien ne serait aussi simple pour lui malheureusement, il devait se faire une petite cure de désintoxication sans doute, je m'en doutais bien. Je ne pourrais rien pour lui à ce niveau là, il était assez grand pour savoir s'il voulait faire une cure pour que l'alcool ne soit plus un problème. Les secours arriveraient rapidement, j'en étais persuadée, enfin, je l'espérais pour lui, parce qu'il était dans un étant assez lamentable, et ce n'était pas ma faute, mais seulement la sienne, car c'est un grand garçon, je peux vous le garantir. En attendant les secours, je restais donc à côté de lui, pour que rien ne lui arrive, et après quelques minutes d'attente, ils arrivèrent. Je leur expliquais la situation avec le plus de détails possible, je me faisais passé pour une bonne amie à lui et très vite nous arrivions à l'hôpital. Il fut pris en charge assez rapidement. Je le savais en bonne main à présent.


[HJ : J'espère que ça te convient, sinon, tu me dis et je te laisse dans la rue ]
Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to the black parade ▬ Isis & Shining

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A Rush Of Blood To The Head ▬ Isis & Shining
» Black Hole RPG is coming
» I go back to black.
» Darker than Black
» Black&White | Juste Black ca fait ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-