AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Are you ready for a perfect storm? Pv.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you ready for a perfect storm? Pv.   Ven 3 Avr - 12:14

Je refusais poliment les cigarettes de Wesley d’un geste de la main, n’ayant jamais fumé. « Uniquement l’alcool pour moi, frère. Sinon, ça va. La routine quoi. Même si je me sens d’humeur particulièrement joviale ce soir !» Scientifique avant tout, j’en avais trop appris sur les ravages du tabac pour m’offrir le luxe d’en griller une avec l’homme ours. J’échangeais un regard entendu avec mon comparse, lui transmettant par un clin d’oeil complice mes intentions salaces. D’une certaine façon, je m’étonnais moi-même de constater à quel point ma personnalité changeait en compagnie de ma clique, même s’il est vrai que l’alcool était probablement le premier responsable de ma désinhibition. J’accueillais le prénom de la belle avec sourire charmeur, tout en frissonnant légèrement au contact de ses doigts graciles sur ma peau. La contiguïté de nos épidermes me laissa muet de surprise. Esseulé depuis l’affaire Draper, cet unique touché me procura un plaisir non dissimulé, exquise sensualité que l’effleurement d’une femme, professionnelle de la chose qui plus est. Avec un sourire, je saisissais tout de go de quelle manière la cible de leur divergent s’était endormie au contact de Marie. J’opinais du chef à sa proposition, comme si j’avais réellement l’intention de payer pour une poitrine, tout en faisait écho à la proposition riante de Wesley, qui s’étonnait évidemment de mon entreprise. « L’avant-goût est pour le moins… alléchant. Malheureusement, mes poches sont vides… » - ajoutais-je en retournant le tissu de mon pantalon. Et c’était vrai, car j’avais troqué mes billets contre quelque shots en début de soirée. Je riais niaisement, comme s’il y avait quelque humour dissimulé en ces mots, décidément plus échauffé par le bourbon et la concupiscence de l’étrangère que je ne voulais bien l’admettre.

Je me tus brusquement, conscient de ma stupidité passagère, et me ressaisit en silence, laissant la parole au leader de notre bande. A ses mots, j'acquiesçais ; c’était peut-être la toute première fois où nous nous rangions sagement au lieu de guerroyer, mais à qui la faute ? Par la présente réponse, je notais également dans un coin de mon esprit “la blonde” de Wesley. Nous n’avions jamais réellement abordé ce sujet, et j’étais curieux. Quant à  Scar… « Tu l’as ratée de peu. Elle était là en début de soirée. Elle va bien, toujours prête à casser du mâle d’un coup dans les génitoires, fidèle à elle-même. » Je haussais les épaules. Je reportais mon attention sur Marie, que j’avais laissé peinarde un moment. Je renfilais mon rôle d’obsédé accompli, et passais mon bras autour de ses épaules. Combien de fois avais-je pu observer des balourds se comporter ainsi ? Dieu que je m’amusais à les imiter ! Je pris une nouvelle gorgée de bourbon, inconscient des effets secondaires qui m’assailliraient dès le lendemain. Au même instant, un couple innocent mis le pied dans le périmètre invisible qui nous entourait, et je ressentis l’effroi qui les gagna, sans qu’ils puissent comprendre pourquoi. Je recrachais ma gorgée d’alcool en m’esclaffant, toujours égayé par le navrement d’inconnus. Je m’excusais auprès de mon ami dans la foulée, qui n’avait été épargné par l’arrosage et dont la cigarette avait été éteinte par le liquide, sans pour autant me défaire de mon sourire en coin. Ignorant son regard qui en disant long - quelque chose comme “si c’était pas toi, je t’aurais bien décoché un crochet dans les mandibules” -, j’attendais avec impatience la réponse de Marie. Une fille aussi arrogante, à qui la perspective d’une bonne bagarre avec deux dégénérés comme nous, ça ne courrait pas les rues, et je n’étais pas contre un agrandissement de notre joyeuse bande.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Are you ready for a perfect storm? Pv.   Sam 4 Avr - 1:25


Mon nez se fronce, peu amateur des volutes de fumée engendrés par le blond en face de moi. Je garde pourtant mes remarques pour moi, ne voulant pas remettre du bois sur les cendres de notre dispute précédente. A bien des égards, notre paix actuelle est bien plus agréable que la bagarre que nous aurions du avoir. La chaleur du gringalet auprès de moi me fait frissonner d’excitation contenue et la brûlure de l’alcool dans mon corps embrume mon esprit, suffisamment pour me permettre d’oublier mes tracas précédents. Ne reste de mes tourments qu’un vague malaise à l’idée de croiser Luke et rien de plus. Plus ou moins perdue dans mes pensées, je laisse les deux hommes rattraper leur temps perdu, jusqu’à ce que Anger porte son attention sur moi de nouveau, suffisamment pour répondre à ma légère provocation physique et orale. A sa réponse d’ailleurs, mes lèvres arborent une moue boudeuse qui me caractérise souvent lorsque je suis contrariée. Je plonge mon regard de charbon dans le sien azuré, deux secondes, avant de finalement laisser glisser un sourire sur mes lippes. Ma main s’égare une seconde de plus sur son bras avant que je ne la retire subitement, pour attraper mon verre, mais aussi le punir de me rejeter aussi tôt. « Ta blonde hein ? J’ai du mal à t’imaginer avec une seule personne, va savoir pourquoi. » Certains pourraient voir là une moquerie, pourtant pour une fois, je fais une simple remarque, plus sur son apparence physique que son caractère finalement. Cet homme peut bien ressembler à une brute et être le meilleur des maris, mais quelque chose me dis que je ne suis pas si loin de la vérité. Malgré tout, sa remarque suivante m’amène un léger rire. J’imagine assez sûrement Anger être un sorcier, mais l’imaginer dans une bagarre m’impose à chaque fois un amusement certain. Probablement aurais-je été impressionné si nous avions du battre le fer, mais pour l’instant, l’homme reste le chihuahua à côté de la brute.

Encore une fois, ils parlent de quelque chose qui ne me concerne pas réellement, je préfère donc me concentrer sur mon verre, que je vide bien plus lentement cette fois, gorgée par gorgée, jusqu’à sentir un bras envahissant autour de mon épaule. L’un de mes sourcils se lève, à l’adresse de Wesley en face de moi, mais je ne réagis pas aussi fortement qu’à mon habitude. Tout d’abord, je me concentre sur une réponse pour la brute, presque surprise qu’il me pose des questions à son tour. « Seulement lorsque mon homme me fout en rogne. » Malgré moi, je lui fais un clin d’œil complice avant de me renfrogner légèrement sur cette vérité à peine déguisée. Rien qu’y penser me fait m’imaginer folle et je préfère me concentrer sur tout autre chose… Cherchant quelque chose de subtil à faire envers cet homme presque trop envahissant et son bras, je sursaute de surprise lorsqu’il se met à rire, recrachant son liquide ambré sur son acolyte. Amusée à mon tour, j’esquisse un léger rire qui s’estompe bien vite pourtant. Ce bras me dérange toujours autant, mais je le conserve encore sur moi, ignorant malgré tout comment m’en défaire proprement. « Si je dois être tout à fait honnête avec vous, je cherchais simplement à m’enlever de sales pensées. Je rechigne à sortir mes sous pour m’enivrer, une bagarre me semblait être une bien meilleure option… Enfin… Cette alternative est bien agréable pourtant. » Tout en parlant, je lève mon verre devant eux et le vide de nouveau, d’un geste sec, qui me retourne une fois de plus l’estomac, juste assez longtemps pour me faire pincer les lèvres.

Lentement, ma main vient rejoindre celle d’Anger et je croise mes doigts aux siens. Je conserve la position juste assez longtemps pour le laisser croire en sa victoire grivoise et toujours aussi calmement, je tire sur sa main et déplace son bras vers lui. Dans la continuité, je viens déposer sa main sur sa cuisse, avant de la lâcher, un sourire aux lèvres tandis que mon ébène croise de nouveau son azur. « Tu es tout à fait agréable, mais tu as du oublier un fait important… Mon corps est à vendre, pas à prendre. » Tout en parlant, je laisse ma main s’égarer lentement vers l’intérieur de sa cuisse, avant de cesser tout contact soudain en déposant mes deux coudes sur la table, un sourire aux lèvres. « J’aimerais porter un toast… Aux bagarres qui se transforment en verres… » J’emplis mon verre du liquide ambré avant de le porter de nouveau à mes lèvres…

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you ready for a perfect storm? Pv.   Jeu 16 Avr - 17:12



Wesley pondéra quelques instants la remarque de la dame d'ébène ; au vu du style qu'il cultivait et de la propension qu'il avait à se vautrer dans le stupre, il n'était guère étonnant que l'on puisse douter de sa fidélité conjugale et qu'on le taxe de volage. Toutefois, la réalité des choses était toute autre : jusqu'à présent, l'on ne pouvait le taxer d'aucune incartade dans ce domaine. « Disons que celle-ci accapare une grande partie de mon temps. » fit-il, les yeux rieurs. Ayant été enjoint par sa hiérarchie d'assurer la sécurité de Svenja, le Hunter évoluait le plus clair de son temps dans l'ombre de la belle, épiant ses faits et gestes d'une œillade particulièrement attentive, traquant avec intérêt chaque fumet de mensonge et trahison.

« Ça nous fait un point commun, j'imagine. » dit-il à l'adresse de Marie. La rixe était son exutoire favori. Lorsqu'il en décousait, il pénétrait une dimension autre, un monde nouveau, où seul le combat prévalait. Les tracas, les songes venimeux, les affres, tout ce qui l'empoisonnait, s'envolait dans des cieux lointains. Pendant quelques instants précieux, son existence se bornait à lui et à son adversaire, rien de plus, rien de moins. Une délivrance aussi délicieuse qu'éphémère.

Windsor se resservit un nouveau verre de bourbon, notant distraitement que la quantité de liquide semblait s'évaporer comme neige au soleil. « Peut-être est-ce mieux que j'aie raté Scar, ça aurait donné un bordel sans nom. » fit-il, se perdant en conjectures des désastres que cela aurait causé. Il aspira une grande bouffée de fumée, l'exhalant par les naseaux, observant d'un œil amusé les interactions de ses deux congénères, l'un tentant vaille que vaille d'accéder à la gratuité des services de la nymphe, l'autre n'en ayant cure. « Tes poches sont vides ? Je croyais que le gouvernement payait plus gra- » Il n'eut jamais l'opportunité de terminer sa phrase car ce fut l'exact moment qu'Anger choisit pour lui cracher l’entièreté de sa liqueur à la gueule. Lentement, le corps roidi par la frustration, Wesley passa une main crispée sur son visage dégouttant de bourbon. Sa respiration était lente et sifflante, ses mâchoire serrées, ses prunelles orageuses. Il ne se gêna d'ailleurs pas pour le foudroyer d'un regard noir. « Tu as la chance d'être toi, vieux. » fit-il, l'ombre d'un sourire perçant tout de même. S'il s'était agi de quelqu'un d'autre, l'affront aurait fait détoner une nouvelle algarade, à n'en pas douter. Toutefois, portant une affection fraternelle au généticien, le milicien passa gracieusement l'éponge. Dépité, il jeta son mégot à terre. Le liquide séchait déjà, rendant sa peau poisseuse. Il trinqua néanmoins au toast de Marie puis se leva et extirpa son porte-feuilles de sa poche et arrière, jetant quelques billets de cent dollars sur la table, fruit d'un deal particulièrement juteux. Cela allait créer un trou certain dans ses finances mais il ne pouvait laisser son camarade aux abois et en manque de tendresse. « Voilà qui devrait t'attirer les faveurs de la dame, même si tu ne le mérites pas, crapule. Amusez-vous bien les jeunes. » fit-il, grand seigneur. Tirant sa révérence, il allongea ses foulées, retournant à la fraîcheur nocturne, se mêlant une nouvelle fois aux hères braillards qui grouillaient dans les rues. Il pendit une nouvelle cibiche à la commissure de ses lèvres et ressassa les récents événements ; ce fut somme toute une soirée fort intéressante et annonciatrice de beaucoup d'autres sorties du même moule.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Are you ready for a perfect storm? Pv.   Lun 4 Mai - 21:58

Wesley me fusilla du regard, et je sus que je m’en tirais à bon compte dès lors qu’il passait l’éponge. Inconsciemment, et ce malgré notre amitié, mon rythme cardiaque s’était accéléré et je tâchais de dissimuler cette crainte passagère que seul cet homme savait insuffler en moi. Aussi étais-je à mille lieues de deviner ce qui allait suivre…

Les coupons verts se posèrent sur le bois humide et le géant bagarreur fila à l’anglaise, m’estomaquant par la même occasion. Aussi obligeant que provocateur, le geste me laissait pantois. Je fixais ces lettres de change pour une nuit de vice, et jetais une oeillade à la dérobée à Marie. Le jeu du pervers insistant était désormais terminé, et il ne restait maintenant plus que deux alternatives ; accepter l’offre de Wesley et aller à l’encontre de mes principes - en profitant toutefois d’une créature ravissante, ou alors, refuser, et prendre le risque de froisser à la fois cette femme et mon seul ami. Naïf que j’étais, je pensais qu’elle s’offusquerait de me voir rejeter la proposition, mais j’oubliais que c’était son métier, et non son plaisir. Au fond de moi, l’orgueil masculin voulait prouver sa force physique à la coquette, et si d’un autre côté, il n’y avait pas mon éthique de l’amour et ma romance, mon désir de me démarquer par l’acte physique aurait pris le dessus depuis longtemps. Néanmoins curieux avant tout, en parfait scientifique, je l’interrogeais : « C’est quoi le tarif habituel ? » Ma tête me tournait, aussi avais-je du mal à me tenir droit et à rester concentré. De quoi pouvais-je bien avoir l’air ? Je tentais un sourire, bien moins assuré que les précédents.

Peser le pour et le contre avec le peu de jugeote qu’il me restait en cette fin de soirée. L’alcool, diaboliquement trompeur, qui insistait lourdement sur les avantages qu’il y aurait à s’essayer une femme noire, tout en attisant mon excitation par des images mentales. Fichtre, il y a une heure à peine je me moquais de ce que symbolisait cette personne, et j’étais à un pas de finir dans ses draps, ou plutôt, ses filets. N’avait-elle pas réussi, par quelque ruse de catin,  à faire en sorte que je la désire? Je chassais de mon esprit ces pensées mauvaises, et me resservait un dernier verre. Maugréant intérieurement contre la complexité de l’être humain, je souhaitais avec ferveur que quelqu’un m’extirpe de cette situation, car chaque seconde de plus me rapprochait d’une transaction monétaire. Wesley l’aurait-il fait ? Lui qui disait son temps accaparé par une femme unique… Un brin jaloux, une image fugace de Charisma traversa mon esprit, et je crispais involontairement mon poing, que je frappais sur la table. Je plantais mon regard dans celui de Marie et annonçait : « Et puis, qu’importe. Show me your skills. » Je l’arrachais à sa table en la prenant par le bras et ramassais les billets, avec rage. Après Seraphina, la femme d’ébène serait ma seconde vengeance, offerte sur un plateau par Wesley. Il était trop tard pour les regrets, mais encore trop tôt pour pardonner.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Are you ready for a perfect storm? Pv.   Jeu 7 Mai - 17:25


Je me rends compte, discussion aidant, ne pas être très différente du barbu. Amusée à cette idée, je laisse un sourire planer sur mes lèvres, rendant mon visage rieur, presque sympathique. La femme dont il parle doit être exceptionnelle pour réussir à tempérer l’homme violent que semble être Wesley. Je n’ose lui demander son identité, bien consciente de ne pas être assez proche du bonhomme pour m’en informer. Notre relation, bien que sur une pente ascendante, est encore bien trop fragile pour prétendre échanger des secrets et des discussions sérieuses. Les banalités semblent bien plus appropriées et nous les échangeons aisément, découvrant malgré tout quelques pans de nos personnalités. L’alcool descend à flots et ma résistance s’en trouve fortement amoindrie. La pièce tourne, les murs se rapprochent, à l’instar du sorcier dont la chaude présence amène un désir bienvenue. Malgré mon esprit embrumé, un mot vient m’agresser, me fait froncer les sourcils, même si je m’efforce de rester impassible. Bien que n’ayant que peu d’attrait pour les joies de la politique, je me raidis presque instinctivement en découvrant que l’homme à mes côtés travaille pour le gouvernement. Quel est son poste, je n’en ai pas la moindre idée, néanmoins je sais une chose, la méfiance à son égard sera doublée.

D’un œil acéré, j’observe le manège des deux comparses, m’empêchant un sifflement en voyant l’affront si facilement lavé. D’une simple parole, la brute semble pardonner et je dois avouer que je suis impressionnée. Incapable d’en faire de même, je suis presque surprise de voir quelqu’un qui n’hésite pas une seconde à pardonner un être cher. Peut être devais-je prendre exemple sur lui, mais j’estime qu’il sera bien temps de s’en préoccuper plus tard. Je suis pour l’instant concentrée sur l’argent qui vient d’être déposé sur la table. Attirée malgré moi par cette somme à ma portée, je laisse mon sourire s’élargir, découvrant mes dents. Je ne remarque que quelques secondes après le départ de Windsor, trop concentrée sur son dépôt pour m’en rendre compte. C’est la question de mon voisin qui a attiré de nouveau mon attention et je dois avouer être un peu perdue quand à la réponse. Les extras sont rares et je ne peux décemment pas lui faire payer le prix habituel. Mes sourcils se froncent, une seconde et je lui souris finalement, espiègle. « Parlons du prix plus tard. Si tu es assez convaincant, tu pourras peut être bénéficier d’un prix d’ami. » Un clin d’œil plus tard, je repose ma main sur son bras, caressante, dans l’optique d’attiser son désir, son besoin de me posséder. Je ne suis probablement pas habituée à tapiner à la vue de tous, cependant n’importe quel œil nous observant jugerait d’un banal jeu de séduction, rien de plus.

Mon regard quitte malgré lui la liasse de billet pour se concentrer sur celui magnifique de mon vis-à-vis. Dans une autre situation, je lui aurais probablement accordé une nuit pour rien. Malheureusement incapable de le faire, je me contente de l’aguicher, considérant un prix raisonnable, sans parvenir à m’arrêter sur un montant particulier. L’homme semble hésiter, réfléchir et son raisonnement met une éternité à parvenir au bout. Je m’impatiente presque, mes doigts pianotent sur le bois poisseux en attendant une décision qui tarde encore à venir. J’en suis presque à me lever pour partir à mon tour mais finalement, le mignon se lève, m’entraîne avec lui et si je suis brusquée par son procédé, je reste satisfaite de la tournure des évènements. Alcool gratuit, sexe payé, homme plus qu’agréable pour passer la nuit, ma sortie se révèle plus fructueuse qu’attendu si bien que je ne patiente pas longtemps avant de glisser ma main contre sa hanche, le titillant juste encore un peu afin de lui donner un avant goût de ce qui l’attend… « Bonne décision chéri. »

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Are you ready for a perfect storm? Pv.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Perfect Town
» Storm Hawks Rpg
» VARIO Perfect 1200 Platinum
» Plugin - perfect split : comme scission
» Foxit Reader et ASK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-