AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Night is darkest before dawn {pv.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Night is darkest before dawn {pv.}   Ven 2 Jan - 20:27

night is darkest before dawn
AND I PROMISE YOU, THE DAWN IS COMING. YOU EITHER DIE A HERO OR YOU LIVE LONG ENOUGH TO SEE YOURSELF BECOME THE VILLAIN

« - ‘Tain, z’avez vu vos gueules ? Vous vous croyez à Halloween ou quoi ? Qu’est-ce qui vous est arrivé ?
- Ce qui nous est arrivé ? Tu aurais pas bouffé un clown toi ce matin ? » Stain esquissa un sourire à l’adresse de con collègue bouffeur de blagues Carambar, se rapprochant du type pour passer son bras autour de ses épaules, avec chaleur. Tout dans sa physionomie laissait penser que l’amitié et la bonne humeur étaient de mise, et que malgré les coups qu’il s’était pris dans la gueule, il semblait ravit de retrouver ses acolytes. Tout dans son attitude, exceptée dans la noirceur du regard qu’il posa sur le Hunter. Prunelles sombres et glaciales, jurant avec la chaleur de ses gestes. Ses doigts resserrèrent leur prise autour de l’épaule, menaçant de la broyer. « - Ce qui nous est arrivé hein ? D’après toi ?! J’avais bien dit de pas se séparer, pauvre abrutit ! » Cracha-t-il avec colère, aplatissant violemment la tronche du clown de service contre son genou, il lui péta une dent au passage et l’envoya renifler de plus près la poussière jonchant le sol. Dans un grognement rageur, Stain s’essuya le visage d’un revers de manche, estompant les traces de sang laissées sur sa peau par les coups qu’il avait pu se prendre. Les mains amochées par ceux qu’il avait rendus, le Hunter enfila ses gants, et fit craquer ses phalanges pour dissiper l’engourdissant qui noyait ses pattes. Foutu crétin, je lui en foutrais moi des questions à la con comme ça. Il s’inquiète pour toi, cousinet, il ne faut pas toujours voir les choses d’un mauvais œil. Dans un autre contexte, à une autre époque, peut-être aurait-il pris la situation plus légèrement. La Résistance était devenue une ancienne utopie pour lui, un souvenir perdant de sa splendeur au fil des jours. Et un nouveau soulèvement de ces pauvres créatures avides de liberté, il n’y croyait plus. Et pourtant, quand ses employeurs avaient annoncé l’ouverture prochaine d’une nouvelle session de jeux sanglants, le milicien n’avait pu s’empêcher de frissonner. De comprendre, dans les tréfonds de son cœur, que cette annonce ferait couler beaucoup de sang. Celui des politiciens. Des rebelles. Le sien.

Un beau gâchis en perspective qui transformait la ville et l’ancienne Capitale en un terrain de jeu à ciel ouvert. Des Hunter’s Seasons grandeur nature étaient en train de prendre place dans les rues. Et une fois de plus, il se retrouvait à participer à la révolte. Du côté des vilains politicards ce coup-ci. Une fois le clown de nouveau sur pied, le petit groupe de Shadowhunters se remit en route, avec pour unique mot d’ordre : frapper d’abord, poser les questions ensuite si l’intéressé était encore en état de répondre. Et surtout, ne pas se séparer. La suite de leur petite promenade dans les rues de la ville avait pour but de venir chercher les puces d’un garagiste pas très net. L’attaque des résistants qu’ils avaient essuyés, son collègue et lui, lui restait en travers de la gorge. Sonné avant même d’avoir eu le temps de pleinement s’amuser. Les bleus et les coups reçus ne l’empêcheraient pas de ramasser sa part de désastre. Alors quand le petit groupe parvint à hauteur de la bâtisse faisant office de garage, le loup se redressa, crispant ses mains tout en laissant un énigmatique sourire venir se coller sur ses lèvres. Il jeta un regard en direction de celui qui l’avait accompagné dans la première partie de la boucherie, accompagnant l’œillade d’un hochement de tête pour être bien certain que l’ordre silencieux lancé dans la direction de l’autre Hunter était arrivé à bonne destination. Stain s’arrêta devant la porte, extirpant une cigarette de la poche de son jean, il se fit violence pour l’allumer et tira une longue bouffée. La fumée s’envola au-dessus de son nez, dessinant des volutes bleutées dans l’air chargé d’humidité. Le milicien se racla la gorge et poussa la porte. L’intérieur n’était pas spécialement plus avenant que le dehors. Un désordre de pièces mécaniques, d’outils en tout genre et de cambouis. Un charmant tableau pour celui qui aime se rouler sous un tacot et bidouiller tous les petits trucs qui permettent de faire rouler ces maudits engins.

Son regard parcourant son nouvel environnement, le prédateur finit par poser son attention sur le type qui se trouvait dans un coin du lieu miteux. Une expression de circonstance se posa sur les traits de Stain, le genre qui vient se coller sur le visage d’un type soulagé de tomber sur quelqu’un de compétent. Le genre qui ne trompe pas sur ses intentions, sauf que, cette fois encore, son regard n’était pas à la fête. Brûlant d’une lueur assassine, assombrit par les variantes d’un amusement douteux. Le loup se léchait déjà les babines, frissonnant déjà d’envie, salivant en imaginant ce qui allait suivre. « - J’ai… un soucis avec ma caisse. Quand je passe les vitesses, le levier se bloque et j’oscille entre deux. Genre le cul entre deux chaises, vous voyez ce que je veux dire ? » Tu n’as pas plus fin en stock comme allusion ? Il aurait plus la jouer plus fine, effectivement. Il n’en avait pas envie. Pas besoin d’être un génie pour comprendre le sous-entendu, pas besoin de lire sur ses traits pour savoir qu’il n’était pas là pour une histoire de voiture récalcitrante. Il joua un moment avec un écrou, le faisant rouler sur le panneau de bois jonché de pièces automobiles. « - C’est assez gênant à force, je ne sais plus de quel côté la mécanique se trouve, et j’ai peur que ça finisse mal. » Il fit volte-face, haussant les épaules alors qu’il reposait son regard sur le garagiste, ses doigts tapotant contre le bois.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Lun 26 Jan - 14:02

Connor n’était pas un grand adepte des médias et surtout pas avec ce Gouvernement de pourris qui contrôlait tout, la pensée comprise. Enfin ça ils essayaient mais les esprits rebelles perduraient à leur plus grand désarrois. Preuves en étaient ces attentats assez moches perpétrés contre les instances Gouvernementales et leurs nouvelles lubies de meurtres télévisés. Qu’est-ce qui clochait avec ces types ? Faire planer l’hostilité et la terreur comme épée de Damoclès au dessus de leur peuple n’était pas suffisant, il leur en fallait toujours plus en terme de violence. La première leçon donnée par la Résistance à New York n’avait eu qu’un effet dissuasif temporaire et peut-être même cela n’avait fait qu’attiser un nouveau feu plus dévastateur. Mais s’il fallait trancher plus de têtes nul doute que la rébellion n’hésiterait pas, leur esprit semblait d’avantage échauffé qu’à l’époque où le Texan trainait dans ces affaires. Piégé une fois de part et d’autres, trop défoncé pour arriver à faire les bons choix, il avait appris de son erreur ne se risquant plus à s’investir de trop dans quelconque business que ça soit. Sauf le sien, faisant totalement cavalier seul sur un projet qui au vue des récents évènements ne verrait sans doute pas le jour… dommage.
L’annonce du retour de ces foutus jeux meurtriers lui avait glacé le sang. Se sachant dans le collimateur du Gouvernement bien qu’il se fut tenu - plus ou moins - à carreaux depuis son arrivée à la Nouvelle-Orléans, il serait un candidat de choix. Et d’autre part il y avait ces actes de résistance bien plus violent que ceux dont il avait été à l’initiative avec Roxanne. Des affaires auxquelles il espérait ne pas être reliés de part ses actes passés. Belle utopie que de croire qu’il allait pouvoir rester bien tranquille dans son garage à faire son boulot sans que personne ne vienne lui réclamer des comptes. De nouveau Connor avait la sensation qu’il allait être pris entre deux feux et l’idée même l’emmerdait déjà sérieusement. Vigilant, plus encore qu’à son habitude, le garagiste avait rehaussé d’un cran son niveau de paranoïa. Car s’il ignorait totalement la façon dont les choses allaient se dérouler, son intuition lui laissait penser que ça ne serait pas une partie de plaisir. Ni le Gouvernement, ni les Rebelles n’allaient l’envoyer pour un séjour dans un parc d’attraction. Sauf si l’on considérait un petit road trip à New York au milieu des zombies comme la dernière destination à la mode.

Chaque nouvelle tête que le mécanicien croisait était d’office classée comme suspecte. L’ancien flic usait de ses compétences en matière d’observation pour assurer au maximum ses arrières. Il attendait l’assaut, s’y préparait en espérant que par chance il pourrait l’anticiper et contrer quelques contrats qui pourraient avoir été mis sur lui. L’orage finirait par arriver mais il voulait se laisser une chance de choper un parapluie le cas échéant Cependant afin de ne pas laisser croire à une quelconque culpabilité le Texan continuait d’agir comme il le faisait jusqu’à présent, faisant comme si de rien était en gardant les mains dans le cambouis. Son garage, son terrain, son fief et celui sur lequel il était, avec son quartier en général, le plus à l’aise si il devait tenter de sauver ses miches. Bricolant un moteur de Mustang dont le seul ronronnement suffirait à le faire bander, Connor n’en demeurait pas moins attentif à ce qui pouvait se passer dans son environnement. Un bruit suspect, des éclats de voix dans les rues voisines, agitation, odeur inhabituelle tout y passait. C’est d’ailleurs son odorat qui le mit en premier au parfum - jusque là rien d’anormal - d’un fait qui se tramait. L’odeur du tabac se mélangeait à l’ambiance olfactive du lieux.
Qui pouvait être assez con pour allumer une clope dans un garage hormis un pyromane ? Les gonds de la porte venaient de grincer indiquant la présence de quelqu’un d’autre que le garagiste dans le coin. Le Texan eu un furtif regard en biais vers celui qui entrait dans son garage, clope à la main. Sur le moment il fit mine de continuer à sa tache sans accorder plus d’attention à ce potentiel client. Une fois que celui-ci eu fini d’observer les lieux Connor sentit son regard se poser sur sa personne. Attrapant un chiffon sans pour autant lâcher la clé qu’il avait en main il entreprenait de nettoyer ses mains et l’outil dans un geste tout à fait anodin pour un mécanicien. Mine interrogative à l’appui il attendait que le type lui fasse part de ce qui l’amenait. Une panne négligemment décrite dans le ton de ceux qui cherchent à enrober leurs propos. L’attitude du type faisait bien trop écho à ses mauvais flics incapables de jouer un rôle sous couverture, pour que le Texan n’eut pas la puce à l’oreille. Peut-être bien que l’autre agissant en toute connaissance de cause, voulait laisser planer un doute où il n’y en avait à priori aucun sur le fait qu’il n’avait probablement même pas de voiture dans le coin. « Ce que je vois surtout c’est que tu vas éteindre ta clope. J’ai pas spécialement envie que mon garage fasse office de barbecue géant. » le ton du brun ne lui plaisait guère mais c’était d’avantage dans son regard qu’il décelait qu’un truc clochait. « La boite de vitesse, hein ? » questionnait Connor en restant professionnel malgré son mauvais pressentiment « C’est quoi comme caisse que t’as ? » poursuivait-il en regardant l’autre jouer avec un écrou, notant des traces d’ecchymoses sur ses mains, preuve que celles-ci avaient donné des coups.
Restant à distance raisonnable de son visiteur, le Texan arquait un sourcil en le fixant avec son attitude habituelle ne laissant rien paraître de sa méfiance « On peut aller la voir ta bagnole. À moins qu’elle soit en rade à des plombes d’ici, j’ai pas entendu de moteur. » lâchait-il avant de désigner sa clé qu’il avait toujours en main « Je pose ça et on s’occupe de ton soucis. ». Connor retournait à proximité de son établi posant dans une caisse à outil tout ce qu’il a de plus classique son outil au profit d’un autre d’un style tout à fait différent. Il fit alors volte-face vers l’intrus, armant son flingue alors qu’il le pointait en direction du brun un peu trop louche pour le rôle. « Maintenant on va pouvoir s’occuper de ton cul entre deux chaises connard. », la meilleure défense était l’attaque après tout, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Mer 28 Jan - 20:49


Un sourire s’apposa sur les lèvres du milicien. Il contempla la cigarette entre ses doigts, et eu pendant un bref instant l’envie de foutre le feu à la baraque. Ca résoudrait l’affaire et il pourrait terminer sa journée plus rapidement que prévu. C’était sans compter sur la panique sourde qui lui vrilla le ventre à cette simple pensée. Il frissonna, l’angoisse caressant sa peau pour le pousser à jeter l’objet de la discorde à terre et à l’écraser avec son talon. Frustré et rassuré en même temps. Il se brisait les nerfs à chaque fois qu'il avait l'idée stupide de s'allumer une clope. Il espérait aussi que ce supplice pourtant plaisant, parviendrait à atténuer cette phobie qui le rongeait avec tant d'ardeur. « - Navré… » Un môme prit en pleine bêtise aurait eu le même ton. Et le regard qui se perd sur le sol pour éviter d’avoir à affronter les prunelles courroucés du parent énervé. Les questions du mécano lui firent comprendre qu’il ne mordait pas à l’hameçon. Son plan de départ s’avérait bien plus pourrit que ce qu’il croyait. Irrité, Stain croisa les bras sur sa poitrine et essaye de revoir sa méthode. Peu enclin à se montrer brutal dès les premières minutes, il devait se rendre à l’évidence, les discussions calmes et polies, ce n’était pas son fort. Parce que ça l’a été un jour ? Elle avait presque réussi à lui foutre la paix pendant toute la journée. Les sourcils froncés, le soldat leva vivement la tête et posa son regard sur sa droite, là où  se tenait l’apparition chimérique. Il fit mine de ne pas relever l’affront et reporta son attention sur le mécanicien. La surprise courut un instant sur les traits du Hunter. Pris au dépourvu, il se sentit totalement bête. Il possédait bien un véhicule, mais était incapable d’en donner la marque. Du moment que l’engin avait quatre roues, un volant et qu’il le conduisait d’un point A à un point B, que ce soit telle ou telle marque, il s’en foutait. Il haussa une épaule, se donna encore un instant de réflexion avec l’espoir de faire fonctionner sa mémoire puis abandonna l’exercice. « - Une vieille bagnole. » Ca résumait bien la situation. Et sa caisse devait certainement ne pas être de première main.

Un nouveau sourire, sombre et un brin sarcastique revint se glisser sur ses lèvres. Malin le petit. Les choses risquaient d’être plus intéressantes qu’il ne le pensait au premier abord. Tant mieux. Il avait dû sûrement entendre qu’il n’était pas seul. Que d’autres étaient restés disséminés autour de la bâtisse et dans la rue alentour. Juste au cas où la situation tournait au désavantage du milicien. Mais au fond, il en doutait. Un type seul, avec quelques clés à molette à portée de main, ça n’avait pas grand-chose de bien dangereux. « - Perspicace… J’ai abandonné l’idée de m’en servir, après je doute que ce soit le moment pour aller fourrer son nez sous le capot, non ? » Et l’amener en terrain découvert serait une grossière erreur. Stain essaye de décrypter le regard que lui lança le garagiste. Sans grand succès. Aussi doué qu’il pouvait l’être pour cacher son ressentit, le type finit par briser le contact et lui tourner le dos. Et le retour de flamme le laissa sans voix. Interdit le temps que son cœur reprenne sa place initiale, Stain finit par lever lentement les mains en direction du tireur du dimanche. Franchement irrité par le surnom dont il s’était vu affublé, il dut faire un effort pour ne pas rétorquer sur le même ton et incendier l’apprenti rebelle de son vocabulaire le plus imagé. « - Doucement vieux. Si j’étais toi j’éviterais de faire un truc aussi con. » Le ton se voulait inquiet, mais dans sa voix perçait un aplomb qui parvint à surprendre le premier intéressé. A armes égales, le contact du holster contre son flanc le rassura néanmoins. Il préférait pourtant éviter d’avoir à sortir cette carte de sa manche aussi rapidement.

« - J’ai pas ma caisse comme tu l’as si bien noté, mais je suis pas venu seul. Alors tu vas gentiment poser ton jouet, et on va discuter, hein ? En types civilisés. » Stain se redressa tout en baissant les mains, lentement. Et sans quitter le garagiste des yeux. La menace était sous-jacente, dissimulées derrière des mots qu’il avait lâché dans un souffle. La peur, elle n’était pas encore de mise. Elle n’avait fait que frôler son cœur, pour disparaître aussitôt. Distillée par l’adrénaline qui lui dévorait le sang. Tu devrais arrêter de te croire invincible, ce n’est qu’un loup que tu as sous la peau, rien de plus. Et il en avait parfaitement conscience. C’était dans sa nature, de se montrer intrépide et d’emmerder le danger.

« - En plus de soucis de moteur, paraît que t’as des soucis avec le Gouvernement, je suis juste là pour mettre les choses au clair. » Lâcha-t-il tout en posant un morceau de son postérieur contre l’établi, histoire de s’installer plus confortablement au vu de la discussion à venir. Il savait pertinemment que si le garagiste refusait d’obtempérer et s’obstinait à avancer sur cette voix, il allait sortir de ses gonds.  La présence de son cauchemar personnel dans la pièce rendait le Hunter encore plus prompt à sortir les griffes à la moindre contrariété. « - Pas la peine de jouer au fou de la gâchette, il t’arrivera rien. » Et tu penses qu’il va gober ça ? Tu n’as peut être pas l’uniforme, mais tu restes un soldat. La petite voix l’irrita presque autant que la menace de l’arme qui continuait de peser sur ses épaules. Il serra les mâchoires et se fit violence pour conserver son semblant de calme. Il le sentait filer entre ses doigts. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi on l’avait fait venir ici. Pourquoi ne pas tout simplement arrêter ce clown et l’emmener dans un endroit plus approprié pour un interrogatoire. Il laissa échapper un infime soupir, croisa les bras et se mis à tapoter de l’index contre son bras. Le silence lui brisait l’échine.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Sam 7 Fév - 16:50

La vue du flingue ébranlait légèrement l’aplomb de son interlocuteur, visiblement surpris par cette soudaine mise en joue il levait les mains en signe de neutralité. Peut-être que son petit manège aurait marché avec quelqu’un d’autre, mais Connor en bon paranoïaque et ancien flic n’avait pas mordu à l’hameçon. Il était prêt à mordre tout court, prêt à lancer l’attaque le premier si cela s’avérait nécessaire. Et son vis à vis semblait bien au fait que son attitude n’avait rien d’une supercherie en comparaison de son histoire de problème mécanique. « Ce qui est con, c’est se pointer dans mon garage la gueule enfarinée en me servant des conneries comme tu l’as fait, mec. » le canon de son arme était toujours pointé vers l’intrus lequel ne paraissait pas des plus à l’aise, impression satisfaisante pour le Texan. Pour autant le garagiste se doutait bien que ce type n’allait pas gentiment tourner les talons et partir, il voyait dans son regard une lueur qui laissait clairement penser que ça n’était même que le début de leur discussion. Ainsi son interlocuteur évoquait la petite troupe qu’il avait pris le soin de prendre avec lui. Une bande de mecs rodaient donc autour du garage, prêts à débarquer si la situation venait à sentir le sapin ou dans le cas précis la poudre. L’ex junkie eu un petit rire « Un potentiel carnage en prévision. Y’a peut-être déjà assez de bordel dehors, non ? » ce type n’était pas là par hasard, mais Connor ne savait pas encore de quel côté il se situait. Rébellion ou Gouvernement ? Les deux partis étaient susceptibles de venir lui réclamer des comptes, impossible donc de savoir clairement pour qui bossait le brun à l’allure confiante.

L’ancien flic n’eut même pas à poser de questions que la réponse lui fut spontanément donné. L’intrus bossait pour le Gouvernement ce qui n’augurait définitivement rien de bon. « Les choses sont claires depuis longtemps. » le blond haussait les épaules avec une certaine nonchalance « J’emmerde ces bouffons qui essayent de nous faire gober leurs principes. » il lâchait un soupire « Mais j’ai aussi appris à fermer ma gueule, faire profil bas. ». Les sourcils de Connor se froncèrent dans une moue dubitative, il n’allait rien lui arriver ? Est-ce que ce mec s’entêtait à le prendre pour un lapin de six semaines malgré le flingue pointé sur lui ? Au moins il ne manquait pas de culot, de courage ou de stupidité, à voir l’adjectif qui correspondait le mieux à la situation. « Tu vas m’offrir des chocolats ? » questionnait-il avec un air railleur « Me proposer un accord en échange de je ne sais quoi ? ». Observant son interlocuteur avec un fin sourire le Texan baissait son arme. L’autre jouait les impatients à tapoter nerveusement de l’index de plus il venait de voir un holster à sa ceinture, et il n’avait pas vocation à se lancer dans une fusillade. « Ok ça va. » rangeant son arme dans sa propre ceinture, prête à être dégainée si besoin le garagiste levait ensuite les mains « Je suis tout ouïe cow-boy. ».
Les deux mâles se toisaient, aucune femelle n’était en jeu mais c’était peut-être une histoire de territoire qui se jouait là. Métaphoriquement parlant, s’il l’on prenait en compte que connaître la présence de sbires du Gouvernement chez lui faisait grince des dents Connor. Il sentait sa liberté tout de suite très largement mise à mal et à la manière des animaux peu dociles c’était dans ce genre de circonstances qu’il pouvait devenir le plus agressif. Néanmoins le Texan avait décidé de se tempérer, laissant le bénéfice du doute à ce mauvais acteur qui lui faisait face. Ce type l’intriguait et il émanait de lui quelque chose de presque malsain, mais l’ex-junkie était bien incapable de savoir ce qui provoquait un tel pressentiment de sa part. Faisant un pas en avant, s’approchant d’avantage du milicien, il plantait son regard dans celui de son invité surprise « Sers moi ton discours et dégages. Je suis clair ? » son ton était on ne peut plus sérieux et il espérait être suffisamment convainquant pour ne pas avoir à s’exprimer avec plus de gestes et moins de mots.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Dim 8 Fév - 20:20


L’attaque poussa Stain à lâcher un petit rire. Nerveux et bien loin de ses éclats de rire venant du cœur. Il n’avait pas préparé son coup, s’était jeté dans la gueule du loup sans réfléchir, et ses connaissances minables en mécanique ne l’avait pas aidé. Le Hunter se renfrogna légèrement avant de hausser un sourcil et de jeter un regard vers la porte. Il attendit, laissa planer le silence comme s’il était à l’affut de quelque chose. « - J’entends rien, tout m’a l’air calme. Et le bordel, il dépendra de toi. » Lâcha-t-il au bout d’un court instant, haussant une épaule avant de reporter son attention sur le garagiste, visiblement toujours enclin à le tenir en joue. Il ferait avec si le mécano s’obstinait dans cette voie, ce ne serait pas la première fois qu’il se trouverait en situation de faiblesse et qu’il devrait s’abaisser devant l’ennemi. Courber l’échine et lui donner toute l’impression qu’il a les cartes en main quand au fond, le loup contrôle la partie. Les traits du soldat se crispèrent quand les paroles de sa proie vinrent titiller ses oreilles. Suicidaire, ou inconscient, le résultat était le même, les mots étaient sortis. Il secoua la tête avec dénégation et fit claquer sa langue contre palais en signe de mécontentement, tapotant un peu plus fortement des doigts contre son bras.

« - Si j’étais toi, je m’abstiendrais de dire des trucs pareils. Les murs ont des oreilles, et c’est pas dit que je tienne ma langue une fois sortit d’ici. » La menace était sous-jacente. Il n’avait pas encore décidé de ce qu’il ferait une fois sortit d’ici. A vrai dire il n’avait décidé de rien. A mesure que les choses se déroulaient devant ses yeux, ses pensées bifurquaient. Il changeait de stratégie à chaque nouvelle accroche. Revoyait ses idées dès qu’un geste venait en remplacer un autre. Il savait que le garagiste ne se laisserait pas marcher sur les pattes sans sourciller. Et au fond, Stain n’en attendait pas mieux. Echaudé par sa première confrontation avec les résistants, le loup hurlait sous la peau et mettait l’homme au supplice. Dans son ventre, les entrailles se crispaient en spasmes réguliers et le besoin de sang venait caresser sa langue. « - C’est pas l’impression que tu me donnes. Pour quelqu’un qui sait la fermer, tu parles beaucoup. » Il scruta son interlocuteur, moqueur et sarcastique comme pas permis. L’audace du bonhomme avait quelque chose de similaire avec cette inconscience dont il se parait le plus souvent. Cette tendance à l’ouvrir trop facilement et à ne pas réfléchir avant de s’exprimer. Le sang chaud et les mots faciles, de beaux défauts qui lui collaient à la peau et qui lui avaient valu bon nombre d’emmerdes. La raillerie fit naître un nouveau sourire sur les lèvres de Stain. L’arme se baissa enfin, et dans sa poitrine il sentit l’étau qui enserrait son cœur se faire plus docile. Au fond, il redoutait de se retrouver avec une balle dans le bide. Avec un peu de chance, ce ne serait pas de l’argent mais dans les deux cas, ça ferait un mal de chien. Ce que tu es très cher. Il se redressa du mieux, se fit violence pour ne pas fusiller son fantôme du regard et apposa sur ses traits une expression penaude.

« - J’ai oublié les chocolats, désolé. Je peux te proposer une clope si tu veux à la place.- Je suis pas venu pour te proposer quoi que ce soit. Ni te laisser de choix. » Si le début de sa réplique était empreint d’une certaine légèreté, la suite de ses mots tomba dans les graves. L’amusement brûlant dans ses prunelles s’effaça dans un battement de cils et Stain le Shadowhunter entra pour de bon dans l’arène. Il abandonna son appui de fortune, décroisa les bras et fit un pas en direction du garagiste. « - Mes supérieurs apprécient pas trop que tu fricotes avec la résistance. Et même si tu n’as pas fait trop de bulles depuis quelque temps, ils aimeraient être sûrs que tu poses ton cul sur la bonne chaise. » Il scruta un instant le visage de son interlocuteur, impassible. « - Ecoute, Conny, je peux t’appeler Conny hein ? Jure moi que tu feras plus le con, que tes magouilles illégales vont s’arrêter, et ce sera bon pour moi. » Vraiment ? Ne me dis pas que tu partirais aussi facilement ? Bien sûr que non, et ce qui incendiait ses prunelles sombres était la preuve parfaite qu’il mentait.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Lun 23 Fév - 11:01

Présentement les rues étaient calmes mais le Texan savait que malgré sa petite remarque et sa réaction au premier degré son interlocuteur était parfaitement au fait de ce dont il voulait parler. Clébard du Gouvernement oblige, le brun devait être en première ligne pour voir à quel point l’ambiance devenait brûlante dans les rues de la Nouvelle-Orléans. Et la situation avait forcément réorienté les objectifs sur lui étant donné son passé de résistant, même si à ce jour il n’était plus qu’un garagiste tout ce qu’il y a de banal… ou presque. Devait-il être flatté d’avoir ainsi de l’attention ? S’il avait encore été un homme engagé auprès de la Rébellion peut-être bien que ça aurait titillé son égo en lui donnant de l’importance. Là clairement ça l’emmerdait, après tant de temps à faire profil bas pour sortir du viseur de ce régime totalitaire voilà qu’on l’emmerdait à nouveau. Connor estimait avoir déjà bien assez de problèmes autres que ceux qu’il pouvait avoir vis à vis du Gouvernement, mais ça bien sûr tout le monde s’en foutait. À croire que le monde entier était fait pour le faire chier ! D’ailleurs c’est quelque peu échauffé par l’objet de la visite de l’intrus, que le Texan balançait crument sa pensée et ses bonnes résolutions de se tenir à carreaux.
Le choix des mots n’avaient peut-être pas été des plus judicieux et le sbire gouvernemental lui fit justement remarquer qu’il serait sans doute plus prudent de ne pas tenir de tels propos. De un parce que on pourrait l’entendre et que ça lui attirerait potentiellement des ennuis, de deux parce qu’il cet invité surprise s’affichait lui même comme étant peut-être une balance. La mise en garde arrachait un roulement d’yeux à Connor qui se sentit étonnement Cordélien en faisant ce geste ce qui dans un second temps le fit grimacer légèrement. L’autre enchainait avec son impression sur l’attitude du Texan, amenant encore d’avantage une pointe d’ennui supplémentaire à la discussion. Le garagiste avait comme seule volonté de voir déguerpir ce trou du cul qui puait la suffisance, encore un de ces pseudos mercenaires qui se pensent invincibles en étant du côté du pouvoir en place et cela même avec une arme pointée sur sa tronche. Le type n’était pas franchement en position de négocier et s’il avait un peu moins tenu à sa tranquillité que ça Connor aurait sans doute déjà appuyé sur la détente. Mais qui disait coup de feu disait bruit, alerte, intervention… et donc de son côté, nettoyage, cavale, emmerdements. C’était fou comme à bien y réfléchir l’ex-junkie en revenait toujours au même : les emmerdes. Qu’il se tienne à carreaux ou non, qu’il soit clean ou non.

Finalement le Texan avait rangé son flingue, prêt à écouter son interlocuteur en espérant surtout que ça suffirait pour le voir partir. Mais clairement cette situation sentait le sapin. Et pas celui qu’on accrochait autrefois au retro pour que ça sente bon dans la bagnole, non ce sapin là sentait le pourrit des racines jusqu’au sommet. Ce visiteur n’avait même pas eu la courtoisie de lui apporter des chocolats et encore moins une proposition d’arrangement. Connor saisit alors qu’il était sans doute là pour lui arracher soit des aveux, soit proposer une mise en garde en bonne et due forme. Parce que ça sonnait très clairement aux oreilles du garagiste, il n’avait pas le choix. La question aurait-été de savoir qui avait encore le choix dans ce monde ? Car son interlocuteur donnait l’illusion de mener la danse mais lui aussi n’était qu’un pantin, une vulgaire marionnette qui une fois trop usée finirait aux ordures. Une attitude plus menaçante s’invitait sur les traits de son faux client et le mécanicien fronçait légèrement les sourcils alors qu’il s’avançait d’un pas. Clairement un truc avait changé dans son regard, une lueur étrange comme animale.
Le Texan avait été clair, il écoutait ce que le clebs du pouvoir avait à dire et il espérait ensuite le voir se barrer comme il était venu. C’était beau de l’espérer, mais les secondes s’égrainaient et Connor était de moins en moins convaincu que ça serait si simple. Intuition d’ancien flic peut-être bien. Vint alors le réel objet de cette visite, à savoir le mécontentement du Gouvernement vis à vis des anciennes fréquentations du garagiste. Mélange de mise en garde et de conseil, ce qui en fin de compte était purement et simplement une menace. Le mécano tiquait sur cette expression employée, qu’il s’assoit sur la bonne chaise, car dans son esprit dès lors qu’il s’agissait du pouvoir en place il n’y avait pas de bonne chaise. Poursuivant avec une certaine familiarité, son interlocuteur devait croire que c’était là le meilleur moyen d’obtenir son attention et sa docilité. Mauvais choix. « Non tu peux pas m’appeler Conny… Parce que tu vois ça commence comme ça avec un petit surnom et ensuite l’air de rien tu me proposes qu’on s’encule dans un coin. » haussant les épaules et affichant un air désolé le Texan poursuivait sans agressivité mais avec détermination « Et je mange pas de ce pain là. Surtout que tu m’as même pas amené de chocolats, je te le rappelle. ».

Un soupir passait entre ses lèvres, le petit jeu ne l’avait pas beaucoup amusé mais sa patience s’effritait encore plus vite à présent. « Je fricotes pas avec ce que tu appelles la Résistance. Cette époque elle est maintenant figée dans la glace… Tu sais là où les arènes poussent comme des champignons depuis que tes chers supérieurs ont décidés de remettre en marche leur projet télévisuel favoris. » ce fut le tour de Connor de faire un pas en avant pour défier d’avantage son interlocuteur, plantant son regard émeraude dans le sien sans ciller un seul instant « J’ai rien à jurer parce que tout ça, j’en suis plus. Je sais pas ce qui se prépare et ce qui a déjà eu lieu j’en savais rien. » il désignait l’ensemble de son garage d’un signe de la main « Je répare des bagnoles, elles au moins me font pas chier et c’est très bien comme ça. » posant la main sur son flingue sans pour autant le dégainer à nouveau il ajoutait « Et je te conseille de faire pareil. De repartir avec tes potes sans m’emmerder d’avantage parce que je commence à plus vraiment être d’humeur. ». Nul doute que ça n’allait pas être aussi simple que de demander – relativement gentiment – à cet homme de partir, mais qui ne tente rien n’a rien comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Mer 25 Fév - 19:31


L’offense, s’il devait y en avoir une, se manifesta par un froncement de sourcils. Le milicien esquissa un infime sourire, amusé malgré lui par la répartie de son adversaire. Admirable, il ne pouvait pas en dire le contraire. Tout ça à cause d’un oubli de chocolats. Il ne s’y reprendrait plus, la prochaine fois il ferait l’effort d’apporter ladite gourmandise. Tu n’as donc aucune limite ? Est-ce vraiment le moment pour ce genre de pensée ? C’est toujours le moment pour ce genre de chose cousinette. Mais je compatis, ça devait pas être la fête de la couette tous les jours avec ton louveteau. Un regard pétillant en direction de la zone occupée par l’apparition, et le soldat reporta son attention sur le petite garagiste. « - Je ne le proposerais pas de cette manière. » Il ne s’y prendrait pas comme ça non plus. « - S’il n’y a que ça, la prochaine fois je te ramène du chocolat et des fleurs avant de passer à tabler. T’en fais pas, t’es pas mon genre non plus. Le cambouis c’est pas mon délire. » Lâcha-t-il en désignant d’un geste vague de la main le décor environnant et la saleté qui s’amoncelait dans les coins. Les lieux insalubres, il connaissait pourtant. Les soirs où la débauche n’avait plus de limites. L’endroit, dans un autre contexte, avec une autre personne, lui aurait peut être donné des idées tordues. Peut-être, la certitude restait suspendue au-dessus de sa tête et se perdit dans la suite de la conversation. Ah les arènes, ces chères petites. Pour avoir côtoyé l’une d’elle d’assez près, il n’avait pas accueilli leur potentielle réouverture avec plaisir. Et vu la tournure que prenait les événements, si jeu il devait y avoir, ils seraient bien plus sanglants que les précédentes éditions, c’était une certitude. Des frissons vinrent ruisseler le long de l’échine du loup, qui joua des épaules pour les faire disparaitre au plus vite.

« - Il faut bien occuper les ménagères et les petites familles le soir. Autant qu’ils le fassent avec un programme divertissant. » Il haussa les épaules avec une désinvolture factice, soudain mal à l’aise. Peu charmé par cette idée, les traits de Stain en venaient à s’assombrir dangereusement. Il perdait son temps. Le garagiste ne dirait pas ce qu’il était venu entendre. Et la conversation ne mènerait à rien. Cette prise de conscience fit courir la chair de poule sur ses avant-bras. Et le loup vint lécher sa gorge avec un plaisir coupable. « - Qui me dit que toutes ces belles paroles, c’est pas du flan ? Que tu les penses vraiment et qu’une fois dehors, tu n’iras pas tout cafter à tes anciens potes ? » Il scruta le visage de la petite girouette, cherchant à trouver une preuve de sa bonne foi sur ses traits. Autant tenter de voir quelque chose en plein blizzard. Le type était aussi fermé qu’une huitre. Pour avoir eu lui aussi, le cul entre deux chaises, il savait que ce genre de chose ne se lisait pas sur un visage. Pas aussi aisément en tout cas. Et Conny savait avoir l’air persuasif. Il aperçut la main revenir se poser sur la crosse du revolver. Un claquement de langue accompagna le froncement de sourcil, manifestation évidente de son mécontentement et de la frustration qui était en train de le prendre aux tripes. Le conseil tomba dans l’oreille d’un sourd. Qui se redressait déjà et abandonnait son appui de fortune. En contemplant la carrosserie d’une voiture en sale état, Stain fit craquer ses phalanges avec une lenteur toute calculée. « - A ta place, je poserais ma patte ailleurs, Conny. » Le surnom ridicule était toujours de mise, mais le ton n’appelait plus à la plaisanterie. Tout comme le regard qu’il reposa sur le garagiste. Aussi sombres que pouvait l’être son uniforme, ses prunelles vinrent accabler celles de Connor de tout leur poids. Plus d’humeur ? Tant mieux, nous sommes deux dans ce cas. Il perdait patience. Et cette perte de contrôle poussait l’animal tapit dans son ventre à gratter avec plus de hargne contre la couche de chair le séparant de la surface. Le Hunter combla la distance le séparant de celui qui était à présent devenu une proie à ses yeux.

« - Plus d’humeur ? Bien, tu seras peut être plus réceptif à ce qui va suivre dans ce cas. » Et sans attendre une quelconque réponse de la part de son interlocuteur, le loup se saisit de l’arme du garagiste. Envoyant se fracasser la crosse dans le nez du malheureux. Le cartilage craqua sous la force du choc, la proie perdant l’équilibre. Ce qui permit au tortionnaire d’agripper sa nuque de sa main gauche et de frapper de son autre poing, en plein dans les flancs. L’odeur du sang lui vrilla le nez et crispa ses entrailles. La salive sur la langue, les dents serrées par un plaisir bestial, le Hunter s’autorisa une dernière estocade. Les doigts fermement agrippés à la nuque du garagiste, le front de ce dernier rencontra, un peu trop durement peut être, le bois de son établi. Stain relâcha alors sa victime qui s’effondra à terre, sonnée par le coup.

« - Je prends ton silence pour une réponse à notre accord. Tu te tiens tranquille, et on te laisse tranquille. Mais si, par le plus grand des hasards, j’apprends que tu refous ton joli nez dans des affaires qui ne te regarde pas, je reviendrais te voir. » Il posa un genou à terre, penché près de Connor. « - Parce que je t’aime bien au fond. T’es sympa comme gars, Conny. » Il tapota avec toute la candeur du monde sur la tête de sa victime. Comme il pouvait le faire avec le husky de sa cousine. L’affection du geste était une pure hypocrisie. Toute comme le sourire qui se posa sur ses lèvres. « - Ca m’embêterait qu’il t’arrive un truc pas cool tu sais. » Et au fond, il le pensait.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Ven 6 Mar - 19:24

Il n’était pas son genre ? Et bien tant mieux parce que c’était réciproque. Même si du côté de Connor le cambouis et l’odeur d’huile de vidange ne le dérangeait pas outre mesure. Ce qui l’aurait plus dérangé en revanche aurait été une réponse positive de la part du clebs gouvernementale. Il n’avait aucune animosité envers la population gay tant qu’aucune queue ne s’approchait trop près de son cul. « Je t’attendrais avec l’apéro. » ironisait le Texan puisque dans ce genre de circonstance c’était tout ce qu’il restait à faire. Enfin c’était sa méthode à lui et si elle n’avait pas toujours fait ses preuves, il espérait que peut-être cette fois ça suffirait. Mais ses propos se teintaient inévitablement d’amertume dès qu’il évoquait le Gouvernement et surtout ce que ce dernier mettait en œuvre pour maintenir la population dans l’obéissance et la crainte. Contexte irritant pour le garagiste qui en dépit de ce que pouvait dire cette garce frigide de Roxanne, avait bel et bien des valeurs à défendre. Elles étaient mises à mal par la politique totalitaire qui régnait depuis trop d’années déjà et cela expliquait pourquoi Connor avait par le passé rejoint la Résistance. Cependant il était sérieux en disant qu’à présent il se tenait à carreaux , éloigné des projets fous et meurtrier perpétré par ce qu’il appelait désormais la Rébellion. Dans les termes, l’ex-junkie voulait marquer une réelle différences entre les deux groupes et leurs manières d’agir.
Sans doute le Texan était-il un peu trop rabat joie pour apprécier de se repaître d’un spectacle comme la mort de ses pairs. Dans le lot se trouverait pourtant des gens qu’il ne portait pas dans son cœur. Cet abruti de sbire qui lui faisait perdre son temps actuellement par exemple, il n’était pas à l’abris non plus et c’était d’autant plus risible qu’il prêche pour la paroisse du pouvoir en place. Mais à bien y réfléchir le milicien n’avait pas remis en question le fait qu’il pouvait aimer se faire mettre bien profond. Pensée fleurie dont Connor fut sortit par son interlocuteur qui se montrait plus affable que sa mine ne l’aurait laisser croire. Bien entendu il doutait de la sincérité du garagiste, lequel ne pouvait pas totalement lui en vouloir « Rien. Si ce n’est ma bonne foi. » un petit sourire étirait les lèvres de l’ancien flic contrastant avec le regard dur qu’il posait sur son vis à vis. Sa patience avait fait une chute libre et son instinct lui criait que la situation puait de plus en plus. Réaction de cause à effet ou dénouement inévitable, le brun changeait de posture en faisant chanter ses phalanges par quelques craquements équivoques.

Une nouvelle grimace contrariée déformait les traits de Connor quand l’autre s’entêtait à l’affubler de ce surnom ridicule trouvé à la va vite. Ce mec là manquait cruellement d’inventivité… en matière de surnom en tout cas. Mais en dépit de la note affectueuse que pouvait laisser croire le sobriquet, le regard qui vint à nouveau toiser le garagiste n’avait rien de sympathique. Milicien ou apprenti psychopathe ? Sachant qui était son employeur ça ne faisait pas franchement de différence. Mais l’ex-junkie ne cillait pas, il l’avait dit son humeur n’était plus au beau fixe, la faute à qui ? Un vague avertissement suivit mais le Texan n’eut pas le temps de réagir que déjà la crosse de son propre revolver s’abattait sur son nez. La douleur fut nette et vive, arrachant un juron au blond qui portait aussitôt sa main en direction de son organe olfactif. Son corps avait basculé sous l’impact, il sentit la main du milicien s’abattre sur sa nuque et la serrer avec une poigne d’une force qu’il n’avait pas soupçonner de la part de l’individu. « Fils de.. » le poing du brun fut plus vif que les mots et s’écrasait lourdement sur le flanc du garagiste qui pliait sous l’impact. Connor pensait que ce n’était qu’une entame et tentait de se redresser quand l’autre utilisant sa prise sur sa nuque vint l’assommer le front contre le bois de son propre établi. Ses jambes se dérobèrent et son corps semblait fondre sur le sol comme un tas.
L’odeur du sang lui donnait la nausée, à moins que ce ne fut la douleur ou peut-être l’association des deux. Le garagiste bien que dans les vapes voulu serrer les dents, geste éveillant plus vivement la douleur qui irradiait l’ensemble de son visage. Il sentait son cœur battre dans ses temps et l’arrête de son nez meurtri. Probablement avait il une côte cassée ou fêlée à minima tant respirer semblait être à présent une épreuve douloureuse. Le liquide vermillon et visqueux inondait son visage et le sol autour de lui, au point qu’en rouvrant les yeux Connor eu d’abord une vision rougit par l’hémoglobine. Entre conscience et K.O le Texan entendit les mises nouvelles mise en garde de ce bâtard de Shadowhunter. Encore un discours qui manquait cruellement d’inventivité mais le blond n’était plus tant en posture de le faire remarquer. Malgré son champ de vision réduit ses chairs tuméfiées qui gonflaient déjà, l’ancien flic vit l’un des genoux de son agresseur se poser à terre. Et avec une condescendance qui failli le faire gerber il lui fit part de ses sentiments positifs à son égard. Cherchait-il a l’humilier ? Les mots firent sourire amèrement Connor qui sentit une vague de colère lui tordre les tripes en sentant la main du brun se poser sur son crâne accompagné d’une nouvelle remarque dont l’hypocrisie était on ne peut plus palpable.

Mais le garagiste bien qu’en très mauvaise position pour répliquer avait au moins l’avantage du terrain. Ainsi il s’avait bien ce qu’il entreposait sous son établi. « J’ai bien senti toute ta bienveillance… » articulait-il non sans quelques difficultés. Usant du peu d’énergie que la douleur ne lui avait pas réquisitionné le Texan attrapait la manivelle d’un cric en après un tâtonnement discret. Il balançait alors un peu à l’aveugle un coup en direction du genou de son bourreau, l’outil brassant l’air dans un sifflement bien reconnaissable. Connor y avait mis ses dernières force espérant atteindre son adversaire suffisamment fort pour avoir la possibilité de se laisser le temps d’aller chercher une autre arme qu’il planquait dans le coin en bon parano qu’il était. Mais la situation ne lui donnait-elle pas raison sur ce coup là ? Profitant du bref répit qu’il s’était offert le Texan rampait avec souffrance jusqu’au coin de la pièce fouillant avec précipitation dans son bordel, et alors que son assaillant semblait revenir à la charge il refermait la main sur la première chose qui lui paraissait ressembler à la crosse d’un flingue. Dégainant son arme en catastrophe il ne se rendit compte en la pointant sur le Shadowhunter que c’était une arme à feu mais pas celle qu’il cherchait… chalumeau au poing il menaçait le brun « Dégage fils de pute où je te grille comme une caille ! ».
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Night is darkest before dawn {pv.}   Lun 9 Mar - 20:08


L’adrénaline venait de parler. L’appel de la lutte hurlant dans les veines du loup. Les paroles, il fut un temps où il excellait dans ce domaine. Où les mots étaient ses meilleures armes pour faire flancher ses proies. Aujourd’hui ce talent n’était plus qu’un souvenir pour lui. Un fait d’une vie lui ayant un jour appartenu à présent reléguée dans la pourriture de sa mémoire. La violence était sa meilleure alliée, la meilleure chose dont il disposait pour faire mieux détruire ses victimes. L’Inquisiteur n’avait fait que gagner en force. Abandonnant son costume de maître des mots pour endosser celui de maître des blessures qui délient les langues. Alors quand ses phalanges vinrent se briser contre Connor, le loup hurla sous sa peau. Manifestant un plaisir évident qui déchirait aussi l’homme. Jusque dans les recoins les plus sombres de son être. Il faillit ne pas percevoir le début d’insulte que le garagiste tenta de lui cracher à la figure, frappant à nouveau. Et pourtant un sourire vint fleurir sur les lèvres du Hunter. « - Fils de ? Pute ? C’est tout à fait vrai, comment tu as deviné ? » Lâcha-t-il, la voix rompue par la tension qui animait ses muscles. Il en souffrait encore, de sa bâtardise. Incapable de rester de marbre quand on s’amusait à le traiter de ce nom infâme. Mais son affiliation à une créature des bas-fonds, il s’en fichait royalement maintenant. Abandonnant la gêne et délaissant la vexation pour en jouer. L’insulte ne le toucha pas. Et le sourire qu’elle avait fait naître sur ses lèvres ne s’en trouva que renforcé. Il relâcha sa proie sans le moindre ménagement, prenant le temps de poser un genou à terre pour gratifier le garagiste de cette répartie ridicule qui était la sienne. Il aurait pu se contenter de frapper et quitter le lieu sans demander son reste. Ca aurait été trop facile, trop prévisible.

« - Apparemment non, tu joues encore les fiers à bras. » Lâcha-t-il en prenant la liberté de tapoter l’épaule de Connor. Juste avant que ce dernier ne se décide à répliquer. Un geste de recul, pur réflexe du fauve menacé évita à Stain de se faire démolir la rotule. L’arme atteignit tout de même sa cible, frôlant dangereusement son genou pour faire naître une vive douleur le long de sa jambe. Le soudain regain d’énergie de sa proie poussa le Hunter à se relever, et s’éloigner d’un pas mal assuré. La menace cingla l’air. Et quand Stain reporta son attention sur sa victime, l’air vint à lui manquer. La panique s’engouffra dans la brèche, se glissant dans la moindre fibre de son être pour le contraindre à reculer encore d’un pas. Il aurait pu le faire si l’angoisse ne lui avait pas lié les membres. Tétanisé le temps de quelques battements de cœur frénétiques. Des lames acérées dans la gorge, le loup s’obligea à déglutir puis à se racler la gorge pour retrouver un semblant d’aplomb et délester sa voix des possibles relents d’angoisse qui auraient pu venir la tenir. « - Tu n’oserais pas… Le Hunter grillé, ça attire ses semblables tu sais. » La moquerie teinte sa voix. Il en joue, s’amuse de la situation quand sous la surface il tremble d’appréhension. Sa main droite le gêne. La douleur se ravive dans la chair morte et pousse le soldat à plier et déplier ses phalanges comme s’il cherchait à éteindre un feu invisible. Sans le savoir le petit garagiste venait de viser juste. Ne me dis pas que ça te fait peur ? Tu ne vas pas tirer ta révérence aussi facilement ? Et pourtant, c’était pour lui la meilleure option qui s’étalait devant son visage défait. La fierté du Hunter, réduite en cendres par la menace d’une machine venue des enfers. Il en fronça les sourcils, joua des épaules et recula enfin d’un pas.

« - Mais vu que tu le demandes si gentiment, je me tire. » Lâcha-t-il au bout d’un moment. Le silence qui planait au-dessus de leur tête prenait des airs de menace. Une expectative dont il ne voulait pas voir la réalisation. La tournure qu’avait prise la rencontre le dépassait et il savait que face à un tel retournement de situation, il ne pourrait rien faire. Pas seul. Et rameuter tous ses petits copains planqués dehors pour venir à bout d’un simple garagiste, il n’en avait pas l’intention. Ah, tout est affaire de fierté. Au fond, tu ne changes pas cousinou. Il aurait aimé gratifié sa chère cousine d’une œillade assassine, mais il préféra garder ses sombres prunelles posées sur le petit garagiste. Il leva une main en signe de rémission, baissant légèrement la tête au passage. « - Ce n’est que partie remise par contre hein. » Il accompagna la légèreté factice de sa réplique d’un sourire, lui aussi de façade. Et sans demander son reste, Stain obligea ses jambes à faire machine arrière afin qu’il puisse quitter cet endroit et se défaire de cette peur latente qui lui rongeait les veines et le cœur. Il n’adressa qu’un infime regard au Hunter qui se tenait non loin de là, lui passa devant pour enfin se rappeler qu’il n’était pas seul. Et d’un signe de main, la meute du petit loup blanc vint à trottiner derrière lui. L’échec lui restait en travers de la gorge. Le goût amer de la défaite frôlant sa langue. Mais par-dessus tout, c’était les frissons qui courraient le long de son bras droit qui le mettait au supplice. Il ne la supportait plus, cette misérable faiblesse qui le prenait aux tripes à chaque fois qu’elle venait à se poster devant sa route.

| TOPIC TERMINE


_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-
 

Night is darkest before dawn {pv.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SMOOTH.NIGHT
» RPG Twilight: Breaking Dawn: Five years later!
» Trailer: Fate stay night
» Bloody Night Rabbit rpg
» Night Wolves RPG'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-