AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar   Dim 4 Jan - 12:00

Citation :
Vous vous retrouvez à New-York au cœur des événements sans vraiment le vouloir et cherchez à vous fondre dans le décor, à survivre à la situation.

¨Il avait cru qu'il n'entendrait jamais plus cette voix, pourtant l'annonce résonnait encore. « Mes très chers compatriotes, c’est avec une joie immense que je vous annonce, la réfection des arènes et l’ouverture prochaine de nouveaux Hunter's Seasons ! » Elle avait frappé de plein fouet. Les souvenirs avaient aussitôt remonté à la surface et sans réfléchir, l'homme s'était glissé vers la sortie de la ville. Cela n'avait pas été bien difficile de sortir, il y avait soudainement comme un raz de marée. Les gens étaient prêts à en découdre, ils hurlaient de rage, se dirigeant vers l'ancienne capitale glacée. En quelques minutes, les peacekeepers avaient été débordés. Chayton s'était laissé entraîner par le mouvement de la foule, même s'il dominant le reste. Il se déplaçait avec une élégance rare, se glissant entre les gens, faisant les poches et suivant le mouvement tel un chat paresseux. Il ne réfléchissait pas, terrorisé. Il devait voir de lui-même l'arène, voir si c'était vrai. Finirait-il dans celle-ci ? Non sa maîtresse ne laisserait pas faire, mais sa maîtresse n'était plus là. Elle avait disparu de la circulation. Il la savait vivante, sinon il le saurait si elle ne l'était plus. Il était sa créature après tout, son petit jouet préféré. Dans le mouvement de foule, il entendait les gens rager.

Ils ne se laisseraient pas faire et il se glaça d'effroi quand ils parlèrent de faire brûler l'arène. C'était n'importe quoi ! Chayton tenta de s'extirper de la foule, mais en vain. Ce fut ainsi qu'il arriva dans la ville glacée de New-York envahie par des zombies, mais les gens s'en foutaient. Ils se dirigeaient vers l'arène et le skinchanger s'arrêtait, n'en croyant pas ses oreilles. Cela faisait près de dix ans qu'il n'était plus humain et il avait cru que le temps de la vengeance était terminé, mais il s'était lourdement trompé. La nature humaine ne changerait jamais. Le léopard tourna soudainement la tête en entendant au loin le bruit des explosifs. Le sol vibra sous ses pieds et il s'accroupit légèrement. Non, tout cela ne pouvait pas recommencer. Il devait s'éloigner. Il avait beau se fondre dans le paysage, il s'était éloigné des autres. Il se redressa soudainement en entendant du bruit, un bruit léger. Il n'y avait aucun doute que cela devait être un des zombies qui rôdait dans l'ancienne ville morte. Alors il s'éloigna et ses pas l'amenaient lentement, mais sûrement vers l'arène. Il vit au loin les volutes de fumée et tressaillit.

Quel carnage. Il n'arrivait pas à comprendre comment tout le monde en était arrivé là, enfin oui, il comprenait.

« Hey, qu'est-ce que tu fais là ?! »

Le skinchanger tourna vivement la tête vers un des résistants qui venait de l'aborder, visiblement furieux, un cocktail Molotov à la main.

« Je... Je vous suivais, c'est tout, je suis là pour aider. »

Il mentait bien entendu, mais il mentait avec aplomb et cela suffit au résistant qui partit sans demander son reste, râlant sur les cons de ce monde. Chayton souffla de soulagement et s'arrêta. Les peacekeepers allaient forcément débarquer, c'était obligé. Le gouvernement actuel ne pourrait pas laisser passer une telle chose. Mais quelle idée de débarquer ici ! A quoi avait-il pensé bon sang ? Le souci était bien là, il n'avait pensé à rien du tout. Il s'était cru au-dessus de tout le reste. Il fit volte-face et se retrouva nez à net avec une jeune femme. Il resta sans voix. Chayton portait une tenue extrêmement banale, mais un peu plus chaude que pour la Nouvelle-Orléans, obligé quand on était ici et que tout était gelé. Ses mains étaient couvertes de mitaines trouées, il aurait pu passer pour un clochard s'il n'y avait pas eu cette étrange lueur dans son regard. Une lueur de liberté.

« Je... Vous allez vers l'arène ? »

L'arène qui se faisait saccager pendant que tout le monde perdait la tête, mais quelle excellente idée ! Le léopard tourna la tête en entendant des hurlements au loin. Il se demandait ce qui se passait encore. Il avait l'impression d'être pris dans un étau. Il détailla soigneusement cette inconnue qui avait l'air d'une rebelle.

« Vous êtes une résistante ? »

Cela avait le mérite d'être clair, même archi clair. Et si elle l'était, que ferait-il ? Pas la moindre idée. Chayton regarda dans tous les sens, un peu déboussolé par tout ce bruit. L'ancien esclave ne se sentait pas dans son assiette, clairement pas. L'angoisse enfermait son cœur dans un étau douloureux. Il devait fuir, courir, c'était ce que son instinct de léopard lui soufflait. Oui, mais pour aller où ? Survivre, il devait survivre en attendant de pouvoir fuir de cette ville de fous.

« Ils détruisent l'arène. »

Et c'était compréhensible, suffisamment de gens avaient souffert à dire vrai. Ces hunter's season devaient rester dans le passé et en aucun cas redevenir le présent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar   Jeu 15 Jan - 19:07

Chaos
Chayton & Scar. Vous vous retrouvez à New-York au cœur des événements sans vraiment le vouloir et cherchez à vous fondre dans le décor, à survivre à la situation.


Les Hunter's Seasons... Ces mots me semblaient inconnus. Ils n'avaient aucune réalité pour moi, autre qu'un conte pour enfant. Ces années de souffrance où les gens vivaient dans la peur, je les avais passées assise dans cette chaise berçante. Drogué par les tisanes de mon père, j'avais manqué cette particularité de ce monde. Ces jeux barbares et cruels, m'avaient été arrachés. Furieuse, je fracassais le miroir qui me renvoyait mon reflet. Je voulais avoir ma vengeance et découvrir moi-même toute l'horreur qui se cachait derrière une telle annonce. Je sentais gronder l'énervement et la colère en moi, alors, qu'on me renvoyait au visage le fait, qu'on m'avait privé de ma vie de longues années irrécupérables. Sans regarder où j'allais, je suivais la foule et le chaos. Recherchant ce que je connaissais et ce que me faisait vibrer. Je n’en avais rien à faire qu’on puisse me bousculer et que la situation risquait simplement de virer à l’émeute, je me promenais la tête haute. Observant les prémices de ce qui me mettrait de bonne humeur.
Il est préférable de se faire discret dans ces instants instables, mais moi, je préférais m’en amuser. Robe à paillettes et sourire coquin aux lèvres, j’entrais dans un de ses instants de transe qui m’échappe entièrement. Perdant le fil de la réalité et me plongeant seulement dans ce que je ressentais, j’avançais. J’avançais jusqu’à ce qu’une voix m’interpelle. « Je... Vous allez vers l'arène ? » Je sursaute et sa silhouette se dessine, tandis qu’il devient réel devant moi. Une douleur à la jambe, une autre à mon bras. Je ne savais même pas comment j’avais terminé ici. Observant l’homme devant moi,  je lui adressais quelque chose de semblable à un sourire. Il agissait comme un chat aux abois, plus que comme un humain. « Vous êtes une résistante ? » La question eue pour effet d'éveiller l'entièreté de ma conscience. Me ramenant vers cet univers sans coussin qui me plaisait tant. « Non. Je ne suis pas impliqué dans cette histoire. » Une explosion attira mon attention et je ravalais l'excitation que je ressentais. Quelque part, j'avais faim de tout ça et je voulais... Je désirais en vivre plus. « Ils détruisent l'arène. » Je le regardais de nouveau du coin de l’œil. Il avait raison. Les résistants réagissaient à cette annonce qui avait jeté le feu aux poudres.

« Vous ne semblez pas prêt à endurer les conséquences de tels actes, donc, j'en déduis que vous n'êtes pas un résistant vous non plus. Dans ce cas, il serait peut-être préférable de s'éloigner d'ici. » Sur ce, je le contournais. Prenant la direction d'une étroite ruelle lugubre. Mon domaine, la noirceur. Je n'y ressentais jamais d'inquiétude et m'y sentais presque comme à la maison. « Un autre groupe s'en vient si je me fis à ce qu'on entend. Je crois que ce sera la seule sortie possible pour un moment. À moins que vous aimiez les cocktails Molotov? » J’étais indifférente à son sort. Je savais seulement que de rester sur place n’était pas une idée de génie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar   Mer 21 Jan - 22:24

Cette fille n'était pas normale. Elle souriait au ciel et portait une robe à paillette. Chayton avait une terrible impression, une impression qui refusait de partir. Pourquoi ressentait-il tout cela ? Il n'en savait trop rien, c'était ainsi, tout simplement. Il était évident qu'elle n'était pas une résistante, mais il demanda tout de même. Il aurait dû l'ignorer, tourner les talons pour ne jamais plus revenir, cela aurait été plus simple. Mais une petite voix soufflait au fond de lui qu'il avait peut-être sa maîtresse ici. Espèce de fou d'être revenu ici, pourquoi faire ? Il n'en savait trop rien. D'un côté, le léopard fut soulagé de l'entendre dire qu'elle n'était pas mêlée à tout cela. Il allait devoir la croire sur parole, ce ne serait pas chose aisée par les temps qui couraient. Il avait plus la tendance à ne pas croire les gens, se méfier encore plus d'eux. Mais là il n'avait pas le temps de se créer des ennemis supplémentaires parmi ceux qui étaient déjà présents. Pour la première fois depuis longtemps, il ressentait le besoin viscéral de parler, mais le besoin vraiment incontrôlable. Il était un grand garçon, il aurait dû se montrer plus fort, n'est-ce pas ?

Mais non, même un homme mûr comme lui méritait d'avoir peur. Le voleur resta ébahi devant son aplomb et quand elle dit qu'il fallait s'éloigner. Déjà elle le contournait pour se diriger vers une ruelle sombre. Il faillit la retenir, mais se reprit de justesse tandis que des bruits parvinrent à ses oreilles sensibles de skinchanger. Il y avait des gens, des gens qui approchaient et qui ne devaient pas être contents. La révolte grondait partout et Chayton préférait ne pas y être mêlé. C'était mieux ainsi sincèrement. Alors sans demander son reste, il suivit la fille d'un pas souple et élégant, mais rapide.

« Vous savez en faire ? Des cocktails Molotov ? »

Il ne pouvait pas se fier à sa silhouette de petite princesse, après tout, sa maîtresse avait semblé elle aussi inoffensive les premiers temps avant de le torturer mentalement. Alors que Chayton devait bien faire le double de son poids à l'époque. L'apparence ne voulait rien dire, c'était la leçon de vie qu'il avait reçu en dix d'esclavage. L'obscurité ne lui faisait pas peur, il était nyctalope. C'était particulièrement utile et cela permettait de rendre les peurs humaines extrêmement futiles. Il se posa sérieusement la question de si cette fille avait des cocktails Molotov, s'il en ferait usage. Non, il ne voulait pas. Il n'était vraiment pas ce genre de personne quoi qu'on pense. Il n'était pas violent pour un sou et détestait la violence, quelque que soit la forme qu'elle prenait.

« Vous savez où nous allons ? J'ai repéré des zombies non loin de là. »

Bien entendu que le bruit avait intéressé les morts vivants. Ils étaient les principaux ennemis de cette ville. En soi, ils étaient lents, mais on n'était jamais à l'abri de rien. Chayton s'arrêta brusquement quand il vit une silhouette au bout de la ruelle qui les attendait étrangement. L'homme tenait à la main une barre métallique et posa son regard sur la jeune femme puis sur le skinchanger.

« Vous n'êtes pas entrain d'aider les autres ? »

La voix était agressive et ne laissait place à aucun doute. Cet individu leur ferait mal et le plus possible. Chayton ne bougeait pas. Son premier réflexe serait de courir et de ne pas se retourner, mais il ne pouvait pas fuir ainsi. Il y avait quelque chose chez cette fille qui le retenait. Elle était nettement plus vieille que la fille de sa maîtresse, mais tout de même, elle faisait résonner quelque chose en lui. Quelque chose qui avait été en lui durant dix ans d'esclavage. Alors il eut une pensée, il ne lui ferait pas l'affront de la sous-estimer, il verrait bien de quoi elle serait capable. Des bruits dans son dos l'alertèrent du fait que de toute manière, ils n'auraient pas la chance de fuir de son côté, car la suite de la troupe arrivait déjà. C'était dans ce genre de cas que Chayton rêvait d'être particulièrement violent. Son regard s'attarda sur deux hommes, eux aussi armés de barre et semblait-il, déterminé à se battre. Grand bien leur fasse ma foi. Le skinchanger grimaça, super. Il avait le choix entre se battre ou... Son regard fut attiré soudainement par un éclat vif et métallique, l'échelle de secours d'une vieille immeuble. Il se colla au dos de la fille.

« L'échelle, on peut l'atteindre. »

Elle devait être rapide. Lui en tout cas le serait. Le léopard en lui feulait de courir, courir pour survivre, c'était nécessaire. Mais l'homme restait rivé sur ses deux jambes tandis que ces deux poings le démangeaient. Oh au final... Se battre le tenterait bien tiens !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar   Sam 7 Fév - 4:33

Chaos
Chayton & Scar. Vous vous retrouvez à New-York au cœur des événements sans vraiment le vouloir et cherchez à vous fondre dans le décor, à survivre à la situation.


« Vous savez en faire ? Des cocktails Molotov ? » « Non. » Ma réponse fut sèche et brève, je n'avais pas de temps à perdre en bavardage de ce genre. Je ne voulais que continuer ma route et m'éloigner. Ne pas être mêlé au chaos si additif pour la personne que j'étais. De plus, toute cette agitation finirait par me donner faim et ce n'était bon signe pour personne si je me retrouvais affamé. Je n'étais pas capable de me contrôler et m'en prendre à cet homme, qui me rappelait un chaton apeuré, ne me plaisait pas. Les victimes, je les aimais moins... Victime? Une tension dans mes épaules, se mit à m'achaler. Non, vraiment cette soirée ne finirait sûrement pas aussi calmement qu'on aurait pu l'espérer. Quoi, qu'une envie de voir jusqu'où j'irais ce soir me chatouillait l'estomac. Comme une légèrement pression au niveau de mon bas du dos, qui me prédisait que j'allais peut-être, je dis bien peut-être, apprécier mon temps. Une situation si rare, que je pouvais les compter sur le bout de mes doigts. « Vous savez où nous allons ? J'ai repéré des zombies non loin de là. » Je lui lançais un regard de profil, observant sa manière de bouger. Si, une bombe n’arriverait pas à me faire sourciller, lui réagirait au quart de tour. Je le voyais déjà s’enfuir en courant à la manière… D’un animal quelconque. Pas très rassurant, mais je n’étais pas une princesse en détresse. Je n’avais pas besoin d’un chevalier servant. Un animal de compagnie… Cela dit. Je ne disais jamais non, à ce genre de fréquentation. « Oui. Je viens souvent ici. Ça devrait nous mener beaucoup plus loin de cette émeute. »

« Vous n'êtes pas entrain d'aider les autres ? » J’arrêtais d’avancer, fixant mon regard sur la silhouette qui nous barrait le passage. Muscler et sûrement idiot, ils étaient tous idiots. C’était des hommes après tout. Je ne pouvais leur demander rien de plus que d’être moyennement idiot. Plutôt que complètement atteint. « Désolé, je préfère de loin laisser cette besogne aux autres. » Comme je mentais de façons effrontées. J’aimais me salir les mains, j’aimais être celle qui foutait le trouble. Seulement, quand les rebelles avaient lancé cette attaque, j’avais réalisé quelque chose. Je voulais que les jeux reprennent. Je voulais y participer. « Si ça ne te dérange pas, j’ai un mec de quoi? Deux ou trois fois mon âge à sortir d’ici. » J’aurais pu ne rien dire, mais j’entendais parfaitement ses camarades qui accouraient à l’autre extrémité de la ruelle, je sentais le chaton se coller à moi, tandis que je restais calme pour deux. « L'échelle, on peut l'atteindre. » Mon regard resta fixé sur le monsieur muscle qui s’approchait avec l’envie de nous frapper, si évidente qu’elle me fit sourire. Sans prévenir, alors, qu’il était à quelques mètres de nous, je me lançais à sa poursuite et au lieu de l’attaque, je lui déposais mes lèvres contre les siennes. Retenant un haut de cœur. En l’espace de trente secondes, il s’effondra au sol. Tandis que je soupirais de bien être. Oui, je pourrais tenir la soirée à ce rythme. Sans me soucier de la réaction de mon compagnon, j’entrepris de grimper cette échelle. « On devrait se dépêcher où on finira couvert de bleu, si on survit. » Je grimpais jusqu'à atteindre le premier appartement. D'un coup de pied j'éclatais la fenêtre et m'y glissais sans trop de difficultés, m'écorchant un peu les jambes, mais m'en sortant indemne pour le reste. Rapidement, je me mis à retourner l'appartement. Sans me soucier de si quelqu'un y vivait. Ils nous faillaient des armes et au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar   Lun 16 Fév - 18:43

Elle était froide, cela faisait peur comme cela le rassurait aussi. Il n'allait pas bien, clairement pas. Il devrait fuir dans l'autre sens. Pourtant il continuait de la suivre. Il était intiment attiré par ce genre de femmes. Les femmes de pouvoir qui pouvaient le détruire d'un sale geste. On ne défaisait pas aussi facilement dix ans d'esclavage. Non, pas en un an. Il la suivait l'air de rien, l'interrogeant alors qu'elle avait une allure de gamine comparé à lui. Pourtant il se sentait si faible à ses côtés et il ne pouvait rien faire contre cela. Il n'était pas sûr qu'il ait choisi le bon chemin, mais enfin. C'était trop tard pour changer d'avis. Ils furent arrêtés par un groupe d'hommes et ils semblaient intéressés par cette femme. Chayton regarda autour de lui avant de s'approcher d'elle et l'avertir pour l'échelle. Il avait très bien entendu sa remarque d'avant, il n'avait besoin de personne pour l'aider, il n'était pas un félin pour rien. Néanmoins, il acceptait la remarque sans broncher, pour cette fois-ci. Elle était bien une gamine, niveau âge, comme il le supposait depuis le début. Il s'apprêtait à dire autre chose, ouvrir la bouche, mais il fut coupé par son geste étonnant. Sans crainte, la brunette s'approcha de celui qui semblait être le chef.

La scène était sidérante, elle l'embrassa, un baiser chaste et lui en tomba au sol comme une mouche. Ce n'était pas possible ! Chayton fit des yeux ronds comme des soucoupes, regardant ce corps allongé alors qu'elle se dirigeait vers l'échelle. Tout le monde était en état de choc, mais pas elle. Tout cette situation semblait être naturelle à ses yeux. C'était n'importe quoi ! Sur qui était-il tombé encore ? Profitant de l'agitation de tout le groupe, il suivit cette femme, convaincu soudainement qu'elle devait être une sorcière. Elle ne pouvait pas être autre chose, n'est-ce pas ? Ils arrivèrent dans un appartement moisi, mais contrairement à elle, il ne chercha pas d'arme, il resta les bras ballants à la fixer mollement. Le skinchanger regarda autour de lui, il y avait dû avoir des habitants ici, mais la couche de poussière ne laissait aucun doute sur le fait que c'était vide à présent. Il déglutit lentement.

« Qu'est-ce que tu es ? »

Il avait arrêté de la tutoyer car on ne tutoyait pas quelqu'un qui tuait d'un simple baiser, oh non. C'était une tueuse, il croyait ses yeux, il n'avait pas rêvé. Il n'était pas convaincu que le type tombé dans la rue se relèverait un jour, bien loin de là. Lentement, il s'approcha d'elle, mais il ne prit pas le risque de la toucher. Pas assez fou pour vouloir mourir non plus.

« Tu n'es pas humaine. »

Ses mots disaient une chose, des mots froids, détachés, mais son ton le trahissait, un ton doux, chaleureux, un ton du sud du pays. Chayton n'avait jamais été aussi gentil dix ans auparavant. De toute manière il avait appris avec les années qu'être le roi des salopards n'aidait en rien. Ni la gentillesse, ni la méchanceté ne vous aidait. C'était un mythe, tout simplement.

« Qu'est-ce que tu cherches ? »

Il ne comprenait pas pourquoi elle retournait tout, cela ne faisait pas, même si cette maison était vide. N'avait-elle aucune empathie envers les fantômes du passé ? Visiblement pas, mais il n'était même pas étonné. Cela l'énervait, il ressentait une forme de déception intense. Chayton tourna les talons et s'arrêta net en voyant quelque chose briller. Il s'approcha et sortit de sous un linge vaguement replié une arme bien propre. Il la leva et entendit avant de voir. Un sifflement dans l'air, sans réfléchir, il se jeta au sol. Un vase explosa en mille morceaux. On lui tirait dessus bordel ! Visiblement, ils étaient la cible d'un fou furieux placé de l'autre côté de la fenêtre.

« Ils nous ont retrouvés. »

Les types qu'elle avait provoqués. Cela devait être forcément eux. Ils ne pouvaient pas avoir autant de malchance qu'un fou sorti de nul-part les vise. Quoi que, il était entrain de se dire que rien n'était impossible avec cette fille sortie de nul-part. Ô joie. Chayton était toujours au sol, tenant fermement l'arme entre ses doigts tandis qu'il tentait de réfléchir. Il voulait s'en sortir, alors devrait-il tuer pour cela ? Peut-être bien. L'idée le répugnait sérieusement, il avait envie de se taper la tête contre le mur. Il fixait cette fille, se demandant comment elle allait réagir. Il préférait voir et il aviserait ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
 

Pris dans la tourmente. [INTRIGUE] | Scar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Intitulé du spoiler pris dans un code css suivant le forum
» message bloqué dans ma boite d'envoi
» Liens inactifs dans Outlook Express
» Problème lié à la publication du site
» [Résolu] Affichage images dans un mail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-