AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to the new age || feat. Calypso & Oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Welcome to the new age || feat. Calypso & Oscar   Dim 18 Jan - 17:37

Welcome to the new age
Calypso & Oscar


Bien installé dans son fauteuil préféré, Oscar a le regard perdu dans les flammes depuis un bon moment déjà. Même si la chaleur répandue par le feu crépitant dans l’âtre depuis plusieurs minutes déjà atteint bien son épiderme, le sorcier est glacé jusqu’aux os. Il sent la poigne du froid chatouiller sa peau, pénétrer sa chair, attaquer ses os. De temps à autre, un frisson le secoue le long de sa colonne vertébrale. Avec un soupir, il se lève et ajoute une bûche dans la cheminée. Puis ses pas le dirigent vers une armoire qu’il ouvre pour se servir un verre d’alcool. Peut-être que ceci arrivera mieux à le réchauffer, songe-t-il en trempant ses lèvres dans le liquide ambré. Une fois la première gorgée avalée, il sourit et soupire de contentement. La fortune familiale qui s’est amplifiée avec les années lui permet de jouir de plusieurs luxes, notamment celui de s’offrir les meilleures bouteilles sous le marché. Par ailleurs, ces bouteilles sont toujours gardées sous clé, afin que Calypso ne les lui vole pas. Ces précieux et onéreux nectars ne sont pas là pour assouvir la soif dévorante de l’alcoolisme, mais bien pour être dégustés avec délice et respect. Il laisse les arômes délecter son palais et retourne s’asseoir, soupirant de contentement. Malgré le confort qu’il ressent peu à peu, il n’arrive pas à totalement se détendre, comme pris d’un mauvais pressentiment. Il étire paresseusement son bras pour atteindre la radio posée près de lui, et l’ouvre. « Suite à l’annonce de la réouverture des arènes pour les Hunter’s Seasons, il apparaît qu’une immense résistance s’est installée. Plusieurs manifestants se sont affairés à détruire l’arène, commettant ainsi de graves actes de vandalismes. Nous vous rappelons qu’il est strictement interdit de détériorer les propriétés du gouvernement, et que chaque acte de résistance sera sévèrement puni par une mise à mort. Dans l’immédiat, de nombreux troupeaux se forment dans les rues, nous vous conseillons de rester chez vous dans la mesure du possible. » Oscar soupire longuement, désactivant le volume de la radio. À quel point faut-il être imbécile pour oser hurler sa rage ainsi? Les résistants ne comprennent pas que leur intérêt réside dans la soumission?

Pour être honnête, Oscar est bien tenté par l’idée de suivre les conseils entendus et de rester chez lui, en sécurité. Oh, il n’a aucun doute qu’il saurait se défendre dans une foule agitée, c’est plutôt l’idée de se faire repérer au mauvais endroit au mauvais moment qui le pousse à réfléchir ainsi. Il n’a nulle envie d’être associé au mouvement futile qu’est la résistance. Toutefois, il ne songe qu’à une chose : Calypso n’est pas avec lui, et il est donc possible qu’elle soit en danger. C’est justement à cause d’elle qu’il refuse de manifester son aversion envers le gouvernement, parce qu’il sait que les membres de celui-ci pourraient lui retirer sa créature… Il se doit donc de la protéger. Il se lève donc, enfile une veste et sort à l’extérieur. La rue où il demeure est en apparence déserte. Il fait donc quelques pas, fouillant machinalement dans ses poches à la recherche de son paquet de cigarettes. C’est en fumant tranquillement qu’il laisse ses pas le diriger vers l’endroit où Calypso travaille. Elle devrait normalement s’y trouver, non? À moins qu’elle ait été suffisamment téméraire pour s’aventurer seule à l’extérieur. Par ailleurs, plus il s’approche des rues animées de la ville, plus la foule se fait dense. Une énergie particulière anime les rues, il sent la colère, la révolte, la haine… Mais il ne s’attarde pas. Lorsqu’il repère le Old Absinthe House des yeux, il presse le pas, et il lui faut jouer du coude pour arriver à se frayer un chemin dans la foule. Il pénètre enfin les lieux, et balaie la salle du regard afin de repérer sa douce. « Calypso! » Sa voix est forte, imposante, laissant transparaître son agacement, mais également une certaine angoisse. C’est qu’il l’aime, sa Calypso, et qu’il ne sera pleinement rassuré que lorsque son regard se posera enfin sur elle.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Welcome to the new age || feat. Calypso & Oscar   Jeu 22 Jan - 0:09


Welcome to the new age.

(pv) Oscar de Lagny


~
Calypso parle français.



Il y a des questions que je me pose, parfois. Es-tu au courant des nouvelles, Mère ? Essaies-tu, par quelque moyen que ce soit, de comprendre que le Monde continue de tourner sans toi ? Je ne pense pas. Si tu lisais les journaux, si tu écoutais la radio, si tu regardais la télévision, si tu faisais ne serait-ce qu'une de ces choses banales pour tout autre humain, alors tu saurais. Tu saurais qu'il n'est pas temps d'aller travailler.

L'idiotie te veut, l'idiotie te garde.

Les odeurs s'entrechoquent et te font perdre pied, ton corps chancelant un instant avant de reprendre son équilibre. Un peu plus et les verres sur ton plateau finissaient au sol, brisés et vidés. Heureusement qu'il existe un chat au fond de ton cœur qui possède quelque instinct propre à sa race. Bref, une fois les boissons déposées avec un sourire forcé que l'on te connaît si peu, tu files en vitesse en coulisses.
Non pas que ton travail te débecte, non, tu as toujours aimé déambuler entre les tables et discuter avec les clients. Seulement, les sons résonnent à l'intérieur de ton crâne, les odeurs se mélangent et les lumières agressent tes yeux. Tu as froid et pourtant une vague de chaleur empli ton cœur. Tu n'es pas bien.
Qu'est-ce qui ne va pas, Mère ? Est-ce d'être sobre qui te rend malade ? Non, même le parfum de l'alcool te monte à la tête et t’écœure intensément. Reprends-toi, l'on ne te reconnaît plus, toi que l'alcoolisme tue à petit feu. Serais-tu au bord de la mort ? Non, ton mal est tout autre. Il provient de ce que tu as toujours apprécié : tes sens anormaux. Déjà gamine tu reconnaissais les odeurs de ta famille, de l'animosité des tiens à l'indifférence des domestiques. Puis tu as été maudite et un nouveau monde s'est ouvert à tes yeux, un monde odorant, bruyant et lumineux. Un monde presque hostile pour qui ne sait pas le tenir. Et tu ne sais pas le tenir.
Voilà donc ton problème, le mal à l'intérieur de ton crâne et la nausée qui remue ton estomac. Le monde enrage, le monde hurle à qui veut bien l'entendre, le monde résiste et manifeste dans les rues qui bordent l'établissement. Si tu avais écouté les informations, Mère, si tu t'étais mise au courant des nouvelles, tu aurais su qu'il ne fallait pas venir, qu'il te fallait te terrer dans les bras de ton sorcier, et tu ne serais pas venue travailler. Or, tu n'as rien écouté, tu n'as rien lu, tu as marché inconsciemment jusqu'à ton lieu de travail, tu as relevé tes cheveux et porté ton plateau... jusqu'à leur arrivée. Trop de bruit, de mouvements dans les ombres et les lumières, d'odeurs qui se mélangent dans cet attroupement désorganisé. Et tu as chu lentement, jusqu'à ce que tes genoux tombent à terre et tes ongles grattent le sol. L'obscurité a pris tes yeux, un bourdonnement sourd tes oreilles et le vide tes narines.Tu as eu envie de pleurer sous la douleur, d'appeler à l'aide le néant qui s'ouvre à tes pieds.
Et sa voix a brisé le silence tel un éclair qui déchire la nuit.

Oz !

Comme un appel au secours, un cri de détresse qui échappe à tes lèvres et te redonne la force de te lever, d'ouvrir la porte réservé au personnel et de le voir, au milieu de la salle, cherchant des yeux le feu de tes cheveux. N'entends-tu pas l'agacement dans sa voix ? Non, tu n'as d'yeux que pour le bleu de ses yeux et déjà ton mal semble loin tandis que tu cours à son encontre.

Tu t'ennuyais sans moi ?

Crois-tu que l'idiotie est héréditaire, Mère ? J'ai peur d'apprendre que je suis née avec aussi peu d'intelligence que toi, et si je ne devrais pas dire ça de ma génitrice, regarde tout de même ton manque total d'instinct de survie. Ne vois-tu pas qu'il n'est nullement temps de plaisanter ? Tu ne pourras pas lui cacher le mal qui t'a rongé avant son arrivé. Père est lié à toi plus sûrement que par son sang que tu as versé, tu sais. Tu es sa créature, après tout. Rien ne peut t'arriver qu'il ne sache pas. Comprends-le.

Eeh, vilain, tu as bu sans moi, et moi je n'ai même pas bu aujourd'hui. Berk ! Tu as fumé aussi, je déteste ça !

L'on ne trompe pas le chat qui dort. Oscar devant toi et le monde n'existe pas. Tu es à ce point concentrée sur sa personne que tu en oublies l'émeute à l'extérieur et les clients à l'intérieur. Plus d'autre odeur que son parfum – l'alcool et le tabac, éventuellement – plus d'autre lumière que son regard et plus d'autre voix que la sienne. Tu sais que ça va arriver, que vous allez vous déchirer, c'est inévitable. Peut-être même qu'il te tuera. Et pourtant... tu restes là, prête à te jeter dans ses bras, prête à le frapper s'il fait un mauvais pas.

L'idiotie n'est pas contagieuse : elle vient seulement de toi.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to the new age || feat. Calypso & Oscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Welcome to the new age || feat. Calypso & Oscar
» (F) Chelsea Kingsley Feat. Jaimie Alexander
» Calypso Cruise (RPG Croisière)
» Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson
» — Lily Scénario's --- Sophia Bush

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-