AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Finish your beer, there are sober kids in Africa † Scarbalt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Finish your beer, there are sober kids in Africa † Scarbalt   Ven 23 Jan - 6:27




only the strong go crazy  
not everyone has to like you. not everyone has taste.
and then, if everything interests me, nothing holds me.
C’est qui cette fille ? Y’a rien à faire, depuis déjà une dizaine de minute, ton regard reviens sans arrêt sur elle. Une sublime brune, peut-être même que tu te plantes et qu’en fait, elle a les cheveux noirs, avec l’éclairage du bar, c’est dur à dire. M’enfin, tu t’en branle au fond, elle est superbe et dans tous les cas, les cheveux foncés te branche à mort. Pourquoi ? Ton psy parle de rapprochement avec ta mère, une brune quoi, mais toi tu t’en contre-fiche. Sérieux, y’a bien assez de mec pour occuper les blondes, tu peux te limiter aux autres toi. Et toi, comme un con, tu fixes mademoiselle la bombasse, assise au bar avec un verre. Elle s’occupe très bien sans toi, mais ça ne veut pas dire que ce ne serait pas meilleur avec toi. Au contraire. Elle ne sait pas ce qu’elle rate, mais tu vas le lui montrer. Tes généreux comme ça toi. Un brave type, charmant en plus, dévoué à la cause de cette pauvre fille qui patauge dans l’ignorance. Parce qu’essayer tonton TY, c’est l’adopter. Et tu l’imagines déjà très bien s’accrocher à ta tête de lit, t’arrives presque, parce que t’es pas encore complètement taré non plus, à deviner la forme que ses lèvres prendront en soufflant ton nom. Toi, un obsédé ? Pas du tout ! Mais t’as eu une dure journée au boulot. Mais c’est le cas tous les jours non ? En ce moment oui. Tien, ça te ramène sur terre ça, et à ta bière. T’avale ta bouteille, comme un bébé tête son biberon, mais ton regard reviens sans arrêt sur elle. Putain c’qu’elle est belle ! Mais à côté on te fourre un coup dans les côtes et tu recraches la moitié de ton alcool sur le bar, pour faire ricaner ton petit groupe. Parce que ouais, t’es pas sortir boire en solitaire, pas que ça t’arrive jamais, mais t’es pas tellement un sauvage. T’aime la compagnie des autres, avoir des corps contre le tien, que ce soit sexuel ou pas. Même si bon, faut pas déconner, tu préfères quand même quand ça se termine avec des gémissements et à poil. Chacun son truc. Toi t’es un homme d’action. Tactile même que.

Bref, fallait évidemment que tu recraches ton alcool pour que la belle brune te remarque. Pas sûr que ce soit en ta faveur, mais tu lui décoches ton plus beau sourire, pendant que ton regard prend le temps de lui expliquer combien tu la trouves mignonne. Pas juste sexy, nah, elle n’est pas à moitié nue là, elle a un peu de classe quand même, mais ça t’empêche pas de déjà rêver de la voir à moitié nue. Ça non. C’est la faute à ton machin en bas, GOD-zilla que tu l’as appelé. Mais t’assume, t’acceptes COMPLÈTEMENT ta situation. On te secoue un peu à nouveau et tu brises le contact visuel avec l’inconnue, à contre cœur. Ton voisin de siège, un collègue, te parle d’un truc, mais en fait t’en a rien à foutre. Le boulot, il est terminé là, vous n’êtes pas en service, alors discuter de vos stratégies à venir, des endroits que vous devriez mieux patrouiller, ça te fait chier. Un peu, beaucoup même. Tu t’en occupes pas tellement du coup et tu ramènes les yeux sur elle, tu caresses ses cheveux du regard, ils ont l’air vachement doux. Pourquoi elle les a attachés hein ? C’est con. Et pis tu laisses trainer ton regard sur ses yeux, ils ont l’air phénoménale d’où tu es. Ouais, c’est un 10 / 10 cette fille, personne ne te fera croire le contraire. Tu te tortille même un peu sur ta chaise, alors que tu repousses ta bière vide d’une main absente. Même son nez est mignon, un nez quoi ?! C’est pas du jeu ! Cette nana est pile comme tu les aimes, comme t’aimerais qu’elles soient toutes. Et là, t’es complètement captivé, alors t’emmerdes tout bonnement la conversation entre pote. Les gars avant les nanas ? C’bon pour les autres ces conneries oui ! Ils feraient pareille à ta place, tu ne t’inquiètes même pas. Au contraire, tu te redresses en tapotant les bras de tes deux voisins, ne capte pas même leurs coups d’œil, ignore même leur question et te dirige droit vers la fille. Pas de regard en arrière, pas de doute. Pas de remord. Tonton TY est en chasse. Ils comprendront. C’est pas la première fois tien !

Tu slalome entre les tables, évite un couple avec adresse et rattrape même une serveuse, sur le point de s’étaler au sol. T’es charmant comme ça, voilà. Elle te sourit aussitôt, lance un coup d’œil appréciateur sur tes bras, mais déjà tu l’abandonnes, parce que plus loin, y’a cette brunette qui ris avec un autre type. Qui bat des cils et t’observes du coin de l’œil de temps en temps. De plus en plus souvent là d’ailleurs. Elle sait que tu viens pour elle, elle n’est pas conne. Assurément pas. Y’a un truc qui pétille dans son regard quoi, même de loin, t’es forcé de le reconnaitre. Et voilà, t’es presque rendu au bar, que tu rentres dans une table et renverse les consommations qui s’y trouvent. T’as l’air con, mais tu te contentes de rire, de t’excuser et de ramasser. Tu roules pas sur l’or, clairement pas même, mais t’offres quand même la prochaine tournée au petit groupe, qui te remercie, tout de suite plus détendu. Et puis BAM te voilà, près d’elle, souriant, une main contre ta nuque, l’air un peu con, un peu gamin, fautif surtout. Elle fait mine de ne pas t’avoir réellement remarqué, mais toi, tu te lances. Sans peur. Sans hésitation. « Wa, bah dit donc c’pas de tout repos que de te rejoindre hein ! » Ses grands yeux clairs se posent enfin sur toi, ouais enfin putain, et ça vaut tous les obstacles du monde. Y’a un truc chez elle qui t’attire, tu te l’expliques pas, t’en as pas envie de toute manière. Elle te plait, y’a des flammèches autour de vous, c’est tout ce que tu retiens alors que tu t’humectes les lèvres, sans jamais cesser de sourire. Ta main quitte ta nuque et déjà tu glisses les avants bras sur le bar, t’es un putain de géant comparé à elle, mais étrangement, au lieu de te dire que ce sera un putain de foutoir pour arriver à la sauter sous la douche, une pensée comme une autre pour un type normal de vingt-quatre ans, tu trouves ça mignon. Pourquoi ? On s’en fou ! Elle t’inspire quelque chose de vraiment mignon cette nana et tu te penches un peu sur elle, parce qu’elle a besoin du banc pour être à ta taille, si c’est pas mignon ! « Je t’offre un truc ? C’que tu veux, ah et moi c’est Tybalt, mais tout le monde m’appelle TY, donc te gêne pas » ta tirade se termine par une main que tu lui tends, un sourire adorable aux lèvres. À moitié prédateur, à moitié enfant de chœur, ta croix dissimulé par ton t-shirt.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Finish your beer, there are sober kids in Africa † Scarbalt   Dim 1 Fév - 3:10

Dear stranger
Tybalt & Scar. With the thousand eyes on me, I stumble on


J’ai faim, c’est tout ce à quoi je pense. À quel point j’ai faim. Je me sens faible, hésitante et légèrement en colère. Non, je ne me sens pas, je le suis point. Cette colère me ronge j’ai une envie de blesser et d’humilier. Peut-être même de ravager. Je ne vis que pour ces sensations à cet instant précis. Je déambule avec cette impression que je ne pourrai pas résister longtemps. Mon regard croisant ceux des humains qui m’entourent sur cette rue achalandé. L’heure porte  à confusion sur mes intentions et un homme fini par croiser mon regard. Il est laid, ventru comme je détestais. Mais, il me dévore du regard. Un homme d’âge mur qui veut croquer de la jeunette, ça n’a rien d’étonnant? En temps normal, je ne l’aurais que malmené ou ignoré. Tête haute comme seul moi savait le faire. Seulement, ma nouvelle nature elle… Ne le voit pas du même œil et c’est dans cet état d’esprit que je lui souris en coin. Ma langue vient chatouiller mes lèvres, tandis que ma tête se penche légèrement. Je laisse même filer un rire machiavélique, qui semble étonnamment chaud. Je ne me connais pas ainsi, je n’ai jamais vécu l’éveille de mes sens. On me l’a ravi et l’image de mon père s’infiltre doucement dans ma tête. Oui, je veux le tuer… Comme je réussirai à m’en prendre à ce paternel cruel.

Alors, que je suis certaine qu’il suit chacun de mes mouvements, je passe tout près de lui. Lui laissant l’odeur de mon parfum, un rapide coup d’œil m’assure qu’il me traque et je tourne le coin d’une ruelle. Il s’empresse de me rejoindre, alors que je l’attends doucement sur le mur. Adossé comme si de rien était. « Hey petite! » Il est essoufflé simplement à ayant pressé le pas. Une moue dégoûtée se dissimule dans mon sourire de garce. « Oui? » Il est tout prêt et je ne lui laisse pas le temps de faire quoi que ce soit. Ma main se crispe sur  sa gorge. Mes yeux se ferment de plaisir alors que je goûte à son énergie vitale, à ses rêves… Il dépérit entre mes mains, jusqu’à manque d’air. Il asphyxie sous le poids de ma faim. Tandis que moi, je revis. Je l’entends qui gémit comme un porc, cherchant son air. Je prends littéralement mon pied à cet instant précis. Je m’éternise, je pourrais le laisser sombrer dans le coma, mais je n’en ai pas envie. Je veux plus, j’en veux encore. Je lui retire tout, jusqu’à son dernier cri, son dernier battement de cœur. Il s’éteint, cesse d’exister pour que moi je puisse frissonner de bien être. Rassasier de cet être corpulent, j’abandonne son cadavre sans un regard derrière.

Je l'enjambe comme s'il n'était pas la, puis retourne sur la rue. Revigoré comme rarement. J'ai même envie de jouer ce soir, de me sortir de mes habitudes. Je me dirige donc vers le premier bar que je croise et y pénètre comme s'il était le mien. Je n'y ai jamais mis les pieds, il est plus haute gamme, que ceux que je fréquente pour éviter le père. Sauf que ce soir, je ne me refuse rien. Je le mérite, je ne sais pas pourquoi, mais je le mérite. M'installant au bar, je souris au barmaid et me commande un verre. Rapidement, un mec sans intérêt s'installe à mes côtés. Il semble bien de sa personne, peut-être même assez important à son travail. Définitivement pour le gouvernement. Il a la tête d'un con qui fait de la lèche et je m'en amuse. Je lui souris, mes doigts jouant sur mon verre. Je rigole en imaginant la tête qu'il ferait si je pouvais le faire accuser d'abus sur mineur. Voilà ce qui m'empêche de l'envoyer balade. L'idée de le détruire, sans avoir à me briser les mains sur son crâne. Portant mon verre à mes lèvres, je finis par sentir ma nuque picoter et je tourne légèrement ma tête. Je n'ai pas à chercher longtemps, je l'aperçois sans d'effort. Il n'a pas la subtilité nécessaire pour que je ne remarque pas ce qui se trouve dans son regard. Je lui ai mis l'eau à la bouche, c'est certain. Je voudrais me rire de son intérêt, mais son regard insiste et moi-même, je me mets à l'observer du coin de l'oeil. Perdant un peu de mon intérêt pour le pigeon numéro un. Je me demande s'il aura le courage de me déranger et de déloger celui qui m'accapare. Souriant, j'ai ce masque d'humanité que seul Anger connait. Je dois ressembler à une proie facile. Ou pas, tout dépend de ce que lui voit chez moi. Avec un peu de chance, il m'offrirait un jeu plus amusant que celui que le benêt m'offrait. Je n'ai pas à attendre longtemps, qu'il s'éloigne de son groupe. Je remarque ses tatouages et cette arrogance dans son regard. Il dégage quelque chose de plus intéressant que je n'aurais pu le croire. Je suis sa progression sans vraiment le regarder. Conversant avec ma première proie. Je suis tout de même forcer de me tourner vers lui, lorsqu'il se fracasse contre une table. Je lui lance un regard amusé, avant de me retourner vers celui que je compte chasser dans quelques secondes. « Wa, bah dit donc c'pas de tout repos que de te rejoindre hein ! » Il ignore mon prétendant et gagne le droit de m'occuper de par ce fait. Cette expression de gamin et cette confiance derrière son côté maladroit. Oui, peut-être que c'est lui qui serait le plus amusant à traîner dans la boue. « Normal, je ne suis pas de tout repos. » Sur ce, je porte de nouveau mon verre à mes lèvres. L’observant avec cette expression mi-intéressée. Je note la différence de grandeur et me sens presque excité par cette différence. Ce qui m’étonne. Habituellement ma petitesse me tombe sur les nerfs. Je prends le temps de contempler les tatouages de ses bras et qui me semble fortement provocateur. Ainsi dessiner sur cette peau. Oui, il vaut la peine que je change d’objectif. « Je t’offre un truc ? C’que tu veux, ah et moi c’est Tybalt, mais tout le monde m’appelle TY, donc te gêne pas » Il me tend la main. Je dépose mon verre et lève un sourcil. Mon regard se détourne pour observer l’autre imbécile qui se racle la gorge pour me ramener à lui. « Désoler. » De mon pied, je le repousse en bas du tabouret qui se trouve à mes côtés.

L'instant suivant j'ai fait signe au barman de m'emmener la même chose, tandis que je finis par adresser la parole à ce Ty. Je ne sais pas pourquoi, mais sa présence m'enchante en cette soirée. Un sentiment rare et d'autant plus étrange. « Scar. » J'agrippe sa main et le contact de sa peau me donne un frisson que je ne cache pas. Je sais que je ne lui ai pas donné ma véritable identité, mais ce n'est que des détails. Un sourire provocateur se dessine sur mes lèvres. « T'as bande ne se sentira pas abandonner par ton comportement? » Qu'est-ce que j'en ai à faire des idiots qui l'accompagnaient...
Revenir en haut Aller en bas
 

Finish your beer, there are sober kids in Africa † Scarbalt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Like two kids in love ... [pv Shanae *-*]
» Spy Kids 4: All the Time in the World
» Cadeau pour Fan des Kids United
» > Moco
» Petite Min Ah a besoin de vous ;D | FINISH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-