AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Sam 11 Avr - 17:43

La question de trop et il était bien loin de s'en douter. Chayton était trop sympa, encore une fois. Les paroles étaient sorties de sa bouche, crétin. Il ne le vit pas venir, cette main autour de son cou. Le prédateur se retrouva à étouffer, ses ongles se plantèrent dans la main de Gawain alors qu'il se débattait avec force. Il ne voulait pas mourir... Il avait si peur. Ne rien demander, ne pas demander comment il allait. L'ancien esclave ne voulait que faire plaisir, mais il avait bien tord. Il croyait rassurer une âme brisée et à la place, il l'avait enflammée. Le monde tournoyait comme sur un manège tandis qu'il étouffait. Se faire tuer pour si peu ? L'autre homme n'avait aucune logique, assurément. Le léopard roula furieusement des yeux, observant le plafond luxueux tandis que des points dansaient devant ses yeux, tiens bon. Il ne tenait pas bon, il devenait complètement fou. Son corps était si douloureux, cela le rendait fou. Il manquait d'air, ou du moins, en était convaincu. Enfin la main se retira et il prit de grandes goulées d'air en toussant. Il eut un mouvement de recul quand l'homme lui tapota la clavicule.

Chayton eut envie de le mordre et il dut prendre sérieusement sur lui pour ne pas le faire. Pourtant ce n'était clairement pas l'envie qui lui manquait. Il avait envie de cracher et de feuler comme un félin, mais il ne pouvait pas. Il avait affaire à un démon et cela le rendait fou. Une onde d'espoir traversa le skinchanger quand le monstre rouge lui dit qu'il n'allait pas perdre plus de temps avec lui. Il allait le libérer ? Ce serait une énorme chance ! Il espérait tellement. Mais son bonheur retomba bien assez vite quand il constata que Gawain n'allait pas le libérer. Il resterait sa chose, c'était évident. Tout à l'heure ? L'homme dut prendre sur lui, furieux de constater qu'il n'était en rien libre, au contraire, il était condamné. Il avait envie encore plus de hurler. Chayton hocha vivement la tête quand l'autre homme lui dit qu'il le laissait pendant qu'il se changeait. Il comprit bien le message. S'il osait partir, il se ferait tuer, assurément. Il se dirigea en premier dans la cuisine et ouvrit les placards et le frigo. La nourriture était bien plus classe que ce qu'il avait l'habitude de manger. Il attrapa un paquet de viande haché dans le frigidaire, une assiette et vida la viande dans celle-ci.

Il n'avait même pas la patience d'attendre que cela soit cuit. Il avait tellement faim. Il s'assit sur une chaise bien trop chère pour son derrière et avec une fourchette, se mit à manger. Il agissait comme un animal car durant dix ans on l'avait forcé à garder bien longtemps sa forme de léopard. Bien entendu, cela lui avait coûté et les séquelles étaient belles et bien présentes. Il avait tellement faim. Il engloutit rapidement son repas avant de se lécher les doigts comme un chat. Pourtant il n'avait pas mangé avec les doigts. Chayton alla jusqu'à l'évier et se mit à soigneusement nettoyer sa vaisselle. Une fois celle-ci faite, il s'étira. Gawain n'était toujours pas là, était-ce un test ? Il lui en voulait de lui avoir fait mal. Il se frotta le cou et décida de lui aussi le tester. Le mauvais sorcier n'avait pas précisé quel genre de boulot il le ferait faire. Rapidement, il retira ses habits sales et se retrouva nu. Chayton tomba à genoux et ferma les yeux. Il sentit son léopard et la bête remonta une sorte de tunnel métaphysique tandis que le corps se tordait et se déchirait. Le skinchanger reprenait volontairement sa forme.

Un félin se débrouillerait mieux dans ce logement qu'un alligator. Bientôt un joli léopard surgit. L'animal se secoua avant de se laver soigneusement les oreilles d'un geste rapidement de sa patte avant. Un grondement remonta le long de sa gorge tandis que calmement et avec élégance, il se dirigea vers le salon. Il observa tous ces canapés et sortit les griffes, heureux. Il voulait jouer. Un bruit léger attira son attention et il fit volte-face pour voir un homme étonnant aux cheveux rouges. Chayton n'avait plus rien à perdre, c'était bien pour cela qu'il avait cédé sa place au léopard pour montrer ce qu'il était. Après tout, il s'était fait manipuler par le marionnettiste. Le félin coucha les oreilles sur son crâne et montra ses crocs en relevant ses babines. Coucou, je vais te bouffer. Sa queue battait l'air en signe de colère. On ne domestiquait pas un léopard, fallait pas rêver non plus. Il ne s'approchait pas, méfiant de l'autre prédateur. Il attendait, tout simplement. Il ne savait pas trop ce qu'il attendait, peut-être une preuve que l'autre était mauvais, allez savoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Mar 14 Avr - 23:18

Je suis entré dans ma chambre, me débarrassant de mes vêtements salis par la boue des marécages. Je crois que  je me suis donné beaucoup trop de mal pour ce type.  Ce misérable type. Mais tant pis… Je pioche dans mon armoire démesurément grande pour prendre une chemise noire, un jean de cette même couleur. J’ai poussé la seconde porte pour entrer dans la salle d’eau. Je me demandais comment il pouvait vivre dans une crasse pareille. Je n’étais pas maniaque. Du moins, pas en ces termes. Sous l’eau battante, je pensais bien évidement à une seule chose : lui. Je n’apprécie guère cette façon qu’il a d’accaparer toute mon attention.

Je sorti de la pièce, bien vêtu et la peau bien blanche. Pas une once de couleur, pas de maquillage mortuaire. Je ne veux rien enjoliver. Les cheveux humides mal peignés, je pénétrais dans la cuisine et trouvais une assiette parfaitement récurée. Quel étrange personnage… J’évoluais dans la pièce en direction de salon. Je découvrais ses vêtements au sol… Jusqu’à… Son boxer. J’arquais un sourcil. Ce gars là m’intriguait de plus en plus. Je ne pensais pas qu’il se soit mis à nu pour me laisser la joie d’observer les courbes de son corps. Je regardais autour de moi, n’ayant aucune idée de l’animal qui reposait en lui. Serpent ? Lion ? Quelque chose de mortel ou d’insignifiant… Allez savoir… Et le savoir, fut chose faite quand je le trouvais enfin au pied du canapé… Griffes acéréeS, longue queue menaçante et de ses babines dépassaient de longues dents blanches et tranchantes. J’observer cette créature avec un air de neutralité alors que mes yeux semblaient évaluer la situation. L’animal semblait près à bondir. Qu’attendait-il ? Ne connaît-il pas la règle ultime ? Ne pas mordre la main qui te nourrit, Chayton. Mais aucun d’entre nous n’ouvrit l’offensive. Les secondes s’égrainent et rien ne se produisait.

Finalement, sur mes lèvres s’étira un léger sourire. Presque serein, comme ma voix fut si calme alors que mes mots étaient tels des lames aiguisées. « Tu le sais pourtant, que tu n’as aucune chance contre moi. » Ne m’oblige pas à te faire du mal. Pas tout de suite. Il essaie, il lutte, se débat et pourtant il n’avait aucune raison de le faire. Sa vie est minable. Mais il a cet instinct. Cela me plaisait. Ses réactions étaient une réelle source d’inspiration à mes yeux. Finalement j’engageais un pas vers lui. « Je pensais… Que tu allais me voler pendant mon absence. » Je fis un second pas vers lui, réduisant dangereusement cette distance de sécurité. Il n’avait alors qu’un bond à faire pour me sauter à la gorge. Je le regardais ; cet animal somptueux. Je crois… Qu’il m’est bien plus intéressant encore. « A croire que je peux… Te faire confiance. » Il m’eut couté de prononcer ces derniers mots. Je n’ai jamais fais confiance en personne. Mais les choses changent dans ce monde, je ne le comprenais que trop. Les choses ont changées et moi aussi, même si j’avais du mal à l’accepter. J’étais différent, j’étais… Bien plus lugubre encore. L’étincelle de joie que je pouvais éprouver à tuer s’amenuisait de jour en jour. Je crois que je me sentais seul dans mon enfer.

« C’est impressionnant… Où est ton créateur ? » Je sais qu’il ne peut me répondre sous cette forme. Mais il y avait bien des façons de grogner j’imagine. Ou bien, il pourrait revenir à lui. Il n’en avait probablement aucune envie. Il voulait jouer. J’en étais persuadé. Et malgré ce gâchis, les tentacules sombres venaient déjà s’enrouler autour de lui. « Je ne te ferais jamais confiance. Je connais bien trop l’humanité et cette facilité qu’elle a de ne jamais se servir. » Si nous n’étions que des égoïstes, l’on saurait à quoi s’en tenir. Mais non… L’humain en avait décidé autrement. J’eu beau l’enlacer ; je ne lui signifiais aucune agressivité pour le moment. Nous nous testions d’une certaine façon. Je me suis agenouillé pour être à sa hauteur. « Serais-tu aussi stupide qu’eux ? Ne serait-ce pas te servir que de travailler pour moi ? Chayton… Je devrais me débarrasser de toi... » Je devrais te tuer en d’autre terme. Mais je ne peux pas. Ou plutôt, je ne veux pas. Et lui ? Le peut-il ? Allait-il saisir cette opportunité ? Je veux qu’il vive… Je voudrais son corps tout chaud contre mon être glacé par la mort ; je voudrais qu’il se livre à moi. Qu’il abandonne pour son bien. Pour mon bien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Mar 21 Avr - 22:06

Quand il le vit, un frémissement courut le long de son échine. Le léopard le fixa, se demandant bien ce qui l'attendait. Il voyait bien que c'était un autre prédateur. En signe d'avertissement, la bête battait l'air de sa queue. Il le suivait des yeux. Il ne comprenait pas grand chose, juste quelques mots et l'intonation. Il n'était pas un animal domestique, il était un skinchanger. Il était un homme voué à se transformer en bête, quel sort peu enviable. Il le regarda tandis qu'il comprit le mot confiance. Un grondement lui échappa et il montra la pointe de ses crocs. La confiance se méritait, on devait se battre pour elle. Le félin ne bougeait toujours pas, extrêmement méfiant. Il le suivait du coin de son œil. Il flairait le mal, il avait l'impression que cela lui collait à la fourrure. Tout son corps était tendu à l'extrême. Mais il ne bondissait pas encore, il attendait une ouverture, une occasion que cet être était véritablement son ennemi. Créateur, à ce mot, des images lui explosèrent devant les yeux et un feulement s'échappa de sa gueule. Plus jamais de créateur, plus jamais de maître, il n'en voulait plus.

Il était libre, il s'était battu pour cette liberté même si son âme humaine n'approuvait pas les dires, qu'importe, le félin pensait cela. Son grondement résonnait encore dans la pièce après son feulement significatif. Jamais pareille créature ne se laisserait faire ainsi, plutôt mourir. Il était bien trop fier à dire vrai. Probablement que cela lui coûterait cher un jour. Un couinement lui échappa quand des tentacules d'obscurité s'enroulèrent autour de lui, il eut peur, terriblement peur. Sa queue se coinça entre ses pattes et son corps trembla tandis qu'il afficha le blanc de ses yeux. Sa fourrure se gonfla quelque peu comme pour le grossir et donner l'impression qu'il était plus énorme qu'il ne l'était en réalité. Il affronta son regard et regarda cette âme si noire et souillée, une âme monstrueuse. Le félin avait encore envie de menacer, de feuler, mais il n'en fit rien. Il attendait, il ne savait pas trop quoi, mais il attendait. Même terrifié, il ne bougeait pas vraiment au final. Serait-il aussi couard que son humain après tout ? Peut-être bien était-ce le cas. On n'en savait trop rien. Le léopard releva son regard intelligent sur cet homme dangereux qui s'était agenouillé à sa hauteur. Il reconnut le prénom de son côté humain, Chayton. Un frémissement courut le long de son échine.

Il était évident que cet homme ne lui ferait rien. Son instinct animal en était convaincu. Il pouvait tout aussi bien se tromper, allez savoir. Le félin ferma les yeux et ce corps pris dans les tentacules se mit à se tordre tandis qu'il fuyait, tout simplement. La bête ne serait d'aucun secours à l'homme. La transformation était douloureuse, tellement à vif, la chair s'ouvrait, encore et encore avant de se replacer étrangement. Finalement un homme apparut et Chayton plaqua ses mains sur sa bouche pour se retenir de vomir. Son corps tremblait tellement, il souffrait comme jamais. Il avait joué avec le feu. Sa vision était trouble, mais cela ne l'empêcha pas de lever son regard foncé sur Gawain. Il le voyait mal, mais il sentait très bien son odeur de propre. Aucun doute là-dessus.

« Tu ne....vas jamais te....débarrasser de moi. »

C'était une certitude. Les phrases dites à sa bête flottaient vaguement dans sa tête, comme dans un épais brouillard. Il avait encore les sens à vif et il était convaincu que cet homme ne le tuerait jamais. Malgré les tentacules d'obscurité autour de lui, il ne bougeait pas. Il ne pouvait pas fuir car sa tentative de prouver sa force avait lamentablement échouée, ironique, n'est-ce pas ? Il renifla piteusement. Il était faible.

« Je suis fatigué, fatigué de me battre. »

Il avait tenu un an sans maître, mais force était de constater, que c'était fini. Il n'était pas stupide. Il avait bien senti, son léopard aussi, que Gawain avait la force d'un maître obscur. En disant cela, il se dit qu'il était ridicule, qu'il se confondait avec un personnage mélodramatique d'un film bidon. Mais la vie n'était-elle pas continuellement nulle ? Il se le demandait bien pour le coup. La vie était tellement ridicule et risible. Un rire lui échappa tandis qu'il se couvrit la moitié du visage d'une main. Il riait, il riait comme un fou. Il l'était probablement. Peut-être avait-il enfin perdu la tête. Peut-être que sa raison venait de s'envoler.

« Te suis-je suffisamment convenable ? »

L'ironie perçait dans sa voix rendue tordue par la folie qui guettait. Un homme brisé ne s'en sortait pas toujours, vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Mer 22 Avr - 18:12

Je n’avais pas sourcillé face aux menaces de la bête ; je n’avais aucune crainte de la mort ou de la douleur. S’il savait. Oh, il ne pouvait que l’imaginer. Tenter de concevoir à quel point mon âme était rongée par la folie. Par la mort. Je ne lui dirais jamais rien. Je crois que j’aime bien trop la peur dans le regard des autres pour leur avouer un jour que la mort était bien agréable. Un doux berceau de glace dans lequel je m’étais laissé bercer si lentement au bout d’une corde. Je me demandais ce que l’on eut fait de mon corps jadis. De ce corps si malade, si putride, si fragile. Je n’avais pas hérité d’une enveloppe plus épaisse, plus lumineuse. Mais ils n’ont idée de ce que je fus. Et l’apparence ne fut pas l’objet de ma quête. Seul le pouvoir compte. La grandeur, la supériorité. Je crois que j’ai toujours voulu les écraser. Tous autant qu’ils sont. Quel doux plaisir de les voir trépasser, de les voir soumis. Je ne connaissais rien qui puisse me rendre plus vivant que de causer leur mort.

Je contemple la créature qui me fait face. Et finalement, la transformation se déroula devant moi. Son corps disloqué, déchiré. J’observais sa douleur. J’aime cette idée. Ses premiers mots me transpercent la poitrine. Touché. Chayton. Il m’est impossible de me défaire de lui. De l’ôter de mes songes. Mais il avait tord de croire que je ne pourrais pas le tuer. La peur était une émotion primaire que je n’avais pas ressentie depuis des années et j’ignorais ce qu’elle provoquerait chez moi. La peur viendrait-elle à moi, si je venais à prendre conscience de la mesure de la place qu’il prenait dans mes pensées ? Je n’ai rien répondu alors. Laissant mon regard se durcir à son égard. Arrogant personnage. Je l’observais reprendre ses esprits alors qu’il s’inclina en me confessant être fatigué. Il ne peut plus lutter contre moi. J’ai gagné. Mais ma victoire avait toujours été évidente pour moi. Et j’étais bien trop fier pour lui dire que j’avais probablement perdu en m’intéressant un jour à lui. Mais surtout, j’ignorais encore ce que j’avais perdu.

Il se mit à rire ; masquant ses lèvres. Je le regarde. Si détruit. Si pitoyable. Répugnant. « Face à la cruelle vérité, à l’indéniable reflet de nous même. Il est inconcevable de ne pas devenir… Fou. » Il faut devenir fou. Il ne faut plus écouter les normes. Il ne faut plus se fier à ce que dicte la société. Il faut être libre d’être fou. J’ai posé mes doigts sur les siens pour ôter cette main qui le masquait. Je n’avais pas encore parcouru du regard sa nudité et j’ignorais encore si à cet instant cela m’intéressait. J’ai planté mon regard dans le sien, le fixant avec sévérité « La vie est bien futile quand l’on ne se prête à aucun jeu. Chayton, le véritable pouvoir se mérite. Il faut s’y livrer pleinement. » Ma seconde main est venu se poser sur son torse à l’emplacement de son palpitant que je pouvais ressentir sous mes doigts si froid « Laisse la noirceur imprégner ton cœur. Survivre n’a aucune saveur… Si je ne peux me débarrasser de toi, je vais nécroser toute volonté de vivre chez toi… Jusqu’à… Ce que tu comprennes où trouver l’absolu. » Pourquoi faire de l’absolu de l’absurde ? Je ne sais pas, mais je me suis approché de lui et mes lèvres sont si proches des siennes. Bien trop. Son souffle contre ma peau est fascinant, il respire tant de vie… Mes doigts remontent le long de son sternum pour rejoindre sa gorge. Quelle curieuse tentation… Ce serait si absurde de ne pas céder. Je crois que tu compte pour moi… Je te hais. C’est une émotion si forte tout à coup. « Arrête de te fuir… » soufflais-je.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Ven 1 Mai - 21:25

Pris au piège comme un rat, l'angoisse rongeait tout son être. Il tremblait de tous ses membres tandis qu'il tentait de rassembler ses pensées, mais ce n'était pas facile. La bile lui montait au bord des lèvres et il avait bien envie de tout rendre pour le coup. Le peu de nourriture qu'il avait ingurgité voulait quitter sa bouche. Il prenait énormément sur lui pour ne pas vomir, mais ce n'était pas facile. Quand le rire lui échappa, Chayton se mit à trembler. Ce rire qui sortait de sa bouche et qui glaçait ses os comme de la glace. Il dévisagea Gawain, complètement tétanisé. Non, il n'était pas fou. Vivement, le skinchanger secoua la tête. Il était brisé, mais pas fou, c'était du moins ce qu'il se disait pour se résonner, mais ce n'était pas facile. Il avait l'impression d'être pris dans un cauchemar, d'être englué dans celui-ci et de ne rien pouvoir faire contre. Le léopard se laissa retirer la main et continua de le dévisager, complètement tétanisé. Il savait au fond de lui que le daybreaker avait raison, mais le brun ne voulait pas l'admettre. Alors il se laissait entraîner dans cette douce folie pour pouvoir l'accuser dans un jour prochain.

C'était vicieux, mais Chayton avait besoin d'un mécanisme de défense pour survivre et pas des moindres. Accuser une tierce personne de ses malheurs l'aidait à avancer. Il fronça les sourcils quand Gawain lui parla de jeu. De quoi parlait-il encore ? Son regard foncé se posa sur les doigts de l'autre quand il posa sa main là où était son cœur. Un cœur qui vibrait avec force et il eut la crainte étrange de se le faire arracher s'il n'y prenait pas garde, ridicule, n'est-ce pas ? Mais Chayton ne s'étonnait plus de rien et au fond, qu'est-ce qui serait étonnant dans le fait que quelqu'un lui arrache le cœur ? L'idée en soi était terriblement folle, mais ce monde était devenu tellement fou qu'on pouvait tout imaginer et sans aucune honte. Un sursaut le traversa quand Gawain parla de noirceur. Le léopard secoua vivement la tête.

« Non....non... »

Murmura-t-il faiblement tandis qu'il vit cette bouche se rapprocher de la sienne. Les pupilles de Chayton se dilatèrent brusquement tandis qu'il toisa l'autre homme. Non, il ne voulait pas de cette vie de noirceur, non, il ne voulait pas devenir un monstre. Pourtant il en était un. Une créature qui se transformait en bête, c'était forcément un monstre, n'est-ce pas ? Sa logique semblait tellement imparable. Il toisa Gawain, tenta de sonder cet être néfaste, mais n'y arrivait pas. Cette main sur son cœur se glissa autour de son cou et automatiquement Chayton posa sa main sur l'autre comme pour éviter que le pire n'arrive. La panique venait d'envahir ses membres, plus que tout, il avait peur de mourir étouffé.

« Et si je veux encore me fuir ? »

Souffla-t-il comme Gawain. Il allait mourir, cela arriverait un jour à eux tous, il ne fallait pas être naïf. Mais il y avait une différence entre savoir qu'on allait mourir sans se projeter et se voir mourir. Lui se voyait mourir. Il pinça les lèvres. Ce serait mentir que de dire qu'en dix ans, il ne s'était jamais vu mourir. Il s'était tant de fois vu mourir. Mais là, il ne voulait pas mourir, c'était pour cela qu'il refusait cette vision qui le guettait avec menace. Ses ongles s'enfoncèrent dans la paume de main de l'autre et il continua de le défier du regard. Il était complètement fou pour oser défier son bourreau qui était à deux doigts de le tuer. Mais en réalité, ce n'était pas tant que cela de l'arrogance ou de la folie, c'était quelqu'un qui tentait de trouver une issue à ses malheurs d'une manière ou d'une autre.

« C'est donc cela le jeu que tu me proposes ? La noirceur ? Si je ne survie pas, je vais mourir. Alors que proposes-tu ? De me tuer pour rendre tout ceci plus drôle ? Est-ce donc la solution que tu offres toujours ? La mort. »

Son regard brillait, mais c'était un éclat morne et fatigué d'un homme au bout du rouleau. Il était si fatigué. Il avait envie de baisser les bras, mais il y avait cette voix dans sa tête. Cette voix qui le retenait encore. Alors il discutait avec un monstre en espérant trouver les clefs à sa propre survie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Sam 9 Mai - 16:42

Non ? Comment cela non ? Personne ne me dit non. Personne, surtout pas lui. Il me rejette, je sens mon être entier s’enflamme ; l’enfer me consume. Il me le payera. Oh oui, il me payera de me faire ressentir cela. Son regard sur moi, je le dévisageais sans sourciller alors que ma main trouve la direction de son palpitant. Je vais nécroser cet organe, je vais en faire de la pourriture. Je sentais les doigts de Chayton autour de mon poigné ; j’ai souris ; moqueur. S’il pensait pouvoir m’échapper, pourvoir survivre si j’ai décidé sa mort. Il se trompe.  Sa question transpire l’arrogance à mes yeux. Il voulait encore fuir ? Quelle délicieuse sensation, je le tenais au creux de mes doigts cruels. Tu es à moi foutu animal.  Je sentais alors ses ongles traverser ma chair si fragile pour faire perle ce sang noir. C’est moi, la pourriture.

Ses questions ne manquaient pas de sens. La mort. C’était la seule chose à donner. Je ne possédais finalement rien d’autre. L’argent ? Quel intérêt après tout ? Je n’éprouvais aucune satisfaction à dépenser, tout comme je n’en éprouvais pas à gagner ; à voler. Tout cela n’avait plus le moindre gout. L’argent, c’est si fade. Cela ne procure aucune sensation. Alors que jouer avec une vie, nouer la courbe du destin, couper net les fils… C’était renversant. « Que sais-tu de la noirceur pauvre âme ? » Non, il ne savait rien. Il pourrait y survivre, il pourrait s’épanouir dans l’ombre. Dans mon ombre. J’ai enfoncé mes ongles à mon tour dans la peau tendre de son torse comme si je m’apprêtais à lui extraire à vif le myocarde. Mais ce serait bien salissant n’est-ce pas ? Il avait la peau dure. Il était solide physiquement, je le sentais. Mais pour ce qui était de l’esprit, il semblait bien trop dissiper par des nobles valeurs tellement secondaires finalement. Quelle absurdité. Je devais apporter une solution à ce cancer qui le ronge. Je ne peux le laisser ainsi. Allé savoir pourquoi. Je devais sauver son être de la normalité. Mes doigts caressent la peau de son cou alors que je lui demandais « N’en as-tu point assez d’avoir peur ? De trembler devant cette… Noirceur. La mort est l’issue inévitable. Veux-tu passer ta vie à la craindre ou rire à ces cotés ? » Je n’attendais aucune réponse à toutes ces questions. Je veux rire de la vie. De sa futilité.

J’ajoutais alors « Je peux décider pour toi. Tu n’as qu’à… Te laisser faire. » Je le poussais en exerçant avec mon poids pour l’étendre sur le plancher, mes doigts toujours enroulé autour de sa gorge. J’étais penché au dessus de ce corps dénudé et sa peur m’enivrait follement. Il semblait si abattu. La fatalité de notre situation était si évidente. Ne voulait-il pas jouer avec l’inévitable ? « Si je suis revenu d’entre les morts Chayton, ce n’est que pour mieux la rependre. Il n’y a pas de seconde chance pour les gens comme nous. Oui… Tu n’es pas si différent de moi, petit démon… ». Je me suis penché, humant l’odeur de clavicule avant de souffler à son oreille « Je peux les sentir… Tes vices… » Il ne pourra échapper à leur appel. Les péchés sont ce qu’ils sont pour une bonne raison. Ils se nomment les tentations et l’humain ne peut y résister. Les démons y sont livrés. « Connais-tu Chayton, le plaisir d’ôter la vie ? Connais-tu la jouissance d’arracher à un être toute dignité ? Et si ce n’est pas le cas, oses me dire… Que tu n’en rêve pas… Ose me dire que tu ne voudrais pas me tuer ou mieux, me salir à tel point que vivre me serait insoutenable… Dis le et je te laisse retourner à ta misérable vie. » Voila ton autre issue. Celle de notre adieu. Qu’est-ce qu’il m’arrive de lui laisser le choix ? Je n’en sais rien… Je ressens tout à coup l’affreuse sensation de le perdre, de le voir me filer entre les doigts. Je hais cette idée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Sam 16 Mai - 11:40

Chayton jouait avec le feu et il le savait parfaitement. Il défiait volontairement Gawain. La peur le rendait fou, le rendait inconscient des dangers qu'il courait. Il voyait bien le sourire de l'autre fou et se dit qu'il devait sembler tellement ridicule à vouloir se défendre. Il se défendait à peine et subissait allègrement. Il ne savait rien de la noirceur de l'âme, il ne faisait qu'imaginer ce qu'elle pouvait bien être. Ce fut pour cela qu'il ne répondit rien et continua de le dévisager en silence. Un grognement lui échappa quand l'homme fou enfonça ses doigts dans sa poitrine, cela lui fit mal. Quelques gouttes de sang coulèrent et un frémissement courut le long de son échine tandis qu'il le regarda droit dans les yeux. Ses pupilles étaient dilatées à cause de la peur. Il était complètement à nu et ne pouvait rien cacher à Gawain. Cette faiblesse d'âme le tuait, il détestait paraître faible, mais à cet instant il l'était tellement. Chayton ne sut pas quoi répondre à son adversaire – si cela en était réellement un – face à l'histoire de rire aux côtés de la mort. Qu'avait-il d'aussi drôle avec la mort ?

Lui ne voyait pas le comique de la situation, rien à cet instant ne le faisait rire. Il était comme anesthésié, vide de toute sensation sincèrement. Ses yeux se plissèrent. Décider pour lui ? Cette phrase avait soudainement quelque chose de terriblement familier en lui.

« Tu veux que je devienne ton esclave ? »

Les mots avaient peiné à sortir de sa bouche, mais ils avaient franchi la barrière de ses lèvres closes tandis qu'il avait prononcé ces terribles mots. Redevenir esclave après un an de liberté lui paraissait ridicule et pourtant, rassurant. C'était quelque chose qu'il connaissait, servir. Il l'avait fait durant dix ans et il fallait bien avouer que trouver un métier dans cette ville relevait souvent de l'impossible. Il ne trouvait tout simplement rien de convenable. Il était hors du temps, complètement dépassé par cette ville qu'il ne comprenait pas. Complètement dans son esprit et en quelque sorte, un marginal. S'il disait oui, que se passerait-il, hein ? Il se le demandait bien à cet instant. Le skinchanger s'allongea au sol, forcé par Gawain. Il le laissa le dominer et le regarda droit dans les yeux tandis qu'il se trouvait au-dessus de lui. Une forme d'excitation perverse traversa son corps. Il n'aimait pas tant que cela souffrir, mais il y avait quelque chose de réconfortant dans le fait de se faire dominer. Quelque chose de familier. Quand on ne devait qu'obéir et que quelqu'un prenait toutes les décisions pour vous, tout devenait si facile. Il n'y avait plus besoin de réfléchir, rien.

On se laissait aller, guidé par son instinct. Revenir d'entre les morts ? Le léopard se figea.

« Qu'es-tu donc pour ainsi transcender la mort ? »

C'était la seule chose qu'il avait retenu tandis que Gawain affirma sentir ses vices. Ce n'était pas bien compliqué de les sentir, c'était ce qu'il était après tout. Un être rempli de vices. Il le regarda calmement. La peur avait été remplacée par la sûreté qu'il venait de se trouver un maître, même involontairement. Car dans sa tête il avait déjà accepté de devenir son esclave. Il écouta son maître quand celui-ci lui parla du fait d'ôter la vie. Le prédateur l'avait déjà fait et de nombreuses fois. Il avait toujours été secoué de commettre un tel acte. Parce que d'un ce n'était pas rien d'ôter et ensuite, parce qu'il avait adoré cela. Il avait adoré arracher une âme de son corps. Cela avait été tellement jouissif. Mais cela, il ne se l'était jamais vraiment avoué. Il tendit la main et de la paume de celle-ci, caressa la joue de Gawain.

« J'ai déjà tué. Mais jamais je ne voudrais te salir pour te pourrir la vie. »

Il n'était pas ce genre de sadique. Il tuait pour survivre, c'était un instinct très primaire et animal. Cela s'arrêtait-là et n'allait jamais plus loin. Bien entendu, il y avait bien plus qu'un simple instinct animal. Car il n'était pas un animal à la base, mais un homme. Et les deux manières de pensées se mélangeaient étrangement dans son esprit. Il ne voulait pas faire de mal, juste servir.

« Je peux être à toi. »

Et ce serait probablement son dernier maître. Bien loin de le faire paniquer, cette idée le rassurait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Lun 18 Mai - 0:35

Esclave… Curieusement, j’aurais plutôt employé le terme d’employé. C’était plus moderne et gratifiant pour l’autre. Mais j’adorai l’idée qu’il puisse se dévaloriser de la sorte. Se dénigrer. Se résigner si facilement. Chayton, le si manipulable de toute évidence. Sa question me fit sourire. Qui je suis ? L’absurdité probablement. Celui qui s’échappe de la mort et cela pour finalement ne faire que la servir. Œil pour œil. Non, je ne me sentais pas redevable, j’ai mérité d’être ici. Comme j’eus mérité mon bagne de plus de cent années en enfer. Je ne répondais pas pourtant à sa question. Ce que je suis, il le découvrira bien assez vite. Je ne suis pas un sorcier, je suis bien pire. Je continuais de chercher à l’intimider, mais quelque chose avait changé chez lui. Pas même de l’acceptation ou mieux de la résignation. C’était comme du soulagement, quel événement avait-il pu soulager l’esprit de ce garçon ? Qu’est-ce qui avait pu provoquer un tel calme dans son regard ? Où es passé la crainte ? Oh, je te retrouve créature sans peur… Je te retrouve confiant, même si j’ignore pourquoi tu l’es.

Je poursuis mon interrogatoire ; près à renoncer à lui. A ne point en faire ce dit esclave. Il répondait avoir déjà tué… Que fait cette main sur ma joue ? Je n’aime pas habituellement que l’on me touche le visage, que l’on me touche tout simplement sans y avoir été invité. Mais il avait gagné ce droit en créant cette fascination que j’avais à son égard. Sa peau est chaude et je suis tellement mort. Le ressentait-il ? Il disait ne pas vouloir me salir. J’aurais voulu le croire, vraiment… Mais c’était impossible. S’il ne voulait pas cela, cela signifiait-il qu’il désirait me chérir ? C’était absurde.

Il se donne à moi d’une façon que personne ne l’avait jamais faite. Je ne parle pas de sexe ou d’amour. C’était son âme qu’il me donnait. Il se donnait complètement, il donnait toute volonté et placé en moi la sérénité d’un équilibre qui ne pouvait exister avec moi. J’ai posé mes doigts sur les siens ; ôtant lentement sa main de mon visage « Tu l’es à présent. » Jamais depuis mon retour au monde des vivants je ne m’étais senti à ce point… Satisfait. J’avais obtenu ce que je voulais. Lui. Je l’avais. Il était à moi et même si je ne savais pas encore ce que j’allais en faire. Il était à moi. Parfaitement à moi. Complètement. Je crois qu’en travers de ce siècle et demie ; je n’ai jamais eu de chose aussi précieuse en ma possession. « Il n’y a pas de retour possible à partir de maintenant. » A vrai dire, il n’en avait jamais vraiment eu. L’on ne peut pas tous échapper au sort.

J’ai souris cette fois, tendrement mes doigts relâchant les siens et je me suis relevé. « Lèves-toi. Choisi une piaule et va te décrasser tu empestes les marécages… » Lui qui devait avoir l’odorat si fin, comment pouvait-il supporter une telle odeur ? Je me suis posé dans le canapé en m’allumant une cigarette. Quand il sera près nous allons sortir. C’est stupide cette envie de parader avec mon nouvel animal ; mais j’ai juste la sensation que ça ne va pas durer. Le vent tourne, j’avais ce pressentiment. Je l’entends remuer. S’il est intelligent il choisira une chambre sans discuter ; mais il l’est. Il est à moi et j’ai décidé qu’il vivra ici. Pourquoi se plaindrait-il ? Il aura un toit et de quoi rempli son assiette pour le soupé. Et moi… Je pourrais me nourri de sa divine force bestiale qui me faisait frissonner d’avance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]   Mer 27 Mai - 22:12

Il avait signé avec le Diable et il ne réagissait même pas. Chayton savait qu'il avait fait le meilleur des choix pour survivre et c'était ainsi. Il s'offrait corps et âme à cet être. Il n'hésitait même plus, il avait trouvé sa voie, tout simplement et cela suffisait à son bonheur à dire vrai. Le skinchanger se laissa retirer la main et le regarda droit dans les yeux tandis que l'homme lui affirma qu'à présent, il lui appartenait. Le léopard sourit de toutes ses dents. Il était difficile d'imaginer qu'un prédateur comme lui se soumettrait face à un autre. Mais il restait un félin et un félin choisissait son maître qui n'en était pas vraiment un au final. Chayton saurait comment profiter de la situation, il le savait bien. Il ferait en sorte de réussir et survivre. Il avait la conviction qu'au moins, il subirait moins de mauvais traitement qu'avant son ancienne maîtresse. Aucun retour en arrière ? Étonnement cela lui allait très bien. Même s'il avait dit non, Chayton le savait, il n'aurait pas pu s'enfuir. Il était souvent plus facile d'aller de l'avant en acceptant une situation plutôt que d'aller contre. L'homme suivait du regard son nouveau maître, tentant à chaque fois d'établir un contact visuel.

Il ne voulait pas s'en défaire. Il appréhendait la suite, mais ne la demandait pas. Il avait peur que Gawain ne lui demande des choses d'ordre sexuel. Il ne pourrait pas dire non. Or il n'était pas du tout porté sur ce genre de rapport. Le sexe entre deux personnes du même sexe n'était pas le genre de chose qu'il pratiquait. En réalité, il ne pratiquait plus le sexe depuis près de dix ans, il serait bien incapable de savoir comment se comporter si cela arrivait. Il n'était pas vierge, mais les souvenirs qui remontaient au sexe étaient enfouis dans son esprit. Il avait appris à effacer son humanité, se faisant une raison et faisant le deuil de l'homme qu'il avait été. Il avait assisté à son propre enterrement mental, se donnant la force chaque jour de se lever et s'obligeant à survivre, encore et encore. Il se redressa quand on le lui ordonna et cligna des yeux.

« Choisir une piaule ? »

Une chambre ? Il tangua sur ses jambes, nu comme un ver, mais bougea lentement. Il obéit calmement tandis qu'il se baladait dans les lieux. Il profita du contact du sol contre ses orteils froids, tentant de comprendre un peu ce qu'il avait sous les pieds. Il alla ainsi jusqu'à la salle de bain et regarda la baignoire longuement. Il ne savait pas quoi faire. Il devait se dépêcher et ne pas traîner. Il décida donc de la boucher et de faire un petit fond d'eau qu'il se dépêcha d'utiliser pour frotter sa peau avec un gant de toilette. La saleté tombait et partait dans l'eau. Il devenait un nouvel homme. Son nettoyage fait, il se rendit dans une chambre, enfin il ouvrit une porte au hasard, fouilla une armoire, trouva des habits propres et les glissa sur sa peau. Ils étaient mieux que les précédents et le serraient un peu, mais tant pis. Chayton n'était pas si maigre que cela, il était athlétique, comme un chat des rues. Il entrevit vaguement son reflet dans un miroir, mais n'y fit même pas attention. Ses yeux paraissaient si grands dans son visage mat. Ils étaient enfoncés dans leurs orbites. Il n'avait pas si bonne mine que cela, mais au moins était-il propre.

Il chipa un flacon de parfum et s'en diffusa généreusement autour de la tête, comme si tout allait bien. L'odeur l'embauma et il se sentit réchauffé au plus profond de son âme. Son humanité remonta à la surface et il se sentit comme monsieur tout le monde alors qui ne l'était pas. Il n'avait pas vraiment l'allure du voleur du nord de la ville. Chayton descendit les marches conduisant au salon, il se demandait s'il devait dire la vérité à son maître. Dire qu'il habitait avec un autre homme dans les quartiers mal-famés et qu'ils volaient les pauvres. D'un côté, il ne voulait pas se faire retirer cet interdit. Alors autant ne pas en parler tout de suite.

« Monsieur ? »

Sa voix n'était en rien faible, elle était basse et sûre d'elle. Une attitude qui contrastait étrangement avec le jeu de son corps. Il s'arrêta en voyant Gawain. Il tourna naturellement sur lui-même pour montrer l'effet.

« Je me suis permis de prendre ces habits dans ma chambre sans savoir s'ils étaient à quelqu'un. J'espère que cela ne vous dérangera aucunement. Qu'allons-nous faire ? »

Demanda-t-il en s'arrêtant dans son tour. Il avait un regard naturellement innocent. On pourrait presque lui vendre le bon Dieu sans confession. Mais il était bien le meilleur pour cacher ce qu'il était réellement au fond de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 

We all wanna party when the funeral ends ▬ Chayton & Gawain [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Party Rock
» Panique à Ryslinge ! (Murder Party / Médiéval fantastique)
» Jüw | just wanna be wild
» Le sac de croustilles xD
» les 10 boss finaux les plus durs au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-