AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui a envie de renard ? | PV Aeryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Dim 1 Fév - 16:37

« Non mais faites attention quoi ! »

Chayton regarda vaguement cet homme qui lui avait parlé sur un ton bien misérable. Il dut prendre sur lui pour ne pas gronder, mais bon Dieu, ce qu'il en avait envie. Il se trouvait dans l'ouest de la ville, dans l'abondance extrême des gens. La richesse coulait à flot et il se demandait franchement comment les gens pouvaient vivre ainsi sans rien éprouver. N'avaient-ils pas d'âme ? Visiblement pas. Il était tellement dégoûté. Alors il bousculait, vidait les poches et se servait. De toute manière, ils ne verraient rien, c'était évident. C'était du moins ce qu'il se disait. C'était plus facile de voler quelqu'un quand on se disait qu'il n'avait pas besoin de telle ou telle chose. Après avoir fait ses petites courses, il partait sans demander son reste. Il devait partir le plus vite possible pour éviter que les peacekeepers lui tombent dessus. Une fois lui avait suffit. Il devenait de plus en plus rusé. Il avait même trouvé moyen de mieux s'habiller pour se fondre dans le paysage. Il avait un peu imité Nikolaas, mais pas trop. Il avait énormément appris de son ami, même s'il conservait son propre style.

Déjà Chayton quittait le quartier, habillé comme un riche, les poches pleines, un chapeau élégant enfoncé sur son crâne. Rapidement, il commença à retirer le chapeau, la cravate et les jeta dans un coin avant de déboutonner quelques boutons de sa chemise. Il  se rendit dans le nord de la ville, le coin le plus malfamé pour aller se changer dans sa planque et enfiler sa tenue habituelle un peu plus modeste pour le coup. Il passa une main dans ses cheveux, les ébouriffant tandis qu'il planqua les bijoux sous une planche de bois un peu pourrie. La nuit allait bientôt tomber et son ventre criait famine. Il aurait pu aller chez le prêteur sur cage du quartier pour obtenir quelques sous et aller ensuite s'acheter à manger. Cela aurait été raisonnable et pas qu'un peu. Mais à la place, il préférait aller chasser dans le bayou pour nourrir son ventre. Oui c'était animal, mais il avait énormément de mal à manger normalement. Cela faisait un an qu'il était un homme libre, mais avant, il mangeait comme une bête.

Sa maîtresse l'obligeait plus à se transformer en léopard pour manger que rester sous forme humaine. C'était une forme d'humiliation qu'il avait subi en silence, les mâchoires serrées. Une fois qu'il fut assuré de se fondre dans la masse sans s'attirer de problème dans ce quartier, il quitta la planque située dans un immeuble miteux et se dépêcha de traverser la ville. Les mains dans les poches, le pas nonchalant, il n'avait l'air de se soucier de rien. Un vrai félin sous forme humaine dans une ville de géant. Il fut bientôt dans le sud de la ville, le coin le plus abandonné. Le bayou l'attirait même si les zombies étaient légions. Chayton grimpa dans un arbre avec agilité et se hissa sur une branche, accroupi et pensif. Il avait découvert récemment sa capacité de prendre une seconde forme et il avait pris celle d'un alligator. Il savait au fond de lui que c'était pour se fondre dans ce paysage sauvage et dangereux. Néanmoins, il contrôlait moins cette forme que son léopard. Il était plus proche du félin que du reptile. Et ce soir, il avait vraiment faim.

Lentement, il se déshabilla alors qu'il fit craquer ses os. L'adrénaline courut à flot dans ses veines tandis qu'il lâcha prise avec la réalité et qu'il sentit le léopard surgir. Il se tordit, s'accrochant à sa branche tandis que son corps se couvrait de fourrure, se mouvait, comme habité par un monstre. Ce monstre, c'était le léopard qui fut bientôt debout, les oreilles droites et sa queue battant l'air de manière régulière. Il avait encore mal aux os, mais il s'en remettrait. Il retroussa ses babines sur ses longs crocs en forme de poignard, mais aucun son ne sortit de sa gueule. Il bondit en bas de sa branche, marchant avec élégance dans le marécage tout en surveillant le coin. Une ombre parmi les ombres. Le léopard flaira l'air, s'arrêtant, il avait senti quelque chose d'inédit. Un fumet qui n'était pas un oiseau ni une autre bête du coin. Alors il le vit, un éclair orange parmi tout ce coin vert et brun. Le félin frémit d'excitation et partit aussitôt au trot en suivant cette étrange bête.

Il ignorait que cela se nommait « renard », mais l'odeur lui plaisait. Il découvrit ses babines sur ses crocs et se tapit dans les ombres, observant. La petite créature l'avait-elle senti ? Aucune idée. A ce moment, il la tenait, sans prévenir, il bondit, tout croc et griffe dehors. Mais rien ne se passa comme prévu...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Ven 6 Fév - 16:09

Rien ne se passa comme prévu. La renarde sentait sa présence, forte. Un prédateur semblait à la chasse, un qui finirait par l’attraper, et qui la tuerait. Pourtant, elle sentait quelque chose d’autre, comme une lueur d’intelligence chez cet animal, comme si au fond, il n’était pas ce qu’il semblait être. De l’apparence d’un léopard, elle venait de le repérer, tapi dans les fourrés, prêt à bondir, prêt à se jeter sur elle, et la manger. La dernière fois, le serpent avait eu raison d’elle il l’avait attrapé et presque tuée, et maintenant, c’était ce léopard qui en avait après elle. Il ne lui faisait pourtant pas peur, car il était intelligent. Ce n’était pas un animal normal. Il semblait comme lui. Le comprenait-il ? Elle, oui. Et elle espérait que pour lui, toute humanité n’était pas éteinte sous cette forme, qu’il y avait en lui un peu de raison pour le voir également, pour remarquer ses semblables parmi d’autres. Allons donc, ce n’était certainement pas la première fois qu’il se retrouvait face à la forme animale d’un autre humain, si ?

L’attaque, directe et sans appel. La renarde s’attendait à cela, s’écartant in extremis pour éviter de terminer plaquée au sol, entre ses pattes. Être vigilante et prête à parer toutes les éventualités, c’est ce qu’elle s’efforce de faire, devant son imprévisibilité. Quand l’animal bondit, la renarde se dégagea de là, mais ne fuit pas. Il a faim, fou à l’idée de pouvoir la dévorer, fou à l’idée d’en faire son repas. Son instinct la presse de fuir de toutes ses pattes pour éviter de se faire attraper. Sa raison lui dit de forcer le destin, pour voir ce qu’il va se passer, pour noter si au fond l’animal va comprendre. Le pari est risqué, mais n’en valait-il pas la chandelle ? Il est comme elle, ce n’est pas qu’un léopard. Et si l’humaine derrière risque de ne pas s’en souvenir, la renarde compte sur le léopard pour le lui rappeler, dans un autre temps, une autre vie.

Elle marchait, autour du léopard en chasse, à une certaine distance cependant, pour le cas où sa faim l’aveuglerait. Pas question de finir sous les crocs du prédateur. Le risque se prend néanmoins, parce qu’il vaut le coup de connaître quelqu’un qui vous ressemble. Ce ne serait qu’une preuve supplémentaire qu’elle n’était pas une exception, qu’ils étaient même plusieurs dans cette situation. La solitude, douloureuse, et grignotant l’âme, enfonçant ses enfants dans la douleur. Aeryn en avait peur, peur d’être une exception qui deviendrait un monstre une fois exposée. Pourtant, il y en avait d’autres qu’elle n’avait pas eu l’occasion de rencontrer, ou plutôt, qu’elle pensait ne pas avoir croisé sur sa route, encore étrangère aux odeurs, et aux sens ses semblables. L’humaine repoussait sa nature au point d’en ignorer les signaux, par peur, ou crainte que quelque chose n’arrive, quelque chose hors de sa portée, incontrôlable. Elle ferait tout pour cela n’arrive pas.
Ce léopard pouvait aider Aeryn à comprendre. Ethan et elle n’étaient pas des exceptions, gouttes de colorant dans un océan. Au lieu de fermer les yeux, il lui suffisait simplement de les ouvrir et d’accepter. Etait-ce si compliqué que cela ?

L’animal semble dangereux, et nerveux. Alerte, la renarde attendait qu’il réagisse, de n’importe quel moyen, pour savoir s’il attaquait ou si au contraire, son comportement le mettait en doute. Optant pour que ce soit la deuxième option qui se manifeste, elle patientait, alerte, sans arrêter de tourner autour de l’animal, avec toujours cette même distance pour les séparer et l’empêcher de fuir en cas de problèmes. Que vas-tu faire maintenant ? Chasser ou bien essayer de comprendre ? C’était un jeu auquel elle espérait bien gagner, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Dim 15 Fév - 22:39

Elle était rapide, mais aussi différente. Quelque chose dans l'esprit du léopard le mettait en alerte. Écoute, souffla une voix dans son esprit. Mais écouter quoi ? Le félin s'arrêta, observant le canidé qui lui tournait autour comme si c'était la chose la plus normale. Un grondement s'éleva de sa cage thoracique, il ne comprenait rien, tout ceci était un véritable mystère. Un tressaillement courut le long de son échine, elle semblait différente des autres renards, elle semblait comme lui. Impossible et pourtant vrai. Il se souvenait de l'autre skinchanger qu'il avait déjà croisé. Un mirage parmi les mirages selon lui. Qu'avait-il dit être déjà ? Un renard semblait-il. Le léopard tendit les oreilles en avant en signe de curiosité, ne bougeant plus. La renarde semblait s'amuser de lui, mais il n'était sûr de rien. Il la regarda tourner, pensif devant son comportement. Il avait faim, c'était sûr et certain. Cette même faim torturait son estomac. Il s'était transformé pour se nourrir. Il devait profiter de la nuit, il devait profiter de cet instant. Pourtant, il n'attaquait plus maîtresse renarde, il se contentait d'attendre tout en la fixant mollement. La faim pouvait bien attendre à cet instant.

Un grondement sourd monta le long de sa gorge. Ils n'étaient pas de mêmes animaux, difficiles de communiquer de cette manière. Il avait envie de l'arrêter, de la bloquer entre ses immenses pattes. Qu'est-ce qui l'empêchait de le faire sincèrement ? Rien du tout. Il dansait d'une patte à une autre tandis que sa queue battait l'air. Il ne pouvait pas reprendre forme humaine, ce serait trop risqué. Car si elle n'était pas comme lui, elle l'attaquerait, forcément. De toute manière, qu'est-ce qui garantissait qu'elle n'attaquerait pas même si elle était comme lui ? Ils ne pouvaient pas communiquer et cela frustrait le léopard. Lentement, sans se presser, le félin s'approcha d'elle. Il voulait voir. Il y avait quelque chose dans ce regard qui le fascinait, son intelligence. Il était soudainement convaincu qu'elle était comme lui. Le grand léopard se dressa face à la renarde et cessa tout mouvement du corps. Devine, allez devine que je suis humain.

Elle n'était que la seconde de son espèce qu'il croisait et la première sous forme animale. Il n'avait pas vu Ethan sous forme de renard. Lentement, le petit fauve s'accroupit, mais en position de jeu tandis qu'il mouvait son arrière-train en signe évident qu'il prenait son élan. Il allait bondir, forcément. Et il le fit. Ses pattes arrières le propulsèrent soudainement tandis qu'il se jeta sur la renarde en couinant, ne sachant pas s'il allait la toucher, ni même l'effleurer. C'était un rêve qu'il effleurait du bout des pattes et ce n'était rien de le dire. Il ne pouvait pas reprendre forme humaine aussi vite, il n'en avait pas envie, il avait besoin de jouer, tellement besoin. Il poussa une sorte de couinement, mais cela n'en était pas un. Il tentait de communiquer avec elle alors qu'ils n'étaient même pas de la même espèce. Le léopard ne savait pas s'il était plus rapide qu'elle et d'un autre côté, il ne cherchait pas à savoir. Il se contentait de s'amuser avec elle l'air de rien. Il lui courait un peu après avant de s'arrêter et de changer de plan.

Il ne lui tournait pas le dos, mais lui tournait volontairement autour pour continuer de la provoquer. Allumer cette petite étincelle qui les ferait danser pour jouer. Allez, jouons ! Il montra la pointe de ses crocs en signe de menace, mais qui se voulait rigolote. Rien de bien sérieux, juste l'humour pourrie d'un léopard trop longtemps esclave qui adorait à présent sa liberté. Il serait prêt à tuer pour celle-ci, il n'y avait aucun doute. Enfermez un homme libre et vous en ferez la pire bête au monde. Dix ans suffisait à briser un être qui avait été bon un jour ou l'autre. Il s'arrêta, le port de tête royal tandis qu'il fit semblant de se lécher une patte tout en regardant le canidé. Il était évident que l'humain n'aurait pas agi ainsi, il n'était pas aussi arrogant. Mais le léopard l'était. Il se vengeait de toute l'influence humaine durant des années sur lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Mar 24 Fév - 18:02

Approcher, reculer, se laisser prendre ? La renarde observait, sentait, détaillait, de ce regard en disant bien long. Détaillant le moindre de ses mouvements, observant le moindre de ses pas jusqu’à elle, elle ne se laisserait pas apprivoiser aussi facilement. Le léopard face à elle tentait quelque chose, une de celle portée par sa curiosité. Approchant, pas après pas, la renarde se laissait porter par leur fascination mutuelle de l’un envers l’autre. Sans pour autant baisser sa garde, ne sachant pas s’il jouait ou si sa curiosité semblait dotée de bonnes intentions, l’animal ne bougeait pas, épiant le moindre écart qui le ferait tout de suite changer d’avis. Elle sentait ses canines se mettre en avant, signe d’une faim imminente. Allait-il pour autant se jeter sur elle pour la dévorer tout cru ? Son instinct lui intimait qu’il n’en ferait rien. Lui, le prédateur, allait observer le repas sans le toucher. Inattendu, improbable, impensable. Son regard en disait long, et s’il était comme elle, et s’il était ainsi ? Cela ne changerait pas grand-chose, et pourtant, il suffisait simplement de croire que cela pourrait évoluer dans ce sens. Ce n’était pas la première qu’elle se retrouvait face à un de ces semblables. Bien longtemps elle s’était crue seule, trop longtemps elle avait pensé ne pas croiser un comme elle. Pourtant, ce soir, c’était faux. Non seulement il existait des métamorphes comme elle, mais également avec une autre apparence, différente de celle des renards.

Un jeu. C’était dont ce qu’il souhaitait faire. Jouer pour apprendre à se connaître ? Jouer pour éclater les barrières de la confiance, jouer… pour mieux la manger ensuite ? Quand il s’élança, elle s’écarta d’un bond sur le côté, se demandant ce qu’il avait l’intention de faire. Respectant cette distance minimale entre eux pour se rassurer sur ses intentions, se dire qu’elle ne craignait rien… la curiosité semblait plus forte que tout, la renarde prête à se brûler un peu pour y voir plus clair et comprendre. Tournant autour de lui, elle ne sut dire ce qui créa le déclic. A force, de le regarder, de l’observer de ses yeux perçants, de lire à travers ses prunelles si elle serait plutôt rôti ou amie. Lentement, elle épiait, regardait, observait… spontanément, lâcha sa résistance, se montrant bien moins solitaire et plus amicale. Un léopard, vous l’auriez cru ? S’amuser avec un léopard ? Et pourquoi pas un crocodile tant que l’on y était…
Se laissant emporter dans ces jeux d’animaux, on pourrait devenir fous à les observer tous deux… et pourtant, ils sentaient au fond d’eux-mêmes leur appartenance à la même famille, celle des métamorphes. Pas des humains, ou des animaux, mais un peu des deux, bercés par une entité de chaque race pour ne faire qu’une seule identité. La renarde ne sentit pas toute seule, plus toute seule, ce n’était pas l’anomalie du monde, il existait d’autres personnes comme elles pour la comprendre, et quelque part, ce fut comme un soulagement de le savoir et de le voir.

Pourtant, il y avait chez l’animal quelque chose d’agressif, comme une bête noire, un démon le hantant encore. Par son caractère trempé dans l’acier, par ses agissements surprenants parfois la renarde à l’en faire battre son cœur de crainte, pour ensuite voir la farce, il avait une drôle de façon de jouer. Parfaitement consciente d’être le gibier, parfois elle se demandait si elle n’aurait pas mieux faire de fuir… pourtant elle restait, ne s’en allait pas, cherchait à comprendre, à découvrir. A connaitre. Etrangement, il y avait comme un petit quelque chose d’attirant chez lui, qui la motivait à le connaître et en savoir davantage sur lui. Sans prévenir, elle se jeta sur lui, bien moins puissante que lui mais avec une force suffisante pour le bousculer et tenter de le renverser un peu. Comme des enfants s’amusant dans l’herbe, ils avaient l’un et l’autre besoin d’un contact particulier pour fuir cette solitude de vie et ces éclats de leurs vies brisées. Peut-être était-ce le début d’une grande amitié entre eux, quelque chose de fort, d’inattendu pour l’un, comme l’autre. La forêt semblait plutôt calme et il semblait que personne ne les dérangerait, pas même les chasseurs… qui pourrait venir à cette heure de la nuit, d’ailleurs ? Le règne animal reprenait son droit, laissant les deux animaux s’amuser. Mais un bruit, les forcèrent à cesser de jouer. Un bruit étrange… comme celui d’une arme tirée au loin. Non, serait-ce possible ?

HJ : je te laisse le choix pour la menace :)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Mar 3 Mar - 22:42

Il se demandait réellement si elle était comme lui. Il la testait tout du long, voulant recevoir une réponse positive. Ils n'avaient pas la parole pour communiquer, juste des gestes et des gestes de bête de deux espèces différentes. Leurs espèces ne communiquaient pas pareil, félin et canidé, du grand délire. Le léopard ne pourrait pas expliquer comment il sut, mais au bout d'un moment il sentit quelque chose, comme une détente de la part de la renarde. Il se laissa un peu plus aller dans le jeu, n'hésitant pas à tenter de la taquiner du bout des griffes sans pour autant pousser la plaisanterie. Il la voyait de temps en temps frémir comme si elle ressentait quelque chose d'étrange, mais il n'y prenait même pas garde. Il continuait de jouer avec elle, tout simplement. Un grondement moqueur lui échappa, un grondement qui voulait bien dire qu'il s'amusait énormément. Mais quelque chose se passa, l'air vibra étrangement. Ils n'étaient pas seuls, bien loin de là. Le léopard tourna la tête et il la sentit avant de la voir, une balle.

Sans réfléchir, le skinchanger s’aplatit au sol tandis que la balle de plomb zébra l'air là où avait été ses oreilles quelques minutes auparavant. Un tressaillement d'horreur courut le long de son échine. Ils étaient traqués comme de vulgaires animaux alors qu'ils ne l'étaient pas ! Il jeta un regard à la renarde, ils devaient fuir. Encore aplati sur le sol, il se mit à ramper même si cela l'énervait. Lui un si fier félin voué à ramper, quelle honte ! Il avait envie de gronder bien bas, mais il prenait sur lui. Cela ne se faisait pas et pis peut-être que le chasseur les attendait. Tout serait si simple s'il reprenait forme humaine. Le félin redressa les oreilles, grave erreur. Une balle siffla, menaçante et rappel omniprésent qu'ils risquaient gros et bien plus qu'un bout de queue qui aurait le malheur de traîner là. Il grogna, furieux, mais continua d'avancer, à nouveau aplati. Ils devaient atteindre les fourrés tous proches d'eux. Ils étaient là, à porter de moustaches et oreilles. Sans réfléchir, le léopard bondit dedans.

Bang ! BANG ! Le bruit résonna fortement, faisant bourdonner ses oreilles, mais il tint bon, tituba légèrement, mais tant pis. Il se secoua de gauche à droite et tourna la tête vers dame renarde. Il connaissait le bayou comme sa poche et sans réfléchir, il partit en trottinant, zigzaguant entre les mares de boue tandis qu'il pouvait entendre les alligators. Ils étaient là, tapis et prêts à les dévorer s'ils n'y prenaient pas garde, saletés ! Mais il avait sa planque tout prêt, ils devaient encore tenir. Le léopard battit l'air de sa queue, courage dame renarde. Ses moustaches frémirent, la maison abandonnée était proche. On ne la distinguait pas vraiment, sa couleur se confondait avec celle des arbres. Elle était tellement vieille. Le félin s'arrêta devant l'immense bâtisse tombant en ruine et se glissa dedans par un trou assez large pour laisser passer un léopard de taille moyenne. Le lieu était miteux, mais Chayton y vivait. Le skinchanger tourna sur lui-même avant de s'asseoir droit comme un i comme seul un félin savait le faire.

Il la regarda droit dans les yeux et ferma ses mirettes. La magie de la transformation opéra, son aura se modifia, l'air crépita légèrement. Enfin il les sentit, ses os se déplaçaient, il mutait. La fourrure se fit avaler à la plupart des endroits, sauf certains. Un homme surgit à travers cet amas de chair, un homme qui tremblait comme une feuille, mais un homme heureusement bel et bien vivant. Il redressa lentement sa tête, le regard troublé. Il était perdu et devait rassembler ses souvenirs. Il la vit, dame renarde.

« Dame renarde. »

Le mot était sorti seul, imprimé dans son circuit neuronal sans même qu'il s'en rende compte. Il posa sa main sur sa bouche, terrifié parce qu'il venait de dire avant de se rappeler. Elle était comme lui, elle pouvait le comprendre. Lentement, il se redressa avant d'attraper un vieux pantalon qu'il enfila. Sans même réfléchir, Chayton se rapprocha de la fenêtre moisie et regarde à travers elle. Aucune trace du chasseur. Il avait encore les sens à vif. Il se demanda un instant si la renarde allait prendre forme humaine ou préférer l'anonymat, mystère, mystère.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Jeu 19 Mar - 19:49

L’on disait souvent que le langage des mots demeurait le seul à être digne d’être compris sans ambiguïté. Celui qui ne déliait les mots, les maniait, les enchevêtrant pour former des phrases, puis les usant autrement pour exprimer d’autres possibilités, d’autres sujets de conversation. Comment communiquer si la manière employée était différente ? Il ne pouvait y avoir d’échange, de dialogue, de partage et de convivialité. Ce que l’on croyait, ce que l’on s’obstinait à se dire à longueur de journée, alors qu’il n’en était rien. Inutile de se parler quand on lisait dans le regard de l’autre une pleine satisfaction, une émotion forte, un sentiment présent, le plaisir d’être là et de profiter de cet instant, si frêle, si éphémère, qui en une fraction de seconde aurait fini par disparaître. Rien qui n’empêche de pouvoir partager une complicité naissante d’une personne tout juste rencontrée. Inutile de faire de grands discours quand le rire se portait sur le même intérêt, le jeu sur les mêmes goûts. Les barrières détruites entre eux, la renarde ne faisait plus attention à la dangerosité éventuelle, certaine d’avoir affaire à un copain de jeu qu’un prédateur affamé.

Et puis, tout changea. Adieu jeu, adieu amusement, adieu… une fraction de seconde, et tout venait de s’effondrer, tout venait de se fragiliser, se détruire. Un coup de feu, une balle. Le danger les guettait, proche et méconnaissable. Il les entourait, se riant d’eux, prêt à les engloutir, prêt à les faire disparaître tous deux. Méconnaissables. A cette heure, on ne pouvait imaginer des braconniers partir à la chasse, ou des chasseurs en quête de gibier… pourtant, il y avait derrière ces tirs un intérêt à les tuer, si ce n’était les capturer vivants pour les enfermer. En avait-il après eux ? Savaient-ils au moins qui ils étaient ? Ce serait pire encore que de les prendre pour de vulgaires. Si les sorciers en avaient fait leurs poupées, il pouvait toujours y avoir quelqu’un d’autre pour les traquer comme de vulgaires animaux, pour leur fourrure par exemple, ou en trophée de chasse dans le salon. Si le léopard prit les devants, la renarde le suivit sans demander son reste, puisqu’il semblait connaître la destination. Et puis, elle lui faisait confiance, d’une certaine manière, comme à leurs jeux. Maintenant qu’il avait des chasseurs bien plus dangereux, ils devaient faire équipe pour pouvoir s’en sortir vivants. Elle le suivit, une lueur de timidité dans le regard, se demandant où elle allait atterrir en suivant des étrangers ainsi. Tant pis. La dernière fois, Ethan lui avait sauvé la vie, cette fois, lui aussi était en train de sauver ses fesses. Comme quoi… il suffisait de peu.

Sans une hésitation, la renarde s’infiltra à l’intérieur de la demeure, sans savoir qu’elle venait tout simplement d’entrer dans l’antre du léopard. Peu craintive, elle espérait simplement que les chasseurs ne les auraient pas rattrapés jusque-là. Reniflant, l’odeur du léopard finit d’ailleurs par changer significativement pour se transformer en odeur humaine. L’appela ensuite par son nom, auquel l’animal sembla réagir, mais pas tout à fait. Elle finit ensuite par disparaître à l’abri du regard masculin, pour laisser le temps à la transformation de s’effectuer en toute discrétion, Aeryn n’ayant pas encore cette facilité qu’il avait de devenir humain. La jeune femme resta un moment assoupie avant de reprendre ses esprits, et également de ne conserver que des flashs de sa vadrouille à l’extérieur sous son apparence animale.

« Ethan ? »

Avait-elle encore passé la nuit à ses côtés ? Les deux renards s’entendaient bien ce qui ne serait certainement pas étonnant qu’elle le retrouve dans les parages. Se relevant, et prenant une couverture à proximité, elle se mit à examiner les lieux à la recherche de vie, certaine de ne pas être entrée seule là-dedans. Quand elle l’aperçut, elle se demanda encore ce qu’il pouvait bien lui être arrivé sous sa forme animale. On allait commencer par simple

« Je vous connais ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Qui a envie de renard ? | PV Aeryn   Ven 27 Mar - 13:18

Dame renarde l'avait regardé avant de s'éloigner et Chayton ne l'avait pas suivie. Il s'était mis à s'habiller, calmement et froidement. Les habits brûlaient sa peau, mais il n'en tint pas compte tandis qu'il se demandait ce qui se passait. La renarde ne revenait pas, mais il attendit dans un coin. Il se doutait qu'elle reviendrait, ou sinon, tant pis, il accepterait son choix si elle avait fui. Il se souvenait quelque peu de son aventure, mais les souvenirs étaient flous. Il se revoyait sous forme de léopard jouer avec une magnifique renarde. Il se souvenait des balles, de la peur, de la colère. Des sentiments mêlés, des sentiments de rage. Chayton releva bientôt la tête en entendant une voix et un prénom, Ethan. Il connaissait un Ethan, un homme comme lui, mais un renard. Il fronça les sourcils, pensif. Bientôt une belle brune enveloppée dans une couverture surgit. Elle était belle, sauvage, c'était dame renarde, forcément. Poliment, l'ancien esclave détourna le regard pour qu'elle ne se sente pas observé dans son intimité. Il n'avait aucun habit de femme ici, mais elle pourrait aisément enfiler quelques tissus qui lui appartenaient.

« Vous avez oublié ? Nous jouions ensemble, dame renarde. »

Il se redressa lentement et avec toute l'élégance d'un félin, il attrapa une chemise et un pantalon. Il le lui tendit calmement, son regard foncé rivé au sien tandis qu'il se demandait si elle allait prendre les tissus. Dans la panique de la fuite, il ne se souvenait pas si elle avait été blessé.

« Vous n'avez reçu aucune balle ? »

L'urgence de la situation les avait poussés à fuir rapidement sans vraiment se retourner. Une fuite pour une fuite. L'adrénaline avait animé son corps de léopard. Chayton n'était pas seulement léopard, il était aussi un alligator. Les hommes avaient plus peur des reptiles que d'un félin. Il ne savait pas pourquoi, ayant oublié depuis les années ce que c'était d'être humain. On lui avait brisé son humanité en dix ans, on en avait fait un pantin. Il avait toujours fallu qu'il soit fort, puissant, qu'il tienne sur ses jambes et ne tombe jamais malade. C'était difficile, bien plus que ce que les gens pouvaient penser. Il avait été logé et nourri durant dix ans. Mais cela avait été de la nourriture sans saveur qu'on donnait aux bêtes pour qu'elle ne vous embête pas, qu'elle vous serve. Il avait haï être cet animal de compagnie. Mais là n'était pas la question. Il était inquiet pour la renarde. Pourquoi ? Il ne savait pas. Mais plus il en découvrait et plus il apprenait qu'il n'était pas le seul frappé d'une malédiction. Il n'était pas le seul maudit. C'était à la fois rassurant et terriblement triste. Cela voulait dire que d'autres gens avaient souffert.

L'idée qu'il soit seul avait eu quelque chose de réconfortant. Cela voulait dire qu'il y avait du bien-être ailleurs. Mais en fait c'était faux. Le mal se cachait dans chaque foyer.

« Je suis comme vous, mais je suis un léopard. Je m'appelle Chayton. »

Les gens se moquaient souvent de son prénom sans savoir que Chayton venait du peuple amérindien. Faucon en langue sioux, bien entendu, il avait toujours ignoré de quelle tribu était originaire sa mère. La vie en dehors d'une réserve était toujours mieux que là-dedans. Au fond, il avait toujours été une bête, haï par ce peuple blanc. Il portait les marques dans ses gènes, les histoires de ses peuples qui avaient été ses aïeuls, autant celui de son père que de sa mère. Le skinchanger avait l'oreille tendue, guettant la venue des monstres avec une arme. Mais avec un peu de chance, ils les avaient semés. Après tout, ils avaient couru comme si la mort était à leur trousse, ce qui était bel et bien le cas. Chayton ignorait que sa fourrure était extrêmement chatoyante quand il était sous forme de léopard et qu'il donnait envie à n'importe quel fourreur digne de ce nom.
Revenir en haut Aller en bas
 

Qui a envie de renard ? | PV Aeryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Tuto du Renard - Musique.
» recherche de la partition "L'envie - Johnny Hallyday "
» Un kit coloré pour un renard =^.^=
» J'ai une envie de cupcakes :)
» L'histoire d'une vie, l'histoire d'une envie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-