AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Jeu 5 Mar - 19:15

La ville était animée, comme chaque soir, mais seulement dans certain quartier. Chayton quitta le nord de la ville, le coin le plus malfamé pour s'enfoncer dans l'est de la ville. La venue en ville du cirque avait créé un chamboulement, mais pas seulement. Il y avait aussi l'histoire des jeux qui planait au-dessus de leurs têtes. Le voleur errait dans les rues, pensif. Involontairement, il pensait à Gawain, cet monstre qui le voulait comme on voulait un petit chien. Le skinchanger ne savait plus quoi penser d'un tel individu. Une chose était sûre, il n'était pas capable de le tuer, il était faible. Chayton avait été faible durant dix ans et cela ne changerait pas de sitôt. La nuit était tombée et il se baladait dans les rues animées de Bourbon street. Il laissait traîner ses mains avec naturel tandis qu'elles attrapaient tout ce qui se trouvait sur leurs passages. Il vidait les sacs, attrapait quelques bijoux, des pièces qui traînaient, rien ne lui échappait. Il souriait de temps en temps avec douceur pour se faire passer pour monsieur tout le monde. Qui irait se douter de la vérité ?

Celle qu'il était un voleur et pas des moindres. Depuis un an qu'il était libre, chaque jour était un nouvel entraînement pour son art de voler et on n'avait pas à lui demander des comptes. Peut-être bien était-ce cela la véritable liberté, celle de faire ce qu'on voulait, avec les conséquences que cela pouvait avoir. Son regard s'attarda sur la foule qui parlait joyeusement tandis que des gens qui étaient sur les balcons dansaient. Verre à la main, ils semblaient être venus d'une autre époque, celle d'avant les jeux, où tout ceci n'existait pas. Chayton les admira un instant et tenta de se rappeler si lui aussi avait aimé un jour faire la fête ainsi. Non, il n'était pas ce genre d'homme, il ne l'avait jamais été. Il avait toujours été solitaire, en retrait des autres. Il avait préféré regarder de loin avec sa bouteille de whisky, le regard sur l'horizon, les pieds sur une table basse. C'était donc cela sa vie d'avant. Le skinchanger se secoua comme un chat qui venait de sortir de l'eau.

Sans plus attendre, il reprit sa quête de vol dans la foule. Des sacs à main, des portes-monnaies, tout ce que les gens délaissaient involontairement. Il ne prenait pas les portables, ayant entendu des étranges rumeurs de traçage. Oh il aurait pu les revendre, comme tout ce qu'il volait, mais il restait méfiant, terriblement méfiant. Il n'avait pas envie qu'on trace sa planque et celle de Nikolaas. Son ami voleur n'apprécierait probablement pas. Il était dans ses pensées et cela ne manqua pas, il bouscula quelqu'un. Aussitôt la personne tomba au sol et commença à hurler comme un cochon qu'on égorgeait. Les gens étaient juste intenables bon Dieu ! Il recula et là encore se cogna à quelqu'un. Bing, bang, bing, bang. Quelques bijoux tombèrent au sol et il grogna fortement avant de se pencher en avant pour tout ramasser.

« Tout ça est à vous ou quoi ?! »

L'interpella l'homme au sol qui avait cessé de hurler, étrangement calme. Chayton le fixa, réfléchissant à une réponse valable avant de chercher quelqu'un dans la foule. Il la vit, une brune qui se détachait un peu du lot.

« Oui, pour ma femme, CHÉRIE ! »

Il fit des grands signes à la brune, ramassant les derniers bijoux et s'approcha vivement d'elle avant de l'attraper par le bras. Il rapprocha sa bouche de son oreille.

« Faites comme si vous me connaissiez s'il vous plaît. »

Il espérait qu'elle allait accepter même si cela était complètement dément. Ils ne se connaissaient pas, il y avait une grande différente d'âge entre eux deux, mais qu'importe. Il devait sauver sa peau de voleur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Mer 11 Mar - 15:01


And where ever it takes us

Ruby remontait Bourdon Street en maudissant la foule comme à chaque fois qu’elle devait se déplacer en ville seule et affronter la populace à pied. Le c’était pire que tout dans cette rue, une des plus fréquenter de la Nouvelle-Orléans et qui avec l’arrivée du cirque débordait d’énergie plus que d’ordinaire. Cela ressemblait bien au gouvernement de passer un contrat avec un chapiteau pour distraire les habitants. Comme si cela pouvait leur faire oublier le retour des jeux, des arènes et surtout de la mort. Il y avait encore à peine quelques jours, la sorcière avait risqué sa vie en prenant simplement le métro. D’accord elle n’avait pas choisi la station la mieux cotée sur la ligne mais comment était-elle supposé deviner qu’une simple descente de Peacekeeper, un contrôle de routine se finirait en bain de sang, en véritable hécatombe ?! Et se trouvant toujours désespérément sans chauffeur pour la promener aux quatre coins de la ville pour le boulot, l’ancienne actrice n’avait d’autre choix que d’utiliser les jambes que ses parents lui avaient fait. Ce n’était pas un mal et au moins cela la forcait à se confronter au reste de l’humanité plutôt que de rester à bouder dans son bureau parce que Judas l’avait trahie. L’amalgame avec son prénom était facile mais pourtant tellement vrai.

Soufflant dans sa barbe, Moony ne prêta pas plus d’attention que cela à l’altercation qui intervint à deux pas d’elle. Juste deux personnes rentrant en collision, il n’y avait rien de rare là-dedans et surtout pas sur cette artère de la ville. En plus, la demoiselle avait l’impression qu’il y avait encore plus de monde que d’habitude qui se promenait ce soir-là. Pourtant son regard et puis son attention furent attiré par le grand brin qui semblait gesticuler dans sa direction. Avant même qu’elle ne puisse réfléchir, il se trouvait à ses côtés et la prenait par le bras. Il lui demanda de faire comme si elle le connaissait ce qui représentait tout de même une demande incongrue. On ne faisait ça que lorsque l’on avait besoin d’aide pour se sortir d’une mauvaise passe, quand on était pris la main dans le sac ou qu’on ne pouvait pas se dépêtrer d’une situation embarrassante sans quelqu’un pour appuyer un mensonge. Son regard tomba alors sur les bijoux par terre et dans la main de l’autre homme qui regardait son interlocuteur avec un air de reproche. Elle soupira intérieurement et se fit une note mentale d’informer l’inconnu de sa chance de tomber sur une actrice hollywoodienne. Il y avait trop de gens qui ne se rendait pas compte de la faveur des dieux.

« Il y a un problème darling ? » Demanda-t-elle en refermant sa main sur son bras à lui et avec un sourire tendre à son égard. Il lui semblait avoir entendu le mot ‘chérie’ avant qu’il n’arrive sur elle et selon toutes vraisemblances il lui demandait donc de se faire passer pour sa compagne. Cela ne la gênait pas, c’était souvent le rôle qu’on lui avait donné à l’époque et son propre mari l’avait façonné pour devenir le parfait petit trophée à emporter partout avec soi. Et puis tournant son regard vers le second homme elle ouvrit de grands yeux surpris et ouvrit la bouche avec un cri d’extase. « Hoo mon cœur tu as encore été faire des folies à la bijouterie pendant que j’avais le dos tourné ! » Elle serra le bras du brun qu’elle tenait tout contre sa poitrine et se mit sur la pointe des pieds malgré ses talons pour poser un baiser sur sa joue, lui laissant ainsi une belle trace de rouge à lèvre carmin sur la peau. Elle fit ensuite un pas vers l’homme à terre, entrainant son fiancé temporaire dans son mince sillage pour s’accroupir. « Vraiment merci de tout ramasser, il est généreux mais tellement maladroit, c’est pour ça que je l’aime. » Conclut-elle avec un petit clin d’œil sexy qu’elle dédia à celui qui était tombé pour le charmer un peu.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Mar 17 Mar - 21:59

A son grand étonnement, cette femme joua son rôle à la perfection et sans même broncher. Personne n'aurait pu se douter que ce n'était pas un couple, sauf en voyant l'air ahuri de Chayton qui ne savait clairement pas comment se positionner. Il avait le cul entre deux chaises et il n'appréciait pas cela.

« J'ai été maladroit, encore. »

Souffla-t-il suffisamment fort pour qu'on l'entente. Le but n'était pas qu'on ignore la maladresse du skinchanger, au contraire. Qui irait soupçonné que ce mauvais mari – quoi que bien riche – était un voleur et pas des moindres ? Il fallait parfois faire semblant d'être quelqu'un d'autre, chose peu aisée. Il n'était pas le meilleur acteur de la Terre, encore moins quand elle remercia pour ses achats et déposa ses lèvres sur sa joue. Il eut envie aussitôt de se hérisser, de dire qu'elle ne devait pas le toucher, mais cela ne serait pas convenable, assurément pas du tout. Le léopard dut prendre sur lui, chose extrêmement dure. Il se contenta de la regarder droit dans les yeux en se demandant sur qui il était tombé. Quelle drôle de femme. C'était presque troublant qu'elle adhère autant à ses bêtises. Le skinchanger aurait pu s'en plaindre, même pas le temps que déjà, elle l'entraînait vers le tas de bijoux. Il ricana légèrement quand elle lui fit un clin d’œil après avoir dit qu'il était maladroit. Il aida l'autre homme à ramasser les bijoux, le remercia moult fois. On serait en droit de se poser des questions sur cet homme riche qui avait une bien drôle d'allure et une si belle femme.

Mais au fond, on s'en fichait tellement. Le passant partit sans demander son reste et le skinchanger se redressa calmement avant de poser son regard sur sa supposée femme.

« Merci. »

Et il était sincère. Il ne s'était pas attendu à ce que cela prenne aussi facilement. Il ne savait pas quoi lui dire, s'il devait lui mentir sur sa véritable nature ou pas. Pourquoi faire me diriez-vous ? Après tout il était à un tel stade de connerie. Elle devait se dire qu'il était complètement fou. Chayton était maladroit avec les gens, de par son tempérament, mais aussi les années d'esclavage. Il n'était pas un grand bavard.

« Je peux vous inviter à boire quelque chose ? Je... Ca doit vous sembler fou. »

Encore étonnant qu'elle n'ait pas appelé les peacekeepers, peut-être aurait-il dû partir en courant, mais cela aurait été vraiment mal poli, n'est-ce pas ? Tout à fait. Il lui en devait bien une, que cela lui plaise ou non. Surtout qu'il avait cherché cette aide, donc il ne devrait pas se montrer si ingrat. La roue tournait et s'il n'y prenait pas garde et traitait mal sa sauveuse, il s'en prendrait plein la tête, chose qu'il ne désirait pas.

« Ce n'est pas ce que vous croyez... Tous ces bijoux. »

Il anticipait sa réaction. Il se demandait ce qu'elle avait pensé. Peut-être ne s'était-elle pas posée la question. C'était permis de rêver à ce stade. S'il avait su que c'était une sorcière, il avait fort à parier qu'il serait parti en courant. La dernière connue en date l'avait réduit en esclavage durant dix ans. Cela avait de quoi refroidir à dire vrai. Le skinchanger attendait nerveusement sa réponse. La foule se décalait du duo étrange, ne faisant pas attention à eux. Mais que se passerait-il quand on les remarquerait et on les regarderait ? Il se le demandait bien. Chayton jeta quelques regards nerveux, il détestait plus que tout le regard des autres. Il posa son regard sur l'inconnu et décida de se présenter, politesse oblige.

« Je m'appelle Chayton. »

Un prénom ce n'était rien tenta-t-il de se rassurer alors qu'il se sentait déjà paniquer pour le coup. Chose complètement stupide, mais c'était toujours ainsi quand il donnait son prénom. Comme si une sorcière inconnue allait le reconnaître et lui dire que c'était très vilain en tant qu'ancien esclave de s'enfuir de l'emprise de sa maîtresse, les gens étaient fous.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Jeu 26 Mar - 16:07


Alors qu’à eux trois ils ramassaient les bijoux, il ne fallut pas longtemps à Ruby pour comprendre que personne ne se promenait dans la rue avec autant de verroterie sans rien n’avoir à se reprocher. Soit celui qui lui avait demandé de l’aide venait de faire un casse, soit il avait détroussé les passants, soit il s’agissait d’un vendeur à la sauvette. Mais quelques soit la réponse, il n’était pas clean et risquait gros si les forces de l’ordre lui tombaient dessus. C’était pour cela qu’il avait eu besoin d’elle pour détourner l’attention du passant qui finit par partir sans plus d’interrogation, ce qui devait signifier qu’elle avait joué son rôle à la perfection. Elle le regarda partir avec un sourire satisfait aux lèvres alors qu’elle se redressait pour épousseter ses genoux. Elle se tourna vers l’inconnu qui lui devait désormais une faveur même s’il ne s’en rendait pas encore compte et hocha la tête avec un sourire toujours plus charmeur en sa direction. « Mais de rien. » Fit-elle en se rapprochant et elle lui tendit les bijoux qu’elle tenait sauf un collier qu’elle accrocha à son cou alors qu’il tentait de s’expliquer cette mystérieuse marchandise, ce qui la fit doucement rigoler. « Je n’ai pas à savoir et je m’en fiche…mais je garde celui-là en paiement. » Ajouta-t-elle pour qu’il comprenne son geste.

Bien sûr cela ne retirait rien à la dette qu’il lui devait mais elle n’allait pas le faire fuir immédiatement. Les criminels réagissaient en général assez mal à la pression et aux menaces. Non cela constituerait un joker dans sa manche à ressortir à l’occasion sous peine de le dénoncer. Elle avait beau chercher des financements du côté obscure de la force concernant son cabaret, il n’en restait pas moins que le cabaret de Ruby était fréquenté par des membres du gouvernement. Evidemment cela non plus elle n’allait pas le lui dire. Au lieu de cela aller lui tendit la main pour retourner la politesse de la présentation. « Tu peux m’appeler Moony, darling. » Le dernier mot était une petite provocation, une gentille provocation pour s’amuser un peu de la situation. Après tout sans son jeu d’actrice il ne s’en serait surement pas sorti à si bon compte et d’un autre côté cela faisait du bien à la sorcière de flirter un peu avec un autre homme en dehors du cadre du travail. Au Masquarade cela faisait partie de ses obligations, charmer les clients, les séduire pour les faire revenir. Et celui qui occupait son cœur lui avait claqué tellement fort la porte au nez qu’elle sentait encore la douleur. Seulement il fallait qu’elle oublie cet abruti pour le moment et quoi de mieux pour cela que de s’amuser un peu avec un parfait inconnu qui en plus possédait un minimum de bon goût pour les bijoux ?!

« Et ça sera avec plaisir pour le verre, j’ai bien besoin d’un remontant après cette journée. » Elle soupira un peu fort pour mettre une emphase sur le fait qu’elle avait passé un moment désagréable depuis qu’elle avait mis les pieds hors du lit, et en effet depuis peu Ruby ne passait que des mauvaises journées. Déjà elle devait se débattre seule pour garder la tête et son club hors de l’eau et plus elle devait se déplacer à pied plus elle détestait cela et la foule. Doucement mais surement, la belle commençait à détester les endroits bondés, le bruit permanant et simplement les autres êtres humains. S’aviner un peu pour oublier cette vie pourrie ne pourrait pas lui faire de mal. « Alors où veux-tu m’emmener ? Dans une rue avec un nom pareil il doit bien y avoir un bar avec un bourbon digne de ce nom, tu ne crois pas ?! » Elle retrouva alors son sourire et commença à regarder les diverses enseignes qui se trouvaient non loin d’eux, car il était hors de question pour la jeune femme de marcher plus longtemps pour se rendre quelque part. elle devrait déjà braver une foule compacte pour rentrer au cabaret après, alors elle ne le ferait pas avant un verre.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Mer 1 Avr - 22:56

Chayton prit les colliers qu'elle lui tendait, mais vit bien qu'elle en mit un autour de son cou. Il resta à la fixer, stoïque, se demandant bien ce que tout cela voulait dire. Il n'allait pas le lui demander compte tenu du fait qu'il l'avait volé. Rapidement, elle lui donna une explication.

« Il vous va magnifiquement bien. »

Il était doué en compliment. Il avait appris à en fournir durant dix ans à sa maîtresse. Il avait toujours fait en sorte qu'elle se sente forte, belle. Il aurait pu au contraire la briser pour tenter de se libérer, mais il ne l'avait jamais fait. Il s'était contenté d'être son ombre, de veiller sur elle, comme tout bon esclave asservi. Cette femme avait une allure de princesse blasée et cela fascinait Chayton. Elle lui rappelait sa maîtresse, d'un côté, elle avait été une riche sorcière et il se trouvait dans le quartier des riches. Le skinchanger se soupçonnait d'être masochiste, de tenter le diable, de frôler les endroits qui lui rappelaient son ancienne vie de souffrance. C'était stupide, n'est-ce pas ? Il serra sa main quand elle se présenta et le taquina. Là encore le léopard ne broncha pas, se contentant de la fixer comme si tout allait bien.

« Enchanté. »

Il lui en devait bien une et il n'était pas stupide au point de croire qu'elle oublierait la dette qu'il lui devait. Qui qu'elle soit dans le milieu, elle lui rappellerait bien tout cela, n'est-ce pas ? Chayton avait beau être un voleur, il avait parfaitement conscience qu'on pouvait le retrouver si on mettait un minimum d'énergie pour le retrouver. De toute manière, il n'avait aucune valeur sur lui, juste une vie chaotique. Alors à part Gawain qui s'était mis en tête d'en faire son animal de compagnie, personne d'autre ne le voulait. On ne voulait pas d'un homme brisé et fatigué par dix ans d'esclavage. Il avait près de cinquante ans et la mort n'était pas si loin que cela. Quand on y réfléchissait bien, il ne lui restait que profiter des quelques dizaines d'année qui se profilaient. Car quand on avait perdu, on ne pouvait qu'appliquer le carpe diem. Au moins Moony acceptait son idée de verre qu'elle ne manqua pas de ponctuer d'un soupir évident. Il ne manqua pas de la fixer et faillit demander si elle avait eu une dure journée. Mais il se reprit à temps. Cela ne le regardait pas, ce n'était pas à lui de demander cela. Elle avait probablement quelqu'un qui l'attendait chez elle pour entendre ce genre d'histoire. Lui, il avait mieux temps de se taire.

Comme quoi, les habitudes d'esclave avaient la peau dure, surtout quand cela ne faisait qu'un an qu'on était libre. Un sourire lui échappa quand elle lui demanda où ils iraient. Il lui tendit le bras avec élégance comme les gens de ce milieu le faisaient.

« Il doit en avoir un tout près très chère, laissez-moi vous guider. »

Dit-il avec son sourire le plus succulent. Il pouvait être charmeur malgré ces vêtements crasseux qui lui collaient à la peau. Il n'avait rien d'un beau gars, un milliardaire. Il avait juste l'air d'un gars débrouille. Alors que le skinchanger marchait, il se déplaçait avec l'élégance d'un félin. Il se coulait naturellement à travers les gens, les effleurant à peine. Il repéra un joli café à l'écart de la foule, mais parfait pour observer. Il le montra de l'index à Moony et s'arrêta devant. La devanture était classique, mais elle avait de la gueule. Le serveur s'approcha aussitôt d'eux.

« Monsieur, dame ?
- On va prendre cette table si ça ne vous dérange pas. »

Dit-il en désignant une petite table à la terrasse. Il faisait suffisamment frais pour s'offrir un verre dehors. Le serveur partit chercher la carte tandis que Chayton s'installa et sonda la foule du regard, cherchant clairement les Peacekeepers. Il reposa son regard sur la miss à ses côtés tandis qu'on leur donna la carte. Il ne savait pas quoi prendre quand il vit la liste interminable de breuvage. Le serveur eut l'élégance de s'éloigner pour les laisser respirer en paix. Chayton baissa sa carte et fixa sa sauveuse.

« Vous n'avez pas peur de moi. Non pas que vous devriez, mais je suis juste étonné. »

Il n'était pas l'être le plus imposant de la planète. Mais elle semblait s'en ficher qu'il soit un voleur alors que cela sautait tout de même à la gueule. C'était évident, n'est-ce pas ? Mais à quoi s'attendait-il, qu'elle hurle au scandale ? Peut-être bien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Jeu 30 Avr - 18:26


Avec plaisir Ruby accepta le bras qui lui était tendu, appréciant que certains hommes puissent posséder encore un minimum de bonne manière et le fait qu’il ajoute à cela une phrase au ton un peu soutenu fini de la charmer. Cela lui rappelait la belle époque, celle de sa première vie. Même si elle ne regrettait pas grand-chose de son passé, la sorcière aimait qu’avant la femme ne faisait pas de sa sexualité une arme pour s’affirmer. Certes cela faisait vendre et on prenait les femmes pour des objets mais il était alors d’autant plus facile de tromper son monde en minaudant et en jouant les ingénues. Évidemment, maintenant la brunette aurait été mal placée pour se plaindre alors même qu’elle commerçait également grâce à l’appétit sexuel de ces messieurs et c’était ce qui rendait le constat présent encore plus agréable. Elle le suivi donc comme s’il était réellement son mari jusqu’à un peu café ne payant pas de mine mais somme toute très typique de la ville. Pendant la marche, elle avait bien remarqué le déhanchement de Chayton et se demanda d’où il pouvait tenir son éducation alors qu’il était manifestement un voleur de plus vêtu comme un pouilleux. Elle le laissa aussi se charger de les installer et d’engager le serveur pour que ce dernier fasse son boulot. Soudainement, la sorcière relâchait un peu la pression de toutes les responsabilités qu’elle portait seule sur ses épaules depuis peu. C’était assez étrange pour elle d’être aussi à l’aise avec un parfait inconnu et pourtant c’était venu très naturellement sans qu’elle ne pût dire pourquoi.

Elle s’empara de la carte et repéra immédiatement la boisson qu’elle commanderait. Moony senti son cœur se serrer en pensant que si elle connaissait ce bourdon c’était à cause de Judas. Jamais elle ne le reconnaitrait mais c’était lui qui avait parfait son éducation dans ce domaine, c’était lui qui avait été en charge de trouver les fournisseurs de boisson, et en l’observant, en repassant derrière lui, en goutant aussi, elle avait fini par apprendre malgré elle tout l’art de cet alcool. Elle sentie ses mains se crisper sur la carte et la reposa pour ne pas la déchirer. Elle le détestait et ne voulait plus jamais se souvenir de lui. Elle passa ses nerfs en lissant le papier plastifié pour mieux se concentrer sur son interlocuteur des plus charmants. En plus il avait l’avantage de ne ressembler en aucun point à son ancien partenaire professionnel et Ruby eu envie de rigoler à gorge déployée en l’entendant s’étonner qu’elle n’ait pas plus peur que cela de lui. La jeune femme afficha alors un sourire carnassier en le regardant comme un morceau de viande de premier choix. « Mais parce que s’il y en a un de nous deux qui devrait avoir peur, c’est toi…darling. » Bien entendu, elle n’avait pas l’intention de lui faire le moindre mal, elle n’était pas un assassin mais une certaine expérience lui avait tout de même appris qu’elle pouvait prendre un plaisir non négligeable en ôtant des vies. Ce n’était pas des choses à dire mais personne ne pouvait lui interdire d’y penser, tant qu’elle parvenait à contrôler cet instinct nouvellement réveillé.

L’ancienne actrice rigola cette fois comme si tout cela n’était qu’une blague, perdant tout le sérieux qu’elle avait pu avoir jusqu’alors et posa une main douce sur son bras à lui. « Non plus sérieusement, je tiens un bar alors j’ai appris à ne pas avoir peur pour un rien et dans le pire des cas, je sais me défendre. » Elle avait déclaré tout cela sur un ton très doux, celui de la conversation et ayant abandonné toute attitude de prédatrice. « Et puis tu n’as pas l’air bien méchant, juste un peu maladroit pour la fuite. » Ajouta-t-elle avec un brin d’humour. Ruby venait clairement de lui faire comprendre qu’elle savait que Chayton était un voleur mais après tout chacun pouvait gagner son pain comme il le voulait du moment qu’il ne s’en prenait pas directement à elle. Encore une fois, elle se fit la remarque que pour une raison qui lui échappait totalement il lui semblait des plus sympathiques. Enfin le serveur revint et elle se permit de prendre la parole après avoir repérer que son camarade avait semblé perdu devant la longue liste de choix à sa disposition. « Deux Four Roses Small Batch, sans glace évidement. » Commanda-t-elle gentiment en le laissant repartir. Puis elle se trourna vers le brun, déterminée à faire un minimum de conversation. « Alors dis-moi, tu n’as jamais trouvé mieux à faire que de détrousser les gens riches ? Si ce n’est pas trop indiscret. »

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Sam 9 Mai - 22:04

Chayton ne savait pas comment s'y prendre avec Moony, il faisait un peu au feeling, faisant confiance à son instinct sur ce coup-là. Il était tout autant inquiet qu'excité. C'était une nouvelle expérience. Il guettait du coin de l’œil les peacekeepers qui rôdaient non loin d'eux. Il trouvait cette situation extrêmement amusante à dire vrai. Il ne s'était pas senti aussi vif depuis des années. C'était un peu comme une seconde naissance. Quand il vit le sourire carnassier de la belle brune, un frémissement courut le long de son échine tandis qu'il la dévisagea quelques minutes. Il ne sut pas vraiment comment prendre ses paroles. Il ne répondit pas et la dévisagea longuement. Quand le rire de la femme résonna, le visage du skinchanger s'illumina d'un sourire évident. Il était soudainement très rassuré. Rien qu'un instant il avait eu la crainte d'être tombé sur une personne plus que dangereuse. Cela aurait pu être le cas après tout. Quand il apprit qu'elle tenait un bar, il la dévisagea longuement.

« Tu es sérieuse ? Bien loin de moi l'idée de te vexer, mais on ne dirait pas quand on te voit. Où tiens-tu un bar ? »

Il était naturellement curieux et pour le coup, elle avait réellement attisé sa curiosité. Il n'avait pas pu s'empêcher de s'interroger. Elle semblait si fragile, mais en réalité elle ne l'était pas du tout. Voici bien la preuve qu'il se trompait sur elle et qu'elle était bien différente de ce qu'il supposait. Chayton tombait de haut même s'il tentait de ne pas trop afficher son étonnement. Il était plutôt amusé pour le coup, il fallait bien le dire. Il s'en voulait presque de l'avoir crue faible, un comble, n'est-ce pas ? Le skinchanger ne réagit pas quand elle affirma qu'il n'avait pas l'air bien méchant, voire maladroit. A une époque, il n'était pas aussi maladroit. Mais cette époque-ci le déroutait. Il était seul avec lui-même et les règles de cette ville. Il était parfois perdu. Il n'avait que les souvenirs et les règles d'un monde de dix ans en arrière. Ce n'était pas forcément facile pour lui de tenir la route. Il avait souvent l'impression d'être en décalage voire hors du temps. C'était une sensation désagréable qu'il peinait à expliquer. Peut-être bien que c'était un état de choc, il n'en savait trop rien.

L'ancien esclave ne pouvait pas s'arrêter à ce genre de sensation car il n'avait que lui-même. S'il se mettait à trop réfléchir, il se détruirait tout simplement. Il ne survivrait pas à un trop plein de réflexion. Il se contenta donc de hausser les épaules pour passer outre. Il n'avait toujours pas choisi sa boisson, perdu qu'il était devant l'immense carte, il fallait bien l'avouer. La moitié des choses ne lui parlait aucunement à dire vrai. Par chance, elle commanda une boisson pour lui.

« Qu'est-ce donc un four rose small batch ? »

Le nom lui paraissait terriblement barbare et il remercia le ciel de tenir un minimum l'alcool car cela semblait particulière fort. C'était du moins ce qu'il supposait pour le coup. Il se sentit mal à l'aise, clairement, quand elle aborda la question de son métier. Il se tordit sur sa chaise, nerveux.

« Le métier que j'ai pu pratiquer un jour ne sert plus à rien dans ce monde. Et sans formation, on ne fait pas grand chose de sa vie. »

Qui avait besoin après tout aujourd'hui d'un rancher éleveur de chevaux ? Personne. Tout le monde s'en fichait. Cela faisait près de dix ans que Chayton n'avait plus vu aucun cheval. Leur contact lui manquait, leur odeur, la manière de les chevaucher, la complicité qu'on pouvait avoir avec. Mais il était un prédateur et il avait la prétention de croire que les chevaux sentiraient sa nouvelle odeur et le repousseraient. Il ne voulait pas vivre cela. Il ne voulait pas se faire repousser. Que pouvait-il bien faire dans ce monde sauf voler ?

« Et pis, je vole les riches pour aider les pauvres. C'est bien connu, ils ont trop d'argent. »

Une théorie qui circulait facilement parmi les voleurs. Les riches avaient trop d'argent, alors il fallait les aider à vider leurs poches, ils se sentiraient plus légers ensuite. Chayton voyait son action comme une aide à la société même si on pourrait en douter pour le coup. Mais malgré tout cela, il n'avait aucun remord. Il avait perdu la capacité à ressentir des remords depuis un moment. Il se pencha en avant pour que seule Moony entende ce qu'il allait dire.

« Est-ce que mes actions te déplaisent parce que tu es riche, ou tout simplement car tu es une femme honnête ? »

Il ne voulait pas l'offenser, mais il avait bien conscience que parfois, il dépassait les limites, qu'il se contenait extrêmement mal. Mais c'était tout simplement plus fort que lui pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Mar 2 Juin - 13:41


Ruby écouta la réponse que lui fit le brun sur son métier et eu un sourire attendrissant à son égard tant ce qu’il disait était vrai. Elle tiqua un peu sur l’utilisation du mot ‘monde’ car elle l’avait utilisé de la même manière quand elle était revenue d’entre les morts. Le monde avait eu le temps de tourner et de changer alors qu’elle était prisonnière de Darkness Fall mais elle ne sentait pas chez lui l’odeur de l’enfer même si elle n’aurait pas pu affirmer que cela faisait partie de ses dons. La sorcière rigola ensuite quand Chayton parla du fait bien connus qu’il fallait bien aider les riches à se débarrasser de leur argent, elle faisait la même chose dans son bar alors elle ne pouvait pas le lui reprocher. Ils n’avaient simplement pas les mêmes méthodes. Et cela lui importait peu, tant que ce n’était son coffre qui se faisait vider alors chacun pouvait gagner ou voler son pain comme il le souhaitait. Puis il se pencha vers elle avec un air de confidence sur le visage et lui murmura une phrase qui la choqua un peu. Moony n’avait pas souhaité donner l’impression qu’elle désapprouvait, elle était simplement curieuse. Aussi elle se fit un devoir de lui répondre pour rectifier le tir. L’ancienne actrice se pencha encore un peu plus vers lui et posa son menton dans le creux de sa main. « Je n’ai absolument rien contre tes manières, je suis loin d’être très honnête moi-même. Je voulais simplement en savoir un peu plus sur toi. » Elle lui offrit un sourire très doux. « Et puis je ne suis pas si riche que ça en ce moment. »

La demoiselle fit alors un peu la moue et détourna le regard pour voir si le serveur revenait enfin avec leurs boissons, mais ne vit aucune trace de lui. « Pour répondre à ta question de tout à l’heure, je dirige le Masquerade et les affaires ne marchent pas vraiment depuis quelques mois. » Ruby soupira de façon un peu dramatique et recula au fond de sa chaise, admirant son nouveau bijou. « Et le small batch est un des whisky les plus chers qui existe c’est pour ça qu’il est interdit de le gâcher avec le gout de la flotte du robinet qu’ils utilisent pour les glaçons. » Chayton saurait probablement apprécier qu’elle réponde de bon cœur à ses interrogations et la qualité de l’alcool ensuite quand ils seraient servis. Elle ne savait pas pourquoi mais elle se sentait bien en sa compagnie. Peut-être parce qu’il n’y avait pas d’enjeu particulier. Moon n’attendait rien de lui, aucune faveur ou aide et inversement. Cela permettait d’avoir une interaction sociale normale, comme à l’époque où elle était encore une jeune femme naïve et découvrant la vie. Avant sa carrière, son mari et sa mort surtout. Le changement était très agréable avec tout ce qu’elle vivait dernièrement, elle était même prête à lui faire une certaine confiance, maintenant qu’ils étaient plus ou moins liés par le crime. Enfin le serveur revint et déposa deux serviettes carrés devant eux avant de mettre les verres dessus et de tendra au brun la note. Réagissant au quart de tour la sorcière utilisa sa magie pour introduire dans l’esprit du serveur que Chayton lui avait glissé un gros billet dans le porte note.

De fait il le reprit en les remerciant de leur visite et s’éloigna de nouveau. Avec un sourire satisfait Ruby s’empara de son verre et le souleva en direction de son compagnon pour trinquer avec lui. « A un bon verre gratuit. » Déclara-t-elle avant d’entrechoquer son whiskey avec lui et d’en prendre une gorgée presque salvatrice. L’ancienne actrice laissa le liquide se réchauffer dans sa bouche avant de le faire descendre le long de son œsophage en appréciant toute la brûlure. Toutefois comme depuis que Judas l’avait lâchement abandonné ce moment lui laissait toujours un gout amer en bouche, il y avait tellement de lui attacher au bourdon et au désastre du cabaret ainsi que de leur relation. Elle si séductrice et tentatrice, si douée pour la manipulation de ses semblables, rodées aux être et paraître, comment avait-elle pu échouer si brillamment dans les deux plus importantes relations de sa vie. Lui et Georges, même combat pensa-t-elle avec ironie. Puis se concentrant de nouveau sur Chayton elle lui fit une proposition. « Tu sais si jamais tu veux gagner ta vie avec un semblant d’honnêteté, tu peux bosser pour moi, je ne te garantis pas que tu deviendras riche, tu devras toujours arrondir tes fins de mois avec ce genre de petite manœuvre, elle se mit alors à jouer avec son collier, mais tu pourras au moins t’assurer une bonne couverture. » Cela lui paraissait plutôt honnête comme deal, d’autant que ce n’était pas les tâches à exécuter qui manquait au club. Attendant une réponse, elle prit une seconde gorgée de four roses.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Lun 8 Juin - 21:04

Chayton admirait le style de cette femme même s'il continuait de rester méfiant. Il éprouvait quelque chose d'étrange qu'il serait extrêmement difficile à accepter. C'était plutôt un flot de sentiments qui l'envahissait, l'instinct. Les instincts de ces bêtes. Il avait l'habitude de rester quelqu'un de discret et de ne pas trop converser. Mais là il parlait, presque trop. Cela le gênait énormément.

« Vous vous êtes faite voler récemment pour avoir si peu d'argent ? »

Sa question était teintée de naïveté. Il l'avait posée naturellement. Le skinchanger avait jugé qu'il pouvait la poser compte tenu du fait qu'elle ne le jugeait pas, à ce qu'elle avait dit. Il n'en fallait pas plus pour l'amadouer. Peut-être bien était-il trop naïf. Mais c'était en réalité un rôle qu'il jouait. Car le voleur était extrêmement doué pour dérober ce qu'il voulait. Il avait un maître en la matière pour lui enseigner après tout. Il ne connaissait aucunement le bar dont elle lui parla, mais il préféra ne rien dire. S'il se mettait à dire qu'il ne connaissait pas alors qu'elle venait de sortir qu'il ne marchait pas bien, elle se poserait des questions. Chayton avait bien envie de la ménager. Il avait de temps en temps des élans de paternité et une douceur qui émergeait de lui. C'était la douceur d'un père qui avait perdu sa fille sans avoir pu la voir grandir. Elle lui manquait chaque jour un peu plus. Aujourd'hui, elle serait une jeune femme. Mais il se doutait au fond de lui qu'elle n'était pas vivante. Toute sa famille était probablement morte, c'était ainsi.

Il avait déjà fait son deuil de sa vie passée et des membres de celle-ci. Chayton s'étrangla quand elle lui dit que ce qu'ils allaient boire était un whisky particulièrement cher. Avec quoi payeraient-ils, hein ? L'argent ne poussait pas sur les arbres. Bon d'accord, le voleur avait les poches pleines, mais cela ne voulait pas dire qu'il désirait les vider à présent. Il tressaillit, attendant nerveusement le serveur. Le dit serveur surgit soudainement et lui tendit la note. Chayton ne bougea pas et quelque chose d'incroyable se produisit, le serveur le remercia et partit comme s'il venait de payer. Le skinchanger se demanda un instant s'il venait de rêver. Il toisa la femme en face de lui qui ne semblait pas se poser de questions. Alors qu'elle venait de faire un toast, il réagit.

« Que lui avez-vous fait ? »

A une époque, il se serait hérissé en voyant toute forme de magie. Car pour lui, clairement, c'était de la magie. Mais il n'avait aucune preuve. Juste son instinct. A tous les coups, cela venait de lui. Mais non, Chayton n'avait pas le pouvoir de faire changer d'avis ainsi aux gens. Le brun décida tout de même de tremper ses lèvres dans le whisky. Il dut bien avouer qu'il était bien meilleur que ce qu'il pensait. Le goût explosa sur sa langue et il apprécia particulièrement. Il devait bien avouer que c'était effectivement un excellent whisky. Il n'en avait pas bu depuis longtemps du si bon. Le peu d'alcool qu'il buvait n'était guère coûteux et au goût c'était pareil. Chayton pensait qu'ils en resteraient là, mais quand elle en fut à lui proposer un job, il se demanda s'il était ivre. Il cligna des yeux.

« Pardon ? »

Il reposa son verre et déglutit lentement. Il ne savait pas si elle était sérieuse. Il ne connaissait pas son bar, ne savait pas ce qu'ils faisaient là-dedans et il devrait accepter le premier job venu ? Mais d'un autre côté, ce serait un moyen de s’insérer dans la société. Il se demanda un instant si Gawain serait d'accord qu'il bosse. Il devrait demander à son nouveau maître. Chayton décida de prendre les devants et de se montrer moins naïf.

« Expliquez-moi ce que vous faites dans votre bar et quel serait mon job. »

Il ne disait pas non, il se laissait juste le temps de réfléchir, en quelque sorte. L'idée de gagner quelques sous légalement lui plaisait bien. Il se demandait juste ce qu'il devrait faire. Il espérait que ce ne serait pas quelque chose de trop impossible à ses yeux. Mais d'un côté, en dix ans d'esclavage, Chayton avait fait bien des choses qui lui avaient bien déplu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Ven 26 Juin - 10:50


Évidemment Chayton surpris par la réaction du serveur et c’était tout à fait justifier qu’il cherche à savoir ce qu’il venait de se passer. Mais Ruby se contenta de hausser les épaules avec un sourire malicieux avant de continuer la conversation comme si de rien était. Elle lui proposa donc un boulot. Comme elle le lui avait dit, il ne serait pas payer des mille et des cents mais c’était toujours mieux que rien. Il ne toucherait pas non plus des cacahuètes et même si cela lui rapporterait probablement bien moins d’argent que le vol à l’arracher, il pourrait au moins avoir une couverture d’homme respectable et gagnant honnêtement son pain si jamais il venait à avoir des problèmes un jour. Pourquoi la sorcière souhaitait se mouiller pour lui la dépassait un peu. Elle n’était pourtant pas du genre à recueillir les chiens errants mais celui-là l’attendrissait un peu. La situation comique de leur rencontre, le fait qu’il n’attende rien en échange, le fait qu’il n’y ait aucun jeu de manipulation dans cette conversation, la poussait à se montrer sous son meilleur jour. Et bien sûr, elle était à la recherche d’une main d’œuvre pas chère qu’elle pourrait plus ou moins exploiter. Elle ne jouerait pas les négriers non plus, il ne fallait rien exagérer mais elle cherchait une personne pour les tâches plus ou moins désagréable et qui ne lui demanderait pas un budget considérable dans sa comptabilité déjà serrée.

« Mon bar est normal, on y sert les clients qui veulent boire mais j’ai également une scène pour des spectacles un peu burlesque. Le job serait simple, j’ai besoin d’une sorte d’homme à tout faire. Un peu de surveillance les soirs d’affluence, réparer deux/trois trucs lorsqu’il y a besoin, un peu de sécurité car certains clients ivres peuvent se montrer…entreprenant avec les danseuses, filer un coup de main au barman ou aux serveuses si y a besoin. Des petites missions quoi. » Employé polyvalent serait le terme plus exactement mais Moony le trouvait u peu trop professionnel et froid pour cette conversation. Elle ne lui demandait rien d’extraordinaire, ce qui justifierait une paie peu élevé mais il ne lui en serait pas moins utile que ses autres employés s’il acceptait. Et là encore ce n’était qu’une proposition, elle n’avait pas un besoin vital de lui dans son club et elle ne lui en voudrait pas s’il disait non. Toutefois cela lui ferait plaisir de l’accueillir dans sa ‘’troupe’’. Cela serait un peu sa bonne action du siècle mais elle se disait aussi qu’elle aurait plus ou moins un allié sûr dans son entourage car s’il y avait une chose que la jeune femme n’avait pas prévu avec le départ de Judas c’était l’arrivée des vautours qui ne guettaient que le moment de sa chute pour se repaitre de son cadavre. Aussi ne cherchait-elle pas seulement des investisseurs, elle cherchait des soutiens.

« Ce n’est pas grand-chose mais ça me rendrait service. Après je comprendrais que tu préfères ton train de vie actuel, cela doit être pour le moins grisant de n’avoir aucun patron, aucun compte à rendre à personne, de travailler seulement quand on en a envie… » Elle était un peu rêveuse en disant cela car même si désormais, elle était le boss, il n’en restait pas moins qu’elle devait sans cesse se justifier. La banque, les employés ou les clients, chacun lui demandait de rendre compte de ses actions d’une façon ou d’une autre. Elle avait beau être la dirigeante du Masquerade elle ne pouvait pas agir pour son propre intérêt uniquement. Pas même en période d’opulence car comme la vie était en train de lui démontrer on ne savait jamais lorsque la malchance allait frapper à votre porte. Elle se remit confortablement dans sa chaise et fit un peu tourner le liquide ambré dans son verre avant de reporter son attention sur Chayton. « Qu’en dis-tu, ce n’est pas trop malhonnête non ? » Ce n’était pas la meilleure des propositions que l’on pouvait faire à quelqu’un mais ce n’était certainement pas la pire non plus. Mais elle pouvait voir sur son visage qu’il y réfléchissait, du moins, il y avait un air de débat intérieur sur ses traits, de là à savoir s’il pensait à son offre d’emploi ou à ce qu’il mangerait pour le diner, elle ne pouvait pas le deviner mais l’imaginer dans une cuisine la fit sourire.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Sam 4 Juil - 22:39

Elle ne répondit pas à sa question et Chayton comprit le message. Il n'obtiendrait aucune réponse suffisante car cela ne le regardait pas, visiblement. Il n'était pas le genre d'homme qui insistait, bien au contraire, il était le genre d'homme qui lâchait prise sans vraiment se débattre. Au fond, il ne voulait pas vraiment savoir la vérité. Il se contenta donc de demander pour ce fameux job et d'écouter attentivement. Un homme à tout faire. Cela serait dans ces cordes, rien d'extraordinaire, mais quelque chose de tout à fait exécutable pour lui. Il n'allait pas s'en plaindre. Il savait très exactement comment gérer chaque tâche qu'elle avait cité. Des petites missions, le terme lui plaisait tout à fait et ne manqua pas de lui tirer un sourire pour le coup. Mission était un terme qui lui convenait parfaitement. Mais le skinchanger décida de ne pas répondre de suite. Il n'aimait pas s'offrir aussi facilement. Non pas qu'il veuille se faire désirer. Mais il ne voulait pas jouer l'affamé. Pourtant affamé, il l'avait souvent été ces derniers mois. Il fallait voler pour survivre et ce n'était pas toujours facile.

C'était parfois difficile et douloureux. Un sourire lui fit arraché quand Moony lui décrivit sa situation. En effet pas de patron, pas d'horaire, la belle vie ou pas.

« Tout a son avantage et son inconvénient. L'inconvénient de ma vie c'est que tout est aléatoire et il faut de la chance dans ce milieu. »

Beaucoup de chance et être assez doué pour voler certaines personnes. La brune avait bien dû voir que sur ce coup-là, il s'était un peu foiré et ce n'était rien de le dire. Chayton avait tout de même sa fierté, une fierté toute féline et ne préférait ne pas en parler. Pourquoi aborder les sujets qui fâchent après tout. Mais l'idée d'avoir un boulot décent après dix ans d'esclavage et un an d'errance, cela lui plaisait bien. Il pourrait tenter de s'intégrer ainsi dans la société. Il travaillerait sans rechigner, il le savait bien. Chayton se demandait bien ce qu'avait poussé Moony à lui proposer cela, si elle avait vraiment besoin de quelqu'un. Mais c'était un homme simple d'esprit qui ne cherchait pas midi à quatorze heures. Il faisait son petit bonhomme de chemin sans vraiment réfléchir. Il avançait et attendait pour voir de quoi demain serait fait. Il était complètement dans ses réflexions, ne s'étant pas rendu compte qu'il avait laissé passer énormément de temps. La voix de la brune s'éleva et il leva les yeux vers elle. Chayton vit alors qu'elle souriait et il se demanda un instant pourquoi elle souriait. Mais là encore, il ne demanda rien du tout.

Le skinchanger avait appris à se taire quand il le fallait, ne prenant la parole que quand il estimait cela juste.

« Quand est-ce que je commence ? »

C'était sa réponse. Un sourire fin étira ses lèvres foncées et il se pencha vers Moony. Il posa son regard sur son verre que sa main calleuse tenait et en avala une gorgée. Le liquide brûla sa gorge. A une époque, il aurait vraiment apprécié ce breuvage.

« Je ne veux juste pas tuer des gens

Sa voix était claire et nette et il avait dit cela en la regardant droit dans les yeux. Elle avait parlé d'un bar normal, mais quand elle lui avait dit que ce serait un homme à tout faire, il se méfiait. Chayton avait déjà tué et savait très bien quel genre de sensation cela faisait d'avoir du sang sur les mains. Il ne voulait plus le revivre. Il laissa s'exprimer tout cela dans son regard, la noirceur qui bouffait son âme. Mais c'était une noirceur qu'il maîtrisait en réalité. Du moins c'était ce qu'il croyait. Chayton était son propre Diable, sa propre bête noire, mais il l'ignorait. Il avait préféré fermé les yeux durant des années sur ce qu'il était et était devenu à force de se prendre des coups par une très vilaine sorcière. Être la bête domestique d'une méchante avait un prix, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]   Mar 4 Aoû - 14:57


Ruby ne pouvait que comprendre ce que Chayton lui avait dit sur les avantages et les inconvénients de chaque chose, elle était bien placée pour le savoir et puisqu’elle était d’accord elle n’avait pas jugée bon d’épiloguer, préférant le laisser réfléchir à sa proposition. De toute manière si ce n’était pas lui qui prenait le boulot, la sorcière devrait demander à quelqu’un d’autre. Elle avait besoin d’un extra, d’une personne un peu bouche-trou qui ne lui demanderait pas un salaire complet mais lui serait d’une forte utilité. Et elle préférait largement offrir le job à quelqu’un avec qui elle avait senti naitre un minimum d’affinité. Le brun ne lui semblait pas méchant et elle se sentait suffisamment à l’aise en sa présence pour se dire qu’ils pourraient peut-être sympathiser encore plus. La demoiselle avait besoin plus que jamais de compagnie même si sa mésaventure lui avait confirmé qu’elle serait pour toujours seule au monde et ne pouvant compter que sur sa propre personne. Mais cela ne coutait rien à personne de se donner l’impression d’appartenir à une communauté, de se fondre dans la société et ses dictats de l’amitié. Dans le pire des cas cela occupait les moments creux d’une journée. Elle lui avait donc demandé ce qu’il en pensait et l’observait en attendant une réponse qu’elle espérait positive bien qu’elle ne pourrait pas lui en vouloir de dire non.

Par chance ce ne fut pas le cas et Moon apprécia même la petite pointe d’humour dans la réponse du voleur qui lui valut de se redresser vivement en tapotant la surface de la table à laquelle ils étaient assis pour signifier sa joie d’entendre une telle phrase. Elle s’apprêtait à lui dire que c’était parfait et à lui dire qu’il pouvait se présenter le soir même mais l’homme ajouta une phrase qui la laissa un peu perplexe. La sorcière prit un instant pour le scruter et comprit à son regard et à son ton que ce n’était pas un sujet de négociation, il ne tuerait personne et pour le dire de la sorte il devait savoir ce que cela faisait d’ôter la vie. Elle n’aurait su dire d’où lui venait cette idée que c’était ce qu’elle pourrait, entre autre lui demander, bien sûr on n’était pas à l’abri d’un ou deux ennemis à supprimer mais Ruby n’utilisait jamais de main d’œuvre pour cela. Elle était suffisamment grande pour enterrer ses cadavres. Elle posa une main sur celle du brun. « Ne t’inquiète pas pour cela, ça n’entrera jamais dans tes fonctions, je préfère que tout le monde reste bien vivant. » Bon peut-être pas tout le monde mais il n’avait pas besoin de savoir que la belle cachait au fond de son cœur un tueur au sang-froid.

« Sinon je pensais que tu pourrais passer ce soir découvrir un peu l’endroit, tu verrai que ça ne pullule pas des masses mais il y a quand même de l’activité. Et à partir de demain tu bosses pour de vrai. Je te ferai un contrat en bonnes et dues formes si tu le souhaites et on partira du principe qu’on verra chaque jour à l’heure où tu commences ce que tu feras ce jour-là. Ça implique des horaires un peu fluctuant mais j’imagine que c’est pas ça qui te fait peur. » Déclara-t-elle sur un ton un peu plus joyeux que celui employé précédemment. Puis elle leva son verre pour l’entrechoquer à celui de Chayton et d’en prendre une grande gorgée. « A notre collaboration alors, mon mari chéri. » Elle ajouta un petit clin d’œil et fini son verre de whisky. Cela faisait bien longtemps que sa journée ne s’était pas terminée sur une aussi bonne note. Elle avait gagné un beau collier, un nouveau pote et un employé probablement plus dévoué que la moyenne. Il ne lui manquait plus qu’un chiffre d’affaire pas trop moche sur sa nuit et cela serait presque parfait. Elle posa les deux mains sur la table pour se lever. « Bon je dois aller préparer le club l’ouverture mais je te vois ce soir sans faute. » Elle lui offrit un baiser fugace sur la joue avant de s’éloigner de sa démarche féline et sensuelle. Si seulement Georges avait pu être un tel époux, pensa-t-elle en s’éloignant.

CODE TOXIC GLAM
Revenir en haut Aller en bas
 

Ma femme bien-aimée. [PV Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ma configuration est tel bien ou nul
» (résolu) bonjour je suis bien embêter avec un cheval ou un virus
» Bien le bonjour à tous.
» canton comment bien débuter pour un débutant
» Un site bien documenté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-