AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Sam 14 Mar - 11:47


« Yeah Spookshow baby!  »



Ema Brand & Nikolaas A. Lodewijck
featuring


Les spectateurs se pressent dans les gradins. Un par un, ils prennent place autour de la piste de sable. A la lumière des torches qui illuminent le lieu, le sable se pare d'or et fascine ceux qui y posent leur regard. Les senteurs acidulées des pommes d'amours et autres confiseries emplissent l'air, tout comme les murmures des discussions allant bon train, et de ci de là, l'écho d'un éclat de rire innocent. Ils pensaient tous venir assister à un spectacle de cirque ordinaire. Alors quand le directeur de cette joyeuse ménagerie s'avance sur la piste, intimidant et imposant, le silence se fait.

Paré d'écarlate, l'homme fait s'élever sa voix ronronnante et annonce le programme. Le doute plane, et lorsque des grilles de fer descendent du chapiteau pour venir entourer la piste de sable, l'évidence s'appose sur tous les cœurs : le premier numéro vous donnera la chance d'apprécier la vue de fauves venus de contrées lointaines.

Vous savez qu'il n'en sera rien. La chaîne autour de votre cou vous prouvez que le fauve, ce sera vous. Nul dresseur ne viendra vous donner des ordres. La chaîne tombe à terre dans un fracas métallique et l'on vous pousse sur la piste. Vous vous retrouvez prisonnier, des barreaux de fer contre votre dos. Un coup de canon vrille les tympans de tous les êtres réunis sous la chapiteau et annonce le début du show. La troupe du cirque se presse contre les grilles, menaçante et le visage fermé. Elle est là pour s'assurer que vous assurez bien le spectacle, pour pimenter le numéro morbide que vous vous apprêtez à donner.

Souriez, les clowns tristes n'ont jamais réussi à satisfaire leur audience, et la vôtre retient à présent son souffle.

Ordre de passage:
1 - Ema Brand
2 - Nikolaas A. Lodewijck



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Ven 20 Mar - 0:26

La chaîne autour de son cou la brûlait. Le sable sous sa peau la griffait. Elle se croyait revenir en arrière. Elle se croyait à nouveau plongée dans le passé. En cette terre enténébrée, en ce monde emplit de haine. Ce monde finalement, pas si différent de celui-là. Elle tremblait d'un froid imperceptible, d'une colère factice, d'une peur tangible et grandissante. De lui-même, cherchant à se protéger, son esprit occultait les cris, occultait la foule, ignorait les regards malsains et amusés, cruels et satisfaits. Plus habituée à survivre qu'à vivre, son corps réagissait comme les coups et la torture le lui avaient appris. Ses muscles se contractaient, et elle se tassait sur elle-même. Un cocon de chair et de sang. Elle n'osait ouvrir les yeux, se maudissant d'avoir acceptée de participer à ce jeu, de se livrer en pâture à cette mascarade. Elle voulait prendre la fuite, comme elle l'avait toujours fait. Fuir et partir loin d'ici, loin de cette ville, loin de cette vie.

Mais involontairement, ses yeux finirent par s'ouvrir. Depuis sa cage, elle ne voyait que ce triste spectacle, cette farce qui se jouait, et à laquelle elle s'était sciemment donnée. Il n'y avait aucune issue, aucune échappatoire. Juste elle. Et lui. Lui, cet homme qu'elle ne connaissait pas, et qui portait la même chaîne qu'elle autour du coup. Elle comprit alors à quoi rimer cette mise en scène. Grotesque, perverse, mais tellement évidente. Les fauves allaient être lâchés, comme Loyal l'avait annoncé. Mais des fauves soumis au même fouet que celui qu'elle avait connu. Les forts n'avaient de cesse de dominer les faibles.

Elle ne voulait pas se battre, elle ne voulait pas faire leur plaisir, obéir et s'aplatir comme elle l'avait fait par le passé. Tout cela n'était que par trop injuste. Injuste et injustifiée. Elle cherchait encore, mais jamais elle n'avait trouvé. Quel crime avait-elle pu commettre pour subir ainsi les pires vicissitudes de son espèce. Son cerveau fonctionnait désespérément, cherchant sans espoir aucun une échappatoire à cette situation. Peut-être que...Non, elle ne le pourrait jamais. Mais peut-être qui si. A deux, ils trouveraient bien quelque chose, un moyen pour se sortir de ce guêpier, de ce piège à rats, de cette prison sans serrure et sans clé. A deux oui, peut-être y arriveraient-ils. Mais Ema ne voulait pas le sauver. Elle ne voulait se sauver qu'elle, qu'elle et qu'elle seule. Ne jamais plus être redevable. Egoïste pour ne plus jamais perdre quelqu'un.

Tiraillée par une confusion de sentiments, rongée par la peur, elle ne savait que faire, ni comment agir. D'instinct, comme l'aurait fait un animal blessé, ses poings s'étaient serrés. Sa peau lui faisait mal, et la simple caresse du vent lui était douloureuse. Son corps se souvenait des endroits où la douleur était la plus forte, la plus intense. Inconsciemment, elle les cherchait déjà sur celui de l'inconnu. Survivre à tout prix, qu'importe le moyen.

Je ne veux pas me battre. Sans qu'elle ne le veuille, ses mots avaient franchi ses lèvres, symbolisant le sentiment qui prédominait dans le chaos de ses pensées. Je ne veux pas me battre contre toi.


Elle le fixait droit dans les yeux, espérant qu'il comprenne, qu'il accepte. Mais ses pupilles transpiraient d'appréhension. Elle devait parvenir à se calmer, à s'apaiser, d'une manière ou d'une autre. Ou bientôt, il ne restera plus qu'un seul fauve en cage.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Ven 20 Mar - 22:36

Ce n'était pas le goût du sang qui s'immisçait dans ses papilles pour abreuver les muscles de sa langue. C'était plus profond, plus brûlant : le goût acre du déjà-vu. Les yeux de la victime se plissèrent sous les projecteurs. Lui qui se donnait en spectacle de fortune tous les jours dans ses vêtements rapiécés devait normalement soupirer d'allégresse en constatant la foule venue l'acclamer. Tant de regards tournés vers sa petite personne ! Tant de lumière inondant la coquille vide qu'il choisirait d'interpréter ! Tant de tension lui serrant les entrailles, comme ce trac bien connu qui précédait une entrée en scène !
Les coulisses avaient disparu derrière la grille qui s'était subitement abattue dans son dos, avant de se dresser entre le public et lui comme une barrière entre la réalité et la fiction. Quelques personnes se pressèrent juste devant, le regard impassible, comme si c'était normal. Les voix s'étaient écrasées sous le vagissement du Monsieur Loyal si bien que lorsqu'il eut cessé de hurler le programme, un silence de mort s'était abattu sur la scène, la piste, l'arène.

Nikolaas tressaillit violemment. Une goutte de la sueur froide de la peur quitta ses cheveux mouillés pour descendre le long de sa nuque et poursuivre une course effrénée entre les fibres trop tendues de son tee-shirt et la courbe décalée de sa colonne vertébrale, qu'elle termina entre ses reins, laissant derrière elle un frisson glacial. Un cliquetis sinistre retentit et résonna dans chaque cellule de sa moelle osseuse, celui de la chaîne qui pendait à son cou. Une réflexion étrange traversa son esprit ; pourquoi les enchaîner sachant que ses grilles immenses ne leur permettraient de toute façon jamais de s'échapper ? Nikolaas déglutit avec difficulté, ressentant soudain la désagréable impression de ne pas se trouver dans un cirque, mais dans un Colisée. Impossible de se cacher derrière son costume ou derrière les pendrillons. Il se retrouvait nu et enchaîné comme un pauvre chien galeux dont on voudrait se débarrasser. Et puis tant qu'à faire, autant donner sa mort en spectacle, qu'il serve à quelque chose jusqu'à la dernière seconde.

Une voix le tira soudainement de ses pensées. Etait-il déjà mort ? Son ouïe guida ses yeux jusqu'à la silhouette d'une jeune femme d'une dizaine d'années de moins que lui. Elle avait répété sa phrase en y ajoutant la dénomination de la présence de Nikolaas, comme s'ils se connaissaient. Il n'en était rien. Il pourrait tout aussi bien la tuer qu'il n'en aurait aucun remords par principe, puisqu'il n'avait rien à perdre. Mais cela n'était pas dans ses gênes. Même lorsqu'il avait été jeté dans l'arène des Hunter Seasons, il s'était caché jusqu'à ce que ses concurrents s’entre-tuent à sa place pour lui laisser le rang de vainqueur. Survivre en laissant les autres faire le sale boulot à sa place, pas mal comme plan. Difficile à mettre en place quand on était que deux. C'était l'un, ou l'autre.

En guise de réponse, Nikolaas cliqueta de sa chaîne et tendit la main pour saisir celle de la jeune femme. La présence de cette inconnue se diffusa à son côté, lui donnant du courage. Mais après ? Est-ce que leur soudaine proximité allait les attendrir ? Fallait pas être naïf. Il fallait leur donner du spectacle et la seule chose qu'il pouvaient faire pour les contenter c'était s'arracher les entrailles à main nues ou baiser dans le sable cuit par la chaleur des soleils artificiels. Nikolaas n'y connaissait rien à la violence et n'avait jamais touché une femme de sa vie.
Il fallait de l'action. Il fallait un truc qui bouge.
Le charlatan songea qu'ils pouvaient attendre longtemps.

Dans un grincement qui le fit sursauter, les grilles qui leur coupaient tout échappatoire se relevèrent rapidement avant de s'abaisser directement comme les lames d'une guillotine. Le temps que Nikolaas inspire et serre la main de l'inconnue dans la sienne, deux yeux jaunes les fixaient avidement, s'incrustant dans la face effrayante d'un tigre affamé. Nikolaas sentit son cœur manquer un battement.

« C'est pas pour te mettre la pression, mademoiselle...Mais je crois qu'on va crever. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Mar 31 Mar - 21:46

Perdue dans sa contemplation silencieuse, dans son attente tendue d'une réponse, Ema sursauta presque quand elle sentit sa main dans la sienne. Elle se détacha enfin ses pupilles de l'homme qui lui faisait face, et porta son regard incertain sur ce geste auquel elle ne s'était pas attendue. Elle ne savait comment réagir, alors qu'un frisson animal, une rage bestiale de voir le sang parcourait la foule. Les clowns cernant leur cage n'avaient pas bougé d'un iota, mais leurs regards transpiraient la violence. Ils hurlaient en silence, leur criaient de satisfaire cette foule que l'on avait appâté avec leur prochain sacrifice. Il ne lui répondit pas de suite, se contentant de se serrer sa main. Ce contact la plongeait dans un profond malaise, lui rappelant tant de choses qu'elle aurait préféré oublier.

Des larmes silencieuses quittèrent ses pupilles, coulant de long de ses joues, alors que la grille résonnait dans leurs dos. Les cris de joie des spectateurs répondirent à cette action, alors que le Cirque, devant leur absence de réactions, avait décidé pour eux de la suite des événements. Elle se retourna lentement sur elle-même, apercevant les yeux jaunes d'un tigre. Elle n'entendit pas les paroles de l'inconnu. Elle lui lâcha la main, et recula dans le sable, la chaîne autour de son cou mordant sa chair alors qu'elle cherchait à mettre le plus de distance entre elle et la créature.

Qu'est-ce...Qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est-ce qu'on fait ? Sa voix suintait une panique grandissante, alors que le fer de la chaîne s'enfonçait dans son cou. Je ne veux pas mourir !


Elle devait se calmer. Immédiatement. Impérativement. Son esprit luttait avec force, mais son cœur se rebellait. Il s'emballait, tapant avec une violence insoupçonnée contre sa poitrine, rendant chaque bouffée d'air douloureuse. Le félin se contentait de les observer, se déplaçant d'un côté à l'autre de la cage. Il ne les quittait pas des yeux, attendant seulement le moment qu'il aurait choisi pour les mettre à mort. Elle s’apprêtait à se tourner vers l'étranger quand quelque chose lui transperça le dos. Poussant un cri, elle tomba face contre le sable, portant une main tremblante la où sa chair venait d'être meurtri. Elle sentait son sang s'écoulait de la plaie, sa chaleur se répandant sur sa main et sur le sable. Du coin de l'oeil, elle vit un clown lui souriant, une lame carmine dans le creux de la main.

Elle ne mit pas longtemps à comprendre le but de cette manœuvre. Le tigre avait senti l'odeur du sang , avant qu'elle-même ne comprenne ce qui lui était arrivée. Il la fixait désormais, alors qu'elle se tordait de douleur sur le sable. Elle agrippa la manche de l'homme à ses côtés, essayant de se tirer vers lui. Elle venait d'avoir une idée. Mais tout dépendait de lui.

E...Elle toussa, crachant un peu de sang. Écoute...Je suis une Daybreaker, je vais essayer quelque chose, mais j'ai be...Elle se raidit devant la douleur...Besoin de toi. Je peux lui brouiller les sens, mais j'ai besoin de temps. Occupe-le autant que tu peux.


Sans attendre de réponse, elle roula sur elle, s'accrochant aux barreaux de la cage pour se relever autant qu'elle le pouvait. Elle ferma alors les yeux, chassant la douleur, la peur, et le désespoir, occultant les cris de rage. Elle se concentra sur le tigre, et sur cet étranger en qui elle n'avait aucunement le choix de placer sa confiance.

Si elle parvenait ne serait-ce qu'une minute à déstabiliser le prédateur, alors peut-être auraient-ils une chance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Ven 3 Avr - 11:05

Nikolaas regarda avec effarement la jeune femme s'écrouler sur le sol dans un cri de douleur. Il n'eut pas le temps de se demander si elle simulait pour faire plaisir à la foule que le sang suintant d'une plaie béante confirma le contraire. Levant les yeux, il rencontra ceux du coupable. Des yeux froids au regard brillant de sadisme. Nikolaas déglutit avec une telle difficulté qu'il crut qu'il n'avait plus la moindre salive. Comme mu par un choc électrique, il se dirigea vers le centre de la « scène ». Bon, règle de survie numéro 1 dans une arène du genre : éviter de se coller aux bords, un Clown pourrait avoir envie de jouer avec un couteau perdu. La chaîne cliquetante lui rappela sa dure condition de gibier. La jeune femme qui venait de lâcher sa main lui saisit pourtant la manche. Il baissa les yeux sur elle, rencontrant son regard désespéré, rempli de douleur, tandis qu'elle luttait pour ne pas défaillir. Une Daybreaker...bon sang, mais elle pouvait pas le dire plus tôt ?!

Une lueur d'espoir se manifesta dans ses entrailles avant de disparaître dans un recoin de son cerveau avec les paroles de l'inconnue. De...de quoi ? Le distraire ?! Elle était sérieuse, là ?

« J'ai baratiné un grand nombre de personnes dans ma vie...Mais un tigre... ! »

Bon, on se calme. Ca devait pas être bien différent. Avait-il le choix de toute manière ? La jeune femme se colla contre les barreaux malgré le fait que cette position lui avait autrefois porté préjudice. Il voulait bien distraire le fauve, mais l'appel du sang serait certainement plus fort que celui d'un vieux timbré venu le distraire ! Le désespoir s'empara de Nikolaas. Bon dieu il n'allait tout de même pas crever ici, c'était trop bête !

« Allez gros chat, par ici ! »
cria-t-il pour cacher sa peur.

Les yeux jaunes se dirigèrent vers lui, avant de revenir sur la jeune femme dont il se rapprocha dangereusement. Non non non chaton, c'est pas ça qu'il faut faire bon sang ! Pas le choix, fallait aller de l'avant. Faisant cliqueter sa chaîne, Nikolaas s'approcha du tigre, plein d'adrénaline, le cœur battant à tout rompre. Ses yeux fixèrent le félin et ses immenses pattes griffues : un coup et c'était fini. Nikolaas agita les bras avant de reculer.

« Viens là, sale bête ! »
jura-t-il avec colère.

Le tigre s'élança. N'écoutant que son instinct de survie, Nikolaas se jeta sur le sol pour l'éviter au dernier moment. Dans un rugissement, la bête le manqua de justesse et fit ressentir sa frustration par un coup de patte violent sur le sol. Face contre terre, Nikolaas se redressa aussi vite qu'il le put.

« Mademoiselle il faudrait vous grouiller sévère là ! »

Il se retourna sur le sol et son cœur manqua un battement. Le tigre s'était rapproché de lui, ses deux pattes avant de chaque côté de son corps, sa gueule pleine de crocs à quelques dizaines de centimètres de son crâne. Nikolaas vit trouble. Il allait crever, ici. Dans le sable.
Dans le sable.

Crispant sa main, Nikolaas récolta une poignée de sable qu'il balança dans les yeux du félin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Mar 14 Avr - 16:13

La douleur vrillait ses sens, transperçait chaque parcelle de sa peau, chaque fibre de son être. Une main pressée contre sa plaie, elle luttait pour garder conscience, garder son esprit éveillé sur ce qu'elle s'apprêtait à faire. Elle ne l'avait plus utilisé depuis Darkness Falls, pas une seule fois. Elle en avait honte, et la porter comme un fardeau, une marque indélébile de ce qu'elle avait subi et perdu là-bas. Mais là, elle n'avait plus le choix. La pensée de mourir, sur ce sable, dans cette cage, laissait un goût amère dans sa bouche. Ces cris, ces yeux avides qui n'avaient de cesse de la fixer, étaient pour elle sa raison de se battre. Elle ne ferait plus le plaisir de qui que se soit.

Elle ignorait autant qu'elle le pouvait les paroles de l'homme, sa voix trahissant un mélange de panique et de peur. Mais elle ne pouvait se permettre de briser sa concentration, pas maintenant. Elle récitait, doucement, simplement, la formule qu'Amélia et elle avaient créé, quelques bribes, une légère sonorité, une note discordante dans une partition que trop clairement établie. Elle parvint à se calmer, déchirant un morceau de son vêtement, et l’imprégnant de son sang. Ses lèvres, silencieuses, murmuraient des paroles que nul autre qu'elle ne pouvait entendre. Puis, dans un souffle unique, une ultime brise, son incantation prit fin, et ses yeux s'ouvrirent à nouveau.

De ses pupilles, carmines à présent, elle vit la même cage, les mêmes barreaux, les mêmes clowns. Un cri de colère, une poignée de sable. Le tigre rugit de colère. C'était maintenant.

Ema se retourna, caressa de sa main ensanglantée le visage du clown l'ayant poignardé. D'incompréhension, ce dernier ne réagit pas, surpris par ce geste fait avec une douceur presque malsaine. Puis, dans le même mouvement, elle se jeta sur le tigre, entourant comme elle le pouvait sa tête avec ses bras. Elle plaça une main sur ses yeux, et reprit son murmure. Le fauve se calma presque aussitôt, et finit par s'immobiliser.

Oublie ce que tu vois. Oublie ce que tu entends. Sens. Ressens.


Elle plaqua alors le morceau de tissu tâché de sang sur le museau du félin, et relâcha son emprise. Le temps sembla suspendre son cours, l'espace d'une et infime seconde, puis tout reparti. Le tigre se jeta en avant, et elle eut le temps de voir que le clown ne comprenait que maintenant la portée de son geste tendre. La bête bondit sur lui, s'écrasant avec force contre les barreaux de la cage, il taillada le visage du clown, rendu fou par l'odeur du sang d'Ema sur son visage peint. Elle se tourna alors vers l'homme, un sourire vengeur sur le visage, qui s'effaça presque aussitôt, quand elle croisa son regard.

Pardonne-moi, c'était la seule solution. Elle l'aida à se relever, ses pupilles toujours teintées de rouge, alors que la foule hurlait autour d'eux, et que les clowns tentaient de maîtriser la bête. Tu n'es pas blessé ? Chaque coup de fouet qui claquait la faisait tressaillir.


Derrière eux, les hurlements des clowns ne parvenaient pas à couvrir les rugissements du tigre, qui se retournaient contre eux désormais. Il en faucha un second d'un coup de patte, avant de finalement   se replier par là où il était sorti, cédant devant les coups de fouets. Un calme mauvais s’abattit alors sur le cirque, alors qu'un Pierrot tenant une pique ensanglantée se retournait vers eux, son visage déformait par la colère. Le clown qu'elle avait marqué de son fluide carmin se releva en s'accrochant aux barreaux, sa face tailladée au-delà de toute raison. Ema se tourna vers lui, tremblante de douleur.

Salope...Tu vas me le payer...Et ton copain aussi...


Il cracha du sang, et comme-ci cela était le signal qu'ils attendaient, d'autres pénétrèrent à leur tour sur le sable de l'arène. Tout ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Sam 18 Avr - 10:15

Tout se produisit à une telle vitesse que Nick ne comprit strictement rien. La peur avait hérissé ses poils sur tout son corps qui tremblait comme s'il avait froid. Et pourtant sa peau se couvrait d'une fine pellicule de sueur qui récupérait tous les grains de sable qui s'étendaient autour d'eux. Son cœur cognait si fort dans sa poitrine que les battements se répercutaient au fin fond de son crâne et il ne se sentit jamais aussi vivant que lorsque la peur viscérale lui serra les entrailles tandis que le tigre approchait sa gueule de son visage.
Il ferma les yeux, attendant le choc. Mais il n'eut pas de choc. Quelques instants plus tard, il roula sur le ventre, relevant la tête pour voir le tigre se jeter sur le...clown ? Etait-il mort ? Rêvait-il ? Il crut que ses jambes ne pourraient plus le porter lorsque la jeune femme lui tendit la main pour l'aider à se relever, s'excusant.

Une clameur s'était élevée autour d'eux, se répercutant contre les barreaux de l'arène, mais elle n'apparut que comme un bourdonnement dans les oreilles d'un Nikolaas au bord du malaise. Il connaissait les sensations du danger et de la survie mais il ne supportait pas de les vivre. Son cœur semblait prêt à se décrocher de ses entrailles pour aller s'écraser dans le sable au grand bonheur de leur public complètement chtarbé.
La question de la jeune femme lui traversa le cerveau dans un écho cotonneux. Nikolaas leva les yeux sur elle et rencontra son regard carmin qui lui fit faire un bon en arrière.

« Qu...qu'est-ce que...Comment tu fais ce...Non...Ca va...enfin je crois...Mais toi...tu... »


Les idées se superposaient dans sa tête et franchissaient la barrière de ses lèvres sans le moindre filtre pour les organiser. Des claquements de fouet retentirent, faisant fuir le tigre dans sa cage. La barrière de fer s'abattit de nouveau, enfonçant ses piques dans le sable. Deux portes s'ouvrirent de l'autre côté. A l'affût, Nickolaas saisit de nouveau la jeune femme par le bras, cherchant le contact, quelque chose qui pourrait le rassurer, qui pourrait faire jaillir dans sa tête une foutue idée pour s'en sortir. Le calme s'abattit sur l'arène. Les gens autrefois debout se rassirent de nouveau. Chacun retenait son souffle. Plus que jamais, Nikolaas sentit son sang battre à ses tempes, son cœur cogner dans sa cage thoracique. Même le souffle de la jeune femme parvint à son oreille, et le cliquetis de la chaîne qui le retenait prisonnier résonna dans son crâne. La sueur collait son tee-shirt à son dos. Dans sa main, le bras d'Ema vibrait. Etait-ce la peur ? La rage ? L'adrénaline ? La douleur ?
Il ne put répondre à la question car cinq clown firent leur apparition sur le sable de l'arène, chacun armé d'une pique. Comme de terribles matadors, ils encerclèrent le couple, forçant Nikolaas à coller son dos contre celui de la jeune femme. Si Chayton avait été là, songea-t-il, lui et sa rapidité auraient pu s'en sortir. Nick n'était pas rapide. Il bluffait en permanence, et le bluff ne servirait à rien ici.

« Ne me laisse pas. » murmura-t-il d'une voix vibrante à la jeune femme.

Quelque chose lui transperça le ventre. Il se cabra tandis que la douleur le traversait de parts en parts. Il vit rouge, jaune. Blanc. Noir. Blanc. Noir.
Noir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Jeu 30 Avr - 0:58

Le temps sembla s'arrêter, se figeant dans sa course. Elle le vit tomber au sol, les yeux clos, l'ocre de l'arène se teintant de carmin. Elle restait figée elle aussi, dans sa contemplation, devant l'horreur de cette vision. Puis, sans réellement le vouloir, son regard passa sur ceux des clowns, sinistres bourreaux, meurtriers amuseurs de foule. Les gens hurlaient leur joie, avides de sang, avides de carnage. Elle s'enfonçait un peu plus dans son cauchemar. Un cauchemar dont elle ne se réveillerait jamais.

La pique ensanglantée répandait sa robe vermeille sur le costume immaculée du Pierrot, alors que ses yeux cernés de noir étaient déformés par la folie de ses pupilles. Il se rapprochait d'elle à son tour, détachant au passage la chaîne retenant son cou. Il fallait donner l'illusion de spectacle, faire croire que la proie avait une chance, pour rendre le frisson de sa mise à mort encore plus exaltant. Elle se releva aussitôt, alors qu'un coup de pique se plantait là où elle se trouvait l'instant d'avant.

Elle ne pensait plus, elle ne voyait plus rien. Elle ne réagissait qu'à l'instinct, protégeant seulement ses organes vitaux. Mais cela était de toute façon bien inutile. Ils jouaient avec elle, mordant sa chair de leurs armes dans le seul et unique but de rougir le sable de l'arène. Sa peau était striée de coupures et d'écorchures. Elle tremblait de tous ses membres, mais elle n'avait de cesse de se relever, ses yeux emplis d'un courage désespéré, de la simple acceptation de leur rendre la tâche la plus difficile possible.

Puis, pris d'une soudaine pitié pour cette martyre involontaire, l'un des clowns fine mine théâtralement son arme. Inconsciemment, elle saisit cette chance feinte qui lui était offerte d'équilibrer un peu les choses, mais une nouvelle fois, sa naïveté chancelante se retourna contre elle. Le clown donna un brusque coup de bras, et planta la pique de son jouet. Elle tomba au sol, se tordant de douleur, hurlant à en perdre la raison. Son bourreau saluait la foule, accueillant les bras ouverts les acclamations que sa cruauté réclamait.

Ses yeux n'avaient de cesse de s'ouvrir et de se fermer. Elle luttait pour garder conscience dans son inconscience, luttait contre ce sentiment de peur panique qui la submergeait peu à peu. Elle parvint à trouver l'inconnu du regard. Sa respiration était irrégulière, mais il vivait. Dernière consolation, ultime souhait d'une condamnée. Mais un rugissement lointain l'attira. Son regard enfiévré sonda les ténèbres d'un petit tunnel, et elle finit par ouvrir les yeux. Les yeux jaunes du tigre l'observait, la fixait, comme s'il se souvenait de ce qu'elle lui avait fait. Mais une idée lui vint alors.

Quitte à mourir, autant ne pas le faire seule.

Criant de douleur et de rage, elle ouvrit alors la trappe du tigre, qui bondit aussitôt. Elle ferma alors les yeux, acceptant son châtiment. Mais jamais il ne vint. Le félin l'ignora, se jetant sur les clowns et leurs piques, éteignant leurs rires, faisant mourir leur satisfaction dans leurs gorges. Il se vengeait de ses bourreaux lui aussi.

Cet acte inespéré lui donna le surplus de force et de volonté dont elle manquait. Elle parvint à se relever, ignorante de la panique et des cris qui l'entouraient. Elle se servit d'une pique tombée pour briser la chaîne de l'homme, puis, de ses dernières forces, le traîna à sa suite dans le tunnel du tigre. Elle revint ensuite sur ses pas, et referma la trappe. Mais l'espace d'une seconde, une unique seconde, un sourire se dessina sur son visage, alors que le tigre laissa sa rage haineuse s'abattre sur des clowns sans rires.

Les minutes passèrent, alors que la panique se répandait comme un poison dans le cirque, précipitant les pas d'une foule apeurée, dégoûtée par le carnage auquel elle assistait, et qu'elle n'avait eu de cesse de réclamer. Elle glissa hors de la cage du tigre, portant l'homme comme elle le pouvait, son sang coulant le long de sa jambe. Elle tomba une fois, deux fois, chaque chute lui arrachant un spasme de douleur qu'elle étouffait en mordant sa joue. Mais elle se relevait toujours. Elle trouva finalement une cachette, hors de vue, hors d'atteinte. Elle le déposa aussi doucement qu'elle le put, et tenta alors de stopper l'écoulement du fluide vital de l'inconnu.

Eh ! Réveille-toi ! Allez ! Me laisse pas toute seule ! Me laisse pas tou...Sa tête tomba en avant, alors que son corps cédait peu à peu. A...Allez...Elle perdait du sang. Beaucoup trop de sang. Allez...Allez...


Elle se gifla d'une main ensanglantée, pour se forcer à rester éveillée. Mais elle ne tiendrait plus longtemps désormais.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Jeu 30 Avr - 9:02

Blanc. Jaune. Il retrouva la vue quelques instants pour voir les enfers se déchaîner autour de lui. Un mélange d'applaudissements, d'encouragements et de cris de douleur retentissait autour de lui en un maelström qui le tirait vers l'obscurité. A travers des zones d'ombre opaque, il distingua les grilles vibrer sous les acclamations du public, une chaîne qui s'écroulait dans le sable, peut-être celle de sa compagne de combat, et des lances qui s'entrechoquaient comme dans un combat d'un autre âge. D'un âge très, très lointain. Une arène, du sang, des combats à mort. Pas de toute, ils étaient retournés à l'antiquité, au fin fond du trou d'une sombre civilisation.
Tu parles d'une civilisation.

Les pensées se succédèrent sans jamais se relier. Nikolaas ne vit pas sa vie défiler devant lui, peut-être n'allait-il pas mourir, en fin de compte. Une giclée de sang recouvrit son crâne. Il n'était plus qu'un amas de douleur qui s'alourdissait dans le sable, semblant s'y enfoncer chaque seconde un peu plus. Tout son corps se confondait dans la souffrance si bien qu'il ne se souvenait même plus d'où le sang coulait. La température s'élevait de façon exponentielle, mais lui ne ressentait que le froid intersidéral de la mort en surveillance. Son bras tendu heurta quelque chose en pleine course qui se fracassa la figure dans le sable dont les grains volèrent en tous sens. Les bruits se conjuguèrent dans un bruit sourd, indescriptible, qui emplit douloureusement son crâne. Il alternait conscience et inconscience, dans un demi sommeil.
Soudain, la clameur s'amplifia et il sembla à Nikolaas que ses tympans allaient éclater. Que se passait-il ? Sa compagne venait-elle de succomber à son tour ? Etait-ce terminé ? Allait-on mettre un terme à ses souffrances ?

Quelque chose claqua, et un rugissement retentit. Nikolaas ferma les yeux. Il fut tiré en arrière et ne prit même pas la peine de se débattre. Il ne prit même pas conscience que sa chaîne avait été coupée. La clameur s'éloigna nettement, pour finalement presque s'interrompre. Il reprit brièvement conscience, la voix de la jeune femme le tirant des limbes. Il découvrit son visage terrifié, ensanglanté tandis qu'elle appuyait quelque part sur son ventre ; ah, c'était là qu'il saignait. Elle lui avait sauvé la vie, et elle était en train de crever lamentablement au dessus de lui. Nikolaas puisa dans toutes les forces qui lui restait pour saisir la main valide de la jeune femme. Il fut soudain épris d'une incroyable tendresse pour cette demoiselle dont il ne connaissait même pas le nom.

« Je suis là...Regardez-moi...C'est quoi votre nom... ? »

Une nausée s'appuyait contre sa cage thoracique et remontait dangereusement dans son œsophage ; s'il venait à vomir, s'en était fini de lui.

« On va...On va...s'en sortir... - il essayait de s'en convaincre lui-même – Pensez à ceux que vous aimez...Faites-le pour eux...Faites-le pour moi. Je veux pas survivre en sachant que vous aurez clapsé pour me sauver... »

Bon sang, ils ne se connaissaient même pas et elle avait risqué sa vie.

« On va...trouver de l'aide...A l'extérieur... »

Des points blancs, noirs, irisés, dansaient devant ses yeux. Il clignait des paupières pour se tenir éveillé, rien que pour cette femme dont la vie reposait entre ses mains et vice versa. La dernière fois qu'il avait autant tenu à quelqu'un, c'était à sa défunte sœur.
Risquer sa vie rapproche, apparemment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Dim 3 Mai - 23:26

De ses lèvres tremblantes, un soupir de soulagement s'échappa quand elle le vit revenir à lui. Elle aurait presque sourit devant l'innocence de sa question si son propre sang n'avait de cesse de s'écouler hors de son corps. Elle parvint tout de même à émettre un son de sa voix vacillante, luttant pour que ses mots ne meurent pas dans sa gorge.

E...Ema, je m'a....M'appelle Ema. Elle toussa, crachant et avalant en même temps une gorgée de liquide carmin. Elle maintenait toujours une pression sur la plaie de l'homme, mais ses mains s'engourdissaient. Et toi ? Elle serra brièvement sa main avant de relâcher son emprise.


Elle sentait déjà que ses blessures les plus légères se guérissaient d'elles-mêmes, mais la plaie béante de son ventre la transperçait de douleur. Il leur fallait quitter cet endroit, mais elle ne savait même pas si elle parviendrait jusqu'à la sortie. Elle finit par ralentir l'hémorragie de l'homme, bandant sa plaie comme elle le put, avant de s'écrouler à son tour. Sa respiration s'accéléra brutalement, alors que son corps luttait contre la douleur et la fatigue, et son esprit contre l'inconscience qui la gagnait.

Les paroles qu'il avait prononcées lui semblaient vide de sens, vide de toute nuance, de toute subtilité. Elle n'avait plus personne à aimer, et personne ne l'aimait. Elle ne vivait, ne survivait que pour elle-même et personne d'autre. Une part d'elle regrettait déjà d'avoir tout fait pour sauver la vie à un être qu'elle connaissait à peine. Cela ne lui ressemblait pas de se battre pour quelqu'un d'autre. Et là, elle était sur le point de crever misérablement, baignant dans son sang. Des larmes silencieuses glissèrent le long de ses joues.

Elle essaya de se relever, mais retomba aussitôt, mordant sa main pour étouffer un cri de douleur. Elle tourna un regard désespéré vers l'inconnu, qui semblait dans un état à peine plus reluisant que le sien. Mais même en cet instant, elle répugnait à devoir s'abaisser à demander de l'aide. Elle refusait d'être redevable envers quelqu'un, avoir en mémoire ce souvenir constant d'avoir une dette à payer. Mais elle le savait, que jamais elle pourrait quitter seule cet endroit. Elle sentait que son pouvoir, ce poison infect qui s'écoulait dans ses veines, essayait de faire son œuvre. L'écoulement avait quelque peu ralenti, mais cela ne suffirait peut-être pas.

Ai...Aide-moi à me lever. Elle tendit une main vers lui qui retomba aussitôt. Elle n'avait même plus assez de force pour un geste aussi simple. Faut sortir d'ici...Vite. Elle toussa une nouvelle fois, une gerbe de sang tachant ses lèvres et sa peau.


Puis sa tête bascula en arrière, et ses yeux se fermèrent. Elle n'en pouvait plus. La douleur était trop forte, la situation que trop absurde. Elle n'aurait jamais dû venir ici, jamais. Elle s'était laissée mener par une curiosité enfantine, une volonté candide de voir de ses propres yeux ce que tant d'autres avaient appris à redouter. Et naïve, elle s'était laissée prendre, plongeant de son propre chef, de sa propre volonté, dans la fange. Elle s'était abaissée au niveau des sauvages, absents de toute raison, tuant d'eux-mêmes les reliquats de leur humanité, maîtres d’œuvre de ce triste spectacle destiné au plaisir morbide et égoïste de quelques-uns, alors qu'elle n'avait eu de cesse de se convaincre que jamais plus elle subirait le joug d'un autre.

Pauvre petite créature courant après son trépas.

Elle revint brusquement à elle, jetant des regards paniqués autour d'elle. Dans son absence, sa presque inconscience, il lui avait semblé que le temps s'était écoulé sans l'attendre, que des heures, des jours, seraient passés. Mais le présent et son horrible évidence s'offrit à elle encore et encore. Elle maintenait toujours autant qu'elle le pouvait sa pression sur sa plaie, mais ses mains ne faisaient plus que trembler.

Il faut par...


Elle s'interrompit, alors qu'une volée d'ombres passa devant leur cachette. Des bruits de pas s'enfonçant dans toutes les directions résonnaient, et les éclats de voix emprunt d'une colère rageuse parvenaient jusqu'à eux.

Trouvez-les ! Trouvez-Les ! Ils vont payer ses fils de putes !


Ils attendirent que s'écoulent les infimes secondes, pourtant terriblement longues, qui leur firent comprendre que les clowns s'étaient éloignés. Elle remarqua alors qu'au dehors, la foule continuait de hurler, son horreur devant le carnage que le tigre avait provoqué, son dégoût de ne pas avoir eu le spectacle qu'ils attendaient.

Maintenant...Dans un effort tâché de sang, elle réussit à se relever, mais ses jambes menaçaient de se dérober sous elle. On y va.


Elle se tenait toujours le ventre, le fluide vital s'échappant toujours, s'égouttant lentement entre ses doigts serrés. Ils avaient une chance de pouvoir s'échapper. Elle refusait de mourir maintenant.


Dernière édition par Ema Brand le Mar 5 Mai - 1:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Lun 4 Mai - 10:31

Les deux syllabes de son prénom flottèrent dans son esprit tandis qu'il fixait la profondeur de ses yeux où il découvrit la triste lueur de ceux qui n'ont rien à perdre. Il se dit alors que puisqu'il était dans le même cas, autant qu'ils crèvent ici tranquillement plutôt que de croire stupidement en l'infime espoir de pouvoir s'échapper et mourir plus douloureusement.

« Nick. » se saigna-t-il, trop épuisé pour sortir les trois syllabes de son prénom complet.

Portée par l'envie désespérée de survivre, Ema tenta de se relever pour mieux s'écrouler de nouveau sur le sol, une gerbe de sang s'échappant de ses lèvres. Nikolaas la regarda sans rien faire, trop épuisé pour soulever son corps tandis que son esprit oscillait entre le rêve et la réalité. Des ombres noirs allaient et venaient devant ses yeux, laissant son regard divaguer sur les plus infimes détails, tels que les graviers sur lesquels il s'étendait en lambeaux de chair. Sa respiration se faisait tellement faible, que justement, il l'entendait incroyablement bien tandis qu'elle se répercutait contre les parois de son crâne. Sa trachée sifflait, le suppliant de se soulager. Quelque chose chuta brutalement à côté de lui, et ce fut le silence. Peut-être Ema avait-elle finit par succomber, le laissant définitivement seul. Se mordant la lèvre, il étouffant un gémissement de douleur, tandis que les ténèbres glaciales commençaient à l'envelopper.

Des pas retentirent derrière lui, le forçant à tourner la tête avec une lenteur injuste. Des ombres passèrent devant l'orifice de leur cachette sans les voir, hurlant des paroles incompréhensibles, leurs chaussures battant le sol boueux.
Boueux. Son œur fit un bon spectaculaire dans sa poitrine. Il n'y avait qu'un endroit dans la contrée qui pouvait avoir un sol pareil. Il ne sut s'il devait s'en réjouir ou pleurer toutes les larmes de son corps.
Les Marécages.

A côté de lui, Ema se redressa avec peine, l'implorant presque. Partir. Maintenant. Si ça pouvait te faire plaisir.
Maintenant que leurs agresseurs se perdaient dans les chemins labyrinthiques et boueux du marécage, peut-être avaient-ils, effectivement, une infime chance de s'en sortir. Et il fallait la saisir, parce que Nick savait pertinemment qu'elle allait rapidement passer de « infime » à « nulle ». Dans un ultime effort, il se redressa à son tour, s'appuyant contre le mur. Ce fut alors à cet instant seulement qu'il remarqua que sa plaie avait été bandée. Il lança un regard vide à la jeune femme avant de la saisir par le bras, tantôt pour l'entraîner avec elle, tantôt pour se soutenir lui-même.

Titubant, tirant Ema derrière lui, Nikolaas s'avança jusqu'à la sortie. Plus que quelques dizaines de centimètres. Dieu qu'il faisait sombre...Dieu qu'il faisait...
Nuit.

L'air frais et poisseux des marécages leur frappa le visage avec la vigueur de la nuit. Nikolaas prit quelques secondes pour inspirer l'oxygène de l'extérieur qui lui parut si pur par rapport à l'ambiance renfermée et gorgée d'hémoglobine, qu'il lui fit tourner la tête. Une fois de plus, le chapardeur vacilla avec la peur au ventre de tomber définitivement.

« Ils ont bien du nous amener ici avec un véhicule. » souffla-t-il entre les gouttes métalliques de sang qui perlaient sur ses lèvres.

Le cœur battant plus fort que jamais, il regarda autour de lui, plissant les yeux dans l'obscurité, avant de se traîner, le corps lourd, dans la seule direction qui s'offrait à eux, bordée d'arbres noueux sur lesquels se tissait un canevas de lianes. Nikolaas connaissait la sordide réputation des marécages mais la douleur lui faisait prendre un tel recul sur les événements qu'il n'en avait plus rien à faire. Il ne se sentait pas capable de conduire une voiture ou quelque véhicule motorisé, il aurait vite fait de les envoyer dans le décor. Lentement, il progressa avec sa compagne infortune, s'appuyant contre les arbres. Loin derrière eux, les cris de rage continuaient de retentir, se mêlant aux rugissements du tigre qu'Ema avait fait souffrir. Tout d'un coup, il bascula sur le côté. Une mixture tiède pénétra dans son pantalon et dans sa chaussure gauche. Grimaçant, il baissa les yeux pour découvrir...un rivage. Loin devant eux, l'eau sombre et sans fond s'étendait entre les arbres tordus avant de serpenter jusque dans un horizon de ténèbres. Ses yeux rames croisées vers le ciel, une barque pourrie, couverte de mousse, semblait les attendre. Nikolaas tressaillit et se tourna vers Ema.

« Mourir empalés par les clowns, ou prendre le risque de se faire démembrer par ce qui vit là dessous ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Ven 8 Mai - 3:15

Chaque pas était une torture, chaque respiration, semblable à un coup de poignard. Elle sentait ses entrailles se tordre, alors que son corps luttait, que son ichor, son pouvoir, réparait sa chair. Ses jambes chancelèrent à plusieurs reprises, mais Nick la soutenait. Elle s'accrochait désespérément à lui, emplissant ses poumons de l'air glacial de l'extérieur. La nuit les entourait. Perdue dans le chaos de son esprit, elle aurait été incapable de savoir combien de temps ils avaient passé ici. Ni même combien de jours. Elle n'entendait qu'à peine les paroles qu'il prononçait, se mordant profondément la lèvre pour étouffer un cri de douleur. Elle goutta une nouvelle fois à son propre sang.

Ils finirent par entrer sous les frondaisons d'une forêt malade et puante, l'air vicié des marécages reprenant peu à peu ses droits, emplissant ses narines. Elle s'écarta de Nick, vomissant sang et bile sans même s'arrêter de marcher. La douleur de cet acte transperça son ventre, lui arrachant des larmes qui s'écoulèrent le long de ses joues sales. Son compagnon de perdition s'arrêta brusquement, et malgré son état pitoyable, elle n'eut aucun mal à comprendre pourquoi. Elle s'enfonçait dans la vase, et raffermit un peu plus sa prise sur Nick pour ne pas sombrer dans les eaux croupissantes du marais.

Cette fois, elle entendit parfaitement ce qu'il lui dit.

Comme-ci on avait le choix...Elle le lâcha, se retenant de justesse à un arbre, alors que ses jambes lâchaient une nouvelle fois. Elle rampa presque jusqu'à la barque, se glissant dedans, se calant à sa proue. Jamais je ne retournerai là-bas.


Elle pouvait encore les voir malgré le noir. Les lumières blafardes et enténébrées du cirque. Le chapiteau brillait dans l'obscurité, un piège luisant destiné à attirer les insectes gravitant autour de lui, une maison en pain d'épices avide de naïfs. Nick s'installa à son tour, et la barque s'élança lentement. Allongée comme elle le pouvait, elle serrait entre ses bras son ventre meurtri, son sang, presque noir et épais s'écoula plus faiblement maintenant. Elle tremblait de froid, de douleur et de peur. Les lumières du cirque finirent par disparaître, et avec elles, le cauchemar qu'ils avaient vécu.

La barque glissait au fil de l'eau. Elle remarqua alors le silence étrangement lourd qui régnait ici. L'odeur de moisi émanant de l'embarcation couvrait à peine celle du sang. Elle se hissa légèrement, sur-elle même, laissant simplement sa tête dépasser du bord de la barque. Un léger tressaillement de l'eau un peu plus loin la fit retomber aussitôt.

Elle tremblait de tous ses membres à présent. Et cette fois, la douleur n'y était pour rien. Comme un placebo, la peur s'emparait d'elle peu à peu, engourdissant ses muscles, l'étreignant de froid. Elle regarda vers la cime des arbres, mais les étoiles avaient disparu. Ils étaient plongés dans le noir. Une panique viscérale se répandit dans ses veines, alors qu'elle se mit à chercher Nick des yeux. Elle distingua sa silhouette, mais son visage lui restait invisible. Tout recommençait.

De Darkness Falls, elle avait connu ses terres désolées et rougeoyantes, parsemées des ruines de civilisations passées et d'autres à venir. Mais plus que tout, elle avait connu le noir. L'obscurité la plus totale. Les ténèbres les plus insondables. Entre son éveil dans ce cauchemar et son réveil dans celui-là, elle n'avait vu qu'une seule fois la lumière du jour. Et de ce noir, était né d'autres sentiments, semblables, empoisonnés. La douleur. L'abandon. La solitude. Le désespoir. La peur. Et comme un enfant, cette noirceur la terrorisait.

J'ai...Elle se tourna à nouveau vers la silhouette plongée dans l'obscurité. J'ai peur.


Une nouvelle fois, elle sentit des larmes s'échappaient de ses pupilles closes. Sa voix était suppliante et désespérée. Elle se cala le plus possible au fond de la barque, comme pour se cacher de choses qu'elle seule pouvait voir, des monstres qu'elle pensait avoir laissé là-bas.

Amélia...


Mais certaines choses jamais ne disparaissaient.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Ven 8 Mai - 9:52

Sa partenaire disait vrai : ils ne pouvaient pas retourner là bas. Ils devaient tenter le tout pour le tout, quitte à mourir. Au moins, mourir en essayant de s'échapper plutôt qu'en se terrant dans le fond de l'arène en attendant d'être bouffés constituait une maigre consolation. Triste, certes, mais dans les pires moments, il fallait essayer de se raccrocher aux plus petites choses afin de tenir. Certes d'ordinaire, Nikolaas était plutôt du genre mélancolique, à se complaire dans ses problèmes et en cessant de lutter pour ne plus souffrir. Sauf que s'il y avait bien une chose qu'il détestait, c'était entraîner les autres dans sa chute : se plaindre, c'était bien quand on était seul. Là, il n'était pas seul. Sa vie dépendait d'Ema comme la vie d'Ema dépendait de lui. Même lorsqu'il avait vécu une des périodes les plus sombres de son adolescence tandis qu'il survivait dans la rue en compagnie de sa sœur jumelle et de son demi frère, Nikolaas ne s'était jamais sentit autant dépendant de quelqu'un de toute son existence.

La jeune femme rampa dans la vase jusqu'à la barque pourrie avant de se nicher dans le creux du bois, à la proue du bateau, comme un petit oiseau blessé qui se cachait pour mourir. Nikolaas, les yeux brouillés par la fatigue et la douleur, se hissa avec le plus grand mal du monde dans la barque qui tangua dangereusement, avant de se stabiliser à la surface de la vase. Il saisit presque à l'aveuglette les deux rames, deux bouts de bois informes et couverts de mousse, mais qui allaient certainement lui sauver la vie.
Il plongea les deux rames dans l'eau et poussa, poussa, poussa, avec le peu de forces qui lui restait. La barque résista, les algues s'accrochant aux planches comme des bras de démons qui voulaient les tirer en enfer. Nikolaas gémit, la douleur le tiraillant tandis que ses derniers espoirs l'abandonnaient. Enfin, les algues cédèrent, la mousse glissa. La barque tournoya quelques instants avant de se déplacer légèrement. Nikolaas se retourna : le cirque commençait à disparaître derrière eux, dans l'obscurité. Il ne savait pas où ils allaient, mais ils s'éloignaient de leur enfer. Tant que ces lueurs s'amoindrissaient, c'était qu'ils allaient dans la bonne direction.

Grâce au mouvement de mécanique et au faible courant, la barque finit par se déplacer plus facilement. Parfois, quelque chose se manifestait à la surface de l'eau. Mais c'était tout. Ni vent, ni voix, ni présence, ni lumière : rien. Le silence et l'obscurité.
Devant lui, la respiration d'Ema lui indiquait qu'elle vivait encore. Cependant, lorsqu'elle s’accéléra tout d'un coup, Nikolaas se réveilla, s'arrachant du mouvement routinier des rames battant la surface de l'eau.

« Je suis là, Ema. »
dit-il le plus calmement possible pour la raisonner.

La voix d'Ema tremblait d'un mélange de douleur, de peur et très certainement de froid. Lui-même grelottait, mais les longues nuits d'hiver passées dans la rue l'avaient forgé et la fraîcheur nocturne lui paraissait presque salvatrice à côté de la chaleur qui les étouffait dans l'arène. Ema s'angoissa, agitant le bateau. Nikolaas cessa aussitôt de ramer et fit basculer les instruments de bois dans la barque avant de tendre la main dans la semi obscurité. Ses doigts saisirent la main glacée de cette femme dont la vie s'échappait. Non, pas maintenant, pas si près du but.

Mu par son instinct de survie, Nikolaas tira Ema vers lui jusqu'à la prendre dans ses bras et la serrer contre lui. Il referma ses bras rendus douloureux par l'exercice autour du corps tremblotant de la jeune femme, essayant de calmer les spasmes de souffrance qui la secouait pour avaler toute la substance de vie qui lui restait, essayant de partager sa maigre chaleur avec la sienne.

« Calmez-vous Ema, je suis là, je suis là. » répéta-t-il inlassablement. « Qui est cette Amelia ? C'est quelqu'un à qui vous tenez ? Quelqu'un qui vous attend ? Pensez à elle Ema. Vous allez vous en sortir. On va s'en sortir. »

Il frictionna le dos de la jeune femme à l'aide de ses pauvres forces agonisantes pour tenter de la réchauffer, de ne pas la perdre.

« Ema, vous êtes la personne qui compte le plus au monde pour moi à cet instant. Je vous en prie, tenez bon. Ne me laissez pas. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Dim 24 Mai - 4:02

Une étreinte glacée. Imperceptible, invisible. Fugace, intangible, elle la sent, la ressent pourtant. Elle ne comprend pas, ne voit pas, qu'il la prend dans ses bras. Elle ne voit qu'elle, cette ombre, cette silhouette, perdue dans la brume, dessinée dans les ombres. Elle survole l'eau boueuse, comme-ci le liquide était impure, impure au toucher, impure de la toucher. Et de ses yeux noirs, de cet abîme sans fond qu'ils renvoyaient, Ema savait qu'elle la regardait. Sa respiration à elle s'était calmée, sans raison, sans logique, et ses yeux restaient ouverts sur l'obscurité, voyant aussi clairement qu'en plein jour. Elle ne ressentait plus ni douleur, ni peur. Juste un sentiment de chaleur, une plénitude retrouvée, absout de tout péché, du poids de la culpabilité.

Alors la silhouette lui sourit, et elle fit de même. L'ombre tendit un bras vers elle, et Ema répondit à son geste. Elle ressentit alors le besoin impérieux de la rejoindre, de quitter ce frêle esquif, cette coquille vide, rongée par la pourriture, et se noyant peu à peu dans la fange de son propre ressentiment. Elle tendit son bras plus en avant, voulant combler ce vide immense entre cette ombre et elle, entre un passé qu'elle désirait tant, et un avenir dont elle n'avait cure. Mais la distance n'allait qu'en grandissant. La tête de la silhouette tomba alors en avant, son visage masqué par des cheveux noirs, avant de se relever et de la fixer à nouveau. Et de sa gorge muette, de ses lèvres décharnées, elle lui murmura quelque chose.

Laisse-moi prendre un peu d'avance. Je t'attendrai.


Puis, l'illusion s'évanouit, tout comme celle qui embrumait son esprit. La voix de Nick la ramena à la réalité, la sauvant de ce cauchemar dont elle souhaitait faire sa propre réalité. Elle comprit alors qu'il l'avait prise dans ses bras, puis entendit les paroles qu'il prononça. Mais elle ne comprenait pas. Comment pouvait-elle compter autant pour lui ? Elle n'était qu'une étrangère, une personne dont il n'avait vu que le sang et les larmes. Elle ne voulait pas d'une telle chose, elle ne le méritait pas. Elle ne le mériterait plus jamais.

Elle...Sa voix était rauque. Elle était avec moi à Darkness Falls. A chacune de ses paroles, à chacun de ses mots, le goût métallique de son sang se répandait dans sa gorge. Je l'aim...Elle est morte là-bas. Elle se terra à nouveau dans le silence, l'espace d'un instant, resserrant brièvement son étreinte.Je...Je ne te laisserai pas.


Elle ne sut jamais à qui elle avait réellement adressé ses derniers mots.

Et comme-ci un voile s'était soudainement levé sur son esprit, elle reprit alors pleinement conscience de son environnement, de sa situation. Elle se détacha de l'étreinte de l'homme, lui murmurant un simple ''merci'', s’asseyant dos à lui au bout de l'embarcation. Son ventre lui faisait mal, mais au moins, son sang ne s'écoulait plus. La barque reprit sa traversée silencieuse du marécage.

Elle ne sut combien de temps s'écoula avant qu'ils ne finissent par apercevoir enfin les lumières encore lointaines de la Nouvelle-Orléans. Elle se retourna vers lui, redécouvrant son visage devant la luminosité nouvelle qui se dessinait au travers de la canopée. Elle lui sourit, alors qu'ils comprenaient tous les deux.

La barque finit par s'échouer doucement sur les berges de la ville. Elle la quitta, les jambes tremblantes de fatigue et de douleur, avant de s'écrouler sur le sable. Elle parvint à se mettre sur le dos, alors que ses yeux revoyaient pour la première fois la splendeur d'un ciel d'encre parsemé d'étoiles. Elle se tourna alors vers lui.

On a réussi.


Des larmes s'écoulèrent alors une nouvelle fois de ses joues. Mais la tristesse n'avait rien à voir avec cela.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW   Dim 24 Mai - 11:22

Un frisson glacial agita Nikolaas lorsqu'une ombre, plus sombre que les autres, dans ce délavé de noirs et de gris charbonneux se manifesta devant eux. Son cœur manqua un battement, sa raison lui chuchota que, ça y est, c'était fini. Ses longs cheveux noirs ondulaient sur ses épaules comme de fines tentacules dont elle allait certainement se servir pour les tirer dans l'eau trouble. Les tremblements de leurs corps enlacés semblèrent s'intensifier. Ema tendit un bras que l'ombre parut vouloir agripper. Instinctivement, Nikolaas raffermit sa prise sur le corps de sa comparse qu'il ne voulait pas laisser partir ; pour ne pas qu'elle se perde, pour ne pas qu'il soit seul. Un murmure s'échappa contre son bras...alors qu'il s'agissait des lèvres de l'ombre qui bougeaient. Etait-ce Ema ou l'ombre qui parlait ? Etait-il en train de devenir fou ?

L'ombre s'évanouit, et l'environnement regagna cette masse opaque et informe d'obscurité nauséabonde. Le silence revint, glacé des dernières paroles dont Nikolaas ne comprenait pas le sens. Alors qu'il pensait qu'Ema ne lui révélerait rien – après tout, ils ne se connaissaient pas – elle lui confia les origines de ce prénom auquel elle semblait tant s'attacher...et qui semblaient entretenir un lien étrange avec l'ombre qui venait de leur apparaître.
Darkness Falls. Bien qu'il n'avait jamais eu le malheur de s'y rendre, Nikolaas connaissait ce qu'on en disait et se faisait tous les films les plus atroces et imaginables sur les conditions de vie de ceux qui y étaient retenus autrefois prisonniers. Il était apparu sur le continent après la première ouverture, n'ayant vécu que la seconde. Il frissonna tandis qu'il comprenait qu'Ema devait être une sorcière, ce qui justifiait les agissements étranges survenus dans l'arène qui leur avaient sauvé la vie à tous les deux. Cela signifiait également que si elle avait fait un passage par l'Enfer des sorciers, elle ne devrait pas être toute blanche ; mais lui-même ne l'était pas non plus.
La libération de la jeune femme de son étreinte confirma que le lien qu'elle entretenait avec cette Amélia n'avait pas grand chose à voir avec un lien familial.

Dans un sursaut de force, Nikolaas saisit de nouveau les rames pour les sortir au plus vite de cet Enfer, fixant tantôt le dos d'une Ema immobile, tantôt les lumières fugaces que dessinait son esprit dans l'horizon noir.
Les lueurs finirent par apparaître au loin. Réelles, physiques, cette fois-ci. Le cœur de Nikolaas fit un bon dans sa poitrine et il redoubla d'efforts pour rapprocher la barque d'une rive éventuelle. Ema se tourna vers lui et lui envoya un sourire sincère, plus lumineux que n'importe quel lampadaire. Il lui répondit d'un étirement de ses lèvres craquelées de sang. La proue de la barque entra doucement en contact avec le sable et Nikolaas laissa les rames s'échouer sur la terre ferme. Celle de leur ville, celle de leur maison. Ema se laissa tomber sur le dos dans le sable comme si elle aurait voulu y tracer un ange de son corps meurtri. Mais son âme ne semblait pas tout à fait vouloir s'élever maintenant. Nikolaas la rejoignit, pantelant et vibrant d'un espoir nouveau. Il s'agenouilla sur le sable auquel les larmes de sel d'Ema se mêlaient.

« Si j'avais une maison, je t'aurais invité à y boire un verre. » grinça-t-il avec un sourire.

Et après ce qu'il avaient vécu, peu importait d'être sans abri, tant qu'il s'agissait d'être en vie.
Revenir en haut Aller en bas
 

{Ema/Nikolaas} ϟ FREAKSHOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» MERCY IN DARKNESS }. Freakshow - V2.11
» {Timothée/Rae} ϟ FREAKSHOW
» « Le voleur connaît le voleur et le loup le loup. » [pv Nikolaas]
» {Seraphina/Chayton} ϟ FREAKSHOW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-