AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Sam 14 Mar - 11:50


« Yeah Spookshow baby!  »



Connor J. BlackPearl & Joan C. Valentine
featuring


Les spectateurs se pressent dans les gradins. Un par un, ils prennent place autour de la piste de sable. A la lumière des torches qui illuminent le lieu, le sable se pare d'or et fascine ceux qui y posent leur regard. Les senteurs acidulées des pommes d'amours et autres confiseries emplissent l'air, tout comme les murmures des discussions allant bon train, et de ci de là, l'écho d'un éclat de rire innocent. Ils pensaient tous venir assister à un spectacle de cirque ordinaire. Alors quand le directeur de cette joyeuse ménagerie s'avance sur la piste, intimidant et imposant, le silence se fait.

Paré d'écarlate, l'homme fait s'élever sa voix ronronnante et annonce le programme. Le doute plane, et lorsque des grilles de fer descendent du chapiteau pour venir entourer la piste de sable, l'évidence s'appose sur tous les cœurs : le premier numéro vous donnera la chance d'apprécier la vue de fauves venus de contrées lointaines.

Vous savez qu'il n'en sera rien. La chaîne autour de votre cou vous prouvez que le fauve, ce sera vous. Nul dresseur ne viendra vous donner des ordres. La chaîne tombe à terre dans un fracas métallique et l'on vous pousse sur la piste. Vous vous retrouvez prisonnier, des barreaux de fer contre votre dos. Un coup de canon vrille les tympans de tous les êtres réunis sous la chapiteau et annonce le début du show. La troupe du cirque se presse contre les grilles, menaçante et le visage fermé. Elle est là pour s'assurer que vous assurez bien le spectacle, pour pimenter le numéro morbide que vous vous apprêtez à donner.

Souriez, les clowns tristes n'ont jamais réussi à satisfaire leur audience, et la vôtre retient à présent son souffle.

Ordre de passage:
1 - Connor J. BlackPearl
2 - Joan C. Valentine



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Lun 16 Mar - 15:05

Le cirque. Une douce nostalgie avait traversé Connor quand il avait appris l’installation d’artistes ambulants dans le Bayou. Le garagiste s’était autorisé le retour de quelques agréables souvenirs de son enfance, d’après midi passées en famille où croquant dans une pomme d’amour il se réjouissait avec cet enthousiasme qui le caractérisait à l’époque, d’aller voir les tigres, les clowns, les acrobates... Peut-être était-ce une folie par les temps qui courraient mais l’ex-junkie avait décidé de s’offrir un moment de répit en allant assister au spectacle. Déjà pas très fan de traîner son joli cul musclé dans le Bayou, le Texan avait trouvé l’ambiance étrange aux abords du cirque. Sa parano aurait dû lui mettre la puce à l’oreille pourtant il avait poursuivit sur son idée première, provoquant ainsi son mauvais karma habituel. Capturé par Dieu seul sait qui, c’est une toile de jute sur la tête et l’air lui manquant que le garagiste fut emmené dans un lieu totalement inconnu où on le débarrassait de ses chaussures et de sa chemise « C’est quoi ce bordel ?! » grondait-il entre rage et crainte. Le bruit de la foule ne cessait de croitre et la tension grimpait encore d’un cran lorsqu’un lourd collier de fer se refermait sur son cou « Hey je suis pas un putain de clébard ! » tempêtait-il en gesticulant comme il le pouvait avec ses poignets liés. Poussé en avant du même temps qu’il était tenu en laisse, il su grâce au bruit qu’on l’approchait encore d’avantage de la foule. Il sentait le sable sous ses pieds nus et une vague de chaleur lui cuisait le torse en entrant dans ce qu’il déduisait être le chapiteau. « Votre blague est merdique ! » mais il usait sa salive pour rien, personne ne lui prêtait attention et les gens autour de lui parlaient avec un puissant accent qui rendait la compréhension difficile. Des cris liesses et d’excitation s’élevaient, on le libérait de la toile qui lui masquait la vue jusque là et enfin Connor découvrit ce qui l’entourait. La lourde chaine qui le retenait tombait au sol, et son premier réflex fut de prendre une grande inspiration quand sa trachée retrouvait toute sa liberté. Bousculé à nouveau, le Texan était à présent en cage et le regard fou il observait les barreaux placés en cercle autour de lui. Il se retournait en espérant pouvoir avoir le temps de sortir mais c’était trop tard et le regard des gens qui entouraient l’arène le dissuadèrent de rester trop près du bord. Un rictus nerveux étirait ses lèvres alors qu’il scrutait la foule dans les gradins, bien confortablement assise alors qu’il était enfermé dans une arène comme une bête sauvage. Dans son tour d’horizon son regard se stoppait sur une femme que l’on avait poussé comme lui dans cette cage. Grimace de perplexité c’est totalement affligé que Connor se retournait vers ceux qui l’avaient mené là « Une gonzesse ? Vous me prenez pour qui les gars ! Oh ! » ses mains se fermaient sur les barreaux et comme un fou en cage il voulu les secouer mais un puissant coup de bâton s’abattait sur ses phalanges lui faisant aussitôt lâcher prise « Fils de… » il se retournait alors pour se retrouver nez à nez avec celle dont il ignorait si elle était une alliée ou son adversaire « …pute. » ça lui avait échappé. Levant les mains en signe de neutralité il fit un petit sourire en coin « T’en fais pas je cogne pas les nanas. » oui… mais elle peut-être bien qu’elle cognait les Texan.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Ven 20 Mar - 20:43

Assurer la sécurité. Ou plus simplement se prétendre berger pour la journée, éloigner les loups des pauvres – et insolentes brebis. Encadrer ce troupeau de moutons aux visages fendillés par des sourires absurdes relève de la tâche ingrate. Aussi, Joan peste et fait allégrement profiter son coéquipier de ses états d’âme. Burton, lui, joue au taiseux, ignorant royalement ses injures à l’égard des organisateurs de cette mascarade. Qui se délecte encore des cirques de nos jours alors qu’il suffit d’un seul regard pour dénicher de beaux spécimens animaliers parmi les hommes ? Un babouin passe d’ailleurs près d’elle, grandes mains poilues, moustache imposante et yeux reluisant la perverse connerie. « Tu veux ma photo, le civil ? » Voilà qui ramène à l’ordre l’audacieux chimpanzé qui se contente de poursuivre sa route jusqu’au centre de l’agitation. Le rictus satisfait de la sorcière s’évapore et sèche sur ses lèvres alors qu’ils se rapprochent des festivités. Décidément, elle ne comprend pas ce qu’on trouve à ces spectacles malsains. Son malaise s’allonge tandis que sa mémoire fragmente sa concentration relative sur la foule. Jill, sa petite paume entre ses doigts, émerveillée par les lions, riant aux éclats devant un clown tout à fait bon marché. Cette douleur ne s’annonce jamais, elle distrait son expression rageuse et laisse entrevoir un trouble qui s’élance déjà entre ses côtes. Son partenaire d’infortune tape légèrement l’arrière de son crâne, la ramène au présent. Elle lui fiche sa semelle dans le tibia et le show débute sous les jurons étouffés du peacekeeper et les gloussements de la trentenaire. Elle balaie les environs et tire ses conclusions. L’emplacement n’aurait pu être plus merdique que ça.

Soudainement, on l’attrape, elle se débat vivement mais on la traîne subitement, allonge un coup sur son crâne, l’assomme à moitié. Les couleurs dansent, elle tourne de l’œil. Les voix sont déformées durant quelques minutes et puis, elle reprend ses esprits, la gueule contre du sable. Péniblement, elle se redresse, les doigts déjà portés à ce qui sert son cou et remue cette vieille angoisse de l’étouffement. Elle tire sur le collier en métal en vain et se met à cracher pour les ombres « C’est quoi ce délire ? » Son acuité visuelle vacille, se fige. Elle comprend subitement quand on lui amène le grand benêt. Un duel, la cage. Ils sont le divertissement. La hargne suinte de chaque pore de sa peau. « Je travaille pour le gouvernement, ce sont des emmerdes que vous cherchez ? » Elle s’adresse à tous ces visages qui se pressent pour admirer le combat. Elle étudie ses possibilités en cherchant frénétiquement les traits de son acolyte parmi les spectateurs et ne relève le menton que lorsque son opposant se met à jaser pour ne rien dire, s’emporte contre les barreaux. D’un air dédaigneux, elle rugit alors. « Sérieusement ? C’est le seul foutu problème qui te vient à l’esprit ? Que je sois une gonzesse ? Tu te fous de ma gueule ? T’es attardé ou c’est juste qu’ils t’ont cogné trop fort ? » Un ricanement et elle cherche à tordre l’acier qui lui broie la gorge, engendre la panique dans chaque fibre de son être. « Putain ! Je devais encore tomber sur un mec qui croit que ses couilles sont en or. Garde ton honneur à trois francs cinquante de grand mâle pour les petites minettes qui te tombent dessus, mec et fais aller ta sale caboche pour qu’on se tire de cette merde. » Elle ne compte pas le frapper pour divertir la foule. Seulement pour le remettre à sa place si jamais il rejoue au macho des bacs à sable.

_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Lun 23 Mar - 13:05

Une très mauvaise blague, voilà ce que c’était. Quoi d’autre ? Un cirque dont il devait être le spectateur et se retrouvait acteur dans une arène de combat sablonneuse avec une gonzesse hystérique pour adversaire ou partenaire il n’en était pas très sûr. Qui pouvait croire à ce genre de truc ahurissant ? En tout cas pas Connor Joshua Blackpearl qui après avoir vécu un rêve des plus réalistes dans la peau de la plus insupportable des sorcières, se pensait encore la victime de son subconscient un peu trop porté sur l’humour douteux. Mais en fait le Texan avait seulement tenté de se rassurer ainsi avec ces balivernes. En plein délire après avoir consommé un peu trop de stupéfiant il aurait pu se persuader que tout ça n’était qu’un mauvais rêve et qu’il finirait par se réveiller. Cependant ses doigts précédemment frappé par un forain le lançait encore et la furie face à lui avait l’air bien réelle. Il s’était montré poli et courtois – ou presque – en affirmant ne pas s’en prendre aux femmes et voilà comment cette folle accueillait son sarcasme bienveillant ? Comme toutes détentrices d’un utérus qui se respecte elle allait sans aucun doute lui taper sur le système en moins de temps qu’il le faut pour épeler menstruation.
Autant dire qu’elle démarrait fort cette bougresse en l’invectivant avec autant de grâce qu’un zombie pourrait avoir. « C’est quand même un sacré problème en soi. » répliquait-il avec la mine de celui qui jugeait plutôt bien des priorités. Se foutait-il de sa gueule ? Non. Avait-il été cogné trop fort ? Oui sans aucun doute mais ça ne datait pas d’aujourd’hui. Et comme il l’avait entendu vaguement hurler qu’elle était une employée du Gouvernement c’est avec un petit rictus à la sauce Texane que Connor ajoutait « La faute à tes collègues si mes neurones ont trop souffert. » affirmation parfaitement véridique, c’était bien là le pire. Aussi vulgaire qu’il pouvait lui même l’être – au moins ils avaient ça en commun – l’harpie vociférait de nouveau après avoir tentée de se défaire de son collier. Accessoire pourtant indispensable pour une chienne de son espèce, mais ça il n’allait pas le lui dire.

Un soupire franchissait les lèvres du garagiste alors que son regard émeraude scrutait de nouveaux les environs « Une maniaque de l’autorité, c’est bien ma vaine. » reposant ensuite ses prunelles sur la brune agitée il arquait un sourcil en affichant son air de dragueur le plus affligeant qui soit « C’est parce que t’as pas assez croisé de couilles en or comme les miennes que t’es si aigrie et vulgaire, chérie. » peut-être que sous-entendre qu’elle fut une mal baisée ou pas baisée du tout n’était pas la meilleure des choses à faire dans le contexte actuel, mais le Texan n’avait de toute façon pas la réputation de faire les bons choix en général. Le public hurlait sa déception que l’action fut si inexistante et un de ceux qui s’était chargé de les amener là frappait plus fort contre les barreaux de la cage pour les encourager à donner un meilleur spectacle. « Je peux toujours te proposer de faire des châteaux de sable en espérant que la fibre artistique suffise à les contenter mais je suis pas sûr que ça marche… » il fit une moue « Et on a pas de seau, donc c’est réglé. ». Sourire d’abruti à l’appui, grossissant le trait comme il savait si bien le faire Connor soumettait une autre idée de son cru « Ce qui animent les foules, c’est le sang et le sexe… » haussant les épaules il poursuivait « Perso je suis plus porté sur le second quand je suis en compagnie d’une nana. ».
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Ven 27 Mar - 21:07

Peu cher payé tout de même ce job. Être la cible idéale des illuminés en tout genre et l'offrande occasionnelle, de toute évidence, des psychotiques. Elle devrait suggérer l’augmentation la prochaine fois qu’on la convoque dans le bureau du grand manitou. Elle n’a pas enfilé cet uniforme pour être jouer au clown devant une assemblée d’abrutis congénitaux qui ne sont même pas fichus de bouger leurs fesses afin de les tirer de cette sombre mascarade. La brune relativise davantage dès que sa nuque est dégagée par un des forains à travers les barreaux. Son pied ne frappe malheureusement pas assez rapidement les parties accessibles de son tortionnaire. Elle jure dans ses dents et reporte son attention sur l’arène dans laquelle elle est placée. Elle envisage déjà ses options de sortie avec une férocité proche de la démence. Le macho semble relativement bavard et détourne régulièrement son attention avec ses remarques tout à fait écœurantes. Ils lui ont vraiment sorti la crème de la crème pour l’occasion. Si elle devait dépeindre la personne qu’elle aurait immédiatement envie de découper en petits morceaux pour les écraser ensuite, il aurait la gueule et les mots de cet arrogant. L’envie de lui cracher à la figure ne manque pas de la titiller mais elle préfère ne pas offrir de quoi satisfaire les désirs morbides des organisateurs. Alors elle se contente de ricaner. « Pauvre petit canard. T’as pas assez souffert. Ils auraient dû commencer par te découper ta sale petite langue. » Elle roule nerveusement des épaules en observant l’agitation autour d’eux. Ils veulent le pousser à agir, elle se tient le plus loin qu’elle peut des extrémités de sa prison, faisant quelques pas vers son opposant.

Sans doute oublie-t-elle l’urgence quand elle fait semblant d’enfoncer ses doigts dans sa gorge pour mimer la seule action que cet énergumène lui inspire. « J’ai pas besoin de les voir pour savoir que quand ça porte ses couilles par-dessus le froc, c’est pour faire oublier la petitesse de ce qui les accompagne. » Sa langue claque sur ses dents alors que leur conversation perdure à son plus grand daim. « Vas-y donc, divertis la foule, vu que t’aimes être le gigolo de service. Montre ton petit cul, je suis sûre qu’ils vont kiffer. » Ses mots volent, ses yeux suivent le mouvement toujours dirigé vers la moindre faille qu’elle pourrait exploiter. Ses nerfs sont mis à rude épreuve- doublement d'ailleurs, elle a du mal de tenir en place. Alors elle bouge, fait des allers et venues comme un lion rêvant de plaines à perte de vue. « Les mecs dans ton genre, je les castre plus volontiers que je les baise. J’ai pas de temps à perdre avec des précoces. »  Regard meurtrier et foule en délire. Ça ne peut pas être juste cette joute verbale nauséabonde. Elle se retourne juste à temps pour voir un zombie pénétrer leur espace. La sorcière grogne littéralement devant la menace. Ses doigts ont le temps de saisir les barres métalliques qui démarquent la liberté de la captivité. Elle s’appuie, dos et bras contre la structure pour projeter ses deux pieds vers la créature, elle lui assène des coups et la repousse jusqu’à ce qu’elle tombe. Lui briser les jambes, il faut lui casser les os avant de s’attaquer au crâne. Elle refuse de collaborer avec le texan, elle se contente de trouver ses solutions toute seule. Autant dire que ses options sont pour le moment plutôt limitées. L'idée de donner l'autre à bouffer pour pouvoir le neutraliser est plutôt alléchante. Mais encore une fois, elle n'offrira pas à cette comédie le spectacle dont elle rêve.

_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Lun 6 Avr - 11:32

Le Texan allait devoir composer avec l’affligeant et malheureux contexte dans lequel on l’avait précipité contre son gré. Peut-être aurait-il préféré ce retrouver nez à nez avec une bande de félins affamés qu’accompagné par cette hystérique à la verve digne de ces chiennes de gardes dont la frigidité est proportionnellement mesurable à l’amertume de leurs propos. Connor n’avait aucun problème à avouer avoir eu quelques démêlés avec les Peacekeepers et s’il n’avait reçu que des coups, la harpie brune aurait préféré que ses collègues ne s’en prennent à sa langue. Une remarque que l’ex-junkie saisissait comme une perche alors qu’il marmonnait « C’est parce que t’as pas idée de ce que je suis capable de faire avec… » remarque plus pour lui même afin de satisfaire son besoin de dire des conneries dans ce genre de situations qu’il ne maîtrisait pas. Une manière de se rassurer comme il pouvait en s’assurant qu’en dépit d’idées utiles à sa survie au moins il pouvait mourir en conservant sa répartie et son sens de l’humour.
Un mal baisée ça ce n’était pas difficile à deviner, mais qu’elle fut une foutue castratrice en plus de cela, le Texan n’en avait pas espéré tant ! Le gratifiant d’une réponse digne d’une cour d’école en évoquant la sans doute petitesse de ses organes génitaux et de sa potentielle précocité. Au moins elle lui arrachait un rire et aux vues des circonstances ce n’était pas rien. Une bonne quantité d’affirmations toutes plus imagées les unes que les autres se bousculaient dans l’esprit du garagiste mais il n’eut pas le temps de choisir la plus adéquate à rétorquer que la foule se mettait à acclamer plus fort. Un foutu zombi venait de leur être offert en bonus. Connor avait pensé à des lions, tigres ou autres bestioles susceptibles de le bouffer mais il avait occulté ces créatures dégueulasses.

Aussi désagréable et irritante – autant qu’irritable – pouvait être sa partenaire d’infortune, le garagiste ne pouvait néanmoins pas lui retirer qu’elle était pour le moins réactive. Alors qu’il cherchait encore du regard une issue ou un moyen de neutraliser le zombi elle avait déjà saisi les barreaux de la cage et envoyé ses deux pieds dans la face décomposé du bouffeur de cervelles. L’être difforme tombait au sol juste aux pieds du Texan et sans même qu’il ne comprenne d’où lui vint se réflexe son talon venait écraser avec vigueur le crâne déjà en voie de pourriture. Sous le coup de l’action, porté par l’adrénaline sans aucun doute, Connor avait totalement oublié qu’on l’avait dépouillé de ses chaussures mais c’est en sentant la texture à la fois visqueuse et granuleuse du crâne explosé sous son pied qu’il en reprit conscience. L’ex-junkie eu un violent haut le cœur, lâchant dans un crachat une petite partie de ce que contenait son estomac, cependant, et il ne sut comment, il parvenait à se retenir de gerber ses tripes entières. Dégageant son pied en grimaçant il jetait un regard en direction de la brune « Tu feras le ménage quand t’auras cinq minutes… » raillait-il pour reprendre un semblant de contenance en frottant son pied dans le sable afin de se dégager partiellement de la matière organique qui le souillait « Cela dit t’as l’air plutôt souple pour une nana frigide. C’est du gâchis. » tant de potentiel gâché sur l’autel de la rancœur envers la gente masculin, ou du moins quelques uns de ses représentants n’ayant su accomplir leur devoir. Le Texan perdit son sourire quand il entendit une nouvelle fois la foule acclamer plus fort « Putain mais ils en ont pas assez là ? ».


Dernière édition par Connor J. BlackPearl le Mer 22 Avr - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Sam 11 Avr - 13:36

Cette espèce se distingue par sa mauvaise foi et son besoin quasi viscérale de l’ouvrir pour faire déborder cet égo surdimensionné qu’il porte avec cette fierté totalement déplacée. Aucune surprise pour la sorcière, de toute manière, elle en côtoie régulièrement des raclures dans son genre. C’est fou comme ils aiment se la jouer dans la milice. Avoir été mariée à un flic l’a sans doute préparée à affronter ce genre de revers. Avoir été diminuée autant d’année par ce même homme l’a obligatoirement propulsée vers cet instinct de survie quasiment primitif taillé dans le sang et les larmes. Le blond peut causer autant que ça lui chante et croire que son entrejambe est le centre de l’Univers, elle n’en a cure. Un con de plus, un con de moins, on ne ferait même plus la différence au milieu de ce ramassis de salaud en tout genre. L’urgence est autre. L’arrivée du zombie démontre de la nécessité à trouver une échappatoire avant l’esquisse d’une fin létale. On peut reconnaître à boucles d’or sa loyauté envers la race humaine malgré ses propos sexistes. Joan ne compte pas s’en prendre à lui sauf s’il la provoque dans ce sens. Sa patience reste plutôt limitée mais elle conscientise sa situation et avise ses maigres chances de se tirer de là sans aide ou support. Il a beau avoir une sale gueule et une longue langue, il semble assez costaud pour maîtriser la décadence. C’est du moins c’est qu’elle croit quand il achève le macchabée qu’elle vient de repousser, sans la moindre hésitation. Il se rend enfin utile. Un sourire mauvais s’accroche sur ses lèvres et se dissout aussi vite quand elle le voit recracher un peu de sa bile en voyant la chair s’agripper à sa peau. Pi-tié.

Moqueuse, elle ne peut retenir ses mots. « Alors princesse, on a pas les tripes assez bien accrochées ? Pauvre petit. » Et de toute évidence, lui non plus. « C’est ça mais avant, je préfère cuisiner ta sale gueule. » Tout ça pour chercher à retrouver un semblant de crédibilité et de contenance. Pathétique. « Avale ta gerbe la prochaine fois, ça me fera des vacances. » Pas le temps pour un autre round de propos acerbes parce que ça jubile de partout. Aux aguets, elle observe la prochaine menace pénétrer dans l’arène. Deux clowns aux masques d’épouvante, des lames aux poings. La jeune femme fait glisser sa langue sur sa dentition en réfléchissant à un semblant de tactique. Mais où est Burton quand on a besoin de lui franchement ? Elle se retourne vers son comparse d’infortune. « Tu prends celui de gauche. » et attend son propre opposant en position de défense. La trentenaire esquive la première attaque et tacle son adversaire avec précision, mettant en pratique tout ce qu’elle a pu apprendre sur le terrain. Ses pieds tambourinent le ventre de l’ennemi, elle cherche à lui dérober un de ses couteaux mais d’un revers de main, il déchire son épaule. Elle jure et enfonce son talon dans son nez, répète l’opération jusqu’à lui exploser l’os. A bout de souffle, elle se relève pour reculer le temps d’évaluer sa blessure. Une longue entaille longe sa clavicule et une partie de son dos. Il va payer pour ça. Il va méchamment déguster.

_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Mer 22 Avr - 18:54

Prendre celui de gauche… encore un ordre ! Et s’il fallait bien qu’un des deux pense plus vite et agisse plus rapidement que l’autre, Connor en bon macho qu’il était aurait préféré que ce soit lui plutôt que la harpie. Vraisemblablement femme d’action la furie brune semble avoir le combat dans les trippes là où le Texan espère se trouver une alternative moins éprouvante, plus rusée. Qui a dit que les hommes étaient ceux qui fonçaient dans le tas tête la première ? Bon ok il l’avait déjà eu fait par le passé et il trainait désormais quelques cicatrices, ainsi le garagiste reculait alors que son opposant attitré s’avançant dans sa direction faisait virevolter sa lame dans les airs. Voilà qui le vaccinerait des clowns, lui qui pourtant n’avait rien contre ces êtres censés amuser la galerie. Un bref coup d’œil à travers les barreaux de l’arène lui permit alors de se prouver que c’était là un fait, la foule s’amusait de la situation. Connor lui ne riait plus et heurtant les barreaux lui signifiant qu’il avait atteint la limite au delà de laquelle il ne pouvait plus reculer, le mécanicien entreprit de les escalader. Esquivant quelques coups que les forains essayaient de lui donner de l’extérieur de la cage, le Texan retombait dans les plus bas instinct de l’homme en faisant le singe accroché aux barreaux. Ainsi perché il se donnait un indéniable avantage sur son adversaire et le prenant de vitesse se trouvait en posture favorable pour lui retomber dessus. Mettant à l’œuvre ses connaissances de combat rapprochées datant de son époque en tant que flic il serrait le cou de son assaillant avec vigueur alors que de son autre bras il maitrisait sa main armée.
Lorsqu’il entendit un craquement dans l’épaule du clown le garagiste comprit qu’il venait de sérieusement handicaper son agresseur qui poussait alors un cri de douleur. La foule redoublait d’encouragements et Connor vit que de son côté l’hystérique menait rudement le combat. Bref moment d’inattention où le clown sur lequel il était perché bien que sur le point de l’inconscience du fait d’être privé d’oxygène, utilisait à son tour la paroi de la cage pour s’y projeter dos contre. Le Texan fut surpris et désarçonné par le premier choc, son souffle légèrement coupé par l’impact. Au second assaut contre les grilles il lâchait prise assez tôt pour retomber au sol, l’autre heurtant seul le métal de la cage. Bien que privé de l’usage d’un de ses bras, il fut le plus rapide pour récupérer sa lame et l’ancien flic n’eut que le temps de faire un rouler boulé sur le côté pour esquiver un coup qui l’aurait probablement coupé en deux. Se relevant rapidement il envoyait un poignée de sable dans les yeux de son assaillant avant de lui asséner un violent coup de poing « BIM connard ! ». Porté par l’élan des cris de la foules, jouant le jeu il levait alors les bras et bombait le torse se sentant l’âme d’un gladiateur ou d’un catcher, faisant le show puisque c’est ce que l’on attendait de lui. Esquissant néanmoins quelques grimaces de douleur en sentant son dos meurtri par les chocs contre les barreaux.
Mais ses clowneries ne furent que de courte durée, aussi infecte pouvait elle l’être sa partenaire imprévue semblait avoir hérité du plus coriace des deux énergumènes. Elle avait d’ailleurs gagné une belle estafilade sur l’épaule. Était-ce là un facteur limitant de sa mobilité ? En tout cas Connor eu l’impression qu’elle perdait l’avantage et si elle ne manquait pas de hargne et d’agilité sa force physique faisait défaut à mesure que la fatigue s’installait. Elle leur avait sauvé les miches avec le zombi, il n’était donc pas déplacé de s’immiscer dans son combat pour lui donner un petit coup de pouce. Aussi il récupérait la lame du clown qui semblait K.O pour le moment et en total traitrise enfonçait l’arme dans le flan de l’autre alors qu’il se concentrait sur sa proie initiale. Affichant un petit sourire satisfait Connor ne pu s’empêcher une remarque « Tu vois que t’as besoin d’un homme, chérie. ».
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Lun 27 Avr - 22:56

Le combat lui confère étrangement un avantage non négligeable. Il rend son espace sonore bien plus tolérable malgré les acclamations déplacées. Son coéquipier d’infortune semble se permettre tous les excès après s’être tu pour, semble-t-il, analyser la situation. A tel point que la brune en a quasiment oublié son existence - ce qui l’arrangeait très bien d’ailleurs. Sans doute qu’elle n’aurait même pas pensé détourner son attention du clown si la foule ne s’était pas mise à hurler d’émoi aussi vivement. La vague qui submerge l’assemblée fracasse ses tympans et l'oblige à se contorsionner pour admirer le mâle victorieux. Joan se retient vraiment de lui balancer le premier caillou à sa portée. Pour quelqu’un qui refuse de se prendre au jeu, il semble plutôt empressé à déballer ses pectoraux à un public échaudé par ses actions. La sorcière passe son regard écœuré sur le cadavre qu’il a laissé derrière lui tandis que son propre adversaire se décide à charger pendant que la distraction la retient captive. Dans un réflexe insensé, elle se jette au sol pour l’éviter. Le sable se fige au centre de la plaie et déverse sur sa colonne vertébrale une onde dévastatrice. Les cris s’amoncellent au bord de ses lèvres serrées par la rage sans jamais les franchir. Elle avale chaque hurlement et laisse son calvaire pourrir entre ses poumons endoloris. Dans un ultime effort, elle rampe pour atteindre les barreaux qu’elle prend pour appui afin de se hisser sur ses jambes. Un forain frappe son épaule à l’endroit exact où les lancements pullulent. La jeune femme serre sa hargne bien plus ardemment que la souffrance physique. Ses doigts tirent sur le bâton et envoient la tête de son assaillant cogner le métal. Il chute, elle cherche à ramasser cette arme bien médiocre mais la distance est bien trop importante. Son index frôle le bois mais déjà on la rattrape pour lui porter le coup fatal.

C’est du moins ce qu’elle croit. Une lame traverse aussi soudainement le travesti. L’amusement déchire la bouche de la trentenaire tandis qu’elle se relève péniblement. Tout du moins avant que le macho ose fanfaronner davantage. « Quand tes couilles serviront de drapeau à ces petits merdeux, tu rigoleras peut-être moins. » Le remercier ? Et puis, quoi encore. Elle ne l’a pas sonné de toute manière. Elle se penche pour s’emparer de l’autre couteau quand les rugissements désamorcent les relents d’apaisement qui engourdissent déjà ses muscles. Quand elle se redresse, deux tigres la toisent. Elle recule jusqu’à percuter le dos de son arrogant allié. En ricanant, elle s’écoute lui suggérer « Mec, c’est ta dernière chance d'exposer tes biceps à toutes les petites minettes en chaleur. Dommage pour toi, je sais pas si t’auras le temps de ramasser leurs culottes avant qu'ils nous bouffent. » avant de serrer le manche de son équipement bon marché. Les combats au corps à corps sont toujours périlleux. Inutile de préciser qu’elle se sentirait plus à l’aise avec son flingue entre les mains. Contre des bêtes en plus. A une autre époque, sans doute qu’elle aurait été horrifiée d’abattre des félins pour survivre. Dans cette vie, elle rêve presque d’accrocher leur sale tête au-dessus de sa cheminée. Pas sûre que ça cadre avec la décoration présente cela dit. Un beau tapis ne serait pas de trop pourtant. Ses dérives mentales la préservent de la froide terreur et la propulsent dans des flux d’adrénaline qu’elle affectionne particulièrement. Les prédateurs tournent autour de leurs proies. Elle songe à tout ce qu’elle a dû endurer pour en arriver là, la carrure collée à un abruti et la probabilité de plus en plus élevée de crever pour satisfaire le plaisir sournois d’une masse de gens anonymes. Quelle farce.

_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Mer 6 Mai - 15:13

Que de douces paroles dans cette jolie bouche… nul doute que Connor préférerait qu’elle utilise ses lippes et sa cavité buccale à d’autres fins que de le pourrir avec ses gentillesses. Mais la brune frigide s’agaçait à chaque mot prononcé par le Texan et si ce dernier aurait pu édulcorer son attitude, c’était bien le contraire. Plus elle s’énervait et répliquait, plus elle lui donnait envie d’en rajouter. Oui Connor Blackpearl était un sale con et il assumait cela avec fierté. « De rien beauté, tout le plaisir était pour moi. » elle n’avait pas prononcer de merci mais nul doute que ses mots fielleux avaient cette office. Quand une femme dit non elle peut aussi dire un peu oui.. certes pas toujours mais parfois. La complexité féminine dépasserait toujours le garagiste qui de toute façon ne cherchait plus vraiment à faire d’efforts. Quand bien même il aurait voulu tailler la bavette avec son épineuse partenaire, des rugissements venaient interrompre leur discussion. Pas un moment de répit dans ce foutu cirque ! Et l’idée d’affronter des félins n’enchantait pas tellement le Texan, cependant la brunette soulignait un point important au delà de ses railleries, ils pouvaient se faire bouffer. Sa remarque avait toute fois soutiré un rictus à l’ex-junkie et il imaginait une pluie de sous-vêtement s’abattre sur l’arène, imagine plus réjouissante que celle de leurs deux corps éventrés par les tigres. « Fais moi cadeau de la tienne si on s’en sort vivant. Ça me suffira comme récompense. » plaisantait Connor alors que les deux félins s’approchaient en décrivant un arc de cercle autour d’eux.
« Une consigne ? » demandait-il sur un ton quelque peu railleur. Mais après tout depuis le début elle s’était montrée si directive que le Texan ne serait pas étonné qu’elle définisse de nouveau un plan d’attaque. Regardant plus attentivement le félin qui se trouvait le plus près de lui, le mécanicien fut surpris que ce dernier ai les yeux rouges comme deux rubis « C’est quoi ces trucs ? », observant la démarche de l’animal il y décelait quelques secousses si de loin le mouvement paraissait fluide il ne l’était pas tant. « Je crois que c’est des machines. » déclarait-il en s’inquiétant d’avantage sur la façon de se débarrasser de ces nouveaux ennemis. Comment savoir si ces bestioles n’étaient équipées d’un blindage ? Cependant ils pouvaient toujours espérer que l’instinct et l’intelligence artificielle de ces faux animaux leur offre des failles à exploitées. Mais le temps de réflexion s’était rapidement égrainé et les machines s’approchaient dangereusement en poussant de nouveaux rugissements qui enhardissaient la foule. Un retour à l’époque des gladiateurs… la bonne blague ! Au moins ils avaient désormais des armes, et si des flingues auraient été bienvenue il faudrait faire avec ce qu’ils avaient.

« Ne me déçois pas ma biche. » lançait Connor à l’intention de sa partenaire avant de se lancer à l’assaut d’un des deux tigres robotisés. La meilleure défense c’est l’attaque paraît-il, et le Texan avait décidé d’appliquer cette stratégie là. Un choix peut-être pas si judicieux que cela pensait-il en voyant les griffes en métal de l’animal qui fendaient l’air à son passage. Comme un torero affronte un taureau durant une corrida, Connor affrontait un tigre dans une arène de cirque, contre son gré. Finalement il se sentait plus taureau que torero à bien y réfléchir. Tenant fermement son arme il assenait un coup sur le flanc de l’animal, entamant sa fourrure artificielle pour laisser apparaître un entrelas de plaques métalliques. « Oh bordel… » jurait-il en craignant déjà la riposte de la machine, laquelle venait de poser ses yeux rouges sur sa pauvre personne, il était la cible à abattre. L’animal s’apprêtait à bondir, il le voyant dans son regard flamboyant et c’est là qu’il eu une idée sur la façon de venir à bout de cet enfer. Sans hésitation il vint alors à la rencontre de son assaillant, plantant la lame du long couteau dans un de ces yeux. Un rugissement puissant s’échappa de la machine et Connor ne pu retirer l’arme de la cavité oculaire métallique. Courage fuyons ! Se conseillait alors mentalement le Texan qui se mit à détaler aussi vite qu’il le pouvait dans le sable. Trébuchant il se retrouvait à genoux et rampait avec précipitation avant de se remettre sur ses jambes. Il sentit alors les griffes de métal entamer la surface de l’épiderme de son mollet et débitait une série de jurons avant de se retourner « Abîme pas le matos saloperie ! » mais il n’était plus si crédible désarmé.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 2819
↳ Points : 258
↳ Date d'inscription : 02/07/2014
↳ Age : 27
↳ Avatar : Anne Hathaway
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Peacekeeper infiltrée
↳ Opinion Politique : Sans opinion, elle s'en fiche
↳ Niveau de Compétences : Nv 2 & 4 en guérison
↳ Playlist : Joan Jett - Bad Reputation / Christina Aguilera - Fighter / Halsey - Is there somewhere / Florence + The Machine - Delilah / Mumford & Sons - After the storm / Evanescence - Going under PLAYLIST YOUTUBE
↳ Citation : " In order to rise from its own ashes, a Phoenix first must burn. "
↳ Multicomptes : Ezra S. Reilly & Elias S. Kaligaris
↳ Couleur RP : White



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Mar 19 Mai - 23:16

La jubilation collective amène le sang jusqu’aux tempes sans plus d’effort, les cris croissent et l’injustice grignote les nouveaux pans d’iris. La rage martèle ses veines, réarrange l’instinct de survie et le maintient dans ses hauteurs jusqu’à ce que mort s’en suive. Celle de leurs nouveaux opposants et puis, du public en entier. Détourner les yeux quand on ne daigne pas intervenir sur les faits alarmants, c’est honteux. Participer au massacre même passivement en une autre. Tous complice. Chaque acclamation se fiche dans son crâne. Elle n’oubliera rien. Seulement les commentaires tout à fait impertinents de l’insolent dont elle se passerait bien. Peut-être que l’ignorer ne lui apportera rien. Peut-être que le provoquer permet à l’acide d’éroder la crainte qui va et vient entre ses poumons comprimés par l’air vicié. « Rappelle-moi de me pisser dessus avant de te la passer. » Les mots s’entrechoquent dans l’urgence que la situation invoque et le sarcasme s’effondre dans la prochaine salve d’adrénaline qui l’écroue à l’action qu’il faudra mener sous peu. Le sursaut survient abruptement à la tirade suivante de son acolyte. Le macho s’avouerait-il soumis à son opinion ? Une idée qui lui plait un peu trop. Un sourire carnassier étire les lèvres de la brune, un rictus que malheureusement, il ne peut contempler. « Ok, offre-toi en sacrifice que je puisse me tirer pendant ce temps ? » Son ricanement se perd alors qu’elle resserre sa main sur son arme d’infortune. Les déductions du garagiste amènent de nouvelles perspectives pour le moins peu réjouissantes. « Putain, du métal ? Cette merde ne va servir à rien. » Elle observe la lame entre ses doigts et revient tout aussi sûrement toiser les créatures. « Toi, fais gaffe à tes couilles, mec. » S’entend-elle répliquer avant de mener l’assaut en suivant le mouvement de son comparse.

L’animal anticipe ses déplacements. Sa cadence s’amplifie pour chercher à semer ses griffes. Son épaule émet toujours des vagues de douleur que l’air accentue en coulissant contre la plaie à vif durant ses esquives quasiment aériennes. Elle s'avance petit à petit en usant de ses réflexes, sans se faire massacrer. Sa lame défait la fausse pelure au niveau de la nuque, dévoile la carcasse qu’elle a craint. Elle glisse sous la bête durant une de ses offensives, enroule ses jambes autour de l’engin et se débrouille pour grimper sur son dos à coup d’obstination et de contorsions qui lui arrachent des jurons quand la blessure se réveille plus dangereusement encore. Elle n’est jamais montée à cheval. Mais elle s’imagine que c’est sûrement moins difficile que de vouloir dompter un félin robotisé. S’agrippant à la nuque de l’animal, elle s’écorche les ongles, glisse et se reprend à plusieurs reprises. D’un geste désespéré, elle attaque les rétines, seule partie accessible de son opposant. Elle répète plusieurs fois ses coups et s’effondre en même temps que la bête au sol quand elle atteint son objectif. Elle roule à quelques pas du texan désarmé. Le souffle court, elle se redresse tout de même et plante sa lame dans le dernier œil vermeil de la bestiole avant qu’elle n’attaque une seconde fois son partenaire. En rigolant, elle se penche, les mains sur les genoux pour réussir à respirer. « Alors princesse, on joue à la poupée ? » Son hilarité meurt quand des forains se pressent aux entrées de la cage. La lumière devient subitement aveuglante et avant qu’elle puisse reculer ou avancer, quelque chose martèle son crâne. Les ténèbres s’enlisent autour de sa carcasse, elle tombe sans jamais sentir l’impact du sol. Elle perd connaissance sans plus de lutte et tout se referme sur sa conscience vacillante, les hurlements, le goût du sable dans la bouche et la sensation de survie qui soutien le tout.



_________________
You won't see me fall apart
I know that I can survive. I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want my life so bad. I'm doing everything I can. Then another one bites the dust. I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart but your blade, it might be too sharp. I'm like a rubber band until you pull too hard. I may snap and I move fast.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1931-joan-the-past-be

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW   Ven 19 Juin - 12:34

Toute cette mascarade avait des allures de songe. Création complète de la part de son esprit de Texan un peu perturbé ayant par le passé consommé quelques substances qui avait bien pu lui griller quelques neurones. Mais la harpie qui se battait à ses côtés ainsi que la douleur irradiant son être au moment où les griffes du félin robotisées lui avaient tranché la chair, semblaient bien réelles. Connor n’avait aucune idée du piège dans lequel il s’engouffrait en voulant simplement aller au cirque. La journée devait être chargée de souvenirs positifs, de sensations chaleureuses que l’ancien flic avait oublié au fil du temps depuis qu’on l’avait accusé à tort d’avoir tué ses parents. Le Texan divaguait, il se sentait léger, vaporeux, les griffes du félin contenaient de la drogue. La bête était floutée, son champ de vision entier semblait être filtrer par une rideau d’eau et ses muscles ne répondaient plus si précisément à ses sollicitations. L’ex-junkie clignait alors des yeux pour tenter de retrouver une partie de ses capacités, en vain. L’animal grondait, des feulements aux sonorités électroniques émanaient de sa gorge métallique. Connor roulait sur le côté quand la bête s’approchait, esquive maladroite et imprécise qui trahissait son état second. Les toxines avaient envahi son système, petit à petit il perdait d’avantage ses moyens et se retrouvait à la merci de l’animal.
Néanmoins il percevait l’agitation non loin de lui, le temps paraissait s’étirer et ce qui se passait si vite semblait se décomposer devant son regard vitreux. La folle brune ne faisait plus qu’un avec le félin qui s’adonnait à des secousses dignes d’un rodéo. Le Texan pensait halluciner et se frottait les yeux. Il irritait ses paupières avec ses doigts pleins de sable et grimaçait sous l’effet de la sensation désagréable que cela provoquait. Ainsi privé de sa mobilité et d’une vision claire, Connor se sentait vulnérable constat qu’il exécrait surtout en présence de l’hargneuse brunette. Laquelle virevoltait toujours alors que pour sa part il avait mordu la poussière. Triomphant des deux robots elle ne manquait pas d’adresser une raillerie au garagiste lequel trouvait un dernier brin de lucidité pour rétorquer avec un rictus « Tu me dois ta petite culotte. ». Ça ferait office de trophée pour sa défaite. Mais il n’eut pas le temps de plaisanter d’avantage sur le sujet, car la fête était fini et si sa partenaire d’infortune se faisait lourdement assommé, le Texan lui fut privé d’air jusqu’à ce qu’il tombe dans l’inconscience. Le rideau était tombé.

The End
Revenir en haut Aller en bas
 

{Connor/Joan} ϟ FREAKSHOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mia Connor
» « eyes on fire » ㄨ cordelia&connor
» (M) Keiran Connor Feat. Thomas Dekker
» « the devil wears prada » ㄨ cordelia&connor
» MERCY IN DARKNESS }. Freakshow - V2.11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-