AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Sam 14 Mar - 11:58


« Yeah Spookshow baby!  »



Ange E. Dalton & Gregory Whitford
featuring



Les spectateurs se pressent dans les gradins. Un par un, ils prennent place autour de la piste de sable. A la lumière des torches qui illuminent le lieu, le sable se pare d'or et fascine ceux qui y posent leur regard. Les senteurs acidulées des pommes d'amours et autres confiseries emplissent l'air, tout comme les murmures des discussions allant bon train, et de ci de là, l'écho d'un éclat de rire innocent. Ils pensaient tous venir assister à un spectacle de cirque ordinaire. Alors quand le directeur de cette joyeuse ménagerie s'avance sur la piste, intimidant et imposant, le silence se fait.

Paré d'écarlate, l'homme fait s'élever sa voix ronronnante et annonce le programme. Le doute plane, et lorsque des grilles de fer descendent du chapiteau pour venir entourer la piste de sable, l'évidence s'appose sur tous les cœurs : le premier numéro vous donnera la chance d'apprécier la vue de fauves venus de contrées lointaines.

Vous savez qu'il n'en sera rien. La chaîne autour de votre cou vous prouvez que le fauve, ce sera vous. Nul dresseur ne viendra vous donner des ordres. La chaîne tombe à terre dans un fracas métallique et l'on vous pousse sur la piste. Vous vous retrouvez prisonnier, des barreaux de fer contre votre dos. Un coup de canon vrille les tympans de tous les êtres réunis sous la chapiteau et annonce le début du show. La troupe du cirque se presse contre les grilles, menaçante et le visage fermé. Elle est là pour s'assurer que vous assurez bien le spectacle, pour pimenter le numéro morbide que vous vous apprêtez à donner.

Souriez, les clowns tristes n'ont jamais réussi à satisfaire leur audience, et la vôtre retient à présent son souffle.


Ordre de passage:
1 - Ange E. Dalton
2 - Gregory Whitford



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Mar 31 Mar - 4:25

Frakshow
Gregory & Ange. Cirque, gentil cirque... Qui transforme notre vie en page d'un roman.


La sensation est étrange. Elle encercle mon cou et fait pression sur ma nuque. J'étouffe avant même d'avoir conscience de ce qui m'arrive et ma gorge se serre de plus en plus. La panique m'envahit, tandis que de lointain souvenir me revienne. On me retenait en animal de compagnie, me diminuant sans arrêt pour me rappeler que je n'étais que la chienne de mon époux. On tirait sur ma laisse, on m'obligeait à m'accroupir dans cette chambre à coucher qui n'était qu'une cage. Dépendante du bon vouloir de l'homme que j'ai finis par éviscérer avec mes dents. À bout de souffle, je sens la rage m'envahir. Elle agit sur moi comme une drogue qui ne m'est offerte que très rarement. Une connaissance lointaine, plus qu'une compagne de vie. Le bout de ma langue a tendance à chercher mes lèvres, voulant pendre comme lorsque je suis sous l'une de mes autres formes. Le stress marque chacun de mes mouvements, d'autant plus que mes doigts finissent par trouver ce qui se trouve autour de mon cou. Cet anneau de métal répugnant. Une marque que je n'aurais jamais voulu porter à nouveau.

Un cri s'échappe, malgré moi et je m'effondre sur mes genoux. Je me regroupe sur moi-même, oubliant les apparences. Sentant ma louve prête à bondir pour me protéger. D'autant, qu'on me croit morte et si ce n'était de cette perruque grotesque les gens me reconnaîtraient sans peine. Mais une jolie teinte mauve et personne ne pourrait soupçonner la femme qui, présentement, est prisonnière d'un cirque. Que m'avait-il pris de sortir ce soir? J'aurais tellement dû rester au chaud, dans les bras de Vittoria. Mes ongles s'enfoncent dans la peau tendre de mon cou, essayant désespérément de relâcher la pression et de me libérer de cette chaîne. Je perds patience et c'est avec acharnement que je m'inflige moi-même des blessures d'hystérie. Tirant de toutes mes forces si vaine... Ils ont eu raison de moi. Je suis de nouveau la prisonnière d'homme... JE LES HAIS!

Un bruit s'enclenche et attire mon attention. Je finis même par relâcher ma nouvelle laisse. Je l'abandonne, alors qu'elle baigne dans mon propre sang qui s'étale le long de mon cou, pour finir sur ma poitrine et mes épaules. Bien entendu, je n'ai pas sourciller. La douleur m'étant interdite. Je ne suis pas la seule enchaîné, je vois rapidement la silhouette d'un homme barbu, mais c'est l'odeur des fauves qui dressent le poil de mes bras. Je rebrousse les babines, je ne sais pourquoi, mais je sais à quoi m'attendre. Ils veulent un combat, un bain de sang. À l'image des heures de gloire du Colisée de Rome. Ma nature humaine s'indigne à l'idée de leur donner ce qu'ils veulent. Pourtant, je ne suis plus seule, je suis en charge d'une autre personne. De ma fille et je refuse de la laisser seule. Peut-être devrais-je oublié Ange et laisser parler ma fidèle compagne du dernier siècle?

Je tourne mon corps, toujours positionné avec méfiance. J'observe de loin cet autre qu'on a piégé avec moi dans cette arène. Sa tête me dit vaguement quelque chose, mais son odeur elle... M'est inconnu. Je me souviendrais, si je lui avais déjà adressé la parole. Sur la défensive, incapable de choisir quelle attitude adopter, je m'entends parler avant même de m'en rendre compte. « Je suis la seule à me demander si ce truc est cassable? »

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Mer 22 Avr - 9:41

J'dois être né sous une mauvaise étoile. Ou alors, j'ai frôlé le pompon de mon bonnet maudit. Vous savez, ce bonnet bien moche offert par mon arrière grand-tante... Plus sérieusement, une atrocité que j'ai trouvée, oubliée au fond d'un carton, bien enfoui dans le grenier. Quand j'ai sorti le truc, j'ai compris pourquoi j'l'avais oublié. Un truc en laine avec euh... une tête dessus ? Et un gros pompon rouge. Je l'ai enfilé et il m'est arrivé que des merdes ce jour là. Genre me cogner contre la porte, rater une marche, m'empaler dans le meuble juste en bas des escaliers, ce traître qui m'a sournoisement attendu avant de se jeter sur moi quand je me suis innocemment approché de lui. Ce bonnet est si moche qu'il concentre toute la haine du monde à votre encontre. Alors pourquoi je l'ai gardé, ce truc ? Pour l'offrir à quelqu'un que j'aime pas. J'ai pas encore trouvé qui... mais genre le futur -ex- petit copain de Lya. Bah ouais, elle va pas rester avec un tel con ! Ma fille mérite bien mieux qu'un crétin !

Plus sérieusement... où est ce que je suis ?! Je suis en alerte. Mes muscles sont tendus. Mes yeux bleus parcourent rapidement ce qui m'entoure. La chaîne me serre la gorge. J'en viens à regretter mon écharpe en laine épaisse, t'sais, celle qui te gratte. Là... ça me serre, je suis dans une cage. Trop petite pour que je me transforme. Pourtant, j'en ai l'envie. Ça me démange au niveau de la nuque. Ma tête... me fait un mal de chien. Je me souviens seulement du coup violent que l'on m'a porté. De mon corps qui s'est effondré avant même que je n'a réalisé la douleur qui me déchirait. J'ai l'arcade éclatée, pareil pour mon nez, à croire que j'étais pas assez moche, voilà que j'ai du sang sur la gueule et le nez tout bleu. J'ai un œuf de pigeon en bas du crâne. Je suis encore en jean bleu, ma chemise grise est tâchée de mon sang, légèrement déchirée probablement car on en a chié pour me porter. Je ne suis pas le plus grand des hommes, mais je ne suis pas le plus léger. Des muscles épais animent mon vieux corps de quadragénaire et... Bah avouons le, j'ai un petit embonpoint bien notable malgré ma chemise. L'Ours en moi est bien trop gourmand. Il se lèche les babines aux odeurs de sang...

Je serre les mâchoires et entends finalement une voix près de moi. Je tourne les yeux avant de les cligner quelques secondes. La première image qui me vient en tête... C'est celle d'un fauve. Un animal terré, aux crocs luisants, aux prunelles emplies non pas d'une haine sauvage, mais d'une rage difficilement définissable. Celle qui nous pousse à vivre malgré nos souffrances, celle qui nous pousse à ramper bien que l'on soit trop faible pour se tenir debout. Celle qui pousse notre cœur à battre quelque soit les blessures qu'il doit endurer. Elle est là. Sauvage, farouche, puissante. Son corps fin est tendu comme l'est un arc. Elle est prête à bondir. À détendre ses membres qui me semblent comme allongés vu l'étroitesse de l'endroit où nous sommes emprisonnés. Sa peau claire et ses cheveux étranges tranchent avec le sang carmin qui la macule, ce sang qui s'écoule le long de sa gorge et dont une goutte plonge entre l'esquisse de sa poitrine que je ne m'abaisse pas à regarder. Il n'y a pas besoin de voir ses formes pour me surprendre à la contempler. Cette vision me laisse tout bonnement stupéfait alors que mon cœur se serre.

Il m'est arrivé bien des fois de me sentir inférieur à des femmes. C'est bien ce pourquoi je les déteste. Qu'il s'agisse de mon ex ou de Cordelia... De leur mépris, de leur force avec laquelle elles ont voulu m'écraser, me réduire à néant. Leur attitude emplie de langueur et de domination implacable, ce corps parfait qu'elles offrent pour t'induire les plus vicieuses et rabaissantes des pensées, leur sale manie de t'arracher tout ce qu'il y a de plus mauvais en toi pour te faire comprendre quelle grosse merde tu es.... Non. Elle, c'était différent. Je crois que je la trouvais simplement... belle, d'un certain côté. Pas la beauté genre « hey meuf t'as un beau corps, je peux te reluquer ? ». Non. J'crois que je voyais en elle... une certaine forme de pureté. Cette pureté qu'a ma Lya quand elle dort, quand elle rit, quand elle pleure. Je ne saurais pas le dire. Franchise ? Est ce qu'on peut qualifier cela de franchise ? Je sais pas. Son corps était simplement... aussi expressif que son regard.

Sa voix me surprend légèrement, et je détourne finalement le regard vers la piste que l'on aperçoit. J'ai comme un grondement.
_ On va très vite le savoir...
Cependant, je n'ai pas vraiment le temps de tester quoi que ce soit. La chaîne me libère, je fais volte face pour balancer un direct du droit à l'homme qui m'a relâché. Je me fige cependant presque immédiatement. Un pistolet me vise. On me fait signe de reculer. Je serre les mâchoires et jette une œillade à la jeune femme... L'homme que j'ai frappé en a profité pour se redresser. Il saisit à son tour son arme et me donne un coup de sa crosse dans le ventre. Je me plie en deux, le souffle coupé, et l'on me bouscule rageusement. Je tombe au sol et l'on me pousse. Et voilà que je roule pitoyablement jusqu'à atteindre le sable réchauffé par les éclairages artificiels...
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Lun 27 Avr - 17:31

Frakshow
Gregory & Ange. Cirque, gentil cirque... Qui transforme notre vie en page d'un roman.


Il me jauge, autant que je reste sur la défensive. J'ignore s'il est une victime ou un bourreau et je n'ai aucun moyen de le savoir. Si je n'avais pas été capturé et enchaîné, je l'aurais fui pour ma propre survie. J'aurais couru pour m'assurer que Vittoria ne vivait pas le même sort que moi. J'aurais franchi des mers de sang pour en être certaine. De ne pas être dans la capacité de le faire, me rendait nerveuse. Je la voyais déjà chaine au cou... Cette seule image suffit a éveillé d'autant plus la louve en moi. Cet animal affamé de liberté et de chair fraîche. Je le perçu, j'observais le lieu différemment et ma tête bougeait moins normalement. Au revoir diplomate humaine, en cet instant je laissais ange sombrer pour ne devenir que ce que j'avais été plus d'un siècle durant. Je me recroquevillais, prête à bondir s'il le fallait, je me regroupais pour diminuer les anges d'attaque. La nervosité s'infiltrait dans chacun de mes muscles, tandis que j'avais toujours le regard braquer sur l'homme. Mon ouïe, elle, se concentrait sur tout ce qui n'était pas visible. Je pouvais entendre grouiller et marcher. Je percevais la présence de plus d'un animal. Au loin, je crus même reconnaître l'odeur d'un autre humain que mes yeux ne pouvaient percevoir.

« On va très vite le savoir... » J'entends le déclic du verrou et je le jalouse, l'espace d'une seconde la liberté de son cou. Mais, je suis impuissante, je reste dans mon coin. Le regardant réagir pour mieux être réduit à l'impuissance. Il roule sur le sable, je me demande s'il a perdu conscience. Alors, seulement, ils s'approchent de moi et je montre les crocs. Enfin, mes dents d'humaine. Retroussant les lèvres, sans me soucier de mon apparence. J'ignore qui ils sont, mais ils reculent, avant de braquer un fusil sur moi. Mais, je continus de gronder, tout en reculant jusqu'à me retrouver contre les grilles. Ils attrapent l’endroit où ma chaîne se termine et me libère. Me laissant le fardeau qui pend encore à mon cou. Je suis furieuse lorsqu’ils s’éloignent en riant. Ils reculent jusqu’à la limite du terrain et passe par une petite porte que je n’avais pas remarqué. Allaient-ils revenir et me donner une chance de les doubler vers la sortie?

Mes mains s'emparent du métal qui s'étend à ma suite et sous le coup d'une impulsion, je l'enroule autour de ma taille. Je ne veux pas qu'il traîne et laisse quiconque s'amuser avec ma liberté de mouvement. Rapidement, je vais retrouver l'homme et mes doigts se rassurent en trouvant son pouls. « Ce n'est pas le temps de dormir... La sieste on le fera après être sortie d'ici. » Un bruit de grilles se fait entendre et je me détourne en son sens. Une bouffée d'air met mes sens en alerte. Ce qui se trouve là-dedans était humain, mais j'y détecte l'odeur d'un félin. Quelque chose d'énorme à en juger les vibrations que le sol transmet. Immobile, je regarde ce lion noir s'échapper de sa cage et s'approcher en battant de la queue. « Ah bien entendu! Un cirque, un lion. Logique... » Bien, que j'ai conscience d'avoir un être tel que moi sous les yeux. Un humain pouvait être animal, une poupée pour sorcier. D'ailleurs, il se joue déjà de nous. Se mouvant lentement en une position qui m'en disait long. Il ne serait pas un ami. Non. Il voulait bondir et gouter notre sang. Un membre du cirque? Sûrement. Un monstre avait toujours sa place dans un tel lieu. Bousculant l'homme sous moi, j'allais jusqu'à le taper. « ALLEZ! DEBOUT PARESSEUX! On a un lion pour cadran et je doute qu'il se contente de vous lécher! »

À cet instant l'animal bondit et dans un élan de grandeur d'âme idiote, j'agrippe l'inconscient pour le jeter hors du chemin de l'animal. Je réussis cet acte de bravoure stupide, mais ma chaîne me complique la tâche. Je me retrouve figé au-dessus de l'homme à fixer le lion en grondant. Dans sa gueule, il a agrippé la chaîne qui est reliée à mon cou. Je n'ose plus bouger, parce que je sens que mon corps n'appréciera pas l'expérience qui s'en vient.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Lun 25 Mai - 19:17

Tu sais, des fois, t'as envie d'avoir la classe. De te sentir fier de toi. Comme quand t'arrives tout seul à ouvrir ton bocal de cornichons, ou à acheter un paquet de préservatifs sans baisser les yeux devant le pharmacien ou encore, quand tu aides une petite mémé à traverser. Tu sais, ces bonnes actions, ces actions toutes simples qu'on peut faire tous les jours, mais qui te donnent l'impression d'être quelqu'un de bien, qui te filent ton coup de pouce pour réussir à gagner en assurance, à te sentir fier d'être ce que tu es. Enfin bref, c'est ce que j'avais voulu faire, et j'ai terminé à poil, la tronche dans le sable, à moitié assommé par les coups que l'on m'a balancé pour me faire avancer. J'ai pas vraiment eu le temps de réaliser ce qu'il se passait derrière moi. J'ai pas trop eu le temps de me questionner sur ce qu'ils allaient faire de cette demoiselle – cette bande de gros dégueulasses auraient pu en profiter. J'connais bien assez les Hommes pour savoir que certains ont la tête de travers et la bite bien droite, si vous voyez ce que je veux dire. Ces salauds à qui j'aurais aimé... Non, Gregory, allons, commence pas à gueuler pour ça et remue plutôt ton cul.

La voix de la jeune femme m'encourage à le faire d'ailleurs. Elle est là, près de moi, au dessus de moi. Je sens ses mains froides, ses gestes assurés, sa poigne sévère... Elle a d'ailleurs assez de force pour me renverser, sa voix devient bien plus forte, elle claque à mes oreilles autant que ses mains sur ma peau tannée. J'entrouvre les yeux, je chasse les fourmis qui m'engourdissent. Je lutte contre cet état groggy en grommelant, je force mes muscles à se contracter alors que la douleur, ses cris, me ramènent progressivement sur Terre. Mes yeux sont attirés par un mouvement. Une silhouette sombre. Quelque chose de souple, de massif, de bien moins lourd qu'un ours, mais tout aussi... menaçant. Un lion. Un lion noir. J'en reste comme béat. Ça existe ces bestiaux ? J'croyais que y'en avait que des blonds – ou des blancs à la rigueur. J'ai pas vraiment le temps de me questionner davantage sur quel coiffeur assez taré aurait pu faire une teinture à un lion... Avec une force tout bonnement prodigieuse quand on voit son gabarit, elle parvient à rageusement me repousser alors que le fauve bondit sur nous. Je roule sur le sol avant de réussir, par un élan de volonté, à me ressaisir complètement et à me redresser. Pour voir la chaîne de la demoiselle prisonnière des crocs massifs. Pour voir cette créature immaculée, sauvage, à la merci d'une autre. Le teint clair de sa peau tranche avec le pelage du fauve qui s'apprête à tirer sur la chaîne...

Je ne réfléchis pas. Comme cette fois où ma petite Lya a voulu traverser la route récupérer son ballon. Comme cette fois où l'automobiliste roulait trop vite. C'est comme un flash dans ma tête. J'ai bondis sans même avoir eu le temps d'y penser. J'ai rugis. J'ai senti ma peau se déchirer, la douleur me lacérer le corps tout entier. Je ne suis plus le doux papa gâteau bedonnant. Je suis l'Ours de 400 kilos, la grosse bête enragée et affamée. Un être humain qui veut en protéger un autre. Mes crocs se referment sur la colonne vertébrale du Lion. Mes crocs percent sa chair, mais ses muscles tendus luttent contre l'étau de mes mâchoires. Mes pattes se sont maladroitement refermées autour de ses hanches alors que j'use de tout mon poids pour renverser le fauve sur le dos. Le lion relâche la chaîne de sa prisonnière pour rugir de douleur, je le sens se tordre avec une souplesse que je n'ai pas... Le fauve a cet avantage en plus d'une agilité que mon corps pataud n'est pas prêt d'avoir. Moi ? J'suis juste gros et fort, j'suis pas très malin, pas très rapide. Mais je veux pas lâcher prise. Je veux pas qu'il s'en prenne à elle. Pas après ce qu'elle a fait pour moi. Il se tord dans tous les sens. Mes mâchoires restent refermées sur son corps, j'arrive à le faire basculer sur le dos, mais le lion, à force de se débattre, finit par violemment planter ses griffes dans mon arrière train. Heureusement que j'ai de la graisse, mais il lacère alors joyeusement mon fessier, finissant par m'arracher un gémissement de douleur. Bordel, j'vais avoir une de ses marques au cul... Putain, quelle cicatrice glorieuse que j'vais avoir...
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Mer 3 Juin - 5:31

Frakshow
Gregory & Ange. Cirque, gentil cirque... Qui transforme notre vie en page d'un roman.


J'attends le choc, qui suivra l'impact de mon corps contre un objet. J'attends, cet instant où la douleur ne sera pas, mais les séquelles seront bel et bien réelles. Je l'attends, immobile devant mon chasseur. Cette bête énorme et poilu qui me déplait et me fait plisser les babines. Il joue avec l'instant, le fait durer ce qui doit être quelques secondes, me semblent des heures. Ni l'un, ni l'autre ne bougeons. Nos regards se confrontant, laissant la tension monter dans chacun de nos corps. Il tient ma chaîne qui pend à mon cou, il la tient et je ne suis plus que sa poupée de chiffon prête à s'envoler pour mieux se fracasser à l'image d'une vague sur une plage. Il pourrait me tuer sous le choc ou m'étrangler. Mais, c'est un animal et entre prédateur, nous nous reconnaissons. Il veut gagner et dominer. Il a entièrement oublié qu'il était aussi humain. Il ne veut que le goût du sang sur sa langue. Le silence, dans ce chaos divertissant, est assourdissant. Il bat à mes oreilles en rythme avec le battement de mon cœur. J'en viens à appréhender la suite, avant d'être libéré de cette prison. Un hurlement, un craquement... Et il était là. L'homme qui avait roulé et s'était étalé dans le sable. Il était là, devenant à son tour une bête énorme. Un ours, qui engagea le combat avec le lion. Tous les thèmes traditionnels semblaient présents. Du lion, à l'ours. Seul moi, n'avait aucun lien avec cet univers. Louve de Tasmanie, animal insoumise à la tradition humaine. Bébé ours polaire récemment... Enfin, je préférais m'attarder à la louve ma plus fidèle compagne.

Regroupant ma chaîne sous moi, j'observais ce combat féroce et me demandait que faire. Lorsqu'un objet dur me tomba sur la tête. Une clef, si j'en croyais mes doigts, qui s'en saisirent instinctivement. Le rire dément d'un animateur me fit frémir. On jouait avec nous et je détestais être une marionnette. De plus, si je restais ainsi trop longtemps quelqu'un finirait par crier mon nom dans la foule agglutiner pour voir le combat à mort. Glissant la clef jusqu'à la serrure, je savourais le fait de retrouver mon entière liberté de mouvement, avant de me lancer dans une transformation brutale et sans élégance. Ma chair se tordit, mes os se brisèrent et je poussais un cri, qui se termina en longue plainte. Un hurlement à la lune plus rauque qu'un loup ordinaire. Ma silhouette frêle en comparaison des monstres qui luttaient, je me faufilais plus silencieuse qu'une ombre. Je voyais, je sentais le goût du sang frais et un ronronnement atypique se laissa entendre. Sous cette forme, je n'avais pas à être la douceur incarnée. Elle était mon instinct de survie à l'état pur. Remerciant le ciel de ne pas m’avoir transformé en bébé ours, je tournais autour d’eux. Cherchant une faille, un instant de distraction et je le trouve au bout de quelques minutes de lutte. L’ours se fait renverser, après avoir été lacéré aux fesses et le lion semble reprendre le contrôle. Mais, il ne me voit pas. Il est idiot, il ne flaire que l’énorme masse de muscle.

Rabaissant ma tête et m'approchant a pas feutré, je me jette sur ce qui balance entre ses deux jambes beaucoup trop écarter et je mords de toutes mes forces. Je m'y agrippe, alors qu'il panique. Il hurle et cours en tous sens, cherchant à me mordre et me griffer. Mais atteindre son entre jambe n'est pas aisée. J'ignore ce que fait mon allié du moment, ni pourquoi je me retrouve à le défendre, comme il m'a défendu. Je préfère me contenter de mordre les parties génital de ce lion typiquement homme. Ce n'est pas la douleur qui me prévient que je viens de m'envoler, c'est le bruit de déchirure. Ma victime a réussi d'un coup de patte à m'envoyer au loin, mais l'une de ses couilles m'a suivi. Elle pend à ma gueule lorsque je me relève et moi, je le fixe encore. Un sourcil soulevé. J'ai l'expression d'une louve fière et bitch sur les bords. Je semble dire ''Pas une grande perte, je te le dis! ''. Je relâche le morceau de viande, qui tombe dans un bruit mât et soulève un petit paquet de poussière. D’un coup de patte de l’envoi au loin et je souris de ma gueule de louve. Le message est clair, je ne suis pas là pour me faire démolir. Ni pour laisser l’ours faire tout le boulot. D’ailleurs, il était où le gros nounours?

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Lun 22 Juin - 1:13

Je n'ai pas tellement l'habitude qu'on m'abîme le cuir. Avouons le, sous ma forme de gros ours, j'ai pas vraiment de bestioles au dessus de moi dans l'échelle alimentaire (j'crois qu'on dit chaîne... Chaîne alimentaire, même si je ne comprends pas la logique de cette appellation, être au sommet de l'échelle alimentaire, c'est bien plus logique à mes yeux. Non ?). C'est la première fois que l'on déchire ma peau épaisse, ma graisse sous-jacente, que le sang poisseux imbibe ma fourrure. Il aurait pas pu me blesser le torse ou me taillader la cuisse, me laisser une cicatrice plus virile ? Parce que là on va croire qu'une ex hystérique m'a marqué le cul de ses ongles acérés, putain, de quoi avoir la classe quoi. J'vais même pas pouvoir m'asseoir tranquille. Alors que le lion hurle de douleur, je retombe sur mon flanc, m'hisse maladroitement sur mes 4 pattes massives et épaisses. Une de mes pattes arrières se plie légèrement. J'crois que cet enculé m'a griffé plus profondément que ce que je croyais au premier abord.

Je tourne le mufle vers la louve et cligne des yeux quand je vois ce qu'elle relâche, quand sa gueule effilée s'ouvre sur un nombre de crocs aiguisés impressionnants, tâchés de sang, comme celui qui dégouline entre les pattes du fauve, qui goutte au sol... Oh bon sang. Cette femme est redoutable. Je n'ose pas même imaginer la douleur que doit ressentir le lion en cet instant, c'est déjà un miracle qu'il ait survécu à une telle souffrance... faut croire que les skinchangers sont vraiment aussi résistants qu'on le dit. Je ravale ma salive en remuant mes oreilles rondes. Dire que j'avais pu oser la croire fragile... Mais cette armure de peau diaphane renfermait une bête sauvage, ce minois délicat dissimulait une véritable machine à tuer, la silhouette toute en délicatesse et en traits légers n'étaient que les échos de cet animal fougueux, libre qu'elle renfermait. Moi ? Tristement, mes deux formes n'sont pas si différentes l'une de l'autre au final. Si ce n'est que, dans l'une des deux, je peux me balader à poils sans risquer de finir en taule.

Le lion d'ailleurs ne fait plus tellement le fier. Il gronde, mais abaisse son croupion en une attitude soumise, cherchant probablement à trouver un moyen de calmer sa douleur. Ses pattes arrières restent repliées en une pitoyable attitude de défense alors que ses pattes avant semblent comme gratter le sol. Je ne réfléchis pas tellement et referme mes grosses pattes autour de sa taille, mes crocs saisissent déjà sa nuque, resserrent leur étreinte. Le lion tente de se cabrer, mais je me redresse puissamment sur mes pattes arrières, en profitant pour planter mes griffes dans la chair plus tendre de son ventre. Mes crocs larges abîment suffisamment sa gorge, malgré sa crinière, pour que son sang la poisse... Eh putain, quel goût dégueulasse ! Autant sous ma forme d'ours j'ai probablement aucun soucis avec ça mais avec ma conscience humaine, ce truc sur mes papilles mais pouah ! J'en relâche légèrement prise et le lion s'écarte de nouveau, bien plus blessé. Je retombe sur mes pattes avant mais il m'esquive de très peu et se traîne pitoyablement plus près des grilles, son sang coulant à flot de sa gorge sans parler de son entrejambe déchiqueté...
Cette fois, j'prends un peu le temps de réfléchir. Pas trop longtemps quand même. Je charge la bête avec toute ma force. Le lion rugit et se redresse de nouveau sur ses pattes arrières, souhaitant probablement les abattre sur ma gueule de tout son poids. Mais près de lui, je me redresse à mon tour et me jette de tout mon poids sur lui. Ses griffes se plantent dans mes épaules, sa gueule tente de me mordre la mienne, ses crocs sont près d'une de mes arcades sourcilières. Je tente de le pousser. Je tente d'enfoncer ces putains de barreaux. Il faudra les défoncer pour nous laisser sortir de là... Enfin me servir du lion comme bélier c'ptêt pas une bonne idée. Alors que mes crocs cherchent de nouveau sa gorge, ses pattes arrières viennent griffer les miennes, l'une d'elle griffe mon ventre et je finis par me reculer pour retomber sur mes pattes, le fauve en faisant de même, le dos rond, la gueule ouverte, baveuse et ensanglanté. Putain il m'a pas loupé non plus... j'me suis jamais battu contre un truc sauvage comme ça moi...

Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5901
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Jeu 25 Juin - 19:03

Frakshow
Gregory & Ange. Cirque, gentil cirque... Qui transforme notre vie en page d'un roman.


Deux mastodontes s'affrontent sous mon regard appartenant à ma louve et non plus à moi. Tant d'années passer sous cette forme ont passé, qu'aujourd'hui l'humaine et l'animal sont deux personnalités distincte qui se sont apprivoisés. Sous cette forme, elle me protège, elle est un peu mon dédoublement de personnalité. Elle envisage des choses que je ne pourrais jamais faire… Enfin, que je ne pouvais jamais faire. Désormais, je lui ressemble de plus en plus. Pousser par ma vie et les catastrophes de ce monde, j'ai fini par changer. Je sens la noirceur grandir dans mes pensées, aussi clairement que le sang qui me fait saliver. Le liquide poisseux coule de ma gueule, bien trop denté pour le bien de quiconque. En cet instant, je ne pense qu'à ma survie et ce que j'ai besoin de franchir comme limite pour la conquérir. Je ne peux m'empêcher d'être furieuse, alors même, que le lion peine à se reprendre de sa blessure que je lui ai infligé. L'ours se défend et m'aide de son mieux, mais je ne peux m'empêcher de rester sur mes gardes. Il n'est pas à l'aise dans ce combat et je tiens mordicus à ne pas mourir ici. Trop de choses sont en jeu, trop de personnes comptent sur moi. Le doux visage de Vittoria me rappelle que je ne suis pas qu'une carnivore en détresse. Seulement, je secoue la tête de façon négative, envoyant ma salive teintée de rouge s'étaler contre le visage le plus près. Des applaudissements me percutent, tandis que je ne bouge pas d'un centimètre. Le spectacle semble plaire et j'ai une vague pensée pour une ère lointaine et ses jeux de violences barbaresques. Le nom m'échappe, signe que je suis belle et bien sous le contrôle de ma louve qui n'a de yeux que pour le combat qui semble déraper. Je ne sais qui de mon ennemi ou mon peut-être allié est le plus mal en point. Quoi, qu'un rapide coup d'œil à la paire de couille déchiqueté m'indique une certaine réponse à cette question.

Un gémissement de douleur fait se redresser mes oreilles, qui se sont aplatie par menace. Silencieuse, je tourne autour des poids lourds, j'observe en restant à l'écart. Je n'aime pas qu'on m'oblige à devenir violente, sans que je ne puisse reconnaître que ma louve elle… Apprécie cet exercice. La chasse lui manque et je dois penser à lui offrir ce jeu plus souvent. Traquer quelque chose ou quelqu'un en ville. Pour le plaisir de savoir qu'il tomberait sous ses capacités. Ne plus la brimer autant que depuis que je suis devenue une porte-parole émérite. Insensible à une quelconque forme de douleur, même ainsi vêtu de poils, je ne prends pas la peine de me demander si je suis mortellement blessé. Cette pensée ne me traverse pas l'esprit. Je sais que c'est idiot, que de toute, je suis celle qui devrait y porter le plus grand soin. Enfin… Le monstre tout en graisse recule et l'odeur d'une nouvelle plaie m'informe qu'il n'est définitivement pas à son meilleur. M'abaissant en douceur, mes oreilles retrouvant leur place contre mon crâne, je m'élance. Me faufilant entre ses deux mammouths. Je trouve une ouverture facilement et me glisse entre les pattes de mon allié, avant de me jeter contre le poitrail du lion. Sa noirceur ne m'aide pas à trouver une faille, mais vu son état je n'en ai que faire. La surprise, la douleur et le sang qui n'arrête pas de couler de ses plaies me permettent de le renverser. Sur son ventre en reine victorieuse, couverte du sang des autres, j'attaque sa gorge, là où des crocs ont déjà entaillé sa chaire. Je n'ai que peu à faire, l'épuisement a raison de ma proie et de mon bourreau. C'est sur ma langue que je sens le dernier battement de son pouls, une sensation exceptionnelle qui enivre ma part animal. Ce qui ne devrait surprendre personne, ayant vécu plus longtemps sous cette forme qu'en femme, j'ai appris à ne plus réfléchir avec mon cerveau humain et leurs valeurs. Mon museau farfouille dans la blessure un instant avant que je ne bondisse pour m'éloigner et vienne tournoyer autour de celui qui m'a aidée. J'ai le dos voûté et je ne peux m'empêcher d'être sur la défensive. Pourtant, d'un coup d'épaule je cherche à le soutenir. En signe de gratitude, parce que quelque part ma louve a aussi de l'amour à offrir. Pour peu, je me serais bien assise sagement, la langue pendante pour ressembler à un chien inoffensif. Mais, mon physique particulier m'en empêchait. D'autant plus, que j'ignorais ce qui nous attendait encore. Je doutais que nous nous en sortions à si bon compte et l'espérait tout à la fois.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité






MessageSujet: Re: {Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW   Mer 8 Juil - 8:43

Elle a bondi. Comme une flèche, elle s'est plantée dans la gorge du lion, a réussi à le terrasser. Je me recule, alors que mon sang coule. La foule est en délires. Ils hurlent. J'en ai mal au crâne. Je ne sais pas vraiment ce qu'ils comptent nous faire. Je sais pas... Du tout ce qu'il va se passer. Mais je ne veux pas attendre. Je réunis toutes mes dernières forces et m'élance vers les barreaux. Je me jette sur ces derniers de tout mon poids, poids qui suffit à ce qu'ils plient... Je rugis et je crois que l'on tente de me tirer dessus, en tous cas, j'entends plusieurs détonations et une me déchire l'épaule, m'arrachant un gémissement de douleurs. Mais elle et moi... On doit sortir d'ici. Ou on va nous balancer un autre truc à tuer, voire on va nous zigouiller, p't'être même qu'on va nous forcer à nous entretuer. Je plante mes pattes fermement dans le sable, j'appuie comme un fou sur ces fichues barreaux qui nous retiennent, ces barreaux qui commencent à ployer sous ma masse. Je me recule légèrement, laissant une ouverture suffisante pour que l'agile et fine louve puisse s'échapper par là. Pour moi, il va falloir un trou beaucoup plus gros que ça... De toute façon, on ne pourra pas rester là plus longtemps. Je suis déjà dans un sale état et si la louve sait se défendre, moi, sous cette forme, contrairement aux apparences, ce n'est pas vraiment le cas. Au contraire, je suis même plus maladroit. Mais au moins, je suis bien plus fort, bien plus résistant. Je prie le Dieu des Ours pour avoir la force de m'échapper et de me traîner jusqu'à un lieu de soin : ça s'avère plus que nécessaire, là.

Je me redresse sur mes pattes arrières et m'affale lourdement, de tout mon poids, une fois de plus, sur la prison qui nous retient. Les hurlements de joie sont devenus des cris de protestations, certains laissent échapper des hurlements de frayeur ou saisissent des armes. Je veux juste sortir d'ici. Je crois que si j'avais repris forme humaine, j'aurais succombé depuis longtemps vu tout le sang que je perds, vu les blessures que j'ai, vu les balles qu'on va probablement tenter de me tirer dessus. À moins que la louve ne me sauve de nouveau la vie ? Je ne sais pas. Puis c'pas le temps de réfléchir, mais celui d'agir. Alors je force, je piétine, je lutte. Et la prison finit par céder dans un craquement lugubre, quelques barres tombent lourdement sur les hommes près de nous.

Et je m'élance. Lourdement. Je charge, sans réfléchir, je fonce dans le tas sans chercher à attaquer, à me défendre, je me contente de bousculer violemment tous ceux sur mon chemin, à grands coups de tête, d'épaules ou de pattes. Il faut fuir. Il le faut. Je profite de la surprise causée par la brisure de la cage et la probable danse mortelle de ma surprenante alliée pour réussir à me jeter de nouveau sur l'un des supports du chapiteau. Le poteau de bois se brise en deux et une partie de ce toit de fortune s'écroule. Je suis en sang, ma fourrure est poissée comme jamais, la douleur me bouscule, me malmène, me pousse à avancer, tant et si bien que je finis par en perdre la tête. Le grizzli prend le dessus. J'ignore ce qu'il se passe... mais quand j'ouvre les yeux, je suis loin, très loin de tout ce massacre. Je suis à l'hôpital. À espérer... Que la redoutable louve se porte bien.

PS : Pardon du petit post qui abrège pas mal notre rp... Je pars du forum et je voulais répondre au plus vite pour conclure notre RP ;; Tu vas me manquer ma jolie nymphe :coeur : Je suis heureuse de garder contact avec toi !
Revenir en haut Aller en bas
 

{Ange/Gregory} ϟ FREAKSHOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poussière d'Ange.
» Mon ange gradien
» * spaceangel . l'ange venu du ciel ;) : 100%
» l'ange noir débarque!!!!!
» Ange ou Démon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-