AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bad blood (kyran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: bad blood (kyran)   Sam 14 Mar - 18:59

bad blood.
(kyran/beth)

Etre une flic de terrain n'a rien d'une sinécure. Lorsqu'on s'appelle Beth Hart et qu'on s'obstine à vouloir résoudre une série de meurtres depuis plusieurs semaines, ça l'est encore moins. L'enquête avance, petit à petit, c'est du moins ce dont elle essaie de se convaincre pour réussir à trouver le sommeil la nuit. Mais les images reviennent, inexorablement, se fraient un chemin jusqu'à ses rêves pour les hanter de sang, de yeux exorbités par la peur, de cadavres dont les bleus se dessinent encore nettement. Chaque nuit, les mêmes cauchemars qui la font se réveiller en sursaut, le cœur battant, la main cherchant frénétiquement son verre d'eau sur la table de nuit. Se dire qu'elle progresse, qu'elle s'approche du coupable, est la seule chose qui lui permette encore de pouvoir se rendormir et d'espérer que Morphée se montre plus conciliante. Elle prie même parfois pour des nuits sans rêves, tout, plutôt que ces images glaçantes d'effroi qui n'ont de cesse de se faufiler insidieusement dans sa tête. Beth se dédie corps et âme à son enquête, au mépris parfois (souvent) du bon sens ou de sa propre intégrité physique et mentale. Pas plus tard qu'hier, un collègue l'a retrouvée dans son bureau à quatre heures du matin, les yeux injectés de sang, le corps tremblant à cause d'une surdose de café. Elle n'en a pas le moindre souvenir, sait seulement, d'après ce qu'on lui a raconté, que ses phrases n'avaient aucun sens, aucune cohérence logique, qu'elle avait l'air d'une démente et qu'il fallait qu'elle se repose. Elle aurait du le leur dire, qu'elle ne trouverait aucun repos avant d'avoir retrouvé ce monstre et de l'avoir fait enfermer. Un nouvel indice, mince mais bien réel, est venu s'ajouter à la longue liste qu'elle possède déjà et qui ne la mènent à rien. Chacune de ses convictions se voit ébranlée puis réduite à néant. C'est un cercle vicieux qui ne connaît pas de fin. Mais cet indice-ci est plus concret que tous ceux qu'elle a eu jusqu'à présent, et réveille la sensation familière de l'instinct primant sur le reste. C'est pour cela que Beth est une bonne flic : parce qu'elle sait faire confiance à son instinct et que celui-ci se trompe rarement. C'est lui qui la guide systématiquement, et les preuves ne sont là que pour accréditer cet instinct et lui donner de la valeur. La piste en question est légère : quelqu'un a entendu parler d'un type qui a entendu parler d'un type... on connait le refrain. Mais Beth possède une adresse, un bar glauque situé dans le quartier de Storyville, terrain de chasse des prostituées de la ville et des mecs louches. Elle ne devrait pas être surprise, finalement, prenez l'endroit le plus malfamé de la Nouvelle-Orléans et vous trouverez généralement des réponses à vos questions. Peu de femmes, et surtout peu de femmes dans le genre de Beth, s'aventureraient dans un tel endroit, mais Beth n'a jamais manqué d'une certaine audace, même lorsqu'elle était enfant. Prendre des risques lui est égal, à partir du moment où ils sont soupesés et se révèlent d'une redoutable efficacité. On lui a dit de poser des questions à un type qui se rend dans ce bar tous les soirs, qu'il aurait probablement quelques informations sur cette série de meurtres. Beth n'a pas besoin de plus que ça pour se décider à s'y rendre. Elle a prévenu Kyran, conscience oblige, mais n'attend certainement pas que monsieur daigne la gratifier de sa présence. Il aura probablement mieux à faire de sa soirée, quoi exactement, elle n'en est pas certaine, mais définitivement pas de venir sur le terrain pour résoudre une enquête qui ne semble pas le passionner outre mesure (rien de très surprenant là-dedans).

La moiteur de la ville n'a pas disparu avec la tombée de la nuit. C'est même pire : la chaleur n'est plus due au soleil que l'on sent frapper sur les épaules, cette fois. Elle est là, répandue comme une vague oppressante et les corps qui s'agitent ne font rien pour atténuer cette sensation. Ce n'est pas vraiment dans ses habitudes de procéder de la sorte. Beth préfère l'action en plein jour, et dans des endroits probablement plus dangereux, mais moins sordides. Ici, elle le sait, le terrain ne sera pas à son avantage. Ca n'a pas grande importance. Le résultat. Il n'y a que ça, qui a de l'importance. Ses pas l'amènent directement face à la devanture du bar recherché, auréolé d'un néon qui a perdu de sa splendeur : deux lettres sur six ne sont plus éclairées, conférant à l'endroit une atmosphère pesante et inconfortable. Il lui en faut plus pour être impressionnée cependant, et sa main toujours posée sur son flingue l'aide grandement à rester calme. L'objectif est relativement simple : entrer dans le bar, chercher le mec qui pourra la renseigner, l'interroger, se montrer plus ferme s'il n'est pas coopératif, éventuellement sortir son flingue si la situation l'exige, obtenir l'information (un nom, de préférence), ressortir comme si de rien n'était, rentrer chez elle et espérer que l'avancée sera assez significative pour lui permettre d'enfin dormir. Elle s'apprête à pénétrer dans le bar en sous-sol quand une présence derrière elle la fait se figer. Instinctivement, ses doigts pressent plus fortement la crosse de son revolver et elle ne la lâche qu'en reconnaissant la voix distincte de son partenaire. « Quel dommage, tu n'aurais pas parlé, j'aurais pu te buter par accident et plaider la légitime défense » soupire-t-elle. La présence de Kyran ne contribue pas à l'aider, bien au contraire. Il a prouvé à maintes reprises qu'il était imprévisible. Or Beth n'aime pas ce qu'elle ne peut pas prévoir, il lui faut garder le contrôle en toutes circonstances et lui ne se montre pas vraiment enclin à de telles considérations. Au lieu de cela, il prend généralement un malin plaisir à la faire tourner en bourrique, quitte à foutre en l'air son investigation simplement pour la voir sortir de ses gonds – ce qui un peu trop souvent. « Attends, tu es venu pour me prêter main forte ou pour te taper l'une de ces femmes raffinées qui traînent dans le quartier ? » Parce qu'elle n'en serait même pas surprise. Ce serait même plus plausible que de le savoir ici pour réellement l'aider. Quand bien même, elle ne lui accorderait qu'une confiance des plus sommaires, le crétin serait capable de la laisser tomber pour aller commander un whisky au bar. Elle décide donc, en accord avec elle-même, d'ignorer scrupuleusement sa présence et de continuer sa mission comme prévu. Une tâche qui s'annonce ardue, compte tenu de la propension de Kyran à la rendre dingue. Et pas dans le bon sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 8392
↳ Points : 338
↳ Date d'inscription : 31/08/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jonathan Rhys-Meyers
↳ Age du Personnage : 37 ans d'apparence, 177 ans en réalité
↳ Métier : Mafieux influent, fondateur de la Nemesis
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
THE ROLLING STONES - satisfaction | PUSCIFER - the undertaker | 30 STM - the kill | PAPA ROACH - getting away with murder | DEPECHE MODE - wrong | LINKIN PARK - castle of glass | IMAGINE DRAGONS - shots | THE KILLERS - shot at the night | HURTS - somebody to die for | BLACK LAB - this night

↳ Citation : « Nous sommes tous frères sous la peau, et j'aimerais écorcher l'humanité pour le prouver. »
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : Navajowhite



Feuille de perso
↳ Copyright: Cyrine & Pathos & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: bad blood (kyran)   Sam 28 Mar - 14:31

Il avait hésité, à venir se perdre dans les bas-fonds de la ville pour le bien de l’enquête. A ignorer superbement le message laissé par sa chef, et ainsi asseoir la piètre opinion qu’elle pouvait déjà avoir de lui. Fortement. Convaincu qu’elle n’en attendait pas moins, et ne l’avait prévenu que par pur professionnalisme. Qu’elle espérait très certainement qu’il n’en prendrait pas connaissance à temps ou ferait semblant de ne pas l’avoir lu. Mais si l’idée de ne pas la décevoir était tentante, pour ne pas dire alléchante, s’éloigner de son manoir était salutaire. S’enfermer dans un rôle factice valait mieux que de continuer à errer chez lui comme un lion en cage. Rongé par un magma indéchiffrable de rancœur, de remords et de crainte. Valait mieux que de se servir un verre, et d’en contempler la liqueur dorée sans y toucher, comme à l’accoutumée. L’odeur âcre qui s’infiltrait dans ses narines suffisait toujours à lui retourner l'estomac, sans qu’il ait besoin de porter le cristal à ses lippes pour se tordre les boyaux avec. Faisant remonter au bord de ses lèvres tous ces souvenirs d’enfance putrides, malsains au possible. Le geste malheureux qui s’est abattu contre la pommette de son frère le hante. Une main glaciale ne cesse de venir remuer ses entrailles avariées, remuant tout ce qu’il s’était vainement évertué à enfouir profondément en lui. Le dernier fil qui l'éloignait encore du monstre qui leur servait de géniteur a été sectionné, et les démons affluent. Inondent son esprit détraqué pour le réduire en miettes sanglantes. Et ils continuent de se précipiter, toujours plus nombreux alors même qu’il a abandonné sa prison dorée pour la nuit et longe les ruelles corrompues de Storyville.

Face au bar miteux, la silhouette enjôleuse de Beth se découpe dans l’obscurité. Postée devant la façade sordide, à peine éclairée par les quatre pauvres néons qui daignent toujours fonctionner. « - Alors Hart, on a la trouille d’entrer seule ? » Siffle-t-il d’une voix haute et claire, pour se faire identifier par la jeune femme. Il sait qu’il n’en est rien. Elle a plus de cran que la plupart des hommes de main qui travaillent sous ses ordres. Pour autant, il prend un malin plaisir à la faire passer pour plus faible et mijaurée qu’elle ne le sera jamais. La riposte ne tarde pas à tomber et lui faire esquisser un sourire sardonique. « - Et saccager toute seule la mission en perdant ta soirée à la morgue ? C’est vrai que ça aurait été très intelligent de ta part. Je vais finir par croire qu’un des légistes t’a tapé dans l’œil. » Le scandinave emprunte volontairement un ton mielleux pour hérisser les nerfs de la brune incendiaire, cherche à accentuer l’agacement viscéral qu’il sent déjà poindre. L’acier imperturbable de ses rétines se fait déchirer furtivement par la colère, alors qu’il évoque l’avant-dernière demeure des cadavres, et le personnel qui y sévit. Les mentionner fait inévitablement rejaillir sa rancune vivace envers Aleksi de la fosse qui lui fait office de crâne. Et la langue beaucoup trop pendue du finlandais. Il s’efforce de la chasser aussitôt en se concentrant sur la flic, mais les piqures de colère font tressaillir son échine l’espace d’un instant.

Les derniers misérables mètres qui les séparent sont rompus, et il piétine sans vergogne la distance réglementaire de sécurité. « - Eh bien si on peut joindre l’utile à l’agréable, ce serait dommage de s’en priver… Tu serais surprise du nombre de confidences qui peuvent se faire sur l’oreiller. »  Susurre t’il près de l’oreille du lieutenant, frôlant son dos pour la contourner et se retrouver finalement juste devant elle. Le sale gosse provoque, tire les ficelles pour voir jusqu’à quel point elles peuvent se tendre sans rompre. S’habille d’une nonchalance qui jure violemment avec le sérieux de sa partenaire d’infortune. Il le sait pourtant, que cette affaire lui tient particulièrement à cœur et qu’il ne devrait pas trop plaisanter avec ça. Et au fond, malgré tout ce qu’il peut en dire ou en penser, la morsure s’est étendue jusqu’à sa propre peau. Le lien charnel qui le rapproche des victimes se répète trop systématiquement pour qu’il parvienne à s’en moquer. Mais son cerveau se braque, refuse d’utiliser la clef qu’il a dans les mains depuis le début, et qui donnerait un visage atrocement familier au responsable de cette affreuse boucherie. « - Alors, c’est quoi le plan ? » L’escroc se racle la gorge et ses prunelles acérées dérivent vers la poitrine avantageuse de Beth. Il se rince l’œil sans la moindre finesse, et sans tenter le moins du monde à s’en cacher. Décidé à ne pas déroger à ses habitudes puantes de machiste invétéré. Quitte à grossir le trait et à se montrer bien plus rustre qu’il ne l’est en temps normal. « - Tu devrais songer à dégrafer ton chemisier, apprêtée comme t’es, tu ne risques pas de te fondre dans le décor. » Elle fait tâche dans cet endroit rongé par le vice. Il est clair pour lui qu’elle n’y appartient pas, même s’il ne nie pas qu’elle saura mater toutes les raclures qui baignent allègrement dans cette mare de crasse. Courageux mais pas téméraire, le suicidaire renonce toutefois à défaire un bouton lui-même. Elle a toujours la main sur son arme de service, et une balle perdue est vite partie. Contrairement à elle, le mafieux est dans son élément et pourtant, ce simple fait le dérange. L’atout relève davantage du handicap. Quelqu’un pourrait le reconnaitre, et mettre à mal la couverture précaire qui dissimule ses activités illicites. Elle ne se ferait pas prier pour le coffrer, il s’en doute bien. Ils sont encore loin de la relation de confiance mutuelle qui devrait exister entre deux collègues aussi souvent amenés à enquêter ensemble. Constamment sur leurs gardes, à se regarder en chiens de faïence. Hostiles, venimeux et méfiants. Mais même s'il répugne à l'admettre, sa supérieure castratrice ne lui est plus aussi antipathique qu'aux prémices de leur collaboration forcée.

_________________
I've got blood on my name
There's a reckoning a'comin. And it burns beyond the grave. With lead inside my belly. Cause my soul has lost its way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t876-kyran-chaos-isn-t
 

bad blood (kyran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche co admin - forum RPG True Blood [Urgent]
» Alexander Skarsgård, Stephen Moyer, Rutina Wesley... - URGENT TRUE BLOOD
» BLOOD AND GLORY (27/07)
» Configuration bbox pour le jeu PC blood bowl édition légendaire . Port16962
» Blood Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-