AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La folie des sens. [PV Anger]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: La folie des sens. [PV Anger]   Jeu 26 Mar 2015 - 22:41

La folie, la crasse. Chayton s'était levé ce matin-là plus déprimé que jamais. Il avait passé sa nuit dans le bayou, mais il n'en pouvait plus. Il était sous le pouvoir de Gawain et cela le rendait fou. Pourtant il n'avait prévu aucune rébellion, subissant les choses de ce monde. Le combat dans le cirque lui avait encore plus marqué la peau et l'ancien esclave ne savait pas quoi faire. Le regard dans le vague, il se demandait bien s'il n'aurait pas mieux temps de se droguer pour effacer sa mémoire. L'argent des vols lui permettrait de s'envoyer des doses. Mais malgré tous ces malheurs, il ne s'était jamais drogué de sa vie. Il aurait pu, s'offrir un petit nuage chimérique pour mieux respirer. Le skinchanger sortit avec souplesse par la fenêtre. Les alligators et les rares zombies présents étaient ces voisins de palier. Chayton ne s'attarda pas dans les parages, empruntant le chemin pour se diriger vers la ville. Durant le trajet, il arrangea sa tenue et ses cheveux, se dirigea vers le nord de la cité. C'était le quartier le plus miteux, mais c'était celui-ci où il y avait sa planque de voleur avec Nikolaas. Le skinchanger n'utilisait pas tout cet espace en temps normal, donc cela ne le dérangeait pas de partager.

De manière générale, il avait besoin de dormir dans la nature même s'il savait que ce n'était plus une protection et que Gawain pouvait aisément l'y retrouver. Cela rendait fout le changeur aux deux formes. Il savait qu'il était fini, mais avait l'espoir fou de s'en sortir. C'était débile, bien entendu. Tout ceci était débile. Il ignorait les appels des prostituées, désespérées qu'elles étaient. Les meurtres des leurs continuaient. Le léopard était désolé pour elles, mais il ne payerait pas pour du sexe. Il avait oublié ce que cela faisait de faire l'amour. Il n'avait plus fait l'amour depuis près de dix ans. Chayton n'était même plus sûr de savoir comment aimer quelqu'un. Une fois douché et les habits changés, il prit quelques billets dans une planque et arpenta les rues salles. A la place de se droguer, pour une raison incongrue, il termina dans la boîte de strip-tease du quartier. Ce n'était pas son genre d'habitude de se rendre dans ce genre d'endroit, il n'était pas ce genre d'homme, qu'il croyait. Bientôt Chayton fut comme tous ces minables, une bière à la main à regarder les filles se déhancher. Il regardait les courbes sans vraiment les comprendre. Pour lui c'était une autre langue, une langue qu'il ne parlait pas.

Une langue inaccessible. Il repoussa les mèches qui recouvraient son front, pensif, tandis qu'il continuait de regarder la danseuse qui se déhanchait devant lui. Mais un bruit attira son attention, l'une des filles protestait face à un homme un peu trop alcoolisé. Chayton n'allait pas bien dans sa tête aujourd'hui, clairement pas. Ce fut probablement à cause de cela qu'il se leva et s'approcha du duo.

« Lâchez-la. »

Sa voix était grave, claire, mais cassée, fatiguée. Mal lui en pris car il se prit une droite bien fait vite fait avant qu'il n'eut le temps de dire ouf. Le skinchanger bouscula un autre homme qui semblait plus jeune que lui. Une lueur anima le regard de Chayton.

« Désolé, c'est l'autre c** 
- Qui tu traites de c** ?! »

S'adressa à lui le client. Le prédateur ne répondit rien, continuant de toiser l'inconnu. Il avait quelque chose qui attirait son attention, quelque chose qui ne s'expliquait pas. Bien entendu, l'homme ivre n'aimait pas ce silence et posa sa main brusquement sur son épaule. Chayton ne bougea pas, le fixant tandis que la fille reculait. Le skinchanger se demandait s'il allait prendre un coup et au final, il s'en fichait un peu. Aujourd'hui il ne se débattait même pas, il subissait, tout simplement. Il s'en foutait de prendre un coup. Il se contentait de fixer le bourreau, toujours proche de l'homme qu'il n'avait pas manqué de bousculer. Chayton avait une notion assez étriquée de l'espace privé, il s'en fichait de l'espace privé. C'était une notion inutile selon lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Jeu 2 Avr 2015 - 22:27

Maintenant qu’il était de nouveau calme, il n’avait aucune idée de ce qui avait bien pu l’amener ici. Une heure auparavant, il avait cru croiser Charisma au bras d’un homme dans les rues de la Nouvelle-Orléans, et la colère sourde qui dormait en lui s’était soudainement animée et avait eu sur lui bien plus d’emprise qu’il n’aurait pu le croire. Il avait dévasté son salon, déchiré la dernière photo d’elle qu’il possédait (qu’il avait d’ailleurs précieusement gardé tout ce temps, et ce malgré la haine farouche qu’il nourrissait maintenant pour la famille Draper), et s’était élancé dans les rues de chez lui dans l’idée de se venger de son dernier amour dans les draps d’une autre femme. Curieusement, c’était la boite de Strip-tease de la ville qui l’avait accueilli, et il se retrouvait là, assis sur un fauteuil de velours, à regarder des minettes se déhancher plus pour ses billets que pour ses beaux yeux. Une certaine forme de gêne le gagna, non pas qu’il n’aie jamais pu contempler sans vergogne les bibelots de ces dames, mais plutôt que sa morale concernant ce point était plutôt old school. C’était déjà trop tard, bien évidemment, car il avait payé une des demoiselles pour être sa danseuse personnelle pour la soirée, et ce avant de reprendre son sang-froid. Aussi ses joues rosirent-elle un peu, et il pria pour qu’on y voie là la marque de l’alcool et non de la prudence.

Elle s’appelait Rosa, et évidemment, elle était physiquement bien pourvue. En novice de l’art du plaisir qu’était Anger, l’envie d’aller plus loin le gagne bien vite, mais sachant qu’il ne le pouvait, il se lassa bien vite de la danse privée. Plutôt que de vexer la professionnelle, il laissa ses penser vagabonder pendant qu’elle s’occupait de lui. Il fit abstraction des autres clients, des autres danseuse, perdit son regard dans le vague et revit chaque instant marquant de sa seconde vie. Plus particulièrement, il s’attarda sur le jour où Neal avait découvert le pot aux roses, ou Charisma l’avait trahi pour son frère, et où il avait été expulsé de ce qu’il avait considéré comme son premier foyer, sa première famille. Une seconde vague de rage l’assaillit, et il la refoula tant bien que mal en lorgnant le décolleté de la danseuse. Après tout, Anger n’était pas moins homme que les autres, et il ne saurait être tout à fait insensible aux charmes du sexe opposé. Cependant, il fut tiré de ses pensées lorsqu’un homme le bouscula. Le sorcier leva des yeux interrogateurs vers l’inconnu, qui s’excusa bien vite.

«  - Désolé, c'est l'autre c**
Pas de souci.
- Qui tu traites de c** ?! »

Un troisième protagoniste s’était incrusté dans la conversation, aussi Anger fronça les sourcils. La situation lui échappait. Après une rapide analyse, il comprit cependant que l’homme était en état d’ivresse avancée, et qu’il martyrisait une des danseuses. L’ancien esclave envoya une petite mais néanmoins suffisante dose de peur à l’homme pour qu’il lâche la main de la femme d’étonnement, et prenne ses jambes à son cou. Anger adressa un sourire à l’inconnu puis à la danseuse, sans pour autant s’enquérir de l’état de cette dernière. Le social, très peu pour lui. Entre-temps, sa danseuse perso s’était arrêté, ce qui ne le dérangeait finalement pas plus que cela. Histoire de ne pas rester là bêtement, l’allemand réengagea la conversation.
« Une de vos connaissances personnelles où… ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Mar 7 Avr 2015 - 21:51

Il s'était attendu à une engueulade de la part de ce client, mais ce ne fut pas le cas. Il fut là à le fixer, un peu bêtement, il fallait bien l'avouer. Il ne s'attendait pas à ce que son agresseur fuit aussi vite, prenant ses jambes à son cou comme s'il avait le Diable à ses trousses. Personne n'y comprit rien. Ni lui, ni la danseuse martyrisée. Et encore moins la danseuse auprès de l'inconnu qui s'était arrêtée, elle semblait ennuyée. Chayton déglutit, se disant qu'il était de trop. La question de l'homme l'étonna, mais il y répondit.

« Un client violent... Je ne supporte pas la violence. »

Ça c'était dit. Il n'aimait pas quand on violentait les autres, il ne voyait pas pourquoi on devrait traiter des êtres humains ainsi, c'était cruel, tout simplement. A quoi cela servait-il d'être aussi cruel, hein ? Personne ne méritait la méchanceté gratuite, surtout pas ces filles qui passaient leurs temps à se déhancher pour quelques billets, c'était aussi misérable que la vie d'esclave. Peut-être que certaines rêvaient de cette vie, mais lui émettait de sérieux doutes. Qui voudrait réellement de cette vie, hein ? Il fallait bien les chercher et les compter sur les doigts d'une main pour le coup.

« Je ne voudrais pas vous déranger... Si vous êtes occupé, je peux partir. »

Il était poli Chayton, parfois même trop. Cela ne le dérangerait pas de dégager, il comprendrait tout à fait qu'il dérangeait. Cela arrivait après tout. Peut-être que cet inconnu voulait se faire la fille, allait la payer un peu plus pour obtenir quelque chose. On était dans un quartier de misère après tout. On pouvait tout acheter, tout obtenir quand on savait sortir le bon montant. Rien ne pouvait être refusé ici bas quand on mourrait de faim aussi facilement. La révolution était passée par là, l'ancien gouvernement était tombé, mais tout avait un prix. Le skinchanger n'était pas convaincu d'être plus libre qu'avant la rébellion. C'était juste un mirage, une illusion qu'on s'offrait pour se rendre heureux, soit-disant. Mais le bonheur existait-il vraiment ? Il se le demandait. Il était un homme libre, mais l'ancien esclave se sentait toujours aussi minable. Il devait juste se battre aujourd'hui pour obtenir son pain, rien de plus. Mais parfois il était fatigué de se battre. Il était complètement dans ses pensées quand il entendit un soupir.

C'était la femme qui soupirait. La danseuse était toujours parmi eux et ne manqua pas de toiser les deux hommes, se demandant bien ce qu'ils voulaient. Chayton fixa l'homme puis la danseuse.

« Je m'appelle Chayton et vous ? Vous voulez danser encore ? »

Il s'était présenté à l'homme pour ensuite passer à la femme. Elle le fixa, n'en croyant pas ses yeux. La naïveté pouvait coûter très chère. Chayton avait l'air terriblement naïf et jeune, mais en réalité, il ne l'était pas du tout. La naïveté lui avait été dérobée avant même d'être esclave. Il avait été un homme dur qui avait énormément souffert dans sa vie mine de rien. Bien entendu, ce n'était pas parce qu'on avait souffert qu'on devait être détestable avec tout le monde, c'était ce qu'il pensait. Il ne voyait clairement pas l'intérêt d'être affreux avec l'univers. L'univers n'était pas responsable de ses souffrances passées. Une seule personne avait été responsable, une sorcière. Comment aurait-il réagi s'il avait appris que cet homme non loin de lui qui lui semblait vaguement sympathique était en réalité un sorcier ? Il n'y avait aucun doute que le skinchanger prédateur ne l'aurait pas bien pris du tout. Au contraire, il serait probablement parti en hurlant au Diable.

On pouvait détester toute une espèce grâce – ou à cause – d'un seul individu. La magie de la haine, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Dim 17 Mai 2015 - 21:27

La violence, Anger était on ne peut plus familier avec. S’il y avait bien une émotion et une façon d’être qu’il maîtrisait, c’était celle-ci. Depuis son enfance, il avait passé jours et nuits à lutter pour survivre dans l’extrême agressivité qu’on réserve aux esclaves. Durant cette partie de sa vie, on lui avait enseigné la douleur, la soumission et on l’avait contraint au mutisme. Ensuite, lorsqu’il avait survécu au froid du nord et rejoint une tribu de sorciers, là encore on lui avait enseigné la magie dans la plus grande souffrance, car la magie noire ne s’apprend pas en s’amusant. Ses mentors, non pas peu fiers de leur doctrine, soutenaient mordicus qu’on retient une leçon avec un coup de fouet. Quelques années plus tard, il administrait sa vengeance aux clercs italiens, et finissait à Darkness Falls, un monde fait de brutalité. Cette vie qui ressemblait plus à un combat qu’à autre chose, il l’avait menée pendant plus de sept cent ans. Alors, oui, la violence était le fil conducteur qui lui avait toujours permis de rester debout. Sans elle, il était perdu. Mais tout ça, il ne pouvait le dire à un inconnu, aussi il hocha la tête envers l’homme, comme s’il comprenait parfaitement. Le monde était fait d’injustices, et il y avait longtemps qu’Anger ne luttait plus que pour lui-même et ses proches.

« Mais non, mais non. Au contraire. Profitons-en pour s’amuser à deux. »

Encore aujourd’hui, le nightkeeper se demande ce qu’il lui avait pris de dire cela. Déjà qu’il n’avait aucune idée de ce qui l’avait poussé à aller dans un bar de strip-tease, alors de là à profiter du spectacle avec un inconnu… En plus, il avait récemment goûté à une prostituée. Décidément, il franchissait régulièrement la ligne rouge de ses principes ces derniers temps. Intérieurement mal à l’aise, il se força à dévisager une des filles sans vergogne, jouant les habitués. Il se présenta à son tour « Anger, enchanté. » Il lui adressa un grand sourire. C’était sa façon habituelle de se présenter, car elle contenait un humour qu’il était le seul à comprendre. Sorcier, enchanté, m’voyez ? Bref. Il adressa un balayage de la main à la strip-teaseuse pour lui enjoindre de continuer. Après tout, il avait payé. Et puis, enfilant son costume d’habitué (ce qu’il n’était absolument pas, vous l’aurez compris), il engagea la conversation comme il le put.

« Vous venez souvent ici ? C’est la première fois que l’on se croise. »

Pour peu qu’il aie des lunettes de soleil, il se serait pris pour un mac. Il mentait comme on respire, renouant chaque jour un peu plus avec ses mauvaises habitudes depuis que Neal l’avait rejeté. Mais ô combien était-ce plus facile de déguiser la réalité plutôt que de se livrer à un anonyme ? Pour en revenir à l’incident qu’il venait de se produire, Anger ne doutait pas que c’était quelque chose de régulier dans un lieu miteux comme celui-ci. Les bonnes gens ne mettaient assurément pas les pieds ici. Il reluqua de nouveau la fille, plus pour attendre une réponse que par réelle conviction perverse, et s’accorda le droit de commander à boire pour lui et Chayton. Si la vie est faite de rencontres, il n’avait aucune idée de vers où celle-ci l’entraînait, et qui plus est il n’avait jamais été très friand des contacts humains. Haussant intérieurement ses épaules, il songea qu’il lui suffirait de l’attaquer magiquement si l’inconnu se révélait être dérangeant, tout comme il l’avait fait avec l’autre. Les remords, il les avait abandonnés pour mieux se protéger, maintenant que son coeur avait été meurtri une fois de plus. Nouvelle vie, mais l’homme était toujours le même enfoiré.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Lun 25 Mai 2015 - 22:34

Chayton ne savait pas vraiment ce qu'il faisait là. Il s'était perdu dans la boîte de strip-tease, rien d'autre. Du moins il ne pourrait pas dire cela. Sortir un tel mensonge ne servirait à rien et personne n'irait le croire après tout. Il réprimanda difficilement un tressaillement quand l'autre parla de s'amuser à deux. Il ne voulait pas s'amuser à deux, bien au contraire. Il ne voyait aucunement l'utilité de ce genre de pratique. Mais c'était lui qui avait engagé la conversation et avait parlé de déranger ou pas. A quoi s'était-il attendu ? Certainement pas à la sympathie de quelqu'un. Chayton était peu habitué à la gentillesse gratuite des gens, se demandant bien ce qui leur passait par la tête sincèrement. Anger, quel prénom particulier, mais le skinchanger hocha la tête et ne fit aucun commentaire. Il était un peu mal à l'aise, mais s'assit calmement tandis que la fille se mit à danser à nouveau quand le blond à ses côtés l'ordonna. Chayton ne faisait même pas semblant de regarder. Son regard passait à travers ce corps sans même s'y attarder.

Les plaisirs de la chair n'existaient plus pour lui depuis près de dix ans. Ce n'était pas faute de ne pas s'y intéresser. Mais c'était juste qu'en dix ans d'esclavage, il avait eu franchement d'autres choses à penser que cela. Ses pulsions avaient été là et étaient quasi mortes. Mais en voyant ce corps tout en courbe, cet appel de la chair, il se rappela un instant ce que c'était d'éteindre une femme. Mais il n'y avait plus aucune femme pour le satisfaire. Sa rencontre avec son nouveau maître Gawain avait achevé de tuer dans l’œuf son envie de liberté. A l'époque il avait été un homme fort et sûr de lui, mais aujourd'hui il n'était plus rien du tout. Il était une toute autre personne. Il gardait le même physique que dix ans auparavant, quoi que plus sec, mais sinon la personnalité était complètement brisée. Il tourna la tête vers son interlocuteur, sortant de ses pensées mauvaises.

« Pas vraiment, c'est la première fois. Je voulais juste voir, j'imagine. »

En réalité c'était faux. Il était venu se balader. Chayton tourna la tête vers la femme et cette fois-ci l'étudia du regard. Mais pas comme un homme regarde une femme, mais comme un prédateur regarde une proie. Son regard avait pris un éclat étrange, celle d'une bête, d'un alligator. Le skinchanger détourna le regard. Il ne contrôlait pas forcément bien sa nouvelle forme, mais d'habitude, il était plus submergé par les habitudes de son léopard que par celle du reptile. Ce fut à ce moment qu'il se rendit compte qu'il avait faim et qu'il serait bien d'accord pour chasser un coup. Il entendit Anger commander à boire pour eux et tourna vivement la tête vers lui.

« Ne vous donnez pas cette peine pour moi monsieur. Je ne bois pas beaucoup et je n'ai pas énormément d'argent. »

Il connaissait ce quartier par cœur pour y vivre avec Nikolaas, quand il n'était pas à dormir dans le Bayou dans une maison moisie. Il était un gars d'ici et d'ailleurs, la prostituée lui disait quelque chose. Il continua de la dévisager de longues minutes avant de la reconnaître par-dessous son maquillage qui masquait bien qui elle était réellement. Ils n'étaient pas du même immeuble, mais il l'avait déjà croisée au supermarché du coin. Si elle l'avait reconnu, elle faisait semblant de rien. D'un côté, quand on était du quartier et qu'on dansait ici, ne s'attendait-on pas un peu à croiser son voisin de quartier, hein ? Chayton en éprouva une grande gêne, mais le cacha bien. Il se contenta de se tortiller sur son siège. Il avait parlé d'une voix ferme à Anger, sans aucune forme d'hésitation. Il ne voulait juste pas avoir des problèmes. Il en avait suffisamment eu dans le quartier sans en rajouter une couche.

Il était très facile de s'attirer des ennuis, mais pour s'en sortir, c'était une toute autre histoire et il le savait bien. Alors, il préférait prévenir que guérir pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Sam 30 Mai 2015 - 17:06

Des années durant, il n’avait survécu qu’en se camouflant, prétendant être un tel ou un tel. A l’aise comme un poisson dans l’eau, il enfilait ce costume d’habitué sans souci. S’en était presque effrayant, cette facilité déconcertante qu’il avait pour mentir, pour se cacher derrière le masque d’une personnalité qui n’était pas sienne. Anger se prenait au jeu, prêtant pour la première fois depuis son arrivée attention à la danseuse. Il balayait cette femme d’un regard qui se voulait connaisseur ; c’était une brune, qu’on devinait bien moins jolie que ne voulait le faire prétendre les couches de maquillage, mais à qui on ne pouvait rien reprocher aux formes galbées de ses hanches et de ses seins. Le véritable Anger, il aurait été gêné de glisser de manière si inquisitrice ses yeux sur une personne du sexe opposé, personnage dont les années à vivre comme un animal n’avaient en rien entaché sa pudeur. Prudent, il n’insista pas plus sur son rôle, de peur que le masque tombe, et se concentra à nouveau sur Chayton. « Pas vraiment, c'est la première fois. Je voulais juste voir, j'imagine. » Oh, comme il le comprenait, cet homme innocent qui posait ses yeux pour la première fois sur ces femmes qui avait mis de côté leur amour-propre pour gagner de l’argent. Comme il savait ce que c’était de se sentir incommodé dans ce lieu si singulier. Lui-même n’y avait mis les pieds que parce qu’il pensait y oublier ses problèmes ; des billets, une danse, en échange d’un remède à son passé. Pensez-vous ! C’était si naïf de penser qu’il pouvait juste mettre de côté Charisma, alors qu’elle occupait toutes ses pensées.

« Vous inquiétez pas, c’est moi qui paie. » Ça lui coûtait cher, parfois, de se glisser dans la peau d’un autre. A l’encontre de ses principes, il attirait l’attention sur lui, alors qu’il devait se faire si discret pour survivre. Dans Treme, son nom était connu de la racaille locale ; on le craignait, l’évitait pour le dangereux sorcier qu’il était. Il avait été forcé de se faire un nom pour survivre, même s’il ne lui avait pas plu que son visage soit fiché, bien que ce soit de manière non officielle. Il appartenait au Gouvernement, mais ce dernier n’hésiterait pas à lui coller une balle dans les deux yeux s’il apprenait qu’il était sorcier. Il cligna des yeux un peu plus longuement que d’habitude à cette pensée troublante. C’est à ce moment là qu’un grand fracas se fit entendre à l’entrée, et Anger se retourna d’emblée, inquiet. Quoi encore? pensa t-il. Trois gros bras venaient de faire leur entrée dans le bar à strip-tease, des intentions mauvaises plein le regard, et le sorcier jeune d’apparence ne mit pas longtemps à comprendre : derrière eux, froussard, l’homme qu’il avait chassé au moment même où il avait rencontré Chayton se cachait en les pointant du doigt. Anger haussa les sourcils ; une vengeance ? Il en aurait presque ri tant s’était ridicule et typique de ce genre de personnages, mais le fait que cet incident allait le forcer à être sous le feu des projecteurs ne l’amusait point.

Du courage, il n’en avait aucun besoin, car ce n’était pas la peur de ces hommes qui le rendait inquiet. C’était le fait de graver son visage dans la mémoire de personnes, d’être connu et reconnu en tant que sorcier si jamais il venait à se battre, et d’avoir encore plus de difficultés à vivre qu’il n’en avait déjà. Il était venu ici dans l’idée de se changer les esprits, et tout ce qu’il récoltait était une nouvelle embrouille ; le destin s’acharnait. Il soupira. « Désolé Chayton, mais il semblerait qu’une nouvelle confrontation soit inévitable. » L’inconnu l’aiderait-il ? Peu lui importait, il n’avait pas vraiment besoin d’aide car il ne comptait pas se servir de ses muscles pour affronter les bodybuilders.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Ven 5 Juin 2015 - 22:32

Oui cela l'inquiétait que quelqu'un paie pour lui, mais il resta muet comme une carpe pour le coup. Inutile de se fatiguer pour rien. Un frémissement courut le long de son échine. Il était vraiment tombé sur la tête pour être dans ce genre de lieu. Qu'est-ce qu'il imaginait bon sang ! Chayton regardait la femme danser. Elle ne montrait aucun sentiment, elle restait froide, mais pas trop. Elle donnait envie, mais pas assez pour provoquer un scandale. Tout était en subtilité. C'était ainsi que cela se passait. Le petit voleur ignorait qu'il avait à côté de lui quelqu'un de connu dans le quartier. Chayton volait, mais en toute discrétion. Il ne voulait pas vraiment se faire un nom ici, il laissait Nikolaas s'amuser à cela. Il était juste un félin qui vaguait à ses occupations et qui ne comprenait pas grand chose à ce monde nouveau et compliqué. Pourquoi le monde était-il si compliqué au final ? Les règles étaient si différentes. Cela servait de servir quelqu'un, il y avait des choses qu'on ne faisait pas, l'autre les faisait pour nous. Mais même s'il avait Gawain comme nouveau maître, il continuait à se débrouiller.

Il avait besoin de cette indépendance pour se sentir vivant. De toute manière la vie semblait tellement ridicule quand on se transformait en animal. Il avait l'impression de vivre dans une toute autre réalité que les autres gens. Il se demandait comment les gens faisaient pour vivre sans voir tout ce qu'il y avait autour d'eux. Il était complètement dans ses pensées quand du bruit attira son attention. Il tourna la tête vers trois malabars avec le petit gringalet qu'ils s'étaient amusés à repousser. Super. Chayton était agacé par les gens et ce n'était rien de le dire. Il plissa les yeux de rage et fit claquer sa langue contre son palet. Il n'avait pas envie de se battre. S'il pouvait s'en sortir sans une égratignure, il serait très content. Même s'il guérissait plus vite qu'un humain, il avait ses limites. Les dernières blessures qu'il avait récolté avaient mises du temps à guérir.

Le skinchanger avait même encore mal à un bras. Il se massa la clavicule tandis que l'autre parla d'une nouvelle confrontation. Le léopard en lui réfléchissait vivement comment fuir. Il ne se bagarrait pas de front, pas face à autant d'adversaire.

« On peut la jouer maligne, vous savez. On peut les obliger à venir sur notre terrain. »

Il s'était levé calmement. La danseuse continuait de se dandiner comme si tout allait bien. Elle semblait si tranquille. Elle avait un énorme sourire sur la frimousse. Elle était si provocante à sa manière. Elle s'était mise à danser pour les autres hommes, tentant de les déconcentrer, clairement. Elle était de leur côté. Chayton sourit. Cela servait parfois d'être le voleur qui redonnait un peu de son fric à certains. Lui partageait en tout cas. Il ne planquait pas tout avec Nikolaas. Après tout, chacun avait une part et en faisait bien ce qu'il voulait. Le skinchanger se demanda si l'homme à ses côtés allait attaquer de front ou pas. C'était à Anger de décider. Lui avait décidé autre chose. Déjà il s'éloignait calmement dans les ombres ambiantes. Il semblait danser à chaque pas de manière extrêmement féline. Il pivota calmement sur ses hanches vers les individus. Une lueur animale se mit à briller dans son regard. Il avait bien envie de se battre finalement. Il se sentait plus fébrile que d'habitude à dire vrai. Un large sourire traversa son visage.

Il ne sut pas où était Anger et ce qu'il avait décidé très exactement de faire. En tout cas, un des molosses arriva jusqu'à lui. Il l'insulta vaguement, mais Chayton ne l'écoutait pas, nageant un peu dans du coton pour dire vrai. Il sautillait sur place. Ses sens plus développés l'aidaient à mieux affronter son adversaire. Cela ne ferait pas de lui le meilleur des combattants, mais bon. Il donna un coup de poing à son adversaire, s'en pris lui-même un. Il vit les étoiles et tituba quelques secondes, cherchant du regard Anger pour voir où il en était. Un coup le cueillit à l'estomac et il grogna. Il réussit l'exploit de garder son repas dans son ventre, mais il n'était pas content pour autant. Il donna un autre coup et cette fois-ci le donna réellement dans l'idée de se faire mal. Il entendit un craquement au lointain et se demanda qui se prenait une dérouillée. Pas lui en tout cas, c'était sûr. Par un étrange miracle, il réussit l'exploit de mettre au sol son adversaire. Les mains de Chayton étaient couvertes de sang et il tremblait tant il n'y croyait pas à son exploit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Sam 13 Juin 2015 - 12:42

« On peut la jouer maligne, vous savez. On peut les obliger à venir sur notre terrain. »Anger sourit. La stratégie, il la réservait aux pointures, aux véritables menaces. Cette embuscade menée sans finesse aucune ne valait pas même la peine qu’il réfléchisse. Il n’aurait qu’à foncer tête baissée, et il s’en tirerait à bon compte, il en était sûr. A l’idée d’échanger quelque coups, une excitation sauvage s’était emparée de lui, et révélait sa véritable nature. Sa part d’ombre, si grande qu’elle étouffait toute lumière en lui, l’enveloppa du plaisir pêché que lui procurait la violence. D’un geste vague de la main, il indiqua a Chayton qu’il allait s’en occuper sans plus de précautions. L’homme dans son dos s’était levé, aux aguets, et Anger sut qu’il se débrouillerait tout aussi bien que lui à la posture qu’il avait adoptée. Il hocha la tête. Après tout, les hommes faibles étaient voués à mourir dans ce monde impitoyable. Le sorcier reporta son attention sur les lascars, au nombre de trois. Chayton et lui étaient en infériorité numérique, mais le mage s’en contrefichait ; il les prenait à trois contre un s’il le fallait. Ses années d’expérience le rendaient suffisant ; il se pensait invincible, voire même intouchable. Sa conviction transparaissait dans la pose détendue qu’il tenait, au milieu des danseuses. Il était si calme que s’en était presque surréaliste.

Les hommes approchaient, et un sourire carnassier prit place sur sa bouille d’ange. Il les attendait de pied ferme, magie palpitant au bout de ses doigts. Si concentré, si impatient qu’il n’avait même pas remarqué que son acolyte de fortune avait disparu derrière lui. Il le comprit lorsqu’un des trois changea de trajectoire, le laissant seul face aux deux autres. Pauvres gars, pensa t-il. Il n’étaient pas tombés sur la bonne personne, car il comptait bien leur mettre une déculottée. Avant même qu’ils ne puissent l’invectiver de leur odieux reproches, Anger bondit en avant, et enfonça tête et épaules dans le thorax du premier, le renversant sur une des tables en bois. Ils s’écrasèrent l’un sur l’autre, et le magicien l’assaillit de magie pour le laisser groggy au sol. Mais le bougre était coriace et le projeta sur le côté. Le second, rapide pour sa stature, attrapa Anger au col et le souleva dans les airs, le tenant à distance suffisante pour que les crochets du sorcier brassent l’air. Farouche, Anger accrocha ses mains sur le bras du molosse et y planta ses ongles. Il projeta des images horribles dans l’esprit du bodybuilder et se dernier chancela sous l’impact mental. Profitant de cette chance, Anger desserra la prise sur ses vêtements et se laissa tomber au sol. Il roula sur lui-même et se releva prestement, souple comme un félin. Leur échauffourée retenait l’attention du bar entier, et recueillit même quelques cris épouvantés de la part des femmes danseuses. Rien de mieux qu’un public, il songea.

Mettre les deux hommes au tapis se révélait finalement plus compliqué que prévu. Tant mieux, il avait toujours aimé le challenge. Il espérait que, de son côté, Chayton s’en sortait. Ce n’était qu’un inconnu pour lui, mais ses motivations avaient été justes, et il lui semblait bien plus intelligent que ces gars là. Et s’il y avait bien une chose que le généticien avait en horreur, c’était la stupidité. Ses détracteurs lancèrent un nouvel assaut, déterminés à le réduire en miettes, mais il s’esquiva à leur étreinte et frappa d’un coup sec sur la clavicule du premier. Un craquement retentit, et Anger sourit. Moins un. L’autre, en rage, se rua sur lui et lui asséna un direct à la joue droite. Sonné, le magicien tituba en arrière. Sa frêle carrure avait toujours été un handicap. Il maugréa une injure datant d’une époque révolue et tomba sur les fesses. Ridicule. Wesley en aurait ri, c’était une évidence. «Amène toi qu’on en finisse ! » Il fallait mettre fin à la lutte rapidement, pour ensuite s’évanouir dans la nature.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Lun 22 Juin 2015 - 22:03

Chayton avait laissé l'autre homme dans son combat sans vraiment s'en préoccuper. Il avait mal aux endroits où il s'était reçu des coups. Mais il tenait bon. Il avait appris à ne pas vraiment écouter la douleur car cela ne servait rien. Il fallait faire la sourde oreille là-dessus bien souvent. Il n'avait pas fait attention à Anger. Mais à un moment, il se rendit compte que quelque chose clochait. En fait, il s'en rendit compte quand il le vit au sol. Il se dit que cela sentait vraiment le roussi même s'il ne savait pas vraiment comment réagir. L'homme était quelque peu hébété. Mais lentement, ses pieds firent le chemin pour lui et il se dirigea vers les deux protagonistes. Il savait très bien ce qu'il devait faire. Le félin au fond de lui tournait en rond et grondait. Il devait protéger son territoire. Ses poings se serrèrent. Il aurait pu laisser à Anger le soin d'en finir. Il ne le connaissait pas assez pour savoir s'il bafouait son honneur en décidant d'intervenir, mais pas le choix. Chayton enfonça son pied dans le dos de la crapule qui s'effondra au sol sans vraiment comprendre ce qui se passait. Pas de temps à perdre, ni à réfléchir.

Le skinchanger enfonça son pied dans l'estomac de son adversaire. Il entendit un bruit sec sans savoir si c'étaient ses sens qui lui avaient permis d'entendre cela ou si le bruit était suffisamment fort. Mais pas le temps de réfléchir, il donna un coup, encore et encore. Un grondement presque animal s'échappa de ses lèvres. Il aurait bien voulu croquer un bout de cette chair. L'alligator au fond de ses tripes était furieux et faisait claquer ses mâchoires. Mais ce n'était qu'une image mentale car aucune bête ne claquait des mâchoires dans son corps. C'était plus de comment vivait Chayton ses bêtes. Il ne le vivait pas bien, clairement pas. Finalement, il s'arrêta quand il entendit des pleures. Une des danseuses n'avait pu s'empêcher de lâcher quelques larmes. Le skinchanger s'arrêta et ne bougea pas. Il ne reconnaissait plus cet homme qu'il avait roué de coup sans vraiment réfléchir. Juste avec l'envie de bousiller. Il n'y avait pas plus simple que cela.

Il leva son regard foncé sur le blond et s'approcha de lui pour lui tendre une main couverte de sang pour l'aider à se redresser. Soit il décidait de la prendre, soit il décidait de faire sans, c'était au choix pour le coup.

« Il faut qu'on se tire et vite. »

Son regard était dur et sans aucune pitié. Chayton avait changé de personnalité soudainement. En réalité, il s'était enfermé dans son monde intérieur et il avait cédé la place à de vieux automatismes, de vieilles paroles qui sortaient automatiquement de sa bouche. C'était une manière comme une autre pour survivre et effacer le fait qu'il était un monstre. Il ne pourrait pas l'oublier et cela le hanterait probablement dans les prochains jours à venir. Alors il faisait semblant, il faisait l'air de rien. Le brun âgé ne savait pas si son adversaire allait se redresser ou pas, mais au fond il ne préférait même pas le savoir pour le coup. Il jeta un regard par-dessus son épaule, nerveux. Déjà Chayton se dirigeait vers la sortie avec un naturel presque terrifiant. A ce point-là, c'était une question de survie. Ce qui était sûr et certain, c'était qu'il n'allait pas remettre de sitôt les pieds dans ce bar à strip-tease, plutôt crever. Il poussa la porte d'entrée L'air frais balaya l'odeur de sang et il prit une grande goulée d'air avant de tourner la tête vers Anger. Il ne savait pas s'il devait le considérer comme un ami.

Il savait juste qu'on devait énormément se méfier dans ce quartier sous peine de mourir rapidement. Il le regarda de haut en bas.

« Tout va bien ? »

Chayton savait qu'il était trop gentil, mais c'était tout simplement plus fort que lui. Il n'avait pas pu empêcher la phrase de franchir la barrière de ses lèvres. Pourquoi se retenir là-dessus après tout ? Un sourire tendre lui échappa. Un sourire qui pourtant, ne remontait pas jusqu'aux yeux. Un sourire d'un homme extrêmement fatigué par les épreuves de la vie. Il ne pouvait pas proposer au blond de venir dans sa planque. Sa planque avec Nikolaas, il y veillait jalousement. Ils avaient déjà failli crever une fois à cause d'un voisin psychopathe. La preuve que ce quartier rendait complètement fou.

« Tu sais où on pourrait se poser pour se soigner ? »

Maintenant qu'il était loin de l'agitation du bar, il pouvait bien sentir son arcade sourcilière qui pulsait de douleur. Une grimace étira ses lèvres. Cela faisait un mal de chien, en plus de laisser de jolie trace de sang. Mais rien de bien grave, juste impressionnant visuellement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Mer 8 Juil 2015 - 21:07

Finalement, il ne se débrouillait pas si bien qu’il l’avait cru. Force était d’admettre qu’il avait pris quelques coups, et qu’il prenait bien plus de temps que ce qu’il aurait voulu. Il s’était ramolli, à force de ne pas pratiquer, c’était certain. Elle était loin, la forme olympique qu’il tenait à Darkness Falls, dans cet enfer miniature où chaque jour était un défi pour survivre. L’homme lui tomba dessus et ils s’échangèrent coup pour coup, l’un animé par le désir de venger sa clique, l’autre possédé par un instinct de survie féroce. La lutte était compliquée, jusqu’à ce qu’un troisième protagoniste prenne le parti d’Anger et le défende. Chayton. Anger soupira de contentement lorsque son camarade de fortune le débarrassa du molosse et se laissa rouler à terre contre la fraîcheur du carrelage. Il allait se relever pour lui venir en aide et vite au finir, mais lorsqu’il croisa le regard du concerné, un frisson lui parcourut l’échine. Ce dernier dégageait une détermination presque bestiale, quelque chose de quasiment mauvais qui n’engageait pas à aller lui prêter main forte. Pourtant pas couard, Anger resta en retrait et observa la scène. L’homme qu’il venait de rencontrer arborait un visage bien différent que la prétendue timidité qu’il lui avait montrée. Intrigué, la curiosité céda à l’effroi passager qui s’était emparé de lui. Chayton devint un véritable monstre, écrasant sous sa force l’homme pour qui Anger nourrissait une certaine pitié. Il l’écrasa de son pied avec frénésie, et ce qu’il n’avait pu lui briser comme os de ses jambes, il les brisa de ses mains, littéralement. Des craquements successifs retentirent, provoquant quelques larmes parmi la fragilité toute féminine des danseuses. L’homme aux pieds de Chayton n’était plus le même que quelques secondes auparavant, totalement défiguré.

« Il faut qu'on se tire et vite. » Anger reprit ses esprits et opina du chef. Il composa son visage en un masque de fermeté, et entreprit de prendre la fuite avec Chayton. Dans sa précipitation, il oublia de payer les danseuses, mais c’était alors le cadet de ses soucis. La police de ville pouvait surgir à tout moment, et il ne leur fallait absolument pas se faire prendre. Sinon, s’en était fini d’eux. Ils filèrent à l’anglaise, rapidement et sans bruit, laissant derrière eux des hommes à terre et le vacarme affolé des danseuses. Au moment où ils passèrent le cadrant de la porte, Chayton marqua une pause et observa Anger. « Tout va bien ? » Le généticien grogna et répondit  « Vous en faites pas pour moi. » Constatant qu’il lui souriait, il lui rendit un sourire tout aussi las que le sien. Sept cent années à fouler ce sol, et c’était toujours la même galère. « Tu sais où on pourrait se poser pour se soigner ? » Ils se tutoyaient finalement. Affronter les mêmes lascars, ça crée des liens. «Suis moi. » il répondit en observant la même familiarité que l’homme. Sans plus attendre, ils prirent leur jambes à leur cou, courant ensemble alors que le plus intelligent aurait été de se séparer, surtout qu’ils ne se connaissaient pas et qu’il n’y avait pas d’intérêt dans l’immédiat à garder contact. Mais dans la précipitation, l’affolement l’avait emporté sur la raison de manière évidente, et ils désiraient se soigner. Anger prit la tête dans ce dédale de rues qu’il connaissait si bien à force d’y traîner avec Wesley en recherche de bagarres. C’était également le quartier où il habitait. Anger, bien qu’un peu amoché, faisait l’effort de se tenir droit et de mener son nouveau compagnon en lieu sûr pour qu’ils prennent le temps de faire quelques bandages.

Le lieu le plus sûr, ça restait encore son appartement. Cependant, ne voulant mener un parfait inconnu à son domicile, Anger prit le parti de le laisser en bas. Quelques minutes plus tard, ils se retrouvaient au pied de la tour. Pour les y mener, il avait pris le chemin le plus prudent. « Reste-là, je vais chercher de quoi nous soigner. » Anger était le plus mal en point des deux, même s’il n’osait se l’avouer. Il inspecta les environs, et plaça tout de même une barrière d’alerte magique autour de Chayton. Le “plus” sûr n’impliquait pas que le quartier le soit vraiment. En vérité, toute forme de sûreté était fictive à la Nouvelle-Orléans. Il poussa la porte de son immeuble et monta les escaliers deux par deux, pressé d’en finir avec cette histoire, mais soudain, son pied glissa et il s’étala de tout son long sur le palier, à quelques centimètres de sa porte à peine. C’était probablement la fatigue, tant que la blessure qu’il avait reçu. Toujours était-il qu’il perdit conscience à cet endroit, seul, sans pouvoir appeler à l’aide, avec une pensée pour Chayton, priant que ce dernier ait la bonne idée de le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Ven 17 Juil 2015 - 23:16

Ne pas s'en faire pour les autres, pas quelque chose de facile à accomplir quand on s'appelait Chayton. Il avait toujours à coeur de se soucier des autres et c'était énormément difficile de se taire et de prendre sur lui. Mais il accepta de fermer sa grande gueule et le suivit quand Anger le lui demanda. Il n'avait pas la moindre idée d'où ils se rendaient, mais cela lui importait peu. Son corps était douloureux et l'adrénaline n'était plus la pour ne plus rien lui faire ressentir. Il se sentait comme sur des charbons ardents. Un frémissement courut le long de son échine. Il avait l'impression de marcher de travers sans savoir si c'était vrai ou pas. Il se sentait juste mal. Il savait pertinemment que dans quelques heures la douleur serait encore plus grande. Même s'il guérissait plus vite qu'un simple humain, il n'était pas Superman, c'était clair et net. Attendre devant un appartement alors qu'il faisait nuit ne lui convenait pas du tout. Mais le skinchanger n'était pas décidé à s'introduire de force dans l'immeuble, alors il se contenta de hausser simplement les épaules.

« Ne traine pas. »

Ce furent les seuls mots intéressants qui sortirent de sa bouche. Alors, il attendit. Il s'appuya contre un muret, les mains enfoncées dans ses poches. Il avait bien envie d'une cigarette, mais il n'avait aucun paquet sur lui à son plus grand désarroi. Il avait bien envie de rentrer et d'aller retrouver Gawain. Il avait besoin de son maître à cet instant. Au bout d'un moment où Chayton tournait en rond dans son propre esprit, il se dit qu'Anger mettait beaucoup trop de temps. L'homme lui avait dit d'attendre ici, mais donner un ordre à un félin ne valait rien dans ce bas monde. On ne domestiquait pas un félin. Le skinchanger s'étira avec volupté avant de daigner s'approcher de la porte. Il la regarda et poussa, elle céda, aucune sécurité. Il ne chercha pas à comprendre et passa la tête dans le hall sans faire un bruit. Il cligna des yeux et leva la tête pour observer la rangée d'escaliers. Il ne savait pas à quel étage habitait Anger. Le blondinet pouvait tout aussi bien avoir décidé de ne pas l'aider et de l'abandonner dans la rue. A une époque, Chayton croyait en la bonté des gens. Mais depuis longtemps, il avait arrêté.

Les gens n'étaient pas bons, c'était un fait. Cela lui faisait toujours mal au ventre de l'admettre, mais c'était ainsi, tout simplement. Il soupira longuement et s'enfila dans l'immeuble. Les mains dans les poches, l'air très calme, il commença à monter les marches. Il ignorait où vivait l'autre, mais bon, peut-être qu'il trouverait bien ou il pouvait le suivre à l'odeur ? Ah non, on n'était pas dans un film de loup-garou, bien dommage. Le skinchanger n'en crut pas ses yeux quand il vit l'homme étalé dans les escaliers.

« J'y crois pas. »

Marmonna-t-il. S'être battu avait réveillé son ancienne personnalité et il semblait soudainement moins effacé, plus vivant. Il avait repris enfin des couleurs et semblait plus sûr de lui. L'homme s'approcha d'Anger et s'accroupit pour lui effleurer le front.

« Hey, Anger, réveille-toi. »

Sa voix restait douce et patiente. Pourtant ce n'était pas l'envie qui lui manquait de le baffer. Mais il avait trop mal au corps pour daigner le faire. Sans vraiment réfléchir, il se pencha en avant et le huma. C'était son instinct animal qui parlait. Il avait agi sans vraiment réfléchir et quand il se rendit compte de ce qu'il faisait, il se tendit. Il n'aurait jamais dû agir ainsi, avec autant d'imprudence. Il pourrait se faire démasquer pour ce qu'il était réellement, un non humain, un skinchanger.

« Je vais te prendre dans mes bras mec. »

Il ne savait pas s'il l'entendait, mais il ne lui laissait pas le choix. Ses mains entourèrent les épaules d'Anger et il le souleva. Il grinça des dents, cela lui faisait mal et surtout au dos. Il souffla, prit sur lui et tenta de mieux l'ajuster dans ses bras. Il se sentait ridicule à tenir un autre homme dans ses bras dans un foutu escalier alors qu'ils risquaient probablement de tomber les deux en arrière. Mais que pouvait-il y faire, hein ? Rien. Il n'était pas le genre de gars affreux qui abandonnait les autres dans un escalier. C'était du moins ce qu'il pensait. Que faire maintenant ? Il n'en savait trop rien et il se sentait vachement con pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Mar 4 Aoû 2015 - 20:51

Une femme. Un sourire bienveillant, teinté d’une moue amusée. « Tu me rejoins enfin ? Ou tu es juste de passage? » elle dit, enjouée. Surpris, Anger ouvre grand la bouche, sans qu’aucun son n’arrive à en franchir ses lèvres. Malgré l’âge qu’elle a, malgré qu’elle soit devenue femme, son visage n’a pas changé. Cette bouille empreinte d’une naïveté éclatante, ces iris si bleus, à vous en couper le souffle , il les reconnaîtrait entre milles. « Sofia » articule t’il enfin.  « On est ou ? » il répond, éludant la question qu’elle lui a posé. Il balaye le paysage de son regard curieux. Autour de lui, c’est une vaste plaine qui semble infinie. De l’herbe verte à perte de vue, sous un ciel d’azur parsemé de nuages cotonneux  qui laissent rêveur. Anger, il n’a aucun souvenir de comment il a atterri ici, et pourtant il n’a pas peur. Sofia est là, alors il est là en sécurité. « Là où toutes les chemins prennent fin. » Elle lui sourit à nouveau, et il lui répond d’un sourire tout aussi franc, tout aussi large. Un sourire d’enfant, celui qu’il lui réservait lorsqu’ils étaient tous deux esclaves. Dans un coin de son esprit, sa raison lui souffle que cette rencontre est impossible ; elle est morte sous ses yeux, il y a plus de sept cens ans en arrière. Il cligne des yeux, soudain méfiant. « C'est vraiment toi ? » Elle acquiesce, presque en riant. « Hey, Anger, réveille-toi. » Une troisième voix surgit, comme venue des cieux, et Sofia se rembrunit de déception. Anger l’interroge du regard. « On dirait que je vais devoir t’attendre un moment encore. Sois pas trop long... » elle soupire. Sans plus comprendre, le sorcier se sent comme aspiré hors de ce paradis. Il lutte, effrayé à l’idée de la perdre une seconde fois, et dans un cri, disparaît.

.:.

Ça n’a aucun sens, pensa t-il, les yeux mi-clos. « Je vais te prendre dans mes bras mec. », avait dit la troisième voix, et il s’était souvenu. Le Little Darlings, la rencontre avec Chayton, la bagarre, la fuite et son évanouissement. Il grogna, mécontent à la fois d’apparaître sous un jour si faible et de n’avoir pu converser plus longtemps avec Sofia, bien que cela ne soit que le fruit de son imagination. Grogner, c’est tout ce qu’il pouvait faire, tant la force avait abandonné ses muscles. Il se sentait vaseux, comme drogué, contrecoup évident de l’adrénaline et des blessures qu’il avait subit. Chayton enroula ses bras autour de ses épaules et le redressa du mieux qu’il put. A partir de là, il resta là, à l’observer. Quelle farce que la vie ; Anger lui avait demandé de l’attendre, mais à aucun moment il n’avait imaginé qu’il dusse attendre de cette façon. Et puis c’était ridicule, d’avoir à être pris en charge comme un bébé par un parfait inconnu. De s’être bagarré comme un chiffonnier pour une raison absurde, et d’avoir voulu faire étalage de sa force alors qu’il avait un physique de patineur sur glace. Wesley n’avait de cesse de le lui répéter, qu’il jouait avec le feu à toujours être aussi arrogant et sûr de soi. Mais il ne pouvait faire autrement ; il avait toujours été ainsi, et dans sa tête, il était encore à la tête d’un clan de sombre personnages. Il oubliait que, dans cette vie, il n’était qu’Anger le généticien, un magicien noir à la solde du gouvernement, recueilli puis trahi par un homme et sa soeur. Bref, le citoyen moyen ; pas de quoi flamber réellement.

Il prit sur lui et fit l’effort d’ouvrir complètement les yeux, et plongea son regard dans celui de Chayton. Lorsqu’il eut capté le sien, il lui fit signe que sa porte était celle de juste à côté, et lui indiqua, du regard une fois encore, que les clés se situaient dans sa poche droite. Il s’en remettait à l’intelligence de l’homme pour comprendre, et les conduire tous deux dans l’appartement. Il se sentait défaillir mais il fallait qu’il reste conscient, au moins le temps qu’ils entrent chez lui. De là, son camarade de fortune n’aurait plus qu’à fouiller pour trouver de quoi les remettre sur pied. Bien qu’il ait cette désagréable sensation d’être à nu devant l’homme, il lui était reconnaissant de s’être préoccupé de lui, et de le faire à ce moment encore. Dans cette vie, dans ce monde si déchiré, si corrompu, personne ne lui en aurait voulu s’il avait pris ses jambes à son cou, s’il avait filé dans la nuit noire pour ne plus jamais réapparaître. Ici, c’était chacun pour soi ; on apprenait vite la leçon. Cette entraide lui faisait chaud au coeur, et lui rappelait les raisons pour lesquelles il avait changé de voie, les raisons pour lesquelles il avait troqué son indifférence contre des moeurs, ses meurtres contre un désir de rédemption. Il inspira une grande goulée d’air, qui ne manqua pas de lui brûler les poumons, et il soupira.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Mer 12 Aoû 2015 - 21:37

Chayton ne savait pas du tout ce qu'il venait de se passer, s'il venait de sauver une vie ou pas. Il ne préférait même pas savoir. Ce qui l'inquiétait, c'était que l'autre homme ne parlait pas. Cela l'inquiétait énormément même s'il n'en dit rien. Il prenait sérieusement sur lui, la bouche close. Le skinchanger verrait pour plus tard pour tenter de deviner ce qui venait de se passer. Il regarda Anger droit dans les yeux, tentant de capter son attention au maximum et de comprendre ce qui se passait. Il crut lire quelque chose. Quoi ? Il n'en savait trop rien. Il devait faire confiance à son sixième sens, à tous ses sens en réalité. Il crut voir une direction dans les yeux de l'autre homme et suivit son regard pour voir une porte. Il s'y dirigea calmement et s'y arrêta. Un autre regard et il crut capter un regard vers une poche. Il tendit la main et referma ses doigts sur des clefs froides. On y était.

« J'espère que je ne me trompe pas. »

Le brun détestait parler pour ne rien dire, c'était un fait. D'habitude, il préférait rester silencieux et observer, c'était mieux selon lui. Il détestait par-dessus tout meubler l'air pour rien, comme s'il le fallait obligatoirement. Finalement, il introduisit la clef dans la serrure et tourna plusieurs fois. Un clac sonore retentit, le signal que cela devait être bon. C'était difficile d'ouvrir une porte avec les mains prises, mais à force de jouer des coudes, il réussit. La porte s'ouvrit et un poids s'ôta de son cœur. Il n'osait pas mettre le museau dans l'appartement, mais il n'aurait pas le choix. D'un coup de coude, Chayton se glissa dans l'appartement et s'arrêta.

« Je dois aller où maintenant ? »

Il consulta Anger du regard, nerveux. Le silence de l'autre homme lui pesait énormément. Pourtant il n'était pas habitué à entendre sa voix, alors il se demandait bien pourquoi il était nerveux à ne rien entendre là. Chayton préférait ne pas savoir. Le skinchanger n'aimait pas s'introduire ainsi chez les gens, cela le mettait terriblement mal à l'aise. Il commençait à ressentir le poids d'Anger, Le brun se mit à tanguer d'une jambe à une autre. Il décida de se diriger vers ce qui semblait être un salon sans savoir si c'était le cas ou non. Un canapé lui éclata aux yeux et doucement, il y déposa l'autre homme. Il le regarda, nerveux. Devrait-il partir ? Chayton avait bien envie. L'autre ne pouvait rien faire pour lui. Mais peut-être faisait-il une attaque, ou quelque chose du genre et qu'il devrait appeler une ambulance ? C'était bien ce qu'on faisait dans ce genre de cas, n'est-ce pas ? Il n'était même pas sûr de cela et son visage se crispa. Il tenta de se détendre, mais ce n'était pas facile, clairement pas. La tension habitait tout son corps et il avait beau tenter de se détendre, ce n'était pas du tout facile.

Il était dans une situation plus que délicate alors qu'il était blessé. Il aurait préféré se rouler en boule pour soigner ses plaies, cela aurait été bien mieux. Mais il n'avait pas vraiment le choix d'être ici. Chayton ne se voyait pas abandonner quelqu'un qui semblait vraiment être en mauvaise posture. Sa bouche se plissa de contrariété. Il aimerait bien recevoir un signe.

« Bon sang, je ne comprends rien de ce qui se passe et je déteste ça. »

Fait chier, même si cela, il le garda pour lui. Inutile d'être vulgaire, cela ne l'aiderait pas à mieux comprendre ce qui se passait. Ce que la vie pouvait être sacrément moqueuse et ironique quand elle s'y mettait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: La folie des sens. [PV Anger]   Lun 31 Aoû 2015 - 14:00

Si Chayton parlait, Anger n’avait plus la force de lui répondre. Il n’était pas de ses super-héros, qui, même vidés de leur sang, se relevaient et bravaient vaillamment les obstacles avec des répliques cinglantes à la bouche. Bien que sorcier, il restait avant tout un homme, et une bonne blessure suffisait à le mettre au tapis pour un moment. Un voile brumeux lui voilait la vue, aussi sa perception s’en retrouva altérée. Les formes étaient vagues, mouvantes, floues. Aux tons bruns qui apparurent, il devina cependant qu’ils traversaient l’encadrement de sa porte d’entrée. Il comprit ensuite qu’il s’était laissé traîner jusqu’à son canapé une fois allongé dessus, et ferma les yeux un instant, comme rassuré. Il était chez lui, en sécurité. S’il avait été plus conscient, Anger aurait vu le désarroi qui prenait place sur le visage de son camarade de fortune. Incertain, décontenancé par la situation, il cherchait à trouver solution à un problème majeur : que faire ? Il n’était pas ici chez lui, et n’avait visiblement pas grande inspiration pour prendre les choses en main. Après tout, et ce malgré qu’il ait triomphé de l’épisode du bar a strip-tease avec brio, Chayton n’avait peut-être pas l’habitude de ce genre de situations. Pour Anger, c’était quasiment la routine ; ou du moins, ça l’était. C’était sa vie ante Neal, comme il avait coutume de le dire. Depuis, il s’était rangé. Il avait laissé les échauffourées et le crime derrière lui, et s’était engagé sur la voie rédemptrice de manière - presque - totale.

« Bon sang, je ne comprends rien de ce qui se passe et je déteste ça. » Les mots parvenaient aux oreilles du sorcier, mais ils ne prenaient pas leur sens. Son cerveau ne faisait plus l’effort de décoder, mais à l’intonation il sut que l’étranger était dans l’embarras. Mais il était impuissant, gisait là comme mort. Il était certain que Chayton finirait par trouver la trousse à pharmacie, logiquement placée dans la salle de bains. Il ne restait plus qu’à sagement attendre, supporter la douleur sourde qui déchirait ses entrailles, accepter les maux de tête battant à ses tempes. Il maugréa des injures silencieuses aux brutes qui l’avaient amoché, se réprimanda lui-même pour avoir voulu jouer les hommes preux et fiers. Il se retint de gémir, l’orgueil tenace, et plaça sa main devant ses yeux. Une aspirine et du repos, voilà ce qu’il lui fallait. Étonnamment, le fait qu’un étranger pénètre dans son repère ne l’affectait pas plus que cela. Peu de gens avaient pu pénétrer en ces lieux. Premièrement, parce que le quartier était peu réputé, et qu’Anger tenait à ne pas mettre en danger ses proches, et secondement, parce qu’il ne tenait pas particulièrement à ce que tout un chacun sache où il réside. Charisma, Wesley, Marie et Seraphina étaient probablement les seules personnes à avoir jamais franchi le seuil de sa porte. Et parmi ceux là, au moins deux d’entre eux avaient proféré quelques remarques à l’encontre de l’appartement miteux qu’il possédait.

Il s’était perdu dans des réflexions sans intérêt, oubliant quelque peu la présence de Chayton. N’ayant aucune idée du temps qui s’était écoulé depuis qu’il avait été installé là, et ne sachant pas si l’homme avait trouvé de quoi l’aider, Anger se força à articuler quelques mots. « Salle de bains… trousse de soins… et aspirine. » Il articulait mal, et la phrase complète qu’il avait voulu prononcer se transforma en mots clés. Bah, l’essentiel était compréhensible.
Revenir en haut Aller en bas
 

La folie des sens. [PV Anger]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» depart dans le sens anti horaire
» Itineraire personnalisé en sens inverse
» et t'il possible de faire changer de sens un sprite deja..
» Canton de sens unique et verrouillage
» #Neko Folie~ La ville de Nekyo vous attend ~<3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-