AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eamon}} The little boy who has never grown up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:04


« When you said your last goodbye I died a little bit inside »


Eamon Grimes


© crédits
26 ans hétérosexuel… probablement… peut être…
daybreaker ft Jack Falahee


Date et lieu de naissance :
Né le 17 octobre 1988 en Nouvelle Zelande
Forme animale :
//
Métier :
Nettoyeur. Quand les flics terminent de récolter des preuves, d’observer des corps sans vie et décident de s’en aller, je reste sur place, m’occupe d’envoyer le corps à la morgue avant de nettoyer la zone. Travail peu reluisant, je vous l’accorde, néanmoins il n’y a pas grand-chose d’autre pour moi.
Force :
Mon côté caméléon. Je m’adapte aux situations, parfois loufoques et surtout aux gens. Certes, je suis incapable de cette prouesse lorsque je suis entourée de mon frère ou ma sœur, mais en règle générale, je suis parfaitement intégré dans le monde qui m’entoure.
Faiblesse :
Mon manque de confiance en moi. Incapable de croire en ma force, j’accumule les erreurs jusqu’à perdre tout ce que j’aime et tout ce qui me défini.
Avis sur le Gouvernement :
Je ne suis pas contre. Pas forcément pour non plus. Disons qu’il me nourrit quand personne d’autre ne le fait et qu’il me permet de survivre sans trop de contreparties.
Particularité :
• Engrainé dans une religion que je ne comprends pas toujours, j’ai pris l’habitude de me punir à chacun de mes pêchés. Cela prend la forme d’une flagellation le plus souvent, mais il m’arrive parfois de me mutiler, en cas de mal absolu.
• Grand peureux, certains diraient que j’ai peur de tout. Je multiplie simplement les phobies stupides. Par exemple, je ne supporte pas d’être seul et possède donc un chien pour me tenir compagnie... enfin possédait, c'est Nymeria qui l'a récupéré depuis. J’ai une peur panique de l’eau aussi, qui m’a empêché d’apprendre à nager. J’ai aussi peur du noir, qui m’empêche de dormir, des serpents, du vide et de moi-même. En résumé, mes mains tremblent presque en permanence et mon cœur n’est jamais tout à fait apaisé…
.sparkle

fêtard ☦ inconscient ☦ manque de confiance en lui ☦ maniaque ☦ jaloux ☦ peureux ☦ aux prises de décisions douteuses ☦ pessimiste ☦ sarcastique ☦ caustique ☦ insomniaque ☦ maladroit ☦ adorable ☦ collant ☦ immature ☦ perturbé ☦ pervers ☦ timide ☦ dépassé par les évènements ☦ impulsif ☦



père castor, raconte-moi une histoire





IRLANDE, 1993. Je tire sur sa manche, mes yeux noisettes envahis par des larmes qui ne veulent couler et les lèvres tremblantes d’une douleur à peine contenue. J’essaye d’être grand pourtant, de ne pas succomber à la tristesse d’avoir encore été rejeté par ma sœur adorée. Enfin, à force de tirer, le jeune adolescent porte son attention sur ma petite personne et voyant mon état, il s’abaisse bien vite à ma hauteur, plantant ses yeux d’azur dans mon regard attristé. « Pourquoi Nym elle me râle toujours dessus ? » Il hésite, soupire et ne sait probablement pas quoi répondre. Ma question n’est pas facile pour lui, qui nous aime tous les deux d’un amour égal, il ne comprend probablement pas pourquoi non plus, alors au lieu de me répondre, il préfère me prendre dans ses bras forts, pour me permettre de regarder au travers de la même fenêtre que lui. Je me serre contre lui inconsciemment, savourant son odeur que je ne retrouve que sur une peluche qu’il m’a offerte au lieu de s’en débarrasser. Mon visage s’enfouit de lui-même dans les plis de son t shirt, avant qu’il n’attire mon attention sur l’extérieur où la pluie bat toujours son plein. « Regarde Emmy ! Le mouton là ! » Mes yeux sont attirés malgré moi vers la tâche blanche qu’il me montre au loin et l’excitation enfantine qui me caractérise me reprend rapidement. Je redeviens l’enfant que je suis censé être, reléguant dans un coin de mon esprit la douleur que ma sœur m’inflige quotidiennement…

IRLANDE, 1997. Tremblant, de froid et de peur, je ne sais que faire pour pallier à cela. C’est un pêché. Je crois. Mamie dit toujours que je ne suis pas censé manger les gâteaux qui sont au dessus de l’armoire. Elle me dit que c’est un pêché de tout manger tout seul. Mais ils sont tellement bons ses gâteaux aussi. Dès que je commence, je n’arrive jamais à m’arrêter et je ne me rends compte de ma bêtise que lorsque tout est fini. Comme là. L’assiette vide trône devant mes yeux, mes bras croisés repose sur la table, mon menton traîne sur eux et je reste là, indécis. Probablement devrais-je accuser quelqu’un d’autre. Le chat peut être, mais Mamie dit que mentir est aussi un pêché. C’est compliqué tout ça pour moi. Tellement que les subtilités que je suis censé suivre m’échappent totalement. Je suis catholique, du moins, c’est ce qu’on me dit, ce qu’on m’impose alors j’écoute et je suis ce que l’on me dis, même si dans ce cas, je risque de recevoir des coups de ceinturons pour avoir mangé tout le gâteau. « Emmy ! » Mon grand frère fixe l’assiette à son tour, alors que j’ai sursauté pour me tourner vers lui. D’un côté, je me sens rassuré d’être face à lui plutôt que notre grand-mère, néanmoins ses yeux d’un bleu d’acier me fixe tellement que je me sens aussi fautif que face à ceux, bien identiques, de Mamie. « Tu peux arrêter de faire des conneries sérieux ? » Il n’a pas le temps d’aller plus loin. La silhouette imposante de notre ancêtre se dessine dans la porte et je pousse un glapissement de peur, bien malgré moi. Je sais que Declan va essayer de s’accuser d’avoir mangé le gâteau, tout comme je sais que ma bouche pleine de chocolat ne la trompera pas. Je déglutis, lentement, alors que son regard me transperce de part en part. Mon grand frère pose un regard protecteur sur moi, même s’il sait qu’il ne pourra pas m’aider cette fois. Il me murmure juste à l’oreille, lorsque je passe à côté de lui pour la rejoindre. « Pense à Gloupi ! » Gloupi, c’est notre peluche. Enfin c’était la sienne, avant, quand il était petit et maintenant c’est la mienne et elle ne me quitte jamais la nuit… Jamais…

IRLANDE, 2005.
La musique est trop forte, les gens trop nombreux et les lumières trop aveuglantes. C’est la première fois que j’ose faire le mur afin de m’amuser avec la jeunesse décadente irlandaise. Courte vêtue, mes yeux ne savent pas où regarder tant ils ont à voir et un sourire niais ne me quitte pas depuis mon arrivée dans ce pub. Je n’ai pas l’âge, bien sûr, mais personne ne prête attention à moi pour l’instant. Sauf lui peut être. Je ne le remarque pas aussitôt mais lui semble m’observer depuis de longues minutes lorsqu’il vient enfin m’aborder, un shot à la main. « Cadeau, tu m’as l’air un peu perdu… Et un peu seul aussi. Tu veux te joindre à nous ? » D’un geste un peu vague, il désigne son groupe d’ami derrière lui, tous plus âgés que moi, tous plus attirants les uns que les autres, du moins pour mes yeux jeunes, inexpérimentés et excités. Sans trop réfléchir, je prends le verre qu’il me tend, le vide d’un geste sec et lui sourit presque timidement. « T’es trop mignon. Ramène toi, on va tous chez moi pour continuer la soirée. » Je ne le vois pas voler une bouteille mal rangée, me contentant de m’avancer d’un pas hésitant vers la bande accueillante. Ils ressemblent à une nouvelle famille, que je ne connais pourtant pas et qui m’ouvre ses bras pour découvrir la vie.

LE LENDEMAIN, IRLANDE, 2005. Ma tête tourne et un bruit sourd semble envahir mon pauvre crâne. Trop petit pour contenir toute la douleur d’une cuite un peu trop arrosée, trop imbibé pour se souvenir de ce qu’il s’est passé. Je suis nu… Dans un lit que je ne connais pas. Au milieu de deux personnes que je reconnais vaguement pour leur avoir parlé la veille. Leurs prénoms s’échappent dans les limbes de mon cerveau alors que je me demande ce qu’il s’est passé. Doucement, précautionneusement, je me lève, grimace de douleur lorsque mon arrière train douloureux s’éveille à son tour. Je n’ose me demander ce qu’il s’est passé, pourtant mon questionnement s’impose lorsque des restes de cocaïne me sautent aux yeux. Un flash me prend, je me vois, riant, embrassant l’homme qui m’a accueilli la veille, avant de sniffer allégrement la poudre blanche et de me faire féliciter par la magnifique blonde qui était à mes côtés quelques minutes plus tôt, d’un baiser. Le flou reprend ses droits alors que je viens reprendre place sur le canapé. Mes gestes mécaniques reforment une ligne, comme par habitude, avant que je ne prenne un tube, traînant non loin, pour m’envahir de bien être de nouveau. « Eamon ! Tu viens ? » Mes yeux se ferment, je laisse le bienfait m’envahir lentement et ne sursaute même pas lorsque je sens des lèvres contre mon cou. Elles sont douces, tout comme la langue qui vient chatouiller doucement ma nuque. « Alona se sent seule. On devrait aller s’occuper d’elle. » Je souris, ouvre enfin les yeux pour croiser l’azur de mon nouvel ami et amant de la veille… « J’ai pas envie de m’occuper d’elle… » Que je murmure avant de prendre ses lèvres, sans aucune retenue…

QUELQUES JOURS APRES, IRLANDE, 2005. « Comment ça vous partez aux Etats Unis tous les deux ? » Une bouffée de colère s’empare de moi, mes mains tremblent, preuve d’un manque flagrant, tandis que mes yeux se posent sur Declan, juste devant moi, avant de s’égarer vers la silhouette de Nym, plus loin, qui semble presque éteinte. Je n’ose poser la question qui me brûle les lèvres, tout comme je conserve en moi la rancœur que je désire jeter sur mon ainé. Ils n’ont pas le droit de partir, comme ça, sans moi, me laissant derrière comme un vulgaire slip troué. Je dois partir avec eux, même si cela me fend le cœur d’abandonner mon coup de cœur du moment. Boudeur, je viens finalement croiser mes bras sur mon torse et replonge mon regard dans celui de mon frère. « Je viens avec vous ! Je sais, je suis mineur, je devrais vivre avec maman, mais je dois être avec vous ! S’il te plaît Deko ! Je ne peux pas rester ici sans toi et Nym. C’est juste impossible. » Sans lui laisser le temps de répondre, je détourne les talons et m’approche même de Nym, à pas de loup. Tout mon être semble trembler sous la peur que je ressens à ce moment là, mais je ne peux rester en arrière sans remarquer ses traits tirés et son air absent, sans vouloir la prendre dans mes bras. Du coup, sans crier gare, je m’approche encore un peu plus d’elle, jusqu’à refermer mes bras autour de sa taille. Désormais plus grand qu’elle, je parviens à coincer mon menton dans le creux de son épaule et tourne légèrement la tête pour déposer mon front contre sa joue. Je ne bouge plus, ne parle pas et reste simplement dans cette position, incapable de m’éloigner d’elle…

NEW YORK, 2007. Un bip désagréable résonne douloureusement à mes oreilles, mon cerveau embrumé n’arrive pas à remettre les évènements de la soirée dans le bon ordre et mes membres semblent lourds, impossible à soulever. Avec précaution, j’essaye d’ouvrir mes yeux collés, déclenchant une horde de piques douloureuses dans mon esprit toujours aussi incertain. Je cligne des paupières plusieurs fois, pour m’habituer à la lumière blanche, aveuglante et enfin, au bout de quelques secondes, j’aperçois sa silhouette. Il s’est endormi, sa main non loin de la mienne, les traits soucieux d’un sommeil agité bien visibles sur son visage. D’un geste qui me semble infiniment long, j’arrive à dépose ma main sur la sienne, ce qui l’éveille aussitôt. Ses yeux bleus se posent sur moi, visiblement inquiets, avant qu’il ne soupire finalement en me voyant bien vivant et réveillé… « Qu’est ce qui… passé ? Soif… » L’inquiétude fuit son visage pour laisser place à une colère plus visible encore, presque furieuse, qui ne l’empêche pourtant pas de me tendre un verre d’eau, que je tente de vider avidement, la moitié tombant sur mon torse à peine couvert d’une blouse d’hôpital. « Deko… Pourquoi je suis à l’hopital ? » Mes mots sont désormais un peu plus fluides et j’arrive à former une phrase complète, qui semble agacer plus encore mon aîné. Son poing vient s’écraser sur mon épaule courbaturée, m’arrachant un grognement de douleur, avant qu’enfin il daigne répondre. « T’es un idiot ! Voilà pourquoi t’es à l’hôpital ! T’as fait une overdose. Depuis quand tu consommes hein ? » Je crois qu’il continue à parler mais au fond, je ne l’écoute plus. Quelques flashs de la soirée de la veille se battent dans mon esprit brumeux, je ne parviens pas à les assembler correctement, mais j’aperçois des rails de coke par dizaines, des hommes, des femmes, du sexe, encore plus de drogues et puis le noir… et enfin la lumière insipide et désagréable de cet hôpital, qui m’amène des larmes que je ne maitrise pas… « Aide moi Deko… »

NEW YORK, 2007, deux mois plus tard. « S’il te plaît Carrie. Juste un café ! On est juste deux amis, c’est tout ! » Je ne le pense pas une seconde. Deux amis ne se sourient pas ainsi. Deux amis ne rient pas aussi stupidement aux idioties de l’autre. Au fond de moi, je sais pertinemment tout l’amour que je ressens pour ma jolie infirmière, qui s’occupe de moi depuis mon admission ici. Mon cœur s’excite comme jamais auparavant dès qu’elle entre dans la pièce où je me trouve, mes mains tremblent autant qu’en période de manque et mon esprit m’inonde de pensées magnifiques que j’aimerais avoir pour l’éternité. Je voudrais lui faire savoir tout cela, mais elle m’en empêche régulièrement, refusant mes rendez vous aussi surement que la nuit vient. Jamais elle ne déroge à sa précieuse règle à propos de ses relations avec ses patients et chacun de ses refus gratte mon cœur, l’abîmant toujours plus. « D’accord… » Mon cœur s’emballe soudain, mes yeux pétillent et je me redresse pour attraper ses deux mains. Mon élan me pousse à m’emparer de ses lèvres, à déposer mes paumes sur ses joues et mon esprit s’embrume de tout ce que je ressens à l’embrasser.

NEW YORK, MAI 2009. Je panique. De retour dans un hôpital qui m’effraie plus que je ne pourrais le croire. C’est là que Deko m’a emmené après mon overdose et c’est là que mon bébé va naître bien que je sois loin d’être prêt. Juste 20 ans, presque père, marié… Je n’aurais jamais imaginé vivre ces choses et je suis vraiment perdu. Je ne m’imagine pas une seconde en étant un paternel digne de confiance, tout comme je ne pense pas pouvoir rester un bon mari pour elle. Pourtant, je suis là, dans ce couloir, à faire les cent pas aux côtés de mon frère, ma sœur attendant non loin. Tous les membres de ma famille, les seuls qui comptent, sont autour de moi et pourtant je me sens incroyablement seul. Probablement parce que je serais l’unique père de cet enfant et que je suis presque certain d’échouer. Sans modèle, sans savoir ce qu’est un père, je vais probablement foncer droit dans le mur. Pourtant, lorsque cet infirmier vient vers moi, me demande mon nom, puis de la suivre, je me sens excité comme jamais je ne l’ai été dans ma vie. Mes yeux se fixent sur Declan, puis sur Nymeria, avant que d’enfin emboiter le pas à l’homme, qui me mène droit à ma femme et mon tout nouveau fils. Mes yeux s’embrument d’eux même alors que je m’avance vers eux et une larme s’échoue sur ma joue lorsque je dépose ma main sur sa petite tête douce. « C’est ton fils Emmy… Je me disais qu’on pourrait l’appeler comme ton père ? » Je me raidis, incapable de me détendre face à sa remarque. Elle le remarque aussitôt et dépose sa main sur mon bras. « Non… Je préfère l’appeler autrement si ça ne te dérange pas. » Son sourire tendre me fait fondre et je regrette presque aussitôt de m’être agacé de sa proposition. Nous discutons pendant plusieurs minutes avant de finalement se mettre d’accord. « Nate alors… Et ne t’inquiète pas chéri. Je sais que tu seras un très bon père. Tu ne seras jamais comme le tien. Tu prendras soin de ta famille jusqu’à la fin de ta vie. Je le sais… » Si seulement…

NEW YORK, JUIN 2011. Mes mains sont croisées sous ma nuque, je regarde le plafond depuis des heures, sans parvenir à m’endormir, sans parvenir à prendre une décision. La respiration régulière de ma femme à mes côtés m’empêche de réellement me concentrer et finalement je me redresse et dépose mes mains sur mes jambes dénudées, sans savoir quoi faire. Mon alliance brille dans le noir, me rappelle cruellement mes choix et mes doutes. Mes doigts viennent jouer doucement avec l’anneau, il tourne autour de son support, jusqu’à finalement s’évader et rouler sur le sol dans un tintement. Mes yeux l’observent dans sa course, jusqu’à ce qu’elle s’arrête, non loin de mon pied. Comme hypnotisé, je me penche afin de l’attraper et l’observer de nouveau. Cette fois, ce sont les écritures, en gaélique irlandais, qui me sautent aux yeux, symbole de la promesse que nous nous sommes faites et que je suis finalement sur le point de briser. Mes mains tremblent soudain, mon cœur s’agite en tous sens, jusqu’à ce que je dépose l’anneau sur mon oreiller, juste avant de me lever pour m’habiller. Un sac plein m’attend, préparé depuis quelques jours, il est temps pour moi de m’en aller à l’instar de mon père des années plus tôt. Probablement aurais-je du le faire bien plus tôt, avant de fonder une vraie famille, avant de briser la vie de trois personnes, dont un bébé qui ne comprendra jamais pourquoi je m’enfuis loin de lui… J’hésite encore, ne désire pas vraiment croiser la frimousse de mes deux bouts de chou, mais la tentation est trop forte, trop intense pour que je puisse m’en détourner. C’est donc à pas de loup que je me dirige finalement vers la chambre des garçons. Mon cœur se brise rien qu’à l’idée de les abandonner mais je ne peux rester près d’eux pour leur faire du mal. J’ai déjà loupé les premiers mots de Nate. Je suis un père incapable de m’occuper de mes enfants, même si je les aime plus que tout au monde. Incapable de rester près d’eux pour les blesser. Armé de cette résolution et de cette pensée, je parviens finalement à m’approcher d’eux pour déposer un baiser sur leur front et m’extirpe enfin de cet appartement. J’ai laissé mon alliance derrière moi, ainsi qu’un peu d’argent pour aider Carrie dans les premiers temps et je m’enfuis… Persuadé d’agir pour le mieux, inconscient d’être un idiot…

NOUVELLE ORLEANS, FEVRIER 2015. Encore ce bip. Encore cette blancheur immaculée. Cette fois pourtant, je ne suis pas dans le lit aseptisé, mais dans la chaise à côté, ma main serrant compulsivement celle de ma sœur inanimée. Cela fait plusieurs nuits que je viens la voir, restant à ses côtés jusqu’au premier rayons du soleil, avant d’aller au travail. L’accident dont elle a été victime me perturbe d’autant plus que je ne peux rien faire pour l’aider. D’autant plus qu’elle ne voudrait probablement pas de ma présence auprès d’elle. Ni elle, ni Declan, ne veulent avoir affaire à moi depuis que j’ai abandonné ma famille. Au fond, je ne les blâme pas. Je sais que on attitude n’a pas été très mature. Pire encore, je me suis comporté comme le dernier des idiots, mais je suis bien décidé à changer tout cela. Ma toute nouvelle nature, mon expérience proche de la mort, lorsque j’étais seul à me battre contre cette fièvre insidieuse, m’ont fait prendre conscience de mes erreurs et je suis bien décidé à retrouver ma femme et mes fils. Ma main se resserre inconsciemment autour de celle de ma sœur et une larme m’échappe, que je suis incapable de contrôler. « Reviens Nym. S’il te plaît. Tu vas voir, je vais changer, je vais devenir un vrai père. Je vais contrôler le monstre en moi pour devenir un homme encore meilleur. Alors s’il te plaît… S’il te plaît… Reviens ! » Mes mots se meurent sur mes lèvres et viens déposer mon front sur le dos de sa main, incapable de rester loin d’elle plus longtemps. Peu importe à quel point elle me déteste, j’ai besoin de ce contact et j’ose espérer que me sentir près d’elle la fera revenir dans le monde des vivants. « Deko aussi il a besoin de toi ! On a tous les deux besoin de toi Nym.. »




file-moi ton stylo, j'ai plus d'encre


SUJET 1. « Mais qu’est ce que je fous là… » Je grelotte, mes mains viennent se caler sous mes aisselles en une pathétique tentative pour se réchauffer. Mon regard s’égare partout autour de moi, pour tenter de reconnaître cette ville qui fût une fois mienne. Rien ne n’attire mes yeux, je ne croise que l’inconnu et ma peur se fait de plus en plus intense à chaque pas. Quelle idée j’ai eu de venir me perdre dans ce trou gelé, à la recherche de ma femme et mes enfants, qui ne sont probablement plus là depuis longtemps. Personne ne pourrait survivre dans cette ère glaciaire, encore moins deux enfants en bas âge.. Le désespoir vient se mêler doucement à ma peur, je tombe à genoux soudain alors que l’implacable sensation de perte vient s’emparer de moi. Idiot je suis, de croire que Carrie et les enfants sont toujours en vie quelque part. En les ayant abandonné des années plus tôt, je les ai condamné à la mort et la culpabilité vient me ronger les entrailles soudain, alors que cette vérité vient s’imposer à mon esprit. Les murmures du vent se font entendre soudain mais je suis bien trop concentrée sur moi-même pour y prêter attention. Les souvenirs affluent en moi lorsque je me rends compte de l’endroit où je me trouve. Les vestiges de Central Parc se dressent devant mes yeux embués et un flashback me fait prendre conscience de tout ce que j’ai perdu ces dernières années, en agissant comme le dernier des idiots. Ce ne sont pas que mes enfants que j’ai laissé derrière. Ma femme a été tout autant abandonnée et en retour, ma famille m’a abandonné à son tour, bien petite punition en regard de mes actes. Le souffle me manque soudain, j’ai l’impression d’étouffer, mais l’air s’engouffre de nouveau brusquement dans ma gorge lorsque, de surprise, je sursaute. Ce cri, presque inhumain, s’est incrusté au fin fond de mon âme et m’a réveillé de mon étrange léthargie.

Je me relève, si rapidement que la tête me tourne et mu par un instinct que je ne reconnais pas, je m’élance, à la recherche de ce son perçant. En arrivant sur les lieux, je me bloque inconsciemment, incapable de remuer un orteil lorsque je reconnais les créatures devant moi. Pauvre homme qui se retrouve si près d’elles… Une panique s’empare de mon cœur, me rend incapable du moindre mouvement. Si l’homme devant moi avait été l’un de mes fils ou même Carrie, probablement aurais-je sauté au devant du danger pour les aider, mais là. Je ne peux remuer et reste debout, droit comme un i, les muscles ankylosés et la mâchoire bloquée, la fuite est inenvisageable. Pourtant, je dois prendre une décision, rester ainsi, debout, à la vue de tous, n’est pas bien prudent et même si la peur me paralyse, je dois agir au plus vite pour ne pas mourir dans d’atroces souffrances. Je jette un œil au pauvre malheureux encerclé, incapable d’aller l’aider, malgré mon envie de bien faire. Fuir, ce n’est pas toujours la réaction d’un lâche après tout, plutôt celui d’un être intelligent. C’est de cette façon que je me recule d’un pas, puis d’un autre, inconscient une nouvelle fois de me comporter comme un peureux imbécile. Probablement aurais-je pu faire quelque chose pour lui, mais je me recule encore et encore, ne désirant pas me faire remarquer par les zombies qui m’ont déjà tant fait souffrir, pas si longtemps auparavant. Ces zombies, qui ont probablement fait du mal à ma famille, ces zombies qui traînent dans ces rues où mes enfants ont eu l’habitude de jouer, danser et grandir. Ces zombies qui me font trembler de peur et me pousse vers les étendues glacées, bien loin de Central Park. Je dois retourner à la Nouvelle Orléans. S’ils sont en vie, c’est là qu’ils sont…


Lily • Aurélie  • 25 ans


Pays:
Irlande  
présence :
le plus souvent possible
MID c'est quoi pour toi :
l'antre de la détente et de la lecture haut de gamme et le temple des smileys stupides
et le règlement, tu l'as lu?
voui chef
un dernier mot?
#IShipAlekran #EzraEstVil #KissKissAmour



_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?


    Dernière édition par Eamon Grimes le Mar 27 Sep - 16:04, édité 20 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:07

    Heyllooow you !

    Rebienvenue par ici et bon courage pour la rédaction de ce nouveau perso. Il m'a l'air d'envoyer du lourd, j'ai hâte de voir ce que ça va donner. Et puis, l'avatar est vraiment très chouette.
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 9021
    ↳ Points : 475
    ↳ Date d'inscription : 28/08/2012
    ↳ Age : 26
    ↳ Avatar : Ben Barnes
    ↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
    ↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
    ↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
    ↳ Niveau de Compétences : 3
    ↳ Playlist :
    The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

    ↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
    ↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
    ↳ Couleur RP : #1999b5



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:14

    Nan mais Marie, quoi t'as fait? Shocked T'es tellement mieux en donzelle franchement, ça te va pas cette tête Arrow
    Ahurm, re-bienvenue choupinette Bon courage pour la rédaction de ta fichette, j'ai hâte d'en savoir plus sur ce petiot Vu la sœurette qu'il s'est traînée, ça va être animé tout ça J'espère que tu t'amuseras bien avec ce petiot en tout cas :lama:

    _________________


    flesh and bones

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 5819
    ↳ Points : 2210
    ↳ Date d'inscription : 28/11/2013
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Max Irons
    ↳ Age du Personnage : 28 ans ( apparence ) - 169 en réalité
    ↳ Métier : Infirmier pour la Falciferae
    ↳ Opinion Politique : Pour le gouvernement et l'ordre
    ↳ Niveau de Compétences : 1
    ↳ Playlist : We Might Fall - Ryan Star / Running up that hill - Placebo / Broken Crown - Mumford & Sons / Everybody wants to rule the world - LORDE / Bad Blood - Bastille / Lydia - A Fine Evening For A Rogue / Placebo - Where is my mind PLAYLIST YOUTUBE

    ↳ Citation : " We are each our own devil, and we make this world our hell. "
    ↳ Multicomptes : Elias S. Kaligaris & Joan C. Valentine
    ↳ Couleur RP : #FFFFFF



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Nanami
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:26

    " #EzraEstVil "

    Ezra le vil te souhaite la re-bienvenue
    J'ai hâte de voir ce que tu vas faire de ce petit Puis de lire vos rps avec Nymou (Joan te surveille, fais gaffe ) Nous faudra un petit lien mon chou ! Je viendrai le réclamer Bon courage pour la suite de ta fiche Il me tarde de lire ta plume J'espère que tu vas t'éclater avec ce nouveau perso

    _________________

      Here I stand, helpless and left for dead
      Close your eyes, so many days go by. Easy to find what's wrong, harder to find what's right. I believe in you, I can show you that I can see right through all your empty lies. I won't stay long, in this world so wrong. Say goodbye, as we dance with the devil tonight. Don't you dare look at him in the eye, as we dance with the devil tonight. Trembling, crawling across my skin. Feeling your cold dead eyes, stealing the life of mine. ©endlesslove
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1061-ezra-s-reilly-ho En ligne

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:47

    Rebienvenue!

    Courage pour la suite de ta rédaction. Ce que t'as déjà pondu m'a l'air fort intéressant.
    Revenir en haut Aller en bas

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:49

    Rebienvenue!

    Hâte de voir ce que tu vas nous pondre
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 21:51

    Mais j'suis pas une poule les gars Je ponds rien du tout moi!
    Eh Ezou, on pourra se faire un lien gentil pour une fois?
    Stain, t'as qu'à t'en occuper de la donzelle si tu veux voir sa face (et t'as tout à fait raison, ma soeur est une foldingue mal-aimante )

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 15022
      ↳ Points : 1221
      ↳ Date d'inscription : 27/08/2012
      ↳ Age : 25
      ↳ Avatar : Eva Green
      ↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
      ↳ Métier : Chirurgienne
      ↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
      ↳ Niveau de Compétences : 2
      ↳ Playlist :
      MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

      ↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
      ↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
      ↳ Couleur RP : mediumseagreen



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Dim 29 Mar - 22:21

      Re-bienvenuuue frérot trop mignon pour son propre bien
      J'ai trop trooooop hâte de lire la suite, le début dépote déjà   Je nem déjà fort notre lien   Courage pour tout rédiger
      Pis j'espère que ce perso t'inspirera à fond    

      Et le #IShipAlekran T'es trop meugnonne

      Jack est sinon *sbaff* Même si je devrais pas dire ça sous Nymouille Arrow

      _________________

      Between Iron And Silver
      Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Lun 30 Mar - 1:09

      Rebienvenuuuuuuuuuuuuuuue

      Bon courage pour la fichette
      Revenir en haut Aller en bas

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Lun 30 Mar - 11:17

      Re-bienvenue !
      Revenir en haut Aller en bas

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 846
      ↳ Points : 856
      ↳ Date d'inscription : 16/11/2014
      ↳ Age : 23
      ↳ Avatar : Andrew Garfield
      ↳ Age du Personnage : 30
      ↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
      ↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
      ↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
      ↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
      ↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
      ↳ Couleur RP : blueangel



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Lun 30 Mar - 19:35

      Reuh bienvenue !!!!!


      J'aime beaucoup le prénom <3 et tout ce qui va avec *.*





      _________________
      Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
      Choose your Abyss
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 2333
      ↳ Points : 34
      ↳ Date d'inscription : 31/12/2014
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Crystal Reed
      ↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
      ↳ Métier : Journal de la mafia Nemesis
      ↳ Niveau de Compétences : 1
      ↳ Playlist : Take me to church (Hozier) ∆ Hurricane (Halsey) ∆ I'm a ruin (Marina and the diamonds) ∆ 1965 (Zella Day) ∆ I found (Amber Run) ∆ Here with me (Susie Suh) ∆ The One (Kodaline)
      ↳ Citation : In the same way some beginnings are endings and some endings are beginnings.
      ↳ Multicomptes : unique compte
      ↳ Couleur RP : #872929



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: milkovich / endless love / sense8
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Lun 30 Mar - 21:20

      Rebienvenue sous ses nouveaux traits
      C'est original le choix du métier What a Face

      _________________
        damned
        I struggle with the feeling that my life isn’t mine. It's so cold it's so cold. Use your heart as a weapon hurts like heaven. It hurts like heaven.
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2045-ellie-wilson

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Lun 30 Mar - 22:49

      J'adore déjà ce perso x3
      Revenir en haut Aller en bas

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Mar 31 Mar - 10:59

      Omg ça me fait trop bizarre Eamon est l'ancien prénom de mon ancien personnage ici ahah ^^
      Rebienvenue parmi nous :3
      Revenir en haut Aller en bas

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: Eamon}} The little boy who has never grown up   Mer 1 Avr - 20:08

      Re-Bienvenue ^^
      Revenir en haut Aller en bas
       

      Eamon}} The little boy who has never grown up

      Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
      Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

       Sujets similaires

      -
      » Votre chanson préféré de NOEL c'est laquelle ?

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: Life For Rent :: Welcome Home-