AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Mar 7 Avr - 3:49


Perdu dans les affres du sommeil, je resserre inconsciemment mes bras autour de la jeune femme qui a partagé mon lit pour la nuit. Mon visage vient se perdre dans la masse rousse de ses cheveux avant que mes lèvres ne viennent s’égarer sur la peau nue de sa nuque. Toujours très câlin, je ne peux me défaire de ce contact pour l’instant. Bien sûr, j’imagine les conséquences à venir très bientôt. Dès son réveil, dès que mes propres neurones se seront tous mis en fonction. Seulement pour l’instant, je profite de la chaleur de son corps contre le mien, de ma jambe entre les siennes, de mes bras autour d’elle. C’est rassurant, agréable et me permet de ne pas penser à autre chose. Doucement, ma conscience s’éveille totalement, jusqu’à être parfaitement opérationnel. Bientôt, sa chaleur ne suffit plus, mon cerveau se remet en marche de lui-même et je me questionne sur mon but dans cette débauche intentionnelle. Une envie de m’évader, de ne plus réfléchir à tous ces problèmes qui me minent l’esprit jour après jour. Pourquoi cette fille là ? Je ne saurais le dire, mais une chose est sûre, je ne regrette pas une seconde mon choix… pour l’instant.

Un mouvement entre mes bras m’indique son réveil et malgré moi, je me crispe, incapable de prédire ce qu’elle va faire ou dire. Cela m’angoisse plus que je ne saurais le dire et la peur de me faire rejeter dès le réveil me parcoure, implacable et sournoise. Elle s’insinue jusque dans mon cœur abimé et je m’attends déjà à un fiel cruel entre ses lèvres. Je ne perds pourtant pas espoir et dans un mouvement, je dépose de nouveau mes lèvres sur sa nuque pour un baiser rapide. Je sais que je devrais parler, la saluer ou simplement dire quelque chose pour lancer la journée mais ma gorge s’est faite sèche et je me retrouve incapable de prononcer le moindre mot. Lentement, je m’écarte d’elle pour venir déposer ma tête dans le creux de ma main, comme pour l’observer. Sa beauté me subjugue un instant et je me souviens pourquoi c’est elle que j’ai choisi pour me vider la tête. Sa crinière rousse m’éblouie et apporte un sourire sur mes lèvres avant que je ne tende des doigts impatient vers ses cheveux pour les caresser tendrement. Mon regard s’est planté dans le sien, incapable de se détourner de ces deux jolies noisettes. Encore une fois, je voudrais dire quelque chose, mais les mots sont de nouveau fois bloqués, si bien qu’un malaise étrange s’empare de mon cœur soudain. Mes pensées s’affolent et je mets le doigt sur ce qui me dérange depuis son réveil.

Je ne trouve rien à lui dire, pour la bonne et simple raison que je ne suis pas honnête avec elle. Elle pourrait bien tomber amoureuse de moi que je me contenterais de lui briser le cœur en retour. L’utilisant simplement pour me vider la tête et le cœur de sentiments interdits et dérangeants, je l’espère sauveuse, tout en la condamnant probablement à un sort peu enviable. Pour couronner le tout, je sens mon être tout entier soudain affamé et je retiens avec peine une envie de banquet. A vrai dire, ce n’est pas la première fois que je me retrouve dans le lit d’une femme depuis ma transformation et à chaque fois, cette faim désormais familière s’est faite entendre, probablement un contrecoup de la folie de la nuit. Je ne dois pas la laisser éclater, pas plus que mes états d’âme ne doivent venir encombrer mon esprit de questions stupides. J’ai couché avec elle parce que j’en avais envie, je n’ai donc pas besoin de chercher une autre raison, même si mon honnêteté me pousse à vouloir lui avouer mes véritables motivations. Conscience que je tais presque aussitôt, pour simplement lancer, d’une voix moins enjouée que je l’aurais voulu. « Bonjour à toi… » Une phrase probablement trop commune, mais incapable de trouver mieux après ce débat interne un peu trop intense à mon goût…

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?


    Dernière édition par Eamon Grimes le Mer 22 Avr - 18:34, édité 2 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Mar 7 Avr - 14:38

    Perdue dans les limbes du sommeil, Blake était à mille lieux de l’endroit où elle se trouvait. Le nez enfoncé dans l’oreiller, ses songes étaient agités, comme toujours depuis que sa fille avait disparue. De l’extérieur pourtant, il n’y avait aucun signe des tourbillons qui remuaient son cœur et son âme. La chaleur réconfortante à ses côtés aidant peut-être, elle dormait d’un sommeil de plomb.
    Le contact bref des lèvres qui se posèrent sur sa nuque ne parvinrent pas à mettre fin à son repos. Épuisée moralement depuis des semaines, elle avait réalisé à plusieurs reprises que la pente était glissante. Elle s’était enfermée dans une routine sécuritaire mais, solitaire, refusant l’entrée de son univers à tous. Elle fonctionnait en autarcie, chassant toutes mains tendues, ne parlant même pas de ce qui l’obligeait à se replier encore davantage sur elle-même.
    S’il y avait cet homme dans son lit, ça n’était que pour une seule et unique raison. Cette raison, en plus d’être égoïste relevait de la faiblesse la plus pure. L’envie, le besoin de se perdre dans quelque chose qui ne serait pas dommageable. Blake était une femme forte, indépendante mais, ça n’en faisait ni une sainte, ni une nonne. Ce qui était différent cette fois, c’était qu’elle ne s’était pas laissé aller de la sorte depuis le kidnapping de June.

    Aidée par la chaleur dégagée par le corps à côté du sien, la brume qui enveloppait ses songes se leva avec une lenteur extrême. S’inquiéter de la réaction de son partenaire d’un soir, elle y songeait... mais, égoïstement, elle savoura encore un moment l’étreinte rassurante. Ce simple geste semblait réchauffer légèrement le froid polaire qui siégeait en son cœur depuis des années, se souvenant ainsi de ce à quoi elle avait renoncé par peur d’être à nouveau blessée.
    Ce nouveau baiser lui arracha un soupir que ses lèvres permirent de franchir. Il serait temps de chasser le sentiment de bien-être qui l’habitait quand elle devrait faire face à la réalité. Elle ne le reverrait sans doute plus que dans le cadre de son travail. Les hommes bien souvent partisan du passage éclair dans sa vie, ce qui l’arrangeait. Les autres, elle ne leur laissait aucun espoir. C’était une sorte d’accord qu’elle avait passé avec elle-même depuis qu’elle avait dû chasser de sa vie Wesley. Elle ne s’autorisait aucune liaison sur le long terme, préférant le plaisir d’un froissage de drap passager à toutes autres formes d’intimité.

    Clignant des yeux pour regarder Eamon, Blake se souvint pourquoi il avait été si facile de céder. Il ne s’était jamais montré intéressé, elle n’avait jamais eu à jouer de ses charmes avec lui. Il n’était pas une menace pour son choix de vie. De plus, il était joli garçon, ce qui ne gâchait vraiment rien au tableau. À nouveau, elle se laissa aller à un sourire ensommeillé, appréciant cette attention ridiculement banale.

    À présent bien éveillée, elle s’étira tel un chat et chassa les mèches rousses qui lui tombaient devant les yeux. Leur étreinte de la vieille avait été particulièrement agréable et lui avait fait un bien fou. Le sexe avait cela de merveilleux, il détendait, même durant cette période chaotique de sa vie. Blake aurait presque vu s’en vouloir de l’avoir ainsi utilisé mais, même si cela semblait présomptueux, il devait très certainement y avoir trouvé son compte également.
    Ignorant la faim malsaine qui croissait au creux de l’estomac de son partenaire, elle s’appuya sur ses coudes pour observer le visage du nettoyeur, comme gênée par quelque chose. Elle oublia pourtant bien vite ce à quoi elle songeait quand il la salua.

    - « Et bonjour à toi. »

    Ni cassante, ni blessante, elle le salua simplement, se laissant retomber sur l’oreiller, ses cheveux s’éparpillant çà et là autour de son visage. Quand est-ce que leur relation de travail s’était-elle donc transformée pour qu’ils en arrivent à vouloir partager ça ? Réfléchissant quelques secondes, elle finit par décréter que rien n’avait changé. Ils n’étaient que deux adultes consentants qui avaient pris du bon temps.

    - « Bien dormi ? »

    La question la plus bête et la plus simple du monde passa ses lèvres. De la politesse faute de savoir quoi dire d’autre. Il fallait avouer qu’elle avait tendance à rapidement disparaître après avoir eu ce qu’elle désirait.


    Dernière édition par Blake N. Elms le Mer 8 Avr - 18:42, édité 2 fois
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Mer 8 Avr - 1:50


    Mon malaise ne s’attenue pas, grandit même, jusqu’à s’incruster dans mon cœur. Ma main, désormais libérée des boucles de la belle tremble soudain et je m’empresse de la dissimuler sous le drap afin de ne pas montrer cette légère faiblesse passagère. Je sais ce dont il s’agit, je sais qu’il s’agit de ma toute nouvelle nature, très étrange, qui se manifeste et renforce ma gêne. Presque effrayé de relâcher la verve du monstre en ouvrant la bouche, je me contente d’un timide sourire, incapable de totalement reprendre pied maintenant que la porte du doute s’est ouverte. Mes pensées dérivent malgré moi, encouragées par le manque de conversation de ce réveil presque gênant. Elles s’égarent de nouveau, s’enlisent dans des questions sans aucune réponse et j’ai presque envie de m’enfuir de ce lit, m’évader loin d’elle et me laisser respirer un air moins chargé d’hormones en tout genre. Incapable pourtant du moindre mouvement, je reste dans la même position, l’observant sans la voir, l’entendant sans l’écouter. Le bourdonnement à mes oreilles s’estompent juste assez pour attirer mon attention sur elle de nouveau et mes sens s’aiguisent de nouveau, parfaitement opérationnels. « Comme un bébé. » Réponse aussi concise que la question, renforçant la gêne qui s’installe sournoisement entre nous. Cela ne devrait pourtant pas être aussi difficile de discuter le matin avec une conquête d’un soir, mais je me rends compte rapidement qu’elle est différente des autres. Différente des femmes avec lesquelles j’ai couché depuis mon départ de New York, des années plus tôt. Différente de celles que je côtois depuis ma toute nouvelle transformation.

    La différence ne réside pas dans notre relation professionnelle, qui pourrait pourtant représenter une gêne, mais plus dans l’état d’esprit que je possède actuellement. Cette fille, je ne l’ai pas choisi pour sa beauté, encore moins sa personnalité et toujours pas pour son corps pourtant attrayant. Elle était là, simplement, au moment où j’ai eu besoin d’elle. A ce moment précis où mes sentiments confus ont envahis mon cœur, jusqu’à me laisser pantois et incapable de la moindre décision rationnelle. Ces sentiments dont je dois me défaire au plus vite. Pourrait-elle convenir pour les effacer ? Probablement, maintenant que j’y pense, mais pour cela, il faudrait que je commence par me sentir à l’aise près d’elle. C’était le cas, la veille, mais maintenant, sa présence à mes côtés me donnerait presque envie de vomir. Pas de dégoût bien sûr, ce serait l’insulter que de penser cela, mais plus à cause de cette indécision et ce souci intérieur qui me ronge. Ma faim se retrouve d’ailleurs reléguée quelque part dans mon esprit, tant tout cela me perturbe et m’ennuie. « Et toi ? Tu avais l’air de bien dormir. Alors je t’ai pas réveillé. Tu as un horaire ou… Je sais pas. Tu veux un petit déjeuner ? J’ai rien dans les placard, ni dans le frigo mais…enfin… Tu sais quoi… » Et soudain, le robinet de paroles s’est ouvert, laissant couler un flot de mots, à peine relier les uns au autres afin de former une phrase. Je ne me comprends pas moi-même et hésite vraiment à remonter le drap afin de me cacher tout entier dessous et me dérober à son regard. Au bout de quelques secondes, je le fais d’ailleurs, glissant lentement vers le fond de moi lit, le drap remonté au plus haut. « Oublie… » Ma voix sort de quelque part sous le tissu et je suis toujours incapable d’affronter son regard. C’est idiot, je sais que ça l’est, mais ce que je ressens actuellement l’est aussi et je préfère me dissimuler, plutôt que de voir un sourire moqueur sur son visage.

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Mer 8 Avr - 19:30

      Ignorant tout du malaise qui grandissait chez son partenaire, Blake choisit de garder la tête enfouie dans l’oreiller ou plutôt, de l’y remettre séance tenante. Quand elle pouvait se permettre de ne pas être du matin, elle en profitait. La culpabilité qui la rongeait reviendrait bien assez tôt, ainsi que le sentiment d’impuissance et d’indignité. Au lieu d’être ici, dans les draps d’un homme qu’elle ne connaissait pas réellement, elle aurait dû être dehors à battre le pavé pour retrouver son enfant. Mais, au lieu de ça, elle s’autorisait à respirer, à savourer jusqu’au bout l’intimité de ce réveil surréaliste et particulier. Surréaliste, car Eamon semblait à mille lieux de là, une chose qu’elle n’allait certainement pas lui reprocher. Elle-même n’était pas tout à fait présente, déjà en train de se fustiger lentement. Non pas pour ce qu’elle avait fait cette nuit mais, pour ce qu’elle n’était pas en train de faire. C’est pourquoi, lorsqu’il se mit à trembler, elle ne remarqua rien, trop préoccupée par ses propres tourments, son propre enfer. June lui manquait, c’était physique, viscéral. Un long frisson lui parcourut le dos et, par réflexe, elle remonta la couverture avant de poser une question et d’en avoir la réponse.

      Éloignant le tourment encore pour un instant, elle ferma les yeux, revenant intérieurement sur la nuit qu’elle avait passée. Allait-elle vraiment se culpabiliser pour avoir fait preuve de faiblesse ? Allait vraiment s’en vouloir d’avoir partagé le lit de l’un de ses informateurs ? Elle n’en savait vraiment rien. Elle ne s’était pas sentie aussi détendue depuis longtemps et cette soirée y était pour beaucoup, Eamon aussi, elle devait bien l’admettre. Elle n’avait pas à rougir de ce qu’ils avaient fait et pourtant, ils n’avaient pas été des plus discrets. Pas de mal à se faire du bien. Oui mais... June, sa fille. Bon sang, qu’est-ce qui lui avait pris ?
      Tirée de ses sombres réflexions par son partenaire qui semblait avoir retrouvé sa langue, elle rouvrit les yeux, légèrement embués malgré elle. Comment pouvait-on sortir autant de mots en si peu de temps et encore pouvoir respirer ensuite ? Son manège eut au moins le mérite de la faire sourire et d’alléger son cœur lourd encore un moment. Gesticulant pour ramper sous les draps et pouvoir le regarder en face, ses cheveux formaient une crinière remarquable.

      - « Je n’oublie rien du tout. Si tu as du café, ce serait parfait. Le reste est accessoire le matin. »

      Si les circonstances avaient été différentes, c’est une tout autre sorte d’activité qu’elle aurait choisie mais, au fond d’elle planait le spectre de la culpabilité. Deux sortes de culpabilité en vérité. Se forçant à sourire, elle baissa le drap d’au-dessus de leur tête pour pouvoir respirer.

      - « Et puis, dans le pire des cas, il doit y avoir autant de boulangeries ou de pâtisseries d’ouvertes que de bars. On ne mourra pas de faim. »

      On, pour ne pas dire je. Elle avait bien du mal avec l’idée d’avoir dormi auprès de l’homme qui avait partagé sa nuit. Elle ne faisait jamais ça. Vraiment jamais. Mais, elle n’aurait pas pu agir ainsi cette fois. Trop exténuée mais aussi - elle devait l’admettre - comblée, elle n’avait pas eu l’envie ni la force de partir comme une voleuse. Son réflexe habituel avait laissé place à la faiblesse et à la facilité, à nouveau.

      - « Désolée d’être restée hier soir. Ça n’était pas prévu. » Rien n’était prévu. « Je ne regrette rien mais, peut-être aurais-tu préféré ne pas me trouver là ce matin. » Ça n’était peut-être pas la meilleure chose à dire mais, il fallait qu’elle le dise. Comme pour mettre les choses au point.

      Sans doute beaucoup trop direct, elle n’avait jamais appris à manier le tact dans ce genre de circonstances. Cela dit, une grande partie de la gent masculine en manquait également. Peut-être que ça ne le choquerait pas, peut-être que si, elle n’en savait rien. Elle ne le connaissait pas assez pour savoir comment il allait réagir à ses propos. En réalité, à part son nom et l’emploi qu’il occupait, elle ne savait rien de lui et de son côté, c’était la même chose. Et, si leur relation pouvait en rester à ces points-là, ce serait parfait pour elle et elle l’espérait, pour lui aussi.
      Revenir en haut Aller en bas

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Jeu 9 Avr - 17:33


      Dissimulé sous mon drap, presque rougissant, je réfléchis à la dernière chose vue avant de disparaître sous la blancheur de ce bout de tissu. Ses yeux étaient humides. Cette constatation me glace légèrement le sang et relègue mes préoccupations personnelles au second plan. Peut être qu’elle n’a jamais eu l’envie de pleurer et que cette humidité n’est rien d’autre qu’un résidu du sommeil traînant encore dans son esprit. Et pourtant, l’idée de l’avoir fait pleurer, pour une raison obscure à mes yeux, me fait trembler légèrement de nouveau et mon esprit se trouve une toute nouvelle obsession. Qu’ai-je pu bien faire à cette pauvre demoiselle pour la faire pleurer ainsi… Mes pensées tourbillonnent, s’emmêlent et sont incapables de trouver une solution sur cette question qui me martèle le cœur. Ma réflexion pourtant, se stoppe lorsque la demoiselle apparaît soudain devant moi. Après avoir défié le challenge du drap, elle se stoppe juste sous mes yeux et mon regard se plante de nouveau dans le sien. Malgré moi, je laisse un petit sourire attendri sur mes lèvres, juste une seconde, avant de me refrogner juste assez pour regagner un visage neutre. Gêné une seconde par sa demande, je cherche une façon de m’en sortir sans attirer les soupçons. Depuis que j’ai découvert ma nouvelle nature, attirée par les rêves et l’énergie, dégoûtée de la nourriture et de tout ce que j’aimais auparavant. Toujours très attiré par la cuisine et ces goûts toujours si différents, mais si parfaits, j’ai pris ce côté de ma nature comme une malédiction, une punition envoyée par le Seigneur pour tous mes pêchés. Quoiqu’il en soit, j’ai vidé tous mes placards à la suite de cette découverte, pour ne plus déprimer sur cette perte. Quand elle me demande du café, je me sens donc mal à l’aise, une seule seconde, avant de finalement soupirer. « Je suis désolé. Mes placards sont réellement vides. Pas même un grain de café pour te satisfaire. » Mes phrases courtes, sont peut être un peu agressives, mais malheureusement, je ne m’en rends pas vraiment compte.

      La lumière extérieure m’agresse presque lorsqu’elle nous découvre et je cligne des yeux plusieurs fois et reporte une nouvelle fois mon attention sur la belle. « Je ne mange pas le matin de toute façon. » Mon ton s’est fait peut être un peu sec, je n’ai pas pu m’en empêcher. Cette réaction viscérale qui me prend dès que quelqu’un parle de nourriture autour de moi. C’est presque cruel pour moi, de voir les humains normaux se goinfrer comme ils le font, lorsque moi, à côté, je sens mes tripes se tordre d’envie. Mes pensées se recentrent bientôt sur la belle rousse et je suis surpris de sa facilité à m’empêcher de penser aux choses qui me perturbent pourtant intensément. A cette idée, je lui lance mon premier vrai sourire franc, qui s’estompe aussitôt en l’entendant parler. « Je t’ai pas demandé de partir. » De nouveau, mon ton est presque agressif, je ne le contrôle pas une seconde et je me maudis de réagir aussi mal à ses mots pourtant anodins. Immédiatement, je viens penser qu’elle ne voulait pas rester pour la nuit et être considéré comme un simple jouet pour la nuit me blesse plus que je ne le croyais. Bien sûr, ce n’est pas la première fois que je couche avec quelqu’un juste pour un soir, mais aucune d’elle n’a jamais cru nécessaire de partir après l’affaire finie. La séparation au matin est toujours plus agréable pour moi, qui souffre souvent de la solitude du réveil. « Tu peux partir si tu veux. » Encore une fois, une agression gratuite qu’elle ne mérite pas une seconde et je ne comprends pas pourquoi je m’acharne ainsi sur quelques mots pourtant inoffensifs. Elle ne mérite pas tant d’acharnement alors je prends sur moi, plutôt difficilement, avant de lâcher, d’une voix plus calme, presque hésitante. « Mais tu peux rester aussi. J’ai rien à manger, mais j’ai une baignoire… » Sans me préoccuper de ma nudité, je sors soudain du lit, plus pour me permettre de reprendre contenance que pour la fuir…

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Invité
        Invité






        MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Jeu 9 Avr - 21:33

        Ce petit jeu de cache-cache était divertissant, tant qu’il ne durait pas encore pendant cent-sept ans. Blake n’avait rien contre ce genre d’attitude, elle trouvait même ça mignon dans une certaine mesure. Elle avait été ramenée au présent plutôt plaisant bien que culpabilisant et de fait, elle comptait bien y rester le temps que cela durerait. S’arranger avec elle-même, elle le faisait continuellement, elle le ferait encore même si sa conscience lui ferait payer au centuple sa conduite présente. Une des raisons pour lesquelles elle avait juré que ce qui lui arrivait se paierait d’une façon ou d’une autre. Elle ne comprenait que trop bien l’état des mères qui avaient perdu leur enfant. Mais, surtout, elle comprenait à présent leur rage devant l’attitude du monde. Les gens s’en fichaient tant que ça n’était pas la chair de leur chair qui leur était enlevée. Une attitude qu’elle ne pouvait plus comprendre désormais, tant l’indifférence de ceux chargés de retrouver son enfant était blessante. Ce fait l’avait d’ailleurs poussée à ne même pas en parler, gardant son chagrin et sa peine pour elle-même.

        Ayant décidé d’aller rechercher Eamon sous les draps, elle tâcha de s’y employer le sourire aux lèvres et de la façon la plus ridicule possible. Chose qui, avec une crinière comme la sienne n’avait vraiment rien de difficile. Son ennemi suprême après cette quête matinale serait sa brosse à cheveux.
        Lui arracher un sourire fut une belle victoire mais, son visage fermé et renfrogné une gifle remarquable. Quant au ton employé... il est agressif bien que contrôlé. Quel était donc son problème ? Il n’était question que de café ! Et à nouveau, il poursuit sur un ton plus sec encore, plus agressif, plus cassant. Sa bonne humeur retrouvée déjà bien entamée, Blake commençait à se sentir tendue, amère presque. Elle n’avait rien dit qui méritait pareille mauvaise humeur, mis à part le fait qu’elle aurait peut-être dû s’esquiver. Et d’ailleurs, il enchaîna, finissant de mettre à terre le brin de sérénité qu’elle avait retrouvé avec cette nuit.
        À présent magistralement bien réveillée, et les pieds à nouveau ancrés sur terre, elle remit ses cheveux en place d’un geste sûr, efficace et sec. Étudiant méthodiquement la répartition de ses biens dans la pièce, elle était prête à prendre sa pseudo-proposition au pied de la lettre. Aussi, quand la suite, plus douce arriva, il était déjà trop tard.

        - « Il faut savoir ce que tu veux Eamon. Me mettre dehors ou prendre un bain ? Seul ou accompagné ? Décide-toi, car si ce genre de réveil te met dans cet état à chaque fois que tu ramènes une femme chez toi, je n’aimerai plus m’y trouver et j’aurais effectivement dû mettre les voiles. »

        Avec la mauvaise humeur, arriva sa verve exemplaire. Elle n’était pas du genre à faire des esclandres pour une histoire de passage, sauf quand cette histoire ne savait que faire de sa présence. Là, en l’occurrence, sa présence semblait poser un sérieux problème. Le laissant fuir, elle se saisit de l’un de ses pics pour maintenir ses cheveux en un chignon approximatif. Pas plus gênée que lui par sa nudité, elle se leva pour récupérer le deuxième pic qui avait roulé près du pied d’un meuble.

        - « Si la mauvaise humeur de monsieur pouvait s’expliquer, j’aimerais savoir si ma présence dérange ou bien est désirée. Histoire que je sache si je risque de vouloir te noyer dans la baignoire ce qui me ferait perdre un précieux contact. »

        Mauvaise, elle pouvait l’être. Elle n’appréciait pas pour autant cette capacité. Elle se savait étonnamment placide et que ça ne la rendait que plus incisive. Elle avait tendance à trouver les mots justes et elle n’aimait pas en user pour être désagréable. Elle regrettait à présent de ne pas être partie comme une voleuse. Les hommes ne pouvaient-ils donc pas se montrer adulte à compter du moment où ils avaient couché avec une femme ? Dire qu’après, c’était elle qui passait pour l’hystérique. Un comble.

        Campée sur ses deux pieds, elle attendait. En soi, c’était un petit miracle. Si la soirée n’avait pas été aussi bonne, elle aurait ramassé ses affaires, se serait rhabillée derechef et serait partie sans un mot et sans se retourner. Quelque part, il avait cet avantage d’avoir un savoir faire notable sous la couette. Oui, c’était presque aussi affreux que de l’avoir utilisé et de s’être laissé aller.
        Revenir en haut Aller en bas

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 651
        ↳ Points : 551
        ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
        ↳ Age : 27
        ↳ Avatar : Jack Falahee
        ↳ Age du Personnage : 27 ans
        ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
        ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
        ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
        ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
        ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
        ↳ Couleur RP : tan



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: darkshines
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Ven 10 Avr - 2:44


        J’ai conscience que mon attitude n’est pas très nette, voire carrément confuse, mais ce n’est que le pâle reflet du tourment intérieur qui m’agite plus que de raison. Ce sont probablement tous les sentiments diffus et étranges que je ressens pour Bastien qui me mettent dans l’embarras face à la demoiselle. A cela, on ajoute un sentiment de rejet, que j’ai presque aussitôt ressenti en entendant ses mots. Et lorsque je me rends compte que c’est de cela qu’il s’agit, mes poings se serrent, juste une secondes et je me mets à rougir soudain. Heureusement, debout, je lui tourne le dos et elle ne se rendra probablement pas compte de ma honte soudaine. A ses mots, je me retourne vers elle, espérant intérieurement que ma rougeur aura disparu. Emporté par sa verve, je ne trouve pas aussitôt les mots pour lui répondre et lorsqu’ils s’alignent enfin convenablement dans mon esprit, je n’ai pas le temps de les prononcer qu’elle enchaine déjà. Cette fois, je baisse la tête, par réflexe, comme à mon habitude lorsque je me fais réprimander. Cela ne dure jamais bien longtemps et cette fois n’échappe pas à la règle. Cela ne dure qu’une seconde avant que je ne relève visage et regard vers les siens. Malgré moi, je me prends à observer chacune de ses courbes, que je trouve absolument magnifiques. C’est une belle femme et la couleur de ses cheveux m’enchante réellement. Perdu dans mes contemplation, je mets plusieurs secondes à me rendre compte qu’elle m’observe, attendant probablement une réaction de ma part, qui tarde à venir.

        Mes mots, qui avaient sonné si bien dans mon esprit, se sont perdus désormais et je me retrouve de nouveau sans voix face à elle. C’est assez agaçant en soit, mais au moins, cela me permet de ne pas sortir de stupidités, comme à son réveil. Pourtant, je sais que je vais devoir parler, le plus vite possible pour ne pas la faire fuir très loin de moi. Sans savoir pourquoi, je refuse cette possibilité alors sans plus réfléchir, je me lance finalement. « Je suis pas de mauvaise humeur. C’est juste que… Enfin t’as dit que tu regrettais pas. Sauf que t’as dis aussi que tu aurais du partir. C’était pas cool. » Malheureusement pour elle, je n’ai jamais pris « explications claires » comme option à l’école, si bien que mes mots doivent lui sembler bien obscurs. Pourtant, ils ont réussi à me détendre juste assez pour lui sourire de nouveau et même venir m’approcher. Ma main vient effleurer son visage d’une caresse aérienne et quelques secondes après, elle vient se nicher dans son cou, plus douce que mon visage, qui a du mal à se détendre. « Prendre un bain. Pas seul. Et un autre de tes réveils à mes côtés. C’est ça que je veux… » Je crois. Au fond, je n’en suis pas sûr, mais il est temps de stopper cette vague de questions qui me rend malade, cette vague de sentiments qui me débecte tout autant. Je me dois de retrouver une joie de vivre, que j’ai l’impression d’avoir perdue depuis bien trop longtemps.

        Rien d’autre ne compte maintenant à mes yeux et j’espère qu’elle acceptera de rester un peu plus longtemps, malgré ma mauvaise humeur précédente. « Reste un peu plus. Commence à te baigner et je te ramènerai à manger… » Sans crier gare, je viens d’ailleurs déposer mes lèvres sur les siennes afin d’éviter de réfléchir. Agir, pour ne plus sans cesse se poser des questions sans réponses. Mon souffle se bloque légèrement tandis que mon cœur semble battre la chamade sans parvenir à s’arrêter. Depuis ma transformation, je n’ai jamais enchaîné deux situations aussi intense à l’affilé et j’espère ne jamais perdre le fil, ne pas m’enfoncer dans des abimes noires que je ne désire jamais rencontrer. Tout comme dans le fond, j’espère ne pas ressentir le besoin de me nourrir sur la demoiselle. Cela serait bien trop dur pour moi d’y résister, tout comme je m’en voudrais à jamais de m’être laissé aller sur elle…

        _________________
          i just need some hope
          LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?


          Dernière édition par Eamon Grimes le Dim 12 Avr - 2:04, édité 1 fois
          Revenir en haut Aller en bas
          Voir le profil de l'utilisateur

          Invité
          Invité






          MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Ven 10 Avr - 23:40

          Blake refusait catégoriquement d’être la cible de la mauvaise humeur de quelqu’un. Elle se donnait la peine d’épargner son entourage, restait calme aussi souvent que possible et surtout, la majorité du temps, elle n’entrait même pas dans le jeu de la dispute. Il était donc hors de question qu’elle s’y mette avec un homme qu’elle connaissait à peine et avec qui elle avait juste partagé un lit. Il pouvait s’être levé du mauvais pied pour quelques obscures raisons mais, il se défoulerait seul. Elle avait d’autres choses à l’esprit que pour se lancer dans une joute inutile. Elle ne parviendrait qu’à s’y épuiser les nerfs et les siens étaient déjà en assez piteux état. Elle avait dit ce qu’elle avait à dire, il pouvait à présent en faire ce qu’il voulait mais, il valait mieux qu’il se décide. Et rapidement. Ses offres avaient bien souvent une durée limitée dans le temps et la patience n’était pas tout à fait son fort.
          Au moins avait-il le cran de se sentir ridicule puisqu’elle le vit baisser la tête. Elle supposait que c’était en raison de sa petite tirade et, elle l’espérait. Quel âge avait-il bon sang ? Et voilà qu’il la détaillait comme on choisissait un menu de restaurant. Les hommes étaient parfois si compliqués et si simples à la fois. Pas étonnant qu’elle ait un carnet d’informateurs si bien rempli finalement.

          À mesure que les secondes s’égrenaient, elle perdait patience. Elle ne lui devait absolument rien. Pourquoi attendait-elle ? Insidieuse, une petite voix lui rappela que si, elle lui devait quelque chose. Elle l’avait utilisé, elle avait rompu son propre code et couché avec l’un de ses contacts. Et même s’il n’était pas de ceux à l’espérer, elle avait dérapé. Elle pouvait se raconter toutes les histoires du monde, sa faiblesse avait pris le pas et elle avait merdé. Plus qu’agréablement merdé, mais merdé quand même.
          Enfin, il se mit à parler. Malheureusement, il lui était difficile de saisir où il voulait en venir. L’avait-elle réellement froissé parce qu’elle avait parlé de partir avant son réveil ? Un sentimental ? Il ne lui manquait plus que ça. Elle se sentait véritablement affreuse mais, elle n’aimait pas ça. Pourtant, quand il s’approcha et fit preuve de tendresse... elle ne s’esquiva pas. Elle soupira. Ses mots étaient dérangeants mais, malgré tout, elle restait plantée là. Non, sa faiblesse ne pouvait pas aller jusque-là. Elle n’avait pas le droit de l’utiliser ainsi, lui qui semblait si... fragile. Bon sang, elle était tombée sur le seul cœur d’artichaut de toute la Nouvelle-Orléans. Un minimum honnête, elle soupira à nouveau, le regardant dans les yeux.

          - « Je ne sais pas si je serai capable de te donner ce que tu réclames mais... pourquoi pas commencer par un bain ? »

          Dans quoi s’embarquait-elle, elle se le demandait. Elle ne voulait rien, certainement rien de suivi en tout cas et dans la bouche d’Eamon, la requête sonnait comme telle. Aleksi était réapparu dans sa vie, June avait disparu, l’ombre de Wesley planait toujours... Vraiment, le moment n’était pas propice. Même pas pour une simple relation physique. Cette histoire allait forcément devenir problématique. Pourtant... Pourtant, elle acquiesça.
          Atteignant un nouveau stade, sa culpabilité s’accrut. Envers sa fille mais aussi envers lui. Elle était en train de choisir de l’utiliser en âme et conscience. Elle allait se servir de ce brave type pour combler un besoin physique d’affection que nul ne pouvait lui apporter.

          - « D’accord. Pourquoi pas après tout. » Elle capitula.

          Prise a dépourvu par le baiser, elle coupa court à toute réflexion et commença à se détendre à nouveau. Ayant signé sa reddition en secret, elle le regarda avec attention.

          - « Ne t’ennuie pas avec le petit déjeuner... Tout ce dont j’ai réellement besoin le matin, c’est d’un café bien serré avec une dose de sucre. La caféine, c’est mon poison. »

          Elle ne fumait pas, ne buvait que modérément depuis des années et n’avait touché à rien de louche depuis plus longtemps encore. Mais, la caféine, c’était son addiction. Elle aurait pu en boire des litres sur une seule journée qu’elle n’aurait eu aucun problème supplémentaire de sommeil.
          Revenir en haut Aller en bas

          Féminin
          ↳ Nombre de messages : 651
          ↳ Points : 551
          ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
          ↳ Age : 27
          ↳ Avatar : Jack Falahee
          ↳ Age du Personnage : 27 ans
          ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
          ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
          ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
          ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
          ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
          ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
          ↳ Couleur RP : tan



          Feuille de perso
          ↳ Copyright: darkshines
          ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
          ↳ Liens du Personnage
          :



          MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Dim 12 Avr - 20:47


          Son soupir, lorsque je m’approche, reste totalement incompréhensible, mais je préfère ne pas m’y pencher. Réfléchir de trop est bien ma faiblesse et si je laisse mon esprit vagabonder encore, pour un détail aussi minime que ce dernier, je risque encore une fois de passer pour un imbécile aux yeux adorables de la rouquine. Je reste donc focalisé sur son regard, que j’ai capturé du mien, dans l’évident désir de ne pas la laisse partir aussi facilement. J’utilise pour cela mes meilleurs arguments, bien plus doués que mes mots, bien plus doux que mes pensées, à savoir mes mains, mes lèvres. Cela ne fonctionne pas réellement comme je l’ai escompté, néanmoins au lieu de me heurter à un violent refus j’entrevois un compromis, une faille, dans laquelle je vais m’empresser de glisser. « Un bain alors. Pour le reste, je suppose qu’on verra plus tard. » Je laisse un fin sourire traîner sur mes lèvres, conscient d’avoir fait mon premier pas sur le chemin que je peine à tracer devant moi. Cette route, pour l’instant dans un état déplorable, qui m’entraînera le plus vite possible loin de Bastien, de sa détresse que je meurs envie d’empêcher et de mon cœur, que je lui ai remis sans en avoir conscience et sans le vouloir.

          Tout mon cerveau se focalise soudain sur lui et je me retrouve le cœur battant, très stupidement. Je suis pourtant près d’une femme magnifique, doté d’un esprit que j’envie parfois, et me voilà en train de penser à l’homme qui hantait l’hôpital, près de ma sœur. Cet homme que je ne peux continuer à considérer comme une personne à aimer. La raison de mon jeu actuel, qui vise à conserver la présence de la journaliste près de moi. Ces pensées m’envahissent, m’empêchent de penser de façon claire, m’empêchent de me comporter normalement et m’empêchent de l’écouter lorsqu’elle acquiesce à ma demande. Je profite donc de cette confusion interne pour me faire plaisir, juste une seconde, en déposant mes lèvres sur les siennes. Ce baiser, bien qu’impromptu, atteint deux buts complètement distincts. Premièrement, il me permet de trembler, une nouvelle fois, mais pour les courbes gracieuses de ma compagnon d’une nuit, plutôt que de me laisser emporter par mon cerveau parfois dérangé. Deuxièmement, il me calme, apaise mon esprit et s’impose comme la seule et unique chose dont je dois me préoccuper maintenant. C’est lorsque je goûte à ses lèvres de nouveau que je parviens à me souvenir pourquoi je l’ai choisi elle entre toutes, pour me faire oublier l’inoubliable.

          Encore une fois, je suis parvenu in extremis à recentrer mon attention sur ma douce invitée, quand bien même un nouveau souci s’impose à moi de nouveau. Cette faim terrible erre dans mes entrailles, grattant inexorablement l’intérieur de mon être, cherchant probablement à se frayer un chemin pour s’évader de sa prison de chair, jusqu’à envahir la belle devant moi. Je maintiens pourtant le monstre, tirant sur ses rênes pour le calmer et l’empêcher d’avancer. Lorsqu’elle sera parti, je pourrais enfin laisser court à mon intérieur démoniaque, celui qui me mènera en enfer plus surement que les pêchés de chair que j’accumule depuis mon adolescence. Soudain conscient d’être retourné loin d’elle, je secoue la tête, une seconde, avant d’utiliser ma seconde main pour remettre une mèche rebelle, qui semble avoir échappé à son chignon, derrière son oreille, un sourire doux aux lèvres.

          « Je peux aller te chercher un café si tu le désires. Je suis à tes ordres ce matin. » Mon sourire s’élargit doucement, jusqu’à devenir presque éclatant. J’essaye vraiment de me comporter comme un homme parfait, pour l’attirer à moi, sans faire trop d’efforts, et d’une certaine façon, cela m’amuse. Depuis des années, je n’ai pas joué au jeu de la séduction et si je me trouve rouille, je ne peux m’empêcher de prendre du bon temps à essayer. « Te prends pas la tête avec ce que je t’ai dit plus tôt. Je ne te demande pas en mariage hein ? C’est juste que… C’était agréable de te trouver dans mes bras ce matin. Vraiment très agréable. » Peut être en fais-je un peu trop, mais j’essaye réellement de me comporter comme l’attendrait une femme. Ces quelques mots prononcés, je quitte la douceur de sa peau pour me diriger dans la salle de bain, préparant aussitôt un bain. L’eau coule bientôt et je reviens dans la pièce, un sourire aux lèvres. « Un bain pour la demoiselle en route. Alors ? Café du coup ? » De nouveau un sourire… Un besoin de gagner de points… qui ne s’atténuera pas de sitôt…

          _________________
            i just need some hope
            LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
            Revenir en haut Aller en bas
            Voir le profil de l'utilisateur

            Invité
            Invité






            MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Lun 13 Avr - 15:00

            Blake n’était pas particulièrement friande des situations comme celle-ci. Eamon était mignon, charmant mais, il semblait si... fragile. Bien entendu, elle pouvait se tromper, elle ne le connaissait pas et il aurait très bien pu afficher un tel comportement à dessein mais, elle n’arrivait pas à se défaire de cette image. Elle avait l’impression que par une réflexion suffisamment mauvaise et bien placée, elle pourrait faire facilement beaucoup de dégâts. Au moins, il lui serait peut-être facile de s’en débarrasser s’il se montrait trop encombrant ou bien s’il se mettait à représenter une menace quelconque pour son équilibre. Être méchante n’était pas quelque chose qu’elle aimait être mais, s’il le fallait, elle en passerait par là. Se protéger était devenu une nécessité avec le temps. Pour l’heure, elle avait capitulé et préférait profiter du moment même si la culpabilité la rongeait. Elle en avait besoin, plus qu’elle ne pouvait l’imaginer.

            - « Oui, c’est une bonne idée. »

            Au moins cela semblait-il le ravir. Elle ignorait ce qu’il voulait, ce qu’il recherchait exactement et elle s’en fichait, finalement. Elle n’avait qu’une envie, celle d’en profiter autant que possible tant que c’était possible. Elle ignorait si elle en serait vraiment capable mais, il le fallait, pour son bien à elle. Elle ne pouvait continuer ainsi à faire barrage à tout ce qui la dérangeait un tant soit peu, sinon, elle finirait rapidement sur les genoux. Elle n’avait su, avant cette nuit, qu’elle était dans un tel état d’épuisement, un tel état d’isolement. Tout ce qui lui arrivait ces derniers temps, de la disparition de June à la réapparition d’Aleksi... c’était trop. Beaucoup trop. L’unique fait qu’elle avait ainsi enfreint ses propres règles, était une preuve suffisante. Elle allait savourer, profiter, utiliser ce pauvre Eamon et assumerait les conséquences, quelles qu’elles soient.
            Ces quelques instants de réflexions passés où elle ne le vit pas secouer la tête lui firent le plus grand bien. Sa décision était prise. Elle sourit lorsqu’il lui remit une mèche de cheveux derrière l’oreille. Décidément, cet homme était vraiment trop doux pour son propre bien et le sien aussi peut-être.

            Réfléchissant à ce café comme si sa vie en dépendait, elle se dit que l’envoyer jouer les ravitailleurs n’étaient peut-être pas très sympathique de sa part. Pourtant, un bon café bien chaud ne pourrait que lui faire du bien, à l’instar de ce bain et de ces quelques moments de douceurs. Bien malgré elle, le mot mariage la fit tressaillir. La réaction était instinctive, presque viscérale. Elle n’avait jamais fuit l’engagement jusqu’à Wesley mais, elle avait bel et bien une dent contre le mariage, une dent solide que sa mère s’était assurée de consolider.

            - « Je comprends, c’était aussi très agréable pour moi, même si j’ai perdu l’habitude de me réveiller auprès de quelqu’un. Mais... évitons de faire des plans s’il te plait. Il arrivera ce qu’il arrivera d’accord ? »

            Déjà cette simple phrase sonnait comme un engagement à ses oreilles et elle n’aimait pas ça. Elle était à peu près certaine que malgré tout le bien que lui avait fait cette soirée et cette nuit, elle aurait bien du mal à remettre le couvert avec lui. La simple idée de recommencer était aussi séduisante qu’effrayante, bien que la perspective d’un amant n’avait, elle, rien d’horrifique. Décidément, elle avait un grave problème avec la perspective d’un engagement, même probablement inexistant. Mais, c’était bien le probablement qui l’effrayait. Elle aurait préféré du catégorique. Les mots qu’il avait utilisés refusaient de la laisser en paix.
            Le laissant partir pour prendre le temps d’analyser encore un peu ce qui se tramait en elle, elle s’étira tout en tendant l’oreille pour écouter l’eau couler. Un bain... voilà qui lui ferait beaucoup de bien.

            - « J’ai des scrupules à te faire sortir mais... un café serait vraiment la cerise sur le gâteau. J’ai vraiment besoin de caféine le matin. » Ou quelle que soit l’heure à laquelle elle ouvrait les yeux d’ailleurs.

            Ne comptant pas se balader nue plus longtemps, elle ramassa au moins sa chemise et enfila sa culotte. Elle n’était pas vraiment pudique mais, elle préférait éviter d’attirer le regard d’hypothétiques voisins.

            - « Ce n’est pas trop loin au moins ? Le café je veux dire. Parce que sinon, je peux t’accompagner. Le bain peut attendre. »

            Il fallait bien qu’elle se fende de quelques efforts après tout, gentil comme il était... D’ailleurs, la question s’imposa d’elle-même. Comment pouvait-on être aussi gentil ? Ses amours avaient été une catastrophe et elle ne comptait pas recommencer en la matière mais, et si elle avait rencontré un homme comme lui avant que son cœur ne soit un champ de ruines, comment les choses se seraient-elles passées ? Malheureusement, cette simple interrogation lui broya le cœur. June... June n’aurait pas été là. Aussi, même si le père de son enfant était une raclure, elle écarta derechef ces pensées. Son cœur était un désert de glace et elle vivait très bien avec lui. Elle ne devait, pouvait rien regretter.
            Revenir en haut Aller en bas

            Féminin
            ↳ Nombre de messages : 651
            ↳ Points : 551
            ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
            ↳ Age : 27
            ↳ Avatar : Jack Falahee
            ↳ Age du Personnage : 27 ans
            ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
            ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
            ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
            ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
            ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
            ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
            ↳ Couleur RP : tan



            Feuille de perso
            ↳ Copyright: darkshines
            ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
            ↳ Liens du Personnage
            :



            MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Mer 15 Avr - 21:07


            Un fourmillement étrange s’empare de mon estomac, bien différent de la faim que je réprouve depuis quelques minutes. Je ne mets pas longtemps pour reléguer ce sentiment au fin fond de mon esprit. Pour une fois que je parviens à me défaire de presque toutes mes pensées, je ne souhaite pas emplir de nouveau mon être de questions sans réponses. En approchant Blake la nuit dernière, j’espérais bien ne plus réfléchir, pour uniquement me préoccuper de son bien être. Je n’ai qu’un seul but maintenant, m‘occuper de tomber amoureux d’elle, pour me débarrasser d’un poids bien trop important sur mon être tout entier. Naïvement, je crois dur comme fer que la demoiselle est la fille qu’il me faut, sur tous les plans possibles. Je ne saurais dire pourquoi mes tripes me poussent vers elle mais une chose est certaine, je compte bien tout faire pour la garder près de moi. La charmer, me montrer indispensable et apprendre à ressentir pour elle ce que j’ai pu ressentir dans le passé pour une femme… et indirectement ce que je ressens actuellement pour Bastien. De nouveau, mes pensées convergent vers lui, mais je m’empresse d’écouter ce qu’elle me dit, me concentrant un maximum pour m’empêcher de divaguer encore une fois. Mes sourcils se froncent, rien qu’une seconde, alors que je constate pour la première fois la difficulté que je pourrais rencontrer dans mon tumultueux chemin pour la conquérir. Bien sûr, faire des plans n’est pas non plus dans mes projets pour l’instant, mais à l’instar de mots prononcés plus tôt, j’ai l’impression qu’en prononçant ces derniers, elle ne s’évertue qu’à me pousser loin d’elle.

            Je prends peur de voir mon plan si génial dévoilé au grand jour par ses grands yeux noisettes. C’est probablement stupide étant donné que je n’en connais pas moi-même les tenants et aboutissants, néanmoins je ne peux m’empêcher de paniquer, juste une seconde, probablement une de trop. Heureusement, je me soustrais à son inquisition, préparant un bain dont elle se souviendra, je l’espère, pendant longtemps.

            Lorsque je reviens finalement dans la pièce, j’esquisse une légère moue déçue à la voir rhabiller. Mon regard ne peut se balader aussi librement sur son corps que j’estime parfait et cela me frustre une seconde. « Tu comptes te baigner habillée ? C’est pas commun ! » Un large sourire accompagne ma question, même si mon esprit bouillonne de pensées tout aussi perverses que envieuse. Deux pêchés que je m’empresserais de punir une fois seul, mais pour l’instant, je souhaite simplement m’y adonner. Je suis pourtant dérouté par sa demande. Cela m’ennuie, juste un peu, de devoir sortir. Au fond, je suis purement effrayé de la voir quitter mon appartement dans le même temps, sans volonté d’y revenir un jour. Bien sûr, si elle le désire vraiment, je ne la garderai pas contre son gré entre mes murs, même si cela me ferait plus de mal que je pourrais l’avouer. Sa proposition suivante amenant un léger sourire sur mes lèvres, que je me trouve incapable de réprimer. Cela me prouve inconsciemment, qu’elle ne désire pas s’enfuir loin de moi, chose que je trouve vraiment réconfortante. « C’est juste à côté. Détends toi ! Plonge toi dans l’eau chaude et profite ! Je reviens. » M’approchant d’un pas vif d’elle, je dépose un très léger baiser sur son nez, avant de me pencher pour attraper un pantalon et un t shirt, que je m’empresse d’enfiler afin de satisfaire ma belle d’un café.

            Mes peurs reléguées au fin fond de mon esprit, je me sens un peu plus léger et beaucoup mon réticent à l’idée de la laisser seule chez moi. Pourtant, en passant la porte, après un dernier regard pour elle, je me mets presque à courir, afin de mettre le minimum de temps. Empressé, il ne me faut pas plus d’une dizaine de minutes pour retrouver ma porte, devant laquelle je reste quelques secondes, la peur de la voir partie de nouveau présente, sournoise, dans mon cœur. Difficilement, je déglutis, ouvre la porte et pénètre enfin dans mon antre, cherchant des yeux la belle…

            _________________
              i just need some hope
              LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
              Revenir en haut Aller en bas
              Voir le profil de l'utilisateur

              Invité
              Invité






              MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Jeu 16 Avr - 11:23

              Si Blake avait signé intérieurement sa propre reddition, elle n’en demeurait pas moins ennuyée par la situation. Et bien qu’elle cherchait à ne pas trop penser à celui que semblait être Eamon, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Tout dans son attitude lui donnait l’impression qu’elle devait prendre la fuite. Trop gentil, trop attentionné, trop... tout. Son désir de la revoir n’était pas étranger dans cette envie presque constante de prendre la porte. Elle ne s’interdisait pas de passer du bon temps mais, elle s’interdisait l’investissement. Pour le moment, elle en était évidemment très loin et elle espérait que ça resterait ainsi. Malheureusement, la rouquine avait tendance à se projeter si loin qu’elle avait tendance à prévoir la catastrophe rapidement. Toujours préparée aux pires éventualités, elle n’envisageait même pas que la situation puisse évoluer en sa défaveur. Tout ceci n’était qu’un simple moyen de détente à ses yeux. Rien de plus. Elle était bien loin d’imaginer qu’il en allait autrement pour Eamon ou du moins qu’il avait des projets bien spécifiques en tête.

              Légèrement moins dévêtue, elle haussa un sourcil devant l’air déçu de son partenaire de la nuit dernière. S’il y avait une chose pour laquelle les hommes étaient tous pareils, c’était bien ça. Ils ne pouvaient vraiment pas s’empêcher de reluquer. C’était plus fort qu’eux.

              - « La chemise mouillée, c’est une institution, tu ne le savais pas ? » Elle secoua la tête comme pour chasser cette énorme bêtise. « Plus sérieusement, je n’ai aucune envie que tes voisins profitent de la vue. Je ne suis pas vite gênée mais, il y a des limites à ce que je daigne montrer. »

              Ne comprenant pas le sourire qui découlait d’une simple demande de café ou d’une proposition de l’accompagner, elle laissa tomber. Ce gars-là changeait d’humeur comme un rien et cela devenait franchement compliqué à suivre. Tantôt agressif, tantôt proche de la faire fuir avec un surplus de gentillesse, elle ne savait pas vraiment quoi penser. Elle n’était pas le moins du monde habituée à être ainsi traitée et sans la déranger, elle trouvait ça étrange. Etrange parce que... Bon sang, parce qu’une seule personne avait été à ses petits soins et une seule avait jamais reçu les siens.
              Elle réprima un frisson. S’il venait s’ajouter au tableau, elle n’avait pas fini de se pourrir la matinée. Franchement, elle n’avait pas besoin de ça, surtout pas dans un cadre pareil. C’était on ne peut plus dérangeant et... malsain, franchement malsain. Se focalisant sur Eamon, elle n’eut même pas le temps d’acquiescer. En un rien de temps, il était là, à lui embrasser le nez, avant de filer comme s’il avait le diable aux trousses.

              Seule, elle eut la nette impression de ne pas du tout être à l’endroit où elle devrait être. La culpabilité revenait à la charge, encore et toujours. Observant autour d’elle, elle finit par laisser tomber et plongea en pleine réflexion. Plus rien ne la préoccupait plus que June. Elle soupira et retint des larmes qui ne se tariraient pas si elle se laissait aller. Se dirigeant vers la salle de bain et le bruit de l’eau, elle retira ce qu’elle avait enfilé avant de se glisser dedans, sans se préoccuper de la température que le bain pouvait avoir. Chaud mais, pas trop, une chance. Elle se débarrassa des pics dans ses cheveux et s’enfouit la tête sous l’eau. Les sons assourdis, comme dans un autre monde, elle tenta de chasser ses idées noires. C’est ainsi qu’elle prit la décision de creuser une dernière fois avant d’aller le voir et de laisser libre cours à toutes ses accusations.
              Refaisant surface, elle jugea qu’il y avait bien assez d’eau et stoppa tout. Prenant toute la place sans vergogne, elle entendit la porte s’ouvrir à nouveau après quelques minutes. Les yeux fermés, elle avait l’impression que le temps s’était écoulé trop vite.

              - « Et bien, tu ne plaisantais pas en disant que c’était juste à côté. Je te dois combien pour le café ? »

              Une question qui lui semblait parfaitement légitime. Elle n’allait certainement pas le laisser payer à sa place. Elle ne savait pas où il se trouvait exactement alors elle pencha un peu la tête vers l’embrasure de la porte en gardant ses cheveux dans la baignoire pour ne pas mettre de l’eau partout.

              - « Tu as l’air surpris. J’ai juste écouté ton conseil. C’est la chemise par terre qui te déroute ? Tu aurais préféré que je la garde ? Parce que ça peut encore s’arranger. »

              Comme quoi, elle pouvait y mettre du sien de temps en temps.
              Revenir en haut Aller en bas

              Féminin
              ↳ Nombre de messages : 651
              ↳ Points : 551
              ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
              ↳ Age : 27
              ↳ Avatar : Jack Falahee
              ↳ Age du Personnage : 27 ans
              ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
              ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
              ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
              ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
              ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
              ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
              ↳ Couleur RP : tan



              Feuille de perso
              ↳ Copyright: darkshines
              ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
              ↳ Liens du Personnage
              :



              MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Dim 19 Avr - 23:16


              Mon souffle court s’échappe sporadiquement de mes lèvres tandis que mon palpitant résonne contre ma cage thoracique. Mes yeux s’égarent sur tous mes meubles, l’un après l’autre, à la recherche d’une chevelure de feu, que je ne vois pourtant pas. C’est plusieurs secondes qui s’écoulent avant que mon cerveau ne se remette en marche, insufflant logique et réponses à mon esprit défaillant. La salle de bain. Bien sûr qu’elle doit être dans la salle de bain. Désormais un brin rassuré, je laisse la porte se refermer derrière moi et resserre ma poigne sur la tasse en carton, incapable de me détendre totalement. C’est stupide pourtant de se mettre dans un état pareil, juste à cause d’un coup d’un soir, qui n’envisage pas une seconde de faire des projets pour la suite. Probablement aurais-je pu faire un meilleur choix pour oublier Bastien mais elle est si belle que je n’ai su lui résister. Quoiqu’il en soit, j’avance lentement vers la porte toujours entrouverte de la pièce suivante et lorsque mes yeux se posent enfin sur elle, je me permets un étrange sourire, à mi chemin entre le ravissement et la surprise. Je l’observe, plusieurs secondes, avant de me rendre compte de l’absurdité de sa question. « Rien du tout. Je suis un très mauvais maître de maison, incapable de te proposer du café. Cette tasse est donc sur mon compte. » Mes mots se sont précipités, bien avant d’avoir le temps de les penser et je me mords les lèvres inconsciemment, ne sachant pas vraiment s’ils étaient convenables. Après tout, cela me semble normal de lui offrir un café, cependant, les réveils après les coups d’un soir, ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Inhabituellement sobre et libre de toute gueule de bois, je me retrouve étrangement gauche. Pourtant, lorsqu’elle reprend la parole, repartant sur quelques mots lancés plus tôt, je me sens de suite plus à l’aise et me décide enfin à entrer dans la pièce.

              Sa proposition, très alléchante, déclenche en moi une réaction immédiate, que mon jean dissimule pourtant habilement. L’imaginer dans sa chemise détrempée est très agréable, même si je suppose rapidement que l’avoir en visu sera bien plus intéressant… « Je pense que… » Ma gorge asséchée m’empêche de formuler une phrase complète, mais je me reprends bientôt, guidé par un esprit fertile, ne demandant qu’un peu plus d’engrais. « Je pense que tu devrais me montrer ta théorie. Afin que je puisse choisir quelle solution est la meilleure. Chemise dans le bain… ou pas ? » Un petit rire m’échappe soudain alors que mon visage s’illumine de secondes en secondes. Bien sûr, je voudrais la rejoindre sur le champ et pourtant.. Je suis presque honteux de ma réaction naturelle quand à sa sensualité. Je sais que je ne devrais pas, mais les mots cinglants de ma grand-mère, en rapport avec le sexe me reviennent parfois en mémoire et me vautrer dans la luxure n’est pas le meilleur moyen de retrouver une âme pure. Je suis pourtant incapable d’y résister bien longtemps et après avoir déposé le café sur l’un des bords de la baignoire, j’entreprends finalement de me déshabiller, peut être un brin maladroitement. Et c’est en agrippant les bords de mon pantalon, dans l’optique de le descendre, que je réalise finalement m’imposer à ses côtés. Soudain presque timide, je lève les yeux vers elle, presque hésitant. « Euh je peux euh… te rejoindre hein ? » C’est stupide. Il s’agir de ma salle de bain, ma baignoire et je me comporte comme un invité…

              Pourtant, je finis par enfin me débarrasser de mon pantalon, sans réellement attendre sa réponse, qui va rejoindre mon t shirt, négligemment lancé dans un coin de la pièce. Nouvelle hésitation, désormais bien visible de la belle, mais je viens finalement m’assoir sur le bord, là où devrait se situer son dos, avant de lancer, un peu plus détendu. « Approche… Il paraît que j’ai des doigts de fée… » Et je compte bien lui prodiguer un massage parfait…

              _________________
                i just need some hope
                LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
                Revenir en haut Aller en bas
                Voir le profil de l'utilisateur

                Invité
                Invité






                MessageSujet: Re: I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)   Mer 22 Avr - 0:30

                Plongée dans ce bain qui ne pouvait que lui faire du bien, Blake ne voulait qu’une chose, ne plus jamais sortir de cette agréable chaleur. Non pas qu’elle se sentait glacée en permanence mais, ce sentiment de bien-être, sentir ses muscles se délier lentement, c’était agréable. Elle n’en prenait que rarement, optimisant en permanence son temps. Mais, si elle le faisait avant pour passer du temps avec sa fille, elle le faisait désormais pour la retrouver.
                Elle frissonna et s’enfonça sous l’eau, profitant de l’atmosphère si particulière qui s’en dégageait. Lorsqu’elle refit surface, la porte s’ouvrit et le café arriva tout naturellement, suivi d’une question qu’elle trouvait parfaitement légitime.

                - « Un café gratuit, ça ne se refuse pas après tout. »

                Elle aurait préféré le payer mais, elle n’avait aucune envie de tergiverser pour un café. Elle aimait d’ailleurs beaucoup trop s’encaféiner que pour discutailler sur le prix du gobelet. Aussi, elle haussa les épaules pour signifier à Eamon que ça lui allait. De toute façon, plus étrange que cette matinée, c’était difficilement faisable. Que ce soit à cause de leur discussion matinale ou bien à cause de ce qu’elle vivait, ça n’avait rien de très sain. Elle ne pouvait pas vraiment prétendre être une habituée du réveil en duo. Elle ne s’était plus réveillée avec un homme à ses côtés depuis des années, ce qui, forcément, n’enlevait rien à toute la bizarrerie du phénomène.
                Étant donné la situation, elle trouvait parfaitement logique, voire même sécurisant, de poursuivre sur le ton de l’humour et de la légèreté, elle voulait éviter d’insérer dans cet instant toute forme de sérieux. Le voir buter sur les mots l’amusa énormément. Elle aimait séduire et admirer son œuvre. Un sourire éclaira son visage et elle commença à sérieusement songer à ruiner sa chemise pour l’occasion. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas joué à ce genre de petits jeux.

                Le café déposé, elle s’en saisit pour en boire une gorgée. Il y avait ça de merveilleux avec elle, c’est qu’elle semblait être insensible à la brûlure du breuvage. Elle n’avait jamais croisé personne capable de boire con café aussi chaud qu’elle le faisait. C’était d’ailleurs parfois bien utile pour rafraîchir certaines ardeurs. Paradoxal.

                Presque gourmande, elle ne perdit pas une miette de l’épluchage. Non, vraiment, elle ne pourrait jamais finir bonne sœur. Elle se retint de rire pour ne pas qu’il pense qu’elle s’amusait à ses dépends.

                - « Tu es chez toi que je sache, non ? »

                Heureusement, il n’attendit pas trop et finit de se déshabiller. Vraiment, il lui était étrange de partager un moment comme celui-là, elle qui prenait grand soin à maintenir les autres à distance. Elle ne manquerait pas d’en faire autant avec lui mais, pour l’heure, la légèreté lui plaisait, l’apaisait.

                - « J’ai déjà constaté une part de leur talent. Je suis curieuse de les sentir à l’œuvre pour un autre type d’exercice. »

                Elle se rapprocha de lui et lui présenta son dos. Dans le pire des cas, ce serait tout juste agréable et dans le meilleur des cas, ça lui ferait le plus grand bien. Tous ses muscles devaient être noués et elle devait probablement être encore plus tendue qu’elle ne le croyait. Il serait toujours temps d’enfiler la chemise par la suite. En attendant, elle écarta sa masse de cheveux humides de sa nuque et de son dos pour lui en laisser l’accès libre.
                Était-elle vraiment en train de se faire chouchouter ? Acceptait-elle réellement de se laisser vivre ne fut-ce que quelques heures malgré le chaos qui régnait dans son existence ? Il semblerait. Culpabilité, remords et regrets frappaient à la porte mais, pour le moment, elle faisait la sourde oreille. Inconsciemment, il en était autrement mais, les conséquences frapperaient bien assez tôt.

                - « Je suppose qu’il sera toujours temps d’enfiler cette chemise après, n’est-ce pas ? » Elle ferma les yeux et se colla presque d’elle-même aux mains d’Eamon. Espiègle, elle ajouta : « Je ne pourrais malheureusement pas te rendre la pareille. Mes mains sont habiles dans d’autres domaines. »

                Se donner la peine d’éviter le sous-entendu ? Pourquoi donc ? Ils étaient bien partis pour replonger à nouveau. Au point où elle en était, elle pouvait bien en profiter encore un peu. Car, si elle était bien décidée à se laisser aller, elle était aussi bien décidée à ne plus laisser ça se reproduire, une fois la porte passée... Dans la faiblesse, elle retrouvait force et esprit.

                - Rp terminé -
                Revenir en haut Aller en bas
                 

                I bet my life on you (ft. Blake) (terminé)

                Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
                Page 1 sur 1

                 Sujets similaires

                -
                » problème life time map updater
                » Little Life the story worm
                » GTA Real Life ! La vrai vie sur GTA IV !
                » Game Life'
                » New-Life - Jeu par navigateur

                Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-