AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « That's mine » Leïda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 498
↳ Points : 141
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « That's mine » Leïda   Mar 7 Avr - 12:13

That's mine
Leïda & Seraphina



Allongée sur le lit, la silhouette semblait immobile, presque sans vie. Pourtant, lorsqu'on y regardait de plus près, on devinait une respiration calme. Seraphina semblait plongée dans un sommeil paisible jusqu'à ce qu'un bruit strident l'arrache des bras de Morphée. Dans un grognement à peine audible, ses doigts vinrent tâtonner sa table de chevet à la recherche de son téléphone. L'objet vibrait et était devenu la source d'un brouhaha infernal pour la blonde à peine éveillée. Quand finalement elle atteignit la chose responsable de ses tracas, le smartphone redevint silencieux. Si bien que la Daybreaker manqua de l'envoyer contre le mur de sa chambre. De ses yeux à peine ouverts elle en détailla l'écran. La lumière la fit grimacer mais bientôt, elle sursauta. Il était 21h. Seraphina avait dormi presque tout le reste du jour. Ce qui ne devait être qu'une simple sieste s'était transformé en véritable sommeil réparateur. La vérité était qu'elle avait faim et qu'il étant temps pour elle de se rassasier. Elle remercia finalement ce très cher Isàk de l'avoir appelé. La jeune femme envoya valser les quelques mèches dorées qui lui barraient le visage et se releva d'un geste peu assuré. Elle prit ensuite la direction de la salle de bain.

Après de longues minutes passées à se préparer, Seraphina sortit pomponnée de la pièce qu'on pouvait désormais comparer à un sauna. On aurait pu croire qu'elle s'apprêtait à assister à la soirée du siècle. Tirée à quatre épingles, la Daybreaker n'avait d'autre idée en tête que celle de se nourrir. Vêtue d'une robe cintrée sombre et d'un trench léger -le climat de la Nouvelle-Orléans étant particulièrement étouffant- la jeune femme avait laissé sa chevelure d'or retombée en cascade sur ses épaules. Elle était fin prête à quitter sa demeure. Une fois dehors, elle fut frappée par la différence de température, chose à laquelle elle n'était toujours pas habituée. La moiteur de l'air venait vite lui coller à la peau et cette sensation lui paraissait toujours aussi étrange. Une vingtaine de minutes suffirent à Seraphina pour se retrouver dans l'est de la ville. Elle savait déjà où elle allait se rendre : le Royal Sonesta Hotel. Un bâtiment resplendissant réservé à une clientèle particulièrement aisée. La blonde n'était pas richissime mais elle avait toujours fait en sorte que son porte-monnaie soit convenablement garni.

Après avoir passé les portes du luxe, la Daybreaker fila tout droit vers le bar. Elle s'y installa en commandant un Old fashioned. Ses yeux scrutèrent les alentours, il était encore tôt et il n'y avait pas grand monde pour le moment. Une musique jazzy donnait une atmosphère agréable à l'endroit. Seraphina remercia l'homme aux cheveux gominés lorsque ce dernier lui apporta son cocktail. Il semblait aussi inexpressif qu'une statue de pierre. La blonde saisit le verre et prenant soin d'exhiber sa nouvelle acquisition : une bague. Un bijou magnifique qui resplendissait de mille feux. Elle devait bien l'avouer, elle l'avait payé une petite fortune au marché noir mais n'était pas mécontente de cette trouvaille. Ce geste allait lui apporter des ennuis sans qu'elle ne s'en doute. Car elle n'avait pas remarqué la brune qui semblait particulièrement s'intéresser à son annulaire. Pas encore.

© Grey WIND.

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « That's mine » Leïda   Mer 8 Avr - 11:58

Ce n’était non pas, une simple parure qui lui fut ravit cette nuit là, mais bien la mémoire d’un amour que l’éternité n’avait jamais sut éteindre. A la seconde où le diamant noir disparue de son annulaire, se fut une rage sourde qui vint rugir tout contre son sein. La créature dut alors lutter contre les tremblements de son corps qui ne demandait qu’à devenir bête tant la colère ressentit appelait à la bête de faire son apparition. Elle le contrôla sans pour autant cesser de se maudire d’avoir été aussi cruche et naïve. D’ordinaire, la jeune femme demeurait en tout temps sur ses gardes lorsqu’elle travaillait. Toujours à l’affût du moindre danger, prêt à réagir si l’homme qu’elle pensait simple client se révélait être en réalité, ennemi souhaitant l’éliminer. Mais cette nuit là, la féline se laissa avoir par la bouille innocente de son client auquel elle offrit également son corps. Une nuit fiévreuse, fait de râle et de luxures qui s’acheva par le vol de son bijou. Et c’est son cœur que l’on arrache tant la bague représentait à ses yeux le souvenir d’années d’esclavage aussi sombres que merveilleusement intenses. Néanmoins, si la danseuse demeura, au premier abord, sans savoir que faire, elle se mit rapidement en chasse de son ravisseur.
Elle apprit que ce petit homme se faisait surnommer le « clown du mascarade ». Car il apparaissait sans cesse avec un nouveau visage, séduisait les danseuses les plus inaccessibles et parvenait à se faire offrir leurs services gratuitement tout en leur ravissant un ou deux bijoux qu’il revendait ensuite au marché noir. Un voleur de pauvre, un sombre connard que Leïda souhaitait à présent détruire et briser en mille morceaux.
Elle n’eut l’occasion de le faire. L’inconnu demeura introuvable, un véritable caméléon qui semblait être en mesure de changer jusqu’à son odeur. Cela l’aurait très certainement rendue folle si elle n’avait pas retrouvé son précieux bijou. Bien trop tard hélas, car la parure fut rapidement acheté par une femme aux allures princières que la danseuse apprit à haïr le jour même où elle la vit acheter son diamant noir.
La chasseuse changea des lors de proie.


Trois jours de discrète filatures lui suffirent à apprendre que l’inconnue se nommait Seraphina et possédait à n’en pas douté un attrait pour les belles choses et les lieux que seuls les êtres les plus aisés pouvaient se permettre de fréquenter. Fort heureusement, Leïda n’était point en manque de robes et de charmantes parures pouvant aisément mimer son appartenance à la haute société. Ce soir là, la danseuse troqua donc son habituel jean et tee-shirt pour une élégante robe de soie bleues qui laissait à découvert la finesse de ses épaules. Ayant nouée ses cheveux en un élégant chignon perlé de fleurs, elle fit son entrée dans l’antre de la richesse sans que personne ne trouva mot à redire.
Elle était là, assise au bar à savourer son cocktail lorsque Leïda vint prendre place juste à coté d’elle. Mimant  l’ignorance, elle commanda un whisky avant d’observer la main de la jeune femme. Fermant un instant les yeux, la danseuse contrôla les tremblements nerveux de son corps avant d’harponner le regard de la jolie blonde à laquelle elle offrit un sourire policé, mimant à la perfection une tranquille politesse.
«  Veuillez excuser mon intervention mais… Il se trouve que le magnifique diamant que vous exhibez avec tant de fierté m’appartient. Une triste histoire de vole. Il n’est guère dans mes habitudes de courir après un simple bijou mais ce dernier possède une valeur… Sentimentale… »
Mots tranquille mais regard ferme, la féline se tourne vers sa comparse, cherche un moyen de régler cette affaire sans explosion de sang quand bien même la bête hurlant en elle réclame sa part de sang, la faute à l’influence lunaire qui atteindra son apogée dans quelques jours à peine.
«  Nous avons donc un léger problème à régler. »Sourire condescendant accompagnant ses mots. Leïda lutte pour demeurer humaine quant son esprit rêve d’attraper cette main féminine et de lui arracher le doigt porteur de son diamant noir.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 498
↳ Points : 141
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « That's mine » Leïda   Jeu 9 Avr - 11:27

That's mine

Leïda & Seraphina

A peine était-elle installée qu'elle se faisait déjà aborder. Néanmoins, le regard océan de Seraphina ne brillait d'aucune flatterie. Certes la jeune femme qui venait d'attirer son attention était sublime, mais la daybreaker aurait espéré autre chose. Son discours eut le mérite d'intriguer la blonde qui se tournait déjà vers son vis-à-vis. Elle observa un instant l'objet de la discorde avant de sourire.

« Effectivement je crois que nous avons un problème. Si jamais ce que vous dites est vrai, vous m'en voyez sincèrement navrée elle fit la moue mais vous vous doutez bien que je ne vous laisserai pas cette bague en échange de votre bonne parole. Comme vous le voyez, j'aime beaucoup les jolies choses. »

Et sur ces derniers mots, Seraphina bu quelques gorgées de son cocktail. Son regard resta planté dans celui de la brune en face d'elle. Personne ne pouvait lui assurer que ce qu'elle affirmait était vrai. De plus, la daybreaker avait dépensé une petite fortune pour ce bijou et ne comptait pas s'en séparer sans obtenir réparation. Elles étaient toutes les deux victimes dans cette histoire. La blonde avait du mal à se concentrer, elle semblait de plus en plus à cran. La vérité était qu'elle mourrait de faim et que cela commençait sérieusement à l’obséder. Autant dire qu'elle ne resterait pas courtoise longtemps. Mais cette inconnue cachait quelque chose, la blonde le devina à son odeur. Elle était en face d'un être surnaturel c'était certain. Malheureusement elle était trop peu expérimentée pour en savoir plus.

Le problème devait donc être réglé rapidement. Car son instinct lui disait que cette fille était loin d'être docile. Qu'elle n'hésiterait pas à sortir les griffes pour récupérer son bien. Seraphina ne comptait pas se laisser faire. Elle était persuadée qu'elles finiraient par trouver un arrangement à l'amiable. Auquel cas, la blonde finirait par faire de son vis-à-vis son repas, à défaut de trouver une autre victime. Quel gentleman viendrait interrompre deux femmes en pleine discussion ? De l'extérieur, on ne pouvait deviner la légère tension qui émanait du bar. Mais lorsqu'on s'approchait, elle devenait parfaitement évidente. La daybreaker vint poser son verre sur le bois. Son regard s'égara un instant sur son annulaire. « Qu'avez-vous à me proposer ? » questionna-t-elle sur un ton beaucoup moins courtois que précédemment.

Seraphina aurait pu simplement partir, fuir loin de cette inconnue. Pourtant elle restait vissée à son tabouret. Si cette femme l'avait retrouvé, pour sûr, elle ne la lâcherait pas de sitôt. Autant régler cette histoire en essayant d'en tirer profit. Le bar de l'hôtel se remplissait peu à peu, la musique jazzy s'entendait de moins en moins. Un brouhaha naissant la couvrait et la blonde commença à en avoir la migraine. Ce qui ne l'empêcha pas de vider son verre d'une traite. La brune était littéralement entrain de ruiner sa partie de chasse.

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « That's mine » Leïda   Jeu 9 Avr - 22:06

Le regard saphir heurta le noir abyssale de sa rétine brilla alors d‘une lueur sauvage tout emprunté à l‘empressement logé tout contre son sein. Bien sûr, Leïda n‘espérait pas que les choses se déroulent avec finesses et facilités néanmoins, une part d‘elle-même continuait d‘espérer pouvoir résoudre ce conflit sans bain de sang ostentatoire. Espoir aussitôt déchiquetée par les paroles de la demoiselle qui eu tôt fait d‘envoyer paître la danseuse comme si elle ne fut rien de plus qu‘un vulgaire insecte à écraser. Politesse condescendante et diatribe policée, la féline sentit son sang ne faire qu’un tour alors qu’elle peinait à garder son calme. Néanmoins, rien dans la droiture de sa stature ne vient trahir l’émoi épuisant son âme et elle accusa les paroles de la daybreaker dans un sourire mesuré, imita son geste en avala une gorgée d’alcool dont les saveurs acidulés vint agacer son palais. La danseuse n’appréciait guère les plaisirs indigestes des humains. L’alcool n’était pour elle qu’un moyen de passer inaperçue ayant noter que le simple fait de boire vous conférait immédiatement un statut sociétale quand bien même cela lui parut totalement absurde, la logique des codes humains lui échappant encore. «  Quand bien même parviendrai-je à vous prouver la véracité de mes propos, cela changerait-il quelque chose à la situation Seraphina ? » Regard appuyé et sourire carnassier, il fallait des lors montrer patte ferme et assurer à demi-mot qu’elle la connaissait et qu’elle serait très certainement, en mesure de lui rendre la vie impossible si jamais elles ne parvenaient à trouver une issue cordiale à cette situation. Néanmoins, la danseuse ne pouvait réellement lui en vouloir, elle-même aurait montrée quelques réticences si pareille situation lui était arrivée. Aussi, retrouva-t-elle contenance plus cordiale, offrant à la blonde un regard plus doux quand bien même brûlait-elle de lui sauter des à présent à la gorge. Désir qui semblait partagée puisque la demoiselle présentait quelques signes d’impatiences. Corps tendu, moiteur du visage signifiant la brusque montée en température de sa chair et, si Leïda tendait l’oreille, elle parvenait même à entendre le myocarde s’agitant d’impatience. Que lui arrivait-il ? Impatience ou crainte d’une attaque proche ? Non. Seraphina ne semblait être de ces femmes qui s’inquiètent d’être victime d’une quelconque agression, elle semblait même être en mesure de se défendre contre une armoire à glace alors… Qu’était ce sentiment étrange que la danseuse ressentait chez elle ?

« Qu’avez-vous à me proposer ? » La langue claque et le ton s’assombrit. Leïda fronce les sourcils, surprise par cette impatience vibrant sous ses propos ayant perdu tout semblant de courtoisie. Que diable aurait-elle à lui proposer ? «  Rien. » Sa langue claque, elle termine son verre et la fixe à nouveau non sans sourire, le corps déjà vibrant sous l’assaut de l’adrénaline. «  Mais je pourrais vous éviter bien des ennuis d’autant plus que vous m’avez l’air… Importunée. Croyez bien que je me voudrais de vous déranger plus longtemps mais je ne peux accepter de partir sans mon bijou. » Car il ne s’agissait plus de récupérer ce qui lui appartenait de droit mais bien de s’imposer en tant que dominante. Courber l’échine et tourner les talons aurait été un signe de soumission absolument inacceptable pour la panthère sommeillant en elle. «  Où alors je réalise quelque chose pour vous en échange de mon diamant. Je n’ai hélas, guère d’argent à vous offrir et devoir acheter ce qui m’a été volée m’est intolérable. » Invitation à trouver une solution indolore qui contenterait les deux femmes. «  Vous avez le choix, la paix ou la guerre. » Lueur féline allumant la rétine, la danseuse se redresse s’apprêtant inconsciemment à réagir si les tournures venaient à pencher en sa défaveur.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 498
↳ Points : 141
↳ Date d'inscription : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Astrophysicienne récemment recrutée par le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Elle en aurait rien à faire s'il ne la faisait pas chanter
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : It's like screaming no one can hear
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Jackson Montgomery
↳ Couleur RP : Lightblue



Feuille de perso
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « That's mine » Leïda   Mar 14 Avr - 11:23

That's mine

Leïda & Seraphina

Seraphina le savait, elle l'avait senti. Cette femme dégageait quelque chose qu'elle n'aurait pu décrire avec des mots. Elle la savait différente des autres. De part son attitude, de part son aura. Aussi, la daybreaker accorda une œillade surprise à la brune lorsqu'elle l'appela par son prénom. Bien qu'elle tenta de masquer son étonnement en restant impassible, la blonde restait intriguée. Un sourire étira ses lèvres. L'adversaire semblait coriace et malgré la tension, Seraphina aimait ça.

« Non vous avez raison. Ça ne changerait strictement rien elle haussait les épaules avant de reprendre veuillez m'excuser mais je n'ai pas saisi votre nom. Pourtant vous semblez parfaitement connaitre le mien. »

La blonde n'avait pas l'avantage et cela semblait légitime que son vis-à-vis décline son identité. Non pas que la daybreaker y tienne réellement, c'était une simple question de principe. Elle aimait savoir à qui elle avait affaire. Mais pour l'instant, elle semblait avoir de plus en plus de mal à se concentrer. Entre le brouhaha ambiant et son appétit grandissant, Seraphina semblait faire preuve d'une impatience aisément détectable. Son regard n'avait de cesse de dévisager l'inconnue. Et lorsque finalement, cette dernière annonça qu'elle ne possédait guère d'argent à lui offrir, la blonde ne sembla absolument pas surprise. La surnaturelle ne savait pas à qui elle avait en face d'elle et préférait rester méfiante à l'égard de cette étrangère. Tout ce qui importait à Seraphina était d'obtenir quelque chose en échange de ce bijou. C'était donnant donnant. Après tout, elle l'avait payé et ne comptait pas s'en débarrasser aussi facilement. Aussi elle leva les mains, comme un geste d'abdication. « Très bien, très bien. Je ne sais pas de quels pseudos ennuis vous parlez mais vous me semblez déterminée. Et hélas, j'ai bien compris que je ne me débarrasserais pas de vous aussi facilement. » dit-elle en clôturant sa phrase par un soupir. La jeune femme glissa sa main dans son sac et après avoir fouiller dans son porte-monnaie, en sortit deux billets. Elle déposa l'argent sur le bar avant de se lever de son tabouret.

« Je vous l'offre annonça-t-elle en désignant le verre vide de la brune du menton et j'accepte votre deal. Je n'ai malheureusement pas l'énergie nécessaire pour engager une guerre aujourd'hui. Mais ce que j'ai à vous proposer ne regarde que vous et moi. Alors trouvons-nous un endroit plus calme, si vous le voulez bien. » Seraphina accorda un sourire furtif à son vis-à-vis avant de passer une main dans sa chevelure dorée. Elle ne tenait plus, se sentait faible et si elle ne se nourrissait pas bientôt, elle attaquerait le premier venu. Quitte à s'abreuver sur un être faible en énergie. C'était tellement facile, il ne suffisait que d'un simple contact. Le regard océan de la daybreaker s'était égaré un instant sur le barman qui œuvrait un peu plus loin. Un simple contact de rien du tout, Seraphina s'imaginait déjà entrain de vider le jeune homme de son énergie vitale. Ou peut-être cette femme riant à gorge déployée dans un coin de la pièce. Un frisson lui parcourut l'échine. Ses yeux s'attardèrent ensuite sur la bague qu'elle portait à l'annulaire. Peut-être que ce bijou allait lui permettre d'apaiser son appétit. Elle croisa les bras contre sa poitrine. « Alors, vous vous décidez ? » l'impatience avait parlé et elle brillait désormais dans ses prunelles azurs.

_________________


« Double Je »
Throw on your break lights, we're in the city of wonder. Ain't gonna play nice, watch out, you might just go under. Better think twice,
your train of thought will be altered, so if you must faulter be wise. Your mind's in disturbia. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« That's mine » Leïda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Diamond Mine
» Makenzie, the world is mine !
» ma cathédrale et mon bateau sur minecraft
» Mine d'or Partition
» la pire maniere de se faire reveiller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-