AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All comes down (ft. Owen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: All comes down (ft. Owen)   Lun 13 Avr - 4:31


Le verre traîne devant mes yeux depuis bien trop longtemps. Je le fixe, ne le consomme pas, me contentant de me perdre dans ses abîmes ambrées et rougeoyantes. Ce qu’il m’arrive en ce moment mériterait pourtant un verre entier de réconfort, voire même deux, mais je n’arrive pas à me persuader de l’avaler. La peur de déraper, de retomber dans ce vice si familier me prend aux tripes, les remue sournoisement jusqu’à déclencher une nausée que j’aurais préféré éviter. Au moins, ce malaise me permet de ne plus me plonger dans cet abime de douleur, que je m’octroie presque seul. Cette torture mentale me rend amorphe, presque pataud, incapable de prendre une décision juste et claire. Inconsciemment, je pose mes mains d’un côté et de l’autre de mon verre, paume vers le ciel, prêt à entrevoir les deux faces de mon âme tourmentée. Main droite, Bastien. L’homme qui me tourmente sans même le vouloir, sans même le savoir. Les sentiments que j’éprouve pour lui sont confus, mais une chose est sûre, je ne peux les libérer. Par respect pour ma sœur, que je crois être sa petite amie, pour mon Dieu aussi, qui ne cautionne pas l’amour entre deux hommes et puis pour lui aussi. De ce que je sais, il n’est pas du tout enclin à ce genre de relations avec un autre homme et je ne désire pas l’embarrasser de sentiments dont il ne saurait que faire. Main gauche, Blake. Ce bout de femme qui est entré dans ma vie pour obtenir des informations et que j’ai bassement utilisé, dans le but ultime d’oublier le brun qui hante mes nuits. Intimement, je sais qu’elle pourrait être un pansement pour mon cœur abîmé, mais quelque chose me dit que mon égoïsme ne saurait rester impayé. Encore une fois, Dieu entre dans la balance, me rappelant sournoisement que mon existence toute entière est un pêché. Ce fait seul, suffirait à me faire vider ce verre, pour ne plus y penser. L’enfer m’attend, Blake me trouble et Bastien m’obsède. Trio gagnant, que je laisse vaquer gaiement dans mon âme et qui se met à la grignoter, petit à petit.

En un geste, mes deux mains se referment sur la coupe, s’apprêtent à la porter à mes lèvres. Ma décision est prise, je ne prendrais que ce seul et unique verre, qui viendra me réchauffer, sans provoquer une rechute. Il monte, inexorablement, je me prépare à cette première rasade qui viendra sûrement réchauffer mon cœur, mais un homme vient s’accouder au bar, juste à mes côtés. Mon oreille se tend malgré moi, lorsqu’il commande et mes mains semblent se détendre, entament une chute lente vers le bois du bar et le rencontre finalement. Un soupir mi-soulagé, mi-agacé, franchit mes lippes et il ne me faut que quelques secondes pour regretter mon geste. Détourné de mon but par mon voisin, je ne parviens pas à garder mon regard sur le verre. Il glisse régulièrement vers l’homme et je me prends à l’observer à la dérobée. Ses gestes me sont familiers. Comme face à un miroir, je l’observe se comporter d’une façon qui me paraît identique à la mienne et il ne m’en faut pas beaucoup plus pour conclure et juger. Mon voisin est lui aussi en proie à une addiction, difficilement soignée et pourtant si facile à retrouver. Comme une amante que l’on a pas vu depuis longtemps, mais qui reste de loin notre préférée… Ma salive glisse difficilement le long de ma gorge irritée et je ne parviens pas, malgré mes efforts, à conserver mes mots. « Il paraît qu’une fois qu’on a repris un verre, on replonge aussitôt. C’est triste non ? » Mes yeux sont plongés dans mon verre, comme hypnotisés et l’homme pourrait presque douter que mes paroles lui sont destinés, mais le liquide m’attire tellement que j’en perds la moindre once de politesse…

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: All comes down (ft. Owen)   Lun 13 Avr - 22:56



    « All comes down »

    Eamon Grimes & Owen Burton
    featuring

    Les rues sont froides et sombres. Les pavés sont humides et de longues traînées de fumée noire s'échappent des grilles de ventilation. Il marche dans la rue en longeant les murs comme un aveugle près à s'adosser en cas de chute. Ses chaussures lui semblent de plus en plus lourdes. Ses pas sont de moins en moins précis et il racle ses pieds sur le bitume abîmé. Les passants le regardent comme un être perdu et écorché. Il croise leurs regards presque moqueurs et remplis de pitiés. Les enfants ont peur de lui avec sa mine défaite et sa barbe hirsute. Cela fait des heures qu'il bas le pavé, se battant contre ses pensées. Aujourd'hui est un jour funeste. Cela fait déjà un certain temps qu'il a perdu sa femme. Qu'elle l'a abandonné, ou plutôt qu'on le lui a enlevée.

    Dès son réveil, les pensées l'ont attaqué. Comme sur un champs de bataille, par milliers, l'une après l'autre. Il est le porte étendard de l'armée des songes. Une armée de cauchemars, épées à la main essayent de trancher son cœur. Vaillamment il se bat, repoussant les ennemis un après l'autre. Il s'approche des plus hargneux et les tranches arme à la main. Mais il finit par succomber, un genou à terre près à perdre la tête. Il en est là, vagabondant dans l'Estern New Orleans.

    Tout à coup se dresse devant lui une devanture éclairée. Lieu saint pour la débauche, lieu de perdition pour lui. Il entre machinalement, un geste des centaines de fois répété. Sans réfléchir il s'adosse au comptoir. Ne remarquant personne autour de lui. La vue troublée, le cerveau embrumé. Il commande un bourbon, ne sachant même pas s'il va replonger. Le verre rond est rempli du breuvage. La lumière traverse le liquide marron qui tourne et tape contre les parois en verre. L'odeur ambrée remonte jusqu'à ses narines. Souvenir de temps de beuveries, seul dans son appartement. Faisant resurgir cette découverte.

    Il vivait alors avec elle. La délaissant quelque peu. Il se disait trop prit par son travail. Traquant encore et toujours les prédateurs psychopathes. Il rentrait toujours tard, où ne rentrait pas du tout. Elle l'attendait toujours, endormi sur le divan. Un plat chaud était servi sur la table. Ce jour là c'était une soupe. Une soupe aux asperges. L'odeur était exquise, il la sentit en rentrant, fier et heureux de sa situation. Elle, elle était là, sur le divan comme à son habitude. La tête penchée sur le côté comme endormi de nouveau. Il s'approcha pour déposer un baiser son front mais il comprit. Un longue entaille reliait ses deux oreilles, laissant apparaître sa trachée. Son sang avait coulé sur sa robe. Entièrement blanche elle était devenu rouge et laissait apparaître ses beaux seins ronds en transparence. Sa bouche était crispée, comme si un dernier son n'avait jamais pu sortir...

    "Il paraît qu'une fois qu'on a repris un verre, on replonge aussitôt. C'est triste non ?"

    La phrase l'extirpa de ses pensées. Il se tourna vers l'individu qui était assis à côté de lui. Ce dernier regardait fixement en face de lui. Il lui semblait voir son ombre dans un miroir. L'homme regardait son verre, étonnamment plein.


    "Euh... C'est ce qu'on m'a dit oui. Le contraire serait tellement plus simple"

    Owen se tourna vers son verre. Il en avait envie. Il avait envie de tremper ses lèvres goulées après goulées. Il voulait boire à ne plus en être conscient. Finir inconscient sur le trottoir et ne plus rêver. Le mal le rongeait et il voulait l'effacer.

    "Pourquoi buvez-vous ?" demanda-t-il

    Il ne s'attendait pas à une réponse. Il s'agissait presque d'une question rhétorique. La raison n'importait pas, ce qui comptait c'est qu'ils était là tous les deux. Ils étaient là, en tête à tête avec leur pêchers. Il pouvait voir son reflet dans le verre, et ce qu'il voyait ne lui plaisait pas.
     

     
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: All comes down (ft. Owen)   Dim 19 Avr - 1:43


    Malgré mes paroles, je ne m’attends pas vraiment à une réponse de sa part. Nous sommes tous deux assis à côté l’un de l’autre, mais ne trouvant le courage de le regarder, je ne donne pas réellement envie d’engager la discussion. Pourtant, ses mots arrivent rapidement, me surprenant à demi. D’un côté, parce que je n’attendais aucune réponse, de l’autre, parce que je ne suis pas certains de comprendre ce qu’il me dit. Pourtant, je prends mon courage à deux mains, devinant une réponse que j’imagine censée. « Boire un seul verre, pour oublier et ne jamais redevenir accroc à quelque chose. C’est ça ? » Je prends des risques par ces quelques mots. En balançant ce mot honnit, comme on lance un cailloux dans une mare tranquille. Des remous sont à attendre, même si pourtant, je ne cherche pas les ennuis. Tout simplement, je désire entretenir la conversation avec cet homme, pour me distraire de mon breuvage et m’empêcher de le consommer goulument.

    Pourquoi buvez vous ? Les mots résonnent en mon cœur, dessinent un chemin jusqu’à mon esprit atrophié et s’y intègrent comme une tique trouve son dos. Malheureusement, la réponse n’est pas aussi douée pour se frayer jusqu’à mes lèvres. Je ne trouve rien de satisfaisant à répondre, je ne sais même pas ce qui m’a amené ici réellement. Beaucoup de choses se sont amassées dernièrement et n’ayant malheureusement personne pour en parler, je me trouve bouillonnant d’idées contraires, incapable de dénouer le bien du mal, de différencier le pêché et mes bonnes actions. Tout mon cerveau semble amorphe et traiter les données semblent être un pari fou. Boire ne m’aidera pas à remettre tout en ordre, mais la gueule de bois la suivant, peut être. Et puis… Probablement pourrais-je trouver un petit vendeur, pour tenter de détruire ces pensées parasites.

    Mon cœur s’accélère soudain, à la simple idée de consommer de la drogue de nouveau et j’en viens à concéder un regard à mon voisin. L’observant pour la première fois, je conclus rapidement que je ne le connais pas et finalement, ce n’est pas plus mal. Je ne voudrais pas devenir la risée de l’un de mes proches, par mes conduites de nouveau douteuses. Certes, je n’ai toujours pas touché ce verre, mais cela ne saurait tarder. Une sorte d’intuition, qui vient de me prendre et qui me fait grimacer. « Je pense que la vraie question serait, quelles sont mes raisons pour ne pas boire. » Peu conscient d’avoir délivré une réponse bien trop vague, je déglutis lentement, avant de reprendre, d’une voix peut être un peu tremblante. « J’ai l’impression que tout déconne dans ma vie. Malheureusement, c’est pas nouveau. Des fois c’est de ma faute. D’autres fois c’est juste… le destin. Ou le karma… Peu importe comment on appelle ça de toute façon. » Les mots amers m’arrachent la gorge, me rendent presque aigri et dans le fol espoir de paraître encore digne, je détourne le regard pour le replonger dans la douceur ambrée. Si attirante, je me fais violence pour ne pas l’attirer à mes lèvres. « Enfin… Des fois j’me dis qu’on a quand même, que ce qu’on mérite. » Dans un geste maintes fois répétés, je me tords les doigts, pour m’empêcher d’attraper le verre, agaçant au passage le barman, qui se décide à pousser un soupir. Evidemment, je ne dois pas être un bon client pour lui, avec ma non-consommation… « Et vous ? » Après cette pause de quelques secondes, cette question semble sortir de nulle part. Ma curiosité est pourtant feinte à moitié. Je ne désire pas vraiment m’intéresser à sa vie, par contre, je sais que je vais inexorablement comparer son histoire à la mienne, comme pour me persuader d’avoir le pire passé du monde…

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: All comes down (ft. Owen)   Lun 27 Avr - 0:41

      Owen avait écouté attentivement les paroles de l'homme assis à ses côtés. Il ne comprenait pas vraiment pour qu'elle raison celui-ci se confiait à lui mais ses paroles avaient du sens. Certainement d'autant plus car il lui avait semblé entendre ses propres pensées. Il ne savait trop quoi répondre. Il n'arrivait pas à résoudre ses problèmes et cet homme osait lui en rajouter une couche. Bon en même temps c'est lui qui avait posé les questions. On aurait dit une réunion des AA. Bon sang qu'est-ce qu'il était dur de résister à l'attirance de la boisson.
      L'homme s'était tourné, leurs regards s'étaient croisés. Il pouvait lire dans ses yeux un désespoir qui lui était familier. Il ne savait trop pour qu'elle raison mais il avait l'impression de tout pouvoir lui dire. Certainement car il ne le connaissait pas.


      "Le karma... c'est certainement juste une excuse pour ne pas se prendre en main" avait-il répondu comme s'il savait de quoi il parlait.

      Il y avait dans ce mot une notion très religieuse qui ne plaisait pas à Owen. Cela voudrait dire que chaque chose arrive pour une raison. Que chaque évènement serait planifié et se devrait de pointer le bout de son nez. Cela voudrait dire qu'elle était morte car une puissance divine l'aurait décidé. Il ne pouvait s'y résigner. La seule raison pour laquelle elle avait eu la gorge tranchée était parce qu'il n'avait pas réussi à mettre la main sur cette satané pourriture avant. Il l'avait laissé s'échapper et venir poser ses mains sur la peau de sa tendre épouse.

      "Dans la vie tout le monde est confronté à un certain nombre d'obstacles. Chacune des étapes est un colline à gravir pour mûrir un peu plus. Mais il y a parfois des montagnes dures à escalader... J'ai eu mes moments de faiblesse. J'ai perdu quelqu'un... quelqu'un de proche. Peut-être est-ce une excuse que je me donne pour ne pas trouver la force de m'en sortir... certainement même. Je pense que l'on se ressemble un peu tous les deux."

      Chaque mot prononcé avait été comme une délivrance, un poids s’ôtant de ses épaules. Jamais il n'avait pû parler à coeur ouvert. Jamais il n'avait parlé de sa femme.
      Il leva les yeux vers le comptoir. Des dizaines de bouteilles étaient accrochées au mur. Chacune contenant un breuvage d'une couleur différente. Il avait l'impression de retrouver la vue. Comme un aveugle découvrant le monde, les couleurs, les formes.
      Owen se leva, caressa la barbe qui coulait sur son menton. Il déposa un billet sur la table et d'un geste sûr poussa le verre en direction du barman.


      "Je crois que je vais rentrer, il se fait tard. Vous habitez dans le coin ?" demanda-t-il
      Revenir en haut Aller en bas

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: All comes down (ft. Owen)   Mar 28 Avr - 15:24


      Mes mains se crispent sur mon verre alors que tout mon corps se tend soudain. Ses mots ne sont rien qu’une constatation d’ignorant, pourtant ils me touchent plus que je ne l’aurais pensé. Une excuse… Je ne cherche pas d’excuses pour ne pas me prendre en main, je constate simplement que certaines personnes, agissant mal, ne reçoivent que les lauriers de ce qu’ils ont provoqués. C’est mon cas, j’en suis certain. En méprisant ainsi ma famille, je ne reçois en échange que leur indifférence, même lorsque j’ai besoin d’eux, comme actuellement. Lentement, je me perds dans mes pensées, me maudissant d’avoir ouvert la bouche pour lui parler. Son mépris de ce qui est pourtant évident m’agace totalement et je suis à deux doigts de prendre ma veste pour quitter ce bar et cet homme, sans regards en arrière. Pourtant, je ne parviens pas à m’y résoudre, d’autant plus qu’il ouvre la bouche, probablement pour répondre à cette question personnelle que je lui ai posé. Et si je m’attendais à le voir refuser de s’épancher, il se lance finalement dans un discours que j’écoute avec attention, malgré ma légère colère et mon regard uniquement tourné vers le liquide hypnotique. Ses mots, bien qu’emplis de vérité, sont plutôt désagréable à attendre et sa conclusion ne fait que m’énerver un peu plus. Ce pédant homme croit me connaître et imagine que je ne désire pas gravir cette montagne dont il parle. Et si cela m’agace tant, c’est qu’il a raison. Je n’ai jamais mûri. Je n’ai jamais accepté de couper le cordon avec mon frère et lorsque lui l’a finalement fait, me laissant seul, j’ai cessé de gravir ces collines pour me laisser rouler à leurs pieds. Boudeur, j’ose enfin le regarder, comme pour m’imprégner des traits de cet arrogant. Pourtant, en croisant son regard, je me sens dégonfler immédiatement et me mauvaise foi vient me percuter sur le champ.

      « Vous avez perdu quelqu’un. C’était votre faute ou pas ? » Moi aussi j’ai perdu. Non pas une, mais cinq personnes. D’un seul coup, me retrouvant irrémédiablement solitaire. Je ne pouvais compter que sur moi-même et si j’ai finalement survécu, je ne pense pas en sortir mûri. Bien au contraire. Plus le temps passe et plus je me sens m’enfoncer dans le pêché et le chemin vers les enfers s’agrandit jour après jour. Je peux presque sentir le souffle du diable sur ma nuque et je ne sais que faire pour m’en débarrasser. L’alcool de ce verre ne ferait que m’en approcher un peu plus, du coup, d’un geste qui se veut sûr, je repousse la glace presque en même temps que mon interlocuteur du soir. A son image, je dépose le prix de ma consommation et prends une longue respiration soudaine. « Je reste persuadé qu’on ne récolte que ce que l’on sème. Si je suis dans ce bar, ce soir, à me morfondre, ce n’est qu’à cause de moi. Si je n’ai personne à qui parler, si l’on excepte les étrangers, c’est de ma faute. Et dans le fond, je pense que vous vous sentez aussi coupable que moi. A raison ou à tort, mais on ne cherche pas à oublier lorsque l’on est blanc comme neige. » Soudain essoufflé à la suite de ce long discours, je me mets à rougir lorsque je me rends compte de mes propos. Je suis allé bien trop loin, pourtant je ne parviens à m‘en vouloir une seconde. D’un côté, ayant moi-même besoin d’un électro choc, je me pousse à croire d’agir dans l’intérêt de l’homme et non pas simplement pour délivrer ma verve face au premier venu. « Je vais sortir aussi. J’ai une petite trotte pour rentrer. Peut être accepteriez vous de m’accompagner ? Cette discussion est très intéressante… » Je suis certain de me heurter à un refus, vu mes propos, mais je préfère tenter que regretter ensuite…

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur
         

        All comes down (ft. Owen)

        Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
        Page 1 sur 1

         Sujets similaires

        -
        » Owen.
        » Thème : Discover another world

        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
        CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-