AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Libera Me [Eolia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Libera Me [Eolia]   Lun 20 Juil - 17:16

Les limbes dans lequel l’alcool envoie ses enfants une fois que ces derniers y ont goûté ne sont pas toujours synonymes d’obscurité, néant ou pertes des sens. Si au premier abord, elles touchent les habitués de cette manière, ne leur laissant qu’un rien de plus dans l’ombre de leur existence, il ne fait que refléter, accentuer cet état d’âme mélancolique aux gouttes tristes de ces hommes et ces femmes perdus par la vie. Ceux qu’Eolia observait chaque jour évoluer dans cette mascarade incessante, incapable de sortir de cette spirale infernale dans laquelle il s’était vaillamment installé, en attendant que le déluge cesse, que tout redevienne comme avant. Cet état secondaire, peu en avaient conscience, certains ne s’en rendraient jamais compte même. Pourtant, il suffisait de prendre le temps de les observer pour y voir les déroutes de la boisson se glisser en parasites le long de leurs prunelles aux réseaux rougis par des vaisseaux dilatés. Peu habituée de cette boisson mêlant les sens, les tordant d’une certaine manière, de sorte que tout se braque et s’efface, Eolia n’en demeurait pas moins immunisée, évitant soigneusement d’y avoir affaire de trop près, témoin des conséquences bien trop néfastes à son goût. C’est pourquoi depuis un moment, elle évitait de trop y toucher, y voyant là comme un mauvais présage pour celui qui sombrerait sous ses vapeurs. Une réaction presque bête, infantile, qui pourtant la motivait à fuir ce qui semblait de mauvaise augure. Son acolyte ne semblait en tout cas pas vraiment touché par le contenant de son verre, comme immunisé par ses nauséabonds effets secondaires.

« Vous êtes encore bien maître de vous pour un alcoolique »

Bien trop même. A ce rythme, elle ne le considérait pas comme tel, cela étant ne restait que son avis personnel sur la question, se contentant s’observer les divers clients, certains buvant sans même avoir la moindre conscience de leurs faits et gestes ; plutôt lucide donc. De son jus de fruits, on aurait cru à une gamine accompagnant son oncle dans les bars sans l’autorisation de consommer la moindre bière en toute légalité. C’est du moins ce que physiquement tous pensaient, en voyant cette poupée de porcelaine à l’apparence fragile, prête à se briser en mille éclats. Alors que justement, il n’en était rien.

« Oui l’archéologie. Chaque pierre, chaque monument, chaque vestige du passé a une histoire à raconter, plus ou moins vrai, plus ou moins captivante. Tout dépend de ce qui peut être découvert malgré le temps. Chaque gisement découvert enclenche une course contre la montre, ne laissant que des miettes de nos ancêtres si nous laissons les traces nous échapper. La manière dont nous sommes arrivés à cette civilisation actuelle me passionne énormément. »

Comment l’humanité en était-elle arrivée à échanger des échoppes de pain aux olives par des enseignes MacDonalds ? Pourquoi préférait-elle les légumes enfermés dans des boîtes plutôt que celui qui sortait directement du potager ? Tant de questions face à l’étonnante jungle toujours aussi irréaliste, inattendue à laquelle elle se trouvait désormais confrontée et qu’elle trouvait trop étonnante à son goût pour totalement l’accepter. Cette nouvelle vie se situait à des dizaines d’années-lumière de l’ancienne et il demeurait toujours aussi difficile de s’y faire, malgré les deux ans écoulés. A son sens, cela ne suffirait nullement, peut-être que certaines choses ne seraient même jamais acceptées. Aux yeux de l’inconnu, elle semblait même passer pour une folle à lier, tant elle semblait s’exprimer telle une vieille personne dans une apparence juvénile.

« Ne voudrais-tu pas remonter le temps, te projeter à une autre époque, un autre âge, pour la simple curiosité de pouvoir finalement vivre autrement que par des codes plus ou moins dictés par une autorité ? Te sentir libre d’agir au gré de tes envies, de tes passions ? »

D’une certaine manière, c’est ainsi qu’elle pensait le monde actuel : oppressant, étouffant, presqu’irréaliste que certains s’abreuvent de télé réalité pour s’occuper au lieu de passer du temps parmi la végétation et le monde les entourant. Dans la jungle urbaine, il n’existait que la construction de l’homme, à laquelle la nature devait s’adapter. Le premier arrivé se retrouvait écrasé par l’homme asseyant son contrôle. Un bien bel avenir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Libera Me [Eolia]   Lun 20 Juil - 18:53

Bien sûr qu'il était maître. Pas de lui, mais de la personnalité qu'il utilisait ce soir. Il était son propre dramaturge, son propre metteur en scène, son maître de marionnettes et l'alcool, s'il venait à le prendre dans ses filets, ne ferait que parfaire ce numéro d'artiste taré.

« J'apprécie votre honnêteté. »

La maladresse dont venait de faire preuve la jeune femme était rarement égalée de nos jours où chacun essayait de respecter son prochain en s'enfonçant un balai dans la raie. Cela conduisait à une foule de mensonges officiant dans un immense bal masqué sans fin, à la musique des compliments et des omissions, alors que les pensées suivaient leur cours. Nikolaas prit cette remarque pour un compliment concernant son talent et sa formidable capacité à tenir l'alcool. Il en était rien ; l'alcool le rendait plus mélancolique qu'il ne l'était déjà et ne constituait en vérité qu'un trait de maquillage de plus pour donner à son personnage sa consistance qui se liquéfiait sur la sincérité de ses souvenirs.

Il observa la force douce de la jeune femme s'exprimer sur l'importance des fondations de ce monde. Cette petite demoiselle portait dans ses yeux la sagesse des décades et des divinités qui vous observent en permanence de leur œil omniscient. Il se dégageait d'elle cet aura étrange qui provoquait une sorte de fascination face au calme et à la volupté avec lesquels elle s'exprimait, dans un naturel désarmant, déchargé de ces codes oppressants contre lesquels elle s'insurgea par la suite de sa sérénité traditionnelle. Un sourire étrange s'afficha sur les lèvres du chapardeur encore mouillées de cet alcool qui se raréfiait dans son verre trop grand.

« Mais c'est exactement ce que je fais chaque jour, ma chère. »

Son sourire s'élargit et ses yeux se voilèrent de cette passion intrinsèque dont il se chargeait à chaque fois qu'il évoquait son métier singulier.

« Je suis en permanence en train de changer d'époque, de personnage. Je n'ai aucun code si ce n'est le mien. Je n'ai aucune autorité, si ce n'est la mienne. Comme je l'ai dit, je vais et je viens, entre les différents temps et les différents espaces, ne laissant derrière moi qu'un bref souvenir oublié trop rapidement, un peu comme le temps qui s'écoule. Je suis une rivière en perpétuel mouvement qui traverse les âges au rythme de mes costumes, d'un claquement de doigts. C'est la nature et ses envies qui me commande, c'est son climat qui me berce, c'est sa lumière qui m'enchante. »

Il ponctua cette phrase par le basculement de sa tête en arrière tandis qu'il avalait les dernières gouttes de son breuvage avec la majesté de celui qui va se transformer en une autre créature. Son verre, le dernier de la soirée, claqua sur la table d'une manière significative.

« Pourquoi, vous avez le pouvoir de retourner le temps ? »

Il aimerait avoir ce pouvoir, afin d'avoir le courage d'assumer certaines choses et les faire assumer aux autres. S'il retournait dans le temps, il serait resté dans son ancienne famille d'accueil. Il n'aurait pas parcouru l'Europe, et Chris serait encore de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
 

Libera Me [Eolia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Vikings - Ab furoris Normandarum libera nos, Domine !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-