AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Unclear (ft. Nikolaas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Ven 22 Mai - 10:19

Le murmure gêné d'Eamon fut ponctué d'un haussement de sourcils de la part du chapardeur qui eut soudainement envie de répondre qu'il ne suffisait pas de coucher avec des hommes pour les voir à poil ; il suffisait seulement de vivre dans les pires quartiers où la condition humaine obligeait bien souvent à vivre et à mourir sans se couvrir tout entier, surtout dans ceux consacrés à la prostitution. Soudainement un déclic se produisit dans son cerveau, lui faisant comprendre à quoi se consacrait l'embarras suscité chez son hôte. Il ne put étirer qu'un sourire tendre et ne plus y penser.
L'empathie qu'il éprouvait pour cette moitié d'humanité que Nikolaas pouvait se permettre d'être  lui faisait un peu chaud au cœur en même temps qu'elle aurait pu le dégoûter. Certains ne supportaient pas la pitié parce qu'ils ne la connaissaient que trop bien ; Nikolaas ne la supportait pas parce qu'il ne l'avait jamais connue.

Sa grande capacité à mentir lui avait fait détecter tout de suite le petit jeu maladroitement mené par Eamon, mais il ne lui posa pas de questions. Nikolaas, bien que curieux, ne posait jamais plus de questions que nécessaire ; le plus important à cet instant était de remplir son estomac, pas de connaître la raison exacte pour laquelle son vis à vis ne l'imitait pas. Il acquiesça simplement d'un signe de tête qui signifiait qu'il n'avait pas à se justifier pour prendre une contenance qu'il n'avait de toute façon pas. En le voyant s'empêtrer dans ses mots comme dans des fringues qu'il n'aurait pas fini de retirer, Nikolaas tendit la main pour la poser sur l'épaule d'Eamon et y exercer une pression ferme, mais chaleureuse.

« Ne cherchez pas à vous justifier : il n'y a pas de soucis. Je vous laisse à votre douche. Ne prévoyons rien, nous verrons par la suite. »

Il tourna les talons et se dirigea vers la cuisine. Les derniers mots de son hôte l'arrêtèrent cependant, le faisant tressaillir. Jamais on n'avait prononcé pareille chose en sa présence, à part peut-être Livio sous sa forme féminine, mais, pour jouer, pas pour être sincère. Un goût étrange se propagea dans sa bouche. Lorsqu'il se retourna, son hôte avait déjà disparu dans la salle de bains. Sans chercher à en comprendre davantage, Nikolaas haussa les épaules pour lui-même avant de trouver rapidement le chemin du salon. Posé sur la table, il trouva un paquet plat et rectangulaire emballé dans un sachet plastique. Intrigué, il plongea la main dans ce dernier avant d'en ressortir une pizza surgelée. Un sourire étira ses lèvres : ça, il savait faire.

Habitué aux boîtes de conserve d'un autre âge qu'on ouvrait à l'aide d'un couteau quand on ne disposait pas d'ouvre-boîtes, Nikolaas avait perdu au fil des années la main de cuisiner, si bien qu'en dehors d'un réchaud à gaz et d'un micro-ondes, un four éventuellement, tout lui semblait d'une technologie d'un autre monde. Ce fut sans difficulté néanmoins qu'il relia les instructions marquées sur le parquet à l'appareil et que, quelques dix minutes plus tard, alors qu'il se gavait d'une eau pure qu'il ne reverrait peut-être jamais, le four lui fit signe que tout était prêt. Nikolaas ne s'embêta pas d'une assiette et se servit de l'emballage comme dessous de plat pour y poser la pizza à la manière d'un étudiant qui ne voulait surtout pas faire la vaisselle après.

Assis sur le plan de travail, sa cheville gauche piégée sous sa cuisse droite, Nikolaas plongea ses dents dans la pizza dégoulinante de fromage, les yeux sautillant sur les petites lumières qui brillaient en ville, à travers la fenêtre, comme les milliers d'étoiles d'un ciel inversé.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Jeu 4 Juin - 21:55


L’eau ruisselle autour de moi, froide, essayant désespérément de calmer mon rythme cardiaque. Erratique et bien trop rapide, je sens la panique poindre pour ne plus me quitter et cela me rend fou. Incapable de différencier la gêne ressentie et mon manque de confiance en moi, ma tête semble emplie d’opinions divergentes que je m’efforce d’ignorer, tout en sachant pertinemment que c’est inutile. Parce que chacune de mes pensées vient se heurter à la précédente, ajoutant à mon malaise ambiant. Ce n’est pourtant qu’un simple clochard récupéré à moitié mort au bord d’une scène de crime, mais il parvient malgré tout à m’émouvoir et chaque fois que j’essaye de me calmer, c’est l’image de son corps malingre, surpris en plein milieu de sa douche, que j’entrevois mentalement. Et fatalement, j’en viens à paniquer encore un peu plus, perturbé par sa représentation, pourtant si différence de celle de Bastien. Relégué au second plan le temps d’une soirée, j’ai comme une impression de trahison qui vient me laisser un goût amer au fond de la gorge. Empli de sentiments pour le métamorphe, je croyais devoir l’oublier avec une femme. Et si j’y suis parvenu jusque là, me complaisant des bras douillets d’une rouquine parfaite mais l’inconnu dans mon salon vient tout terrasser. Un homme, pour oublier mon attirance pour les hommes. Grossière erreur que je suis à deux doigts de réparer en passant un appel à Blake pour qu’elle vienne me rejoindre et écraser toute pensée négative du à cet homme, ces hommes. Me convaincre du pêché de la chose ne m’aide pas le moins du monde et jamais avant ce moment je n’aurais cru pouvoir pêcher autant, tout en restant sobre. Pourtant, alors que j’éteins finalement le robinet, je prends la décision de ne pas passer cet appel et de ne pas compter sur la jeune femme pour me sortir de la mauvaise passe dans laquelle je crois être maintenant.

Par un réflexe, je regarde dans le miroir accroché au mur et malgré moi je grimace, incapable de m’observer dans ressentir un violent besoin de me punir de toutes ces pensées impures qui se battent la première place de mon esprit. Je m’empresse donc de détourner le regard pour enfiler mes vêtements, encore humide, n’ayant pas pris le soin de me sécher convenablement et sort finalement. Mes yeux se posent rapidement sur la silhouette de l’homme, calé confortablement afin de déguster sa pizza et mon esprit se met étrangement en pause. Mes gestes deviennent rapidement mécaniques alors que je croise les bras avant de m’adosser au chambranle de la porte. Je l’observe, presque trop intensément, mais je ne peux détourner mes yeux pour l’instant. Il me faut d’ailleurs quelques secondes pour cesser mon observation et finalement me racler la gorge, pour retrouver une totale contenance et me décider à parler finalement. « Vous vous êtes débrouillé à ce que je vois. Tant mieux, au moins vous avez pu remplir votre estomac. » Et le pathétisme de mes paroles vont probablement encore une fois lui faire croire que j’éprouve de la pitié pour lui. Je croyais pourtant avoir repris un peu d’ascendant sur moi-même avec cette douche presque salvatrice, mais force est de constater que je suis toujours au même point. Je ne serais surpris de le voir tenter de s’incruster définitivement dans ma vie en me croyant trop naïf et stupide.

Désormais prêt pour cette éventualité, je le fixe d’un tout nouveau regard, indécis quand à l’attitude à adopter réellement. S’il n’est pas idiot, il a probablement compris pourquoi je me sens aussi gêné en sa présence, pourtant, je préfère faire comme s’il ignorait ma gêne et vient d’ailleurs m’assoir à côté de lui. « Vous savez je… suis content que vous ne soyez pas parti pendant mon absence. Je sais que ça doit probablement sonner bizarrement, mais vous êtes cools en fait… quand vous êtes propre. » J’essaye de faire un peu d’humour, même si cela semble évident que je parle uniquement pour combler le silence que j’estime gênant entre nous. Incapable de me détendre, j’ai presque l’impression de devoir parler, pour ne pas me rendre totalement ridicule par mes gestes. Comme cette main qui s’agite étrangement, ou ce pied, qui bat le sol dans une mesure lancinante… « Ca fait longtemps ? Que vous êtes dans la rue ? » Le flot de parole ne s’estompe pas et voilà que j’en deviens même indiscret, ramenant de nouveau une rougeur sur mes joues et si je n’y prends pas garde, l’inconnu nommé Nick va bientôt croire à un coup de soleil tant je rougis en sa présence. « Enfin… Répondez pas à ça. Je sais pas pourquoi je vous ai demandé. Vous avez pas à me répondre pourtant, parce que c’est quand même très indiscret… » De pathétisme en pathétisme, je semble encore plus m’enfoncer dans le ridicule, incapable de retenir cette langue trop bavarde…

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Invité
    Invité






    MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Sam 6 Juin - 9:58

    L'arrivée, pourtant délicate et respectueuse de son hôte fit tout de même sursauter Nikolaas qui s'extirpa de ses pensées vagabondes pour se tourner vers lui. Il avala sa bouchée de travers ce qui occasionna une violente toux plutôt comique, avant que son petit cœur finalement ne se calme et qu'il reprenne tranquillement la dégustation de son repas. Un repas banal, mais qui avait la saveur du paradis dans son estomac affamé.

    « Oui, j'en avais besoin. Merci encore ça fait vraiment du bien. »

    Ses capacités d'imitation découlaient de sa facilité à cerner rapidement les gens qui attiraient son attention. En l’occurrence, Eamon ne possédait pas la moindre confiance en lui, ce qui en faisait un puits à gratitude qui ne demandait qu'à être abreuvé ; Nikolaas lui serait éternellement redevable de l'avoir accueilli chez lui et de lui avoir prodigué des services pourtant très simples, mais d'une incroyable gentillesse aux yeux de quelqu'un qui chaque jour ne se contentait que de peu de choses.

    « Ah ! Je suis cool aussi quand je ne le suis pas, je fais juste un peu plus flipper, peut-être ! »

    La propreté et l'apparence s'effaçaient bien souvent derrière le fléau horriblement douloureux de l'estomac qui se tord et se crispe de faim. Cette faim qui pouvait rendre dingue et qui poussait rapidement l'homme dans ces derniers retranchements, au plus profond de ses instincts primitifs.
    La rétractation de son estomac, due à la malnutrition, ne permit pas à Nikolaas d'engloutir la totalité de la pizza comme il le faisait autrefois...dans des temps plus joyeux. Ses pensées concordèrent parfaitement avec la question d'Eamon qui faisait de son mieux pour alimenter la conversation. Nikolaas qui était loin d'être loquace, tout en détestant le silence, le remercia silencieusement, de cet effort.

    « Non, ne vous en faites pas, c'est la moindre des choses que je vous donne des informations sur la personne que vous avez si gentiment recueillie. » assura-t-il avec sincérité.

    Il se décala légèrement sur le plan de travail pour laisser de la place à Eamon qui se trouvait tout de même chez lui et posa sa part de pizza sur le carton d'emballage avant de se plonger dans ses souvenirs.

    « En fait, je viens des Pays Bas. Je suis né dans une famille très, très riche qui avait fait des enfants un peu comme on achète des meubles et qui a fini par nous abandonner, moi et ma sœur jumelle. Nous avons été placés dans une famille d'accueil où nous avons rencontré un frère dont nous nous sommes incroyablement rapprochés. Et puis nous avons pris notre indépendance. Du jour au lendemain, nous avons tout quitté, parcourant le monde en quête de découvertes et d'argent, surtout d'argent. C'est à partir de ce moment là que je suis devenu un artiste. »

    Il ponctua cette dernière phrase d'un sourire lumineux avant de poursuivre.

    « Nous avions la belle vie. Nous ne savions jamais ce que nous allions manger au prochain repas, où nous allions dormir à la prochaine nuit, mais nous n'en avions rien à cirer. Ce qui nous importait, c'était d'être ensemble, d'être libres. »

    Son regard s'assombrit, car toutes les bonnes choses avaient une fin.

    « Un jour, un braquage a mal tourné. Nous nous sommes fait surprendre et de panique, mon frère a tiré. C'est ma sœur qui a pris la balle. Elle a succombé, et mon frère s'est tiré avec le pactol. Il ne m'a rien laissé. C'est là que la merde a commencé. »

    Nikolaas se tendit légèrement. Il ne supportait pas cette partie de l'histoire et songeait avec étonnement le recul qu'il avait du prendre pour ne pas avoir des envies de meurtre chaque fois qu'il évoquait la mort de Chris. Il se demandait même comment il pouvait avoir encore le réflexe de nommer Maarten comme son frère après son crime.

    « J'ai erré pendant des années à mon compte en me jurant de le fracasser si je le retrouvais. J'ai même payé les services de quelqu'un pour le retrouver. Finalement, j'ai eu des nouvelles de lui comme étant parti pour les Etats Unis. Je suis arrivé ici en 2012, où j'ai fait mon chemin, me trouvant des partenaires, construisant mon petit business. Et me voilà ! »

    Il écarta théâtralement les bras autour de lui avec un grand sourire, comme si tout cela n'était qu'une mauvaise blague, avant de reprendre, le regard mutin.

    « Je vous fais toujours de l'effet après mon histoire ? » plaisanta-t-il.
    Revenir en haut Aller en bas

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Lun 15 Juin - 21:51


    Lorsqu’il se met à parler, à raconter son histoire, je me sens aussi happé et ne parvient pas une seconde détacher mon regard de lui au fur et à mesure de ses propos. Cette immersion dans son passé me dérange une seconde et l’impression de m’imposer dans sa vie privée vient me percuter de plein fouet. Si je suis mal à l’aise pendant quelques secondes, la force de mon récit me prend aux tripes et je me retrouve à boire chacune de ses paroles, ne me souciant de rien d’autre que lui à cet instant. Je ne le vois pas abandonner son reste de pizza, s’attendant probablement à ce que je la termine. Je ne me rends pas compte du regard intense que je lui impose, me contentant de continuer à l’écouter, sans mot dire. Un artiste… Le mot vient à moi et je souris, presque bêtement. Depuis mon adolescence, j’ai toujours trouvé les artistes fascinants, attirants et le fait qu’il en soit un m’impose de continuer à l’écouter, sans broncher, pour découvrir le destin tragique qui l’a forcé à devenir comme le commun des mortels. Et il continue, m’abreuvant de détails que je trouve fascinants. Et puis l’horreur arrive. Son regard s’assombrit, ses propos m’effraient soudain et je viens mettre ma main devant ma bouche, incapable de me faire à l’idée que son frère ait tué sa sœur. Je ne peux m’empêcher de transvaser cela sur ma propre famille et l’idée de voir Declan tuer Nymeria m’emplit d’une peur panique qui accélère mon cœur et m’empêche de me concentrer sur le reste de ses propos. Il me faut d’ailleurs plusieurs secondes pour reprendre contenance et venir m’assoir près de lui, incapable de rester debout plus longtemps. Je le sens d’ailleurs se tendre à mes côtés et je retiens avec peine une impulsion, celle de venir attraper sa main pour lui transmettre un peu de ma douceur.

    Bloqué, j’essaye pourtant de continuer à l’écouter, au moins pour en savoir encore plus sur lui, même si le malaise revient finalement. Je l’entends s’épancher, me raconter ses malheurs dans les détails alors que je me sens incapable de lui dire quoi que ce soit sur moi. Que ce soit ma famille, ma tare ou bien mon passé tumultueux. Je me sens honteux de découvrir sa vie sans pouvoir lui renvoyer l’ascenseur et pourtant je reste là, à l’écouter, sans rien dire pour l’instant. Jusqu’à ce qu’il achève finalement, libérant les vannes que je m’efforçais de conserver fermées jusque là. « Quel enfoiré ! Il mérite pas de vous avoir pour frère. Enfin je… Je veux dire que… Il a tué votre jumelle et il vous a laissé dans la merde. C’est pas ça une famille. » Et en même temps, alors même qu’il n’a su me pardonner d’une de mes erreurs, je sais que je ne pourrais que pardonner Declan, même pour la pire des erreurs. Et encore une fois, je veux le toucher, pour le réconforter, mais je ne trouve pas le courage de le faire et me contente donc de l’écouter une fois encore, pour me choquer presque aussitôt.

    « De l’eff… Quoi ? » Ma gorge s’assèche, mon cœur se remet à battre frénétiquement et je me perds de nouveau dans le chemin tortueux de mes pensées pécheresse. Sa remarque me prouve très bien qu’il s’est rendu compte de mon petit manège et j’en rougis de confusion, de honte. « Vous me faites pas de… et puis d’abord je… » Et puis je me souviens. Juste de quelques mots qu’il a prononcé un peu plus tôt dans la soirée. Dans ses besoins figuraient l’amour, l’affection et pendant une seconde, je m’imagine pouvoir le lui apporter. Et durant la suivante, c’est le visage de Bastien qui s’impose. Et juste après, celui de Blake, qui vient s’y superposer. Mais finalement, c’est celui de mon hôte d’un soir, que je regarde maintenant et plutôt que de rire de ses remarques, je les prends suffisamment au sérieux pour me mordre les lèvres. Et m’approcher un peu de lui, juste assez pour finalement détourner le regard en murmurant. « Vous vous moquez de moi hein ? C’est pas marrant. » Et cette réplique semble digne de la cour maternelle, mais je n’y prends pas garde. Seul le regard blessé de celui qui vient de se rendre compte d’être victime d’une mauvaise blague ressort de mon visage lissé par les années de pratique. Je sais déguiser mes traits pour sembler moins touché par la froideur ou la méchanceté des gens, mais mes yeux eux… ont souvent bien du mal à mentir…

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Invité
      Invité






      MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Lun 15 Juin - 23:06

      La compassion émanant d'Eamon aurait pu le débecter mais étrangement, elle l'apaisa. Maintenant qu'il avait retrouvé son demi frère et qu'après des années de haine attisée comme le feu dans l'âtre, il avait pris du recul, il ne trouvait plus de plaisir dans le fait d'insulter Maarten. Il n'aurait su dire aujourd'hui si le pire résidait dans le fait qu'il avait tué Chris, une partie de lui, ou dans le fait qu'il était parti lui-même, avec une autre partie de lui-même. Après tout, celui qui l'avait construit était aussi celui qui l'avait rendu plus instable que jamais, qui l'avait détruit, déchiré de toutes parts. Mais paradoxalement, Nikolaas n'arrivait plus à lui en vouloir, parce que les choses avaient fait leur cours et que rien ne ramènerait Chris.
      Néanmoins Eamon demeurait à ce jour l'unique personne de son côté plus que celui de Maarten, pour la simple et bonne raison que personne à part peut-être Blake, ne connaissait cette histoire. Personne à part Blake ne possédait les clefs ultimes permettant de le faire souffrir.

      « Et c'est quoi au juste, une famille ? »

      Les trois familles successives dans lesquelles avait vécu Niko, si l'on pouvait considérer le couple Maarten-Chris comme une famille, ne respectaient en rien l'idée que l'on pouvait se faire du cocon parfait. Une famille aimante ? Conneries. Une famille stable ? Foutaises. Une famille soudée ? Bêtises. Il ne pouvait même pas affirmer avec précision qu'il se souvenait de ses parents, deux êtres noyés trop profondément dans leur fric pour se soucier de lui. Il n'était pas resté suffisamment longtemps dans la seconde, si ce n'était qu'elle avait pu lui permettre de connaître Maarten, qu'on appelait Doug à l'époque. Ses meilleurs souvenirs se rattachaient à la dernière qui s'était brusquement déchirée lors de ce braquage qui avait mal tourné : que lui en restait-il ? Un fantôme hantant ses rêves, et une sorte de demi-je ne sais quoi lâche et pusillanime au point d'envoyer se faire voir complètement son ancienne identité avant de se reconvertir dans quelque chose de plus sage. Lui le premier malhonnête, lui qui lui avait tout appris.

      Ce qui devait être une plaisanterie s'enfonça aussi dans les méandres du malaise. L'ambiance se tendit de manière parfaitement perceptible. C'est en observant attentivement son vis à vis rougir dans sa gêne que Nikolaas remarqua qu'ils s'étaient naturellement rapprochés l'un de l'autre, leurs épaules se touchant presque.

      « Désolé, je voulais pas vous gêner. Oubliez, c'était juste pour détendre l'ambiance. M'en voulez pas, j'ai l'humour maladroit. »

      L'instinct pervers de Nikolaas lui hurla que le corps d'Eamon lui envoyait des signaux gros comme une maison, mais il préféra ne pas se monter des plans sur la comète et rester soft. Après tout, il s'était successivement invité dans la voiture, dans l'appartement, dans la douche, dans les vêtements et dans les placards de cet hôte très généreux. Inutile de pousser le bouchon trop loin, sachant que lui-même ne saurait qualifier le côté du trottoir sur lequel il jouait actuellement. Pas facile d'affirmer quoi que ce soit sachant que sa seule expérience féminine remontait à deux ans en arrière, un coup d'un soir sans sentiments, et que sa seule expérience masculine relevait d'une foules d'émotions platoniques.

      « J'vais vous emprunter votre canapé. » annonça-t-il en descendant du plan de travail.
      Revenir en haut Aller en bas

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Jeu 18 Juin - 1:09


      Un étrange sourire plane sur mes lèvres à sa question alors que les réminiscences de mon passé vont irruption dans mon crâne trop fourni. Un mélange de joie, de colère, de tristesse et d’amour que je ne parviens pas à définir pourtant. Je ne m’attendais pas à ce qu’il s’interroge sur mes propos et maintenant qu’ils me sont renvoyés, je me retrouve presque incapable de lui répondre. Mon cœur saurait définir avec une précision chirurgicale ce qu’est une famille mais mettre des mots sur tout cela me semble bien insurmontable. Je me mords la lèvre, pour réfléchir un peu plus intensément, tout en m’approchant inconsciemment de mon inconnu. Mes doigts le frôlerait presque mais je n’y prends pas garde une seconde, trop concentré sur ce que je vais dire. « Une famille. C’est difficile à définir en vérité. Je sais juste que ce que tu me dis de la tienne me fait froid dans le dos. » Le tutoiement est venu naturellement alors que cette discussion va prendre une tournure plus personnelle. Je refuse de continuer à le considérer comme un étranger avec ce que je vais lui dire maintenant. « Ma famille… On se parle plus du tout. J’ai fait une grosse connerie et ils refusent de me parler. Mais je sais très bien que si je vais les voir, ils vont m’aider. Ils me détestent actuellement. Mais ils m’aiment aussi. Et je mérite leur colère actuelle. Enfin surtout celle de mon frère. Mais tu sais, je veux pas juger ta situation. Si tu lui as pardonné c’est que tu dois avoir une raison… Et j’aimerais la connaître s’il te plaît. Je voudrais savoir quoi faire pour me faire pardonner par mon frère. Parce qu’il me manque en fait. Mes propos sont décousus et je ne saurais dire s’il m’a compris cependant j’arbore un nouveau sourire, plus franc, comme content d’avoir abordé ce sujet.

      Je me fais rêveur soudain, l’observant un peu plus en détail. Juste son visage, que je n’ai jamais vraiment regardé, d’abord déconcentré par sa crasse et ensuite par… son anatomie inférieure, observée par erreur. Ses traits ne m’auraient jamais attiré dans la rue mais à l’instant, je leur trouve un magnétisme inquiétant que j’attribue à ma libido brimée. Mon imagination est déjà beaucoup nourrie des visions régulières de Bastien et je ne devrais pas ajouter de nouvelles images à regretter par la suite. Pourtant je ne parviens pas à m’en empêcher, délaissant mon sourire pour une étrange grimace lorsqu’il reprend la parole finalement. Cette gêne familière reprend ses droits et m’empêche de rire pour lui signifier que je comprends. Au contraire, je le fixe d’un regard intense, cherchant à comprendre pourquoi il se moque de cette façon alors que je fais tout pour l’aider à se sentir bien pour la soirée. Vexé, presque boudeur, je suis à deux doigts de m’enfuir me dissimuler dans ma chambre pour ne plus subir ces moqueries imaginées par on esprit retors.

      Mais finalement, c’est lui qui s’éloigne, descend de son siège et sa chaleur m’échappe si soudainement que je me rends compte de notre ancienne proximité. Je ferme les yeux, juste une seconde, avant de laisser mon instinct prendre ses droits. C’est ma main qui m’échappe, tout contrôle semble vain alors qu’elle attrape son poignet, sans que je n’y puisse rien. De nouveau je rougis, mais je décide de ne rien contrôler et laisse finalement mes tripes prendre le contrôle entier. Pour une fois, mes pensées sont refoulées, mes questions aussi et lorsque je me lève à mon tour, pour m’approcher de nouveau de lui et faire taire ma frustration, mon esprit n’y appose aucune résistance. Je suis proche, vraiment trop proche mais au moins, mon murmure se fera entendre… « Prends le lit… J’ai un grand lit. C’est plus confortable. » J’ignore pourquoi ces propos s’échappent, mais je reste néanmoins là, sans bouger plus que mes doigts, qui se resserrent lentement autour de son poignet. « Prends mon lit… »

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Invité
        Invité






        MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Jeu 18 Juin - 10:58

        Curieuse relation que celle des différents membres d'une famille entre eux. Combien de fois pouvait-on se déchirer pour des broutilles comme pour les pires choses, tout en aimant profondément ceux qui nous étaient liés par le sang. Combien d'insultes pouvait-on formuler à leur rencontre sous le coup de la colère avant de se jeter dans leurs bras en pleurant pour s'excuser. C'était en se montant les uns contre les autres avec toute la haine du monde qu'on comprenait la valeur des êtres qui nous étaient chers. Et parfois, la relation ne tenait plus qu'à un fil, un fil de sang, plus puissant que tous les autres. Même si des actions méritaient la rage éternelle, il restait toujours un peu d'amour au plus profond de nous pour ces personnes. Parce qu'au bout d'un moment, on était fatigué de leur en vouloir.
        Mais ça, il n'allait pas le dire texto à Eamon.

        « Ca dépend complètement de la grosse connerie que tu as faite. Je dirais que tout est pardonnable, mais pour certaines choses, seul le temps peut faire son effet. »

        Comme lorsque l'on perd sa sœur des mains de son demi-frère. Le manque de l'autre, oui, certainement. Nikolaas le ressentait aussi envers Maarten, et c'était peut-être cela qui l'avait empêché de le mettre en pièces quand il l'avait recroisé. Au fond, à travers la douleur et la peine, Maarten lui avait réellement tout appris : l'art du mensonge, de la discrétion, du vol et de la fuite ; la faculté de repartir de zéro, par deux fois ; la possibilité de se remettre de la perte de sa famille, de la perte d'un être cher ; la douleur incommensurable d'être déchiré en deux quand sa sœur jumelle expire dans nos bras.
        Nikolaas demeurait définitivement incapable de donner des conseils sur ce genre de choses.

        Dans le silence qui s'abattit soudain, le chapardeur remarqua que le tutoiement s'était naturellement immiscé dans la conversation : Eamon avait procédé, Nikolaas avait suivi. Et ç'avait semblé banal. Quand on se sentait prêt à raconter son passé à un parfait inconnu qui nous avait sauvé la vie, on pouvait bien finir par se tutoyer. Le regard du voleur divagua sur les éléments de la cuisine sans réellement les voir, la rétine chargé des souvenirs d'enfance, bons comme mauvais, dont la réminiscence lui soulevait le cœur. Ce déchirement régulier et perpétuel qui lui arrachait toute envie de s'attacher, toute envie de se sédentariser, au cas où ses repères devaient foutre le camp du jour au lendemain, car même si l'on était habitué, la douleur finissait par rendre malade. Complètement malade.

        C'en fut trop pour Nikolaas qui descendit rapidement du plan de travail dans le but d'aller s'affaler sur le canapé pour disparaître dans ses rêves. Cette réaction le dégoûta à la seconde où ses pieds touchèrent le sol. Il se sentit couard, aussi lâche que son frère qui avait fui comme tel après avoir tué sa sœur. Il se sentit détestable d'agir de cette façon qu'il abhorrait et qu'il condamnait. Il se sentit observé d'une puissance et d'une profondeur qu'il ne pouvait pas supporter.
        Le contact rapide des doigts d'Eamon autour de son poignet le fit sursauter. Il crut qu'il s'agissait d'un rêve tant le murmure de son hôte parvenait avec difficulté à ses oreilles bourdonnantes. Ainsi, il se retourna vers lui, et le regard d'Eamon le transperça de parts en parts. Sa voix, presque suppliante, fit vibrer son corps tout entier.
        Pour la première fois, on ne le laissait pas partir. Pour la première fois, on insistait pour qu'il reste. Pour la première fois, il semblait avoir une substance plus concrète que celle de l'illusionniste machiavélique qui exécute son tour et disparaît.

        « D'accord. » souffla-t-il enfin.

        Il fit pivoter son poignet de sorte que sa paume épouse celui d'Eamon pour y assurer une prise. Ses propres doigts s'enroulèrent autour de l'avant-bras de son hôte et la chaleur se propagea entre eux comme un courant électrique. La peau d'Eamon était tendre, chaude et douce. Il se servit de cette étreinte pour tirer Eamon vers lui, le faisant brusquement descendre du plan de travail à son tour. Ils se rapprochèrent dangereusement et leurs hanches entrèrent en contact.

        « Mais tu viens avec moi. »
        Revenir en haut Aller en bas

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 651
        ↳ Points : 551
        ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
        ↳ Age : 27
        ↳ Avatar : Jack Falahee
        ↳ Age du Personnage : 27 ans
        ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
        ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
        ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
        ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
        ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
        ↳ Couleur RP : tan



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: darkshines
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Mar 30 Juin - 21:26


        Ma gorge s’assèche et je cherche quels mots utiliser pour définir ce que j’ai fait. Après tout, j’ai bien l’envie de le lui dire. Tout. Tout ce que j’ai fait de mal… Après tout, lui-même m’a fait part de sa vie, de ces secrets qu’il garde au fond de son âme. Mais lorsque j’ouvre la bouche, afin d’avouer l’abandon de mes enfants, la force me lâche. Mon regard dans le sien, les mots importants se bloquent, pour ne laisser sortir que l’inutilité et la vérité dissimulée. « J’ai… C’est difficile à expliquer, mais c’était vraiment mal. » J’attrape mes doigts avec les autres et les tord, violemment, juste une seconde avant de retrouver un semblant de contenance. Après la longue observation dont j’ai pu gratifier l’étranger, le malaise reste ancré dans chacune de mes cellules mais je m’efforce de ne pas y prêter attention. Cependant dans le silence qui s’est imposé, la moindre de mes pensées semble être décuplée, à ce point insupportable qu’un bourdonnement prend mes oreilles, m’empêchant de me concentrer sur quoi que ce soit d’autre que son visage qui se détourne soudain. La vision m’échappe et je ne peux empêcher mon bras de fuser, jusqu’au sien. Mes doigts se referment autour de son poignet trop maigre et un long frisson parcoure mon corps entier soudainement. Je relève mes prunelles pour les planter dans les siennes, cherche à lire la moindre invitation, la moindre gêne ou tout autre sentiment, positif ou négatif à mon égard. Je me révèle très peu doué à ce jeu puisque son regard me paraît insondable. Incapable de comprendre ce que je vois, je pousse un petit cri de surprise lorsque ses doigts viennent à leur tour s’emparer de ma peau, qui s’hérisse en mille points de désir que je me révèle incapable de maitriser. Tout mon corps se tend vers lui mais j’esquisse de nouveau une moue de surprise lorsqu’il me tire vers lui.

        Le contact entre nous est inattendu et je baisse les yeux, incapable de soutenir la braise de ses prunelles plus longtemps. Ses mots enfin, viennent s’imprimer dans mon esprit en lettres de feu, brûlants et réconfortants. A mille à l’heure, mes pensées s’affolent et je ne parviens pas à prendre une décision. Une seule qui me permettrait de sortir de cette étrange léthargie qui m’a pris soudain. Mes muscles sont tétanisés, je me sens incapable du moins mouvement alors que je meurs d’envie de faire quelque chose, de réagir. Le temps s’écoule lentement, j’ai l’impression que des heures défilent alors que ce ne sont que des secondes et enfin, la machine se remet en route. Mon cœur s’emballe de plus belle, mes joues se teintent de rouge de nouveau et mon autre main se lève, lentement et comme hypnotisé que je viens finalement déposer ma main sur son torse, non loin de son cœur. Mes instincts prennent le pas sur ma raison, qui devrait pourtant rester maitresse, mais dans cette situation, on ne l’entend plus. Reléguée dans un coin obscur de mon être, je ne lui laisse aucune possibilité de parole et crispe ma main légèrement sur le tissu qui recouvre son corps trop maigre. Une dernière hésitation m’empêche de me jeter sur lui, plus induites par une dernière vision, fugace et maligne, d’un Bastien à peine imaginé.

        Me perdre dans une étreinte, impliquerait beaucoup trop de conséquences, toutes aussi désastreuses les unes que les autres sur ma personne, mais mes yeux, de nouveau dans les siens, sont accrochés et incapable de s’éloigner. Au contraire, je m’approche… Je suis si près que ses traits en deviennent un peu flous, et soudain, sans m’en être rendu compte réellement, mes lèvres viennent happer les siennes et c’est un baiser qui n’a rien d’hésitant qui anime les deux paires. L’être passionné que je sais être parfois a refait surface, alors que je croyais ne pouvoir le manifester qu’en présence de drogue ou alcool, mais force est de constater que cette fois, rien n’altère mon esprit. C’est en parfaite connaissance de cause que j’ai pris les lèvres de cet homme et que je ne compte pas m’en séparer…

        _________________
          i just need some hope
          LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
          Revenir en haut Aller en bas
          Voir le profil de l'utilisateur

          Invité
          Invité






          MessageSujet: Re: Unclear (ft. Nikolaas)   Mar 30 Juin - 22:07

          Sans crier gare, le souffle du chapardeur s'accéléra et il ne prit conscience de son action totalement inopinée que lorsqu'il vit la rougeur adorable se dessiner sur les joues de son vis à vis. Il le vit frissonner, frémir ostensiblement. L'effrayait-il ? Il n'aurait su dire, lui-même ne sachant poser des mots cohérents et compréhensibles sur ce qu'il ressentait à cet instant. Un malaise général serait certainement l'expression appropriée pour qualifier le tourment qui soudain l'agitait. Que dire, que penser ? Une certaine excitation se développait dans ses entrailles mais sa raison tambourinait dans son crâne le son d'une réaction sensée, comme, voyons, prendre la fuite ?
          Non, prendre la fuite relevait du caractère de Maarten, son demi-frère. Et pour rien au monde, désormais, il ne voudrait lui ressembler.

          Il se tendait lui aussi dans son étreinte. Le silence plein de tension les enveloppa lentement, prêt à les étouffer dans ses lambeaux lourds. Tout à coup il fit très chaud. La température semblait grimper lentement les barres de l'échelle entre vous...en même temps qu'autre chose. Nikolaas soutint longuement le regard, d'Eamon y cherchant une explication, un soutien, mais il s'abaissa brusquement, comme en proie à une agitation intérieure qu'il ne parvenait à assumer. Etait-ce grave, ce qu'ils ressentaient ? Devaient-ils s'en sentir coupables ?
          Lorsque Eamon releva la tête, le visage de Livio s'y superposa momentanément dans des traits plus fins et des yeux plus clairs. Le cœur de Nikolaas bondit dans sa poitrine tandis que son cerveau faisait doucement le lien, celui de cette émotion irrationnelle qui secouait ses sens quand il croisait ce regard particulier.

          Un mouvement soudain anima leur curieuse symbiose. Avec une lenteur calculée, la main de son hôte se posa sur le torse du voleur, esquissant de la pulpe de ses doigts l'absence de muscles de ce corps trop maigre. Il emprisonna dans sa paume les battements dont le rythme s'emballa brutalement, crispant ses mains sur le tissu qui lui appartenait, et qui, semblait-il, contenait quelque chose dont il voulait également faire sienne. Dans une étonnante prise de confiance en lui, Eamon s'approcha de l'artiste et captura ses lèvres dans les siennes. Une explosion de manifesta dans la poitrine de Nikolaas qui chercha l'air, l'appui, la raison. Mais il ne trouva rien de tout cela. Le sang battait si fort à ses tempes qu'il était certain que Eamon pouvait en entendre les échos : écoutait-il, seulement ?
          Nikolaas avait toujours eu le contrôle de la situation, parce qu'il avait appris à l'apprivoiser. Mais là, rien ne venait. Le sol s'écroulait lentement sous ses pieds et il perdait complètement ses repères. Il ne connaissait pas, tout cela. Il ne trouva rien dans son culot, dans son improvi...

          Ah, oui.
          Quand on ne sait pas, on improvise.

          Haletant contre la douce caresse de ses lèvres, Nikolaas laissa ses deux mains gravir les muscles des flancs d'Eamon et gagna ses bras, ses épaules, avant de saisir délicatement le visage de cet homme qui le happait irrésistiblement entre ses doigts. Puis, ses paumes leur succédèrent, découvrant la forme de sa mâchoire qui épousait la sienne. Sa vue se brouilla et s'éteignit sous ses paupières abaissées et inconsciemment, son torse se colla contre le sien, dans la quête de cette chaleur qui n'avait cessé de lui manquer.
          Revenir en haut Aller en bas
           

          Unclear (ft. Nikolaas)

          Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
          Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

           Sujets similaires

          -
          » « Le voleur connaît le voleur et le loup le loup. » [pv Nikolaas]

          Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
          CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-